Вы находитесь на странице: 1из 795

LES ÉCOLES DE MANAGEMENT

M.-V. SPELLER

Total
Tage Mage ®
Ouvrage édité sous licence FNEGE®. La FNEGE®, propriétaire de la marque TAGE MAGE®,
ne peut-être tenue responsable des contenus de l’ouvrage. Ceux-ci n’engagent que les auteurs et les éditions Dunod.

2e édition

   


Conception de couverture : Caroline Joubert

© Dunod, 2016
11 rue Paul Bert, 92240 Malakoff
www.dunod.com
ISBN 978-2-10-076148-7

   


9782100759620-Spel-tdm.qxd 25/11/16 8:08 Page V

Table des matières

Présentation du Tage Mage® et des épreuves . . . . . . . . . . . . . . . . .1

Partie 1 Résolution des problèmes

Sous-partie 1.1 Présentation et méthodologie des épreuves 9


1. Calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10
2. Conditions minimales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12

Sous-partie 1.2 Rappel de cours Algèbre . . . . . . . . . . . . . 15


3. Les 4 opérations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16
4. Calcul mental (carrés, cubes, etc.) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
5. Critères de divisibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
6. Outils calculatoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38
7. Le point sur les pourcentages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51

Sous-partie 1.3 Équations et inéquations . . . . . . . . . . . . . 55


8. Équations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56
9. Inéquations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60

Sous-partie 1.4 Systèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68


10. Les systèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69

Sous-partie 1.5 Polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74


© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

11. Les polynômes de degré 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75


12. Les polynômes de degré 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80

Sous-partie 1.6 Rappels de géométrie . . . . . . . . . . . . . . . 86


13. Théorèmes et propriétés célèbres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87
14. Angles. Résultats importants en géométrie . . . . . . . . . . . . . . .91
15. Périmètres, surfaces et volumes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98

Sous-partie 1.7 Conversions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105


16. Conversions distances et durées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106

Table des matières V


9782100759620-Spel-tdm.qxd 25/11/16 8:08 Page VI

Sous-partie 1.8 Statistiques et probabilités . . . . . . . . . . 117


17. Calculs de probabilités . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . .118
18. Notions de statistiques descriptives . ....... . . . . . . . . . . .126
19. Le point sur la loi de Bernoulli et la loi Binomiale . . . . . . . . . . .133
20. Dénombrements . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . .139

Partie 2 Raisonnement logique

Sous-partie 2.1 Présentation et méthodologie des épreuves 149


1. L’épreuve de logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150
2. L’épreuve de raisonnement/argumentation . . . . . . . . . . . . . . .152

Sous-partie 2.2 Logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154


3. Les séries de lettres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155
4. Les séries de chiffres et de nombres . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162
5. Logique spatiale : séries de symboles . . . . . . . . . . . . . . . . . . .170

Partie 3 Aptitudes verbales

Sous-partie 3.1 Présentation et méthodologie des épreuves 177


1. L’épreuve de compréhension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .178
2. L’épreuve d’expression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .184

Sous-partie 3.2 Rappels de français . . . . . . . . . . . . . . . . 187


3. Quelques notions de sémantique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .188
4. Conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .193
5. L’accord du participe passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .220
6. Quelques règles particulières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .223
7. Figures de style . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .231
8. Versification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .234

Partie 4 Tests blancs

1. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237


2. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .273
3. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .308
4. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .339

VI Table des matières


9782100759620-Spel-tdm.qxd 25/11/16 8:08 Page VII

5. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .369


6. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .400
7. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .433
8. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .469
9. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .507
10. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .543
11. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .577
12. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .610
13. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .645
14. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .682
15. Test blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .720

Grilles de réponses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .760


© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Table des matières VII


9782100759620-Spel-tdm.qxd 25/11/16 8:08 Page VIII
9782100759620-Spel-Intro.qxd 14/11/16 7:55 Page 1

Présentation du TAGE MAGE®


et des épreuves

1. Qu’est-ce que le TAGE MAGE® aux études supé-


rieures de gestion ?
Le TAGE MAGE® est requis par certaines écoles de commerce ou universités pour les
filières à dominante gestion.
Il peut être aussi demandé dans le cadre d’admissions parallèles (bac +3 en général).
En fonction du cas de figure dans lequel vous vous situez, il vous est exigé un score
minimum au test.

AT T E N T I O N
Vous ne pouvez passer le TAGE MAGE® qu’une seule fois par an !

2. Les principales formations qui demandent


l’obtention du TAGE MAGE® aux études de gestion
Le TAGE MAGE® est requis par de nombreuses formations au niveau de leur admission
à niveau bac +3 et plus. Voici une liste non-exhaustive des principales écoles et
concours communs qui utilisent ce test :

Concours commun Écricome Tremplin 2


• BEM Bordeaux Management School • ICN Business School
• ESCEM Tours-Poitiers • Reims Management School
• Euromed Management • Rouen Business School

Concours commun Passerelle 2


© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

• NOVANCIA • ESC Clermont • ESC Rennes


• EM Normandie • ESC Dijon • ESC Saint-Etienne
• EM Strasbourg • ESC Grenoble • ESC Troyes
• ESC Amiens • ESC La Rochelle • EDC Paris
• ESC Brest • ESC Montpellier • TELECOM EM
• ESC Chambery • ESC Pau

Concours spécifiques :
• HEC • IPAG • Audencia
• ESSEC • ESG Paris • ESSCA
• ESCP Europe Paris • SKEMA Business School • ...
• EBS Paris • EM Lyon

Introduction 1
9782100759620-Spel-Intro.qxd 14/11/16 7:55 Page 2

3. Comment l’épreuve se déroule-t-elle ?


Le TAGE MAGE® se compose de trois parties, elles-mêmes divisées en deux épreuves :
1. Résolution de problèmes
• Calcul
• Conditions minimales
2. Raisonnement logique
• Logique
• Raisonnement / argumentation
3. Aptitudes verbales
• Compréhension d’un texte écrit
• Expression
Ces tests comportent chacun 15 questions à 5 choix possibles dont un seul est correct
et vous avez 20 minutes pour chacune de ces six épreuves.
Les épreuves de calcul et de conditions minimales évaluent vos compétences pour
résoudre des problèmes mathématiques, les épreuves de logique et d’expression/argu-
mentation apprécient vos capacités de raisonnement logique et enfin les épreuves de
compréhension d’un texte écrit et d’expression mesurent vos aptitudes verbales.
Le test est noté sur 600 points. Votre note est calculée de la manière suivante :

Épreuves Questions Durée Nombre Note finale


de points

Résolution de 15 questions à 5 20 minutes par 60 pour l’ensemble


problèmes choix possibles épreuve soit 40 de la partie
– calcul pour chacune minutes pour « résolution
– conditions des épreuves. l’ensemble de la de problèmes »
minimales Soit 30 questions partie « résolution
pour l’ensemble de problèmes »
de la partie
« résolution de
problèmes »

Raisonnement 15 questions à 5 20 minutes par 60 pour l’ensemble


logique choix possibles épreuve soit 40 de la partie
– logique pour chacune des minutes pour « raisonnement (Moyenne des
– raisonnement/ épreuves. Soit 30 l’ensemble de la logique » trois parties × 10
argumentation questions pour partie = note sur 600
l’ensemble de la « raisonnement
partie logique »
« raisonnement
logique »

Aptitudes verbales 15 questions à 5 20 minutes par 60 pour l’ensemble


– compréhension choix possibles épreuve soit 40 de la partie
d’un texte écrit pour chacune des minutes pour « aptitudes
– expression épreuves. Soit 30 l’ensemble de la verbales »
questions pour partie « aptitudes
l’ensemble de la verbales »
partie « aptitudes
verbales »

2 Introduction
9782100759620-Spel-Intro.qxd 14/11/16 7:55 Page 3

AT T E N T I O N
Vous êtes pénalisé si vous ne répondez pas correctement à une question ! Vous
perdez des points. Si vous hésitez sur un énoncé, passez au suivant car l’ab-
sence de réponse ne vous enlève pas de point. Ne faites pas confiance au
hasard, c’est trop risqué !

4. Comment préparer le TAGE MAGE® ?


Le TAGE MAGE® est un examen qui nécessite une préparation soutenue. C’est une
épreuve difficile dans la mesure où il faut être très rapide. La partie « résolution de pro-
blèmes » nécessite une parfaite maîtrise du programme de mathématiques du collège
et du lycée et plus précisément des classes de 4e et 3e. Vous allez donc devoir vous
repencher sur les théorèmes de Pythagore ou de Thalès, résoudre à nouveau des équa-
tions, des problèmes, etc. Que de bons (ou mauvais) souvenirs ! Pas d’inquiétude : il
s’agit d’un QCM, donc il ne vous est pas demandé de démontrer vos résultats !
Les autres parties font appel au « bon sens ». Elles n’exigent pas de notions particu-
lières mais demandent tout de même une préparation assez intensive. Vous devez avoir
traité plusieurs QCM du même type afin d’être capable de réussir le test. Si vous n’a-
vez jamais fait de test de logique par exemple, il est très difficile d’en comprendre le
fonctionnement du premier coup et surtout en temps limité.
Alors mettez toutes les chances de votre côté pour réussir !

Quelle préparation pour quel profil ?


Vous pouvez préparer seul(e) le TAGE MAGE® ou bien avec l’aide d’organismes de sou-
tien scolaire (cours particuliers à domicile ou bien stages de préparation intensifs). Cela
dépend de votre niveau, du temps dont vous disposez pour vous préparer, etc.

Vous travaillez seul(e)


Procurez-vous un manuel de QCM corrigés. Exercez-vous en commençant par des exer-
cices simples. Il faut débuter par des applications directes du cours. Cela vous permet
d’intégrer et de mémoriser les notions importantes à l’aide d’exemples. Une fois que vous
maîtrisez parfaitement ces exercices, continuez avec des problèmes plus compliqués.
Terminez par des tests blancs et des annales en vous mettant dans les conditions de l’é-
preuve. Contrôlez vos résultats à l’aide des corrigés. Mais ne consultez pas trop vite les
réponses car c’est en restant bloqué sur une question que l’on retient durablement les
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

méthodes de résolution.

Vous optez pour de l’aide extérieure


Si vous avez des difficultés à travailler seul(e), vous pouvez toujours faire appel à des
organismes de cours particuliers à domicile ou bien suivre un stage intensif de prépa-
ration au TAGE MAGE®. Si vous optez pour des cours particuliers, préparez des ques-
tions avant l’arrivée de votre professeur. Vous gagnerez du temps car une séance de
deux heures de cours passe très vite. Cherchez des exercices pour la séance suivante
et surtout n’attendez pas de votre professeur qu’il apprenne votre cours ou fasse vos
exercices à votre place. Ce n’est pas lui qui passe l’examen ! Si vous optez pour un
stage intensif, votre attitude doit être similaire, vous devez préparer chaque cours.

Introduction 3
9782100759620-Spel-Intro.qxd 14/11/16 7:55 Page 4

Cours particuliers Stage intensif

Avantages : Avantages :
• Flexibilité des horaires, • Les questions des uns peuvent aider
pas de déplacement les autres
• Vous avez plus de temps • Vous adoptez plusieurs points de vue
pour appréhender les notions de résolution des exercices par le biais
du programme des autres élèves
• Vous posez vos questions en dehors • Vous rencontrez des personnes qui
du regard des autres passent le même test que vous
et cela peut avoir un effet rassurant.
Inconvénients : Inconvénients :
• Vous êtes seul et ne rencontrez pas • Horaires et déplacements moins flexibles
d’autres élèves qui passent le test
• Le professeur est moins disponible
que dans le cas d’un cours particulier
Conclusion : Conclusion :
• Le cours particulier permet d’approfondir • Le stage intensif vous confronte
les notions du cours, d’avancer rapidement aux réalités du test en rencontrant
dans la théorie et la pratique d’exercices. d’autres personnes dans les mêmes
Mais vous restez assez « seul » fasse conditions que vous.
au test.
• Si vous choisissez cette option, vous
• Choisissez cette option si vous devez devez maîtriser un minimum les notions
acquérir les notions du programme du programme car le professeur n’est pas
en peu de temps. aussi disponible que dans le cas d’un cours
particulier.

Attitude à adopter avant et après le test


La veille
• Repérer le lieu exact de l’examen (station de métro, numéro de salle, étage, etc.)
• Préparer votre convocation, pièce d’identité et autres papiers que l’on peut vous
demander.
• N’oubliez pas de régler votre réveil ! Ne pas se réveiller le jour J serait plus que
rageant !
• Couchez-vous tôt ! Cette épreuve demande une grande concentration. En étant fati-
gué(e), vous allez perdre vos moyens et faire des erreurs d’inattention !

Le jour J
• Habillez-vous de manière sobre et correcte. Mais surtout choisissez des vêtements
dans lesquels vous vous sentez bien !
• Mangez bien au petit-déjeuner ! Ne partez pas le ventre vide !
• Prévoyez d’arriver en avance afin d’éviter tout stress en cas de problème (embou-
teillages, retard dans les transports en commun, etc.).
• Une fois devant votre copie faites du mieux que vous pouvez. Et surtout si vous ne
savez pas répondre à une question passez à la suivante !

4 Introduction
9782100759620-Spel-Intro.qxd 14/11/16 7:55 Page 5

Les résultats
• Vous avez réussi : BRAVO !
• Vous avez échoué : ce n’est pas grave, vous pouvez repasser le test l’année suivante.
Et vous serez d’autant mieux préparé(e) car vous saurez à quoi vous attendre.
Tentez de repérer les points qui vous ont posé des problèmes et accentuez vos pro-
chaines révisions sur ces différents thèmes. Bon courage !

5. Comment est construit cet ouvrage


Cet ouvrage est construit en quatre grandes parties :

1re partie : Résolution de problèmes


Les différents rappels de cours sont tournés principalement sur les points de mathéma-
tiques traités au collège, notions essentielles à la réussite des épreuves de « calcul » et
de « conditions minimales ». Par exemple le théorème de Pythagore, le théorème de
Thalès vous rappellent-ils des souvenirs ? Ou vous sont-ils parfaitement inconnus ?

2e partie : Raisonnement logique


Certains concepts de probabilités (traités en première partie) peuvent également vous
être utiles pour la sous-partie Raisonnement / Argumentation.
La logique traitée dans ce deuxième chapitre a elle aussi son importance. Vous n’avez
que très rarement (voire pas du tout) eu l’occasion de rencontrer des exercices de
logique au cours de votre scolarité. Les nombreux exemples et applications vous per-
mettront de comprendre leur fonctionnement.

3e partie : Aptitudes verbales


La partie Aptitudes Verbales est traitée dans cette section. Vous y trouverez des
méthodes pour lire un texte rapidement et en dégager les thèmes principaux en un
minimum de temps. Des rappels de français pourront également vous être d’un grand
secours pour la sous-partie « Expression ».
Les sous-parties « Compréhension d’un texte » et « Expression » sont basées sur des
connaissances d’ordre plus général. Elles nécessitent une lecture régulière d’ouvrages
classiques et contemporains, une lecture assidue de l’actualité pour maîtriser un cer-
tain niveau de vocabulaire, de grammaire et d’orthographe. Elles exigent également un
entraînement dans le déchiffrage de textes afin d’en connaître les idées essentielles en
un minimum de temps.
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

4e partie : Tests blancs


En fin d’ouvrage, vous trouverez quinze tests blancs afin de vous entraîner et vous ren-
dre compte de votre niveau ! Dans la mesure du possible, essayez de faire ces tests
blancs en temps limité, afin d’être dans les conditions d’examen.
Un dernier mot avant de consulter ces quelques pages : BONNE CHANCE !

Introduction 5
9782100759620-Spel-Intro.qxd 14/11/16 7:55 Page 6

Remerciements
Je tiens, tout d’abord, à remercier l’équipe d’édition pour sa confiance, son écoute et sa
disponibilité.
Je remercie en particulier Éric d’Engenières, directeur éditorial, pour m’avoir donné la
chance d’écrire pour les éditions Dunod et Josépha Mariotti, éditrice, pour penser si sou-
vent à moi pour de nouveaux ouvrages. Un grand merci à tous les deux pour leur gen-
tillesse, leur soutien et la confiance qu’ils me témoignent.
Je remercie également Christelle Colfaux, éditrice, pour son attention et sa disponibilité.
Je remercie Lucile Cayzac, éditrice, pour sa contribution et sa disponibilité.
Je remercie aussi Adrien Vila pour sa relecture précise et attentive.
Un grand merci à tous mes élèves pour leur sympathie et leur bonne humeur. Leurs ques-
tions et leurs doutes m’ont permis de cibler les difficultés récurrentes et d’insister sur les
points qui posent le plus de problèmes aux étudiants lors de tests, examens et concours.
Je remercie enfin toutes les personnes qui m’ont tendu la main depuis l’enfance jusqu’à
aujourd’hui, celles qui m’ont soutenue pendant mes études et encouragée dans la rédaction
de mes ouvrages ainsi que tous mes amis pour leur affection et leur réconfort.
J’espère que cet ouvrage répondra aux attentes des candidats au test Tage Mage®.
Bonne chance à tous et bonne continuation dans vos études !
Marie-Virginie Speller

« Ce n’est pas tant l’intervention de nos amis qui nous aide mais le fait de savoir que nous
pourrons toujours compter sur eux. » Épicure
À mes amis.

6 Introduction
9782100759620-Spel-part1.qxd 26/10/16 10:11 Page 7

Partie

Résolution
des problèmes
9782100759620-Spel-part1.qxd 26/10/16 10:11 Page 8
9782100759620-Spel-spart1.1.qxd 14/11/16 7:57 Page 9

Présentation
et méthodologie
des épreuves

Sous-partie
1. Calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10
2. Conditions minimales . . . . . . . . . . . . . .12
9782100759620-Spel-P1SP1.qxd 22/11/16 8:55 Page 10

1 Calcul

La partie « calcul » porte sur le programme de collège et lycée en mathématiques. Les


questions regroupent les chapitres portant sur les équations, les systèmes, la géomé-
trie, le calcul algébrique, etc. Vous êtes a priori au point au niveau des connaissances.
Mais comme ce sont des notions que vous avez apprises au collège, il y a peut-être
quelques points à revoir. Pythagore ou Thalès vous rappellent-t-ils des souvenirs ? Et
la règle de trois ?
Cette partie comporte quinze petits problèmes ou énigmes à résoudre. Ils se présen-
tent sous la forme de questions à 5 choix possibles dont un seul est correct. La diffi-
culté réside dans la gestion de votre temps. Vous devez maîtriser l’énoncé et répond-
re rapidement. Vous ne disposez que de 20 minutes pour répondre à 15 petits problè-
mes et cela passe très vite. C’est pourquoi un entraînement est indispensable ! Voici
quelques clefs pour réussir :

Quelques conseils de méthodologie :


• Apprendre ou réapprendre vos différentes formules d’algèbre de géométrie par
cœur. Même si vous êtes capable de les restituer par le calcul, il est préférable de
les connaître parfaitement, car vous êtes face à une épreuve de rapidité. Cela vous
évite de refaire des opérations (parfois longues et fastidieuses) pour retrouver la
formule exacte et de perdre du temps. Sans compter que vous risquez de faire des
erreurs, ce qui serait vraiment dommage ! Apprenez donc vos formules par cœur.
• Entraînez-vous ! Même si vous connaissez bien le programme de mathématiques et
que vous étiez plutôt bon élève au collège, continuez toutefois à vous exercer. Ne
découvrez pas l’épreuve de calcul le jour du test ! Cela vous déstabiliserait et vous
risqueriez de faire des erreurs de calcul ou d’inattention. Certains énoncés doivent
être résolus par automatisme. Entraînez-vous avec les petits exercices ainsi que les
tests blancs proposés dans cet ouvrage.
• Ne vous précipitez pas ! Lisez l’ensemble des questions et commencez par celles qui
vous semblent les plus abordables. Si vous ne parvenez pas à résoudre un énoncé,
ne dramatisez pas et passez au suivant ! Ne restez surtout pas bloqué sur une dif-
ficulté, c’est le meilleur moyen de perdre votre temps. Essayez plutôt d’économiser
quelques minutes avant la fin pour vous relire et éventuellement revenir sur les
questions auxquelles vous n’avez pas répondu.

Erreurs à éviter :
• Lire trop rapidement le sujet et se précipiter sans réfléchir n’est pas recommandé. Vous
risquez de répondre à côté de la question et de commettre des erreurs d’inattention !
• Le rayon intervient le plus souvent dans les formules de géométrie. Attention car
souvent il vous est donné le diamètre et l’erreur classique est de considérer le dia-
mètre à la place du rayon. Alors vérifiez bien avant d’effectuer le moindre calcul.
Car là ce sont des points perdus vraiment bêtement !
• Erreurs de calculs les plus fréquentes :
√  
a+ b = a+b
√  
a− b = a−b

10 Résolution des problèmes [Présentation et méthodologie des épreuves]


9782100759620-Spel-P1SP1.qxd 22/11/16 8:55 Page 11

a
a c b a d a c
÷ = = × et surtout pas ×
b d c b c b d
d
• Vérifiez enfin que vous avez sélectionné la lettre de la proposition qui correspond
bien à votre réponse. Ce serait vraiment dommage de reporter une faute ! N’oubliez
pas que toute réponse incorrecte est pénalisée !

Exemple
• Il y a deux ans, Blandine avait trois fois l’âge de son neveu. Son neveu à aujourd’hui le
double de la somme des chiffres du nombre 2 017. Quel est l’âge de Blandine ?
A. 18 ans
B. 20 ans
C. 52 ans
D. 54 ans
E. 56 ans
Bonne réponse E.
La somme des chiffres du nombre 2 017 est égale à 2 + 0 + 1 + 7 = 10. Et le double de
10 est égal à 10 × 2 = 20. Le neveu de Blandine a donc 20 ans. Il y a deux ans, il avait
donc 20 – 2 = 18 ans et Blandine 18 × 3 = 54 ans. Aujourd’hui elle a donc 54 + 2 =
56 ans.
• Quelle est l’aire d’une sphère de diamètre 25 cm ? Vous admettrez que G = 3.
A. 18,75 dm2
B. 625 cm2

des problèmes
C. 7 500 cm2

Résolution
D. 25 dm2
E. 156,25 cm2
Bonne réponse A.
L’aire d’une sphère est donnée par la formule Asphère = 4GR2. Le rayon de la sphère est
égal à R = 25 ÷ 2 = 12,5 cm. Ainsi l’aire cherchée est de Asphère = 4 × G × 12,52 =
4 × G × 156,25 = 625G = 625 × 3 = 1 875 cm2 en admettant que G = 3. Puis en conver-

Raisonnement
tissant les cm2 en dm2, vous obtenez que l’aire de la sphère est égale à Asphère =
18,75 dm2.
logique
km2 hm2 dam2 m2 dm2 cm2 mm2
1 8, 7 5
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

AT T E N T I O N
Aptitudes
verbales

N’oubliez pas de diviser le diamètre par 2 pour obtenir le rayon !


Tests blancs

Résolution des problèmes [Présentation et méthodologie des épreuves] 11


9782100759620-Spel-P1SP1.qxd 22/11/16 8:55 Page 12

L’épreuve de conditions
2 minimales

La partie « conditions minimales » est un exercice difficile car il s’agit de questions que
vous n’avez jamais traitées précédemment. Vous devez déterminer ce qui vous permet
d’accéder au résultat sans répondre à la question posée. Vous devez traiter 15 énon-
cés en 20 minutes.
Les problèmes posés reprennent le programme de collège et de lycée en mathéma-
tiques. Les énoncés sont très similaires à ceux de la partie « calcul ». Cependant ce
que l’on vous demande est très différent. Vous ne devez pas résoudre le problème mais
déterminer si les informations (1) et/ou (2) proposées vous permettent d’arriver ou
non à la solution. Vous avez alors le choix parmi cinq propositions, dont une seule est
correcte :
A. Si l’information (1) permet à elle seule de répondre à la question, et si l’information
(2) à elle seule ne permet pas de répondre à la question.
B. Si l’information (2) permet à elle seule de répondre à la question, et si l’information
(1) à elle seule ne permet pas de répondre à la question.
C. Si les deux informations (1) et (2) ensemble permettent de répondre à la question,
et aucune séparément ne le peut.
D. Si chaque information permet séparément de répondre à la question.
E. Si les deux informations ensemble ne permettent pas de répondre à la question.
Quelques conseils et erreurs à éviter :
• Apprenez par cœur ces cinq réponses possibles et de optez directement pour celle
qui vous semble la plus appropriée. Cela vous évitera de les relire à chaque fois. Et
vous serez plus rapide !
• Lisez l’ensemble des problèmes afin de déterminer ceux que vous pourrez résoud-
re plus facilement. Là encore privilégiez ce que vous maîtrisez le mieux !
• Testez bien séparément ou ensemble les informations (1) et (2) et n’en oubliez pas
une. Car si une des deux permet de répondre à la question, peut-être que la secon-
de le peut aussi. Parfois il arrive aussi qu’aucune d’entre elles ne parvienne à la
solution. Dans ce cas vous choisissez la réponse E. Cela peut arriver, vous ne vous
êtes pas forcément trompé !
• Ne confondez pas le rayon et le diamètre, c’est une erreur classique !
• Tentez de garder quelques minutes pour relire vos réponses et surtout vérifiez que
vous avez coché la bonne proposition. Il vous est rappelé que toute réponse erro-
née vous fait perdre des points.

12 Résolution des problèmes [Présentation et méthodologie des épreuves]


9782100759620-Spel-P1SP1.qxd 22/11/16 8:55 Page 13

R É C A P I TA LT I F : Q U E L L E D É C I S I O N P R E N D R E

Exemples
• Quelle est l’aire d’un cercle défini ci-dessous ?
(1) Le rayon du cercle est de 2 cm.
(2) Ce cercle a pour circonférence 4G cm.
Bonne réponse D.

des problèmes
Résolution
Les deux indications considérées séparément vous permettent de répondre à la question.
La première information vous permet d’obtenir l’aire du cercle car cette dernière peut se
calculer à partir du rayon : Acercle = GR2 = G × 22 = 4G cm2. Donc (1) à elle seule permet
de répondre à la question.
La seconde information vous permet également de déterminer l’aire du cercle. En effet,
vous obtenez le rayon à partir de sa circonférence (ou de son périmètre). Csphère = 2GR

⇔ R = C = 4π = 2 cm. Vous en déduisez l’aire du cercle en effectuant le même calcul que Raisonnement
logique
2π 2π
précédemment : Acercle = GR2 = G × 22 = 4G cm2. Donc (2) à elle seule permet aussi de
répondre à la question.
• Quelle est la valeur de x ?
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

(1) x 2 + 4x + 4 = 0
Aptitudes

(2) x < 0
verbales

Bonne réponse A.
Seule la première indication vous permet de répondre à la question.
Cette dernière vous donne une équation du second degré. Vous calculez le discriminant ∆
avec a = 1, b = 4 et c = 4. ∆ = 42 – 4 × 1 × 4 = 16 – 16 = 0. Donc le polynôme consi-
−b −4
Tests blancs

déré admet une unique racine x0 = = = −2 . La valeur de x est donc –2.


2a 2
La seconde information vous donne le signe de x . Cela ne permet pas de répondre à la
question. Elle n’apporte aucune information complémentaire puisque d’après précédem-
ment x = –2 < 0. Donc (2) à elle seule ne permet pas de répondre à la question.

Résolution des problèmes [Présentation et méthodologie des épreuves] 13


9782100759620-Spel-P1SP1.qxd 22/11/16 8:55 Page 14

• Quelle est la valeur de (x + y)2 ?


(1) x2 + y2 = 1 625
(2) xy = 700
Bonne réponse C.
Vous avez besoin des deux informations pour répondre à la question. En effet en combi-
nant les deux indications, vous retrouvez la formule d’identité remarquable x2 + y2 + 2xy
= (x + y)2. Ainsi (x + y)2 = 1 625 + 2 × 700 = 1 625 + 1 400 = 3 025 = (55)2
• Quelle est la valeur de x ?
(1) x est premier
(2) x est impair
Bonne réponse E.
Vous ne pouvez pas répondre à la question ni avec la première ni avec la seconde infor-
mation. En effet il y a une infinité de nombres impairs premiers : 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19,
23, 29, 31, etc.
• Quelle est la valeur de x ?
(1) x est premier
(2) x est pair
Bonne réponse C.
Vous avez besoin des deux informations pour répondre à la question. En combinant les
deux, vous obtenez que x est forcément égal à 2. En effet, il s’agit du seul nombre pre-
mier pair.
• Quelle est la valeur de x ?
(1) x2 = 4
(2) x3 = 8
Bonne réponse B.
Seule la seconde information vous permet de répondre à la question. En effet x3 = 8 ⇔
x=2
La première information, en revanche, ne permet pas à elle seule de répondre à la ques-
tion car x2 = 4 ⇔ x = 2 ou x = –2. Vous obtenez deux valeurs de x contrairement à la
première indication qui aboutit directement à x = 2.

14 Résolution des problèmes [Présentation et méthodologie des épreuves]


9782100759620-Spel-spart1.2.qxd 14/11/16 8:13 Page 15

Rappels de cours
d’algèbre

Sous-partie
3. Les 4 opérations . . . . . . . . . . . . . . . . .16
4. Calcul mental (carrés, cubes, etc.) . . . . .26
5. Critères de divisibilité . . . . . . . . . . . . . .35
6. Outils calculatoires . . . . . . . . . . . . . . . .38
7. Le point sur les pourcentages . . . . . . . .51
9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 16

3 Les quatre opérations

Le calcul mental peut s’avérer très utile dans les épreuves de rapidité, notamment dans
les exercices des sous-tests « calcul » et « conditions minimales ». Il est également
indispensable de connaître ses carrés et cubes ainsi que certaines tables de multiplica-
tion par cœur !
Par ailleurs, vous n’avez pas le droit à la calculatrice, vous devez donc maîtriser par-
faitement les quatre opérations, notamment les poser pour vos calculs au brouillon.

1. L’addition et la soustraction
a. Tables d’addition de 0 à 10

+ 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

0 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

2 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

3 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

4 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14

5 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

6 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16

7 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17

8 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18

9 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19

10 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

16 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 17

b. Tables de soustraction de 0 à 10
– 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

0 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

1 –1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9

2 –2 –1 0 1 2 3 4 5 6 7 8

3 –3 –2 –1 0 1 2 3 4 5 6 7

4 –4 –3 –2 –1 0 1 2 3 4 5 6

5 –5 –4 –3 –2 –1 0 1 2 3 4 5

6 –6 –5 –4 –3 –2 –1 0 1 2 3 4

7 –7 –6 –5 –4 –3 –2 –1 0 1 2 3

8 –8 –7 –6 –5 –4 –3 –2 –1 0 1 2

9 –9 –8 –7 –6 –5 –4 –3 –2 –1 0 1

10 –10 –9 –8 –7 –6 –5 –4 –3 –2 –1 0

c. Addition et soustraction de nombres entiers


Exemples

des problèmes
Résolution
•1+3=4 •2–1=1
•5+2=7 •5+0=5
•5–2=3

REMARQUES
• Ajouter ou retrancher 0 à un nombre n’a aucun effet sur ce dernier.

Raisonnement
• Une soustraction est l’addition de deux nombres relatifs.

Entraînez-vous ! logique
Effectuez le plus rapidement possible les calculs suivants :
1. 13 – 5 = 6. 156 + 254 =
2. 14 + 5 = 7. 125 + 789 =
Aptitudes
verbales

3. 152 – 8 = 8. 84 500 – 1 250 =


4. 45 – 2 = 9. 45 652 – 4 560 =
5. 584 – 125 = 10. 12 250 – 8 540 =

Vérifiez vos résultats !


Tests blancs

1. 13 – 5 = 8 6. 156 + 254 = 410


2. 14 + 5 = 19 7. 125 + 789 = 914
3. 152 – 8 = 144 8. 84 500 – 1 250 = 83 250
4. 45 – 2 = 43 9. 45 652 – 4 560 = 41 092
5. 584 – 125 = 459 10. 12 250 – 8 540 = 3 710

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 17


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 18

d. Comment poser une addition ?


Vous additionnez les chiffres des unités puis les chiffres des dizaines et ainsi de suite.
1 2 3 4 14 1 5 16 7
+ 5 2 5 + 5 4 9 5
1 7 5 9 1 0 0 6 2

AT T E N T I O N
N’oubliez pas les retenues !

Et s’il y a des virgules ?


Vous procédez de la même manière :
1 2, 3 4 14, 15 16 7
+ 5, 2 5 + 5, 4 9 5
1 7, 5 9 1 0, 0 6 2

Vous additionnez d’abord les chiffres des millièmes, puis ceux des centièmes, puis ceux
des dixièmes, puis ceux des unités, etc. Vous laissez la virgule au même endroit que
dans les nombres auxquels a été appliquée l’opération.

AT T E N T I O N
Il est important de disposer les nombres en colonne en respectant la place de
chaque chiffre. Vous devez additionner les dixièmes avec les dixièmes, les uni-
tés avec les unités, les dizaines avec les dizaines, etc.

d. Comment poser une soustraction ?


Vous soustrayez les chiffres des unités puis les chiffres des dizaines et ainsi de suite.
1 2 3 4 4 1 5 16 17

– 1 1 2 – 11 16 19 9
1 1 2 2 2 8 6 8

AT T E N T I O N
N’oubliez pas les retenues !
Pour la deuxième opération, elles sont nécessaires.
« 9 pour aller à 7 » : impossible. Donc, vous ajoutez une retenue et obtenez ainsi
« 9 pour aller à 17 » : 8. Vous placez 8 comme chiffre des unités de la seconde
soustraction et rajoutez un 1 à côté du 9 de 1 699. Puis 9 + 1 = 10 pour aller à
6 : impossible. Donc, vous ajoutez une retenue et obtenez ainsi « 10 pour aller
à 16 » : 6. Et ainsi de suite.

Et s’il y a des virgules ?


Vous procédez de la même manière :
1 2, 3 4 4 1 5, 16 17

– 1, 1 2 – 11 16, 19 9
1 1, 2 2 2 8, 6 8
Vous soustrayez d’abord les chiffres des millièmes, puis ceux des centièmes, puis ceux
des dixièmes, puis ceux des unités, etc. Vous laissez la virgule au même endroit que
dans les nombres auxquels a été appliquée l’opération.

18 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 19

AT T E N T I O N
Il est important de disposer les nombres en colonne en respectant la place de
chaque chiffre. Vous devez soustraire les dixièmes avec les dixièmes, les unités
avec les unités, les dizaines avec les dizaines, etc.

REMARQUE
Lorsque le nombre soustrait est supérieur au nombre initial (le nombre du haut
est supérieur à celui du bas lorsque vous posez la soustraction), vous inversez
le sens et rajouter un signe « moins » devant le résultat.
Exemples
8 – 12 = –(12 – 8) = -4
Et en posant la soustraction : 1 562 – 2 144

1 5 6 2 2 11 14 4
- 2 1 4 4 ⇔ – 11 15 6 2
N’oubliez pas le signe « - » - 0 5 8 2
devant le résultat

Ainsi 1 562 – 2 144 = –(2 144 – 1 562) = –582

Entraînez-vous !
Effectuez les opérations suivantes en les posant :
1. 1 542 + 547 = 6. 12,5 + 25,123 =

des problèmes
Résolution
2. 45 684 – 1 452 = 7. 12,08 – 23,071 =
3. 1 572 – 599 = 8. 24,0153 – 151 =
4. 12 + 321 = 9. 152,03 – 145,005 =
5. 14 – 132 = 10. 1 235,01 – 154,1 =

Vérifiez vos résultats

Raisonnement
logique
1. 1 542 + 547 = 2 089
11 5 4 2
+ 5 4 7
2 0 8 9
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

2. 45 684 – 1 452 = 44 232


4 5 6 8 4
Aptitudes
verbales

- 1 4 5 2
4 4 2 3 2
3. 1 572 – 599 = 973
1 15 17 12

- 1 15 19 9
Tests blancs

0 9 7 3
4. 12 + 321 = 333
1 2
+ 3 2 1
3 3 3

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 19


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 20

ASTUCE
Pour cette quatrième opération, vous auriez également pu remarquer que
599 = 600 – 1, ainsi : 1 572 – 599 = 1 572 – (600 – 1) = 1 572 – 600 + 1
= 1 573 – 600 = 973.

5. 14 – 132 = –(132 – 14) = -118


1 3 12

– 11 4
1 1 8
6. 12,5 + 25,123 = 37,623
1 2, 5
+ 2 5, 1 2 3
3 7, 6 2 3
7. 12,08 – 23,071 = –(23,071 – 12,08) = –10,991
2 3, 10 17 1
- 1 12, 10 8 0
1 0, 9 9 1
8. 24,0153 – 151 = –(151 – 24,0153) = –126,9847
1 5 11, 10 10 10 10

– 12 14, 10 11 15 3
1 2 6, 9 8 4 7
9. 152,03 – 145,005 = 7,025
1 5 12, 0 3 10

-1 14 5, 0 10 5
0 0 7, 0 2 5
10. 1 235,01 – 154,1 = 1 080,91
1 2 13 5, 10 1
- 11 5 14, 1 0
1 0 8 0, 9 1

20 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 21

2. La multiplication
a. Tables de multiplication de 0 à 10

× 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

2 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20

3 0 3 6 9 12 15 18 21 24 27 30

4 0 4 8 12 16 20 24 28 32 36 40

5 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50

6 0 6 12 18 24 30 36 42 48 54 60

7 0 7 14 21 28 35 42 49 56 63 70

8 0 8 16 24 32 40 48 56 64 72 80

9 0 9 18 27 36 45 54 63 72 81 90

10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

des problèmes
b. Comment poser une multiplication ?

Résolution
Vous multipliez d’abord chiffre par chiffre en commençant par la colonne de droite du
second facteur.
À chaque nouveau chiffre, vous passez à la ligne en décalant le résultat d’un cran vers
la gauche.
Puis vous additionnez les résultats obtenus.

Raisonnement
Voici un exemple pour mieux comprendre :

logique
1 4 3 2
× 2 5
7 11 6 0 = 5 × 1 432
+ 21 8 6 4 • = 2 × 1 432 Vous décalez le second résultat vers la gauche
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

3 5 8 0 0
Aptitudes
verbales

c. Et s’il y a des virgules ?


Vous additionnez le nombre de chiffres après la virgule des deux facteurs et obtenez le
nombre de chiffres qui doivent apparaître après la virgule dans le résultat :
1 4, 3 2
×
Tests blancs

2, 5
7 11 6 0 = 5 × 1 432
+ 21 8 6 4 • = 2 × 1 432 Vous décalez le second résultat vers la gauche
3 5, 8 0 0

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 21


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 22

Le premier facteur a deux chiffres après la virgule et le second en a un seul. Ainsi le


résultat doit avoir 2 + 1 = 3 chiffres après la virgule. Le produit de 14,32 par 2,5 est
donc égal à 35,800 = 35,8.

3. La division
a. Comment poser une division ?
Une division euclidienne se présente de la manière suivante :
Dividende Diviseur
Reste Quotient

À RETENIR
Dividende = Diviseur × Quotient + Reste

Lorsqu’il y a des grands nombres, vous pouvez effectuer des divisions en partitionnant
dividende.

Dividende 1 5 0 0 0 3 5 Diviseur
- 1 4 0 4 2 8 Quotient
1 0 0
- 7 0
3 0 0
- 2 8 0
2 0 Reste

Vous obtenez la relation suivante : 15 000 = 35 × 428 + 20


Pour effectuer la division, au lieu de diviser directement 15 000 par 35, vous considé-
rez 150 que vous divisez par 35 (il est plus facile de diviser 150 par 35 que 15 000 par
35 !), puis vous abaissez les zéros suivants de manière successive.
La démarche est la suivante :
Dans « 150 combien de fois 35 » : 4 fois
Puis vous calculez : 35 × 4 = 140
Vous effectuez ensuite la soustraction 150 – 140 = 10
Enfin vous abaissez le 0 suivant et vous recommencez :
Dans « 100 combien de fois 35 » : 2 fois
Puis vous calculez : 35 × 2 = 70
Vous effectuez ensuite la soustraction 100 – 70 = 30
Enfin vous abaissez le 0 suivant et vous recommencez :
Dans « 300 combien de fois 35 » : 8 fois
Puis vous calculez : 35 × 8 = 280
Vous effectuez ensuite la soustraction : 300 – 280 = 20
En vous arrêtant à cette étape, vous obtenez la relation précédente :
15 000 = 35 × 428 + 20.

