Вы находитесь на странице: 1из 7

Navigation

Accueil
Portails thématiques
Article au hasard
Contact

Contribuer
Débuter sur Wikipédia
Aide
Communauté
Modifications récentes
Faire un don

Outils
Pages liées
Suivi des pages liées
Téléverser un fichier
Pages spéciales
Lien permanent
Informations sur la page
Citer cette page
Élément Wikidata

Imprimer / exporter
Créer un livre
Télécharger comme PDF
Version imprimable

Dans d’autres projets


Wikimedia Commons

Dans d’autres langues


‫اﻟﻌﺮﺑﻴﺔ‬
Беларуская
Български
भोजपुरी
Bosanski
Català
Čeština
Dansk
Deutsch
Ελληνικά
English
Esperanto
Español
Euskara
‫ﻓﺎرﺳﯽ‬
Suomi
Galego
‫עברית‬
हद
Hrvatski
Bahasa Indonesia
Íslenska
Italiano
⽇本語
한국어
Latina
Македонски
മലയാളം
Bahasa Melayu
Nederlands
Norsk nynorsk
Norsk bokmål
ਪੰਜਾਬੀ
Polski
Português
Română
Русский
Srpskohrvatski / српскохрватски
Simple English
Slovenščina
Српски / srpski
Svenska
தமி
Türkçe
Українська
Tiếng Việt

Modifier les liens
Massacre de Haymarket Square
Le massacre de Haymarket Square, survenu à Chicago le
4 mai 1886, constitue le point culminant de la lutte pour la journée de
huit heures aux États-Unis, et un élément majeur de l'histoire de la fête
1
des travailleurs du 1er mai .

Sommaire
Rassemblements Gravure de 1886 parue dans le
Procès journal Harper's Weekly représentant
le drame de Haymarket Square.
Dans la fiction
Notes et références
Annexes
Bibliographie
Radio
Iconographie
Notices
Articles connexes
Liens externes

Plaque commémorative.
Rassemblements
Tout commence lors du rassemblement du 1er mai 1886
à l'usine McCormick de Chicago. Il s’intégrait dans la
revendication pour la journée de huit heures de travail
quotidien, pour laquelle une grève générale mobilisant
340 000 travailleurs avait été lancée. August Spies,
militant anarchiste, est le dernier à prendre la parole
devant la foule des manifestants.

Au moment où la foule se disperse, 200 policiers font


irruption et chargent les ouvriers. Il y a un mort et une
dizaine de blessés. Spies rédige alors dans le journal
Arbeiter Zeitung un appel à un rassemblement de
Le premier tract (gauche) appelant à se rassembler protestation contre la violence policière, qui se tient le
le 4 mai à Haymarket et la seconde édition (droite)
4 mai. Ce rassemblement se voulait avant tout pacifiste.
du même tract.
Un appel dans le journal The Alarm appelait les
La phrase Travailleurs, armez-vous et venez en
travailleurs à venir armés, mais dans un seul but
force ! ne figure plus dans la seconde édition.
d’autodéfense, pour empêcher des carnages comme il
s’en était produit lors de bien d’autres grèves.

Le jour venu, Spies, ainsi que deux autres anarchistes, Albert Parsons et Samuel Fielden, prennent la parole.
Le maire de Chicago, Carter Harrison, assiste aussi au rassemblement. Lorsque la manifestation s'achève,
Harrison, convaincu que rien ne va se passer, appelle le chef de la police, l'inspecteur John Bonfield, pour qu'il
renvoie chez eux les policiers postés à proximité. Il est 10 heures du soir, les manifestants se dispersent, il n'en
reste plus que quelques centaines dans Haymarket Square, quand 180 policiers de Chicago chargent la foule
encore présente. Quelqu'un jette une bombe sur la masse de policiers, en tuant un sur le coup. Dans le chaos
qui en résulte, sept agents sont tués, et les préjudices subis par la foule élevés, la police ayant « tiré pour tuer ».
L’événement devait stigmatiser à jamais le mouvement anarchiste comme violent et faire de Chicago un point
chaud des luttes sociales de la planète. On soupçonne l'agence de détectives privés Pinkerton de s'être
introduite dans le rassemblement pour le perturber, comme elle avait l'habitude de le faire contre les
2
mouvements ouvriers, engagée par les barons de l'industrie .

Après l’attentat, sept hommes sont arrêtés, accusés des meurtres de Haymarket. August Spies, George Engel,
Adolph Fischer, Louis Lingg, Michael Schwab, Oscar Neebe et Samuel Fielden. Un huitième nom s'ajoute à
la liste quand Albert Parsons se livre à la police.

