Вы находитесь на странице: 1из 3

Sujet de réflexion 

:
Le retard Français dans l’industrie Pharmaceutique

Problématique : En quoi le retard français en matière d’innovation dans le secteur


pharmaceutique peut-il avoir des conséquences économiques importantes ?

L’industrie pharmaceutique a un poids très important dans l’économie d’une nation, les
médicaments étant considérés comme des produits de première nécessité, ils sont massivement
commercialisés, il paraît donc évident que c’est un secteur dans lequel un état doit investir pour
croître. Or, il apparaît un retard manifeste en France. En quoi le retard français en matière
d’innovation dans le secteur pharmaceutique peut-il avoir des conséquences économiques
importantes ? Pour répondre à cette problématique nous nous pencherons de prime abord sur l’origine
du retard Français, puis sur les conséquences économiques qu’engendre ce retard.

On définit la croissance comme la variation positive de la production de biens et de services dans une
économie sur une longue période.

I. Les origines du retard Français

Depuis 2005, la France est en train de perdre sa grandeur dans le secteur pharmaceutique, comment
expliquer ce phénomène.

a. Faiblesse de l’investissement

Tout d’abord, on constate que l’état Français subventionne très peu le secteur pharmaceutique national
contrairement aux pays similaires, notamment l’Allemagne. En effet, cela est majoritairement dû au
fait que les crédits publics en recherche et développement pour la santé ne sont pas les mêmes, ils ont
été estimés en 2011 à 5.5 Md de Dollar pour l’Allemagne contre 3.5 Md pour la France soit une
différence de 2 Md. Mais le phénomène plus inquiétant et que cet octroi de fonds à tendance à
diminuer en France (-28%), tandis qu’en Allemagne il a augmenté de 11%. Un exemple plus flagrant
est celui des Etats-Unis où les fonds nationaux représentent 82% des investissement pour une
entreprise pharmaceutique contre 11% en France. Cependant 53% des investissement en France
proviennent de petits porteurs contre 6% aux Etats-Unis. Les petits porteurs sont donc de biens plus
gros investisseurs que l’état lui-même.

b. Un manque de coordination

Tous les secteurs font de la recherche et du développement, et une coordination optimale entre ces
deux outils est primordial, ce qui n’est pas le cas de la France. En effet la recherche se fait dans les
universités et laboratoires et par la suite le développement est réalisé en entreprise. En outre, une
bonne communication et coordination permet un développement plus rapide. L’entreprise Moderna
situé aux Etats-Unis montre qu’au contraire de la France, la recherche et le développement sont très
connectés. Ce qui a abouti au développement d’un vaccin contre la Covid-19 en seulement 42 jours,
affirme le Directeur Général Stéphane Bancel. Ainsi, parmi tous les vaccins qui vont être
commercialisés en France, aucun n’est issu d’entreprises Françaises et l’échec de Sanofi concernant le
développement de son vaccin ne fait que renforcer cette situation.

c. Fuite du secteur pharmaceutique

Finalement, on constate que la France se confronte à une barrière de l’innovation, quant à la plupart
des pays qui sont passés à des technologies supérieures comme les biomédicaments, la France en est
encore au niveau des médicaments chimiques. Si la France veut relancer sa croissance dans ce secteur
et rattraper ses homologues, elle doit investir sur elle-même. Aujourd’hui, la France à perdu de sa
souveraineté, les médicaments sont fabriqués en Inde ou en Chine là où le coût du travail est faible, ce
qui limite les emplois sur le territoire Français, il y a une perte du facteur travail. On a bien
évidemment constaté cette perte de souveraineté au début de la crise sanitaire quand nous manquions
cruellement de respirateurs et également de masques. Cela a révélé une dépendance à la Chine. De
même, le secteur n’est plus aussi attractif que par le passé, la France perd ses plus précieux atouts
comme Stéphane Bancel qui est Français et qui dirige Moderna aux Etats-Unis. Il faut absolument
réussir à garder ces talents qui poussent la croissance vers le haut.

II. Les conséquences économiques

Le retard énoncé a évidemment un impact économique, comment se traduit-il ?

a. La France n’est plus compétitive

Premièrement, ce retard implique que nous ne sommes plus acteur de ce marché, nous nous contentons
d’importer les médicaments innovants des producteurs étrangers, nous sommes donc passifs. Nous
exportons énormément de médicaments mais ces derniers sont à faible valeur ajoutée, et nous
subissons la concurrence des pays à bas coûts. La France tente donc tant bien que mal d’être
compétitive sur des produits obsolètes tandis que les pays voisins distribuent aisément des produits à
la pointe de la technologie comme le montre l’Allemagne qui est le premier pays sur les exportations
en valeur et le deuxième pour les exportations en volume.

d. Frein à l’innovation

La France se heurte à une barrière de l’innovation, elle est restée bloqué sur les médicaments
chimiques. Or l’innovation est vectrice de croissance comme le prouve la théorie de la destruction
créatrice, en effet de nouvelles méthodes de production entraînent des nouveaux métiers et des
nouveaux postes. On peut penser qu’a cause de ces innovations les petits emplois vont disparaitre et
engendrer du chômage, mais le mal à déjà été fait lorsque la plupart des usines ont été délocalisés en
Chine et en Inde. Ainsi, la France à tout à y gagner dans cette quête d’innovation : regain de
souveraineté, création d’emplois nouveaux et amélioration des emplois déjà existants, stimulation de
la compétition avec les grands acteurs du secteurs. Et on sait que ce dernier point est celui qui favorise
le plus l’innovation car chacun cherche à être meilleur que son voisin, il y a un effet de taille de
marché. Mais sans l’aide de l’état rien ne sera possible puisque comme nous l’avons observé par le
passé, toutes les révolutions technologiques ont nécessité une impulsion de la part de l’état.
Pour conclure, en quoi le retard de la France dans le secteur pharmaceutique à un impact sur
l’économie. La France est en retard car elle n’investit pas autant que ses voisins dans ce secteur. La
forte aversion au risque donc fait preuve la France ne permet pas à ce secteur d’innover, ce qui
implique des conséquences économiques telles la perte de souveraineté, la perte de compétitivité et
bien évidemment la perte de profit. Alors comment peut elle rattraper ce retard pour ainsi retrouver sa
grandeur passée.

Оценить