22 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 23

REMARQUE
Si vous souhaitez un nombre plus précis pour le quotient, vous devez continuer
de la même manière en plaçant une virgule après le chiffre des unités 8 du quo-
tient et en abaissant des zéros de manière successive :

1 5 0 0 0 3 5
- 1 4 0 4 2 8, 5 7
1 0 0
- 7 0
3 0 0
- 2 8 0
2 0 0
- 1 7 5
2 5 0
- 2 4 5
5
En vous arrêtant à deux chiffres après la virgule (précision au centième), vous
obtenez : 15 000 = 35 × 428,57 + 5 centièmes = 35 × 428,57 + 0,05
Vous pouvez continuer à abaisser des zéros en fonction de la précision souhai-
tée.

b. Et si le dividende est plus petit que le diviseur ?

des problèmes
Résolution
Vous souhaitez par exemple diviser 15 par 35 :

1 5 3 5
- 0 0, 4 2 8 5 7
1 5 0
- 1 4 0

Raisonnement
1 0 0

logique
- 7 0
3 0 0
- 2 8 0
2 0 0
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

- 1 7 5
2 5 0
Aptitudes
verbales

- 2 4 5
5

La démarche est identique à la précédente sauf que vous rajoutez une étape :
« Dans 15, combien de fois 35 » : 0 fois
Et vous écrivez 0 suivi d’une virgule dans la cellule correspondante au quotient.
Tests blancs

Puis vous abaissez un 0 et obtenez 150.


Et vous recommencez comme précédemment, « dans 150, combien de fois 35 », et
ainsi de suite...

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 23


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 24

4. Les nombres pairs et impairs


a. Notation d’un nombre pair
Un nombre entier pair se note le plus souvent 2n où n est un entier. Mais lorsque vous
avez un problème faisant intervenir plusieurs nombres pairs, vous pouvez noter les autres
2n + 2 ou encore 2n – 2, etc. Vous ajoutez un nombre pair à un nombre entier doublé.

Exemple
Comment déterminer trois entiers pairs consécutifs dont la somme est égale à 240 ?
La condition : « la somme de trois entiers pairs consécutifs est égale à 240 » se traduit
mathématiquement par « 2n – 2 + 2n + 2n + 2 = 240 ». Cela équivaut à 6n = 240, soit
240 × 40 – 2 = 80
à n = = 40. Ainsi les trois entiers cherchés sont : 2n – 2 = 2
6
– 2 = 78, 2n = 2 × 40 = 80 et 2n + 2 = 2 × 40 + 2 = 80 + 2 = 82.
En effet : 78 + 80 + 82 = 240.

b. Notation d’un nombre impair


Un nombre entier impair se note le plus souvent 2n + 1 où n est un entier. Mais lorsque
vous êtes confronté à un énoncé faisant intervenir plusieurs nombres impairs, vous
pouvez noter les autres 2n – 1 ou 2n + 3.

Exemple
Comment déterminer trois entiers impairs consécutifs dont la somme est égale à 27 ?
La condition : « la somme de trois entiers impairs consécutifs est égale à 27 » se traduit
mathématiquement par « 2n – 1 + 2n + 1 + 2n + 3 = 27 ». Cela équivaut à 6n + 3 = 27,
24
soit à 6n = 24 et donc à n = = 4. Ainsi les trois entiers cherchés sont : 2n – 1
6
= 2 × 4 – 1 = 8 – 1 = 7, 2n + 1 = 2 × 4 + 1 = 8 + 1 = 9 et 2n + 3 = 2 × 4 + 3 = 8 + 3
= 11
En effet : 7 + 9 + 11 = 27.

À vous de jouer !
Question 1 : La somme de trois entiers pairs consécutifs est égale à 120. Quel est le plus
petit de ces trois nombres ?
❒ A. 24 ❒ B. 38 ❒ C. 40 ❒ D. 42 ❒ E. 44
Question 2 : La somme de trois nombres entiers impairs consécutifs est égale à 375. Quel
est le plus grand de ces trois nombres ?
❒ A. 127 ❒ B. 129 ❒ C. 137 ❒ D. 217 ❒ E. 375

Vérifiez vos résultats !


1. La condition : « la somme de trois entiers pairs consécutifs est égale à 120 » se
traduit mathématiquement par « 2n – 2 + 2n + 2n + 2 = 120 ». Cela équivaut à
120
6n = 120, soit à n = = 20. Ainsi les trois entiers cherchés sont : 2n – 2 =
6
2 × 20 – 2 = 40 – 2 = 38, 2n = 2 × 20 = 40 et 2n + 2 = 2 × 20 + 2 = 40 + 2 = 42.
En effet : 38 + 40 + 42 = 120. Le plus petit de ces trois nombres est 38. La bonne répon-
se est B.

24 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 25

2. La condition : « la somme de trois entiers impairs consécutifs est égale à 375 » se tra-
duit mathématiquement par « 2n – 1 + 2n + 1 + 2n + 3 = 375 ». Cela équivaut à 6n + 3
372
= 375, soit à 6n = 372 et donc à n = = 62. Ainsi les trois entiers cherchés sont :
6
2n – 1 = 2 × 62 – 1 = 124 – 1 = 123, 2n + 1 = 2 × 62 + 1 = 124 + 1 = 125 et 2n + 3
= 2 × 62 + 3 = 124 + 3 = 127. En effet : 123 + 125 + 127 = 375. Le plus grand de ces
trois nombres est 127. La bonne réponse est A.

c. Les opérations de nombres pairs et impairs


+ Pair Impair

Pair Pair Impair

Impair Impair Pair

Exemples
• 8 + 4 = 12 (pair + pair = pair) • 3 + 2 = 5 (impair + pair = impair)
• 4 + 1 = 5 (pair + impair = impair) • 11 + 3 = 14 (impair + impair = pair)

× Pair Impair

Pair Pair Pair

Impair Pair Impair

Exemples

des problèmes
Résolution
• 2 × 4 = 8 (pair × pair = pair) • 3 × 4 = 12 (impair × pair = pair)
• 2 × 5 = 10 (pair × impair = pair) • 5 × 7 = 35 (impair × impair = impair)

Entraînez-vous !
Pour chacune des opérations suivantes, déterminez si le résultat est pair ou impair :

Raisonnement
1. 12 + 8 6. 35 × 10

logique
2. 14 + 5 7. 45 × 5
3. 1 452 + 8 8. 11 × 8
4. 25 143 + 891 9. 2 × 8
5. 142 + 57 10. 110 × 14
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Vérifiez vos résultats !


Aptitudes
verbales

1. 12 + 8 = 20 (pair + pair = pair)


2. 14 + 5 = 19 (pair + impair = impair)
3. 1 452 + 8 = 1 460 (pair + pair = pair)
4. 25 143 + 891 = 26 034 (impair + impair = pair)
5. 142 + 57 = 199 (impair + pair = impair)
Tests blancs

6. 35 × 10 = 350 (impair × pair = pair)


7. 45 × 5 = 225 (impair × impair = impair)
8. 11 × 8 = 88 (impair × pair = pair)
9. 2 × 8 = 16 (pair × pair = pair)
10. 110 × 14 = 1 540 (pair × pair = pair)

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 25


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 26

4 Calcul mental

1. Les 20 premiers carrés


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

1 4 9 16 25 36 49 64 81 100

11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

121 144 169 196 225 256 289 324 361 400

2. Les 12 premiers cubes


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

1 8 27 64 125 216 343 512 729 1 000 1 331 1 728

REMARQUE
64 est à la fois un carré et un cube : 64 = 82 = 43. Il en est de même pour 729 :
729 = 272 = 93. Il en est de même pour 0 et 1 qui, élevés respectivement à n’im-
porte quelle puissance, restent toujours égaux à eux-mêmes : 02 = 03 = 0 et
12 = 13 = 1

3. Tables de 11 et 12
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

11 22 33 44 55 66 77 88 99 110
11
11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

121 132 143 154 165 176 187 198 209 220

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

12 24 36 48 60 72 84 96 108 120
12
11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

132 144 156 168 180 192 204 216 228 240

26 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 27

4. Puissances de 2 et de 3
n 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

2n 1 2 4 8 16 32 64 128 256 512 1 024

3n 1 3 9 27 81 243 729 2 187 6 561 19 683 59 049

5. Factorielles
La factorielle d’un nombre entier n est le produit des nombres entiers compris entre 1
et n :
n! = n × (n – 1) × (n – 2) × … × 3 × 2 × 1
Exemples
2! = 2 × 1 = 2
5! = 5 × 4 × 3 × 2 × 1 = 120.

Voici les 11 premières factorielles :

n 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

n! 1 1 2 6 24 120 720 5 040 40 320 362 880 3 628 800

REMARQUE

des problèmes
0! = 1 par convention

Résolution
6. Développement et factorisation
Associativité

(a + b) + c = a + (b + c) = a + b + c

Raisonnement
(a × b) × c = a × (b × c) = a × b × c

logique
Commutativité

a+b=b+a
a×b=b×a
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Distributivité
Aptitudes
verbales

a × (b + c) = a × b + a × c
(a + b)(c + d) = a × c + a × d + b × c + b × d

Identités remarquables

Les carrés Les cubes


Tests blancs

(a + b)2 = a2 + 2ab + b2 (a + b)3 = a3 + 3a2b + 3ab2 + b3


(a – b)2 = a2 – 2ab + b2 (a – b)3 = a3 – 3a2b + 3ab2 – b3
(a – b)(a + b) = a2 – b2 (a – b)(a2 + ab + b2) = a3 – b3
(a + b)(a2 – ab + b2) = a3 + b3

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 27


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 28

7. Suites
Type de suite Terme Somme Exemple

Arithmétique Un = U0 + nr Sn = nombre Somme des 4 premiers


de raison r de termes × termes de la suite arith-
Chaque terme est
et de premier 1er terme + dernier terme métique de raison 3 et
augmenté de la
terme U0 2 de premier terme 5 :
raison r ∈ R U0 + Un
Sn = (n + 1) ×
par rapport au 2 Sn = 5 + 8 + 11 + 14
précédent 5 + 14
= 4×
2
Vn = V0 × qn = 19 × 2 = 38

Géométrique Chaque terme est Sn = premier terme × Somme des 4 premiers


de raison q multiplié par la 1 − raisonnombre de termes termes de la suite géo-
et de premier raison q ∈ R 1 − raison métrique de raison 2 et
terme V0 par rapport au 1 − q n+1 de premier terme 4 :
précédent Sn = V0 ×
1−q Sn = 4 + 8 + 16 + 32
1 − 24
= 4×
1−2
1 − 16
= 4×
−1
−15
= 4×
−1
= 4 × 15 = 60

8. Sommes
Type de somme Exemple

Somme des n  n
n(n + 1) 1 + 2 + 3 + … + 100
premiers entiers k = 100 × 101
2 =
k=0 2
= 50 × 101 = 5 050

Somme des n 
n
n(n + 1)(2n + 1) 1 + 4 + 9 + 16 + 25
5 × (5 + 1) × (2 × 5 + 1)
2
premiers entiers k =
6 =
élevés au carré k=0 6
5 × 6 × 11
=
6
=5 × 11 = 55

Somme des n 
n  2 1 + 8 + 27 + 64
k =
3 n(n + 1)    2
premiers entiers
2 4 × (4 + 1) 4×5
élevés au cube k=0 = =
2 2
= (2 × 5)2 = 102 = 100

28 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 29

9. Astuces calculatoires
Étant donné que vous n’avez pas le droit à la calculatrice pendant le test, vous devez
maîtriser certaines astuces vous permettant de déduire la bonne réponse ou au moins
d’éliminer certaines propositions.

À RETENIR
Pour multiplier un nombre entier par 10, il suffit de lui ajouter un 0.
Multiplier par 5 revient à multiplier par 10 puis diviser par 2
Multiplier par 0,5 revient à diviser par 2
Multiplier par 0,25 revient à diviser par 4
Diviser par 5 revient à multiplier par 2 puis diviser par 10
Diviser par 0,5 revient à multiplier par 2
Diviser par 0,25 revient à multiplier par 4

Exemples
• 199 × 25 = (200 – 1) × 25 en remarquant que 199 = 200 – 1
= 200 × 25 – 1 × 25
100 100
= 200 × – 25 en remarquant que 25 =
4 4
= 50 × 100 – 25 = 5 000 – 25 = 4 975
• 110 × 21 = 11 × 10 × 21 en remarquant que 110 = 11 × 10

des problèmes
Résolution
= (10 + 1) × 10 × 21 en remarquant que 11 = 10 + 1
= 10 × 10 × 21 + 1 × 10 × 21 = 100 × 21 + 10 × 21 = 2 100 + 210 = 2 310

Exercice 1
Effectuez les calculs suivants le plus rapidement possible :

Raisonnement
1. 298 × 3,5 = 6. 201 × 199 =

logique
2. 125 + 849 + 1 251 + 255 = 7. 7 × 12 =
3. 102 × 51 = 8. 12 × 25 =
4. 101 × 98 = 9. 19 × 50 =
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

5. 123 – 99 = 10. 23 × 40 =
Aptitudes
verbales

Corrigé 1
1. 298 × 3,5 = 298 × 35 ÷ 10 = (300 – 2) × (30 + 5) ÷ 10 = (300 × 30 + 300 × 5
 
– 2 × 30 – 2 × 5) ÷ 10 = 300 × 30 + 300 × 10 − 2 × 30 − 2 × 5 ÷ 10 = (9 000
2
+ 150 × 10 – 60 – 10) ÷ 10 = (9 000 + 1 500 – 60 – 10) ÷ 10 = (10 500 – 70)
÷ 10 = 10 430 ÷ 10 = 1 043
Tests blancs

ASTUCES
• Pour décaler la virgule d’un rang vers la droite et ainsi obtenir un nombre entier
il vous suffit de diviser l’expression par 10.
• Multiplier par 5 revient à multiplier par 10 et diviser par 2.

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 29


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 30

2. 125 + 849 + 1 251 + 255 = (125 + 255) + (849 + 1 251) = 380 + 2 100 = 2 480

ASTUCE
Regroupez les termes de manière astucieuse ! Ici il est intéressant d’additionner
125 et 255 d’une part et 849 et 1 251 d’autre part. Cela donne des nombres se
terminant par 0.

REMARQUE
Étant donné que vous devez sélectionner la bonne réponse parmi plusieurs propo-
sitions, vous pouvez éliminer celles qui sont incorrectes. En additionnant le chiffre
des unités de chaque nombre, vous obtenez : 5 + 9 + 1 + 5 = 20. Cela vous
indique que le résultat se termine obligatoirement par 0. Vous pouvez donc élimi-
ner les propositions donnant un nombre qui ne se termine pas par 0.

3. 102 × 51 = (100 + 2) × (50 + 1) = 100 × 50 + 100 × 1 + 2 × 50 + 2 × 1


= 5 000 + 100 + 100 + 2 = 5 202
4. 101 × 98 = (100 + 1) × (100 – 2) = 100 × 100 – 100 × 2 + 1 × 100 – 1 × 2
= 10 000 – 200 + 100 – 2 = 10 000 – 100 – 2 = 9 900 – 2 = 9 898
5. 123 – 99 = 123 – (100 – 1) = 123 – 100 + 1 = 23 + 1 = 24
6. 201 × 199 = (200 + 1) × (200 – 1) = 2002 – 12 = 40 000 – 1 = 39 999

À RETENIR
(a – b) × (a + b) = a2 – b2 (voir fiche avec les identités remarquables)

7. 7 × 12 = 7 × (10 + 2) = 7 × 10 + 7 × 2 = 70 + 14 = 84
100
8. 12 × 25 = 12 × =3 × 100 = 300
4
REMARQUE
Vous pouviez aussi remarquer que 12 = 10 + 2 et ainsi 12 × 25 = (10 + 2) × 25
= 10 × 25 + 2 × 25 = 250 + 50 = 300

100
9. 19 × 50 = 19 × = 9,5 × 100 = 950
2
REMARQUE
Vous pouviez aussi remarquer que 19 = 20 – 1 et ainsi 19 × 50 = (20 – 1) × 50
= 20 × 50 – 1 × 50 = 1 000 – 50 = 950

10. 23 × 40 = 23 × 4 × 10 = 23 × 2 × 2 × 10 = 46 × 2 × 10 = 92 × 10 = 920.

Exercice 2
Question 1 : Que vaut le produit du carré de 9 par le cube de 3 ?
❒ A. 729 ❒ B. 1 024 ❒ C. 2 048 ❒ D. 2 187 ❒ E. 3 048
Question 2 : Factorisez l’expression x3 –1
❒ A. (x – 1)(x2 + 2x + 1) ❒ C. (x – 1)(x – 81)2 ❒ E. (x – 1)2(x + 1)
❒ B. (x – 1)(x2 + x + 1) ❒ D. (x – 1)2(x2 + x – 1)

30 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 31

Question 3 : À quoi est égale l’expression a2 + b2 où a et b sont des réels ?


❒ A. (a + b)2 + ab ❒ C. (a − b)(a + b)

❒ B. ab + a + b ❒ D. (a + b)2 − ab
❒ E. Aucune proposition ne convient.
1 × (2a + 8)2
Question 4 : À quoi est égale cette expression ?
2
10a2
❒ A. ❒ C. 2a2 + 16a + 32 ❒ E. 2a2 – 16a + 64
2
❒ B. 5a ❒ D. 4a2 + 32a + 64
Question 5 : Que vaut le carré de 125 ?
❒ A. 250 ❒ B. 13 225 ❒ C. 14 325 ❒ D. 15 625 ❒ E. 25 000
Question 6 : Que vaut le carré de 999 ?
❒ A. 8 181 ❒ B. 81 000 ❒ C. 981 000 ❒ D. 998 001 ❒ E. 270 081
Question 7 : Que vaut le produit 1 999 × 2 001 ?
❒ A. 1 997 459 ❒ B. 2 895 991 ❒ C. 3 999 999 ❒ D. 4 000 001 ❒ E. 4 555 153
Question 8 : Que vaut : 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + … + 2 012 ?
❒ A. 2 012 ❒ B. 2 025 080 ❒ C. 4 050 156 ❒ D. 4 024 110 ❒ E. 2 025 078
Question 9 : Que vaut : 1 + 6 + 11 + … + 46 + 51 + 56 = ?
❒ A. 344 ❒ B. 342 ❒ C. 684 ❒ D. 688 ❒ E. 724

des problèmes
Question 10 : Que vaut : 1 + 4 + 16 + … + 1 024 + 4 096 = ?

Résolution
❒ A. 5 200 ❒ B. 5 221 ❒ C. 5 460 ❒ D. 5 461 ❒ E. 8 192

Corrigé 2
1. Le produit du carré de 9 par le cube de 3 s’écrit mathématiquement 92 × 33. Or

Raisonnement
92 × 33 = 81 × 27 = (80 + 1) × (30 – 3) = 80 × 30 – 80 × 3 + 1 × 30 – 1 × 3
= 2 400 – 240 + 30 – 3 = 2 400 – 210 – 3 = 2 190 – 3 = 2 187. La bonne répon-

logique
se est D.
2. Vous reconnaissez une des identités remarquables faisant intervenir des termes éle-
vés au cube : x3 – 1 = (x – 1)(x2 + x + 1). La bonne réponse est B.
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

À RETENIR
a3 - b3 = (a - b)(a2 + ab + b2)
Aptitudes
verbales

3. En utilisant les identités remarquables (a + b)2 = a2 + b2 + 2ab et (a – b)2 = a2


+ b2 - 2ab, vous obtenez : a2 + b2 = (a + b)2 – 2ab = (a - b)2 + 2ab (en isolant le
terme a2 + b2). Aucune des propositions ne convient. La bonne réponse est E.

À RETENIR
Tests blancs

(a + b)2 = a2 + b2 + 2ab et (a – b)2 = a2 + b2 - 2ab

ASTUCE
a2 + b2 = (a + b)2 – 2ab = (a - b)2 + 2ab (en isolant a2 + b2)

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 31


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 32

4. En appliquant l’identité remarquable (a + b)2 = a2 + b2 + 2ab, vous obtenez :


 
1 × (2a + 8)2 =1 × 4a2 + 2 × 2a × 8 + 82 =1 × (4a2 + 32a + 64) = 2a2 + 16a + 32 .
2 2 2
La bonne réponse est C.

À RETENIR
(a + b)2 = a2 + b2 + 2ab

5. Le carré de 125 est égal au produit de 125 par lui-même, soit à 1252. 1252 = (120
+ 5)2 = 1202 + 2 × 120 × 5 + 52 en appliquant la formule de l’identité remarqua-
ble (a + b)2 = a2 + b2 + 2ab. Ainsi 1252 = 14 400 + 10 × 120 + 25 = 14 400 +
1 200 + 25 = 15 600 + 25 = 15 625. La bonne réponse est D.

À RETENIR
(a + b)2 = a2 + b2 + 2ab

ASTUCES
• 125 = 120 + 5
• Le carré de 125 se termine forcément par 25 car son dernier chiffre est 5 et
52 = 25. Cela élimine les propositions A. et E.

6. Le carré de 999 est égal au produit de 999 par lui-même, soit à 9992. 9992 = (1 000
– 1)2 = 1 0002 – 2 × 1 000 × 1 + 12 = 1 000 000 – 2 000 + 1 = 998 000 + 1
= 998 001. La bonne réponse est D.

À RETENIR
(a – b)2 = a2 + b2 – 2ab

ASTUCES
• 999 = 1 000 – 1
• Le carré de 999 se termine forcément par 1 car 92 = 81 se termine par 1. Cela
vous permet d’éliminer les propositions B. et C.

7. 1 999 × 2 001 = (2 000 – 1) × (2 000 + 1) = 2 0002 – 12 en appliquant la formule


de l’identité remarquable (a – b)(a + b) = a2 – b2. Ainsi 1 999 × 2 001 = 4 000 000
– 1 = 3 999 999. La bonne réponse est C.
À RETENIR
(a – b)(a + b) = a2 – b2

ASTUCES
• 1 999 = 2 000 – 1
• 2 001 = 2 000 + 1
• Le produit de 1 999 par 2 001 se termine forcément par 9 car 9 × 1 = 9. Cela
vous permet d’éliminer les propositions B., D. et E.

8. S = 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + … + 2 012. Il s’agit de la somme des n = 2 012 premiers


termes de la suite arithmétique de raison r = 1 et de premier terme U0 = 1. Vous
appliquez la formule de la somme des n premiers termes d’une suite arithmétique,
ainsi :

32 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 33

S = premier terme + dernier terme ×nombre de termes = 1 + 2 012 ×2 012


2 2
S= 2 013 × 2 012 = 2 013 × 1 006 = 2 025 078
2
La bonne réponse est E.

ASTUCE
Pour le produit 2 013 × 1 006, vous pouvez remarquer que 1 006 = 1 000 + 6 et
donc 2 013 × 1 006 = 2 013 × (1 000 + 6) = 2 013 × 1 000 + 2 013 × 6
= 2 013 000 + 12 078 = 2 025 078

9. Il s’agit des douze premiers termes de la suite arithmétique de raison r = 5 et de


1 + 56 × ×
premier terme U0 = 1. Ainsi 1 + … + 56 = 12 = 57 6 = 342. La bonne
2
réponse est B.

À RETENIR
La somme des n + 1 premiers termes d’une suite arithmétique de raison r et de
premier terme U0 est donnée par :
U0 + Un
Sn+1 = premier terme + dernier terme × nombre de termes = × (n + 1)
2 2

ASTUCE
Pour connaître le nombre de termes dans la somme, vous devez déterminer le rang

des problèmes
du dernier terme. Vous utilisez pour cela, la formule donnant le terme Un d’une

Résolution
suite arithmétique de raison r et de premier terme U0 : Un = U0 + nr où Un = 56,
U0 = 1 et r = 5. Cela équivaut donc 56 = 1 + 5n ⇔ 56 – 1 = 5n ⇔ 5n = 55


55
n= = 11. Ainsi le dernier terme de la somme est de rang n = 11 et est noté
5
U11 = 56. La somme comprend donc 11 + 1 = 12 termes.

Raisonnement
ASTUCE

logique
Il y a bien 12 termes dans la somme et non 11. N’oubliez pas de compter U0 !

10. Il s’agit de la somme des sept premiers termes de la suite géométrique de raison
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

q = 4 et de premier terme U0 = 1. Ainsi 1 + 4 + 16 + 64 + 256 + 1 024 + 4 096


1 − 47 = 1 − 16 384 = 16 383
= 1× = 5 461. La bonne réponse est D.
Aptitudes
verbales

1−4 −3 3
À RETENIR
La somme des n + 1 premiers termes d’une suite géométrique de raison q et de
premier terme U0 est donnée par :
nombre de termes n+1
Sn+1 = premier terme × 1 − raison = U0 × 1 − q
Tests blancs

1 − raison 1−q

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 33


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 34

ASTUCE
Pour connaître le nombre de termes dans la somme, vous devez déterminer le rang
du dernier terme. Vous utilisez pour cela, la formule donnant le terme Un d’une
suite géométrique de raison q et de premier terme U0 : Un = U0 × qn où
Un = 4 096, U0 = 1 et q = 4.
Cela équivaut donc 4 096 = 1 × 4n ⇔ 4 096 = 22n en remarquant que 4 = 22 et
que donc 4n = (22)n = 22×n = 22n
⇔ 22n = 212 en remarquant que 4 096 = 212
⇔ 2n = 12 en égalisant les puissances

12
n= =6
6
Ainsi le dernier terme de la somme est de rang n = 6 et est noté U6 = 4 096. La
somme comprend dont 6 + 1 = 7 termes.

AT T E N T I O N
Il y a bien 7 termes dans la somme et non 6. N’oubliez pas de compter U0 !

34 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 35

Critères de divisibilité 5
1. Comment déterminer si un nombre est divisible
par un autre ?
Les critères de divisibilité vous seront très utiles dans les énigmes de logique faisant
intervenir des séries doubles chiffrées.

Critères de Divisibilité Exemples

Par 2 Un nombre est divisible par 2 si et seulement s’il est 252 : car il s'agit d'un
pair. C'est-à-dire si et seulement s'il se termine par nombre pair.
0, 2, 4, 6 ou 8.

Par 3 Un nombre est divisible par 3 si et seulement si la 210 : 2 + 1 + 0 = 3 qui


somme de ses chiffres est égale à un nombre divisi- est divisible par 3.
ble par 3 (3, 6 ou 9).

Par 4 Un nombre à 3 chiffres est divisible par 4 si et seu- 332 : 32 est bien divisi-

des problèmes
lement si ses deux derniers chiffres forment un ble par 4

Résolution
nombre divisible par 4.

Par 5 Un nombre est divisible par 5 si et seulement s'il se 105, 225, 100, etc.
termine par 0 ou 5.

Par 6 Un nombre est divisible par 6 si et seulement s'il est 12, 72, etc.
à la fois divisible par 2 et 3.

Raisonnement
Par 7 Il n'y a pas réellement de méthode pour déterminer 357 = 350 + 7 = 35 ×

logique
si un nombre est divisible par 7. En revanche vous 10 + 7 × 1 = 7 × 5 ×
pouvez repérer les nombres divisibles par 7 lorsque 10 + 7 × 1 = 7 × 50 +
leur expression est simple. 7 × 1 = 7 × (50 + 1) =
7 × 51
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Par 8 Il n'y a pas réellement de méthode pour déterminer 168 = 160 + 8 = 16 ×


si un nombre est divisible par 8. En revanche, 10 + 8 × 1 = 8 × 2 ×
Aptitudes
verbales

comme pour le chiffre 7, vous pouvez repérer les 10 + 8 × 1 = 8 × 20 +


nombres divisibles par 8 lorsque leur expression est 8 × 1 = 8 × (20 + 1) =
simple. 8 × 21

Par 9 Un nombre est divisible par 9 si et seulement si la 297 : 2 + 9 + 7 = 18 qui


somme de ses chiffres est égale à un nombre divisi- est bien divisible par 9.
ble par 9 (9, 18, 27, etc.). (ce nombre est égale-
Tests blancs

ment divisible par 3)

Par 10 Un nombre est divisible par 10 si et seulement s'il se 10, 100, 750, etc.
termine par 0.

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 35


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 36

Par 11 Un nombre à au moins deux chiffres est divisible par • 55 qui a ses deux chif-
11 si et seulement si la somme de ses chiffres de fres identiques
rang impair est égale à la somme de ses chiffres de • 121 car 1 + 1 = 2
rang pair. • 550 car 5 + 0 = 5
• 1 331
REMARQUES
car 1 + 3 = 3 + 1
• Un nombre à deux chiffres est divisible par 11
• 14 641
si ses chiffres sont identiques.
car 1 + 6 + 1 = 4 + 4
• Un nombre à trois chiffres est divisible par 11
si la somme de ses 1er et 3e chiffres est égale
au 2e.

2. Nombres premiers
Les nombres premiers sont des nombres uniquement divisibles par 1 et eux-mêmes.

À RETENIR
Voici les 25 nombres premiers compris entre 1 et 100 : 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19,
23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89, 97

AT T E N T I O N
1 n'est pas un nombre premier. Il n'a qu'un seul diviseur : lui-même qui est 1.

À vous de jouer !
Question 1 : Quel est l'intrus parmi : 121 - 156 - 165 - 231 - 451 ?
❒ A. 121 ❒ B. 156 ❒ C. 165 ❒ D. 231 ❒ E. 451
Question 2 : Complétez la série : 64 - 125 - 216 - ? - 512
❒ A. 343 ❒ B. 243 ❒ C. 144 ❒ D. 225 ❒ E. 236
Question 3 : Quel est l'intrus parmi 17 - 91 - 35 - 19 - 29 ?
❒ A. 17 ❒ B. 19 ❒ C. 29 ❒ D. 35 ❒ E. 91
Question 4 : Complétez la série : 8 - 16 - ? - 64 - 128
❒ A. 18 ❒ B. 24 ❒ C. 25 ❒ D. 30 ❒ E. 32
Question 5 : Quel est l'intrus parmi : 324 - 150 - 356 - 400 - 524 ?
❒ A. 150 ❒ B. 324 ❒ C. 400 ❒ D. 356 ❒ E. 524
Question 6 : Complétez la série : 1 - 6 - 11 - ? - 21 - 26
❒ A. 12 ❒ B.. 16 ❒ C. 17 ❒ D. 18 ❒ E. 20
Question 7 : Complétez la série : 128 - 256 - ? - 1 024 - 2 048
❒ A. 288 ❒ B. 324 ❒ C. 360 ❒ D. 512 ❒ E. 729
Question 8 : Quel est l'intrus parmi : 8 - 27 - 512 - 729 - 4 ?
❒ A. 4 ❒ B. 8 ❒ C. 27 ❒ D. 512 ❒ E. 729
Question 9 : Quel est l'intrus parmi : 24 - 120 - 125 - 720 - 5 040 ?
❒ A. 24 ❒ B.. 120 ❒ C. 125 ❒ D. 720 ❒ E. 5 040
Question 10 : Quel est l'intrus parmi : 3 - 16 - 37 - 97 - 101 ?
❒ A. 3 ❒ B. 16 ❒ C. 37 ❒ D. 97 ❒ E. 101

36 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 37

Vérifiez vos résultats !


1. L'intrus est 156 car c'est le seul nombre qui ne soit pas un multiple de 11. La bonne
réponse est B.
2. Seul 343 convient car il s'agit d'un cube : 343 = 73. La bonne réponse est A.
AT T E N T I O N
Ne confondez pas les nombres 343 = 73 et 243 = 35.

3. Tous les nombres de la liste sont premiers sauf 35. La bonne réponse est D.
À RETENIR
Les nombres premiers sont des nombres uniquement divisibles par 1 et eux-
mêmes.

4. Il s'agit d'une suite de puissances de 2. Le terme cherché est donc 16 × 2 = 32 = 25. La


bonne réponse est E.
5. Seul 150 n'est pas divisible par 4. En effet ces deux derniers chiffres forment 50 qui n'est
pas un nombre divisible par 4. La bonne réponse est A.
6. Il est ajouté 5 unités d'un terme à l'autre. Le nombre cherché est 11 + 5 = 16. La bonne
réponse est B.
REMARQUE
Il s'agit de la suite arithmétique de raison 5 et de premier terme 1.

ASTUCE
Les termes se terminent par 1 ou 6.

des problèmes
Résolution
7. Chaque terme est doublé de l'un à l'autre. Le nombre cherché est donc 2 × 256 = 512.
La bonne réponse est D.

REMARQUE
Il s'agit de la suite géométrique de raison 2 et de premier terme 128.

Raisonnement
ASTUCE

logique
Vous reconnaissez des puissances de 2 :
128 = 27 ; 256 = 28 ; 512 = 29 ; 1 024 = 210 et 2 048 = 211

8. Il s'agit d'une série de cubes parfaits sauf 4. 4 est donc l'intrus. La bonne réponse est A.
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

9. Tous les nombres sont le résultat d'une factorielle sauf 125. 125 est donc l'intrus. La
bonne réponse est C.
Aptitudes
verbales

10. Seul 16 n'est pas un nombre premier. La bonne réponse est B.


À RETENIR
Un nombre premier est un nombre ayant deux diviseurs : 1 et lui-même.
Tests blancs

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 37


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 38

6 Outils calculatoires

1. Fractions
a. Quelques règles
Vous ne pouvez pas diviser par zéro en mathématiques. Ainsi le dénominateur d'une
fraction doit toujours être non nul. Cette règle ne s'applique pas au numérateur qui est
toujours un nombre réel.

À RETENIR
a numérateur
b dénominateur

a
Pour tout réel a , est impossible à calculer. Toute fraction avec un dénominateur nul
0
est impossible.

Exemples

1 −2 2 0 π
, , , et sont toujours impossibles.
0 0 0 0 0

0= 0
En revanche, pour tout réel a non nul. Toute fraction avec un numérateur nul et
a
un dénominateur non nul est nulle.

Exemples
0 =0 0 =0 0 =0 0 =0 0
, , , et = 0
1 −2 2 10 π
0
est toujours impossible
0

b. Simplification de fractions
Vous pouvez simplifier une fraction lorsque son numérateur et son dénominateur ont
un ou plusieurs facteurs en commun :
x ×a = a a×x = a
et où a réel, x et b réels non nuls
x ×b b b×x b
Exemples
34 = 17 × 2 = 2

51 17 × 3 3
4 = 2×2 = 2

14 7 × 2 7

38 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 39

10 = 5 × 2 = 5

12 6 × 2 6
42 = 14 × 3 = 14

51 17 × 3 17
1
• est irréductible
3

c. Produit de deux fractions


Pour multiplier deux fractions, il vous suffit de multiplier les numérateurs et les déno-
minateurs entre eux :
a c = a × c = ac
× où a et c réels, b et d réels non nuls
b d b × d bd
Exemples
1 ×
9 = 1×9 = 9

2 5 2 × 5 10
1 ×
2 = 1×2 = 2

3 3 3×3 9
1 ×
3 = 1×3 = 1
• en simplifiant par 3 en haut et en bas
3 4 3×4 4
5 ×
2 = 5×2 = 5×2 = 1
• en simplifiant par 2 et 5 en haut et en bas
2 25 2 × 25 2 × 5 × 5 5
2 5 = 10 = 1

des problèmes
• ×

Résolution
5 2 10

REMARQUE
Lorsque le numérateur et le dénominateur sont égaux, la fraction est égale à 1.

d. Division de deux fractions

Raisonnement
Pour diviser deux fractions, il vous suffit de multiplier la première par l'inverse de la

logique
seconde :
a
a c = b =a d = a × d = ad
÷
c × où a réel, b , c et d réels non nuls.
b d b c b × c bc
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

d
Exemples
Aptitudes
verbales

1÷9=1×5 = 1×5 = 5

2 5 2 9 2 × 9 18
1 2 1 3 = × 3 = 1 en simplifiant par 3 en haut et en bas
1
• ÷ = ×
3 3 3 2 3×2 2
10 ÷ 3 = 10 × 1 = 10

Tests blancs

3 3 3 9

REMARQUE
1
L'inverse de 3 est
3

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 39


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 40

5 ÷
3=5 ×
2 = 5×2 = 5 = 5
• en simplifiant par 2 en haut et en bas
4 2 4 3 2×2×3 2×3 6
2 ÷
2=2 ×
5 = 2 × 5 = 10 = 1

5 5 5 2 5 × 2 10
REMARQUE
Lorsque le numérateur et le dénominateur sont égaux, la fraction est égale à 1.

Entraînez-vous !
Calculez le plus rapidement possible :
256 =
1. ?
1 024
5 + 45 =
2. ?
4 7
3−1=
3. ?
2 3
8 −1÷4=
4. ?
15 5 3
 
1+ 1−2 ÷4=
5. ?
2 4 3 5

Vérifiez vos résultats !


256 = 128 = 64 = 32 = 16 = 8 = 4 = 2 = 1
1.
1 024 512 256 128 64 32 16 8 4
5 + 45 = 5 × 7 + 4 × 45 = 35 + 180 = 215
2.
4 7 4×7 28 28
3 − 1 = 3×3−2×1 = 9−2 = 7
3.
2 3 2×3 6 6
8 − 1 ÷ 4 = 8 − 1 × 3 = 8 − 3 = 32 − 9 = 23
4.
15 5 3 15 5 4 15 20 60 60 60
     
1 + 1 − 2 ÷ 4 = 1 + 3 − 8 ÷ 4 = 1 + − 5 × 5 = 1 − 25 = 24 − 25 = − 1
5.
2 4 3 5 2 12 5 2 12 4 2 48 48 48

2. Racines carrées
a. Quelques règles

Vous ne pouvez pas calculer la racine d'un nombre négatif : a est impossible à cal-
culer si a < 0 .

Le terme sous la racine doit donc être positif ou nul. a existe pour tout a  0.

REMARQUE

a est appelé le radicande et le signe le radical.

40 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 41

Exemples

• −2 est impossible

• −1 est impossible

Une racine carrée est un réel toujours positif ou nul :


√
a>0⇔a>0

a=0⇔a=0
Exemples

• 2 ≡ 1,414 > 0

• 1=1

• 0=0

La racine carrée du carré d'un nombre est égale à la valeur absolue de ce nombre :


a2 = |a| = a⇔a>0
−a ⇔ a < 0

Exemples
 
• 4= 22 = 2
 
• 16 = 42 = 4
 
• 64 = 82 = 8

des problèmes
 

Résolution
• 196 = 142 = 14
 
• 289 = 172 = 17

b. Simplification de racines carrées


Simplifier une racine carrée consiste à repérer le ou les carré(s) sous le radical puis

Raisonnement
d'en placer la racine carrée à l'extérieur sous forme d'un facteur :

logique
 √
∀x  0 et ∀a ∈ R, xa2 = |a| x

Exemples
    
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

• 32 = 16 × 2 = 16 × 2=4 2
    
• 8= 4×2= 4× 2=2 2
Aptitudes
verbales

    
• 75 = 25 × 3 = 25 × 3=5 3
    
• 125 = 25 × 5 = 25 × 5=5 5
    
• 128 = 64 × 2 = 64 × 2=8 2
Tests blancs

c. Addition et soustraction de racines


Pour additionner ou soustraire des racines, il faut qu'il y ait le même nombre sous le
radical.

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 41


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 42

Pour tous a et b réels strictement positifs :


√  
a+ b
= a+b
√  
a− b
= a−b
Pour tous a et b réels strictement positifs :
√ √ √
a+ a=2 a
√ √
a− a=0
Il est souvent nécessaire de simplifier une ou plusieurs racines dans une expression
pour effectuer une addition ou une soustraction.

