Вы находитесь на странице: 1из 3

Ann Chir 2000 ; 125 : 173–5

© 2000 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés


Fait clinique

Kyste hydatique du pancréas. À propos d’une observation

A. Fadil, A. Ait Bolbarod, F. El Fares


Service de chirurgie viscérale, aile 2, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc

RÉSUMÉ La localisation pancréatique du kyste hydatique est


Une femme de 49 ans a été hospitalisée pour des dou- très rare, même dans les pays à forte endémie (infé-
leurs abdominales avec vomissements. À l’examen, il exis- rieure à 1 %). Malgré l’apport de l’échographie, le
tait une masse épigastrique profonde et indurée. Le dia- diagnostic reste difficile.
gnostic de lésion kystique du pancréas a été fait par
l’échographie et la tomodensitométrie. La nature du kyste
a été reconnue avant l’intervention sur les données épidé- OBSERVATION
miologiques et l’existence d’une coque calcifiée. Le traite-
ment a consisté en une résection du dôme saillant avec Madame G, âgée de 49 ans, marocaine, diabétique
épiplooplastie. Les suites opératoires ont été simples. À depuis 1981, a été hospitalisée pour des douleurs
partir de cette observation et des données de la littérature, épigastriques avec vomissements épisodiques depuis
les complications et le traitement de cette localisation rare
six mois. L’examen de cette patiente en bon état
de l’hydatidose sont discutés. © 2000 Éditions scientifi-
général, apyrétique, révélait une masse épigastrique
ques et médicales Elsevier SAS
de 8 cm de grand axe, fixée au plan profond, ferme,
chirurgie / kyste hydatique / pancréas indolore. L’échographie montrait une formation
liquidienne de 62 mm au niveau de la loge pancréa-
tique, hypoéchogène, hétérogène, contenant de peti-
tes images liquidiennes arrondies centrales et péri-
ABSTRACT phériques, associée à une deuxième formation
Hepatic cyst of the pancreas (a case report). adjacente calcifiée en périphérie, le tout évoquant un
A 49 years old woman was admitted to the hospital for kyste hydatique du pancréas. La tomodensitométrie
abdominal pain with vomiting. At the examination, there (figure 1) confirmait l’existence de deux masses à
was a deep and hard epigastric mass. The diagnosis of paroi calcifiée mesurant respectivement 84 et 36 mm
pancreatic cyst was established by ultrasonography and de grand axe, siégeant au niveau du corps et de la
CT Scan. The hydatid cyst was recognized before surgery
queue du pancréas et comprimant la veine spléni-
on the basis of the epidemiological data and the existence
que, sans rehaussement à l’injection de produit de
of calcified shell. The treatment consisted in the resection
of the protruding dome with epiplooplasty. The postopera-
contraste intraveineux. La glycémie était à 3,31 g/L,
tive evolution was simple. From this observation and la leucocytose normale et la sérologie hydatique
reported data, complications and treatment of this uncom- négative.
mon localization were discussed. © 2000 Éditions scienti- L’exploration par laparotomie médiane sus-
fiques et médicales Elsevier SAS ombilicale découvrait une hypertension portale seg-
mentaire périsplénique avec dilatation des veines
surgery / hydatid cyst / pancreas épiploïques et des veines du hile splénique, et deux
masses à coque blanchâtre, calcifiée, dense, siégeant
au niveau du corps et de la queue du pancréas, mesu-
rant respectivement 4 et 8 cm. Après protection des
Reçu le 12 février 1999 ; accepté après révision le 10 octobre 1999. viscères par des champs imbibés à l’eau oxygénée à
174 A. Fadil et al.

