Вы находитесь на странице: 1из 33

Федеральное агентство по образованию

Государственное образовательное учреждение высшего


профессиональногообразования

Воронежский государственный архитектурно-строительный университет

Кафедра иностранных языков

220

МЕТОДИЧЕСКАЯ РАЗРАБОТКА

по обучению ознакомительному чтению


для студентов 2-го курса
экономических специальностей ВГАСУ
(французский язык)

Часть 3
Воронеж 2006
Составитель О.В. Великородных

ББК 81.2ФР.
УДК 804. 0(07)

Метод. разработка по обучению ознакомительному чтению для студ.


2-го курса экономич. спец. ВГАСУ (фр. яз.). Ч. 3 [Текст] / Воронеж. гос.
арх.-строит. ун-т; cост.: О.В. Великородных.- Воронеж, 2006.- 32 с.

Методическая разработка включает пять тематических разделов,


содержащих тексты экономической направленности, тематические словари и
упражнения, обеспечивающие повторение и закрепление пройденного
грамматического и лексического материала
Методическая разработка может применяться для аудиторной и
внеаудиторной работы со студентами, овладевшими основами нормативной
лексики и грамматики и приступившими к изучению французского языка как
языка специальности.
Предназначена для студентов 2-го курса экономических специальностей
ВГАСУ.
.

Печатается по решению редакционно-издательского совета


Воронежского государственного архитектурно-строительного университета

Рецензент – М.Г. Кочнева, к.п.н., доц. кафедры иностранных языков


ВГАСУ

2
ВВЕДЕНИЕ

Методическая разработка предназначена для студентов 2-го курса


экономических специальностей, изучающих французский язык. Цель данной
разработки – подготовить студентов-экономистов к самостоятельному чтению,
пониманию и переводу аутентичных и адаптированных текстов экономической
направленности.
Методическая разработка включает 5 тематических разделов,
отражающих важные аспекты современной рыночной экономики и
коммерческой деятельности человека: «Предприятие. Виды предприятий»,
«Рынок. Спрос и предложение», «Маркетинг. коммерция», «Банки. Банковская
структура», «Деньги. Современные виды денег».
Каждый текст раздела сопровождается словарем экономических
терминов и упражнениями, обеспечивающими повторение и закрепление
пройденного грамматического и лексического материала.

Thème: « Entreprise. Personnel d’entreprise »

TEXTE A
Entreprise — producteur de biens et services

L'entreprise est faite pour produire, transformer et vendre un bien ou pour


assurer un service. Biens et services deviennent ses produits et leur  commerciali-
sation assure sa production au sens comptable de terme. C'est par son produit qu'une
société se différencie d'une autre, marque son originalité et son identité, et espère se
développer, d'abord en saturant son marché et, ensuite, en prenant des parts à ses
concurrents. Le produit donne une expérience à l'entreprise dont le savoir-faire le
démarquera des autres. C'est son métier.
Il y a donc deux sortes d'entreprises : celles qui produisent des biens et celles
qui produisent des services. Certaines sont multiproduits et peuvent assurer les deux
fonctions. Une entreprise agricole produit des biens issus de la terre: grain, légumes,
fruits. Elle les conditionne, les transporte, les stocke avant de les vendre. Une
entreprise minière extrait du sol des minéraux qu'elle trie, qu'elle stocke, qu'elle
transporte.
Une entreprise industrielle achète ou transforme des matières premières qu'elle
stocke, transporte, façonne, assemble, conditionne et commercialise. Une entreprise