Exemples
         
• 3+ 48 = 3+ 16 × 3 = 3+ 16 × 3= 3+4 3=5 3
         
• 2+ 8+ 72 = 2+ 4×2+ 36 × 2 = 2+2 2+6 2=9 2
   
• 16 + 8=4+ 4×2=4+2 2
         
• 2+ 242 = 2+ 121 × 2 = 2+ 121 × 2= 2 + 11 2 = 12 2
 
• 5+ 14 n'est pas simplifiable

d. Multiplication et division de racines


La multiplication comme la division de racines n'exigent pas le même nombre sous le
radical.
La multiplication des racines carrées de deux nombres positifs est équivalente à la raci-
ne carrée de la multiplication de ces deux nombres :
Pour tous réels a et b positifs ou nuls :
√  
a× b= a×b
La division des racines carrées de deux nombres positifs est équivalente à la racine car-
rée de la division de ces deux nombres :
Pour tous réels a réel positif ou nul et b réel strictement positif :
√  
a÷ b= a÷b

Exemples
   
• 2× 3= 2×3= 6
    
• 2× 5× 7= 2×5×7= 70

   
  2 = 2 = 2 × 3 = 6
• 2÷ 3= 2÷3=
3 3 3 3


  
4 ×
25 = 
2 ×
5=
2 ×
5× 5 = 5

5 16 5 4 5 2×2 2
       
12 × 2= 12 × 2 = 24 = 4×6 = 4× 6=2 6 = 6

2 2 2 2 2 2

42 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 43

Entraînez-vous !
Calculez le plus rapidement possible :
  
1. 64 = ? 6. 4× 16 = ?


729 = ? 3 ÷
5=
2. 7. ?
4 4
1 = 1  
3.  ? 8.  × 5÷ 32 = ?
2 2
    
4. 2+ 512 = ? 9. ( 64 ÷ 8) × 2= ?
    
5. 10 3− 243 = ? 10. ( 1÷ 5) × 7= ?

Vérifiez vos résultats !


 
1. 64 = 8×8=8
 
2. 729 = 81 × 9 = 9 × 3 = 27
 
1 =
 2 = 2
1× 
3.
2 2× 2 2
      
4. 2+ 512 = 2+ 2 × 256 = 2 + 16 2 = 17 2
      
5. 10 3− 243 = 10 3− 81 × 3 = 10 3−9 3= 3
   

des problèmes
6. 4× 16 = 4 × 16 = 64 = 8

Résolution





   
3 ÷
5= 3 ÷
5= 3 ×
4= 3 = 3 = 3× 5= 15
7.
4 4 4 4 4 5 5 5 5 5
       
1 32 =  ÷ 32 = 5 × 1
5 =  5 = 5 = 5
8.  × 5÷
2 2 2 32 32 × 2 64 8


Raisonnement
   64
  
64 × 2 = 8 × 2 = 8 × 2 = 16 = 4
9. ( 64 ÷ 8) × 2 =  × 2 =

logique
8 8

   
  
10. ( 1 ÷ 5) × 7 = (1 ÷ 5) × 7 = 1 × 7 = 7 = 7 × 5 = 35
5 5 5 5
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes

3. Puissances
verbales

a. Quelques règles
Un nombre élevé à la puissance 0 est toujours égal à 1 : pour tout x réel, x 0 = 1
Un nombre élevé à la puissance 1 reste inchangé : pour tout x réel, x 1 = x
Tests blancs

∀x ∈ R, ∀n ∈ N∗ , x n = x × x × ... × x

n fois

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 43


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 44

Exemples
• 100 = 1
• 51 = 5
• 152 = 15 × 15 = 225
• 53 = 5 × 5 × 5 = 125
• 210 = 45 = 4 × 4 × 4 × 4 × 4 = 1 024

b. Addition et soustraction de nombres à puissances


Vous ne pouvez pas regrouper sous une même puissance la somme ou la différence de
deux nombres égaux dont les puissances sont différentes.
Vous devez les calculer séparément pour les additionner ou les soustraire :

∀x ∈ R∗ , ∀a ∈ R , ∀b ∈ R, x a + x b =

x a+b et x a − x b =

x a−b

Exemples
• 23 + 25
= 23 + 5, en effet : 23 + 25 = 8 + 32 = 40 et 23 + 5 = 28 = 256
• 35 – 32
= 35 – 2, en effet : 35 – 32 = 243 – 9 = 234 et 35 – 2 = 33 = 27

Lorsque deux nombres égaux sont élevés à la même puissance, vous pouvez les addi-
tionner ou les soustraire entre eux :

∀x ∈ R∗ , ∀a ∈ R , ∀α ∈ R , ∀β ∈ R , αx a + βx a = (α + β)x a et αx a − βx a = (α − β)x a

Exemples
• 43 + 43 = 2 × 43 = 2 × 64 = 128
• 4 × 28 = 4 × 256 = 1 024

Lorsque deux nombres sont différents et élevés à la même puissance, vous ne pouvez
pas les regrouper sous la même puissance :

∀x ∈ R∗ , ∀y ∈ R∗ , ∀a ∈ R , x a + y a
= (x + y)a et x a − y a
= (x − y)a

Exemples
• 35 + 25
= (3 + 2)5, en effet : 35 + 25 = 243 + 32 = 275 et (3 + 2)5 = 55 = 3 125
• 43 – 23
= (4 – 2)3, en effet : 43 – 23 = 64 – 8 = 56 et (4 – 2)3 = 23 = 8

Tout nombre réel non nul élevé à une puissance paire est strictement positif :
Pour tout x réel non nul, pour tout p entier relatif, x 2p > 0

Exemples
22 = 4 > 0
(–5)4 = 625 > 0

Tout nombre réel nul élevé à une puissance paire non nulle est nul :
Pour tout p non nul, 02p = 0

44 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 45

Exemple
• 02 = 0
REMARQUE
00 = 1
En effet tout nombre réel élevé à la puissance nulle est égal à 1.

Tout nombre réel non nul élevé à une puissance impaire garde le même signe :

Pour tout x réel non nul, pour tout p entier relatif, ∀x > 0, x 2p+1 > 0
∀x < 0, x 2p+1 < 0
Exemples
• 23 = 8 > 0
• (–4)3 = –64 < 0

Tout nombre réel nul élevé à une puissance impaire est nul :
Pour tout p , 02p+1 = 0
1
La racine carrée d'un nombre réel positif est égale à ce nombre élevé à la puissance :
2

 0, x = x 2
1
∀x

Exemples
1

• 25 2 = 25 = 5
1

• 16 = 16 = 4

des problèmes
2


Résolution
1
•2 =
2 2
1

•1 =
2 1=1
1

•0 =
2 0=0

Raisonnement
c. Multiplication de nombres à puissances

logique
Lorsque vous multipliez deux mêmes nombres élevés à une puissance égale ou diffé-
rente, vous additionnez leurs puissances :

∀x ∈ R∗ , ∀a ∈ R , ∀b ∈ R, x a × x b = x a+b
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Exemples
Aptitudes

• 23 × 22 = 23 + 2 = 25 = 32 (et 23 × 22 = 8 × 4 = 32)
verbales

• 103 × 10-5 = 103 – 5 = 10–2 = 0,01 (et 103 × 10–5 = 1 000 × 0,00001 = 0,01)

Le produit de deux nombres élevé à une certaine puissance est égal au produit de ces
nombres chacun élevé à cette même puissance :

∀x ∈ R∗ , ∀y ∈ R∗ , ∀a ∈ R , (x × y)a = x a × y a
Tests blancs

Exemples
• (2 × 5)2 = 22 × 52 = 4 × 25 = 100
• (10 × 4)2 = 102 × 42 = 100 × 16 = 1 600

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 45


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 46

d. Division de nombres à puissances


Lorsque vous divisez deux mêmes nombres élevés à une puissance égale ou différen-
te, vous soustrayez leurs puissances :
a
∀x ∈ R∗ , ∀a ∈ R , ∀b ∈ R, x a ÷ x b = x b = aa−b
x
Exemples
53 = 53−2 = 51 = 5

52
33 = 33−(−2) = 35 = 243

3−2

REMARQUE
∀x ∈ R∗ , ∀a ∈ R , 1a = x −a
x

Exemples
1 = 2−2 = 0,25

22
1
• −3 = 53 = 125
5

Vous pouvez distribuer la puissance au numérateur et au dénominateur d'une fraction


élevée à cette même puissance
 a
x a
∀x ∈ R∗ , ∀y ∈ R∗ , ∀a ∈ R , = xa
y y

Exemples
 3 3
2 = 23 = 8

5 5 125
 2 2
7 = 72 = 49

3 3 9

e. Puissances de puissances
Lorsque vous élevez un nombre déjà élevé à une certaine puissance à une autre puis-
sance, vous obtenez un nombre dont la puissance est le produit des deux dernières
puissances :

∀x ∈ R∗ , ∀a ∈ R , ∀b ∈ R, (x a )b = x a×b = x ab

Exemples
• (22 )3 = 22×3 = 26 = 64
1 1
• (34 ) 2 = 34× 2 = 32 = 9
1
• (31 )−2 = 31×(−2) = 3−2 =
9
• (5−2 )−2 = 5(−2)×(−2) = 54 = 625

46 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 47

Exercice 1
Calculez le plus rapidement possible :
1. 53 × 52 = ? 6. 55 ÷ 53 = ?
2. 42 × 40 = ? 3 4
7. (2 ) = ?
 4
2
3. 1 3
×1 4
= ? 8. = ?
3
  −2 1
2
4. (10 × 3) = ?
2
5
9. = ?
3

5. 23 ÷ 25 = ? 10. (24 )3 ÷ 45 = ?

Corrigé 1
1. 53 × 52 = 53+2 = 55 = 3 125 (et 53 × 52 = 125 × 25 = 3 125)
2. 4 × 40 = 42+0 = 42 = 16 (et 42 × 40 = 16 × 1 = 16)
2

3. 13 × 14 = 13+4 = 17 = 1
4. (10 × 3)5 = 105 × 35 = 100 000 × 243 = 24 300 000
5. 23 ÷ 25 = 23−5 = 2−2 = 0,25
6. 5 5
÷ 53 = 55−3 = 52 = 25
7. (23 )4 = 23×4 = 212 = 4 096
 4

des problèmes
2 24 16

Résolution
8. = =
3 34 81
  −2 1
  1
×(−2)  −1
2 2 2 2
2 3
9. = = =
3 3 3 2

À RETENIR

Raisonnement
En élevant une fraction à la puissance (–1), vous obtenez son inverse.

10. (24 )3 ÷ 45 = 24×3 ÷ (22 )5 = 212 ÷ 22×5 = 212 ÷ 210 = 212−10 = 22 = 4


logique
À RETENIR
4 = 22
Aptitudes
verbales

Exercice 2
Répondez le plus rapidement possible aux questions suivantes.
25 × 515 × 33
Question 1 : Simplifiez l'expression
510 × 32
Tests blancs

❒ A. 300 000 ❒ B. 30 000 ❒ C. 312 500 ❒ D. 31 250 ❒ E. 3 000


3 3
Question 2 : 12 + 9 = ?
❒ A. 2 457 ❒ B. 999 ❒ C. 2 187 ❒ D. 1 024 ❒ E. 4 096

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 47


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 48

129
Question 3 : Simplifiez la fraction
531
44 43 43 44 43
❒ A. ❒ B. ❒ C. ❒ D. ❒ E.
177 177 59 59 57
Question 4 : Factorisez l'expression a − b où a et b sont strictement positifs
√ √ √ √ √ √
❒ A. ( a − b)2 ❒ C. ( a − b)( a + b)
√ √
❒ B. ab + a + b ❒ D. a − b
❒ E. Il n'est pas possible de factoriser cette expression.
1
Question 5 : À quoi est égale cette expression √ ,a>0 ?
a
√ √
√ 1 a a
❒ A. a ❒ B. ❒ C. ❒ D. ❒ E. |a|
a a a2
1
Question 6 : À quoi est égale l'expression √ ?
17

√ 17 1 √
❒ A. 17 ❒ B. ❒ C. √ ❒ D. 17 17 ❒ E. |17|
17 17

Question 7 : À quoi est égale l'expression a2 , a < 0 ?

❒ A. a ❒ B. a ❒ C. −a ❒ D. |a|
❒ E. Il n'est pas possible de répondre à la question.

Question 8 : À quoi est égale l'expression a2 , a > 0 ?
√ √
❒ A. a2 ❒ B. a ❒ C. −a ❒ D. a ❒ E. −a
 
3 1 8 3
Question 9 : À quoi est égale l'expression × + − ? Vous donnerez le résultat
5 2 3 4
sous forme de fraction irréductible.
20 19 23 3 1
❒ A. ❒ B. ❒ C. ❒ D. ❒ E.
23 20 20 4 2
3
5 7
 3
Question 10 : À quoi est égale l'expression ÷ + − ? Vous donnerez le résultat
5 2 3 4
sous forme de fraction irréductible.
363 363 303 303 343
❒ A. − ❒ B. ❒ C. ❒ D. − ❒ E.
580 580 1 000 1 000 581

Corrigé 2
25 × 515 × 33 = 25 × 515−10 × 33−2 = 25 × 55 × 31 = (2 × 5)5 × 3 = 105 × 3 = 300 000
1.
510 × 32
La bonne réponse est A.
ASTUCE
Il est important de regrouper les termes 25 et 55 dans le produit (2 × 5) élevé à la puis-
sance 5, cela vous facilite beaucoup le calcul car une puissance de 10 apparaît !

2. Vous reconnaissez une des trois identités remarquables faisant intervenir des termes éle-
vés au cube : a3 + b3 = (a + b)(a2 – ab + b2). Ainsi 123 + 93 = (12 + 9)(122 – 12 × 9 + 92)
= 21 × (144 – 12 × (10 – 1) + 81) = 21 × (144 – 120 + 12 + 81) = 21 × (24 + 12 + 81)
= 21 × (36 + 81) = 21 × 117 = (20 + 1) × (120 - 3) = 20 × 120 - 20 × 3 + 1 × 120 – 1
× 3 = 2 400 – 60 + 120 – 3 = 2 400 + 60 – 3 = 2 460 – 3 = 2 457. La bonne réponse
est A.

48 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 49

À RETENIR
a3 + b3 = (a + b)(a2 – ab + b2)
(a + b) × (c + d) = a × c + a × d + b × c + b × d

ASTUCES
• 9 = 10 – 1
• 21 = 20 + 1
• 117 = 120 – 3

REMARQUE
Vous auriez également pu vous souvenir que 123 = 1 728 et 93 = 729 et ainsi 123 + 93
= 1 728 + 729 = 2 457

129 = 3 × 43 = 43
3. . La bonne réponse est B.
531 3 × 177 177

ASTUCES
Vous remarquez que les nombres sont divisibles par 3 en additionnant leurs chiffres :
129 : 1 + 2 + 9 = 12 qui est bien divisible par 3
531 : 5 + 3 + 1 = 9 qui est bien divisible par 3 (et même par 9)

4. Vous reconnaissez√une identité remarquable


√ √ √ faisant intervenir des termes élevés au carré :
√ √
a − b = ( a)2 − ( b)2 = ( a − b)( a + b) . La bonne réponse est C.

des problèmes
Résolution
À RETENIR
a2 – b2 = (a – b)(a + b)

ASTUCE

a=( a)2

Raisonnement
√ √
∀a > 0, √1 × √a = a .

logique
5. La bonne réponse est C.
a× a a

REMARQUE
En général, il vaut mieux ne pas laisser de radical au dénominateur.
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

 
1 17 = 17
= 1 × 
6. 
Aptitudes

. La bonne réponse est B.


verbales

17 17 × 17 17

REMARQUE
En général, il vaut mieux ne pas laisser de radical au dénominateur.


7. a2 = |a| = −a car a < 0. La bonne réponse est C.
Tests blancs

À RETENIR

a si a > 0
a2 = |a| =
−a si a < 0

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 49


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 50


8. a2 = |a| = a car a > 0 . La bonne réponse est B.

À RETENIR

a si a > 0
a2 = |a| =
−a si a < 0

   
3 1+8 3=3 3 + 16 3=3 19 3 = 19 3 = 38 15 = 23
9. × − × − × − − − . La bonne répon-
5 2 3 4 5 6 6 4 5 6 4 10 4 20 20 20
se est C.

AT T E N T I O N
Vous devez d'abord calculer les expressions entre parenthèses. La multiplication et la
division sont ensuite prioritaires. Vous finissez ensuite avec l'addition et la soustraction.

   
3 5 + 7 − 3 = 3 ÷ 15 + 14 − 3 = 3 ÷ 29 − 3 = 3 × 6 3
10. ÷ −
5 2 3 4 5 6 6 4 5 6 4 5 29 4
= 18 − 3 = 72 − 435 = − 363 . La bonne réponse est A.
145 4 580 580 580

AT T E N T I O N
Vous devez d'abord calculer les expressions entre parenthèses. La multiplication et la
division sont ensuite prioritaires. Vous finissez ensuite avec l'addition et la soustraction.

50 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 51

Le point sur les pourcentages 7

1. Une augmentation exprimée en pourcentage


Une augmentation de x % d'une valeur C revient à multiplier cette valeur C par
 
1+ x .
100
Exemples
Le prix d'un ordinateur portable augmente de 45 % signifie qu'il est multiplié par
 
1 + 45 = 1,45 . Si cet article coûte initialement 500 €, son prix final est de 500 × 1,45
100
= 725 euros.
Une somme S placée sur un compte rémunéré 2,5 % par an devient, à l'issue de la pre-
 
2,5 = S × 1,025
mière année de placement, S × 1 + .
100

des problèmes
2. Placement sur plusieurs années

Résolution
Une somme S placée pendant n années sur un compte rémunéré x % par an devient
 n
x
au bout des n années S × 1 +
100
Exemple

Raisonnement
En plaçant 1 500 € sur un compte rémunéré 2 % par an pendant 10 ans, le solde du comp-

logique
 10
2
te à l'issue des 10 années de placement est de 1 500 × 1 − = 1 500 × 1,0210
100
= 1 828,49 €.
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

3. Une diminution exprimée en pourcentage


Aptitudes
verbales

Une diminution de x % d'une valeur C revient à multiplier cette valeur C par


 
1− x
.
100
Exemple
 
1 − 25
Tests blancs

Le prix d'une robe subit une réduction de 25 %. Son prix est donc multiplié par
100
= (1 – 0,25) = 0,75. Si son prix initial est de 150 €, le nouveau prix est de 150 × 0,75
= 112,50 €.

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 51


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 52

À RETENIR
• Une augmentation de 100 % revient à une multiplication par 2.
• Une augmentation de 50 % revient à une multiplication par 1,5.
• Une augmentation de 25 % revient à une multiplication par 1,25.
• Une diminution de 50 % revient à une multiplication par 0,5 ou une division par 2.
• Une diminution de 25 % revient à une multiplication par 0,75.

AT T E N T I O N
On n'additionne pas et on ne soustrait pas les pourcentages !
Une augmentation de x % suivie d'une augmentation de y % n'équivaut pas à une
augmentation de (x + y) % !
Une diminution de x % suivie d'une diminution de y % n'équivaut pas à une dimi-
nution de (x + y) % !

À vous de jouer !
Question 1 : Quelle somme est obtenue lorsque l'on place 1 000 € sur un compte rémuné-
ré 2,2 % par an pendant 2 ans ? Vous arrondirez au centime d'euro près.
❒ A. 1 044,48 € ❒ D. 1 044,58 €
❒ B. 1 044,49 € ❒ E. 2 088,97 €
❒ C. 1 044 €
Question 2 : Quelle somme (à l'euro près) Jean doit-il placer sur un compte rémunéré 5 %
par an pour avoir un solde d'au moins 15 000 € dans deux ans ?
❒ A. 13 605 € ❒ D. 13 610 €
❒ B. 13 606 € ❒ E. Vous ne pouvez pas répondre à la question.
❒ C. 13 607 €
Question 3 : Ce sont les soldes. Marie achète un jean dont le prix subit une réduction de
15 % suivie d'une réduction de 20 %. Quelle somme paie-t-elle le jean sachant que son prix
initial était de 120 € ?
❒ A. 38,40 € ❒ D. 81,60 €
❒ B. 56,20 € ❒ E. 100 €
❒ C. 72,70 €
Question 4 : Grâce à ses points de fidélité, Pauline a droit à 25 % de réduction sur tout le
magasin mode et accessoires. Cela revient à :
2
❒ A. Diviser le prix par ❒ D. Diviser le prix par 4
3
3
❒ B. Diviser le prix par 2 ❒ E. Multiplier le prix par
4
2
❒ C. Multiplier le prix par
3
Question 5 : Pendant combien d'années au minimum Clément doit-il placer 100 € sur un
compte rémunéré 5 % par an pour obtenir au moins 250 € ? On donne : ln(2,5) = 0,916
et ln(1,05) = 0,049
❒ A. 17 ❒ D. 20
❒ B. 18 ❒ E. 21
❒ C. 19

52 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 53

Question 6 : À quoi équivaut une augmentation de 100 % ?


❒ A. Une multiplication par 1,5 ❒ D. Une division par 2
❒ B. Une multiplication par 2 ❒ E. Une multiplication par 2,5
❒ C. Une division par 1,5
Question 7 : Le prix des chaussures que souhaite s'acheter Manon est passé de 150 € à
50 €. À quelle réduction cela correspond-il ? Vous arrondirez au dixième de pourcentage près
si besoin.
❒ A. 25 % ❒ D. 66,7 %
❒ B. 33,3 % ❒ E. 75 %
❒ C. 50 %
Question 8 : À quoi équivaut une diminution de 100 % ?
❒ A. Cela ne change rien ❒ D. Soustraire la totalité de la quantité initiale
❒ B. Une division par 2 ❒ E. Aucune proposition n'est exacte
❒ C. Soustraire la moitié de la quantité initiale
Question 9 : À quoi équivaut une augmentation de 40 % suivie d'une réduction de 60 % ?
❒ A. Une réduction de 44 % ❒ D. Une réduction de 16 %
❒ B. Une réduction de 56 % ❒ E. Une augmentation de 20 %
❒ C. Une augmentation de 44 %
Question 10 : À quoi équivalent deux réductions consécutives de 50 % ?
❒ A. Une réduction de 100 % ❒ D. Une réduction de 37,5 %
❒ B. Une réduction de 75 % ❒ E. Une réduction de 25 %
❒ C. Une réduction de 67,5 %

des problèmes
Résolution
Vérifiez vos résultats !
 2,2
2
1. À l'issue des deux années, vous obtenez 1 000 × 1 + = 1 000 × 1,0222 =1 044,48 €
100
en arrondissant au centime d'euro près. La bonne réponse est A.

Raisonnement
2. Pour avoir au moins 15 000 € dans 2 ans, Jean doit placer une somme minimale S. En
utilisant la relation d'augmentation en pourcentage (dans le cas d'intérêts composés),

logique
 5 2

vous obtenez : 15 000 = S × 1 + ⇔ 15 000 = S × (1,05)2 ⇔ 15 000 = S × 1,1025,
100
15 000
soit S = = 13 605,44 €. En arrondissant à l'euro près, la somme minimale à pla-
1,1025
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

cer est donc de 13 606 € (et non 13 605 € qui ne permet pas à Jean d'avoir au moins
15 000 €). La bonne réponse est B.
Aptitudes
verbales

REMARQUE
En plaçant 13 605 €, Jean a, sur son compte, dans deux ans, 13 605 × 1,1025
= 14 999,51 € < 15 000 €
En plaçant 13 606 €, Jean a, sur son compte, dans deux ans, 13 606 × 1,1025
= 15 000,62 € > 15 000 €
Tests blancs

3. Marie paie son jean 120 × (1 – 0,15) × (1 – 0,2) = 120 × 0,85 × 0,8 = 120 × 0,68
= 81,60 €. Cela revient à une baisse de 32 %. La bonne réponse est D.

AT T E N T I O N
On n'additionne pas les pourcentages !

Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre] 53


9782100759620-Spel-P1SP2.qxd 25/11/16 8:54 Page 54

3
4. Une baisse de 25 % équivaut à une multiplication par 1 – 0,25 = 0,75 = . La bonne
4
réponse est E.
5. Clément doit placer 100 € pendant 19 ans pour avoir au moins 250 € sur son compte. En
 5 n

effet, la relation s'écrit : 100 × 1 + ≥ 250, soit 1,05n ≥ 2,5, soit n × ln(1,05)
100
ln(2,5) 0,916
≥ ln(2,5), soit n ≥ ≈ ≈ 18,7 ans. Ainsi Clément doit placer ses 100 € pen-
ln(1,05) 0,049
dant au moins 19 ans. Et la bonne réponse est C.

AT T E N T I O N
Vous devez choisir 19 années et non 18 !

REMARQUE
Avec 18 années de placement, Clément a sur son compte 100 × (1,05)18 = 240,66 €,
ce qui est inférieur à 250 €.
Avec 19 années de placement, Clément a sur son compte 100 × (1,05)19 = 252,70 €,
ce qui est supérieur à 250 €.

6. Une augmentation de 100 % équivaut à une multiplication par 2. En effet on ajoute à la


quantité initiale la même quantité. Cela revient bien à la multiplier par deux. La bonne
réponse est B.

7. Le prix des chaussures que souhaite acheter Manon est passé de 150 € à 50 €. Vous avez
1 1 2
la relation : 150 × (1 – t) = 50, soit 1 – t = 50 ÷ 150 = et donc t = 1 − = . En
3 3 3
arrondissant au dixième de pourcentage près, la réduction est donc de 66,7 %. La bonne
réponse est D.
8. Une réduction de 100 % revient à soustraire la totalité de la partie initiale. La bonne
réponse est D.
9. Une augmentation de 40 % suivie d'une réduction de 60 % revient à multiplier la quan-
tité initiale par (1 + 0,4) × (1 – 0,6) = 1,4 × 0,4 = 0,56. Ce qui équivaut à une réduc-
tion de 1 – 0,56 = 0,44 = 44 %. La bonne réponse est A.
10. Une réduction de 50 % suivie d'une réduction de 50 % reviennent à multiplier la quan-
tité initiale par (1 – 0,5) × (1 - 0,5) = 0,5 × 0,5 = 0,25. Ce qui équivaut à une réduc-
tion de 1 – 0,25 = 0,75 = 75 %. La bonne réponse est B.

54 Résolution des problèmes [Rappels de cours d’algèbre]


9782100759620-Spel-spart1.3.qxd 14/11/16 9:13 Page 55

Équations
et inéquations

Sous-partie
8. Les équations . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56
9. Les inéquations . . . . . . . . . . . . . . . . . .60
9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 56

8 Les équations

1. Les équations linéaires


Lorsqu'une équation donne un résultat toujours vrai (comme 2 = 2 ou 0 = 0), il est
d'usage de dire qu'elle a une infinité de solutions. On note S = R
Lorsqu'une équation donne un résultat impossible (comme 0 = 2 ou 10 = -2), il est
d'usage de dire qu'elle n'admet aucune solution. On note S = ∅ (ensemble vide).
Lorsqu'une équation admet une ou plusieurs solutions, il est d'usage de les noter entre
accolades. On note S = {solution 1, solution 2, etc.}

Explications et figures éventuelles Solutions Exemples

La solution est le point d'intersection de la Si a ∈ R∗ , 2x = 0


droite y = ax avec l'axe des abscisses S = {0} ⇔ x = 0
S = {0}

ax = 0
avec a réel Si a = 0, 2x – 2x = 0
S=R ⇔ 0 = 0
toujours vrai
S=R

S = {– b} x–1=0
La solution est le point d'intersection de la
droite y = x + b avec l'axe des abscisses ⇔ x = 1
S = {1}

x+b=0
avec b réel

56 Résolution des problèmes [Équations et inéquations]


9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 57

La solution est le point d'intersection de la Si a ≠ 0 2x + 4 = 0


droite y = ax + b avec l'axe des abscisses. et b ≠ 0 4
  ⇔ x = −

b 2
S=
a ⇔ x = –2
S = {–2}

Si a = 0 3 = 0 est im-
et b ≠ 0 possible.
ax + b = 0 S=∅ S=∅

Si a ≠ 0 3x = 0
et b = 0 ⇔ x = 0
S = {0} S = {0}

Si a = 0 0 = 0 est tou-
et b = 0 jours vrai.
S=R S=R

Équations Pour simplifier l'expression d'une équation Dépend de 2x + 3x – 10x


avec linéaire, il est d'usage de regrouper les ter- l'expression +4=0
mes en « x » d'un côté et les termes cons- de l'équation ⇔ –5x + 4 = 0
plusieurs
termes en tants de l'autre ⇔ x =
5
« x » et  4
5
plusieurs S=
termes
4

des problèmes
constants

Résolution
2. Les équations sous forme de facteurs
Un produit de facteurs est nul si et seulement si l'un au moins des facteurs est nul.

Raisonnement
A × B = 0 ⇔ A = 0 ou B = 0

3. Les équations sous forme x2 = u logique


√ √
Ces équations ont pour solution x = u ou x = − u où u  0 .
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

REMARQUE
Aptitudes
verbales

Ce type d'équation est traité de manière générale dans le chapitre sur les polynô-
mes de degré 2. Il s'agit en effet bien d'une équation du type ax2 + bx + c = 0 où
a = 1, b = 0 et c = –u

4. Les équations sous forme de quotients


Tests blancs

Un quotient est nul si et seulement si son numérateur est nul et son dénominateur non
nul.
A ⇔
=0 A = 0 et B ≠ 0
B

Résolution des problèmes [Équations et inéquations] 57


9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 58

Entraînez-vous !
Résolvez les équations suivantes en un minimum de temps !
1. 5x = x 9. 196x 2 − 361 = 0
2. 2x − 1 = 0 10. 25x 2 + 10x + 1 = 0
2x − 7 = 0
3. 3x − 1 + 5x − 15x + 5 + 2x + 5x − 4 = 0 11.
2x
1 5 x = −4x 3 =0
4. − x + 1 − 12.
2 2 4x
1 + 3 =0
5. (3x − 1)(x + 2) = 0 13.
x 4
2x − 4 = 0
6. (4x 2 − 1)(4x 2 + 1) = 0 14.
x2
2x = 0
7. 9x 2 − 289 + 3x − 17 = 0 15.
3
8. 10(x − 2) + (x − 2)2 − (x − 2) = 0

Vérifiez vos résultats !


1. 5x = x ⇔ 5x − x =0 ⇔ 4x =0 ⇔x = 0 . Et S = {0} .
1
1
2. 2x − 1 = 0 ⇔ 2x =1 ⇔x = .
. Et S =
2 2
3. 3x − 1 + 5x − 15x + 5 + 2x + 5x − 4 = 0 ⇔ 0x + 0 = 0 en additionnant les x d'un côté et les
termes constants de l'autre ⇔ 0 = 0 ce qui est toujours vrai donc S = R .
1 5 6
4. − x + 1 − x = −4x ⇔ − x + 4x + 1 = 0 ⇔ −3x + 4x + 1 = 0 ⇔ x + 1 = 0 ⇔ x = −1
2 2 2
en additionnant les x d'un côté et les termes constants de l'autre. Ainsi S = {−1} .
5. (3x − 1)(x + 2) = 0 ⇔ 3x − 1 = 0 ou x + 2 = 0 car un produit de facteurs est nul si et seule-
ment l'un au moins des facteurs est nul. Ainsi l'équation équivaut à 3x = 1 ou
1
 1

x = −2 ⇔ x = ou x = −2 . Ainsi S = − 2; .
3 3
6. (4x 2 − 1)(4x 2 + 1) = 0 ⇔ 4x 2 − 1 = 0 ou 4x 2 + 1 = 0 car un produit de facteurs est nul si et
seulement l'un au moins des facteurs est nul. Ainsi l'équation équivaut à 4x 2 = 1 ou
4x 2 = −1 (cette dernière égalité est impossible car un carré n'est jamais négatif dans l'en-
1 1
semble des réels). L'équation est donc équivalente à seulement 4x 2 = 1 ⇔ x 2 = ⇔x=
 1 1 4 2
1
ou x = − . Ainsi S = − ; .
2 2 2
AT T E N T I O N
x2 = –1 n'admet pas de solution car un carré n'est jamais négatif.

7. 9x 2 − 289 + 3x − 17 = 0 . Vous reconnaissez l'identité remarquable de la forme


a2 − b2 = (a − b)(a + b) .
D'où : 9x 2 − 289 = (3x − 17)(3x + 17) en remarquant que 9x 2 = (3x)2 et que 289 = 172 !

58 Résolution des problèmes [Équations et inéquations]


9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 59

REMARQUE
Apprenez vos carrés cela peut servir !

Ainsi l'équation factorisée est équivalente à : (3x − 17)(3x + 17) + (3x − 17) = 0
⇔ (3x − 17)(3x + 17 + 1) = (3x − 17)(3x + 18) = 0 ⇔ 3x − 17 = 0 ou 3x + 18 = 0⇔ 3x = 17
17 18 17
ou 3x = −18 ⇔ x = ou x = − ⇔x = ou x = −6 .
3 3 3
 17

Et S = − 6;
3

8. 10(x − 2) + (x − 2)2 − (x − 2) = 0 ⇔ (x − 2)(10 + (x − 2) − 1) = 0 en factorisant par x − 2.


L'équation est équivalente à (x − 2)(x + 7) = 0 ⇔ x − 2 = 0 ou x + 7 = 0 ⇔ x = 2 ou x = −7
et S = {−7; 2} .
9. 196x− 361 = 0 ⇔ (14x)2 − 192 = 0 ⇔ (14x − 19)(14x + 19) = 0 en reconnaissant l'identité
2

remarquable de la forme a2 − b2 = (a − b)(a + b) , que 142 = 196 et 192 = 361 ! L'équation


19 19
est finalement équivalente à 14x − 19 = 0 ou 14x + 19 = 0 ⇔ x = ou x = − . Ainsi
  14 14
19 19
S= − ; .
14 14

REMARQUE
Apprenez vos carrés cela peut servir !

des problèmes
10. 25x 2 + 10x + 1 = 0. Vous reconnaissez l'identité remarquable (a + b)2 = a2 + 2ab + b2 avec

Résolution
a = 5x et b = 1, ainsi 25x 2 + 10x + 1 = (5x + 1)2 . L'équation est donc équivalente à
1
 1
(5x + 1)2 = 0 ⇔ (5x + 1) = 0 ⇔ x = − . Ainsi S = − .
5 5

REMARQUE
Vous avez deux manières de résoudre cette équation : en reconnaissant une iden-

Raisonnement
tité remarquable du type (a + b)2 = a2 + 2ab + b2 ou avec le discriminant (détaillé

logique
plus loin dans cet ouvrage).

2x −7 7
7
11. =0 ⇔ 2x − 7 = 0 et 2x =/ 0 ⇔ 2x = 7 et x =/ 0 ⇔x = et x =/ 0 et S = .
2x 2 2
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

3
12. = 0 ⇔ 3 = 0 et 4x =/ 0 ⇔ 3 = 0 et x =/ 0 . L'égalité 3 = 0 est impossible. Ainsi S = ∅.
4x
Aptitudes
verbales

1 3 4 + 3x
13. + = 0 ⇔ = 0 en réduisant au même dénominateur. Cette équation est donc
x 4 4x  4
4 + 3x
équivalente à = 0 ⇔ 4 + 3x = 0 et 4x =/ 0 ⇔ 3x = −4 et x =/ 0 . Ainsi S = − .
4x 3
2x −4 4
14. ⇔ 2x − 4 = 0 et x 2 =
 0⇔x = et x =/ 0 ⇔x = 2 et x =/ 0 . S = {2} .
x2 2
Tests blancs

2x
15. =0 ⇔ 2x = 0 et 3 =/ 0 (ce qui est toujours vrai !) ⇔x = 0 . S = {0} .
3

Résolution des problèmes [Équations et inéquations] 59


9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 60

9 Les inéquations

1. Les inéquations linéaires du type ax + b > 0


ou ≥ 0 ou < 0 ou ≤ 0
Le principe de résolution d'une inéquation est le même que celui d'une équation.
Vous devez regrouper les termes en x d'un côté et les termes constants de l'autre. La
seule chose qui change est le fait que vous cherchez l’ensemble de valeurs d'une varia-
ble pour lesquelles le signe d'une expression est positif ou négatif.
Soit a un réel strictement positif et b un réel quelconque le signe de ax + b est donné
par le tableau de signes suivant :

b
x − ∞ − +∞
a
ax + b – 0 +

Le signe de ax + b est donc :


 
ax + b > 0 si et seulement si x > b b
et S = − ; +∞

a a
 
ax + b  0 si et seulement si x  − et S = − b ; +∞
b
a a
 
ax + b < 0 si et seulement si x < − et S = −∞; − b
b
a a
 
ax + b  0 si et seulement si x  − b et S = −∞; − b
a a

REMARQUE
Lorsque le signe de a est négatif, le signe change ! Le tableau de signes de
ax + b est donc :

b
x − ∞ − +∞
a
ax + b + 0 –

 
ax + b < 0 si et seulement si x > b b
et S = − ; +∞

a a
 
ax + b  0 si et seulement si x  − b et S = − b ; +∞
a a
 
ax + b > 0 si et seulement si x < − et S = −∞; − b
b
a a

60 Résolution des problèmes [Équations et inéquations]


9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 61

 
ax + b  0 si et seulement si x  − b et S = −∞; −
b
a a

Entraînez-vous !
Résolvez les inéquations suivantes en un minimum de temps !
1. 5x > x 3. −5x − 15 ≤ 0 5. −2x + 4 < 0
2. 2x −8<0 4. 4x − 12 ≥ 0

Vérifiez vos résultats !


1. 5x > x ⇔ 5x − x > 0 en regroupant les termes en x. L'inéquation est alors équivalente à
4x > 0 soit à x > 0 et S =]0; +∞[.
2. 2x − 8 < 0 est une inéquation du type ax + b < 0 avec a = 2 > 0 et b = −8 . Vous devez
d'abord établir le tableau de signes de l'expression 2x − 8 qui s'annule lorsque 2x = 8, soit
8
quand x = = 4. Vous sélectionnez ensuite les valeurs qui vous intéressent :
4
x – ∞ 4 + ∞
2x – 8 – 0 +

2x − 8 < 0 ⇔ x < 4 et S =] − ∞; 4[ .
3. −5x − 15 ≤ 0 est une inéquation de la forme ax + b ≤ 0 avec a = −5 < 0 et b = −15. Vous
devez d'abord établir le tableau de signes de l'expression −5x − 15 qui s'annule lorsque

des problèmes
15

Résolution
−5x = 15 , soit quand x = = −3 . Vous sélectionnez ensuite les valeurs qui vous inté-
−5
ressent :
x – ∞ –3 + ∞
–5x – 15 + 0 –

Raisonnement
−5x − 15 ≤ 0 ⇔ x ≥ −3 et S = [−3; +∞[ .

logique
4. 4x − 12 ≥ 0 est une inéquation de la forme ax + b ≥ 0 avec a = 4 > 0 et b = −12. Vous
devez d'abord établir le tableau de signes de l'expression 4x − 12 qui s'annule lorsque
12
4x = 12, soit quand x = = 3. Vous sélectionnez ensuite les valeurs qui vous intéres-
4
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

sent :

x – ∞ 3 + ∞
Aptitudes
verbales

4x – 12 – 0 +

4x − 12 ≥ 0 ⇔ x ≥ 3 et S = [3; +∞[ .
5. −2x + 4 < 0 est une inéquation du type ax + b < 0 avec a = −2 < 0 . Vous devez
d'abord établir le tableau de signes de l'expression −2x + 4 qui s'annule lorsque
−4 4
Tests blancs

−2x = −4, soit quand x = = = 2 . Vous sélectionnez ensuite les valeurs qui vous
−2 2
intéressent :

Résolution des problèmes [Équations et inéquations] 61


9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 62

x –∞ 2 +∞

-2x + 4 + 0 –

−2x + 4 < 0 ⇔x>2 et S =]2; +∞[.

