Вы находитесь на странице: 1из 11

Partie 1 

: QCMs
Introduction à la physiologie cardiaque
1) La circulation pulmonaire
A. A un rôle nutritionnel pour les poumons.
B. Est une circulation à haut débit, faibles résistances et basses pressions.
C. Joue un rôle minime dans l'hématose.
D. Est indépendante des phases respiratoires.
E. Est dépendante des phases respiratoires.
2) La circulation systémique
A. Va du ventricule gauche à l’oreillette droite.
B. Est caractérisée par une pression constante sur tout son trajet.
C. Est caractérisée par des zones à haute et basses résistances.
D. Comprend la microcirculation.
E. Est indépendante de la circulation pulmonaire.
3) L'appareil cardio-vasculaire (généralités) :
A. On distingue deux types de circulations : la grande circulation et la circulation systémique.
B. Les pressions d'éjections au niveau du cœur, pour les deux circulations, sont égales.
C. Parallèlement à la circulation sanguine, on trouve la circulation lymphatique, les deux étant
en relation.
D. La circulation lymphatique reste néanmoins accessoire. si elle ne fonctionne moins ou pas,
on n’observera pas de pathologie (juste une hypertension).
E. Est un ensemble d'organes réunis pour réaliser une fonction principale.

Activation rythmique et électrique de la contraction cardiaque


4) Automaticité
A. Les tissus électro-géniques ont besoin d'une stimulation pour se contracter.
B. Le potentiel de repos des cellules du nœud sinusal et différent de celui des cellules
ventriculaires.
C. Les cellules du nœud sinusal possèdent la fréquence de l'automaticité la plus spontané.
D. Les cellules ventriculaires possèdent le rythme de dépolarisation le plus élevé =100
battement /min.
E. Les tissus intrenodaux génèrent l'impulsion et assurent la conduction depuis le centre
rythmogène jusqu'au nœud auriculo-ventriculaire.
5) Le faisceau de His :
A. N'intervient pas dans la conduction auriculo-ventriculaire.
B. Est situé dans l'oreillette gauche.
C. Est le régulateur physiologique de la fréquence cardiaque.
D. Est situé dans la cloison interventriculaire.
E. Est situé dans la cloison inter auriculaire.
6) La propagation du potentiel d'action dans le cœur est la plus rapidè à quel niveau?
A. Muscle ventriculaire.
B. faisceau de His et fibres de Purkinje.
C. Nœud sinusal.
D. Nœud auriculo-ventriculaire.
E. Muscle ventriculaire.
7) Le système parasympathique
A. C'est un système cardia-modérateur.
B. Augmente la fréquence cardiaque.
C. Augmente la conduction auriculo -ventriculaire.
D. Les neurotransmetteurs sont la noradrénaline et l’adrénaline.
E. Diminue la durée de la diastole.
8) L'innervation du cœur est sous la dépendance
A. Du système nerveux central.
B. Du système nerveux autonome.
C. Du système sympathique qui innerve oreillettes et ventricules.
D. Du système parasympathique qui innerve les ventricules.
E. Du système parasympathique qui innerve les oreillettes.
9) Au cours d'un exercice musculaire intensif, un certain nombre de phénomènes interviennent et
contribuent à augmenter le débit sanguin dans le muscle squelettique. Ces phénomènes sont :
A. Augmentation du débit cardiaque.
B. Vasodilatation générale.
C. Libération d'adrénaline par la médullosurrénale.
D. Stimulation des récepteurs - adrénergiques.
E. Augmentation de l'activité nerveuse parasympathique.
10) Le tissu nodal :
A. Est constitué de cellules myocardiques dont les activités mécaniques sont automatiques.
B. Ses cellules produisent spontanément un signal électrique.
C. Se trouve dans la face postérieure de l’oreillette droite sous le nom de nœuu
auriculo ventriculaires.
D. Se trouve dans la face postérieure de l'oreillette droite sous le nom de nœud sinusale.
E. Est indépendant du système nerveux autonome.
11) L'automatisme des cardiomyocytes :
A. Dépend de la survenue spontanée d'un potentiel d'action cellulaire dû à des courants
ioniques transmembranaires.
B. Se traduit par un potentiel d'action identique pour toutes les cellules automatiques.
C. Présente plusieurs phases, dont la repolarisation qui dépend essentiellement de courants
sortants sodiques actifs.
D. Nait dans le nœud sinusal situé dans l'oreillette gauche.
E. Est caractérisé par une pente de dépolarisation spontanée dont la plus importante est
enregistrée dans les cellules du nœud sinusal.