est très variable, de quelques millilitres jusqu’à trois


litres [9]. La localisation dans la glande est plus sou-
vent périphérique (deux tiers des cas) [8, 9] que cen-
trale. La symptomatologie, souvent insidieuse après
une longue évolution, est fonction du siège du
kyste [1]. Les douleurs abdominales sus-ombilicales
constituent le motif de consultation le plus fréquent.
Un ictère rétentionnel peut être révélateur d’un kyste
hydatique céphalique [10, 11]. La masse abdominale
épigastrique est souvent palpable à l’examen. Cer-
taines complications évolutives semblables à celles
trouvées dans la localisation hépatique peuvent être
révélatrices : suppuration et abcédation du kyste, à
l’origine d’une altération de l’état général [3, 12,
Figure 1. Coupe scanographique : double kyste du pancréas à paroi 13] ; rupture intra- ou rétropéritonéale à l’origine de
épaisse et calcifiée. complications hémorragiques, de réactions périto-
néales ou allergiques sévères [9, 12]. La fistulisation
du kyste dans la voie biliaire peut être responsable
10 %, la ponction au trocart retirait un liquide trou- d’un ictère [10, 14]. L’ouverture du kyste dans le
ble avec membranes proligères apportant la preuve duodénum est également possible [10, 13, 15].
de l’hydatidose. L’ouverture de la première masse
calcifiée montrait une communication avec la La compression de la veine splénique par le kyste
deuxième formation à paroi également calcifiée et à peut entraîner dans 14 % des cas une hypertension
contenu multivésiculaire. L’évacuation des deux portale segmentaire [12, 16], comme cela a été
masses était réalisée, avec toilette au sérum salé phy- observé dans notre observation. Un infarctus mésen-
siologique à 9 % (évitant l’eau oxygénée ou le sérum térique a été décrit comme la conséquence d’une
salé hypertonique par crainte d’une fistule cana- thrombose de l’artère mésentérique supérieure [16].
laire). L’opacification de la cavité ne montrait pas de Des complications pancréatiques ont également été
communication canalaire. Une résection des deux signalées. Une pancréatite chronique obstructive
dômes saillants était réalisée avec épiplooplastie et peut survenir [17-19]. L’atrophie pancréatique
sonde de Salem de drainage. Les suites ont été sim- d’amont peut s’accompagner d’un diabète [3, 16].
ples avec un séjour postopératoire de six jours (abla- Le kyste peut également se fistuliser dans le canal de
tion de la sonde de Salem à j4). Aucune récidive de Wirsung responsable de pancréatite aiguë ou de wir-
l’hydatidose n’était notée aux différents contrôles sungorragie [17].
échographiques, avec un recul de cinq ans. L’échographie [14], la tomodensitométrie et l’ima-
gerie par résonance magnétique nucléaire, recon-
naissent sans difficulté la lésion kystique pancréati-
COMMENTAIRES que [20], mais la difficulté est de rattacher cette
lésion à la maladie hydatique. La présence de calci-
La localisation pancréatique du kyste hydatique est fications arciformes (comme ce fut le cas dans notre
très rare : un cas parmi 700 localisations abdomina- observation) est très évocatrice (12 % des cas) [7,
les de la maladie hydatique durant la même période 16], de même que la présence de vésicules intrakys-
(0,14 %). Cette fréquence est identique dans les dif- tiques, un aspect de décollement de membrane ou
férentes séries publiées (environ 0,2 %) [1-7]. une autre localisation hydatique abdominale [3, 14].
L’infestation du pancréas se fait par voie artérielle Il faut également s’aider des arguments épidémiolo-
après passage des filtres hépatique et pulmonaire [4, giques et de la sérologie hydatique pour porter le
8]. La localisation pancréatique est isolée dans 91 % diagnostic en préopératoire.
des cas [8]. Le siège est le plus souvent céphalique
(57 % des cas), corporéal dans 24 %des cas et cau- Le traitement du kyste hydatique du pancréas est
dal dans 19 % des cas [3, 7, 8]. Le volume du kyste chirurgical. Le choix du geste chirurgical dépendra
Kyste hydatique du pancréas 175