2. Les inéquations sous forme de produit


et tableau de signes
Le signe d'un produit de facteurs est positif si et seulement si les deux facteurs sont de
même signe (tous les deux positifs ou tous les deux négatifs).
Le signe d'un produit de facteurs est négatif si et seulement si les deux facteurs sont
de signes contraires (l'un positif et l'autre négatif).

Comment déterminer le signe d'un produit de la forme :


(ax + b)(cx + d) ?
Soient a , b , c et d des réels tels que a et c sont non nuls et b et d quelconques.
b < d
On suppose que − − par commodité.
a c
Pour déterminer le signe du produit, vous devez déterminer les valeurs qui annulent
chaque facteur et les classer par ordre croissant dans la première ligne du tableau de
signes. Bien souvent vous devez factoriser l'expression afin d'avoir un produit de fac-
teurs ! Revoyez donc bien vos factorisations !
Vous obtenez le signe de chaque facteur en appliquant la méthode vue précédemment
et vous en déduisez finalement le signe du produit (ax + b)(cx + d) :

b d
x − ∞ − − +∞
a c
ax + b signe de − a 0 signe de a signe de a

cx + d signe de − c signe de − c 0 signe de c

Produit signe de ac 0 signe de −ac 0 signe de ac

Entraînez-vous !
Résolvez les inéquations suivantes en un minimum de temps !
1. x(x − 1) > 0 4. (2x − 5)2 − (2x − 5) ≤ 0
2. (x − 2)(x 2 + 2) <0 5. 2(−x + 1) + (2x − 10)(−x + 1) >0
3. (x 2 − 4) ≥ 0

Vérifiez vos résultats !


1. x(x − 1) > 0 . Il s'agit d'un produit de facteurs. Vous devez déterminer les valeurs qui
annulent chaque facteur, puis les classer dans l'ordre croissant dans le tableau.
x(x − 1) = 0 ⇔ x = 0 ou x − 1 = 0 ⇔ x = 0 ou x = 1. Vous reportez 0 et 1 dans le tableau.

62 Résolution des problèmes [Équations et inéquations]


9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 63

Vous déterminez ensuite le signe de chacun des facteurs puis dressez le tableau de signes
du produit :

x –∞ 0 1 +∞

x – 0 + +

x–1 – – 0 +

Produit + 0 – 0 +

x(x − 1) > 0 ⇔ x ∈] − ∞; 0[∪]1; +∞[ et S =] − ∞; 0[∪]1; +∞[

2. (x − 2)(x 2 + 2) < 0. Il s'agit d'un produit de facteurs. Vous devez déterminer les valeurs qui
annulent chaque facteur, puis les classer dans l'ordre croissant dans le tableau.
(x − 2)(x 2 + 2) = 0 ⇔ x − 2 = 0 ou x 2 + 2 = 0 ⇔ x = 2 et x 2 + 2 = 0 (qui est impossible car
un carré est toujours positif ou nul, donc x 2 + 2 est strictement positif et ne s'annule donc
jamais). Vous reportez seulement 2 dans les valeurs du tableau. Vous déterminez ensui-
te le signe de chacun des facteurs puis dressez le tableau de signes du produit :

x –∞ 2 +∞

x–2 – 0 +

x2 + 2 + +
Produit – 0 +

(x − 2)(x 2 + 2) < 0 ⇔ x ∈ ] − ∞; 2[ et S =] − ∞; 2[

des problèmes
REMARQUE

Résolution
N'oubliez pas qu'un carré est toujours positif ou nul ! Ainsi pour tout x réel, x2 + 2 > 0 !
Vous auriez pu ne pas tenir compte de ce facteur pour résoudre l'inéquation !

3. (x 2 − 4) ≥ 0 ⇔ x 2 − 22 ≥ 0. Vous devez d'abord factoriser le produit ! Vous reconnaissez


une identité remarquable de la forme a2 − b2 = (a − b)(a + b) . Ainsi l'inéquation est équi-
valente à (x − 2)(x + 2) ≥ 0 . Les valeurs à reporter dans le tableau sont –2 et 2 car

Raisonnement
(x − 2)(x + 2) = 0 ⇔ x − 2 = 0 ou x + 2 = 0 ⇔ x = 2 ou x = −2 . Une fois le produit factorisé

logique
vous pouvez déterminer le signe de chaque facteur pour en déduire celui du produit :

x –∞ –2 2 +∞

x–2 – – 0 +
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

x+2 – 0 + +

Produit + 0 – 0 +
Aptitudes
verbales

x2 − 4 ≥ 0 ⇔ x ∈] − ∞; −2] ∪ [2; +∞[ et S =] − ∞; −2] ∪ [2; +∞[ .

REMARQUE
En calculant le discriminant du polynôme x 2 − 4 (où a = 1 , b = 0 et c = −4) vous auriez
également pu résoudre l'inéquation. Ce thème est détaillé plus loin dans le chapitre por-
Tests blancs

tant sur les polynômes.

ASTUCE
Apprenez vos identités remarquables de manière à aller plus vite dans la résolution des
exercices.

Résolution des problèmes [Équations et inéquations] 63


9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 64

4. (2x − 5)2 − (2x − 5) ≤ 0 . Vous devez factoriser cette expression afin de faire apparaître un
produit de facteurs. (2x − 5)2 − (2x − 5) = (2x − 5)[(2x − 5) − 1] = (2x − 5)(2x − 6) . Cette
expression s'annule en x = 2,5 et en x = 3, en effet : (2x − 5)(2x − 6) = 0 ⇔ 2x − 5 = 0
5 6
ou 2x −6=0⇔x = ⇔ x = 2,5 ou x = 3. Les valeurs à reporter dans le tableau
ou x =
2 2
sont donc 2,5 et 3. Vous déduisez enfin le signe de l'expression :

x –∞ 2,5 3 +∞

2x – 6 – – 0 +

2x – 5 – 0 + +

Produit + 0 – 0 +

(2x− 5)2 − (2x − 5) ≤ 0 ⇔ x ∈ [2,5; 3] et S = [2,5; 3]


5. 2(−x + 1) + (2x − 10)(−x + 1) > 0. Vous devez d'abord factoriser cette expression :
2(−x + 1) + (2x − 10)(−x + 1) = (−x + 1)[2 + (2x − 10)] = (−x + 1)(2x − 8) . Cette dernière
expression s'annule en 1 et 4, en effet : (−x + 1)(2x − 8) = 0 ⇔ −x + 1 = 0 ou 2x − 8 = 0
8
⇔x = 1 ou x =⇔ x = 1 ou x = 4. Vous reportez donc les valeurs 1 et 4 dans le tableau.
2
Vous pouvez maintenant dresser le tableau de signes du produit :
x –∞ 1 4 +∞

–x+1 + 0 – –

2x – 8 – – 0 +

Produit – 0 + 0 –

2(−x + 1) + (2x − 4)(−x + 1) > 0 ⇔ x ∈]1; 4[ et S =]1; 4[

3. Les inéquations sous forme de quotient


et tableau de signes
Avant d'étudier le signe d'un quotient vous devez d'abord éliminer les valeurs qui annu-
lent le dénominateur. Vous reportez ensuite ces valeurs dans l'ordre croissant dans la
première ligne du tableau de signes (où figurent également les valeurs qui annulent le
numérateur).
Le signe d'un quotient est positif si et seulement si le numérateur et le dénominateur
sont de même signe (tous les deux positifs ou tous les deux négatifs).
Le signe d'un quotient est négatif si et seulement si le numérateur et le dénominateur
sont de signes contraires (l'un positif et l'autre négatif).

Comment déterminer le signe d'un quotient de la forme ax + b ?


cx + d
Soient a , b , c et d des réels tels que a et c sont non nuls et b et d quelconques.
b < d
On suppose que − − par commodité.
a c
Vous devez d'abord éliminer les valeurs qui annulent le dénominateur, soit cx + d ≠ 0
⇔ x≠ −
d
c

64 Résolution des problèmes [Équations et inéquations]


9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 65

Pour déterminer le signe du quotient, vous devez déterminer les valeurs qui annulent
le numérateur et les classer avec les valeurs qui annulent le dénominateur par ordre
croissant dans la première ligne du tableau de signes. Bien souvent vous devez facto-
riser l'expression afin d'avoir un numérateur et un dénominateur sous forme de pro-
duit. Revoyez donc bien vos factorisations !
Vous obtenez ensuite le signe du numérateur et du dénominateur en appliquant la
ax + b
méthode vue précédemment et vous en déduisez finalement le signe du produit
cx + d
b d
x − ∞ − − +∞
a c
ax + b signe de − a 0 signe de a signe de a

cx + d signe de − c signe de − c 0 signe de c

Quotient signe de ac 0 signe de −ac signe de ac

Quel crochet pour quelle inégalité dans les solutions ?

Inégalité stricte Inégalité large


< ou > ≤ ou ≥

Valeurs qui annulent On ouvre les crochets On ferme les crochets


le numérateur

Valeurs qui annulent On ouvre les crochets On ouvre les crochets

des problèmes
Résolution
le dénominateur

Entraînez-vous !
Résolvez les inéquations suivantes en un minimum de temps !
−1
x 1

Raisonnement
1. >0 4. ≥ 0
2x x2

logique
2x + 6 (2x − 3)(x − 1)
2. <0 5. ≤ 0
x +4 x +2
x −3
3. ≥0
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

x2
Aptitudes

Vérifiez vos résultats !


verbales

x −1
1. > 0. Le dénominateur doit être non nul, soit 2x ≠ 0 ⇔ x ≠ 0. Vous pouvez désor-
2x
mais reporter les valeurs annulant le numérateur (x − 1 = 0 ⇔ x = 1 ) et celles annulant
le dénominateur (valeurs interdites : x ≠ 0). Le tableau de signes du quotient est donc :
Tests blancs

x –∞ 0 1 +∞

x–1 – – 0 +

2x – 0 + +

Quotient + – 0 +

Résolution des problèmes [Équations et inéquations] 65


9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 66

x −1
>0 ⇔ x ∈] − ∞; 0[ ∪ ]1; +∞[ et S =] − ∞; 0[ ∪ ]1; +∞[.
2x

AT T E N T I O N
N'oubliez pas d'ouvrir le crochet au niveau de la valeur 0 qui annule le dénominateur !
Comme il s'agit d'une inégalité stricte, vous devez de toute manière les ouvrir tous.

2x + 6
2. < 0. Le dénominateur doit être non nul, soit x + 4 ≠ 0 ⇔ x ≠ –4. Vous pouvez
x +4
désormais reporter les valeurs annulant le numérateur (2x + 6 = 0 ⇔ x = −3 ) et celles
annulant le dénominateur (valeurs interdites : x ≠ –4). Le tableau de signes du quotient
est donc :

x –∞ –4 –3 +∞

2x + 6 – – 0 +

x+4 – 0 + +

Quotient + – 0 +

2x + 6
<0 ⇔ x ∈] − 4; −3[ et S =] − 4; −3[
x +4

AT T E N T I O N
N'oubliez pas d'ouvrir le crochet au niveau de la valeur x = −4 qui annule le dénomina-
teur ! Comme il s'agit d'une inégalité stricte, vous devez de toute manière les ouvrir
tous.

x −3
3. ≥ 0. Le dénominateur doit être non nul, soit x 2 ≠ 0 ⇔ x ≠ 0. Vous pouvez désor-
x2
mais reporter les valeurs annulant le numérateur (x − 3 = 0 ⇔ x = 3 ) et celles annulant
le dénominateur (valeurs interdites : x ≠ 0). Le tableau de signes du quotient est donc :

x –∞ 0 3 +∞

x–3 – – 0 +

x2 + 0 + +

Quotient – – 0 +

x −3
≥ 0 ⇔ x ∈ [3; +∞[ et S = [3; +∞[
x2

AT T E N T I O N
L'inégalité est large et la valeur interdite n'apparaît pas dans l'ensemble des solutions.
Vous fermez donc le crochet en x = 3 qui annule le numérateur.

REMARQUE
Vous pouvez ne tenir compte que du signe du numérateur étant donné que le dénomi-
nateur est toujours positif (il s'agit d'un carré). Vous devez toutefois ne pas oublier d'en-
lever la valeur interdite si celle-ci apparaît dans l'ensemble des solutions (ce qui n'est
pas le cas dans cet exemple).

66 Résolution des problèmes [Équations et inéquations]


9782100759620-Spel-P1SP3.qxd 22/11/16 9:21 Page 67

1
4. ≥ 0. Le dénominateur doit être non nul, soit x 2 ≠ 0 ⇔ x ≠ 0. Le numérateur est égal
x2
à 1 donc il est toujours strictement positif. Le dénominateur est un carré donc il est tou-
jours positif ou nul. L'ensemble des solutions est donc x ≠ 0 (car le dénominateur ne peut
pas prendre la valeur 0). Ainsi S =] − ∞; 0[ ∪ ]0; +∞[ = R∗ .

AT T E N T I O N
N'oubliez pas la valeur interdite ! L'ensemble des solutions n'est pas R mais R∗ !

(2x − 3)(x − 1)
5. ≤ 0. Le dénominateur doit être non nul, soit x + 2 ≠ 0 ⇔ x ≠ –2. Vous
x +2
pouvez désormais reporter les valeurs annulant le numérateur (2x − 3)(x − 1) = 0
3
⇔ 2x − 3 = 0 ou x − 1 = 0 ⇔ x = ou x = 1) et celles annulant le dénominateur (valeurs
2
interdites : x ≠ -2). Le tableau de signes du quotient est donc :

3
x –∞ –2 1 +∞
2
2x – 3 – – – 0 +

x–1 – – 0 + +

x+2 – 0 + + +

Quotient – + 0 – 0 +
   
(2x − 3)(x − 1) 3 3
≤ 0 ⇔ x ∈] − ∞; −2[ ∪ et S =] − ∞; −2[ ∪ 1;

des problèmes
1;
x +2 2 2

Résolution
AT T E N T I O N
N'oubliez pas d'ouvrir le crochet au niveau de la valeur x = –2 (qui annule le dénomi-
nateur) malgré l'inégalité large.

Raisonnement
logique
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales
Tests blancs

Résolution des problèmes [Équations et inéquations] 67


9782100759620-Spel-spart1.4.qxd 14/11/16 9:29 Page 68

Systèmes
Sous-partie

10. Les systèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . .69


9782100759620-Spel-P1SP4.qxd 14/11/16 9:32 Page 69

Les systèmes 10

ax + by = e
1. Les systèmes linéaires de la forme
cx + dy = f

a. Méthode par substitution


Méthode Explications Exemples
 
Le principe consiste à ax + by = e 2x + y = 1
exprimer l'une des cx + dy = f x + 2y = 4
deux variables (à
votre guise) en fonc- La première équation permet La première équation permet
tion de l'autre à l'aide d'écrire : d'écrire y = 1 − 2x
de l'une des deux e − ax En remplaçant y par 1 − 2x dans
équations puis de la y =
b la seconde équation, vous obte-
remplacer dans l'autre nez :
Vous remplacez y par son

des problèmes
équation.
expression en fonction de x x + 2(1 − 2x) = 4

Résolution
Vous obtenez ainsi dans la seconde équation.
Finalement vous obtenez : ⇔ x + 2 − 4x =4
une équation à une
seule inconnue que bf − de ⇔ −3x =2
vous pouvez résoud- y = 2
bc − ad ⇔x = −
re. Une fois cette 3
équation résolue, Puis en remplaçant x par sa

Raisonnement
valeur dans l'expression de y, Vous obtenez enfin la valeur de
vous remplacez la y:
vous obtenez :

logique
valeur de l'inconnue  
dans l'expression pour ec − af 2 4
y = y =1−2× − =1+
ainsi obtenir la valeur bc − ad 3 3
de l'autre inconnue. 3 4 7
y = + =
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

3 3 3
 2 7

S= − ;
Aptitudes

3 3
verbales
Tests blancs

Résolution des problèmes [Systèmes] 69


9782100759620-Spel-P1SP4.qxd 14/11/16 9:33 Page 70

b. Méthode par combinaison


Méthode Explications Exemples
 
Cette méthode consis- ax + by = e x + 4y = 2
te à éliminer une cx + dy = f x + 2y = 3
variable de manière à
obtenir une équation Vous devez obtenir les Pour éliminer les y, vous multi-
d'une seule variable x mêmes résultats qu'avec la pliez la seconde équation par
méthode par substitution, à deux et vous obtenez :
ou y.
savoir : 
x + 4y = 2 (1)
Vous déterminez
bf − de
ensuite la valeur de la x = 2x + 4y = 6 (2)
bc − ad
variable à partir de
En soustrayant les 2 équations
l'unique équation. et (2) – (1), vous obtenez :
Vous remplacez enfin ec − af 2x −x =6−2 ⇔x =4
y =
la valeur de cette bc − ad
Vous remplacez enfin x par 4
variable dans l'une ou
dans l'une ou l'autre des équa-
l'autre des équations
tions, par exemple la première,
(la plus simple en ter- et vous obtenez :
mes de calculs !)
4 + 4y = 2 ⇔ 4y =2−4
2 1
⇔ 4y = −2 ⇔ y = − = −
  4 2
1
S= 4; −
2

c. Interprétation graphique

ax + by = e
cx + dy = f

La solution du système (si elle existe) est le point de concours des droites (d) et (d') d'é-
quations respectives ax + by = e et cx + d = f.

1er cas : le système admet 2e cas : le système admet 3e cas : le système n'admet
une unique solution une infinité de solutions pas de solution
Les droites (d) et (d') se cou- Les droites (d) et (d') sont Les droites (d) et (d') sont
pent en un unique point de confondues parallèles
coordonnées la solution du
système

70 Résolution des problèmes [Systèmes]


9782100759620-Spel-P1SP4.qxd 14/11/16 9:33 Page 71

Entraînez-vous !
Résolvez ces systèmes le plus rapidement possible !

x +y =1
1.
x +y =2

x + 2y = 1
2.
2x + y = 2

5x + 2y = 1
3.
20x + 8y = 4

2x −y =5
4.
x + 2y = 5

x + 3y = 4
5.
3x + y = 1

Vérifiez vos résultats !



x +y =1
1.
x +y =2
Ce système n'admet pas de solutions dans la mesure où la même expression en fonction de
x et y donne un résultat différent. S = ∅ .

x + 2y = 1
2.
2x + y = 2

des problèmes
Résolution
Avec la méthode par substitution, vous exprimez y en fonction de x grâce à la seconde équa-
tion : y = 2 − 2x . Puis vous remplacez y par 2 − 2x dans la première équation :
−3
x + 2(2 − 2x) = 1 ⇔ x + 4 − 4x = 1 ⇔ −3x = 1 − 4 ⇔ −3x = −3 ⇔ x = ⇔ x = 1.
−3
Vous remplacez x par cette valeur dans l'expression de y et vous obtenez y = 2 − 2 ⇔ 1 = 0.
Ainsi S = {(1; 0)}


Raisonnement
5x + 2y = 1
3.

logique
20x + 8y = 4
Avec la méthode par combinaison, vous multipliez la première équation par 4 et vous obte-
nez un système avec deux équations identiques à savoir 20x + 8y = 4. Le système admet
donc une infinité de solutions vérifiant cette équation. S = R.

© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

2x −y =5
4.
x + 2y = 5
Aptitudes
verbales

Avec la méthode par substitution, vous exprimez y en fonction de x grâce à la première


équation : y = 2x − 5. Puis vous remplacez y par 2x − 5 dans la seconde équation :
15
x + 2(2x − 5) = 5 ⇔ x + 4x − 10 = 5 ⇔ 5x = 15 ⇔ x = = 3 . Vous remplacez x par cette
3
valeur dans l'expression de y et vous obtenez y = 6 − 5 = 1. S = {(3; 1)}

x + 3y = 4
Tests blancs

5.
3x + y = 1
Avec la méthode par combinaison vous multipliez par exemple la première équation par 3 :

3x + 9y = 12 (1)
3x + y = 1 (2)

Résolution des problèmes [Systèmes] 71


9782100759620-Spel-P1SP4.qxd 14/11/16 9:33 Page 72

Puis vous soustrayez les deux équations (1) – (2) pour obtenir une équation avec une seule
11
inconnue y : 8y = 11 et y = . Enfin vous remplacez y par sa valeur dans l'une ou l'autre
8
des équations et vous obtenez :
11 11 8 − 11 3 1
 1 11 
3x + = 1 ⇔ 3x = 1 − ⇔ 3x = ⇔ 3x = − ⇔ x = − et S = − ; .
8 8 8 8 8 8 8

2. Les systèmes non linéaires


Les systèmes non linéaires sont composés d'équations qui n'ont pas une expression
linéaire. Cette expression peut être quadratique, exponentielle, composée de quotients,
etc.

Entraînez-vous !
Résolvez le plus rapidement les systèmes non linéaires suivants !

− 4y = 1
x
1.
−4
x2 =
 2x + 3y = −1
2.
x2 = 1

x − 4y =2
3.
x2 + y2 = −25

x−y =1
4. √
x =2

5x −y = −2
5. 1
=2
x

Vérifiez vos résultats



x − 4y = 1
1.
x 2 = −4
La seconde équation est impossible car un carré n'est jamais négatif ! Le système n'admet
pas de solution et S = ∅ .
 2x + 3y = −1
2. 2
x =1
La seconde équation donne x 2 = 1 soit x = 1 ou x = −1 .
Quand x = 1, la première équation
−3
devient 2 × 1 + 3y = −1 ⇔ 3y = −2 − 1 ⇔ 3y = −3 ⇔ y = ⇔ y = −1 . Quand x = −1 , la
3
première équation devient 2 × (−1) + 3y = −1 ⇔ −2 + 3y = −1 ⇔ 3y = 2 − 1 ⇔ 3y = 1
1
 1

⇔ y = . Ainsi le système admet deux couples solution : (1; −1) et − 1; . Finalement
 3  1
 3

S = (1; −1) ; − 1;
3

x − 4y =2
3. 2
x +y = 2
−25

72 Résolution des problèmes [Systèmes]


9782100759620-Spel-P1SP4.qxd 14/11/16 9:33 Page 73

La seconde équation est impossible car un carré n'est jamais négatif ! Il en est de même
pour la somme de deux carrés ! Le système n'admet donc pas de solution et S = ∅ .

x−y =1
4. √
x =2

La seconde équation est équivalente à x = 22 = 4 en élevant chaque terme au carré.


Donc x = 4. Puis vous remplacez x par 4 dans la première équation et obtenez :
4 − y = 1 ⇔ −y = −3 ⇔ y = 3. Le système admet donc une unique solution (4; 3) et
S = {(4; 3)} .

5x −y = −2
5. 1
=2
x
1 1
La seconde équation est équivalente à 2x = 1, soit à x = . En remplaçant x par dans la
2 2
1 5 5 5+4
première équation, vous obtenez : 5 × −y = −2 ⇔ − y = −2 ⇔ y = +2 ⇔y =
2  1 9 2  1 9 2 2
9
⇔y = . Le système admet une unique solution ; et S = ; .
2 2 2 2 2

des problèmes
Résolution
Raisonnement
logique
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales
Tests blancs

Résolution des problèmes [Systèmes] 73


9782100759620-Spel-spart1.5.qxd 14/11/16 9:34 Page 74

Polynômes
Sous-partie

11. Les polynômes de degré 2 . . . . . . . . . .75


12. Les polynômes de degré 3 . . . . . . . . . .80
9782100759620-Spel-P1SP5.qxd 22/11/16 9:24 Page 75

Les polynômes de degré 2 11


On considère le polynôme ax2 + bx +c et son discriminant ∆ = b2 – 4ac. Ainsi :

Racines éventuelles Signe Factorisation



−b − ∆ Le polynôme est du a(x − x1 )(x − x2 )
x1 =
2a signe de a à l'extérieur
∆>0 et des racines et de – a à

x2 = −b + ∆ l'intérieur des racines
2a

∆=0
−b Le polynôme est du a(x − x0 )2
x0 =
2a signe de a

Pas de racine réelle Le polynôme est du Pas de factorisation


∆<0
signe de a

Exercice 1

des problèmes
Répondez aux questions suivantes le plus rapidement possible !

Résolution
1. Résoudre dans R l'équation suivante : x 2 + 2 = 0
2. Résoudre dans R l'équation suivante : 2x 2 + 3x −2=0
3. Factoriser, si possible, dans R le polynôme 2x 2 + 3x −2
4. Factorisez, si possible, dans R le polynôme 4x 2 + 4x + 1
5. Factoriser, si possible, dans R l'expression x 2 − 2x + 4

Raisonnement
logique
Corrigé 1
1. x 2 + 2 = 0. En calculant le discriminant ∆ avec a = 1, b = 0 et c = 2, vous obtenez
∆ = 02 − 4 × 1 × 2 = 0 − 8 = −8 < 0 donc le polynôme n'admet pas de racine réelle.
S = ∅.
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

REMARQUE
Aptitudes
verbales

En passant le 2 de l'autre côté du signe égal, vous auriez obtenu x 2 = −2 ce qui est
impossible car un carré ne peut pas être négatif. Vous en auriez également déduit que
S = ∅.

2. 2x 2 + 3x − 2 = 0. En calculant le discriminant ∆ avec a = 2 , b = 3 et c = −2, vous obtenez


∆ = 32 − 4 × 2 × (−2) = 9 + 16 = 25 > 0 donc ce polynôme admet deux racines réelles dis-
Tests blancs

tinctes. En appliquant les formules permettant de déterminer les racines vous obtenez :
√ √
−3 − 25 −3 − 5 −8 −3 + 25 −3 + 5 2 1
x1 = = = = −2 et x2 = = = = .
2×2 4 4 2×2 4 4 2
 1

Et S = − 2; .
2

Résolution des problèmes [Polynômes] 75


9782100759620-Spel-P1SP5.qxd 22/11/16 9:24 Page 76

3. 2x 2 + 3x − 2 . En appliquant la formule de factorisation dans le cas où le polynôme admet


deux racines réelles distinctes, vous obtenez une factorisation de la forme
 1
  1

a(x − x1 )(x − x2 ) et donc que 2x 2 + 3x − 2 = 2 x − (x − (−2)) = 2 x − (x + 2)
2 2
= (2x − 1)(x + 2) en distribuant le 2 dans le premier facteur.
4. 4x 2 + 4x + 1. En calculant le discriminant ∆ avec a = 4 , b = 4 et c = 1 , vous obtenez
∆ = 42 − 4 × 4 × 1 = 16 − 16 = 0 donc ce polynôme admet une unique racine réelle.
−4 −4 1
x0 = = = − . Il peut donc se factoriser sous la forme a(x − x0 )2 et ainsi :
2×4 8 2
  1 2  1 2   1 2
4x + 4x + 1 = 4 × x − −
2
=4 x+ = 2 x+ = (2x + 1)2 en remarquant
2 2 2
que 4 = 22 et en distribuant le 2 dans le carré.

REMARQUE
Vous auriez pu aussi reconnaître une identité remarquable de la forme
(a + b)2 = a2 + 2ab + b2 . Soit 4x 2 + 4x + 1 = (2x + 1)2 .

5. x 2 − 2x + 4. En calculant le discriminant ∆ avec a = 1 , b = −2 et c = 4 , vous obtenez


∆ = (−2)2 − 4 × 1 × 4 = 4 − 16 = −12 < 0 donc ce polynôme n'admet pas de racine réel-
le et S = ∅ . Il n'admet donc pas de factorisation.

Exercice 2
Répondez le plus rapidement possible aux questions !
Question 1 : Quelle est l'affirmation exacte au sujet de l'équation 2x 2 + 1 = 2x ?
❒ A. Elle admet une unique solution dans R
❒ B. Elle admet une infinité de solutions dans R
❒ C. Elle admet exactement deux solutions dans R
❒ D. Elle n'admet pas de solution dans R
❒ E. Vous ne pouvez pas répondre à la question
Question 2 : Quelle est l'affirmation exacte au sujet de l'équation x 2 + x −5=0 ?
❒ A. Elle admet une unique solution dans R
❒ B. Elle admet une infinité de solutions dans R
❒ C. Elle admet exactement deux solutions dans R
❒ D. Elle n'admet pas de solution dans R
❒ E. Vous ne pouvez pas répondre à la question
Question 3 : Quel est l'ensemble solution de l'inéquation x 2 + 1 > 0 dans R ?
❒ A. ]–1 ; +∞[ ❒ D. R∗
❒ B. [–1 ; +∞[ ❒ E. R
❒ C. ]–∞ ; –1 [
Question 4 : Quel est l'ensemble des solutions de l'équation x 3 − 729 = 0 dans R ?
❒ A. S = {9} ❒ DS=∅
❒ B. S = {2, 9} ❒ E. S = R
❒ C. S = {2, 9, 8}

76 Résolution des problèmes [Polynômes]


9782100759620-Spel-P1SP5.qxd 22/11/16 9:24 Page 77

Question 5 : Quel est l'ensemble des solutions de l'inéquation x 3 + 27 < 0 dans R ?


❒ A. S = ]–∞ ; –3] ❒ D. S = ]–∞ ; 3[
❒ B. S = ]–∞ ; –3[ ❒ E. S = ]–∞ ; 3]
❒ C. S = ]–∞ ; 9]

x 2 = 289
Question 6 : Quel est l'ensemble des solutions du système √ , x et y réels ?
x − y = −17
❒ A. S = {(17 ; 0)} ❒ D. S = ∅
❒ B. S = {(17 ; 1 156) ; (-17 ; 0)} ❒ E. S = R
❒ C. S = {(-17 ; 0)}

x2 = −625
Question 7 : Quel est l'ensemble des solutions du système , x et y réels ?
y 2
−y −2=0
❒ A. S = {(25 ; 0)} ❒ D. S = {(–15 ; -2) ; (–15 ; 1)}
❒ B. S = {(–2 ; 1)} ❒ E. S = ∅
❒ C. S = {(–25 ; -2) ; (–25 ; 1)}

xy = 224
Question 8 : Que vaut (x + y)2 sachant que , x et y entiers relatifs ?
x 2 + y 2 = 452
❒ A. 900 ❒ D. 16
❒ B. 256 ❒ E. 4
❒ C. 30

xy = 80
Question 9 : Que vaut (x − y) 2
sachant que , x et y entiers relatifs ?

des problèmes
x 2 + y 2 = 164

Résolution
❒ A. 64 ❒ D. 2
❒ B. 16 ❒ E. 1
❒ C. 4
x −4
Question 10 : Quel est l'ensemble des solutions de l'inéquation ≤0 dans R ?
2x 2 + 3x + 1
 1   

Raisonnement
1
❒ A. S =] − ∞; −1[ ∪ − ; 4 ❒ D. S = − 1; − ∪ ]4; +∞[

logique
2 2
1  1
❒ B. S =] − ∞; −1[ ∪ − ; 4 ❒ E. S =] − ∞; −1[ ∪ − ; 4
2 2
 1

© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

❒ C. S = − 1; − ∪ [4; +∞]
2
Aptitudes
verbales

Corrigé 2
1. 2x 2 + 1 = 2x ⇔ 2x 2 − 2x + 1 = 0 . Vous calculez le discriminant ∆ : En appliquant la formu-
le du cours avec a = 2 , b = −2 et c = 1 , vous obtenez ∆ = (−2)2 − 4 × 2 × 1 = 4 − 8 = −4
< 0. Donc le polynôme n'a pas de racine réelle. L'équation n'admet donc pas de solution
dans R. La bonne réponse est D.
Tests blancs

2. Vous devez calculer le discriminant du polynôme. En appliquant la formule du cours avec


a = 1 , b = 1 et c = −5, vous obtenez ∆ = 12 − 4 × 1 × (−5) = 1 + 20 = 21 > 0. Le polynô-
√ √
−1 − 21 −1 + 21
me admet donc deux racines réelles : x1 = et x2 = . La bonne répon-
2 2
se est C.

Résolution des problèmes [Polynômes] 77


9782100759620-Spel-P1SP5.qxd 22/11/16 9:24 Page 78

3. x 2 + 1 > 0 ⇔ x 2 > –1, ce qui est toujours vrai car un carré est toujours positif ou nul.
Ainsi S = R. La bonne réponse est E.

4. x 3 − 729 = 0 ⇔ x 3 − 93 = 0 en reconnaissant que 729 = 93 ⇔ (x − 9)(x 2 + 9x + 81) = 0 en


appliquant la formule de l'identité remarquable a − b 3 3
= (a − b)(a2 + ab + b2 ) . Or un pro-
duit de facteurs est nul si et seulement si l'un au moins des facteurs est nul. Ainsi
l'équation est équivalente à x − 9 = 0 ou x 2 + 9x + 81 = 0 ⇔ x = 9 . En effet, pour le second
facteur vous calculez le discriminant (avec a = 1 , b = 9 et c = 81) et vous obtenez
∆ = 92 − 4 × 1 × 81 = 81 − 324 = −243 < 0. Donc le polynôme x 2 + 9x + 81 n'admet pas de
racine réelle et la seule et unique solution de l'équation est x = 9. S = {9} . La bonne
réponse est A.
5. x 3 + 27 < 0 ⇔ x 3 + 33 < 0 en reconnaissant que 27 = 33 ⇔ (x + 3)(x 2 − 3x + 9) < 0 en
appliquant la formule de l'identité remarquable a3 + b3 = (a + b)(a2 − ab + b2 ) . Or un pro-
duit de deux facteurs est négatif si et seulement si les facteurs sont de signes contraires.
Vous établissez donc le tableau de signes du produit. Pour le second facteur vous calcu-
lez le discriminant (avec a = 1 , b = −3 et c = 9 ) et vous obtenez ∆ = (−3)2 − 4 × 1 × 9
= 9 − 36 = −27 < 0. Donc le polynôme x 2 − 3x + 9 n'admet pas de racine réelle et est du
signe de a = 1 > 0. Donc le signe du produit (x + 3)(x 2 + 4x + 16) dépend de celui de x + 3.
Son tableau de signes est donc :

x –∞ –3 +∞

x+3 – 0 +

x2 – 3x + 9 + +
Produit – 0 +

x 3 + 27 < 0 ⇔S =] − ∞; −3[. La bonne réponse est B.


 2
x = 289
6. √
x − y = −17

La première équation équivaut à x = 289 ⇔ x = 17 ou −17. Ainsi en remplaçant x par 17

(respectivement par −17) dans la seconde équation, vous obtenez 17 − y = −17
√ √ √ √
⇔ y = 17 + 17 ⇔ y = 34 ⇔ y = 342 ⇔ y = 1 156 (respectivement −17 − y = −17 ⇔ y

= −17 + 17 ⇔ y = 0 ⇔ y = 02 ⇔ y = 0 ). Et donc S = {(17; 1 156); (−17; 0)} . La bonne répon-
se est B.

x2 = −625
7.
y2 −y −2=0
La première équation est impossible car un carré n'est jamais négatif. Ainsi le système n'ad-
met pas de solution. Et donc S = ∅ . La bonne réponse est E.
8. Vous devez utiliser l'identité remarquable (x + y)2 = x 2 + 2xy + y 2 = x 2 + y 2 + 2xy. Et donc
(x + y)2 = 452 + 2 × 224 = 452 + 448 = 900 . La bonne réponse est A.

AT T E N T I O N
Il vous est demandé (x + y)2 et non x + y, c'est pourquoi vous ne considérez pas la raci-
ne carré de 900. 30 est donc une proposition fausse.

9. Vous devez utiliser l'identité remarquable (x − y)2 = x2 − 2xy + y 2 = x2 + y2 − 2xy . Et donc


(x + y) = 164 − 2 × 80 = 164 − 160 = 4 . La bonne réponse est C.
2

78 Résolution des problèmes [Polynômes]


9782100759620-Spel-P1SP5.qxd 22/11/16 9:24 Page 79

AT T E N T I O N
Il vous est demandé (x − y)2 et non x − y, c'est pourquoi vous ne considérez pas la raci-
ne carré de 4. 2 est donc une proposition fausse.

x −4
10. ≤0
2x 2 + 3x + 1
Vous devez tout d'abord éliminer les valeurs qui annulent le dénominateur : 2x 2 + 3x + 1
≠ 0. Pour cela, vous calculez le discriminant ∆ avec a = 2 , b = 3 et c = 1 . Soit ∆ = 32 − 4 × 2
×1 = 9 − 8 = 1 > 0. Donc le polynôme situé au dénominateur admet deux racines réelles dis-
√ √
−3 − 1 −3 − 1 −4 −3 + 1 −3 + 1 −2 1
tinctes : x1 = = = = −1 et x2 = = = = − . Il y a
2×2 4 4 2×2 4 4 2
1
donc deux valeurs interdites : −1 et − . Puis vous factorisez le dénominateur : il se facto-
2
rise sous la forme a(x − x1 )(x − x2 ), soit en effectuant l'application numérique, vous obtenez
  1   1
2x 2 + 3x + 1 = 2(x − (−1)) x − − = 2(x + 1) x + = (x + 1)(2x + 1) en distribuant le 2
 1 2 2
x −4 x −4
dans x + . Ainsi l'inéquation est équivalente à : 2
≤0⇔ ≤ 0.
2 2x + 3x + 1 (x + 1)(2x + 1)
Le numérateur s'annule en x = 4, en effet : x −4=0⇔x = 4.
Vous pouvez désormais remplir le tableau de signes du quotient :
1
Le numérateur s'annule en x = 4 et x ≠ –1 et x ≠ − :
2

des problèmes
x –∞ –1 − 4 +∞

Résolution
2
x+1 – 0 + + +

2x + 1 – – 0 + +

x–4 – – – 0 +

Quotient – + – 0 +

Raisonnement



logique
x −4 1 1
≤ 0 ⇔ x ∈] − ∞; −1[ ∪ − ; 4 et S =] − ∞; −1[ ∪ − ;4 .
2x 2 + 3x + 1 2 2
La bonne réponse est A.
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

AT T E N T I O N
1
Veillez à bien ouvrir le crochet en x = −1 −
car il s'agit des valeurs qui annu-
et x =
Aptitudes
verbales

2
lent le dénominateur ! Et cela même si l'inégalité est large !
Tests blancs

Résolution des problèmes [Polynômes] 79


9782100759620-Spel-P1SP5.qxd 22/11/16 9:24 Page 80

12 Les polynômes de degré 3

1. Méthodologie
Comment résoudre un polynôme du troisième degré de la forme :

Ax 3 + Bx 2 + Cx + D ?
Il faut tout d’abord chercher une racine évidente. En général, il s’agit de 1, − 1, 2,
− 2, 3, − 3 etc. Il suffit de « tâtonner » en essayant différentes valeurs pour x.
Le polynôme se factorise ensuite de la manière suivante :

Ax3 + Bx2 + Cx + D = (x − racine évidente)(ax2 + bx + c)


En notant α la racine évidente, on obtient avec α ≠ 0 :
Ax3 + Bx2 + Cx + D = (x − α)(ax2 + bx + c)
Ax3 + Bx2 + Cx + D = ax3 + bx2 + cx − αax2 − αbx − αc
Ax3 + Bx2 + Cx + D = ax3 + (b − αa)x2 + (c − αb)x − αc
Vous réalisez une identification et résolvez un système de quatre équations à trois
inconnues a, b et c :
a = A



 b − αa = B

 c − αb = C


− αc =D
Après calculs, vous obtenez une expression de a, b et c en fonction de A, B, C et D :
a = A a = A a = A

 
 


 
 

b − αa = B b = αa + B b = αA + B
⇔ ⇔

 c − αb = C 
 c − α(αA + B) = C 
 c = α(B + αA) + C

 
 

c=−D
α c=−D
α c=−D
α

D
Avec pour condition : α(αA + B) + C = −
α
Vous obtenez forcément deux valeurs pour c car il y a 4 équations pour 3 inconnues.
En général on choisit la quatrième équation qui donne directement la valeur du troi-
sième paramètre c.
Ainsi le polynôme se factorise de la manière suivante :
 
D
Ax3 + Bx2 + Cx + D = (x − α) Ax2 + (B + αA)x −
α

80 Résolution des problèmes [Polynômes]


9782100759620-Spel-P1SP5.qxd 22/11/16 9:24 Page 81

Il devient ainsi aisé d'obtenir les autres racines éventuelles du polynôme en utilisant le
D
discriminant ∆ pour le polynôme Ax2 + (B + αA)x –
α
Exemple
Soit le polynôme x3 + x2 + x + 6.
En tentant différentes valeurs pour x, vous retenez la racine évidente –2, en effet :

(–2)3 + (–2)2 + (–2) + 6 = –8 + 4 – 2 + 6 = –4 + 4 = 0


Ainsi le polynôme se factorise de la manière suivante :
x3 + x2 + x + 6 = (x – (–2))(ax2 + bx + c)

x3 + x2 + x + 6 = (x + 2)(ax2 + bx + c)

x3 + x2 + x + 6 = ax3 + bx2 + cx + 2ax2 + 2bx + 2c

x3 + x2 + x + 6 = ax3 + (b + 2a)x2 + (c + 2b)x + 2c


Puis on effectue une identification :
a = 1 a = 1
  a = 1

 
 
 b + 2a = 1  b+2=1 
⇔ ⇔ b = −1

 c + 2b = 1 
 c + 2b = 1 
c = 3

 

2c = 6 c=3
Ainsi le polynôme se factorise de la manière suivante :
x3 + x2 + x + 6 = (x + 2)(x2 – x + 3)

des problèmes
Vous pouvez alors calculer le discriminant du second facteur du produit obtenu x2 – x + 3 :

Résolution
∆ = (–1)2 – 12 = 1 – 12 = –11 < 0 donc ce dernier polynôme n'admet pas de racine réel-
le.