ECG
12) Sur un électrocardiogramme, la Dépolarisation ventriculaire et repolarisation ventriculaire
correspond à quel intervalle ?
A. PR
B. QR
C. QRS
D. QT
E. ST
13) L’électrocardiogramme :
A. Permet d'analyser le fonctionnement des valves cardiaques.
B. Standard est enregistré sur 15 dérivations.
C. Présente une onde P qui correspond à la dépolarisation auriculaire.
D. Présente un compl.exe QRS qui correspond à la dépolarisation ventriculaire.
E. Présente une onde T qui correspond aux repolarisations auriculaire et ventriculaire
14) L'onde P de l'électrocardiogramme traduit quel phénomène cardiaque ?
A. Dépolarisation ventriculaire.
B. Activité dans le faisceau de His.
C. Dépolarisation auriculaire.
D. Repolarisation auriculaire.
E. Repolarisation ventriculaire.
15) L'électrocardiogramme permet d'explorer toutes les fonctions cardiaques suivantes, sauf une.
Laquelle ?
A. Fonction de conduction.
B. Etat réfractaire à l'excitation.
C. Excitabilité.
D. Fonction valvulaire cardiaque.
E. Repolarisation.
16) Sur un électrocardiogramme, la dépolarisation auriculo-ventriculaire correspond à quelle lettre.
A. T
B. Q
C. P
D. R
E. S