3
de services vend le travail de consultants, d'experts, de main-d'œuvre d'intérim, ou
vend de l'argent (banques ou assurances). Ce sont des produits qu'elle maîtrise,
réalise, et dont le service est utile aux clients qui les acquièrent. Ces deux catégories
de sociétés ont en commun qu'elles vendent un produit qui peut être matériel ou
immatériel, qu'elles en ont la connaissance et le savoir-faire et qu'elles sont reconnues
par leur clientèle comme telles. Si elles sont choisies, c'est qu'elles sont meilleures
que leurs concurrents, moins chères, plus faibles, plus pratiques ou arrangeants,
chacun de ces qualificatifs pouvant être seul déterminant. C'est leur savoir-faire, leur
expérience, leur image, leur rapidité qui fidélisera leur clientèle.
Biens et services sont porteurs de l'image de la firme qui les commercialise.
Outre le chiffre d'affaires qu'ils lui apportent, et qui représente la contrepartie de la
transaction, ils lui impriment une connotation subjective et morale de sérieux,
d'innovation, de fiabilité, qui assureront sa pérennité. A l'inverse, une mauvaise
image d'une société l'amènera inéluctablement au déclin, et si elle ne réagit pas pour
infléchir l'opinion des consommateurs, elle deviendra vulnérable et sera amenée à
disparaître ou à se faire absorber par une autre ayant mieux réussi qu'elle. C’est la loi
du marché, c'est le client qui choisit son produit et celui qui commercialise et la
positionne en chiffre d'affaires, le place par rapport à ses concurrents. Il faut
convaincre en permanence le client qu'il achète le meilleur produit possible compte
tenu du prix qu'il est prêt à payer et du service qui lui est offert.

Vocabulaire thématique

chiffre (m) d’affaires – объем продаж, transaction (f) – сделка; торговая  опера-


оборот компании ция
connotation (f) – зд.: дополнительное зна- arrangeant – сговорчивый, покладистый
чение issu de… - происшедший от…, из…
déclin (m) – спад, упадок; ущерб vulnerable - уязвимый
main-d’oeuvre d’intérim (m) – временная convaincre - убеждать
рабочая сила démarquer – зд.: отличать
matières premières (f, pl) - сырье fidéliser – привлекать, закреплять за собой
pérennité (f) – постоянство;   продолжи- infléchir – изменять
тельность saturer – насыщать; затоваривать
porteur (m) - носитель inéluctablement–неотвратимо, неизбежно
savoir-faire (m) – ноу-хау; технология;
знания и опыт

Devoirs

I. Relisez le texte et analysez-le d’un point de vue de la grammaire étudiée.

II. Répondez aux questions données ci-dessous:


1. Quel est le titre de ce texte?
2. De quoi s’agit-il dans ce texte?

4
3. Quel est le but principal de l’entreprise?
4. Par quoi se différencie une entreprise d'une autre?
5. Quelles sont les sortes d'entreprises et quelles fonctions assurent-elles?
6. Qu’est-ce que vous pouvez dire de l’entreprise agricole?
7. Qu’est-ce que vous pouvez dire de l’entreprise industrielle?
8. Qu’est-ce que vous pouvez dire de l’entreprise de services?
9. Qu'est-ce qui fait l'image de la firme?
10. A quoi mène une mauvaise image d'une société?

III. Exprimez en français l’idée principale de chaque alinéa du texte avec deux ou
trois phrases courtes.

TEXTE B
Une multitude de formes d'entreprise

Entreprises publiques
Les entreprises publiques sont des sociétés contrôlées par l'état ou les collec-
tivités publiques, disposant d'une comptabilité complète et jouissant de la  person-
nalité juridique. Ces sociétés publiques ont une activité orientée vers la production
des biens destinés à la vente.
Le critère de définition des entreprises publiques repose sur une notion de
contrôle par les pouvoirs publics. Disposant d'un capital social, le contrôle est défini
comme un taux minimum de participation financière permettant de dégager une
majorité de gestion.
Les entreprises publiques produisent des biens et services en vue de la vente à
un prix qui doit couvrir leur prix de revient, mais qui sont propriété de l'Etat ou
placées sous son contrôle.

Parmi ces entreprises on distingue plusieurs formes :

Établissement public
Regroupe le plus souvent des sociétés à caractère industriel et commercial dont
la collectivité assure la gestion.

Société d'économie mixte


Capitaux privés et publics sont associés dans les sociétés d'économie mixte.