du siège du kyste et de l’existence ou non d’une fis- RÉFÉRENCES


tule kystocanalaire.
En l’absence de fistule canalaire attestée par cho- 1 Barrera MC, Villanua J, Barrena JF, Nogues A. Pancreatic
hydatid disease. Pediatr Radiol 1995 ; 25 Suppl 1: 169-70.
langiographie et wirsungographie, le traitement doit 2 Cangiotti L, Muiesan P, Begni A, DeCesare V, Pouche A, Giulini
être simple. La résection du dôme saillant après sté- SM. et al. Unusual localizations of hydatid disease: a 18 years
rilisation, associée à un drainage externe avec ou experience. G Chir 1994 ; 15 : 83-6.
3 Gayral F, Bourree P, Jourdanne PH, Millat B, Labayle D. Kyste
sans épiplooplastie pour diminuer le risque d’infec- hydatique du pancréas : une observation. Nouv Presse Méd
tion de la cavité résiduelle [9, 16, 21], est l’opération 1981 ; 10 : 3787-8.
la plus souhaitable. La kystectomie à kyste fermé, 4 Kattan YB. Hydatid cysts in pancreas. Br Med J 1975 ; 4 :
729-30.
réalisée par certains auteurs, semble plus dange- 5 Kayabali I. Deux cas de pancréatectomie gauche pour kyste
reuse, car elle expose à la fistule pancréatique pos- hydatique du pancréas. Lyon Chir 1975 ; 53 : 608-12.
topératoire. 6 Lebon J, Bourgeon R, Calude R, Catalano H. Kyste hydatique
du pancréas avec ictère et ouverture du canal de Wirsung. Presse
S’il existe une fistule canalaire, étant donné le ris- Méd 1957 ; 65 : 949-51.
que de fistule pancréatique postopératoire, le geste 7 Tissot E, Peschaud R, Vignal J, Francillon J. Le kyste hydatique
chirurgical dépendra du siège du kyste : du pancréas. Lyon Chir 1975 ; 71 : 127-30.
– si le kyste est corporéocaudal, la pancréatectomie 8 Caroli J, Daumet P, Demeulenaere Kyste hydatique à double
localisation pancréatique et pleuropulmonaire. Méd Chir Dig
gauche est indiquée chaque fois que possible [4, 7, 1977 ; 6 : 555-7.
16] ; 9 Serhal S, Sebai F, Mestiri S. Kyste hydatique du pancréas : trois
– si le kyste est céphalique, une anastomose kysto- observations. J Chir 1987 ; 124 : 542-4.
10 Khiari A, Mzali R, Ouali M, Kharrat M, Kechaou MS, Beyrouti
jéjunale sur anse en Y peut être pratiquée [3, 4, 7, MI. Kyste hydatique du pancréas à propos de sept observations.
16], permettant de prévenir ainsi la fistule postopé- Ann Gastroentérol Hépatol 1994 ; 30 : 87-91.
ratoire. Ce geste peut être difficile et dangereux si le 11 Lemmer ER, Krije JE, Price SK, Girdwood AH. Hydayid cyst in
the head of the pancreas with obstructive jaundice. J Clin Gas-
parenchyme pancréatique est friable. Dans ce cas, troenterol 1995 ; 20 : 136-8.
une suture canalaire [4, 17] sur un drain tuteur sor- 12 Belakhdar A, Mokhtari M, Kadiri R, Mansouri A, Bouzidi Kyste
tant en transduodénal et transpapillaire à la Wit- hydatique du pancréas, à propos de deux observations. Acta Chir
Belg 1987 ; 87 : 225-7.
zel [10] pourrait être envisagée. Quant à la duodé- 13 Cosme A, Orive V, Ojeda E, Arambure V, Irajusta M, Arenas JI.
nopancréatectomie céphalique, elle semble Hydatid cyst of the head of the pancreas with spantaneous fistula
disproportionnée pour cette affection parasitaire to the duodenum. Am J Gastroenterol 1987 ; 17 : 1311-13.
14 Zakari S, Ajana A, Dhobb OB, Iraqi HS, Imani F. Aspects écho-
bénigne [17, 21]. La compression de la voie biliaire graphiques du kyste hydatique du pancréas. Ann Radiol 1984 ;
principale régresse après traitement du kyste, et ne 27 : 611-3.
nécessite aucun geste sur le cholédoque. En revan- 15 Khiari A, Mseddi MA, Hadiji S, Mnif J, Kharrat M, Jlidi R. et al.
Kyste hydatique de la tête du pancréas fistulisé dans le duodé-
che, une thrombose de la veine splénique, avec num. Ann Gastroentérol Hépatol 1994 ; 30 : 57-9.
hypertension portale segmentaire, peut justifier une 16 Arnaud A, Sarles AC, Belkhodja C, Larabi B. Kyste hydatique
splénopancréatectomie gauche. du pancréas, à propos de deux observations. Chirurgie 1991 ;
117 : 607-12.
17 Ennabli E, Zaouch A, Khereddine E, Horchani H, Slim R, Ben
Jilani S. Kyste hydatique du pancréas avec érosion du Wirsung.
CONCLUSION Méd Chir Dig 1984 ; 13 : 357-60.
18 Kathouda N, Legoff D, Tricarico A, Castillo B, Bertrand YM,
Mouiel J. Kyste hydatique du pancréas responsable d’une pan-
Bien qu’exceptionnelle, l’hydatidose pancréatique créatite chronique récidivante. Presse Méd 1988 ; 17 : 2021-3.
peut être diagnostiquée grâce aux données épidémio- 19 Mathai V, Jedudason SR, Muthusami JC, Kuruvilla R, Idikula J,
Sada P. Chronic pancreatitis caused by intraductal hydatid cysts
logiques, cliniques, biologiques et surtout radiologi- of the pancreas. Br J Surg 1994 ; 81 : 1029.
ques. Le traitement chirurgical est conditionné par le 20 Coskun T, Kama NA, Dener C, Gozalan U. Primary hydatid dis-
siège du kyste, l’existence ou non d’une fistule kys- ease of the pancreas. Am J Gastroenterol 1997 ; 92 : 899-900.
21 Mokhtari M, Alaoui M, El Alaoui M, Biadillah M, Gatra A,
tocanalaire, ou d’une hypertension portale segmen- Mansouri A. Kyste hydatique du pancréas : deux observations.
taire. Lyon Chir 1986 ; 82 : 240-1.

Оценить