La pompe cardiaque, le cycle cardiaque et les facteurs de variations


17) La physiologie du cœur comporte, dans l'ordre
A. Une systole auriculaire, avec éjection du sang des oreillettes vers les ventricules.
B. Le remplissage ventriculaire.
C. La fermeture des valves auriculo-ventriculaire et systole ventriculaire de grande. puissance.
D. Une fermeture des valves aortiques et pulmonaires, avec un petit reflux sanguin
E. la vitesse de fermeture (lente par rapport au mécanisme).
18) La phase de remplissage ventriculaire
A. Est la phase dont la durée est la plus longue.
B. Fait suite à la phase de relaxation iso-volumétrique
C. Se termine à l'ouverture des valves pulmonaires et aortiques.
D. Se caractérise par une valve tricuspide ouverte et une valve mitrale fermée.
E. Se caractérise notamment par une augmentation de volume des ventricules
19) La phase de remplissage ventriculaire :
A. Fait suite à la phase de reiaxat1on iso-volumétrique.
B. Se caractérise notamment par une augmentation de volume des ventricules.
C. Se caractérise par une valve tricuspide ouverte et une valve mitrale fermée.
D. Est la phase dont la durée est ia plus longue.
E. Se termine à l'ouverture des valves pulmonaires et aortiques
20) La systole :
A. Comprend les phases d’éjection systolique et de remplissages ventriculaires.
B. Débute par la fermeture des valves auriculo-ventriculaires.
C. Se termine à l'ouverture des valves pulmonaire et aortiques.
D. Se caractérise globalement par une diminution de volume des ventricules.
E. Dure plus longtemps que la diastole, chez un sujet au repos.
21) Pendant la systole ventriculaire :
A. Le remplissage ventriculaire.
B. Le remplissage auriculaire.
C. La contraction ventriculaire.
D. La contraction auriculaire.
E. La diastole générale.
22) La systole ventriculaire gauche
A. Commence à l’ouverture de la valve tricuspide.
B. S'achève à l'ouverture des valves sigmoïdes.
C. Commence à la fermeture de la valve mitrale.
D. Commence à ra fermeture des valves sigmoïdes.
E. S'achève à la fermeture de la valve mitrale.
23) Le volume d'éjection systolique est :
A. Egal e à environ 80ml à l'état physiologique au repos.
B. Identique pour les ventricules droit et gauche.
C. défini comme étant le volume de sang pompé par chaque ventricule lors de la systole.
D. La diminution de la pression auriculaire s’accompagne d'une diminution du volume d'éjection
systolique.
E. La diminution de la fréquence cardiaque s'accompagne d'une diminution du volume
d'éjection systolique.
24) A la fin de la diastole générale
A. Les oreillettes et les ventricules sont relâchés.
B. Les valvules auriculo-ventriculaires sont ouvertes.
C. La valvule pulmonaire est ouverte.
D. La valvule aortique est ouverte.
E. Les ventricules reçoivent le sang provenant des oreillettes.
25) A propos du volume d'éjection systolique, toutes les propositions suivantes sont exactes. à
l'exception d'une. Laquelle ?
A. Le volume d'éjection systolique est égal à environ 80 ml à l'état physiologique au repos.
B. Le volume d'éjection systolique est identique pour le ventricule droit et le ventricule gauche.
C. Le volume d'éjection systolique est défini comme étant le volume de sang pompé par chaque
ventricule lors de la systole.
D. La diminution de la pression auriculaire s'accompagne d’une diminution du volume d'éjection
systolique.
E. La diminution de la fréquence cardiaque s'accompagne d'une diminution du volume
d’éjection systolique.
26) A quelle phase du cycle cardiaque se situe la fermeture des valves aortique et pulmonaire ?
A. Remplissage rapide.
B. Contraction isovolumétrique.
C. Relaxation isovolumétrique.
D. Protodiastole.
E. Ejection rapide.
27) Premier bruit cardiaque
A. Fermeture des valvules auriculo-ventriculaires.
B. Remplissage ventriculaire rapide.
C. Contraction ventriculaire isométrique.
D. Contraction ventriculaire isotonique.
E. Ouverture des valvules sigmoïdes.
28) Le premier bruit du cœur :
A. Dû aux variations déclenchées par la fermeture brusque des valves auriculo-ventriculaires.
B. Dû aux variations associées à la fermeture des valvules aortique et pulmonaire.