L'entreprise individuelle

5
L'entreprise individuelle a pour propriétaire une personne physique, un  par-
ticulier qui avec des moyens financiers personnels et donc limités, exerce son  ac-
tivité.
Le patron est totalement responsable sur ses biens en cas de faillite.

L'entreprise commerciale
L'entreprise commerciale achète pour revendre; elle achète une matière  pre-
mière, une marchandise pour les revendre telles qu'elle les a achetées.
Elle transforme l'argent en marchandises, puis les marchandises en argent. Et
elle continue de parcourir ce même cycle.
Les opérations du cycle sont: les achats des matières premières ou des
marchandises → leur réception → leur mise en stock → leur vente qui comprend la
recherche des commandes, leur expédition et le recouvrement du produit de la vente.
Le but du service commercial est double: bien acheter et bien vendre. Bien
acheter c'est acheter en quantités convenables avantageuses, des matières de bonnes
qualités. Bien vendre c'est vendre suivant le plan aux meilleurs prix possibles grâce à
une connaissance complète de situation du marché permettant de prévoir les
fluctuations des cours, d’éviter les engagements importants à la veille de la hausse et
le manque d’engagements quand vient la baisse.

L'entreprise sociétaire
La société est une personne morale, réunissant par contrat un ensemble de
personnes qui apportent des biens et forment une collectivité existant selon des règles
d'exploitation communes, indépendamment des personnes physiques et des formes de
sociétés permettant une plus ou moins grande souplesse dans la réunion du capital.

● Les sociétés en nom collectif


Dans cette société les associés sont tous responsables de la gestion.

●Les sociétés en nom commandité simple


Dans cette société il y a distinction entre les sociétaires non seulement en
fonction du nombre de parts, mais aussi des statuts. On distingue ici:
- les commanditaires qui apportent tout ou partie du capital et reçoivent une part sur
les résultats en fonction de leur apport ;
- le commandité gère l'entreprise, il est responsable de façon illimitée l'ensemble de
ses biens.

● La société anonyme
Le capital d'une société anonyme est divisé en titres de propriété appelés
actions. Chaque action peut être librement achetée et vendue sans accord préalable
des autres actionnaires et représente un droit de propriété sur une fraction de
l’entreprise. Les actionnaires ne sont responsables des dettes de l’entreprise que dans
la limite de leurs apports.

6
Chaque actionnaire participe en principe à la gestion de l’entreprise à travers
les Assemblées Générales d’actionnaires et participe aux distributions des bénéfices
(dividends).
● Sociétés à responsabilité limitée (S.A.R.L.)
Elles constituent une forme intermédiaire entre les sociétés de personnes et les
sociétés de capitaux. La S.A.R.L. a souvent été une entreprise familiale profitant en
particulier de ne pas devoir prélever dans ses biens personnels en cas de faillite.
Les associés de cette société ne peuvent vendre leurs parts sans l’accord des
autres associés.

Vocabulaire thématique

comptabilité (f) – бухгалтерия, бухгалтер- entreprise sociétaire (f) - товарищество


ский учет fluctuation (f) des cours – колебание  де-
engagement (m) - обязательство нежного курса
faillite (f) – банкротство société anonyme (f) – акционерная  ком-
gestion (f)– управление, орган управления пания
taux (m) - размер, процентная ставка, курс société en commandité simple (f) –  ком-
mise en stock (f) – хранение на складе мандитное товарищество
part (f) – доля, вклад, пай société à responsabilité limitée (f) – товари-
particulier (m) – частное лицо щество с ограниченной ответственностью
recouvrement (m) – покрытие расходов parcourir – проходить, следовать
titre de propriété (m) – документ на право jouissant - пользующийся
владения чем-либо grâce à …– благодаря кому-л., чему-л.