Ainsi x3 + x2 + x + 6 admet une seule et unique racine : –2


S = {–2}
Le signe de x2 – x + 3 est du signe de a = 1 > 0 donc le signe de x3 + x2 + x + 6 dépend

Raisonnement
du signe de x + 2 puisque x2 – x + 3 est toujours strictement positif.

logique
Ainsi le signe de x3 + x2 + x + 6 est :

x –∞ –2 +∞
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

P(x) – 0 +
Aptitudes
verbales

CAS PARTICULIER
Il est important de souligner le cas où la racine évidente est 0. Il s’agit de poly-
nômes faciles à factoriser dans la mesure où x devient un facteur.
Tests blancs

Exemple
P(x) = x3 + x2 + x se factorise aisément par x :
P(x) = x(x2 + x + 1)
Puis vous calculez le discriminant du second facteur : ∆ = 12 – 4 × 1 × 1 = 1 – 4 = –3 < 0.

Résolution des problèmes [Polynômes] 81


9782100759620-Spel-P1SP5.qxd 22/11/16 9:24 Page 82

Donc ce dernier polynôme n'admet pas de racine ni de factorisation. Ainsi P(x) admet une
seule et unique racine x = 0.
S = {0}
Le signe de P(x) dépend de celui de x :

x –∞ 0 +∞

P(x) – 0 +

À vous de jouer !
Factorisez à l'aide d'une racine évidente les polynômes suivants puis trouvez toutes leurs
racines ainsi que leur signe suivant les valeurs de x.
1. P(x) = x3 + x2 + x − 3
2. P(x) = 2x3 + x2 + 5x
3. P(x) = 3x3 + 5x2 + 3x + 1
4. P(x) = x3 + x2 − 5x + 3
5. P(x) = x3 − 6x2 + 12x − 8

Vérifiez vos résultats !


1. P(x) = x3 + x2 + x − 3
En tentant différentes valeurs pour x, vous retenez la racine évidente 1, en effet :
13 + 12 + 1 − 3=3 − 3=0
Ainsi le polynôme se factorise de la manière suivante :
x3 + x2 + x − 3 = (x − 1)(ax2 + bx + c)
x3 + x2 + x − 3 = ax3 + bx2 + cx − ax2 − bx − c
x3 + x2 +x − 3= ax3 + (b − a)x2 + (c − b)x − c
a = 1 a = 1
  a = 1

 
 
 b−a=1  b−1=1 
Puis vous effectuez une identification : ⇔ ⇔ b=2

 c−b =1 
 c−b =1 
c

 
 =3
−c = −3 c=3
Ainsi le polynôme se factorise de la manière suivante :
x3 + x2 + x − 3 = (x − 1)(x2 + 2x + 3)
Vous pouvez alors calculer le discriminant du second facteur du produit obtenu x2 + 2x + 3 :
∆ = 22 − 12 = 4 − 12 = − 8 < 0 donc ce dernier polynôme n'admet pas de racine réel-
le.
Ainsi x3 + x2 + x − 3 admet une seule et unique racine : 1.
S = {1}
Le signe de x2 + 2x + 3 est du signe de a = 1 > 0 donc le signe de x3 + x2 + x − 3 dépend
de celui de x − 1 puisque x2 + 2x + 3 est toujours strictement positif.

82 Résolution des problèmes [Polynômes]


9782100759620-Spel-P1SP5.qxd 22/11/16 9:24 Page 83

Ainsi le signe de x3 + x2 + x − 3 est :

x –∞ 1 +∞

P(x) – 0 +

2. P(x) = 2x3 + x2 + 5x
Il s'agit d'un polynôme dont une racine évidente est 0.
La factorisation est alors immédiate : P(x) = x(2x2 + x + 5)
Il vous suffit de calculer le discriminant du polynôme du second degré pour obtenir les aut-
res racines éventuelles de P(x) ainsi que son signe.
∆ = 12 − 40 = 1 − 40 = − 39 < 0 donc ce dernier polynôme n'admet pas de racine réelle.
Ainsi 2x3 + x2 + 5x admet une seule et unique racine : 0
S = {0}
Le signe de 2x2 + x + 5 est du signe de a = 2 > 0 donc le signe de 2x3 + x2 + 5x dépend
de celui de x puisque 2x2 + x + 5 est toujours strictement positif.
Ainsi le signe de 2x3 + x2 + 5x est :

x –∞ 0 +∞

P(x) – 0 +

3. P(x) = 3x3 + 5x2 + 3x + 1


En tentant différentes valeurs pour x, vous retenez la racine évidente –1, en effet :
3(− 1)3 + 5(− 1)2 + 3(− 1) + 1 = − − −

des problèmes
3+5 3+1= 6+6=0

Résolution
Ainsi le polynôme se factorise de la manière suivante :
3x3 + 5x2 + 3x + 1 = (x − (−1))(ax2 + bx + c)
3x3 + 5x2 + 3x + 1 = (x + 1)(ax2 + bx + c)
3x3 + 5x2 + 3x + 1 = ax3 + bx2 + cx + ax2 + bx + c
3x3 + 5x2 + 3x + 1 = ax3 + (b + a)x2 + (c + b)x + c
a = 3 a = 3
a = 3

Raisonnement

 


b + a = 5 
b + 3 = 5 

logique
Puis vous effectuez une identification : ⇔ ⇔ b=2

 c+b =3 
 c+b =3 
c

 
 =1
c=1 c=1
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Ainsi le polynôme se factorise de la manière suivante :


3x3 + 5x2 + 3x + 1 = (x + 1)(3x2 + 2x + 1)
On peut alors calculer le discriminant du second facteur du produit obtenu 3x2 + 2x +1 :
Aptitudes
verbales

∆ = 22 − 12 = 4 − 12 = − 8 < 0 donc ce dernier polynôme n'admet pas de racine réelle.


Ainsi 3x3 + 5x2 + 3x + 1 admet une seule et unique racine : –1
S = {–1}
Le signe de 3x2 + 2x + 1 est du signe de a = 3 > 0 donc le signe de 3x3 + 5x2 + 3x + 1
dépend de celui de x + 1 puisque 3x2 + 2x + 1 est toujours strictement positif.
Tests blancs

Ainsi le signe de 3x3 + 5x2 + 3x + 1 est :

x –∞ –1 +∞

P(x) – 0 +

Résolution des problèmes [Polynômes] 83


9782100759620-Spel-P1SP5.qxd 22/11/16 9:24 Page 84

4. P(x) = x3 + x2 − 5x + 3
En tentant différentes valeurs pour x, vous obtenez la racine évidente 1, en effet :
13 + 12 − 5+3=2 − 5+3= − 3+3=0
Ainsi le polynôme se factorise de la manière suivante :
x3 + x2 − 5x + 3 = (x − 1)(ax2 + bx + c)
x3 + x2 − 5x + 3 = ax3 + bx2 + cx − ax2 − bx − c
x3 + x2 − 5x + 3 = ax3 + (b − a)x2 + (c − b)x − c
a = 1 a = 1
  a = 1

 
 
b − a = 1 b − 1 = 1 
Puis vous effectuez une identification : ⇔ ⇔ b=2

 c − b = −5 
 c − b = −5 
c

 
 = −3
−c = 3 c = −3
Ainsi le polynôme se factorise de la manière suivante :
x3 + x2 − 5x + 3 = (x − 1)(x2 + 2x − 3)
Vous calculez alors le discriminant du second facteur du produit obtenu x2 + 2x − 3 :
∆= 22 + 12 = 4 + 12 = 16 > 0 donc ce dernier polynôme admet deux racines réelles.
√ √
− 2 − 16 − 2 − 4 − 6 − 2 + 16 − 2 + 4 2
x1 = = = = − 3 et x2 = = = =1
2×1 2 2 2×1 2 2
Ainsi x + x − 5x + 3 admet deux racines : –3 et 1 (double car elle apparaît deux fois)
3 2

S = {− 3 ;1}
Le signe de x2 + 2x − 3 est du signe de a = 1 > 0 à l'extérieur des racines et de –a = –1
< 0 à l'intérieur des racines.
Ainsi le signe de x3 + x2 − 5x + 3 est :

x –∞ –3 1 +∞

x − 1 – – 0 +

x2 + 2x − 3 + 0 – 0 +

P(x) – 0 + 0 +

5. P(x) = x3 − 6x2 + 12x − 8


En tentant différentes valeurs pour x, vous retenez la racine évidente 2, en effet :
23 − 6 × 22 + 12 × 2 − 8=8 − 6 × 4 + 24 − 8=8 − 24 + 24 − 8 = –16 + 16 = 0
Ainsi le polynôme se factorise de la manière suivante :
x3 − 6x2 + 12x − 8 = (x − 2)(ax2 + bx + c)
x3 − 6x2 + 12x − 8= ax3 + bx2 + cx − 2ax2 − − 2c
2bx
x3 − 6x2 + 12x − 8= ax3 + (b − 2a)x2 + (c − 2b)x − 2c
a = 1 a = 1
  a = 1

 
 
 b − 2a = − 6 b − 2 = −6 
Puis vous effectuez une identification : ⇔ ⇔ b = −4

 c − 2b = 12 
 c − 2b = 12 


 
 c=4
− 2c = − 8 c=4
Ainsi le polynôme se factorise de la manière suivante :
x3 − 6x2 + 12x − 8 = (x − 2)(x2 − 4x + 4)

84 Résolution des problèmes [Polynômes]


9782100759620-Spel-P1SP5.qxd 22/11/16 9:24 Page 85

Vous calculez alors le discriminant du second facteur du produit obtenu x2 − 4x + 4 :


∆ = (− 4)2 − 16 = 16 − 16 = 0 donc ce dernier polynôme admet une racine réelle double :
− (− 4) 4
x0 = = =2
2×1 2
Ainsi x3 − 6x2 + 12x − 8 admet une seule et unique racine : 2
S = {2}
Le signe de x2 − 4x + 4 est du signe de a = 1 > 0 donc le signe de x3 − 6x2 + 12x − 8
dépend du signe de x − 2 puisque x2 − 4x + 4 est toujours positif ou nul.

REMARQUE
Vous auriez pu aussi reconnaître l’identité remarquable (a − b)2 = a2 + 2ab + b2
et déduire x2 − 4x + 4 = (x − 2)2

Ainsi le signe de x3 − 6x2 + 12x − 8 est :

x –∞ 2 +∞

P(x) – 0 +

REMARQUE
À l’aide de l’identité remarquable (a − b)3 = a3 − 3a2b + 3ab2 − b3, il était pos-
sible de reconnaître que P(x) était le développement de (x − 2)3 !

des problèmes
Résolution
Raisonnement
logique
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales
Tests blancs

Résolution des problèmes [Polynômes] 85


9782100759620-Spel-spart1.6.qxd 14/11/16 9:51 Page 86

Rappels
de géométrie
Sous-partie

13. Théorèmes et propriétés célèbres . . . . .87


14. Résultats importants en géométrie . . . .91
15. Périmètres, surfaces et volumes . . . . . .98
9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:36 Page 87

Théorèmes et propriétés
célèbres en géométrie 13

La géométrie est très présente dans les exercices du sous-test « calcul » et « condi-
tions minimales ». Il vous est conseillé de connaître les différents résultats par cœur,
vous gagnerez un temps précieux lors des épreuves !

1. Théorème de Pythagore
Dans un triangle rectangle, le carré de la
longueur de l’hypoténuse est égal à la
somme des carrés des longueurs des
deux autres côtés.
Dans le triangle ABC rectangle en A,
vous obtenez la relation :
BC2 = AB2 + AC2

des problèmes
REMARQUE

Résolution
L’hypoténuse est le côté le plus long !

2. Théorème de Thalès
Dans les triangles ci-dessus, les droites (EF) et (BC) sont parallèles. Le théorème de

Raisonnement
Thalès vous permet d'écrire les égalités entre les différents rapports :

logique
AE = AF = EF
AB AC BC
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales
Tests blancs

Résolution des problèmes [Rappels de géométrie] 87


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:36 Page 88

CAS PARTICULIER : LE THÉORÈME DES MILIEUX


Dans le triangle ABC ci-dessus, E est le
milieu de [AB], F celui de [AC], les droi-
tes (EF) et (BC) sont parallèles. Le théo-
rème des milieux vous permet d'écrire :
AE = AF = EF = 1
AB AC BC 2

3. Droites remarquables d'un triangle


Propriétés Point de Figure
concours

Médiatrices La médiatrice d'un côté Centre O du cer-


est la droite qui passe cle circonscrit au
par son milieu perpen- triangle
diculairement.

Médianes La médiane issue d'un Centre de gravi-


sommet passe par le té G du triangle
milieu du côté opposé.

88 Résolution des problèmes [Rappels de géométrie]


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 25/11/16 7:33 Page 89

Propriétés Point de Figure


concours

Bissectrices La bissectrice d'un Centre O' du


angle coupe l'angle en cercle inscrit au
deux angles de même triangle
mesure.

Hauteurs La hauteur issue d'un Orthocentre H


sommet est perpendi- du triangle
culaire au côté opposé.

des problèmes
Résolution
REMARQUE
Dans un triangle rectangle deux hauteurs
sont confondues avec les côtés de l'angle
droit. L'orthocentre du triangle ABC, rectan-

Raisonnement
gle en A, n'est autre que le sommet A du

logique
triangle ABC et (AB) et (AC) sont deux des
trois hauteurs du triangle ABC.
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Cas particuliers
Aptitudes
verbales

Triangle ABC équilatéral (3 côtés égaux :


AB = AC = BC)
Dans le cas d'un triangle équilatéral les quatre droi-
tes remarquables sont confondues. Ainsi la médiatri-
ce d'un côté est aussi la médiane et la hauteur issues
du sommet opposé à ce côté, mais également la bis-
Tests blancs

sectrice de l'angle de ce sommet. Cela est valable


pour les trois côtés et les trois sommets du triangle.
Par conséquent, le centre du cercle circonscrit, le
centre de gravité, l'orthocentre et le centre du cercle
inscrit sont confondus (point O) dans un tel triangle.

Résolution des problèmes [Rappels de géométrie] 89


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 25/11/16 8:26 Page 90

Triangle ABC isocèle en A (2 côtés égaux :


AB = AC)
Dans le cas d'un triangle isocèle en un sommet A,
la hauteur et la médiane issues de A, ainsi que la
bissectrice de l'angle  et la médiatrice du côté
opposé à ce sommet sont toutes confondues. En
revanche les hauteurs, médianes, bissectrices et
médiatrices des autres côtés ou sommets ne sont
pas confondues.
Par conséquent, le centre du cercle circonscrit O, le
centre de gravité G, le centre du cercle inscrit O' et
l'orthocentre H ne sont pas confondus dans le cas
d'un triangle isocèle. Ils sont néanmoins alignés
sur la droite remarquable issue du sommet A (qui
est à la fois la médiatrice de [BC], la hauteur issue
de A, la bissectrice de l'angle  et la médiane issue
de A).

4. Formules dans un triangle rectangle

cos(α) = côté adjacent = AC


hypothénuse BC

sin(α) = côté opposé = AB


hypothénuse BC

tan(α) = côté opposé = AB


côté adjacent AC

90 Résolution des problèmes [Rappels de géométrie]


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 91

Résulats importants
en géométrie 14

Certains calculs en géométrie se révèlent fastidieux. C'est pourquoi, il vous est


conseillé de connaître ces résultats par cœur. Cela vous fera gagner un temps non
négligeable le jour du test. Rappelez-vous qu'il s'agit d'une épreuve de rapidité, alors
mettez toutes les chances de votre côté !
Cela vous évite aussi de faire des erreurs de calcul, car dans les conditions d'examen,
les fautes d'inattention sont souvent fréquentes !

1. Longueur de la hauteur d'un triangle équilatéral

Propriété Explication Figure

La hauteur d'un tri- Soit ABC un triangle équilatéral.


angle équilatéral On considère le triangle AIC rec-
de côté a est égale tangle en I. I étant le pied de la

des problèmes
Résolution
à: hauteur issue de A au triangle
 ABC. Étant donné que le triangle
a 3 ABC est équilatéral, I est égale-
2 ment le milieu de [BC]. Le théo-
rème de Pythagore appliqué au
triangle AIC permet d'écrire :

Raisonnement
AC2 = AI2 + IC2

logique
⇔ AI2 = AC2 − IC2
 2
a a2
AI2 = a2 − = a2 −
2 4
4a2 − a2 3a2
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

AI2 = =
4 4
 
Aptitudes
verbales

3a2 3
AI = =a
4 2
Tests blancs

Résolution des problèmes [Rappels de géométrie] 91


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 92

2. Triangle inscrit dans un cercle


Propriété Explication Figure

Tout triangle inscrit Dans la figure ci-contre, ABC est


dans un cercle dont rectangle en A et [BC] est à la fois
un diamètre est un un diamètre du cercle et l'hypoté-
de ses côtés est nuse du triangle.
rectangle. Le dia-
mètre du cercle est
l'hypoténuse de ce
triangle.

3. Médiane et longueur
Propriété Explication Figure

Le centre de gravi- G est le centre de gravité du tri-


té du triangle est angle ABC, I est le milieu de [BC],
situé sur chaque on a l'égalité suivante :
médiane aux deux 2
AG = AI
tiers à partir du 3
sommet. Cette égalité reste valable en ter-
mes de vecteurs, et ainsi :

−→ −

AG = 2 AI
3
Il en est de même pour les deux
autres médianes du triangle ABC.

4. Inégalité triangulaire
Propriété Explication Figure

La somme des lon- Dans un triangle ABC quelconque,


gueurs de deux on a toujours :
côtés d'un triangle AB + AC > BC
est toujours supé-
Cette inégalité est très utilisée en
rieure à la longueur
analyse et fait intervenir en géné-
du troisième côté. ral des valeurs absolues.

92 Résolution des problèmes [Rappels de géométrie]


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 93

5. Angles
Propriété Figure

Angle aigu Un angle est dit aigu si


et seulement si sa
mesure est inférieure
à 90°.

A < 90°

Angle obtus Un angle est dit obtus


si et seulement si sa

A > 90°
mesure est supérieure
à 90°.

Angles Deux angles alternes-


alternes- internes sont égaux
DOB 
 = COE
internes dans le cas où les
droites (d) et (d') sont
parallèles.

des problèmes
Résolution
Angles cor- Deux angles cor-
respondants respondants sont COA 
 = COE

Raisonnement
égaux dans le cas où

logique
les droites (d) et (d')
sont parallèles.
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales

Angles Deux angles opposés


opposés par le sommet sont
 = DOB
COA 
par le sommet égaux.
Tests blancs

Résolution des problèmes [Rappels de géométrie] 93


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 94

Propriété Figure

Somme des La somme de la mesu-


angles dans un re des angles dans un
triangle triangle est égale à
180°.

A +   = 180°
B +C

Angles dans Les angles à la base


AB = AC
un triangle d'un triangle isocèle
isocèle sont égaux. et
ABC est un triangle

B 
=C
isocèle en A. Les
angles B et  sont
C
égaux.

Angles dans Les angles d'un trian-


un triangle gle équilatéral sont
équilatéral tous égaux à 60°. AB = AC = BC

et

A =   = 60°
B =C

Angles supplé- La somme des mesu-


mentaires res de deux angles
supplémentaires est
 + COA
BOC 
égale à 180°. = 180°

Angles com- La somme des mesu-


plémentaires res de deux angles

B  = 90°
+C
complémentaires est
égale à 90°.

Angles qui Deux angles qui inter-


interceptent ceptent le même arc 
A 
CB = A DB
le même arc de cercle sont égaux.
de cercle

94 Résolution des problèmes [Rappels de géométrie]


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 95

À vous de jouer !
Répondez aux questions le plus rapidement possible.
Question 1 : Quelle est, en cm, la hauteur d'un triangle équilatéral de côté 4 cm ?

❒ A. 4 cm ❒ D. 4 3 cm

√ 3
❒ B. 2 3 cm ❒ E. cm
√ 2
❒ C. 4 2 cm
Question 2 : Dans un triangle rectangle et isocèle, quelle est la longueur, en cm, des deux
côtés de l'angle droit sachant que le plus long des côtés de ce triangle mesure 12 cm ?

❒ A. 12 cm ❒ D. 6 2 cm

3 3
❒ B. 9 cm ❒ E. cm
2
❒ C. 6 cm
Question 3 : Quelle est la mesure de l'angle coloré sur la figure ?
❒ A. 15°
❒ B. 30°
❒ C. 45°
❒ D. 60°
❒ E. Aucune proposition ne convient

Question 4 : En considérant la figure de la question précédente, comment appelle-t-on des


angles tels que les angles  ?

des problèmes
B et C

Résolution
❒ A. Des angles complémentaires ❒ D. Des angles correspondants
❒ B. Des angles supplémentaires ❒ E. Des angles opposés par le sommet
❒ C. Des angles alternes-internes
Question 5 : Comment nomme-t-on les droites qui se coupent en un point qui est l'ortho-
centre du triangle ?

Raisonnement
❒ A. Médiatrices ❒ D. Hauteurs
❒ B. Médianes ❒ E. Courbes

logique
❒ C. Bissectrices
Question 6 : Comment nomme-t-on le point de concours des médiatrices ?
❒ A. Centre du cercle inscrit ❒ D. Centre de gravité
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

❒ B. Centre du cercle circonscrit ❒ E. Ce point n'a pas de nom particulier


❒ C. Orthocentre
Aptitudes
verbales

Question 7 : Comment nomme-t-on deux angles dont la somme des mesures est égale à
180° ?
❒ A. Angles complémentaires ❒ D. Angles aigus
❒ B. Angles supplémentaires ❒ E. Angles alternes-internes
❒ C. Angles obtus
Tests blancs

Question 8 : Que vaut la longueur des segments [AB] et [AC] dans le triangle ABC isocèle
en A dont BC est un diamètre de son cercle circonscrit de rayon 10 cm ?

❒ A. 5 cm ❒ C. 5 2 cm ❒ E. Vous ne pouvez pas répondre à la question.

5 3 √
❒ B. cm ❒ D. 2 2 cm
2

Résolution des problèmes [Rappels de géométrie] 95


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 96

Question 9 : Sachant que la médiane issue du sommet A d'un triangle ABC a une longueur
de 9 cm, que vaut la distance du point A au centre de gravité de ce triangle ?

3
❒ A. 9 cm ❒ D. 9 cm
2
❒ B. 8 cm ❒ E. 6 cm
❒ C. 7 cm
Question 10 : Dans un triangle ABC quelconque deux angles mesurent 55° et 45°. Quelle
est la mesure du troisième ?
❒ A. 110° ❒ D. 80°
❒ B. 100° ❒ E. 70°
❒ C. 90°

Vérifiez vos résultats !



3
1. La hauteur d'un triangle équilatéral est donnée par la formule : hauteur = côté ×
√ 2
4 3 √
= =2 3 cm. La bonne réponse est B.
2

À RETENIR

3
Dans un triangle équilatéral, la hauteur est donnée par la formule : h = côté ×
2

2. Dans un triangle rectangle, le plus long côté est l'hypoténuse. Ainsi dans l'exercice cette
dernière mesure 12 cm. En appliquant le théorème de Pythagore, vous pouvez affirmer
que la longueur de l'hypoténuse élevée au carré est égale à la somme des carrés des lon-
gueurs des deux autres côtés. Ainsi hypoténuse2 = (premier côté)2 + (deuxième côté)2
⇔ 122 = (premier côté)2 + (deuxième côté)2 ⇔ 144 = (premier côté)2 + (deuxième
côté)2. Or le triangle est isocèle, donc vous pouvez affirmer que les premier et deuxième
144
côtés sont égaux, et donc que 2 × côté2 = 144, soit côté2 = = 72. Et finalement
√ √ √ 2
côté = 72 = 36 × 2 = 6 2 cm. La bonne réponse est D.

À RETENIR
Le côté le plus long d'un triangle rectangle est l'hypoténuse !

3. La somme des angles dans un triangle est égale à 180°. La mesure de l'angle coloré dans
la figure est donc égale à 180° − 90° (angle droit) − 30° = 180° − 120° = 60°. La bonne
réponse est D.

REMARQUE
Les angles   sont complémentaires (voir question suivante).
B et C

À RETENIR
La somme des mesures des angles dans un triangle est égale à 180°.

4. Les angles   sont complémentaires car la somme de leur mesure est égale à 90°.
B et C
La bonne réponse est A.

96 Résolution des problèmes [Rappels de géométrie]


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 25/11/16 8:26 Page 97

À RETENIR
La somme des mesures de deux angles complémentaires est égale à 90°.

5. Le point de concours des hauteurs est l'orthocentre du triangle. La bonne réponse est D.
À RETENIR
Les hauteurs d'un triangle se coupent en un point qui est l'orthocentre de ce même tri-
angle.

6. Le point de concours des médiatrices est le centre du cercle circonscrit au triangle. La


bonne réponse est B.
À RETENIR
Les médiatrices d'un triangle se coupent en un point qui est le centre du cercle cir-
conscrit à ce même triangle.

AT T E N T I O N
Ne confondez pas le centre du cercle circonscrit (point de concours des médiatrices) et
le centre du cercle inscrit (point de concours des bissectrices).

7. Deux angles dont la somme des mesures est égale à 180° sont des angles supplémen-
taires. La bonne réponse est B.
À RETENIR
La somme des mesures de deux angles supplémentaires est égale à 180°.

8. Un triangle dont un des côtés est un diamètre du cercle contenant ses trois sommets est

des problèmes
rectangle. Ainsi BC, qui est un diamètre du cercle circonscrit au triangle ABC, est aussi

Résolution
l'hypoténuse de ce même triangle et sa longueur est égale à 10 cm. Ce triangle étant rec-
tangle, vous pouvez appliquer le théorème de Pythagore et donc affirmer que : BC2 = AB2
+ AC2. De plus comme ce triangle est isocèle, vous déduisez que : AB = AC et donc que
1 1 1
BC2 = 2AB2. Ainsi 2AB2 = BC2 ⇔ AB2 = BC2 = × 102 = × 100 = 50. En considérant
2 2 2
la racine carrée
√ positive (car une
√ longueur est toujours positive), vous concluez que

AB = AC = 50 = 25 × 2 = 5 2 cm. La bonne réponse est C.

Raisonnement
logique
À RETENIR
L'hypoténuse est un diamètre du cercle circonscrit au triangle.

2
×
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

9. La distance du sommet A au centre de gravité du triangle ABC est égale à AG = 9


3
=2 × 3 = 6 cm. La bonne réponse est E.
Aptitudes
verbales

À RETENIR
Le centre de gravité d'un triangle (point de concours des médianes) est situé aux deux
tiers de chacun de ses sommets.

10. La somme des angles dans un triangle est égale à 180°. Donc, pour obtenir la mesure
du troisième angle, il vous suffit d'effectuer l'opération : 180° − 55° − 45° = 180°
Tests blancs

− 100° = 80°. La bonne réponse est D.


À RETENIR
La somme des mesures des angles d'un triangle est égale à 180°.

Résolution des problèmes [Rappels de géométrie] 97


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 98

Périmètres,
15 surfaces et volumes

Périmètre Surface ou Aire

Triangle P = somme des côtés base × hauteur


A=
P = AB + BC + AC 2
BC × AH
A=
2

Carré
P = somme des côtés A = côté × côté = (côté)2
P=4 × côté A = AB2 = a2
P = 4AB = 4a

Losange P = somme des côtés produit des diagonales


A=
P=4 × côté 2
P = 4AB = 4a d1 × d2
A=
2
AC × BD
A=
2

Rectangle P = somme des côtés A = AB × BC


P=2 × (AB + BC) A=L ×l
P=2 × (L + l)

98 Résolution des problèmes [Rappels de géométrie]


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 99

Périmètre Surface ou Aire

Cercle P = 2TR A = TR2

Trapèze
P = somme des côtés (B + b) × h
A=
P = AB + BC + CD + DA 2
(DC + AB) × AH
A=
2

Parallélogramme P = somme des côtés A = base × hauteur


P = AB + BC + CD + DA A = DC × AH

des problèmes
Résolution
Surface ou Aire Volume

Raisonnement
Cube A=6 × arête × arête V = (arête)3

logique
A=6 × (arête)2 V = a3
A= 6a2
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales

Parallélépipède
A = 2 × longueur × hauteur V = longueur
rectangle ou pavé droit
+ 2 × longueur × profondeur × hauteur
+ 2 × hauteur × profondeur × profondeur
A = 2Lh + 2Lp + 2ph V = Lhp
Tests blancs

Résolution des problèmes [Rappels de géométrie] 99


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 100

Surface ou Aire Volume

Sphère A = 4TR2 4
V= TR3
3

Demi-sphère A = 3TR2
si la demi-sphère est pleine

2
V= TR3
A= 2TR2 3

si la demi-sphère est vide

Pyramide Somme des aires des faces (qui B ×h


sont des triangles) V=
3
+
où B est l'aire
Aire de la base de la base
(qui est un polygone, c'est-à-dire
qui peut être un triangle, un carré,
un rectangle, etc.)

Cylindre A = 2TRh + 2TR2


si le cylindre est plein

V = TR2h

A = 2TRh
si le cylindre est vide

100 Résolution des problèmes [Rappels de géométrie]


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 101

Surface ou Aire Volume

Cône de révolution A = TRL + TR2



où L = R 2 + h2
si le cône de révolution est plein
2
TR h
V=
3
A = TRL
si le cône de révolution est vide

REMARQUE POUR L'AIRE DE LA DEMI-SPHÈRE PLEINE


aire de la sphère 4 T R2
Ademi-sphère pleine = + aire du disque = + T R 2 = 3 TR 2
2 2
Attention à ne pas oublier l'aire du disque lorsque la demi-sphère est pleine. Il ne suf-
fit pas seulement de diviser par 2, la surface du disque est bien à prendre en compte !
En revanche l'aire d'une demi-sphère vide est bien égale à la moitié de l'aire d'une
sphère :
aire de la sphère 4 T R2
Ademi-sphère vide = = = 2 TR2
2 2

des problèmes
À vous de jouer !

Résolution
Répondez aux questions le plus rapidement possible.
Question 1 : Quelle est l'aire d'une demi-sphère pleine de rayon 8 cm ?
❒ A. 192T cm2 ❒ D. 48T cm2
❒ B. 128T cm2 ❒ E.16T cm2
❒ C. 96T cm2

Raisonnement
logique
Question 2 : Quelle est l'aire d'une sphère de diamètre 8 cm ?
❒ A. 1 024T cm2 ❒ D. 128T cm2
❒ B. 512T cm2 ❒ E. 64T cm2
❒ C. 256T cm2
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Question 3 : Quel est le volume d'un dé à six faces d'arête 5 cm ?


❒ A. 5 cm3 ❒ D. 120 cm3
Aptitudes
verbales

❒ B. 30 cm3 ❒ E. 125 cm3


❒ C. 50 cm3
Question 4 : Quelle est l'aire du dé considérée à la question précédente ?
❒ A. 50 cm2 ❒ D. 150 cm2
❒ B. 75 cm2 ❒ E. Impossible à calculer
Tests blancs

❒ C. 100 cm2
Question 5 : Quel est l'aire d'un triangle rectangle de côtés 3 cm, 4 cm et 5 cm ?
❒ A. 6 cm2 ❒ D. 15 cm2
❒ B. 10 cm2 ❒ E. 20 cm2
❒ C. 12 cm2

Résolution des problèmes [Rappels de géométrie] 101


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 102

Question 6 : Quel est le volume d'un cylindre de diamètre 8 cm et de hauteur 12 cm ?


❒ A. 1 024T cm3 ❒ D. 208T cm3
❒ B. 512T cm3 ❒ E. 192T cm3
❒ C. 256T cm3
Question 7 : Quel est le volume d'une pyramide de base carrée de côté 3 cm et de hauteur
12 cm ?
❒ A. 108 cm3 ❒ D. 18 cm3
❒ B. 72 cm3 ❒ E. 12 cm3
❒ C. 36 cm3
Question 8 : Quelle est la surface d'une pyramide de base carrée de côté 3 cm et ayant
pour faces latérales des triangles équilatéraux ?

❒ A. 9 + 3 cm2 ❒ D. 24 cm2

❒ B. 9 + 9 3 cm2 ❒ E. 12 cm2
❒ C. 18 cm2
Question 9 : Quelle est l'aire d'un trapèze de grande base 12 cm, de hauteur 12,5 cm et
de petite base représentant les deux tiers de la grande base ?
❒ A. 250 cm2 ❒ D. 75 cm2
❒ B. 150 cm2 ❒ E. 72 cm2
❒ C. 125 cm2
Question 10 : Quel est le volume d'un pavé droit de profondeur 12 cm, de longueur 19 cm
et de hauteur 21 cm ?
❒ A. 4 788 cm3 ❒ D. 1 758 cm3
❒ B. 3 024 cm3 ❒ E. 879 cm3
❒ C. 2 736 cm3

Vérifiez vos résultats


1. L'aire d'une demi-sphère pleine de rayon 8 cm est donnée par la formule :
Ademi-sphère pleine = 3TR2. Ainsi l'aire cherchée est de :
3 × T × 82 = 3 × T × 64 = 192T cm2.
La bonne réponse est A.
AT T E N T I O N
La demi-sphère est pleine !

AT T E N T I O N
Si cette dernière avait été vide, son aire aurait été égale à Asphère = 2TR2 = 2 × T
× 82 = 2 × T × 64 = 128T cm2.

2. L'aire d'une sphère de diamètre 8 cm donc de rayon 4 cm est donnée par la formule :
Asphère = 4TR2. Ainsi l'aire cherchée est de 4 × T × 42 = 4 × T × 16 = 64T cm2. La
bonne réponse est E.

AT T E N T I O N
N'oubliez pas de diviser le diamètre par 2 pour obtenir le rayon !

REMARQUE
L'aire d'une sphère est la même qu'elle soit pleine ou vide.

102 Résolution des problèmes [Rappels de géométrie]


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 103

3. Le volume d'un cube (un dé est un cube !) est égal à la longueur de ses arêtes élevée au
cube. Ainsi le volume du dé est de Vcube = a3 = 53 = 125 cm3. La bonne réponse est E.

REMARQUE
Un dé à six faces est un cube.

4. L'aire du cube évoqué à la question précédente est égale à 150 cm2. En effet, l'aire d'un
cube est égale à six fois l'aire d'une de ses faces (qui sont toutes des carrés). Ainsi vous
obtenez bien Acube = 6 × a2 = 6 × 52 = 6 × 25 = 150 cm2. La bonne réponse est D.

REMARQUE
Un dé à six faces est un cube.

5. L’hypoténuse d’un triangle rectangle est le côté le plus long et mesure donc 5 cm dans
cet exercice. Les côtés de l’angle droit mesurent donc 3 cm et 4 cm. Vous en déduisez
base × hauteur 3×4 12
que l’aire du triangle est Atriangle = = = = 6 cm2. La bonne répon-
2 2 2
se est A.

À RETENIR
L'hypoténuse d'un triangle rectangle est le côté le plus long.

6. Le volume d'un cylindre est donné par le produit de l'aire de sa base (qui est un disque
de diamètre 8 cm, donc de rayon 8 ÷ 2 = 4 cm) par sa hauteur. Ainsi le volume du cylin-
dre est de V = TR2h = T × 42 × 12 = T × 16 × 12 = 192T cm3. La bonne réponse
est E.

des problèmes
AT T E N T I O N

Résolution
N'oubliez pas de diviser le diamètre par 2 pour obtenir le rayon !

ASTUCE
Pour le produit 16 × 12, vous pouvez remarquer que 12 = 10 + 2 et donc que 16
× 12 = 16 × (10 + 2) = 16 × 10 + 16 × 2 = 160 + 32 = 192.

Raisonnement
7. Le volume d'une pyramide est donné par le tiers du produit de l'aire de sa base (qui est

logique
3 × 3 × 12
un carré) par sa hauteur. Ainsi le volume de la pyramide est égal à V = = 3
3
× 12 = 36 cm3. La bonne réponse est C.
AT T E N T I O N
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

N'oubliez pas de diviser par 3 lorsque vous utilisez la formule du volume d'une pyramide !
Aptitudes
verbales

8. La surface d'une pyramide est donnée par la somme de l'aire de sa base et de celle de
ses faces latérales qui sont des triangles équilatéraux. Ainsi l'aire est égale à : 3 × 3
+ 4 × Aire d'un triangle où l'aire d'un triangle est donnée par (en utilisant la formule don-
√ √
3 3
nant la hauteur d'un triangle équilatéral h = côté × =3× ):
2 2

3× 3 √
Tests blancs

base × hauteur 3× 9 3
2
Atriangle = = = cm2.
2 2 4

9 3 √
L'aire de la pyramide est donc 9 + 4 × =9+9 3 cm2. La bonne réponse est B.
4

Résolution des problèmes [Rappels de géométrie] 103


9782100759620-Spel-P1SP6.qxd 22/11/16 9:37 Page 104

À RETENIR

3
Dans un triangle équilatéral la hauteur est donnée par la formule h = côté ×
2

9. L'aire d'un trapèze est donnée par la formule :


(grande base + petite base) × hauteur
Atrapèze = . En effectuant l'application numérique, vous
2
(12 + 8) × 12,5 20 × 12,5
obtenez Atrapèze = = = 10 × 12,5 = 125 cm2. La bonne réponse
2 2
est C.

À RETENIR
(grande base + petite base) × hauteur
Atrapèze =
2

10. Le volume d'un pavé droit (parallélépipède rectangle) est donné par le produit de la pro-
fondeur par la hauteur par la longueur. V = Lhp = 12 × 19 × 21 = 4 788 cm3. La bonne
réponse est A.

ASTUCE
Pour effectuer le produit 12 × 19 × 21, vous pouvez remarquer que 19 = 20 – 1 et
21 = 20 + 1 puis utiliser l'identité remarquable (a – b)(a + b) = a2 – b2.
Ainsi 12 × 19 × 21 = 12 × (20 – 1) × (20 + 1) = 12 × (202 – 12) = 12 × (400 – 1)
= 12 × 400 – 12 × 1 = 4 800 – 12 = 4 788.

AT T E N T I O N
Ne confondez pas la formule du volume d'un pavé droit (exprimé en cm3) avec celle de
l'aire d'un pavé droit (exprimée en cm2).