C. Dû aux vibrations déclenchées par le remplissage rapide des ventricules.
D. A une durée égale à environ 0,30 seconde.
E. A une fréquence égale à environ 55 Hz.
29) Toutes les propositions suivantes concernant les bruits du cœur sont exactes. Sauf une.
Laquelle ?
A. Le quatrième bruit du cœur se produit au cours de la systole auriculaire.
B. On peut entendre un troisième bruit du cœur chez l'enfant à l'état physiologique.
C. Le dédoublement du deuxième bruit du cœur est dû à la fermeture des valves de l'orifice
aortique juste avant la fermeture des valvules de l'orifice pulmonaires.
D. Le premier bruit du cœur est dû à la fermeture des valvules des orifices aortique et
pulmonaires.
E. Le dédoublement des bruits du cœur n'a pas toujours une signification pathologique.
30) L'ouverture des valves sigmoïdes aortiques
A. Correspond au second bruit du cœur.
B. Correspond au début de la contraction isovolumique.
C. Correspond à la fin de l'éjection ventriculaire rapide.
D. Correspond à la partie descendante de l'onde T sur l’électrocardiogramme.
E. Suit de près la fermeture des valves mitrales.
31) Toutes les propositions suivantes à propos de la fermeture des valves auriculo-ventriculaires
au cours de la systole sont fausses sauf-une. Laquelle ?
A. Cette fermeture apparaît à la fin de la phase de contraction isovolumétrique de la systole.
B. Cette fermeture nécessite la contraction des muscles papillaires.
C. L'atteinte pathologique des cordages tendineux ne s'accompagne pas de perturbations de la
fermeture.
D. La fermeture des valvules empêche le reflux du sang ventriculaire dans les oreillettes.
E. La fermeture des valves auriculo-ventriculaires est un phénomène musculaires actif.
32) Lors de la contraction isovolumiique du cycle cardiaque, on observe une augmentation :
A. Des pressions auriculaires.
B. De la pression-aortique.
C. Des pressions ventriculaires.
D. Des pressions veineuses centrales.
E. Du travail statique myocardique.
33) Lors de la contraction isovolumique du cyde cardiaque, on observe :
A. Une augmentation des pressions auriculaires.
B. Une augmentation de la pression aortique.
C. Une augmentation des pressions ventriculaires.
D. Le volume du ventricule gauche est constant.
E. 2ème bruit du cœur.
34) L'étude de l'hémodynamique intracardiaque permet :
A. De définir la notion de pré-charge qui dépend du volume ventriculaire télédiastolique.
B. De mettre en évidence la phase de contraction isovolumétrique au cours de laquelle la
pression intra ventriculaire augmente rapidement.
C. De distinguer la systole et la diastole dont les définitions temporelles clinique et
physiologique sont différentes.
D. De définir le rôle actif des mouvements valvulaires qui permettent les échanges sanguins
entre les différentes cavités cardiaques.
E. De définir la notion de post-charge qui regroupe les facteurs qui favorisent l'éjection
ventriculaire.
35) Pression ventriculaire gauche et pression aortique.
A. La pression diastolique est la plus basse pression atteinte dans l'aorte avant que la valve
aortique ne s’ouvre.
B. Pendant l'éjection systolique, la pression aortique est égale à la pression ventriculaire
gauche.
C. La valve aortique se ferme lorsque la pression ventriculaire gauche est supérieure à la
pression aortique.
D. La pression systolique normale est environ de 120 mmHg.
E. Lors de la contraction iso-volumétrique, il y a augmentation de la pression ventriculaire
gauche et diminution.
36) L'innervation (ortho) sympathique cardiaque :
A. Agit sur des récepteurs adrénergiques.
B. Agit sur des récepteurs béta 1 et béta 2, par l’intermédiaire de la noradrénaline.
C. A pour neurotransmetteur l'adrénaline.
D. Augmente la fréquence cardiaque et le volume d'éjection systolique.
E. A des effets qui sont renforcés par les catécholamines libérées par les corticosurrénales.
37) La stimulation des nerfs sympathiques du cœur produit tous les effets suivants, sauf un. Lequel ?
A. Augmentation de la dimension des ventricules.
B. Augmentation de la fréquence cardiaque.
C. Augmentation du volume d'éjection systolique.
D. Diminution du volume des ventricules.
E. Diminution du volume ventriculaire en fin de systole.