Devoirs

I. Relisez le texte et analysez-le d’un point de vue de la grammaire étudiée.

II. Répondez aux questions données ci-dessous:


1. Quel est le titre de ce texte?
2. De quoi s’agit-il dans ce texte?
3. Quels sont les différents types d’entreprises?
4. Quel est le statut juridique des enterprises publiques?
5. Quelle est la responsabilité financière du propriétaire de l’entreprise individuelle?
6. Quel est le but principal de l’entreprise commerciale?
7. Qu’est-ce que vous pouvez dire des types des entreprises sociétaires?
8. Comment est administrée une société anonyme?
9. En quoi est divisé le capital d’une société anonyme?
10. Qui contrôle la gestion de la S.A.R.L.?

III. Dites ce que vous saviez sur ce problème avant de lire le texte et dites ce que
vous en savez maintenant.

7
IV. Lisez, traduisez cette table et tâchez de faire un bref exposé de l’une des formes
des entreprises en France que vous avez choisi. Argumentez votre choix.

Les formes essentielles des entreprises en France

Constitution Pouvoir économique


Responsabilité à
(nombre   mini- Apports (de gestion et de
Entreprise l’égard des tiers
mum d’associés) en capital décision)
Une seule personne
Entreprise Le patrimoine familial La propriété et la  direc-
majeure ayant la
répond des dettes de tion se trouvent  confon-
individuelle capacité d’exercer le Pas de
l’entrepreneur proprié- dues entre les mains du
(E.I.) commerce minimum
taire propriétaire
Entreprise
unipersonnelle à
responsabilité Une seule personne.
50 000 F
Le chef d’entreprise est
Le chef d’entreprise a
limitée Pas de capacités  re- responsable à   concur-
minimum tous les pouvoirs
quises rence de son apport
(E.U.R.L.)

Société à Les associés sont  res-


Gestion confiée a un ou
ponsables à    concur-
responsabilité Entre 2 et 50  asso- Apport en
rence de leur apport
plusieurs gérants qui
limitée ciés. Aucune   con- numéraire peuvent ou non faire
respectif
dition de capacité ou en nature partie des associés
(S.A.R.L.)
Le pouvoir de chaque
associé est proportionnel
au nombre de parts qu’il
détient.
250 000 F Le pouvoir se réalise par
minimum. délégation lors  d’assemb-
Capital lées générales annuelles,
divisé en suivant le principe:
Au minimum 7 asso-
actions. Ap- Les actionnaires sont 1action = 1 voix.
Société ciés. Pas de   maxi-
port en responsables à  concur- Election d’un   commis-
anonyme (S.A.) mum. Aucune  condi-
numéraire rence de leur apport saire aux comptes et d’un
tion de capacité
ou en nature conseil d’administration
qui nomme un Président

V. Préparez un bref exposé (10-12 phrases) sur le sujet «Les formes des entreprises
en Russie» (par écrit).

Thème: «Marché. Offre et demande»

TEXTE A
Les types de marché
Marché Commun

8
Le 25 mars 1957 est signé le traité de Rome qui donne naissance au Marché
Commun, appelé aussi C.E.E. (Communauté Economique Européenne). La C.E.E. est
une union économique regroupant d’abord 6 pays: R.F.A., Belgique, Pays-Bas, Italie,
Luxembourg.
L’année 1975 verra l’élargissement de la C.E.E. avec trois nouveaux venus
s’adjoignant aux members fondateurs: Danemark, Grande-Bretagne et Irlande.
Le 1-er janvier 1981, la C.E.E. est devenue l’Europe des 10, par suite de
l’adhésion de la Grèce. L’Espagne et le Portugal négocient encore leur entrée.
L’idée de base du Marché Commun est qu’un vaste marché va stimuler la
concurrence, offrir aux entreprises les possibilités de réaliser des économies
d’échelle; ainsi dans une optique libérale, la compétition favorisera les meilleurs,
réorganisant l’appareil productif dans l’intérêt de chacun. La C.E.E. sera un  stimu-
lant de la concentration.
Idéalement, il s’agit de forger une zone où les marchandises, les capitaux et les
hommes circuleront sans entrave en suivant le seul intérêt des agents économiques.
Pour certains de ses créateurs la C.E.E. doit franchir une série d’étapes partant de
l’Europe des marchandises, des capitaux et des hommes, vers une Europe  écono-
miquement intégrée et politiquement unie.