REMARQUE
L'aire de ce pavé droit est égale à Apavé droit = 2Lh + 2ph + 2Lp = 2 × 21 × 19 + 2 ×
12 × 19 + 2 × 21 × 12 = 2 × (20 – 1) × (20 + 1) + 2 × 12 × (20 – 1) + 2 × (20
+ 1) × 12 = 2 × (202 – 12) + 2 × (12 × 20 – 12 × 1) + 2 × (20 × 12 + 1 × 12) =
2 × (400 – 1) + 2 × (240 – 12) + 2 × (240 + 12) = 2 × 400 - 2 × 1 + 2 × 240 –
2 × 12 + 2 × 240 + 2 × 12 = 800 – 2 + 480 – 24 + 480 + 24 = 800 + 960 – 2 =
1 760 – 2 = 1 758 cm2.

104 Résolution des problèmes [Rappels de géométrie]


9782100759620-Spel-spart1.7.qxd 14/11/16 10:23 Page 105

Conversions

Sous-partie
16. Conversions distances et durées . . . . .106
9782100759620-Spel-P1SP7.qxd 22/11/16 9:39 Page 106

16 Conversions
Les conversions sont très fréquentes dans les énoncés des sous-tests « calcul » et
« conditions minimales ». Entraînez-vous et apprenez par cœur certains résultats !

1. Les longueurs
km hm dam m dm cm mm

Milliers Centaines Dizaines Unités Dixièmes Centièmes Millièmes

Exemples

km hm dam m dm cm mm

5 0 0 0

1 2

4 5 3 2

12 0 0 0

0, 1 2 3

5 km = 5 000 m
12 dm = 1,2 m
4,532 dam = 45,32 m
12 km = 12 000 m
123 mm = 0,123 m

2. Les grammes
kg hg dag g dg cg mg

Milliers Centaines Dizaines Unités Dixièmes Centièmes Millièmes

Exemples

kg hg dag g dg cg mg

7 0 0 0

1, 2 3

6 4 5, 3 2

456 0 0 0

5 0, 1 2 3

106 Résolution des problèmes [Conversions]


9782100759620-Spel-P1SP7.qxd 22/11/16 9:39 Page 107

7 kg = 7 000 g 4 56 kg = 456 000 g


123 cg = 1,23 g 50 123 mg = 50,123 g
6,4532 hg = 645,32 g

À RETENIR
1 tonne = 1 000 kg = 1 000 000 grammes
1 quintal = 100 kg = 0,1 tonne

3. Les litres

kl hl dal l dl cl ml

Milliers Centaines Dizaines Unités Dixièmes Centièmes Millièmes

Exemples

kl hl dal l dl cl ml

3 0 0 0

2 1, 2 3

6 4 1, 2

451 0 2 0

des problèmes
1 4 5, 7 8 2

Résolution
3 kl = 3 000 l
2 123 cl = 21,23 l 451,02 kl = 451 020 l
6 412 dl = 641,2 l 145 782 ml = 145,782 l

4. Les durées

Raisonnement
logique
Durée Année Mois Semaine Jour Heure Minute Seconde

Année 1 12 52 365 8 760 525 600 31 536 000


© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Mois 1 4 30 720 43 200 2 592 000

Semaine 1 7 168 10 080 604 800


Aptitudes
verbales

Jour 1 24 1 440 86 400

Heure 1 60 3 600

Minute 1 60

Seconde 1
Tests blancs

REMARQUES
• Il est très important de retenir qu'une minute contient soixante secondes et
qu'une heure comprend soixante minutes, donc 60 × 60 = 3 600 secondes.
À partir de ces relations, vous pouvez tout convertir.

Résolution des problèmes [Conversions] 107


9782100759620-Spel-P1SP7.qxd 22/11/16 9:39 Page 108

• Il est admis qu'une année comprend 365 jours (on ne tient en général pas
compte des années bissextiles, sauf si cela vous est précisé dans l'énoncé).
• Il est admis de la même manière qu'un mois est composé de 30 jours (même
si dans la réalité, il y a le mois de février qui peut comprendre 28 ou 29 jours
et les autres mois 30 ou 31 jours).
Dans tous les cas de figures, respectez impérativement les données de
l'énoncé !

Exemples
• 15 jours = 15 × 24 = 360 heures = 360 × 60 = 21 600 minutes = 21 600 × 60
= 1 296 000 secondes
• 2 années = 2 × 12 = 24 mois
• 3 années = 3 × 365 = 1 095 jours
• 3 h 30 minutes = 3 × 60 + 30 = 210 minutes = 210 × 60 = 12 600 secondes
• 25 minutes = 25 × 60 = 1 500 secondes

Comment convertir des décimaux d'heures en heures et en minutes ?


Malheureusement, dans les exercices, vous rencontrez rarement des calculs qui tom-
bent justes !

Exemple
À combien de minutes 0,25 heure est-elle égale ?

heures minutes

1 60

0,25 x=?

À l'aide d'une règle de trois, vous obtenez x = 0,25 × 60 ÷ 1 = 15 minutes.


Ainsi 0,25 heure correspond à 15 minutes ! Ce qui est plus parlant !

Entraînez-vous !
Déterminer à quoi correspondent les différentes quantités d'heures suivantes :
1. 0,23 heure 4. 5,5 heures
2. 1,2 heure 5. 1,17 heure
3. 4,56 heures

Vérifiez vos résultats !


1. 0,23 heure :
0,23 heure équivaut à 13,8 minutes, soit à 13 minutes et 48 secondes, en effet :

heures minutes

1 60

0,23 x=?

108 Résolution des problèmes [Conversions]


9782100759620-Spel-P1SP7.qxd 22/11/16 9:39 Page 109

Vous obtenez x = 0,23 × 60 ÷ 1 = 13,8 minutes. Mais cela n'est pas encore très parlant.
Alors poursuivons avec les minutes et les secondes :

minutes secondes

1 60

0,8 x=?

Vous obtenez x = 0,8 × 60 ÷ 1 = 48 secondes.


Finalement 0,23 heure = 13,8 minutes = 13 minutes et 0,8 minute = 13 minutes et 48
secondes.
2. 1,2 heure :
1,2 heure est égale à 1 heure et 12 minutes, en effet :

heures minutes

1 60

0,2 x=?

Vous obtenez x = 0,2 × 60 ÷ 1 = 12 minutes.


Ainsi 1,2 heure = 1 heure et 0,2 heure = 1 heure et 12 minutes
3. 4,56 heures :
4,56 heures sont égales à 4 heures et 0,56 heure, soit 4 heures et 33,6 minutes, et finale-
ment à 4 heures, 33 minutes et 36 secondes, en effet :

des problèmes
heures minutes

Résolution
1 60

0,56 x=?

Vous obtenez x = 0,56 × 60 ÷ 1 = 33,6 minutes.


Mais 33,6 minutes n'est pas encore très parlant. On convertit la partie décimale :

Raisonnement
logique
minutes secondes

1 60

0,6 x=?
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Vous obtenez x = 0,6 × 60 ÷ 1 = 36 secondes


Aptitudes

Ainsi 33,6 minutes correspondent à 33 minutes et 36 secondes, ce qui est plus parlant.
verbales

Finalement 4,56 heures = 4 heures et 0,56 heure = 4 heures et 33,6 minutes = 4 heures,
33 minutes et 36 secondes.
4. 5,5 heures :
5,5 heures sont égales à 5 heures et 0,5 heure, soit à 5 heures et 30 minutes, en effet :
Tests blancs

heures minutes

1 60

0,5 x=?

Vous obtenez 0,5 heure = 0,5 × 60 ÷ 1 = 30 minutes.

Résolution des problèmes [Conversions] 109


9782100759620-Spel-P1SP7.qxd 22/11/16 9:39 Page 110

5. 1,17 heure
1,17 heure est égale à 1 heure et 0,17 heure, soit à 1 heure, 10 minutes et 12 secondes,
en effet :

heures minutes

1 60

0,17 x=?

Vous obtenez 0,17 heure = 0,17 × 60 ÷ 1 = 10,2 minutes.


Mais 10,2 minutes n'est pas encore très parlant. On convertit la partie décimale :

minutes secondes

1 60

0,2 x=?

Vous obtenez x = 0,2 × 60 ÷ 1 = 12 secondes


Ainsi 10,2 minutes correspondent à 10 minutes et 12 secondes, ce qui est plus parlant.
Finalement 1,17 heure = 1 heure et 0,17 heure = 1 heure et 10,2 minutes = 1 heure,
10 minutes et 12 secondes.

5. Les vitesses
a. Qu'est-ce qu'une vitesse ?
La vitesse est le rapport d'une distance parcourue sur le temps mis pour la parcourir.

À RETENIR
d
v =
t

b. Convertir des unités de vitesse ?


Les kilomètres par heure et les mètres par seconde
3 600 =
Pour convertir des m/s en km/h, il vous suffit de multiplier par 3,6
1 000
3 600 =
Pour convertir des km/h en m/s, il vous suffit de diviser par 3,6
1 000

÷ 3,6

m/s km/h

×3,6

110 Résolution des problèmes [Conversions]


9782100759620-Spel-P1SP7.qxd 22/11/16 9:39 Page 111

Exemple
Margot, avec son vélo, roule à une vitesse de 10 m/s. Quelle est sa vitesse en km/h ?
10 m/s = 10 × 3,6 = 36 km/h.

Entrainez-vous !
Complétez les différentes vitesses :
1. 12 m/s = ... km/h 4. 180 km/h = ... m/s
2. 80 m/s = ... km/h 5. 420 km/h = ... m/s
3. 144 km/h = ... m/s

Vérifiez vos résultats !


1. 12 m/s = 12 × 3,6 = 43,2 km/h
2. 80 m/s = 80 × 3,6 = 288 km/h
3. 144 km/h = 144 ÷ 3,6 = 40 m/s
4. 180 km/h = 180 ÷ 3,6 = 50 m/s
5. 420 km/h = 420 ÷ 3,6 = 116,67 m/s en arrondissant au centième de m/s près.

Autres conversions
Les kilomètres par heure et les kilomètres par minute : une heure est égale à 60 minu-
tes donc pour convertir des km/h en km/min, il vous suffit de diviser par 60 et inver-
sement pour convertir des km/min en km/h, vous multipliez par 60.
Exemples
Antoine roule à une vitesse de 1,5 km/min. Cela équivaut à 1,5 × 60 = 90 km/h.

des problèmes
Résolution
Vincent roule à une vitesse de 120 km/h. Cela équivaut à 120 ÷ 60 = 2 km/min.
Les kilomètres par heure et les mètres par minute : une heure est égale à 60 minutes et
un km vaut 1 000 mètres, donc pour convertir des m/min en km/h, il vous suffit de mul-
60
tiplier par = 0,06 et inversement pour convertir des km/h en m/min, vous divisez
1 000
60
par = 0,06.
1 000

Raisonnement
logique
Exemples
Marie roule à une vitesse de 400 m/min. Cela équivaut à 400 × 0,06 = 24 km/h.
Stéphane roule à une vitesse de 90 km/h. Cela équivaut à 90 ÷ 0,06 = 1 500 m/min.

Entrainez-vous !
Complétez les différentes vitesses :
Aptitudes
verbales

1. 12 m/min = ... km/h 4. 144 km/h = ... m/min


2. 75 m/min = ... km/h 5. 270 m/min = ... km/h
3. 120 km/h = ... m/min

Vérifiez vos résultats !


Tests blancs

1. 12 m/min = 12 × 0,06 = 0,72 km/h


2. 75 m/min = 75 × 0,06 = 4,5 km/h
3. 120 km/h = 120 ÷ 0,06 = 2 000 m/min
4. 144 km/h = 144 ÷ 0,66 = 2 400 m/min
5. 270 m/min = 270 × 0,06 = 16,2 km/h

Résolution des problèmes [Conversions] 111


9782100759620-Spel-P1SP7.qxd 22/11/16 9:39 Page 112

6. Les conversions de surfaces ou d'aires


km2 hm2 dam2 m2 dm2 cm2 mm2
ha a ca

Le principe reste identique à celui des conversions de longueurs, sauf que vous frac-
tionnez les différentes unités en deux colonnes.

À RETENIR
Un hectare (ha) = 1 hm2
Un are (a) = 1 dam2
Un centiare (ca) = 1 m2

Exemples
km2 hm2 dam2 m2 dm2 cm2 mm2
5 0 0 0 0 0 0
2 5 0 0 0 0 0 0
0, 2 1
0, 0 3 4 8
0, 0 0 0 0 1 2

5 km2 = 5 000 000 m2


25 km2 = 25 000 000 m2
21 dm2 = 0,21 m2
348 cm2 = 0,0348 m2
12 mm2 = 0,000 012 m2

7. Les conversions de volumes


km3 hm3 dam3 m3 dm3 cm3 mm3

Le principe reste identique à celui des conversions de longueurs et de surfaces, sauf


que vous fractionnez les différentes unités en trois colonnes.

Exemples

km3 hm3 dam3 m3 dm3 cm3 mm3


5 0 0 0 0 0 0 0 0 0

0, 0 0 1

5 0 0 0

0, 0 0 0 1 5 0 0 0 2

1 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

112 Résolution des problèmes [Conversions]


9782100759620-Spel-P1SP7.qxd 22/11/16 9:39 Page 113

5 km3 = 5 000 000 000 m3 = 5 milliards de mètres cube !


1 dm3 = 0,001 m3
5 dam3 = 5 000 m3
150, 002 cm3 = 150 002 mm3 = 0,000 150 002 m3
150 km3 = 150 000 000 000 m3 = 150 milliards de mètres cube !

Les mètres cubes et les litres

km3 hm3 dam3 m3 dm3 cm3 mm3


kl hl dal l dl cl ml

Dans les exercices, il est souvent demandé de convertir des mètres cube en litres et
inversement.

À RETENIR
1 m3 = 1 kl = 1 000 litres
1 dm3 = 1 litre
1 cm3 = 0,001 litre = 1 ml

Avec ces trois résultats, vous pourrez effectuer un maximum de conversions de volumes !

des problèmes
À vous de jouer !

Résolution
Répondez le plus rapidement possibles aux questions suivantes
Question 1 : Le club de gym de Margot se trouve à une distance de 150 hm de chez elle.
Combien cela représente-t-il de km ?
❒ A. 15 ❒ D. 15 000
❒ B. 150 ❒ E. 150 000

Raisonnement
❒ C. 1 500

logique
Question 2 : Le parc où vont jouer Fanny et Manon a une surface d'un hectare. Quelle sur-
face cela représente-t-il en mètres carrés ?
❒ A. 10 ❒ D. 10 000
❒ B. 100 ❒ E. 100 000
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

❒ C. 1 000
Aptitudes

Question 3 : Pauline prépare le biberon de Clément. Il doit boire 250 ml de lait. À combien
verbales

de dm3 cela équivaut-il ?


❒ A. 250 ❒ D. 0,25
❒ B. 25 ❒ E. 0,025
❒ C. 2,5
Question 4 : Stéphane prépare le repas en suivant une recette. Il a besoin de 20 cm3 de
Tests blancs

jus d'orange. À quoi correspond ce volume ?


❒ A. 20 cl ❒ D. 0,02 dl
❒ B. 20 ml ❒ E. 0,2 ml
❒ C. 0,2 l

Résolution des problèmes [Conversions] 113


9782100759620-Spel-P1SP7.qxd 22/11/16 9:39 Page 114

Question 5 : Yvette roule à une vitesse de 20 m/s sur une route limitée à 90 km/h. Est-elle
en excès de vitesse ?
❒ A. Non elle roule à 72 km/h
❒ B. Oui elle dépasse la vitesse autorisée de 10 km/h
❒ C. Non elle roule à 90 km/h
❒ D. Oui et elle dépasse la vitesse autorisée de 25 km/h
❒ E. Aucune proposition n'est exacte
Question 6 : Quel est le volume en litres d'une piscine ayant la forme d'un parallélépipède
rectangle de longueur 14 m, de largeur 7 m et de profondeur 2,5 m ?
❒ A. 24,5 l ❒ D. 24 500 l
❒ B. 245 l ❒ E. 245 000 l
❒ C. 2 450 l
Question 7 : Le train de Marie arrive à Paris dans 2,48 heures. Pourriez-vous donner une
heure plus compréhensible ?
❒ A. 2 h 28 min 80 sec ❒ D. 2 h 48 min
❒ B. 2 h 28 min 48 sec ❒ E. 2 h 28 min
❒ C. 2 h 29 min 12 sec
Question 8 : Stéphane roule à une vitesse de 150 m/min avec son vélo. À combien de km/h
cela équivaut-il ?
❒ A. 9 ❒ D. 36
❒ B. 18 ❒ E. Aucune proposition ne convient
❒ C. 24
Question 9 : À quoi correspond 0,75 ml en mm3 ?
❒ A. 0,75 ❒ D. 750
❒ B. 7,5 ❒ E. 7 500
❒ C. 75
Question 10 : À quoi correspondent 150 ml en m3 ?
❒ A. 1,5 ❒ D. 0,0015
❒ B. 0,15 ❒ E. 0,00015
❒ C. 0,015

Vérifiez vos résultats


1. 1 hm est égal à 0,1 mètre. Ainsi, il vous suffit de diviser par 10 pour obtenir la distance
en km. 150 hm = 15 km. La bonne réponse est A.

km hm dam m dm cm mm

15 0

2. Un hectare est égal à un hm2. Or un hm2 = 10 000 m2. La bonne réponse est D.

km2 hm2 dam2 m2 dm2 cm2 mm2


1 0 0 0 0

3. Pour convertir des ml en l, il vous suffit de diviser par 1 000. 250 ml = 0,25 l = 0,25 dm3.
La bonne réponse est D.

114 Résolution des problèmes [Conversions]


9782100759620-Spel-P1SP7.qxd 22/11/16 9:39 Page 115

kl hl dal l dl cl ml

0, 2 5 0

4. 20 cm3 = 0,02 dm3 = 0,02 l = 20 ml. La bonne réponse est B.

m3 dm3 cm3

kl hl dal l dl cl ml

0, 0 2 0

5. Yvette roule à 20 × 3,6 = 72 km/h. Elle n'est donc pas en excès de vitesse. La bonne
réponse est A.

ASTUCE
Multiplier par 20 revient à multiplier par 10 puis par 2 : 20 × 3,6 = 2 × 10 × 3,6
= 2 × 36 = 72

6. Le volume d'un parallélépipède rectangle (ou pavé droit) est égal au produit de sa lon-
gueur par sa largeur par sa profondeur. Le volume de la piscine (qui a la forme d'un paral-
lélépipède rectangle) est de 14 × 7 × 2,5 = 245 m3 = 245 000 litres (car 1 m3 = 1 000
litres). La bonne réponse est E.

m3 dm3 cm3

kl hl dal l dl cl ml

des problèmes
2 4 5 0 0 0

Résolution
7. Vous devez convertir la partie décimale 0,48 en minutes et secondes. En effectuant une
règle de trois, vous obtenez que 0,48 heure = 0,48 × 60 = 28,8 minutes. Vous devez
encore convertir la partie décimale des minutes 0,8. 0,8 minute = 0,8 × 60 = 48 secon-
des. Ainsi 2,48 heures = 2 heures 28 minutes et 48 secondes.

Raisonnement
heures minutes minutes secondes

logique
1 60 1 60

0,48 ? 0,8 ?

La bonne réponse est B.


© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

AT T E N T I O N
Aptitudes

2,48 heures n'équivaut pas à 2 heures et 48 minutes !


verbales

8. Pour convertir des m/min en km/h, vous devez multiplier par 0,06. Ainsi Stéphane roule
à une vitesse de 150 × 0,06 = 9 km/h. La bonne réponse est A.

ASTUCE
Multiplier par 0,06 revient à multiplier par 6 et à diviser par 100 : 150 × 0,06 = 150
Tests blancs

× 6 ÷ 100 = 900 ÷ 100 = 9

Résolution des problèmes [Conversions] 115


9782100759620-Spel-P1SP7.qxd 22/11/16 9:39 Page 116

9. 0,75 ml correspond à 750 mm3.

m3 dm3 cm3 mm3

kl hl dal l dl cl ml

0, 7 5 0

La bonne réponse est D.


10. 150 ml correspondent à 0,00015 m3.

ASTUCE
Ne vous emmêlez pas les pinceaux avec les zéros ! Même si cela prend du temps, refai-
tes le tableau à chaque fois !

m3 dm3 cm3 mm3

kl hl dal l dl cl ml

0, 0 0 0 1 5 0

La bonne réponse est E.

116 Résolution des problèmes [Conversions]


9782100759620-Spel-spart1.8.qxd 14/11/16 10:40 Page 117

Statistiques
et probabilités

Sous-partie
17. Calculs de probabilités . . . . . . . . . . .118
18. Notions de statistiques descriptives . . .126
19. Le point sur la loi de Bernoulli et la loi
Binomiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133
20. Dénombrements . . . . . . . . . . . . . . .139
9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 118

17 Calculs de probabilités
1. Quelques formules
a. Notations
Nous adopterons les notations suivantes :
A : événement A ; B : événement B
A = AC : événement contraire de A ; B = BC : événement contraire de B
P(A) : probabilité de l’événement A ; P(B) : probabilité de l’événement B
P(A ) : probabilité de l’événement contraire de A
P(B ) : probabilité de l’événement contraire de B
P(A ∪ B) = P(A ou B) = probabilité de la réunion des événements A et B
P(A ∩ B) = P(A et B) = probabilité de l’intersection des événements A et B
PB(A) = P(A sachant B) = probabilité de l’événement A sachant que l’événement B est
réalisé

b. Tableau récapitulatif
Formules

Système complet La somme des probabilités est toujours égale à 1.


d'événements Si A, B et C forment un système complet d'événements alors :
P(A) + P(B) + P(C) = 1
Plus généralement :

n

P(Ai ) = 1
i=1
où les Ai forment un système complet d'événements

Ensemble vide noté ∅ P(∅ ) = 0

Complémentaire P(A) = 1 – P(A)

Réunion P(A ∪ B) = P(A) + P(B) – P(A ∩ B)


si A et B sont incompatibles, c'est-à-dire A ∩ B = ∅ , alors :
P(A ∪ B) = P(A) + P(B)

Formules P(A ∩ B)
P(A sachant B) = PB(A) =
d'intersection P(B)
P(A et B) = P(A ∩ B) = PB(A) × P(B) = PA(B) × P(A)
Si A et B sont indépendants :
P(A ∩ B) = P(A) × P(B)
Formule des P(A) = P(A ∩ B) + P(A ∩ B)
probabilités totales

118 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 119

2. Arbre de probabilités
Considérons l'arbre de probabilités suivant :

La première partie de l'arbre (composée d'une seule branche) concerne la probabilité


de l'événement A. La seconde partie de l'arbre (composée de 2 branches) s'intéresse

des problèmes
à la probabilité de l'événement B. Sa valeur dépend de la réalisation ou non de l'évé-

Résolution
nement A. Dans le cas des probabilités conditionnelles la probabilité de réalisation de
l'événement B diffère en fonction de la réalisation ou non de A.

À RETENIR
La somme des probabilités sur chaque branche est toujours égale à 1 :
P(A) + P(A) = 1

Raisonnement
PA (B) + PA (B) = 1

logique
PĀ (B) + PĀ (B) = 1

Exemple
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Soient A l'événement : « réviser son examen » et B l'événement : « avoir son examen ».


Aptitudes
verbales

P(A) = 0,65
P(A) = 0,35
La probabilité que l'élève ait son examen alors qu'il a révisé est de 80 % et la probabilité
qu'il ait son examen alors qu'il n'a pas révisé est de 40 %.
PA (B) = 80 % = 0,8
Tests blancs

PĀ (B) = 40 % = 0,4


Calcul de P(B) :
On déduit que P(B ∩ A) = PA(B) × P(A) = 0,8 × 0,65 = 0,52
On déduit que P(B ∩ A) = PĀ (B)× P(A) = 0,4 × 0,35 = 0,14

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 119


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 120

La formule des probabilités totales vous permet d'écrire :


P(B) = P(B ∩ A) + P(B ∩ A) = 0,52 + 0,14 = 0,66
La probabilité que chaque élève ait son examen est de 66 %.

À vous de jouer !
Répondez aux questions le plus rapidement possible !
Question 1 : La probabilité que Fanny lise le même livre que Manon est de trois chances sur
quatre. Quelle est la probabilité qu'elle ne lise pas le même livre que Manon ?
1 1 5
❒ A. ❒ C. ❒ E.
4 2 12
2 4
❒ B. ❒ D.
5 5
Question 2 : Stéphane lance un dé équilibré une seule fois. Quelle est la probabilité qu'il
obtienne un 3 et un 4 ?
1 1
❒ A. 0 ❒ C. ❒ E.
3 12
1 1
❒ B. ❒ D.
2 6
2
Question 3 : La probabilité que Pauline révise son bac cet été est de et la probabilité que
5
Clément révise le sien est de 0,75. Quelle est la probabilité qu'ils révisent tous les deux leur
bac sachant que si l'un révise, cela n'a aucune influence sur l'autre ?
1 8 2
❒ A. ❒ C. ❒ E.
2 15 5
3 1
❒ B. ❒ D.
10 6
Question 4 : Marie, pour sa pause déjeuner, peut se rendre soit dans un restaurant avec
1
une probabilité de , soit acheter un sandwich et le déguster dans un parc avec une proba-
4
2
bilité de , soit aller à la gym. Quelle est la probabilité qu'elle se rende à la gym ?
5

120 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 121

1 5 7
❒ A. ❒ C. ❒ E.
2 12 20
2 1
❒ B. ❒ D.
5 12
Question 5 : Marcel lance un dé non pipé deux fois. Quelle est la probabilité qu'il obtienne
un 2 et un 5 ?
1 5 1
❒ A. ❒ C. ❒ E.
36 12 12
1 1
❒ B. ❒ D.
6 18
Question 6 : Jean lance un dé non pipé deux fois. Quelle est la probabilité qu'il obtienne
deux 6 ?
1 5 1
❒ A. ❒ C. ❒ E.
36 12 12
1 1
❒ B. ❒ D.
18 6
2 1
Question 7 : La probabilité que Pierre aille à la campagne est de s'il fait beau et de s'il
5 3
1
pleut. La probabilité qu'il pleuve est de . Quelle est la probabilité qu'il aille à la campagne
2
et qu'il fasse beau ?
1 1 1
❒ A. ❒ C. ❒ E.

des problèmes
10 5 3

Résolution
3 1
❒ B. ❒ D.
10 6
Question 8 : Yvette lance un dé non pipé deux fois. Quelle est la probabilité qu'elle obtien-
ne une somme égale à 2 en additionnant les deux numéros obtenus ?
1 1 1
❒ A. ❒ C. ❒ E.

Raisonnement
2 6 18

logique
1 1
❒ B. ❒ D.
3 36
Question 9 : La probabilité que Blandine réussisse son examen sachant qu'elle a révisé est
2 1
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

de et la probabilité qu'elle ait son examen sachant qu'elle n'a pas révisé est de . La pro-
3 5
3
babilité qu'elle révise est de . Quelle est la probabilité qu'elle réussisse son examen ?
Aptitudes
verbales

4
1 11 3
❒ A. ❒ C. ❒ E.
10 20 5
1 17
❒ B. ❒ D.
15 20
Tests blancs

Question 10 : La probabilité que Stéphanie achète des fleurs et qu'elle ait assez d'argent
2 1
pour les courses est de . La probabilité qu'elle ait assez d'argent pour les courses est de .
5 2
Quelle est la probabilité qu'elle achète des fleurs sachant qu'elle a assez d'argent pour les
courses ?

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 121


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 122

1 3 3
❒ A. ❒ C. ❒ E.
2 4 5
2 4
❒ B. ❒ D.
5 5

Vérifiez vos résultats !


1. La probabilité que Fanny ne lise pas le même livre que Manon est de 1 – probabilité
3 4 3 1
qu'elle lise le livre de Manon = 1 − = − = . La bonne réponse est A.
4 4 4 4
À RETENIR
Soit A un événement et A l'événement contraire de A, alors :
P(A) = 1 – P(A)

2. La probabilité que Stéphane obtienne à la fois un 3 et un 4 est nulle car il s'agit d'un évé-
nement impossible. On parle dans ce cas de l'ensemble vide noté ∅ . En effet en lançant
le dé une seule fois, Stéphane ne peut pas obtenir deux numéros. Il ne peut obtenir qu'un
seul résultat. La bonne réponse est A.

REMARQUE
S'il vous avait été demandé de déterminer la probabilité d'obtenir un 3 ou un 4, le résul-
1 1 2 1
tat aurait été P(1 ou 6) = + = =
6 6 6 3

3. Les événements sont indépendants car le fait que Pauline ou Clément révisent leur bac
n'a aucune influence sur l'un ni sur l'autre. Ainsi la probabilité que Pauline et Clément
révisent leur bac est le produit des deux probabilités : P(Pauline et Clément révisent leur
2 2 3 6
bac) = P(Pauline révise son bac) × P(Clément révise son bac) = × 0,75 = × =
5 5 4 20
3
= . La bonne réponse est B.
10
À RETENIR
Si A et B sont deux événements indépendants, alors :
P(A et B) = P(A ∩ B) = P(A) × P(B)

ASTUCE
3
Pour les calculs, mettez tout sous la forme de fractions en remarquant que 0,75 =
4

4. Vous devez utiliser le fait que, dans un système complet d'événements, la somme des
probabilités est égale à 1. Ainsi la somme des probabilités des différentes possibilités de
déjeuner de Marie est égale à 1. Vous en déduisez que la probabilité que Marie aille à la
gym est donnée par 1 – la probabilité que Marie aille au restaurant – la probabilité que
1 2 20 5 8 7
Marie aille au parc = 1 − − = − − = . La bonne réponse est E.
4 5 20 20 20 20

À RETENIR

n

Si les Ai forment un système complet d'événements, alors P(Ai ) = 1


i=1

122 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 123

Dans cet énoncé, il y a 3 événements : A1 = {Marie va au restaurant}, A2 = {Marie va


au parc} et A3 = {Marie va à la gym} et donc P(A1) + P(A2) + P(A3) = 1
Pour obtenir P(A3), vous isolez cette dernière probabilité :
1 2 20 5 8 7
P(A3) = 1 − P(A1) − P(A2) = 1 − − = − − =
4 5 20 20 20 20

5. La probabilité que Marcel obtienne un 2 et un 5 en lançant un dé équilibré (non pipé) deux


fois est la probabilité qu'apparaisse un 2 puis un 5 ou un 5 puis un 2. Vous en déduisez
la probabilité cherchée P = P(2 en premier et 5 en deuxième) + P(5 en premier et 2 en
1 1 1 1 1 1 1
deuxième) = × + × = + = . La bonne réponse est D.
6 6 6 6 36 36 18
AT T E N T I O N
Vous devez compter deux fois la probabilité d'avoir 2 et 5 car il s'agit de deux chiffres
différents : vous pouvez obtenir 2 au premier lancer et 5 au second ou bien 5 en pre-
mier et 2 en second.

6. La probabilité que Jean obtienne deux 6 en lançant le dé deux fois est de P = P(6 et 6)
1 1 1
= × = . La bonne réponse est A.
6 6 36

AT T E N T I O N
Il s'agit de la probabilité d'avoir le même chiffre aux deux lancers. Vous ne comptez
donc qu'une seule fois la probabilité d'obtenir 6 et 6 et non deux fois comme dans la
question précédente où il s'agissait de deux résultats différents (2 et 5).

des problèmes
Résolution
7. La probabilité que Pierre se rende à la campagne et qu'il fasse beau est le produit de la
probabilité que Pierre aille à la campagne sachant qu'il fait beau par la probabilité qu'il
fasse beau. La probabilité qu'il fasse beau est de P(B) = 1 – la probabilité qu'il pleuve
1 2 1 1
= 1 – P(B) = 1 − = − = . La probabilité que Pierre se rende à la campagne et qu'il
2 2 2 2
1 2 1×2 2 1
fasse beau est donc de : P(C ∩ B) = P(B) × PB(C) = × = = = . La bonne
2×5

Raisonnement
2 5 10 5
réponse est C.

logique
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales
Tests blancs

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 123


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 124

8. Pour avoir une somme égale à 2, Yvette doit obtenir deux fois le numéro 1. Ainsi la pro-
babilité qu'elle obtienne une somme égale à 2 en lançant un dé équilibré deux fois est
1 1 1
égale à la probabilité d'obtenir deux fois 1, soit P(1 et 1) = × = . La bonne répon-
6 6 36
se est D.

REMARQUE
Pour vous aider, vous pouvez répertorier les différents résultats possibles de la somme
des deux numéros obtenus au cours des deux lancers :

+ 1 2 3 4 5 6
1 2 3 4 5 6 7
2 3 4 5 6 7 8
3 4 5 6 7 8 9
4 5 6 7 8 9 10
5 6 7 8 9 10 11
6 7 8 9 10 11 12
1
Vous remarquez que 2 n'apparaît qu'une seule fois. D'où la probabilité de .
36

9. La probabilité que Blandine ait son examen est égale à la somme de la probabilité
qu'elle révise et qu'elle ait son examen et de la probabilité qu'elle ne révise pas et qu'el-
le ait son examen en utilisant la formule des probabilités totales. Ainsi P(Blandine a son
examen) = P(Blandine a révisé et Blandine a son examen) + P(Blandine n'a pas révisé et
Blandine a son examen) = P(Blandine a révisé) × P(Blandine a son examen sachant
qu'elle a révisé) + P(Blandine n'a pas révisé) × P(Blandine a son examen sachant
3 2 1 1 2 1 1 1 10 1 11
qu'elle n'a pas révisé) = × + × = + = + = + = . La bonne
4 3 4 5 4 20 2 20 20 20 20
réponse est C.

10. Avec la formule d'intersection vous pouvez déduire que la probabilité que Stéphanie
achète les fleurs sachant qu'elle a assez d'argent pour les courses est le quotient de la
probabilité que Stéphanie achète les fleurs et a assez d'argent pour les courses sur la

124 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 125

probabilité que Stéphanie a assez d'argent pour les courses. Ainsi la probabilité cher-
2
2 1 5 2 2 2 4
chée est P = ÷ = = × = × 2 = . La bonne réponse est D.
5 2 1 5 1 5 5
2
À RETENIR
Vous utilisez la formule d'intersection avec A = {Stéphanie achète les fleurs} et
B = {Stéphanie a assez d'argent pour les courses} :
P(A ∩ B)
PB (A) =
P(B)

REMARQUE
P(A ∩ B) = P(B ∩ A) = P(A) × PA (B) = P(B) × PB (A)

des problèmes
Résolution
Raisonnement
logique
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales
Tests blancs

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 125


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 126

Notions de statistiques
18 descriptives

1. Les caractères statistiques


a. Le caractère qualitatif
Le caractère qualitatif nominal
Il s'agit d'un caractère déterminé par un nom.

Exemples
Catégorie socioprofessionnelle ; Lieu d'habitation

Le caractère qualitatif ordinal


Il s'agit d'un caractère déterminé par un nom qui le hiérarchise.

Exemples
Premier, deuxième, etc. Grand, moyen, petit.

b. Le caractère quantitatif
Le caractère quantitatif discret
Il s'agit d'un caractère numérique défini par des nombres entiers uniquement.

Exemples
Nombre d'enfants par ménage. Nombre de voitures de tourisme par ménage.

AT T E N T I O N
Des nombres décimaux peuvent apparaître dans les calculs d'indicateurs. Si vous
calculez le nombre moyen de voitures par ménage dans une région donnée, vous
pouvez trouver par exemple qu'en moyenne les ménages ont 1,5 voiture. La
moyenne peut-être 1,5 qui n'est pas un nombre entier même si le caractère est
discret !

Le caractère quantitatif continu


Il s'agit d'un caractère numérique défini par des classes (ou intervalles), ou par des
nombres décimaux.

Exemples
Classes d'âge. Salaires.

126 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 127

Récapitulatif

Qualitatif Quantitatif
Nominal Ordinal Discret Continu
Noms communs Termes avec un Numérique avec Numérique avec
sans ordre certain ordre. uniquement des des intervalles ou
particulier. nombres entiers. des nombres
décimaux.

2. Indicateurs de tendance centrale


a. La moyenne arithmétique

Cas discret
La moyenne arithmétique m est la somme des valeurs de tous les xi affectés de leur
coefficient éventuel ni divisée par le nombre total d'individus :

1
n
m= ni xi
n i=1

Exemple
Dans une classe de 20 élèves, les notes (sur 10) au dernier examen de maths sont les sui-

des problèmes
vantes :

Résolution
Notes 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Effectifs 5 1 1 5 0 1 2 3 0 1 1

La moyenne m de la classe est de :


0 × 5 + 1 × 1 + 2 × 1 + 3 × 5 + 4 × 0 + 5 × 1 + 6 × 2 + 7 × 3 + 8 × 0 + 9 × 1 + 10 × 1

Raisonnement
m=
20

logique
0 + 1 + 2 + 15 + 0 + 5 + 12 + 21 + 0 + 9 + 10 75
m= = = 3, 75
20 20
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Cas continu
La moyenne arithmétique m est la somme des valeurs de tous les xi affectés de leur
Aptitudes

coefficient éventuel ni divisée par le nombre total d'individus :


verbales

1
n
m= ni ci
n i=1

Où ci est le centre de chaque classe [ai ; bi ]


Tests blancs

ai + bi
Les ci s'obtiennent grâce à la relation : ci =
2
Exemple
Dans une classe de 20 élèves, les notes (sur 20) au dernier examen de mathématiques
sont les suivantes :

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 127


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 128

Classes des notes [0 ; 5[ [5 ; 10[ [10 ; 15[ [15 ; 20[

0+5 5 5+10 15 10 + 15 25 15 + 20 35
Centres de classe = = 2,5 = = 7,5 = = 12,5 = = 17,5
2 2 2 2 2 2 35 2
Effectifs 5 3 7 5

La moyenne m de la classe est de :


(5 × 2,5) + (3 × 7,5) + (7 × 12,5) + (5 × 17,5)
m=
20
12,5 + 22,5 + 87,5 + 87,5) 210
m= = = 10,5
20 20

REMARQUE
Il existe deux autres moyennes : la moyenne géométrique et la moyenne harmonique :

× x2 × ... × xn × x2 × ... × xn )
1
n
• Moyenne géométrique : m = x1 = (x1 n

Cette moyenne est utilisée pour le calcul de taux moyens.


n
• Moyenne harmonique : m =
1 1 1
+ + ... +
x1 x2 xn
Il s'agit de l'inverse de la moyenne arithmétique de l'inverse des termes. Elle est utili-
sée pour calculer la vitesse moyenne.

Exemple
• La moyenne géométrique des trois taux : t1 = 4 %, t2 = 8 % et t3 = 16 % est donnée
√ √ √
par m = 3
t1 × t2 × t3 = 3
4 × 8 × 16 =
3
512 = 8 %
• Deux voitures A et B roulent respectivement à une vitesse de vA = 120 km/h et
vB = 90 km/h. La vitesse moyenne des deux véhicules est donc de :
2 2 2 2 2 × 360 720
m= = = = = = = 102,86 km/h
1 1 1 1 3 4 7 7 7
+ + +
vA vB 120 90 360 360 360
en arrondissant au centième de km/h près, soit au dam/h près (car 1 dam = 0,01 km).

b. La médiane
Cas discret
AT T E N T I O N
Le calcul est légèrement différent selon que l’effectif total soit pair ou impair.

La méthode de calcul de la médiane est la suivante :


1. Classer dans un premier temps les valeurs par ordre croissant,
2. Puis :
• Si l’effectif total est impair, n = 2p + 1, alors la médiane est la valeur du milieu,
soit la (p + 1)ième valeur.
• Si l’effectif est pair, n = 2p, la médiane est la moyenne arithmétique des deux
valeurs du milieu, soit la moyenne arithmétique de la pième et de la (p + 1)ème
valeur.