Différenciation fonctionnelle de vaisseaux et la circulation coronaire


38) Les résistances périphériques vasculaires
A. Jouent un rôle majeur dans la régulation de la pression artérielle.
B. Sont inversement proportionnelles au carré du rayon du vaisseau.
C. Sont calculables en divisant la pression artérielle par le débit cardiaque.
D. Dépendent essentiellement du diamètre artériolaire.
E. D'un seul gros vaisseau sont équivalentes à celles de quatre vaisseaux disposés en parallèle
dont le diamètre unitaire est égal au quart du diamètre du gros vaisseau.
39) La circulation artérielle :
A. Appartient à la circulation systémique, au système à haute pression et faible résistances.
B. Appartient au secteur capacitif.
C. Conserve un débit phasique sur tout son trajet malgré l'élasticité pariétal e.
D. A un rôle de transport du sang grâce aux grosses artères.
E. A un rôle de distribution du sang grâce à la vasomotricité des artérioles qui perfusent les
organes.
40) La circulation veineuse
A. Est à basse pression et forte résistance.
B. Est une circulation capacitive grâce à la forte distensibilité des parois veineuses.
C. Est plus sensible que la circulation artérielle aux effets de la pression hydrostatique.
D. Ne dépend que de la contraction ventriculaire gauche.
E. Joue un rôle important dans la thermorégulation par l'intermédiaire du système veineux
superficiel
41) Les artères
A. On décrit trois territoires toujours présents : l'intima (au contact du sang), la média et
l'adventice.
B. On décrit deux limitantes, interne et externe, toujours présentes dans les artères.
C. Les aortes élastiques sont l'aorte et ses branches thoraciques, ce sont celles qui ont le
diamètre le plus faible.
D. l'adventice est un tissu conjonctif plus ou moins développé.
E. Les artérioles sont également appelées artères de distribution.
42) Les veines
A. Certaines peuvent présenter une limitante élastique interne et externe.
B. Les veinules sont les veines de plus faible diamètre, la média est limitée à une ou deux
assises de cellules musculaires lisses.
C. Les veines de moyen calibre sont aussi appelées musculaires ou fibre-musculaire.
D. Dans l'adventice des veines musculaires, on peut trouver des fibres musculaires lisses à
disposition circulaire.
E. Les grosses veines sont également appelées veines fibreuses
43) Les capillaires :
A. Ils constituent le territoire d'échange.
B. La structure du capillaire est assez rudimentaire, il n'y a pas de régulation de la
vasomotricité.
C. Certaines cellules, les péricytes, sont annexées aux capillaires, mais ne jouent aucun rôle
métabolique.
D. On distingue plusieurs types de capillaires : continus, fenêstrés et discontinus.
E. Les capillaires fenêstrés sont situés à des endroits ou les échanges liquidiens sont importants,
les capillaires discontinus sont situés à des endroits de passage de cellules.
44) La circulation lymphatique :
A. Elle est complémentaire à la circulation sanguine.
B. Elle débute dans les t issus adjacents aux pédicules vasculaires (tissus musculaires,
épithéliums, tissu nerveux).
C. Est une circulation de retour en connexion avec la circulation veineuse.
D. Joue un rôle dans la dissémination des cellules cancéreuses.
E. Elle draine tout le liquide qui n'est pas réabsorbé par le capill aire.
45) Les capillaires lymphatiques différent des capillaires sanguins par quelle propriété.
A. li n'existe aucun système valvulaire dans les capillaires lymphatiques.
B. Les capillaires lymphatiques ne possèdent aucune bordure endothéliale.
C. Il n'existe aucun capillaire lymphatique dans le système nerveux central.
D. Les capillaires lymphatiques sont imperméables à la traversée des grosses molécules.
E. Les capillaires lymphatiques sont imperméables à la traversée des microbes.
46) Le réseau capillaire
A. Macrocirculation.
B. lieu d'échange entre le sang et les tissus.
C. Paroi mince et perméable : eau, glucose, ions, urée, acides aminés et acide lactique.
D. Distance entre les capillaires et les cellules> 50 Microns.
E. Circulation lente du sang dans les capillaires pour favoriser les échanges.
47) La vitesse d'écoulement du sang dans les différents vaisseaux :
A. Dans un gros vaisseau, le sang s'écoule plus vite près des parois du vaisseau qu’au centre.
B. La vitesse de l'écoulement augmente dans les zones rétrécies.
C. Au cours du cycle cardiaque, la vitesse de l’écoulement demeure constante sur toute la
longueur de l’aorte.
D. La vitesse de l'écoulement est plus rapide dans les veinules que dans les grosses veines.
E. La vitesse de l'écoulement est plus rapide dans les capillaires que dans les artérioles.
48) La traversée de la paroi capillaire par les liquides, les solides ou les gaz est augmentée par les
facteurs suivant :
A. Augmentation de la résistance artériolaire.
B. Augmentation du temps de passage dans les capillaires.
C. Diminution du gradient de concentration de part et d'autres de la paroi cellulaire.
D. Augmentation de la surface capillaire.
E. Augmentation de la distance de diffusion.
49) Circulation coronaire
A. Vascularise le myocarde ventriculaire et les valves auriculo-ventriculaire.
B. Dépend des résistances à l'écoulement sanguin qui sont différentes lors du cycle cardiaque
dans les coronaires gauches et droites.
C. Autorégulation en fonction des besoins en 0 2
D. L'apport d' 0 2 du myocarde ne dépend quasi exclusivement que du débit sanguin.
E. Dépend des artères coronaires dont le remplissage se fait surtout en systole.
50) Circulation coronaire
A. Maximale en diastole
B. Plus vulnérable en profondeur au niveau des couches sous-endocardiques
C. Autorégulation en fonction des besoins en O2
D. L’apport d’O2 du myocarde ne dépend quasi exclusivement que du débit sanguin.
E. Les besoins supplémentaires du myocarde en O 2pourront être fourni à partir d’une
augmentation du débit coronaire.
51) La circulation coronaire :
A. Vascularise le myocarde ventriculaire et les valves auriculoventriculaires
B. Dépend des artères coronaires dont le remplissage se fait surtout en systole
C. Dépend des résistances à l'écoulement sanguin qui sont différentes lors du cycle cardiaque
dans les coronaires gauche et droite.
D. A. un débit qui joue le rôle principal dans les adaptations aux besoins en oxygène du
myocarde.
E. Maximal en diastole (notamment au début ) durant laquelle la pression
intramyocardique est minimale .
52) veinomotricité :
A. A des médiateurs différents que ceux intervenant dans la motricité artérielle.
B. Lors d'une contraction, le volume veineux augmente et la pression veineuse augmente aussi.
C. Une relaxation des muscles lisses des veines produit une augmentation de la compliance.
D. Lors d'une relaxation, le volume veineux augmente et la pression veineuse diminue.
E. La contraction des muscles lisses des veines produit une augmentation de la compliance.