Procès
Le procès s'ouvre le 21 juin 1886 à la cour criminelle du comté de
Cook dans le centre de Chicago. C'est avant tout le procès des
3
anarchistes et du mouvement ouvrier . La sélection du jury compte
par exemple un parent du policier tué. Le procureur Julius Grinnel
déclare ainsi lors de ses instructions au jury :

« Il n'y a qu'un pas de la République à l'anarchie. C'est la loi


qui subit ici son procès en même temps que l'anarchisme.
Ces huit hommes ont été choisis parce qu'ils sont des
meneurs. Ils ne sont pas plus coupables que les milliers de
personnes qui les suivent.
Messieurs du jury : condamnez ces hommes, faites d'eux un
exemple, faites-les pendre et vous sauverez nos institutions
et notre société.
C'est vous qui déciderez si nous allons faire ce pas vers
l'anarchie, ou non. » « The Haymarket Martyrs ».

Le 19 août, tous sont condamnés à mort, à l'exception d'Oscar Neebe


qui écope de 15 ans de prison. Un vaste mouvement de protestation
international se déclenche. Les peines de mort de Michael Schwab,
Oscar Neebe et Samuel Fielden sont commuées en prison à perpétuité
(ils seront tous les trois graciés le 26 juin 1893). Louis Lingg se
suicide en prison. Quant à August Spies, George Engel, Adolph
Fischer et Albert Parsons, ils sont pendus le 11 novembre 1887. Les
capitaines d'industrie sont conviés à assister à la pendaison sur
invitation.

Les exécutés sont réhabilités par la justice en 1893. Le gouverneur de Le 11 novembre 1887, à Chicago, à
l'Illinois John Peter Altgeld déclara que le climat de répression brutale 11 h 30 dans la cour de la prison,
instauré depuis plus d'un an par l'officier John Bonfield était à exécution par pendaison des
l'origine de la tragédie : anarchistes August Spies, Albert
Parsons, Adolph Fischer, George
« Alors que certains hommes se résignent à recevoir des Engel.
coups de matraque et voir leurs frères se faire abattre, il en
est d'autres qui se révolteront et nourriront une haine qui les
à l é é é édé l éd d k d
poussera à se venger, et les événements qui ont précédé la tragédie de Haymarket indiquent

que la bombe a été lancée par quelqu'un qui, de son propre chef, cherchait simplement à se
venger personnellement d'avoir été matraqué, et que le capitaine Bonfield est le véritable
4
responsable de la mort des agents de police . »

L'évènement connut une intense réaction internationale et fit l'objet de manifestation dans la plupart des
capitales européennes. George Bernard Shaw déclara à cette occasion :

« Si le monde doit absolument pendre huit de ses habitants, il serait bon qu'il s'agisse des huit
5
juges de la Cour suprême de l'Illinois . »

Dans la fiction
The Bomb, roman de Frank Harris paru en 1908, retrace le déroulement des événements
suivant l'hypothèse que Rudolph Schnaubelt, membre du groupe anarchiste de Louis Lingg
6
mais non arrêté, serait le lanceur de la bombe . Le livre a été traduit en français sous le titre
7
La Bombe .

Notes et références
1. (en) Encyclopædia Britannica : « Haymarket Riot » (https://www.britannica.com/event/Haymark
et-Riot).
2. (en) Howard Zinn, A popular history of the united states.
3. Normand Baillargeon, L'ordre moins le pouvoir, Agone, p. 100.
4. « While some men may tamely submit to being clubbed and seeing their brothers shot down,
there are some who will resent it and will nurture a spirit of hatred and seek revenge for
themselves, and the occurrences that preceded the Haymarket tragedy indicate that the bomb
was thrown by some one who, instead of acting on the advice of anybody, was simply seeking
personal revenge for having been clubbed, and that Capt. Bonfield is the man who is really
responsible for the death of the police officers. » Cité dans Reasons for pardoning Fielden,
Neebe and Schwab (1893) (https://www.chicagohistoryresources.org/hadc/books/b06/B06.htm),
p. 49, Musée d'histoire de Chicago.
5. Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis, Agone 1980, trad.fr. 2002, p. 314.
6. Version en ligne (http://www.ibiblio.org/eldritch/harris/bomb.htm) disponible en anglais.
7. Frank Harris [trad. Anne-Sylvie Homassel], La Bombe, La dernière goutte, 2015
(ISBN 9782918619239), notice éditeur (http://www.ladernieregoutte.fr/livres/la-bombe/).

Annexes
Sur les autres projets Wikimedia :
Bibliographie
émeute de Haymarket Square (https://co
Howard Zinn, Une histoire populaire des mmons.wikimedia.org/wiki/Category:Hay
États-Unis. De 1492 à nos jours, Agone, market_Riot?uselang=fr), sur Wikimedia
2002 (ISBN 2-910846-79-2), notice éditeur (htt
p://agone.org/unehistoirepopulairedesetatsu Commons
nis/)
Paul Avrich, The Haymarket Tragedy,
Princeton University Press, 1984 ; édité en poche en 1986
Albert Parsons et August Spies, Haymarket : pour l'exemple, éditions Spartacus, 2006
be t a so s et ugust Sp es, ay a et pou e e p e, éd t o s Spa tacus, 006
(ISBN 2-902963-52-1)

Normand Baillargeon, L'Ordre moins le pouvoir : histoire & actualité de l'anarchisme,