128 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 129

Exemple 1
1. Dans une classe de 5 élèves, les notes au devoir maison sont les suivantes :
12, 5, 10, 8, 11.
Pour déterminer la médiane, il faut dans un premier temps classer les notes par ordre
croissant : 5, 8, 10, 11, 12.
Puis le nombre de notes étant impair, la médiane est la note du milieu !
Ainsi la médiane de ces notes est 10. Cela signifie qu'il y a autant d'élèves ayant une note
inférieure à 10 que d'élèves ayant une note supérieure à 10.
2. Dans une classe de 10 élèves, les notes au contrôle sont les suivantes :
12, 18, 5, 14, 16, 3, 6, 12, 7, 8
Pour déterminer la médiane, il faut dans un premier temps classer les notes par ordre
croissant : 3, 5, 6, 7, 8, 12, 12, 14, 16, 18
Le nombre de notes étant pair, la médiane est la moyenne arithmétique des deux notes
du milieu.
8 + 12 20
Ainsi la médiane de ces notes est = 10. Cela signifie qu'il y a autant d'élèves
=
2 2
ayant une note inférieure à 10 que d'élèves ayant une note supérieure à 10.

Cas continu
Dans le cas continu la médiane se calcule par interpolation linéaire. La démarche est
la suivante :
1. Vous devez calculer les fréquences cumulées croissantes

des problèmes
2. Vous devez sélectionner la première classe dont la fréquence cumulée croissante

Résolution
dépasse 50 % ou 0,5. Vous notez cette classe [ai ; bi [ par exemple.
3. Vous calculez la médiane en appliquant la formule d'interpolation linéaire suivante :
0,5 − Fi −1
Me = ai + (bi − ai ) ×
fi
Où fi est la fréquence de la première classe pour laquelle les fréquences cumulées

Raisonnement
dépassent 50 % ou 0,5 (classe contenant la médiane) et Fi −1 est la fréquence cumu-

logique
lée de la classe précédente.

REMARQUE
bi − ai est appelée amplitude de la classe [ai ; bi [
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Classes [a1 ; b1 [ ... [ai −1 ; bi −1 [ [ai ; bi [ ... [an ; bn [


Effectifs ... ...
Aptitudes

ni–1 ni nn
verbales

n1
Fréquences
ni ... fi–1 fi ...
= où n est l'effectif f1
fn
n
total
Fréquences cumulées
croissantes
Tests blancs

Fi −1 Fi

i
Inférieure Supérieure à
= fk F1 ... à 50 % 50 % ou 0,5 ... Fn
k=1 ou 0,5

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 129


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 130

Exemple
Dans une classe de 20 élèves, les notes (sur 20) au dernier examen de maths sont :

Classes
[0 ; 5[ [5 ; 10[ [10 ; 15[ [15 ; 20[
des notes

Fréquences 0,15 0,45 0,3 0,1

Fréquences 0,15 + 0,45 = 0,6 0,15 + 0,45 + 0,3 0,1 + 0,45 + 0,3
cumulées 0,15 Supérieure à 50 % = 0,9 + 0,1 = 1
croissantes ou 0,5

La médiane Me de la classe est de :


0,5 − 0,15 0,35 7 35 45 + 35 80
Me = 5 + (10 − 5) × = 5+5× = 5+5× = 5+ = = = 8,89 ∼
=9
0,45 0,45 9 9 9 9
en arrondissant au centième de point près, puis au point près.
Me = 9 appartient bien à la classe [5 ; 10[. Cela signifie qu'il y a autant d'élèves ayant
une note inférieure à 9 que d'élèves ayant une note supérieure à 9.

Lien entre la médiane et la moyenne


Lorsque la médiane est égale à la moyenne on dit que la distribution est symétrique.

c. Le mode
Cas discret
Le mode d'une série statistique est le caractère dont l'effectif est le plus grand.

Exemple
Dans l'exemple de cas discret traité précedemment (page 127), il y a deux modes, à savoir
0 et 3 qui sont les deux notes ayant le plus grand effectif (5).

Cas continu
Dans ce cas, on parle de classe modale. La classe modale est la classe dont l'effectif
est le plus élevé en considérant que les classes ont la même amplitude.

REMARQUE
Le cas où les classes n'ont pas la même amplitude n'est pas traité dans cet ouvra-
ge.

Exemple
Dans l'exemple de cas continu traité précedemment (page 128), il y a une classe modale,
à savoir [10 ; 15[ qui a le plus grand effectif (7).

130 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 131

3. Indicateurs de dispersion
a. La variance et l'écart-type
Cas discret
La variance est égale à la moyenne des écarts quadratiques à la moyenne. C'est aussi
la moyenne des xi élevés au carré à laquelle on soustrait la moyenne (ou l'espérance)
élevée au carré :

n
V (X ) = 1 ni (xi )2 − m2
n
i=1
L'écart-type est égal à la racine carrée de la variance. Il s'agit d'un indicateur de disper-
sion.
À RETENIR
Une variance est toujours positive ou nulle car sinon vous ne pouvez pas calculer
sa racine carrée et donc l'écart-type !

Exemple
Dans une classe de 20 élèves, les notes (sur 10) au dernier examen de mathématiques
sont les suivantes :

Note 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Effectif 5 1 1 5 0 1 2 3 0 1 1

des problèmes
Résolution
V(X) =
02 × 5 + 12 × 1 + 22 × 1 + 32 × 5 + 42 × 0 + 52 × 1 + 62 × 2 + 72 × 3 + 82 × 0 + 92 × 1 + 102 × 1
20
−(3,75)2
0 + 1 + 4 + 45 + 0 + 25 + 72 + 147 + 0 + 81 + 100
V(X) = − (3,75)2

Raisonnement
20
475
− (3,75)2

logique
V(X) =
20
95 × 5
V(X) = − (3,75)2
4×5
95
− (3,75)2
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

V(X) =
4
V(X) = 23,75 − 14,0625
Aptitudes

V(X) = 9,6875
verbales

√ √
L'écart-type est égal à la racine carrée de la variance : σ(X) = V (X ) = 9,6875 ∼
= 3,11
en arrondissant au centième de point près.

Cas continu
La variance est égale à la moyenne des écarts quadratiques à la moyenne. C'est aussi
Tests blancs

la moyenne des ci élevés au carré à laquelle on soustrait la moyenne (ou l'espérance)


élevée au carré :

n
V (X ) = 1 ni (ci )2 − m2
n
i=1

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 131


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 132

Où ci est le centre de chaque classe [ai ; bi ] et m la moyenne arithmétique


ai + bi
Les ci s'obtiennent grâce à la relation : ci =
2
L'écart-type est égal à la racine carrée de la variance. Il s'agit d'un indicateur de disper-
sion comme pour le cas discret.

À RETENIR
Comme pour le cas discret, une variance est toujours positive ou nulle car sinon
vous ne pouvez pas calculer sa racine carrée et donc l'écart-type !

Exemple
Dans une classe de 20 élèves, les notes (sur 20) au dernier examen de mathématiques :

Classes des notes [0 ; 5[ [5 ; 10[ [10 ; 15[ [15 ; 20[

0+5 5 5 + 10 15 10 + 15 25 15 + 20 35
Centres de classe = = 2,5 = = 7,5 = = 12,5 = = 17,5
2 2 2 2 2 2 35 2

Effectifs 5 3 7 5

La variance V(X) de la classe est de :


5 × (2,5)2 + 3 × (7,5)2 + 7 × (12,5)2 + 5 × (17,5)2
V(X) = − (10,5)2
20
31,25 + 168,75 + 1 093,75 + 1 531,25
V(X) = − (10,5)2
20
2 825
V(X) = − (10,5)2
20
V(X) = 141,25 − 110,25
V(X) = 31
√ √
L'écart-type est égal à la racine carrée de la variance : σ(X) = V (X ) = 31 ∼
= 5,57 en
arrondissant au centième de point près.

b. L'étendue
Cas discret
L'étendue est la différence entre la plus grande et la plus petite valeur que peut pren-
dre une variable.

Exemple
Dans l'exemple de cas discret traité précédemment, l'étendue est la différence entre la
plus grande et la plus petite note soit : 10 – 0 = 10.

Cas continu
L'étendue est la différence entre la plus grande et la plus petite valeur que peut pren-
dre une variable.

Exemple
Dans l'exemple de cas continu traité ci-dessus, l'étendue est 20 – 0 = 20.

132 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 133

Le point sur la loi de


Bernoulli et la loi Binomiale 19

1. La loi de Bernoulli de paramètre p


La loi de Bernoulli est caractérisée par la présence d'un échec et d'un succès. La pro-
babilité d'apparition d'un succès est p et celle d'un échec 1 − p .
 
1 si succès P(succès) = P(Xi = 1) = p
xi =
0 si échec P(échec) = P(Xi = 0) = 1 − p

E(Xi ) = p V (Xi ) = p(1 − p) σ (X )i = p(1 − p)

Exemple
Dans un TD en université, chaque élève a une probabilité de 80 % d'être reçu à l'examen.
Cela se traduit par :

1 si succès : l’élève i a réussi son examen
Xi =
0 si échec : l’élève i n a pas réussi son examen

P(succès) = P(Xi = 1) = 0,8

des problèmes
P(échec) = P(Xi = 0) = 1 − 0,8 = 0,2

Résolution
Xi suit la loi de Bernoulli de paramètre 0,8.

2. La loi Binomiale de paramètres n et p

Raisonnement
La répétition de n variables aléatoires indépendantes de Bernoulli de paramètre p

logique
donne une loi Binomiale de paramètres n (nombre de répétitions) et p (probabilité du
succès).
En notant X le nombre de succès :

n
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

X= Xi
i=1
Aptitudes
verbales

La probabilité d'avoir k succès est définie par :


   
n n n!
P(X = k) = pk (1 − p)n−k où =
k k k!(n − k)!

E(X ) = np V (X ) = np(1 − p) σ (X ) = np(1 − p)

Exemple
Tests blancs

En reprenant l'exemple précédent, Xi suit la loi de Bernoulli de paramètre 0,8.


Soit X = nombre d'étudiants ayant réussi l'examen parmi les 25 élèves du TD.

n

X = Xi
i=1

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 133


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 134

Les Xi étant indépendants, X suit la loi Binomiale de paramètres 25 et 0,8. X suit la loi
B(25 ; 0,8). La probabilité que k élèves réussissent l'examen parmi les 25 élèves est don-
née par :
   
25 25
P(X = k) = 0,8k (1 − 0,8)25−k = 0,8k (0,2)25−k
k k
Quelques données chiffrées...
La probabilité qu'aucun élève ne réussisse l'examen est :
 
25
P(X = 0) = 0,80 (0,2)25−0 = 1 × 1 × (0,2)25 = 0,225 ≈ 0
0
La probabilité qu'exactement un élève réussisse son examen est :
 
25
P(X = 1) = 0,81 (0,2)25−1 = 25 × 0,8 × (0,2)24 = 20 × 0,224 ≈0
1
La probabilité qu'au moins un élève ait son examen est :
P(X ≥ 1) = 1 – P(X < 1) = 1 – P(X = 0)

Or P(X = 0) = 0,225

P(X ≥ 1) = 1 − 0,225 ≈1−0=1


La probabilité qu'au plus un élève ait son examen est :

P(X ≤ 1) = P(X = 0) + P(X = 1) = 0,225 + 20 × 0,224 = 0,224 × (0,2 + 20) = 20,2


× 0,224 ≈ 0
La probabilité que tous les élèves aient leur examen est de :
 
25
P(X = 25) = 0,825 (0,2)25−25 = 1 × 0,825 × 1 = 0,825 ≈ 0,00378
25

3. Récapitulatif
Bernoulli de paramètre p
⇒

⇒

n répétitions indépendantes n répétitions non indépendantes


⇒
⇒

Binomiale de paramètres n et p Hypergéométrique de paramètres N, n et p

REMARQUE
La loi Hypergéométrique n'est seulement mentionnée ici pour souligner l'importance de
la différence entre l'indépendance et la dépendance des variables. Elle n'est pas au pro-
gramme de votre test !

À vous de jouer !
Question 1 : Dans une classe de 15 élèves, les notes sont les suivantes : 0, 0, 1, 2, 2, 5,
8, 8, 10, 10, 12, 12, 12, 15, 19. Quelle est la moyenne de ses notes ? Vous arrondirez au
centième de point près si besoin.
❒ A. 7,73 ❒ D. 11,31
❒ B. 8 ❒ E. 12
❒ C. 8,67

134 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 135

Question 2 : En reprenant les notes de l'exercice précédent, quelle est la médiane ?


❒ A. 7,73 ❒ D. 11,31
❒ B. 8 ❒ E. 12
❒ C. 8,67
Question 3 : Quelle est la médiane de la série de 10 notes suivantes : 4, 5, 6, 8, 9, 10, 11,
12, 13, 15 ?
❒ A. 9 ❒ D. 9,5
❒ B. 10 ❒ E. Aucune proposition ne convient
❒ C. 11
4
Question 4 : Dans la classe de Clément chaque élève a une probabilité de de passer dans
5
la classe supérieure. Quelle est la probabilité que tous les élèves soient admis à passer
sachant que la classe comprend 20 élèves ? On admet que les résultats des élèves sont indé-
pendants de l'un à l'autre.
 1 20 4
❒ A. ❒ D.
5 5
 2 20
❒ B. ❒ E. Aucune proposition ne convient
5
 4 20
❒ C.
5
Question 5 : En reprenant les données de l'énoncé précédent, quelle est la probabilité
qu'aucun élève ne soit admis dans la classe supérieure ?
 1 20

des problèmes
4
❒ A. ❒ D.

Résolution
5 5
 2 20
❒ B. ❒ E. Aucune proposition ne convient
5
 4 20
❒ C.
5

Raisonnement
Question 6 : En reprenant toujours les données de la question 4, quelle est la probabilité

logique
que Clément soit admis dans la classe supérieure ?
 1 20 4
❒ A. ❒ D.
5 5
 2 20
❒ B. ❒ E. Aucune proposition ne convient
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

5
 4 20
Aptitudes

❒ C.
verbales

5
Question 7 : En reprenant encore les données de la question 4, quelle est la probabilité
qu'exactement un élève soit admis dans la classe supérieure ?
 1 19 4
❒ A. 16 × ❒ D.
5 5
 2 20
Tests blancs

❒ B. ❒ E. Aucune proposition ne convient


5
 4 20
❒ C.
5

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 135


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 136

Question 8 : En reprenant encore et toujours les données de la question 4, quelle est la


probabilité qu'au moins un élève soit admis dans la classe supérieure ?
 1 20 4
❒ A. 1 − ❒ D.
5 5
 1 20
❒ B. ❒ E. Aucune proposition ne convient
5
 4 20
❒ C. 1 ×
5
Question 9 : En reprenant toujours et encore les données de la question 4, quelle est la
probabilité qu'au plus un élève soit admis dans la classe supérieure ?
 1 20 4
❒ A. ❒ D.
5 5
 1 19  1 18
❒ B. 16 × ❒ E. 121,6 ×
5 5
 1 19
❒ C. 16,2 ×
5
Question 10 : En reprenant encore, encore et toujours les données de la question 4, quel-
le est la probabilité qu'exactement deux élèves soient admis dans la classe supérieure ?
 1 20 4
❒ A. ❒ D.
5 5
 1 19  1 18
❒ B. 16 × ❒ E. 121,6 ×
5 5
 1 19
❒ C. 16,2 ×
5

Vérifiez vos résultats !


1. La moyenne est donnée par la somme de toutes les notes divisée par 15. Ainsi vous obte-
0 + 0 + 1 + 2 + 2 + 5 + 8 + 8 + 10 + 10 + 12 + 12 + 12 + 15 + 19 116
nez : m = = ≈ 7,73 en
15 15
arrondissant au centième de point près La bonne réponse est A.

2. Le nombre de notes étant un nombre impair (15), la médiane est la note du milieu une
fois celles-ci classées par ordre croissant. Ainsi Me = 8. La bonne réponse B.

ASTUCE
Pour déterminer la médiane, vous pouvez écrire les notes dans l'ordre croissant et
visualiser directement le résultat !
0 ; 0 ; 1 ; 2 ; 2 ; 5 ; 8 ; 8 ; 10 ; 10 ; 11 ; 12 ; 12 ; 15 ; 18



7 notes avant 7 notes après

médiane
Me = 8

3. Le nombre de notes étant un nombre pair (10), la médiane est la moyenne des deux
9 + 10 19
notes du milieu une fois celles-ci classées par ordre croissant. Ainsi Me = =
2 2
= 9,5. La bonne réponse D.

136 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 137

ASTUCE
Pour déterminer la médiane, vous pouvez écrire les notes dans l'ordre croissant et
visualiser directement le résultat !
4 ; 5 ; 6 ; 8 ; 9 ; 10 ; 11 ; 12 ; 13 ; 15



4 notes avant 4 notes après

médiane
9 + 10 19
Me = = = 9,5
2 2

4
4. La probabilité qu'un élève réussisse est de . Vous pouvez donc modéliser ce problème
5
4
par une loi de Bernoulli de paramètre . Comme la réussite de chaque élève est indé-
5
pendante de celle des autres, vous pouvez appliquer la loi Binomiale de paramètres 20 et
4
au problème. La probabilité que tous les élèves passent en classe supérieure est donc
5
la probabilité P(X = 20) où X est la variable aléatoire égale au nombre
4
d'élèves qui réussissent. X suit donc la loi Binomiale de paramètres 20 et . En appliquant
5
la formule de probabilité d'une loi Binomiale :
   4 20  4
20−20  4 20  4 20
20
P(X = 20) = 1− =1× ×1= ≈ 0,0115 .
20
5 5 5 5
La bonne réponse est C.

des problèmes
À RETENIR

Résolution
   
n 20
Un nombre élevé à la puissance 0 est égal à 1. = 1 donc = 1.
n 20

5. La probabilité qu'aucun élève ne soit admis à passer dans la classe supérieure est de :
   4 0  
4 20−0
 1 20  1 20
20
P(X = 0) = 1− =1×1× = ≈ 0.
0

Raisonnement
5 5 5 5
La bonne réponse est A.

logique
À RETENIR
   
n 20
= 1 donc =1
0 0
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

4
Aptitudes

6. La probabilité que Clément réussisse est de . Dans ce cas de figure, on ne tient pas
verbales

5
compte des autres élèves. La bonne réponse est D.

7. La probabilité qu'exactement un élève réussisse est de :


   4 1  4
20−1  4 20  1 19  1 19
20
P(X = 1) = 1− = 20 × × = 16 × ≈0.
1
5 5 5 5 5
Tests blancs

La bonne réponse est A.

À RETENIR
   
n 20
= 1 donc = 20
1 1

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 137


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 138

8. La probabilité qu'au moins un élève réussisse est de :


   4 0  4
20−0
20
P(X ≥ 1) = 1 − P(X < 1) = 1 − P(X = 0) = 1 − 1−
0
5 1 20 5
 1 20
=1−1×1× =1− ≈ 1 − 0 = 1.
5 5
La bonne réponse est A.

À RETENIR
P(au moins un) = 1 – P(aucun)

9. La probabilité qu'au plus un élève réussisse est de :


   4 0  4
20−0    4 1  4
20−1
20 20
P(X ≤ 1) = P(X = 0) + P(X = 1) = 1− + 1−
0 1
 1 20  1 19  1 19 51  5 1 19 1 5
80
  1 195 81
= + 16 × = × + 16 = × + = ×
5 5 5 5 5 5 5 5 5
 1 19
= 16,2 ×
5
La bonne réponse est C.

À RETENIR
P(au plus un) = P(aucun) + P(exactement un)

ASTUCE
 1 20 1
 1 19
= ×
5 5 5

10. La probabilité qu'exactement deux élèves réussissent est de :


4 2
  
4 20−2 20 × 19 16
 1 18 16 1
   18
20
P(X = 2) = 1− = × × = 190 × ×
2 5
38 × 5 × 16
 1 18 538 × 16 21 18 25
608
51 18 25
 1 185
= × = × = × = 121,6 ×
5×5 5 5 5 5 5 5
La bonne réponse est E.

À RETENIR
  n(n − 1)
  20 × 19
n 20
= donc = = 10 × 19 = 190
2 2 2 2

ASTUCE
• Pour effectuer le produit 38 × 16, vous pouvez remarquer que 38 = 40 – 2 et ainsi
38 × 16 = (40 – 2) × 16 = 40 × 16 – 2 × 16 = 640 - 32 = 608.
• Vous pouvez aussi utiliser le fait que 16 = 24 et que multiplier un nombre par 16
revient donc à le multiplier par 2 à 4 reprises, ainsi vous obtenez : 38 × 16 = 38 ×
2 × 2 × 2 × 2 = 76 × 2 × 2 × 2 = 152 × 2 × 2 = 304 × 2 = 608.

138 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 139

Dénombrement 20
1. Les différentes situations
a. Tirages avec remise
Un tirage avec remise consiste à choisir un élément (une carte, une boule, etc.) en le
remettant ensuite dans l'ensemble contenant tous les éléments (un jeu de cartes ou
une urne par exemple). Puis de re-choisir un élément en le remettant dans l'ensemble
de tous les éléments, et ainsi de suite.
Il y a np manières de choisir avec remise p éléments parmi n.

Exemples
• Il y a 105 = 100 000 façons de choisir un code à cinq chiffres où les mêmes chiffres peu-
vent apparaître plusieurs fois (il y a 10 chiffres de 0 à 9).
• Il y a 52 manières de tirer deux boules avec remise dans une urne qui en contient 5.
• Il y a 42 = 16 possibilités de tirer deux as avec remise dans un jeu de 32 ou 52 cartes
(il a 4 as dans un jeu de 32 ou de 52 cartes).

des problèmes
Résolution
REMARQUE
Remise implique qu’il y a forcément indépendance entre les tirages.

b. Tirages sans remise


Un tirage sans remise consiste à choisir un élément (une carte, une boule, etc.) sans

Raisonnement
le remettre dans l'ensemble contenant tous les éléments (un jeu de carte ou une urne,

logique
etc.). Puis de re-choisir un élément parmi les éléments restants dans l'ensemble les
contenant, et ainsi de suite.

Tirages où l'ordre intervient


© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

n!
Il y a Apn = manières de choisir p éléments parmi n successivement et sans
(n − p)!
Aptitudes
verbales

remise.

Apn = n!
est appelé arrangement de p éléments parmi n.
(n − p)!

Exemples
10! 10! 10 × 9 × 8 × 7 × 6 × 5!
= 10 × 9 × 8 × 7 × 6 = 30 240
Tests blancs

• Il y a A510 = = =
(10 − 5)! 5! 5!
façons de choisir un code à cinq chiffres où les chiffres sont obligatoirement différents.
5! 5! 5 × 4 × 3 × 2!
• Il y a A25 = = = = 5 × 4 × 3 = 60 manières de tirer deux jetons
(5 − 2)! 2! 2!
successivement et sans remise dans un sac qui en contient 5 différents.

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 139


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 140

3! 3! 3 × 2!
• Il y a A23 = = 3 possibilités de successivement et sans remise pio-
= =
(3 − 2)! 2! 2!
cher deux lettres parmi trois différentes.

Tirage où l'ordre n'intervient pas


 
n n!
Il y a = manières de piocher simultanément p éléments parmi n.
p p! × (n − p)!
 
n n!
= est appelé combinaison de p éléments parmi n.
p p! × (n − p)!
REMARQUE
 
n
peut-être également noté Cnp
p

À RETENIR
Des tirages sont simultanés sont des tirages réalisés en même temps.

REMARQUE
Sans remise implique qu’il y a dépendance entre les tirages.

À RETENIR
  n!
n
= pour p ≤ n
p p! × (n − p)!
 
n
= 0 pour p > n
p
Quelques valeurs :
   
n n
= =1
0 n
   
n n
= =n
1 n−1
    n(n − 1)
n n
= =
2 n−2 2

Exemples
  10! 10! 10 × 9 × 8 × 7 × 6 × 5! 10 × 9 × 8 × 7 × 6
10
• Il y a = = = =
5! × (10 − 5)!
5 5! × 5! 5 × 4 × 3 × 2 × 1 × 5! 5×4×3×2×1
= 2 × 9 × 2 × 7 = 4 × 63 = 252 manières de piocher simultanément 5 jetons dans un sac
en contenant 10 différents.
  5! 5! 5 × 4 × 3! 5×4 20
5
• Il y a = = = = = = 10 possibilités de pio-
2 2! × (5 − 2)! 2! × 3! 2 × 1 × 3! 2×1 2
cher simultanément 2 cartes dans un jeu en contenant 5 différentes.
  3! 3! 3 × 2! 3
3
• Il y a = = = = = 3 façons de piocher simultanément 2
2 2! × (3 − 2)! 2! × 1! 2! × 1 1
lettres dans un sac en contenant 3 différentes.

140 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 141

REMARQUE
Un jeu de 32 cartes comprend 8 hauteurs : 7, 8, 9, 10, Valet, Dame, Roi et As et 4 cou-
leurs : pic, carreau, trèfle et cœur.
Un jeu de 52 cartes comprend 13 hauteurs : 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, Valet, Dame, Roi
et As et 4 couleurs : pic, carreau, trèfle et cœur.

2. Le point sur les anagrammes (permutations)


a. Qu'est-ce qu'une anagramme ?
L'anagramme d'un mot est un autre mot composé du même nombre de lettres et des
mêmes lettres que le mot considéré.

Exemple
AMI est une anagramme de MAI. il est composé des mêmes lettres dans un ordre diffé-
rent.

AT T E N T I O N
Le mot anagramme est féminin !

b. Cas où les lettres sont toutes différentes


Un mot de n lettres différentes possède n! = n × (n – 1) × (n – 2) × ... × 2 × 1 ana-
grammes.

des problèmes
Résolution
Exemples
• Le mot UN a deux lettres différentes, donc 2! = 2 anagrammes. Il est aisé de les obte-
nir sans calcul : UN et NU.
• Le mot MAI a trois lettres distinctes, il a donc 3! = 6 anagrammes. Il est encore possi-
ble de les obtenir sans calcul : MAI, MIA, AMI, AIM, IAM et IMA.

Raisonnement
• Le mot MATHS a cinq lettres distinctes, il a donc 5! = 120 anagrammes. Il est déjà plus

logique
difficile d'obtenir ce nombre en écrivant toutes les possibilités !

c. Cas où les lettres ne sont pas forcément différentes


© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Un mot de n lettres, n entier naturel, avec k exemplaires d'une lettre et les autres let-
n!
tres toutes différentes possède anagrammes (k et n sont des entiers naturels tels
Aptitudes
verbales

k!
que k ≤ n).
Un mot de n lettres, n entier naturel, composé de k exemplaires d'une lettre, de
n!
l exemplaires d'une autre lettre et les autres lettres toutes différentes possède
k! × l!
anagrammes (k ≤ n et l ≤ n).
Tests blancs

Et ainsi de suite...
Un mot de n lettres, n entier naturel, composé de n1 exemplaires d’une lettre, n2 exem-
n!
plaires d’une autre … et nn exemplaires encore d’une autre possède
n1 ! × n2 ! × ... × nn !
anagrammes (avec ni < n, i ∈ {1 ; 2; ... ; n}).

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 141


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 142

Exemples
• Le mot THEATRE est composé de 7 lettres dont 2 exemplaires de la lettre T et 2 exem-
7! 5 040
plaires de la lettre E. Il a donc = = 1 260 anagrammes.
2! × 2! 4
• Le mot ANAGRAMMES est composé de 10 lettres dont 3 A et 2 M.
10! 3 628 800
Il a donc = = 302 400 anagrammes.
3! × 2! 6×2
• Le mot AHAHAH est composé de 6 lettres dont 3 A et 3 H.
6! 720
Il a donc = = 20 anagrammes.
3! × 3! 36
• Le mot ABBCCCDDDD est composé de 10 lettres dont 1 A, 2 B, 3 C et 4 D.
10! 3 628 800 3 628 800
Il a donc = = = 12 600 anagrammes.
2! × 3! × 4! 2 × 6 × 24 288

3. Récapitulatif tirage de p éléments parmi n


Tirages Avec remise Sans remise
  n!
n
simultanés (sans ordre) hors programme =
p p! × (n − p)!

n!
successifs (avec ordre) np Apn =
(n − p)!

À vous de jouer !
Répondez aux questions le plus rapidement possible !
Question 1 : Combien le mot AAAAAAAAAA a-t-il d'anagrammes ?
❒ A. 10! ❒ D. 1
❒ B. 100 ❒ E. 0
❒ C. 10
Question 2 : Combien le mot ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ a-t-il d'anagrammes ?
❒ A. 2626 ❒ D. 26
❒ B. 26! ❒ E. 1
❒ C. 262
Question 3 : Combien y a-t-il de possibilités pour Margot de tirer 4 chiffres ou nombres en
piochant successivement et sans remise 4 cartes dans un jeu de 32 cartes ? L'as est consi-
déré comme un chiffre.
❒ A. 116 280 ❒ D. 512
❒ B. 204 ❒ E. 80
❒ C. 256
Question 4 : Combien y a-t-il de possibilités pour Fanny de piocher deux cartes de la même
couleur (pic, trèfle, carreau ou cœur) avec remise dans un jeu de 32 cartes ?
❒ A. 12 ❒ D. 64
❒ B. 28 ❒ E. 96
❒ C. 32

142 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 143

Question 5 : Manon pioche successivement et avec remise 3 boules dans une urne en
contenant 3 numérotées 1, 2 et 3. Quelle est la probabilité que Manon obtienne les boules
dans l'ordre 1, 2, 3 ?
1 1
❒ A. ❒ D.
6 9
1 1
❒ B. ❒ E.
3 2
1
❒ C.
27
Question 6 : En reprenant l'énoncé précédent, quelle est la probabilité que Manon obtien-
ne 3 boules dans l'ordre 1, 2, 3 si les tirages se font successivement et sans remise ?
1 1
❒ A. ❒ D.
27 6
5 1
❒ B. ❒ E.
12 2
1
❒ C.
9
Question 7 : 10 personnes entrent en réunion. Combien y a-t-il de poignées de mains pos-
sibles ?
❒ A. 45 ❒ D. 18
❒ B. 12 ❒ E. 9
❒ C. 90

des problèmes
Question 8 : Combien y a-t-il de possibilités pour que 3 chevaux parmi 12 arrivent dans un

Résolution
ordre précis à une course hippique ?
❒ A. 12 ❒ D. 1 728
❒ B. 360 ❒ E. 2 736
❒ C. 1 320
Question 9 : Combien y a-t-il de possibilités de choisir 5 chiffres qui ne sont pas forcément
différents ?

Raisonnement
❒ A. 100 000 ❒ D. 1 000

logique
❒ B. 10 000 ❒ E. Une infinité
❒ C. 510
Question 10 : Combien y a-t-il de possibilités de codes de verrouillage comprenant 4 chif-
fres d'un téléphone portable ? Ce code peut contenir des chiffres qui se répètent.
❒ A. 410 ❒ D. 10 000
Aptitudes

❒ B. 1 024 ❒ E. 40 000
verbales

❒ C. 4 000

Vérifiez vos résultats !


1. Le mot AAAAAAAAAA comporte 10 lettres dont 10 exemplaires de la lettre A. Ainsi son
Tests blancs

10!
nombre d'anagrammes est de = 1. La bonne réponse est D.
10!

À RETENIR
Un mot composé de n (n ∈ N) lettres identiques n'a qu'une seule anagramme.

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 143


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 144

2. Le mot ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ est composé de 26 lettres différentes. Il a


donc 26! anagrammes. La bonne réponse est B.

À RETENIR
Un mot composé de n (n entier naturel) lettres différentes a n! anagrammes.

3. Un jeu de 32 cartes comprend 5 chiffres ou nombres par couleur à savoir : 7, 8, 9, 10,


et as. Soit en tout 4 × 5 = 20 chiffres ou nombres dans un jeu de 32 cartes. Ainsi comme
les tirages se font de manière successive et sans remise, pour la première carte Margot
a 20 possibilités, pour la deuxième 19 possibilités, pour la troisième 18 possibilités et pour
la dernière 17 possibilités. Ainsi le nombre de possibilités de tirer simultanément 4 cartes
qui soient des chiffres ou des nombres est de 20 × 19 × 18 × 17 = 116 280. La bonne
réponse est A.
ASTUCE
20 × 19 × 18 × 17 = 20 × (18 + 1) × 18 × (18 – 1) = 20 × 18 × (18 + 1) ×
(18 – 1) = 20 × (20 – 2) × (18 + 1) × (18 – 1) = (20 × 20 – 20 × 2) × (182 – 12)
= (400 – 40) × (324 – 1) = 400 × 324 – 400 × 1 – 40 × 324 + 40 × 1 = 129 600
– 400 – 12 960 + 40 = 129 200 – 12 920 = 116 280

4. Un jeu de 32 cartes comprend 8 cartes par couleur : 8 pics, 8 carreaux, 8 trèfles et 8


cœurs. Fanny a donc 4 possibilités pour la première carte (choix de la couleur pic, car-
reau, trèfle ou cœur) et 8 possibilités pour la seconde (une carte qui soit de la même la
couleur que la première). Fanny a donc 4 × 8 = 32 possibilités de tirer 2 cartes de la
même couleur. La bonne réponse est C.
REMARQUE
Le fait que les tirages se fassent avec remise implique 8 possibilités pour la seconde
carte et non 7 (cas où ils seraient successifs et sans remise).

5. La probabilité que Manon obtienne les boules dans l'ordre 1, 2, 3 en effectuant


des tirages avec remise est de P(1 en premier, 2 en deuxième et 3 en troisième)
1 1 1 1
= × × = . Les tirages se font avec remise, c'est pourquoi elle a trois possibilités
3 3 3 27
à chaque fois. La bonne réponse est C.

REMARQUE
Si l'ordre n'avait pas été pris en compte, vous auriez dû multiplier le dernier résultat par
3! = 6. En effet, il y a 6 possibilités d'obtenir les boules numérotées 1, 2 et 3 : 1, 2, 3
ou 1, 3, 2 ou 2, 1, 3 ou 2, 3, 1 ou 3, 1, 2 ou 3, 2, 1. Ainsi la probabilité aurait été de
1 1 1 1 3×2 2
3! × × × = 6 × = =
3 3 3 27 3×9 9

6. La probabilité que Manon obtienne les boules dans l'ordre 1, 2, 3 en effectuant


es tirages sans remise est de P(1 en premier, 2 en deuxième et 3 en troisième)
1 1 1 1
= × × = . Les tirages sont effectués sans remise, c'est pourquoi, elle a 3 possibi-
3 2 1 6
lités au premier tirage, puis 3 – 1 = 2 possibilités au deuxième et enfin 2 – 1 au troisiè-
me. La bonne réponse est D.
  10! 10! 10 × 9 × 8! 10 × 9
10
7. Il y a = = = = = 45 poignées de mains
2 2! × (10 − 2)! 2! × 8! 2 × 8! 2
possibles. La bonne réponse est A.

144 Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités]


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 145

À RETENIR
  n(n − 1)
  10 × (10 − 1) 10 × 9 90
n 10
= donc = = = = 45
2 2 2 2 2 2

12! 12! 12 × 11 × 10 × 9!
8. Il y a A312 = = = = 12 × 11 × 10 = 132 × 10 = 1 320 possibi-
(12 − 3)! 9! 9!
lités pour que 3 parmi 12 chevaux arrivent dans un ordre précis à une course hippique.
La bonne réponse est C.

ASTUCE
12 × 11 × 10 = 12 × (10 + 1) × 10 = (12 × 10 + 12 × 1) × 10 = (120 + 12) × 10
= 132 × 10 = 1 320

9. Le nombre de possibilités de choisir 5 chiffres (pas forcément différents) parmi les 10 (il
y a 10 chiffres) est de 10 pour le premier, 10 pour le deuxième, 10 pour le troisième, 10
pour le quatrième et 10 pour le cinquième. Le nombre de possibilités ne change pas au
cours des tirages car ils se font avec remise. Ainsi le nombre total de possibilités de choi-
sir 5 chiffres qui ne sont pas obligatoirement différents est de 105 = 10 × 10 × 10 × 10
× 10 = 100 000. La bonne réponse est A.
À RETENIR
Il y a 10 chiffres : 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9.
Il y a une infinité de nombres formés à partir de chiffres.

10. Le code de verrouillage d'un téléphone portable a 104 = 10 000 possibilités de combi-
naisons lorsque les mêmes chiffres peuvent apparaître. En effet il y a 10 possibilités pour

des problèmes
le premier chiffre, 10 pour le deuxième, 10 pour le troisième et 10 pour le quatrième.

Résolution
Le fait que les chiffres puissent se répéter revient à un calcul de tirage avec remise. La
bonne réponse est D.

REMARQUE
Si les chiffres du code avaient dû être tous différents, le nombre de possibilités aurait
été de 10 × 9 × 8 × 7 = 5 040 (tirages successifs et sans remise).

Raisonnement
logique
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales
Tests blancs

Résolution des problèmes [Statistiques et probabilités] 145


9782100759620-Spel-P1SP8.qxd 22/11/16 9:50 Page 146
9782100759620-Spel-part2.qxd 27/10/16 11:48 Page 147

Partie

Raisonnement
logique
9782100759620-Spel-part2.qxd 27/10/16 11:48 Page 148
9782100759620-Spel-spart2.1.qxd 14/11/16 11:22 Page 149

Présentation
et méthodologie
des épreuves

Sous-partie
1. L’épreuve de logique . . . . . . . . . . . . . .150
2. L’épreuve de raisonnement/argumentation 152
9782100759620-Spel-P2SP1.qxd 22/11/16 9:51 Page 150

1 L’épreuve de la logique

L’épreuve de raisonnement logique comprend deux parties : une partie logique (sous-
test 6) et une partie raisonnement / argumentation (sous-test 3).
La partie logique constitue un nouveau type d’exercice pour vous. Il s’agit de complé-
ter des séries logiques :
• de lettres,
• de chiffres,
• de figures géométriques.
Cet exercice est relativement difficile et nécessite un entraînement
La partie logique se divise en trois parties et le temps imparti est de 20 minutes :
• Séries de lettres : 5 énoncés consistant à compléter une série croisée de lettres
obéissant à une certaine logique.
• Séries de nombres : 5 exercices consistant à compléter une série croisée de nom-
bres ayant une logique commune
• Suite logique de symboles : 5 problèmes se présentant sous la forme de suite de
symboles à compléter.
Quelques conseils par parties :

Partie Conseils

Séries de lettres Entraînez-vous ! Cela vous permettra de détecter la logique


rencontrée plus rapidement.

Séries de nombres Entraînez-vous ! Faites un maximum d’exercices afin de maîtriser


les différents raisonnements. Réviser en particulier les divisibilités
par 2, par 3, par 5, etc. Apprenez également les vingt premiers car-
rés et vingt premiers cubes, les différentes tables de multiplications
(notamment celles de 11 et 12).
Symboles Entraînez-vous ! Vous devez repérer la logique des symboles le plus
rapidement possible. Ces séries font intervenir des rotations, des
symétries, des altérations de contrastes, mais aussi des logiques de
lettres, de nombres, etc.

Exemples
• Série de lettres
AFG
PUV
AZM WAF ? TMW AZE
JRS
OEF
A. HLM
B. ZMN
C. AAE
D. ABC
E. POP
Bonne réponse B.