Le débit cardiaque
53) Le débit cardiaque :
A. est égal au produit de la fréquence cardiaque par la pression artérielle.
B. A pour mesure de référence la méthode de Fick.
C. Est exprimé en litres par minute.
D. Au repos couché est compris entre 5 et 7 litres par minute.
E. Est une valeur constante indépendante de l'âge, de la position, de la surface corporelle et du
niveau d'activité physique.
54) Quel élément parmi les suivants intervient dans le calcul du débit cardiaque ?
A. Hématocrite.
B. Débit sanguin coronarien.
C. Volume sanguin.
D. Volume d'éjection systolique.
E. Volume artérielle systémique.
55) On donne un volume télédiastolique ventriculaire = 120 ml, volume télésystolique = 50 ml, le
débit cardiaque pour une fréquence de 80 mn est :
A. 2,5 I/mn
B. 3,7 I/ mn
C. 10,5 I/ mn
D. 6,5 1/mn
E. 5,61/mn
56) Le débit cardiaque ?
A. Egale au produit du volume déjection systolique par la fréquence cardiaque.
B. Chez l'homme au repos est de l'ordre de 5,5 litres par minute.
C. Il existe une corrélation entre le débit cardiaque au repos et la surface corporelle.
D. Diminue notablement au cours du sommeil.
E. Le volume ventriculaire en fin de diastole est un élément important du débit cardiaque.
57) La plus grande partie du volume sanguin totale se trouve dans quelle partie du système
circulatoire ?
A. Aorte.
B. Cœur.
C. Artère et artérioles.
D. Veinules et veines.
E. Capillaires.