Marché des changes, monétaire et financier


Certains marché ont une organisation particulière, et des marchandises  spé-
cifiques définissent leur objet.

● Marché des changes


Le marché des changes est celui où se rencontrent offre et demande de mon-
naie nationale et de devises étrangères.

● Marché monétaire
Au sens restreint, le marché monétaire est essentiellement un lieu où se  con-
frontent les offres et les demandes de la monnaie – banque centrale (ou fiduciaire).
Au sens large, c’est le marché où s’échangent les capitaux à court terme; il
englobe tous les échanges de moyens de payement acceptés par les intermédiaires
financiers pour régler à court terme leurs déficits de trésorerie (argent-banque
centrale, devises, or …).

● Marché financier
Au sens restreint, le marché financier désigne le marché bourcier où  s’é-
changent actions et obligations principalement.
Au sens large, c’est un marché qui comprend l’ensemble des échanges de
capitaux à long terme. Epargnants et investisseurs par le biais des intermediaries fi-
nanciers sont mis en relation par ce marché.

On distingue aussi par rapport au temps les types de marché:

9
● Marché au comptant
Le marché au comptant concerne les titres bourciers qui s’échangent  immé-
diatement: l’acheteur reçoit les titres et les paies au moment où s’effectue la  cota-
tion de la valeur mobilière.

● Marché à terme ferme (ou petit terme)


Sur le marché à terme ferme, les titres sont achetés de facon définitive en
fixant à la fois la date d’échange des titres (liquidation de fin de mois), le prix et les
quantités étant déterminés à l’avance par contrat mais le règlement ne se fait qu’à
l’échéance. C’est un marché spéculative par excellence.

● Marché à terme conditionnel (ou grand terme)


Pour le terme conditionnel comme pour le terme ferme, la date de passation du
contrat fixe la date du terme à laquelle prix et quantités sont déterminés d’avance,
mais le terme est conditionnel. Le terme conditionnel signifie que l’acheteur n’est pas
obligé d’acheter effectivement le jour du terme, il peut renoncer à son achat en
versant une prime fixée dans le contrat.
Le marché à terme est evidemment un outil spéculative important; il permet de
passer un contrat sans posséder effectivement l’argent nécessaire; si les prévisions
sont déjouées l’acheteur perd simplement le montant de la prime, coût de son
renoncement à l’achat et sanction de son erreur.

Vocabulaire thématique

adhésion (f) – согласие, присоединение, marché (m) au comptant – рынок торговых


вступление в члены сделок с оплатой за наличные
cotation (f) – котировка, допуск ценных montant (m) de la prime – сумма  воз-
бумаг на фондовую биржу награждения
épargnant (m) - вкладчик sens (m) restreint – зд.: в узком смысле
fiduciaire (m) – траст-агент, доверенное titre (m) bourcier – биржевая акция
лицо s'adjoindre - присоединяться
biais (m) des intermédiaires - ухищрение, déjouer – расстраивать планы
уловка посредников favoriser – благоприятствовать,  содейст-
économie (f) d’echelle – масштабная  эко- вовать
номия forger – выдумать, представить себе
court terme (m) – краткий срок franchir - проходить через этапы
date (f) de passation – дата заключения régler à court terme – оплатить в  крат-
договора сделки чайший срок
marché (m) à terme – рынок по сделкам на à l’avance - заранее
срок, срочный рынок à l’échéance – в срок

Devoirs

I. Relisez le texte et analysez-le d’un point de vue de la grammaire étudiée.

10
II. Répondez aux questions données ci-dessous:
1. Quel est le titre de ce texte?
2. De quoi s’agit-il dans ce texte?
3. Qu’est-ce qu’un marché commun?
4. En quoi consiste la fonction principale du marché commun?
5. Qu’est-ce qu’un marché des changes?
6. Quel est son objet principal?
7. Quelle est la différence entre le marché monétaire et le marché financier?
8. Quels sont les types du marché financier?
9. Qu’est-ce que vous pouvez dire du marché au comptant?
10. Quelle est la différence entre le marché à terme ferme et le marché à terme
conditionnel?