150 Raisonnement logique [Présentation et méthodologie des épreuves]


9782100759620-Spel-P2SP1.qxd 22/11/16 9:51 Page 151

La somme des barres des lettres des groupes de la série horizontale est égale à 10. Les
deux dernières lettres des termes de la série verticale sont consécutives. Seul le groupe
ZMN convient. En effet, le nombre de barres de ce terme est égal à 3 (Z) + 4 (M) + 3 (N)
= 10 et ses deux dernières lettres sont consécutives (N suit M dans l’alphabet).
• Série de nombres
125
343
121 256 ? 625 196
512
1 331
A. 289
B. 361
C. 64
D. 243
E. 324
Bonne réponse C.
La série horizontale ne comprend que des carrés parfaits (121 = 112, 256 = 162, 625 =
252 et 196 = 142). La série verticale n’est composée que de cubes parfaits (125 = 53,
343 = 73, 512 = 83 et 1 331 = 113). Vous devez retenir un nombre qui soit à la fois un
carré et un cube. Ainsi seul 64 convient. En effet, 64 = 82 = 43.
• Série de symboles

des problèmes
Résolution
A. 289
B. 16

Raisonnement
C. 64

logique
D. 243
E. 324
Bonne réponse B.
Vous remarquez que le nombre situé à l’intérieur de chaque figure est égal à son nombre
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

de côtés élevé au carré. Ainsi seul 16 convient. En effet, un carré a quatre côtés et
42 = 16.
Aptitudes
verbales
Tests blancs

Raisonnement logique [Présentation et méthodologie des épreuves] 151


9782100759620-Spel-P2SP1.qxd 22/11/16 9:51 Page 152

L'épreuve de raisonnement /
2 argumentation

L'épreuve de raisonnement / argumentation est composée de 15 questions à 5 choix


possibles dont un seul est correct. Le temps imparti est de 20 minutes.
Il s'agit d'un exercice plus littéraire qui consiste à lire un texte de quelques lignes et à
répondre à une question le concernant. Les textes peuvent varier d'un passage litté-
raire, philosophique ou économique à un court proverbe. Vous pouvez également ren-
contrer des problèmes de logique rappelant le raisonnement probabiliste des mathé-
matiques.
Quelques conseils :
• Lisez quelques passages de la littérature classique et contemporaine. Entraînez-
vous à restituer les idées principales d'un extrait. Vous devez être capable d'en
dégager la logique et la problématique en un minimum de temps.
• Revoyez les chapitres portant sur les probabilités et le dénombrement en mathé-
matiques, notamment traités dans cet ouvrage.
• L'erreur majeure à éviter est le hors sujet. Méfiez-vous également des contresens.
Ne vous précipitez pas ! Même si vous devez répondre très rapidement, prenez le
temps de relire l'extrait au moins une fois et vérifiez vos réponses !
• Un dernier conseil : entraînez-vous avec les tests blancs de cet ouvrage !

Exemples
• Extrait littéraire
Le texte suivant est extrait du célèbre roman Le Rouge et le noir de Stendhal. Julien Sorel,
héros du roman, s'est juré de prendre la main de Mme de Rênal (mère des enfants dont
il est le précepteur) ce soir même et est pris d'une angoisse folle face à ce défi. Il se dit
alors :
« Au moment précis où dix heures sonneront, j'exécuterai ce que, pendant toute la jour-
née, je me suis promis de faire ce soir, ou je monterai chez moi me brûler la cervelle. ».
Stendhal, Le Rouge et le noir, 1830
Ce que Julien Sorel, héros du roman se dit peut être reformulé par :
A. Julien se brûlera vraiment la cervelle s'il ne prend pas la main de Mme de Rênal.
B. Julien s'en voudra moralement beaucoup s'il ne prend pas la main de Mme de Rênal.
C. Julien prendra la main de Mme de Rênal.
D. Julien ne prendra pas la main de Mme de Rênal.
E. Julien se brûlera la cervelle avant de prendre la main de Mme de Rênal.
Bonne réponse B.
Julien se brûlera la cervelle, signifie qu'il aura des remords énormes s'il ne prend pas la
main de Mme de Rênal. Ce texte est donc écrit au sens figuré (par opposition au sens pro-
pre).

• Argument déduit à partir d'une citation


Que pouvez-vous déduire de la citation suivante ?
« Ce n'est pas un ami que l'ami de tout le monde. » Aristote

152 Raisonnement logique [Présentation et méthodologie des épreuves]


9782100759620-Spel-P2SP1.qxd 22/11/16 9:51 Page 153

A. L'amitié ne compte pas.


B. Un ami n'est pas toujours un ami.
C. L'amitié se voit à travers le nombre de ses amis.
D. On ne peut pas être ami avec tout le monde.
E. Un ami n'est pas toujours fiable.
Bonne réponse D.
Vous pouvez déduire de la citation d'Aristote que l'on ne peut pas être ami avec tout le
monde.

• Argument qui ne va pas dans le sens d'une citation


Quel élément ne va pas dans le sens de la citation suivante ?
« La mélancolie c'est le bonheur d'être triste. » Victor Hugo
A. Le chagrin peut procurer une certaine satisfaction.
B. Il existe un certain bonheur dans la souffrance.
C. Il est possible de trouver une certaine satisfaction dans la tristesse.
D. On peut se retrouver dans la mélancolie.
E. La mélancolie est source de joie.
Bonne réponse E.
La proposition qui s'éloigne le plus de celle de Victor Hugo est celle qui affirme que la
mélancolie est source de joie. Le terme joie est trop fort et donc pas approprié.

• Logique combinatoire
Stéphane dispose d'une trousse avec au moins 20 stylos qui sont de couleur bleue, rouge,
jaune, verte, noire, orange ou rose. Combien doit-il en piocher au minimum pour être sûr

des problèmes
d'en avoir deux de la même couleur ?

Résolution
A. 7
B. 8
C. 9
D. 20
E. 21

Raisonnement
Bonne réponse B.

logique
Il y a sept possibilités de couleurs pour un stylo : bleu, rouge, jaune, vert, noir, orange ou
rose. Ainsi pour être sûr d'en avoir deux de la même couleur, Stéphane doit en piocher au
moins 8. En effet, s'il en pioche sept de couleur différente, le huitième sera forcément de
la même couleur que l'un des sept piochés avant.
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales
Tests blancs

Raisonnement logique [Présentation et méthodologie des épreuves] 153


9782100759620-Spel-spart2.2.qxd 14/11/16 11:26 Page 154

Logique
Sous-partie

3. Les séries de lettres . . . . . . . . . . . . . .155


4. Les séries de chiffres et de nombres . . .162
5. Logique spatiale : séries de symboles . . .170
9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 155

Les séries de lettres 3

1. Propriétés des lettres


a. Le rang des lettres
• Rang dans l'ordre croissant de l'alphabet

A B C D E F G H I J K L M

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

N O P Q R S T U V W X Y Z

14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

• Rang dans l'ordre décroissant de l'alphabet

Z Y X W V U T S R Q P O N

des problèmes
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

Résolution
M L K J I H G F E D C B A

14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

• Rang des voyelles dans l'ordre croissant/décroissant

Raisonnement
A E I O U Y Y U O I E A

logique
1 2 3 4 5 6 1 2 3 4 5 6

• Rangs de lettres particuliers


© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Lettres

Carrés A, D, I, P et Y
Aptitudes
verbales

Cubes A et H

b. Le nombre de barres composant les lettres


Lettres
Tests blancs

1 barre I

2 barres L, V, X

3 barres A, F, H, K, N, Y, Z

4 barres E, M, W

Raisonnement logique [Logique] 155


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 156

c. Les différentes logiques


Type de série Définition Exemples

Les suites croissantes Les lettres sont classées par •G–H–I–J–K


de lettres ordre croissant de leur rang Il s'agit d'une suite crois-
dans l'alphabet. sante avec des lettres qui
Il peut y avoir un, ou deux, augmentent d'un rang à
ou trois, ou plusieurs rangs chaque étape.
entre deux lettres consécu- •K–M–O–Q–S
tives. Il s'agit d'une suite crois-
Il peut également s'agir de sante avec des lettres qui
suites où l'espace entre les augmentent de deux
lettres est croissant et non rangs à chaque étape.
fixe. •C–D–F–I–M
Dans ce cas les lettres
augmentent d'un rang,
puis de deux rangs, puis
de trois rangs, etc.

Les suites décroissantes Les lettres sont classées par •Z–Y–X–W–V


de lettres ordre décroissant de leur Il s'agit d'une suite
rang dans l'alphabet. décroissante avec des let-
Il peut y avoir un, ou deux, tres qui reculent d'un
ou trois, ou plusieurs rangs rang à chaque étape.
entre deux lettres consécu- •K–I–G–E–C
tives. Il s'agit d'une suite
Il peut également s'agir de décroissante avec des let-
suites où l'espace entre les tres qui reculent de deux
lettres est décroissant et rangs à chaque étape.
non fixe. •C–B–Z–W–S
Dans ce cas les lettres
reculent d'un rang, puis
de deux rangs, puis de
trois rangs, etc.

Les suites alternées Vous devez considérer les A–R–B–T–C–V–D


de lettres lettres de manière alternati- Les lettres de rangs impairs
ve. Les lettres de rang augmentent d'un rang à
impair obéissent à une cer- partir de A : A, B, C, etc.
taine logique et les lettres Les lettres de rangs pairs
de rang pair suivent une augmentent de deux rangs
autre logique. à partir de R : R, T, etc.

L'effet miroir Les lettres se suivent sui- A–Z–B–Y–C–W


vant une logique de miroir. Les lettres se correspon-
Le A correspond au Z, le B dent en considérant alter-
au Y, etc. nativement l'alphabet à
l'endroit et à l'envers.

156 Raisonnement logique [Logique]


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 157

2. Les séries croisées de lettres


Ces séries sont composées d'une suite horizontale constituée de groupes de trois lett-
res répondant à une même logique et d'une série verticale constituée de groupes de
trois lettres répondant à une autre même logique.

Type de série de lettres Définitions Exemples

Les répétitions Les groupes sont composés • WAD – ZAG– BAT - YAR
de lettres d'une même lettre qui occu- Les groupes contiennent
pe une place identique ou tous la lettre A au milieu.
différente. • WZD – DWS – QNW - WXS
Il peut également s'agir Le W est à la 1re place,
d'un groupe avec 2 lettres puis à la deuxième etc.
qui se répètent. • AUE – AUT – AUY – AUR
Vous pouvez également Le groupe AU apparait au
rencontrer des groupes de début de chaque groupe.
lettres identiques (ce der- • BBB – YYY – TTT – RRR
nier cas est cependant très Les groupes sont compo-
rare) sés des mêmes lettres.

Les lettres Au sein Les groupes sont composés ABG – YZR – TUF – LMP
consécutives du groupe de deux ou trois lettres Les deux premières lettres
consécutives. de chaque groupe sont
consécutives.

des problèmes
D'un Les groupes peuvent avoir AER – BGH – CFY – DRT

Résolution
groupe une ou plusieurs lettres qui La première lettre de
à l'autre se suivent d'un groupe à chaque groupe augmente
l'autre. d'un rang de l'un à l'autre.

Les lettres Au sein Les groupes sont composés AZG – YXR – TSF – LKP
qui se du groupe de deux ou trois lettres qui La deuxième lettre de
suivent se suivent dans le sens chaque groupe recule d'un

Raisonnement
dans le sens inverse de l'alphabet. rang par rapport à la pre-

logique
inverse de mière.
l'alphabet
D'un Les groupes peuvent avoir ZER – YGH – XFY – WRT
groupe une ou plusieurs lettres qui La première lettre de
à l'autre se suivent dans le sens chaque groupe recule d'un
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

inverse de l'alphabet d'un rang d'un groupe à l'autre.


groupe à l'autre.
Aptitudes
verbales

Écarts entre Au sein Les lettres de chaque grou- • ACE – GIK – MOQ – ZBD
les lettres du groupe pe se suivent dans le sens Il y a un écart de deux
de l'alphabet ou dans le rangs entre les lettres de
sens inverse de l'alphabet chaque groupe.
avec un écart qui croit ou • AYX – HFE – OML – LJI
décroît. La deuxième lettre se
Tests blancs

Cet écart peut augmenter situe deux rangs avant la


ou diminuer au cours de la première et la troisième
série. précède la deuxième dans
l'alphabet.

Raisonnement logique [Logique] 157


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 158

Type de série de lettres Définitions Exemples

D'un Une ou plusieurs lettre(s) se • AER – DYU – GJK – JYT


groupe suit (suivent) dans le sens La première lettre de
à l'autre de l'alphabet ou dans le chaque groupe augmente
sens inverse de l'alphabet de trois rangs d'un groupe
d'un groupe à l'autre. à l'autre.
Cet écart peut augmenter • PFG – NPL – LJH – JPY
ou diminuer au cours de la La première lettre recule
série. de deux rangs d'un grou-
pe à l'autre.
• AER – BGH – DRT – GHU
La première lettre aug-
mente d'un rang, puis de
deux, puis de trois d'un
groupe à l'autre.

Voyelles et consonnes Une ou plusieurs voyelle(s) • ART – TER – HJI – ERT


respectivement une ou plu- Une voyelle occupe la
sieurs consonne(s) occu- première, puis la deuxiè-
pe(nt) une certaine place me puis la troisième place
dans le groupe. Cette place et ainsi de suite.
peut être fixe ou variable. • WAE – HUI – KOI – POI
La première lettre est
toujours une consonne et
les deux dernières sont
des voyelles.

Valeur associée au rang Chaque lettre est associée à • BCE – AAH – ABG – BDD
de chaque lettre un chiffre ou un nombre La somme des rangs des
dans l'alphabet selon son rang dans l'alpha- lettres composant chaque
bet. Le A a un score de 1 groupe est égale à 10. En
point, le B de 2 points, le C effet :
de 3 points, etc. BCE = 2 + 3 + 5 = 10
AAH = 1 + 1 + 8 = 10
ABG = 1 + 2 + 7 = 10
BDD = 2 + 4 + 4 = 10
• CAB – LDP – PIC – APE –
ZYT
Le rang de la lettre du
milieu de chaque groupe
est un carré parfait :
rang(A) = 1 = 12, rang(D)
= 4 = 22, rang(I) = 9 =
32 et rang(P) = 16 = 42 et
rang(Y) = 25 = 52

158 Raisonnement logique [Logique]


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 159

Type de série de lettres Définitions Exemples

Nombres de barres Certaines lettres sont com- FHW – AFW – EEL – KNM
posées de barres : La somme des barres des
lettres composant chaque
Lettres groupe est égale à 10. En
effet :
1 barre I
FHW = 3 + 3 + 4 = 10
2 barres L, V, X AFW = 3 + 3 + 4 = 10
EEL = 4 + 4 + 2 = 10
3 barres A, F, H, K, N, Y, Z
KNM = 3 + 3 + 4 = 10
4 barres E, M, W

Symétrie ou miroir Il existe une symétrie axia- AER – HGF – AEA – FGH –
le entre les groupes de la REA
série. Il s'agit d'un effet Les groupes sont symé-
miroir. triques par rapport à la let-
tre E du groupe du milieu.

Exercice 1
Répondez aux questions le plus rapidement possible.
Question 1 : Complétez la série suivante : A – B – D – G – ?
❒ A. I ❒ D. L
❒ B. J ❒ E. M

des problèmes
❒ C. K

Résolution
Question 2 : Complétez la série suivante : A – D – I – P – ?
❒ A. Y ❒ D. M
❒ B. R ❒ E. E
❒ C. S
Question 3 : Complétez la série suivante : Z – W – T – Q – ?

Raisonnement
❒ A. M ❒ D. P

logique
❒ B. N ❒ E. R
❒ C. O
Question 4 : Complétez la série suivante : A – E – ? – O – U – Y
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

❒ A. L ❒ D. I
❒ B. K ❒ E. H
Aptitudes
verbales

❒ C. J
Question 5 : Complétez la série suivante : A – I – B – H – ?
❒ A. C ❒ D. J
❒ B. G ❒ E. L
❒ C. I
Tests blancs

Corrigé 1
1. Les lettres composant la série augmentent d'un rang puis de deux rangs, puis de trois
rangs puis de quatre rangs. La lettre cherchée se situe donc quatre rangs plus loin que
G. Soit K. La bonne réponse est C.

Raisonnement logique [Logique] 159


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 160

2. Le rang des lettres correspond à un carré parfait. La lettre cherchée est donc celle dont
le rang est 52 = 25. Soit Y. La bonne réponse est A.
3. Les lettres composant la série reculent de trois rangs à chaque étape. Ainsi la lettre cher-
chée se situe trois rangs avant Q. Soit N. La bonne réponse est B.
4. La série est une suite croissante de toutes les voyelles : A, E, I, O, U et Y. La voyelle man-
quante est I. La bonne réponse est D.
5. La série comprend deux logiques alternées. Les lettres de rangs impairs augmentent d'un
rang à chaque étape : A, B, C etc. Les lettres de rangs pairs reculent d'un rang à chaque
étape : I, H, G, etc. La lettre cherchée est donc la lettre qui suit B dans l'alphabet. Soit
C. La bonne réponse est A.

Exercice 2
Répondez aux questions le plus rapidement possible.
Question 1 : Complétez la série :
AYA ❒ A. XAX
EBE ❒ B. EFT
ABC DEF ? FED CBA ❒ C. FEE
NZN ❒ D. ELF
IZI ❒ E. KLM
Question 2 : Complétez la série :
KOO ❒ A. GHI
KII ❒ B. FAA
ABE BCC ? ACD EAB ❒ C. HII
REE ❒ D. KLL
MII ❒ E. ABB
Question 3 : Complétez la série :
KOP ❒ A. CBA
UKL ❒ B. GHK
ABC HIT ? LMP GHT ❒ C. YZB
TRS ❒ D. HIJ
ZBC ❒ E. CAB
Question 4 : Complétez la série :
TLM ❒ A. AAA
HZN ❒ B. YTH
AZM MML ? WWX MYF ❒ C. HWZ
MWZ ❒ D. WME
EEE ❒ E. MWZ
Question 5 : Complétez la série :
AZA ❒ A. CHC
BVB ❒ B. CQD
AER BRE ? DFG EYU ❒ C. CQF
DFD ❒ D. CVB
EFE ❒ E. CMB

160 Raisonnement logique [Logique]


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 161

Corrigé 2
1. La série horizontale répond à une symétrie axiale avec effet miroir tandis que la série ver-
ticale est composée de groupes dont les première et troisième lettres sont identiques.
Vous devez retenir un groupe qui répond à ces deux logiques. Soit XAX. La bonne répon-
se est A.
2. La série horizontale est composée de groupes dont la somme des rangs des lettres est
égale à 8. La série verticale est formée de groupes dont les deux dernières lettres sont
identiques. Seul FAA convient aux deux logiques. En effet la somme des rangs de ses let-
tres est égale à 6 + 1 + 1 = 8 et ses deux dernières lettres sont bien identiques. La bonne
réponse est B.
3. La série horizontale est composée de groupes dont les deux premières lettres sont consé-
cutives. La série verticale est composée de groupes dont les deux dernières lettres se sui-
vent. Vous devez donc retenir un groupe de trois lettres consécutives. Soit HIJ. La bonne
réponse est D.
4. La série horizontale est composée de termes dont la somme des barres des lettres est
égale à 10. La série verticale est formée de groupes dont la somme des barres des lett-
res augmente d'une unité à chaque étape passant de 8 à 9, puis de 9 à 10, puis de 10 à
11 et enfin de 11 à 12. Vous devez donc retenir un groupe dont la somme des barres com-
posant les lettres est égale à 10. Soit HWZ : 3 + 4 + 3 = 10. La bonne réponse est C.
5. La première lettre des groupes de la série horizontale augmente d'un rang à chaque
étape. Les premières et troisièmes lettres des termes de la série verticale sont identiques
et augmentent elles aussi d'un rang à chaque étape. Ainsi le groupe cherché doit com-
mencer et finir par la lettre C. Soit CHC. La bonne réponse est A.

des problèmes
Résolution
Raisonnement
logique
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales
Tests blancs

Raisonnement logique [Logique] 161


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 162

Les séries de chiffres


4 et de nombres

1. Les différentes logiques


Type de série de
Définitions Exemples
chiffres et de nombres

Les suites croissantes Ce sont des suites arithmé- • 1 – 4 – 7 – 10 – 13


ou décroissantes avec tiques ayant pour raison le Pas constant = 3 (suite
un pas constant pas constant. arithmétique de premier
• Si le pas est strictement terme 1 et de raison 3)
supérieur à 0, la suite est •2–2–2–2–2
croissante. Pas nul (suite constante !)
• Si le pas est nul, la suite • 10 – 9 – 8 – 7 – 6
est constante. Pas constant = –1 (suite
• Si le pas est strictement arithmétique de premier
inférieur à 0, la suite est terme 10 et de raison –1)
décroissante.

Les suites croissantes • Le passage d'un terme à • 2 – 3 – 5 – 8 – 12


ou décroissantes avec un autre se fait par l'ajout Chaque terme est aug-
un pas variable d'un pas réel qui varie au menté de 1 puis de 2 puis
cours de la suite. de 3 puis de 4 unités, etc.
•1–1–5–3–3
Le pas est nul, puis est de
4 puis vaut (–2) pour être
à nouveau égal à 0

Les suites avec Ce sont des suites géomé- • 1 – 2 – 4 – 8 – 16


un coefficient triques ayant pour raison le Chaque terme est multi-
multiplicateur constant coefficient constant positif. plié par 2 (suite géomé-
• Si le coefficient est stric- trique de premier terme 1
tement supérieur à 1, la et de raison 2)
suite est croissante. • 243 – 81 – 27 – 9 – 3
• Si le coefficient est égal à Chaque terme est multi-
1, la suite est constante. 1
plié par (suite géomé-
• Si le coefficient est stric- 3
tement inférieur à 1 et trique de premier terme
1
positif, la suite est 243 et de raison ).
décroissante. 3
•2–2–2–2–2
Coefficient = 1 (suite
constante)

162 Raisonnement logique [Logique]


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 163

Type de série de
Définitions Exemples
chiffres et de nombres

Les suites avec un Le passage d'un terme à un • 1 – 2 – 6 – 24 – 120


coefficient autre se fait par la multipli- Chaque terme est multi-
multiplicateur variable cation par un coefficient plié par 1 puis 2 puis 3
réel qui varie au cours de la puis 4 puis 5 etc.
suite. • 24 – 48 – 16 – 16 – 32
Chaque terme est multi-
1
plié par 2 puis par puis
3
par 1 puis par 2.

Les séries alternées Vous êtes confrontés à une • 2 – 44 – 3 – 22 – 4 – 11


Les termes de rangs
série dont la logique s'alter-
impairs sont augmentés
ne selon les rangs pairs ou
de 1 tandis que les ter-
impairs de chaque terme. mes de rangs pairs sont
1
multipliés par
2
• 1 – (–2) – 3 – (–4) – 5
Les termes sont augmen-
tés d'une unité et multi-
pliés par (-1). Les termes
de la série sont donc
alternativement positifs
et négatifs.

des problèmes
Résolution
Les suites de carrés Il s'agit de séries compo- 0 – 1 – 4 – 9 – 16 – 25 – 36
sées uniquement de carrés – 49 – 64 – 81 – 100 – 121
parfaits. – 144 etc.
Apprenez donc bien vos 20
premiers carrés !

Les suites de cubes Il s'agit de séries compo- 0 – 1 – 8 – 27 – 64 – 125 –

Raisonnement
sées uniquement de cubes 216 – 343 – 512 – 729 –

logique
parfaits. 1 000 – 1 331 – 1 728 etc.
Apprenez donc bien vos 12
premiers cubes !

Les suites de nombres Il s'agit de séries compo- 17 – 19 – 23 – 29 – 31 – 37


© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

premiers sées uniquement de nomb- – 41 – 53 etc.


res premiers.
Aptitudes
verbales

A RETENIR
Les nombres premiers ont
deux diviseurs : 1 et eux-
mêmes.

Les suites comportant Il s'agit de séries compo- • 140 – 147 – 217 – 350
des multiples sées de multiples d'un cer- Suite de multiples de 7
Tests blancs

tain chiffre ou nombre. • 132 – 143 – 154 – 165


Révisez vos tables de multi- Suite de multiples de 11
plications ! • 276 – 144 – 132 – 120
Apprenez aussi les tables de Suite de multiples de 12
11 et 12 !

Raisonnement logique [Logique] 163


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 164

2. Les séries croisées de chiffres et de nombres


Ces séries sont composées d'une suite horizontale constituée de groupes de trois chif-
fres (parfois plus) répondant à une même logique et d'une série verticale constituée de
groupes de trois chiffres (parfois plus) répondant à une autre même logique.

Type de série de
Définitions Exemples
chiffres et de nombres
Les répétitions Les nombres sont composés • 123 – 425 – 526 – 121
de chiffres d'un même chiffre qui occu- Les nombres contiennent
pe la même place ou une tous le chiffre 2 au milieu.
place différente. • 345 – 132 – 123 – 369
Il peut également s'agir Le 3 est à la 1re place,
d'un nombre de 2 chiffres puis à la deuxième, etc.
qui se répète. • 123 – 125 – 128 – 127
Vous pouvez également Le nombre 12 apparaît au
rencontrer des nombres de début de chaque nombre.
chiffres identiques (ce der- • 555 – 555 – 555 – 555
nier cas est très rare car Les nombres sont compo-
trop facile !) sés des mêmes chiffres.
Les chiffres Au sein Les nombres sont composés 125 – 452 – 348 – 785
consécutifs du de deux ou trois chiffres Les deux premiers chiffres
nombre consécutifs. de chaque nombre sont
consécutifs.
D'un Les nombres peuvent avoir 421 – 541 – 658 – 745
nombre un ou plusieurs chiffres qui Le premier chiffre de
à l'autre se suivent d'un nombre à chaque nombre se suit de
l'autre. l'un à l'autre.

Les chiffres Au sein Les nombres sont composés 325 – 548 – 874 – 985
qui se suivent du de deux ou trois chiffres qui Les deux premiers chiffres
dans le sens nombre se suivent dans l'ordre de chaque nombre dimi-
décroissant décroissant. nuent d'une unité.
D'un Les nombres peuvent avoir 874 – 741 – 652 – 552
nombre un ou plusieurs chiffres qui Le premier chiffre de
à l'autre se suivent dans l'ordre chaque nombre diminue
décroissant. d'une unité de l'un à l'autre.

Écarts entre Au sein Les chiffres de chaque nom- • 135 – 468 – 246 – 357
les chiffres du bre se suivent dans l'ordre Il y a un écart de deux
nombre croissant ou décroissant unités entre les chiffres
avec un écart qui croit ou de chaque nombre.
décroît. • 120 – 342 – 231 – 453
Cet écart peut augmenter Le premier chiffre de
ou diminuer au cours de la chaque nombre est aug-
série. menté d'une unité tandis
que le deuxième est dimi-
nué de deux unités.

164 Raisonnement logique [Logique]


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 165

Type de série de
Définitions Exemples
chiffres et de nombres

D'un Un ou plusieurs chiffre(s) se 123 – 475 – 785


nombre suit (suivent) dans l'ordre Le premier chiffre est aug-
à l'autre croissant ou décroissant menté de trois unités d'un
d'un nombre à l'autre. nombre à l'autre.
Cet écart peut augmenter
ou diminuer au cours de la
série.

Les suites de carrés Il s'agit d'une série compo- • 121 – 144 – 169 – 196
et de cubes sée uniquement de carrés Série de carrés parfaits
parfaits ou de cubes par- • 343 – 512 – 729 – 125
faits. Série de cubes parfaits

Les séries de multiples Il s'agit de séries compo- • 168 – 240 – 248 – 328
sées uniquement de multi- Série de multiples de 8
ples d'un certain nombre ou • 144 – 156 – 168 – 180
chiffre. Série de multiples de 12

Les nombres premiers Il s'agit de séries compo- 2 – 5 – 7 – 11 – 13 – 17


sées uniquement de nomb- Série de nombres premiers
res premiers.

La symétrie Il existe une symétrie axia- 123 – 456 – 121 – 654 –


ou effet miroir le entre les nombres de la 321
série. Cela produit un effet Les nombres sont symé-

des problèmes
miroir. triques par rapport au chiff-

Résolution
re 2 du nombre du milieu.

La somme Somme La somme des chiffres de 451 – 505 – 604 – 280


des chiffres identique chaque nombre donne le La somme des chiffres de
de chaque même résultat. chaque nombre est égale à
nombre 10.

Raisonnement
Somme La somme des chiffres de 451 – 452 – 435 – 445 –

logique
différente chaque nombre varie. 446
La somme des chiffres de
chaque nombre augmente
d'une unité d'un nombre à
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

l'autre passant de 10 à 11,


puis de 11 à 12, puis de 12
à 13 et enfin de 13 à 14.
Aptitudes
verbales

Le chiffre d'un nombre Ce chiffre peut être élevé au • 204 – 309 – 416 – 525
subit une opération carré ou au cube ou bien Le premier chiffre de
dans le nombre encore multiplié par un chif- chaque nombre est élevé
fre ou un nombre, etc. au carré : pour le premier
nombre : 22 = 4 d'où 204
Tests blancs

• 464 – 208 – 5 125 – 327


Le premier chiffre est
élevé au cube : pour le
premier nombre 43 = 64
d'où 464

Raisonnement logique [Logique] 165


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 166

Type de série de
Définitions Exemples
chiffres et de nombres

• 246 – 328 – 369 – 41 =


Le dernier chiffre est mul-
tiplié par 4 pour obtenir
les premiers : pour le pre-
mier nombre 6 × 4 = 24
d'où 246
• 123 – 246 – 527 – 7 815
La somme des deux pre-
miers chiffres est égale au
nombre formé des sui-
vants

Exercice 1
Répondez aux questions le plus rapidement possible.
Question 1 : Complétez la série suivante : 1 – 11 – 121 – 1 331 – ?
❒ A. 111 ❒ D. 12 514
❒ B. 125 ❒ E. 14 641
❒ C. 1 728
Question 2 : Complétez la série suivante : 15 – 19 – 23 – 27 – ?
❒ A. 28 ❒ D. 33
❒ B. 29 ❒ E. 34
❒ C. 31
Question 3 : Complétez la série suivante : 3 – 9 – 27 – 81 – ?
❒ A. 143 ❒ D. 443
❒ B. 243 ❒ E. 543
❒ C. 343
Question 4 : Complétez la série suivante : 1 - 1 – 2 – 6 – 24 – 120 – ?
❒ A. 720 ❒ D. 362 880
❒ B. 5 040 ❒ E. 3 628 800
❒ C. 40 320
Question 5 : Complétez la série suivante : 125 – 242 – 620 - 1 205 – ?
❒ A. 1 430 ❒ D. 4 430
❒ B. 2 430 ❒ E. 5 430
❒ C. 3 430

Corrigé 1
1. La série est composée des puissances de 11 allant de 0 à 4. Le terme cherché est 114
= 14 641. La bonne réponse est E.

166 Raisonnement logique [Logique]


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 167

À RETENIR
Un nombre est divisible par 11 si la somme de ses chiffres de rang impair est égale à
celle de ses chiffres de rang pair. En particulier, tout nombre à deux chiffres est divisi-
ble par 11 si ses deux chiffres sont identiques et tout nombre à trois chiffres est divisi-
ble par 11 si la somme de ses premier et troisième chiffres est égale au deuxième.

REMARQUE
Vous remarquez, en outre, qu'à chaque étape, une relation entre deux termes consé-
cutifs s'effectue : les premier et dernier chiffres des nombres sont conservés. Puis, en
additionnant deux à deux les chiffres d'un nombre vous obtenez les chiffres du nombre
suivant. Par exemple pour le passage de 1 331 à 14 641, le 1 est répété pour donner
le premier chiffre et le dernier chiffre de 14 641, puis 1 + 3 = 4 donne le deuxième chif-
fre de 14 641, puis 3 + 3 = 6 donne le troisième chiffre de 14 641 et enfin 3 + 1 = 4
donne le quatrième chiffre de 14 641 !

2. Les termes de la série augmentent de 4 unités à partir de 15. Le terme cherché est donc
27 + 4 = 31. La bonne réponse est C.

REMARQUE
Il s'agit d'une suite arithmétique de premier terme 15 et de raison 4.

3. Les termes de la série sont triplés à partir de 3. Le terme cherché est donc 81 × 3 = 243.
La bonne réponse est B.

REMARQUE
Il s'agit d'une suite géométrique de premier terme 3 et de raison 3.

des problèmes
Résolution
4. Il s'agit d'une série de factorielles classées par ordre croissant en commençant par 0! = 1,
1! = 1, 2! = 2, 3! = 6, 4! = 24, 5! = 120. Le nombre cherché est donc 6! = 720. La bonne
réponse est A.

REMARQUE
Pour ceux qui ne maîtrisent pas trop les factorielles, vous pouviez remarquer qu'à
chaque étape le chiffre ou nombre est multiplié par 1 puis 2 puis 3 puis 4 puis 5 puis 6

Raisonnement
etc.

logique
5. Vous remarquez que la somme des chiffres de chaque nombre est égale à 8. Le nombre
cherché doit répondre à cette logique. Soit 1 430 : 1 + 4 + 3 + 0 = 8. La bonne répon-
se est A.
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Exercice 2
Aptitudes
verbales

Répondez aux questions le plus rapidement possible.


Question 1 : Complétez la série :
125 ❒ A. 196
1 000 ❒ B. 324
121 144 ? 225 256 ❒ C. 361
Tests blancs

343 ❒ D. 729
512 ❒ E. 900

Raisonnement logique [Logique] 167


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 168

Question 2 : Complétez la série :


124 ❒ A. 302
248 ❒ B. 301
460 262 ? 442 523 ❒ C. 253
279 ❒ D. 217
155 ❒ E. 246

Question 3 : Complétez la série :


121 ❒ A 324
572 ❒ B. 302
156 144 ? 240 252 ❒ C. 132
231 ❒ D. 120
154 ❒ E. 96

Question 4 : Complétez la série :


125 ❒ A 17
620 ❒ B. 96
31 37 ? 41 53 ❒ C. 101
440 ❒ D. 314
332 ❒ E. 550

Question 5 : Complétez la série :


125 ❒ A 361
729 ❒ B. 343
321 235 ? 532 123 ❒ C. 243
512 ❒ D. 125
1 000 ❒ E. 121

Corrigé 2
1. La série horizontale n'est composée que de carrés parfaits tandis que la série verticale ne
comprend que de cubes parfaits. Vous devez donc retenir un nombre qui soit à la fois un
carré et un cube parfaits. Soit 729. En effet : 729 = 272 = 93. La bonne réponse est D.
2. La série horizontale est composée de nombres dont la somme des chiffres est égale à 10.
La série verticale est composée de nombres dont le troisième triplé donne un nombre for-
mant les deux premiers chiffres. Seul 217 convient : la somme de ses chiffres est bien
égale à 10 : 2 + 1 + 7 = 10 et 3 × 7 = 21. La bonne réponse est D.
3. La série horizontale n'est composée que de multiples de 12 tandis que la série verticale
ne comprend que des multiples de 11. Vous devez donc choisir un nombre qui soit à la
fois un multiple de 11 et un multiple de 12. Seul 132 convient car 132 = 11 × 12. La
bonne réponse est C.
À RETENIR
Un nombre est divisible par 11 si la somme de ses chiffres de rang impair est égale à
celle de ses chiffres de rang pair. En particulier, tout nombre à deux chiffres est divisi-
ble par 11 si ses deux chiffres sont identiques et tout nombre à trois chiffres est divisi-
ble par 11 si la somme de ses premier et troisième chiffres est égale au deuxième.

4. La série horizontale ne comprend que des nombres premiers. La somme des chiffres des
nombres de la série verticale est égale à 8. Vous devez donc retenir un nombre qui soit
un nombre premier dont la somme des chiffres est égale à 8. Soit 17 car 17 est premier
et 1 + 7 = 8. La bonne réponse est A.

168 Raisonnement logique [Logique]


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 169

À RETENIR
Un nombre premier n'a que deux diviseurs : 1 et lui-même.

AT T E N T I O N
1 n'est pas un nombre premier car il n'a qu'un seul diviseur (1 qui est lui-même). Il n’a
donc pas deux diviseurs comme tous les nombres premiers.

5. La série horizontale répond à une symétrie axiale avec effet miroir. La série verticale n'est
composée que de cubes parfaits. Vous devez retenir un nombre qui soit à la fois symé-
trique (c'est-à-dire avec ses premier et troisième chiffres identiques) et qui soit un cube
parfait. Seul 343 convient : il est symétrique et 343 = 73. La bonne réponse est B.

des problèmes
Résolution
Raisonnement
logique
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

Aptitudes
verbales
Tests blancs

Raisonnement logique [Logique] 169


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 170

Logique spatiale :
5 séries de symboles

Type de série
Définitions Exemples
de symboles

Les rotations En observant les différents


symboles, vous remarquez
qu'il s'effectue une rotation
d'un certain angle dans le
sens des aiguilles d'une
montre (sens indirect en
Il s'effectue une rotation d'angle 90°
mathématiques) ou dans le
dans le sens des aiguilles d'une mont-
sens inverse des aiguilles
re (sens indirect en mathématique).
d'une montre (sens direct en
mathématiques).

La symétrie En observant les différents


ou effet miroir symboles, vous remarquez
une symétrie par rapport à
un axe imaginaire vous rap-
pelant l'effet d'un miroir. Il y a une symétrie axiale d'axe imagi-
naire situé entre les deuxième et troi-
sième symboles.

Des symboles Les figures sont parfois


et des chiffres affectées de chiffres ou de
ou des nombres nombres (situés à l'intérieur
ou à l'extérieur de la figure).
Les données numériques ont
en général un lien avec le Le nombre situé à l'intérieur de la figu-
nombre de côtés de la figure re correspond à son nombre de côtés
(nombre de côtés élevé au élevé au carré moins 1 :
carré, nombre de côtés nombre = (nombre de côtés)2 – 1.
élevé au cube, nombre de
côtés ôté de 1, etc.).

Des symboles Les figures sont parfois


et des rangs affectées de lettres. Les
de lettres données lettrées ont en
général un lien avec le nom-
bre de côtés de la figure.
(rang de la lettre = nombre
de côtés, rang de la lettre = Le rang de la lettre située à l'intérieur
nombre de côtés doublé ou de la figure correspond à son nombre
triplé ou élevé au carré ou de côtés.
au cube, etc.).

170 Raisonnement logique [Logique]


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 171

Type de série
Définitions Exemples
de symboles

Des symboles Les figures sont parfois


et des barres affectées de lettres qui ne
de lettres sont pas rondes. Le nombre
de barres de chaque lettre a
en général un lien avec le
nombre de côtés de la figure.

Lettres La somme du nombre de barres des


lettres situées à l'intérieur de la figure
1 barre I est égale à son nombre de côtés.
2 barres L, V, X

3 barres A, F, H, K, N, Y, Z

4 barres E, M, W

Des symboles Les nuances de couleurs


et des peuvent aussi intervenir
couleurs dans la logique d'une série
de symboles. Cela peut
varier du plus foncé au plus L'intensité de la couleur s'atténue au fil
clair ou inversement. Mais de la série.
cela peut consister aussi en

des problèmes
une alternance de noir et de

Résolution
blanc, etc.

Exercice 1
Question 1 : Complétez la série de symboles :

Raisonnement
logique
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

    
Aptitudes
verbales

Question 2 : Complétez la série de symboles :


Tests blancs

    

Raisonnement logique [Logique] 171


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 25/11/16 8:29 Page 172

Question 3 : Complétez la série de symboles :

 NLK    

Question 4 : Complétez la série de symboles :

    

Question 5 : Complétez la série de symboles :

    

Corrigé 1
1. Le nombre situé à l'intérieur de la figure correspond à son nombre de côtés élevé au cube.
Vous devez retenir le décagone avec 1 000 à l'intérieur. En effet un décagone a dix côtés
et 103 = 1 000. La bonne réponse est A.
2. Le nombre situé à l'intérieur de la figure correspond à la factorielle de son nombre de côtés.
Vous devez donc retenir l'heptagone avec le nombre 5 040 à l'intérieur car une telle figure
a sept côtés et 7! = 7 × 6 × 5 × 4 × 3 × 2 × 1 = 5 040. La bonne réponse est B.
3. Le nombre de barres de la lettre située à l'intérieur de la figure correspond à son nomb-
re de côtés moins une unité. Vous devez donc sélectionner le triangle avec la lettre T à
l'intérieur. En effet, un triangle a trois côtés, la lettre T est composée de deux barres et
3 – 1 = 2. La bonne réponse est C.
4. Vous remarquez une symétrie axiale par rapport à un axe imaginaire situé entre la
deuxième et la troisième figure. Vous devez donc retenir la figure identique au premier
symbole. La bonne réponse est C.

172 Raisonnement logique [Logique]


9782100759620-Spel-P2SP2.qxd 22/11/16 9:55 Page 173