Régulation de la pression artérielle


58) La pression artérielle
A. Dépend du débit cardiaque.
B. Dépend des résistances vasculaires périphériques.
C. Diminue en cas de vasoconstriction.
D. Augmente par activation sympathique.
E. Ne dépend pas de la postcharge.
59) La régulation de la pression artérielle :
A. Ne dépend que du baroréflexe.
B. Est sous la dépendance de plusieurs systèmes de délai d'action variables.
C. Dépend pour une large part du bon fonctionnement rénal.
D. Hormonale agit sur la volémie grâce aux actions de !'angiotensine 11, de l'aldostérone et de
la vasopressine.
E. Par le baroréflexe persiste en cas d'hypotension artérielle chronique.
60) Lors du passage de la position couchée à la position debout ?
A. la pression artérielle augmente.
B. La fréquence cardiaque diminue.
C. le tonus veineux vasomoteur diminue.
D. le volume d'éjection systolique diminue.
E. Aucune des réponses précédentes n'est juste.
61) L'angiotensine Il
A. Exerce un effet direct sur le muscle lisse vasculaire.
B. Exerce une action directe sur des récepteurs de la sérotonine.
C. Augmente la libération des catécholamines.
D. Exerce une action stimulante sur la sécrétion de rénine.
E. Module la sécrétion de l'aldostérone.
62) L'angiotensine Il
A. Augmente le retour veineux.
B. Diminue le volume plasmatique.
C. Augmente les résistances périphériques totales.
D. Augmente la rétention de l'eau.
E. N'a pas d'effet sur la sécrétion de l'aldostérone.
63) La compliance :
A. Est fixe au niveau des membres inferieures.
B. Est variables au niveau des veines.
C. le volume sanguin au niveau des veines est constant.
D. La pression augmente et le volume du sang aussi dans la position debout.
E. La pression veineuse périphérique augmente au cours de la marche.
64) L'hémorragie entraîne une série de réaction :
A. Vasoconstriction artérielle systémique.
B. Vasoconstriction des artères cérébrales.
C. Vasoconstriction veineuse.
D. Diminution de la sécrétion des catécholamines.
E. Tachycardie.
65) Le retour veineux
A. L'inspiration provoque l'augmentation du retour veineux.
B. L'expiration provoque diminution du retour veineux.
C. Le débit cardiaque ne dépend pas du retour veineux.
D. La respiration artificielle n'a pas d'effet sur le retour veineux.
E. Le débit cardiaque et le retour veineux sont étroitement liés si l'un diminue l'autre diminue
aussi.
66) Le Contrôle locale de la circulation est plus important que la régulation neurovégétative pour
quelle structure ou organe ?
A. Foie.
B. Intestin.
C. Muscle squelettique.
D. Rein.
E. Peau.
67) Dans l'insuffisance cardiaque non traitée
A. L'organisme cherche à maintenir un débit cardiaque stable.
B. L'organisme cherche à maintenir une pression de perfusion des organes satisfaisante.
C. Les résistances vasculaires sont diminuées
D. Le volume d’éjection systolique est diminué
E. La stimulation sympathique est augmentée.
68) Le choc hémorragique chez l'homme entraîne tous les effets suivant sauf un. Lequel ?
A. Hypoxie.
B. Hypovolémie.
C. Augmentation de la sécrétion d'aldostérone.
D. Acid ose
E. Diminution de la sécrétion d'hormone antidiurétique.
69) Les bruits de Korotkoff :
A. Ces bruits traduisent l'existence d'un écoulement du sang de type laminaire.
B. Ces bruits traduisent l'existence d'une communication interventriculaire.
C. Ces bruits traduisent l'existence d'une communication intraauriculaire.
D. Ces bruits sont produits par la présence d'un écoulement turbulent dans l'artère humérale
E. Ces bruits apparaissent lors des rétrécissements aortiques.
70) Les barorécepteurs des sinus carotidiens possèdent toutes les propriétés suivantes, sauf une
laquelle ?
A. Leur stimulation détermine l'apparition d'une tachycardie réflexe.
B. Leur stimulation détermine l'apparition d'une vasodilatation.
C. Ils sont influencés par les changements de positions.
D. Leur activité est diminuée par la compression des artères carotides primitives.
E. ils sont sensibles à la composition chimique du sang.

Partie 2 : Rédaction


Q1 : A l'aide d'un tableau faite une comparaison entre les artères et les veines.

Q2 : Quelles sont les caractéristiques du système à basse pression.

Q3 : Définir les systèmes qui contrôlent l'automaticité et la conduction cardiaque.

Q4 : Définir les différents types de capillaires.

Q5 : A l'aide d'un schéma décrire les modifications physiologiques lors du passage couché à debout.

Q6 : A l’aide d’un schéma représenter la diastole ventriculaire (pression volume ECG et bruit du
cœur).

Q7 : A l'aide d'un schéma décrire les régulations physiologiques du système circulatoire lors du
passage de la position couchée à la position debout.