Marseille, Éditions Agone, 2008, 217 p. (ISBN 978-2-7489-0097-2)
Ronald Creagh, Histoire de l'anarchisme aux États-Unis d'Amérique : les origines, 1826-
1886, La Pensée sauvage, 1981, texte intégral (http://cras31.info/IMG/pdf/creagh_-_histoire_
de_l-anarchisme_aux_etats_un.pdf)
Maurice Dommanget, Histoire du 1er mai, La Tête de Feuilles, 1972 ; rééd. Le Mot et le
Reste, 2006
Aviv Etrebilal, Les Cinq « Martyrs » de Chicago : innocents ou coupables ?, Des Ruines,
no 1, décembre 2014
Daniel Semelen, Manuel Fernandez, « Histoire du Premier Mai » (http://librepensee04.over-b
log.com/article-1er-mai-1886-chicago-pendus-pour-l-exemple-rehabilites-104154455.html)
(Archive (http://web.archive.org/web/*/http://librepensee04.over-blog.com/article-1er-mai-1886-chicago-pendus-po
ur-l-exemple-rehabilites-104154455.html) • Wikiwix (http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://librepensee04.ov
er-blog.com/article-1er-mai-1886-chicago-pendus-pour-l-exemple-rehabilites-104154455.html) • Archive.is (http://ar
chive.is/http://librepensee04.over-blog.com/article-1er-mai-1886-chicago-pendus-pour-l-exemple-rehabilites-10415
4455.html) • Google (https://www.google.fr/search?q=cache:http://librepensee04.over-blog.com/article-1er-mai-18
86-chicago-pendus-pour-l-exemple-rehabilites-104154455.html) • Que faire ?), dans
La Raison dirigé par
Marc Blondel, ancien secrétaire général du syndicat Force ouvrière (FO) et président de la
Fédération nationale de la libre pensée, no 432, juin 1998
David Rappe, « Les Martyrs de Chicago » (http://www.monde-libertaire.fr/portraits/9862-les-m
artyrs-de-chicago), Le Monde libertaire, no 1121, 30 avril-6 mai 1998
« À l’origine du Premier mai : les martyrs de Chicago » (http://cnt-so76.org/actualites/a-lorigin
e-du-premier-mai-les-martyrs-de-chicago/), Confédération nationale du travail (France) 76,
22 avril 2013
« Les Martyrs de Chicago - aux origines du 1er mai » (http://www.filpac-cgt.fr/spip.php?article
4032), Fédération des travailleurs des industries du livre, du papier et de la communication
(FILPAC-CGT), 25 avril 2012

Radio
Jean Lebrun, Philippe Pelletier, Les anarchistes : le moment terroriste, et après ?, France
Inter, 26 novembre 2015, écouter en ligne (https://www.franceinter.fr/emission-la-marche-de-lhistoire-les-anar
chistes-le-moment-terroriste-et-apres).

Iconographie
Flavio Costantini, Chicago, 3 mai 1886, 1974, en ligne (http://placard.ficedl.info/IMG/arton412
1.jpg).

Notices
Notices d'autorité :
Bibliothèque nationale de France (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb119879073)
(données (http://data.bnf.fr/ark:/12148/cb119879073)) ·
Bibliothèque du Congrès (http://id.loc.gov/authorities/sh85023234) ·
Gemeinsame Normdatei (http://d-nb.info/gnd/4294183-0)
Notice dans un dictionnaire ou une encyclopédie généraliste : Encyclopædia Britannica (http
Notice dans un dictionnaire ou une encyclopédie généraliste : Encyclopædia Britannica (http
s://www.britannica.com/event/Haymarket-Riot)

L'Éphéméride anarchiste : « Massacre de Haymarket Square » (http://www.ephemanar.net/m


ai04.html#haymarket)
L'Éphéméride anarchiste : « La pendaison des anarchistes de Chicago » (http://www.ephema
nar.net/novembre11.html)

Articles connexes
Histoire : Personnes :
Fusillade de Fourmies George Engel
Haymarket Martyrs' Monument Samuel Fielden
Histoire de Chicago Adolph Fischer
Histoire de l'anarchisme Jo Labadie
Louis Lingg
Johann Most
Oscar Neebe
Albert Parsons
Michael Schwab
August Spies

Liens externes
(en)The Haymarket Affair Digital Collection (http://www.chicagohs.org/hadc/) par la Chicago
Historical Society
Les cinq « martyrs » de Chicago : Innocents ou coupables ? (http://www.non-fides.fr/?Les-cin
q-martyrs-de-Chicago-Innocents-ou-coupables), Aviv Etrebilal, Des Ruines, no 1,
décembre 2014.

Ce document provient de « https://fr.wikipedia.org/w/index.php?


title=Massacre_de_Haymarket_Square&oldid=174579703 ».

La dernière modification de cette page a été faite le 9 septembre 2020 à 21:54.

Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes
conditions ; d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les
crédits graphiques. En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la
licence.
Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc., organisation de bienfaisance régie par le
paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis.

Оценить