III. Exprimez en français l’idée principale de chaque alinéa du texte avec deux ou
trois phrases courtes.

IV. Préparez un bref exposé (10-12 phrases) sur le sujet «Les types des marchés en
Russie» (par écrit).

Thème: « Marketing. Commerce »

TEXTE A
L'orientation principale du marketing

L'orientation «production». La direction d'une entreprise traditionnelle se


soucie principalement de l'organisation de sa production et de l'administration de ses
finances. Son problème est d'abord de concevoir des produits et de trouver les
capitaux nécessaires à cette opération. En gros, l'entreprise produit ce qu'elle sait
faire, ce pour quoi elle a la compétence technique: automobiles, fers à repasser,
livres, etc. Lorsque l'offre de produits est inférieure à la demande potentielle, tout se
déroule bien.
L'effondrement des ventes de biens de consommation, lors de la grande crise
de 1929, a amené les entreprises à revoir leurs techniques commerciales. Il leur fallait
impérativement convaincre les consommateurs d'acquérir leurs produits et non ceux
de la concurrence. Le marketing était, dans ce contexte, l'ensemble des solutions
apportées aux problèmes de la distribution et de la vente pour des produits existant
déjà. C'est l'orientation production du marketing, qui existe toujours. Elle concerne
notamment les industries lourdes et toutes celles dans lesquelles le prix de vente est
calculé à partir des coûts de production et non des prix pratiqués par la concurrence.

11
L'orientation «vente». Le comportement des entrepreneurs se modifie lorsque
la demande stagne. Leur entreprise était organisée autour de ses outils de production,
elle commence maintenant à s'organiser autour de ses réseaux ou de ses techniques de
vente. Le prix, par exemple, peut être considéré comme un argument de vente majeur
face à la concurrence. Cela conduit à revoir, en amont, les procédés de fabrication
dans le sens d'une économie maximale des coûts et à privilégier, en aval, la publicité
et les structures de vente.
D'une manière générale, l'orientation vente du marketing considère que son
rôle est de vendre le produit tel qu'il est sorti de la machine. Un produit bien distribué
et bien «publicisé» est réputé devoir être vendu facilement si la demande est
suffisamment stimulée. Le prix, ici, n'est pas toujours un argument de vente.
L'industrie du luxe, par exemple, qu'il s'agisse de vêtements, de bijoux ou d'alcools,
se soucie fort peu du prix. L'essentiel de son effort porte sur la communication et sur
les réseaux de vente.

L'orientation «marché». Le troisième type de marketing, orienté vers le


marché, réorganise le travail dans l'entreprise selon ce qui est perçu des besoins ou
des attentes des consommateurs potentiels. La perspective est exactement inverse de
celle de l'orientation production. Ici, on commence par l'étude du marché, on
découvre des besoins insoupçonnés ou encore mal formulés.
Ensuite, on commence à produire, puis à offrir à son marché les produits qu'il a
demandés.
Evidemment, il n'existe pas de compétence universelle. Entrepreneurs et
entreprises ont des métiers bien particuliers, correspondant à un segment de marché
qu'on va sonder et sur lequel vont être concentrés les efforts. Il est appelé marché
cible ou segment prioritaire.
Dans l'orientation marché du marketing, la communication ne se privera pas de
rappeler au consommateur qu'il est principal souci du producteur.

Vocabulaire thématique

amont (m) – предшествующий этап techniques (f, pl) commerciales – методы


attente (f) - ожидание реализации (сбыта)
aval (m) – последующий этап techniques (f, pl) de ventes – формы  про-
communication (f) – зд.: информация и дажи
контакты insoupçonné – неожиданный
comportement (m) – поведение;  отноше- acquérir - приобретать
ние (к чему-л.) percevoir – чувствовать, воспринимать
effondrement (m) – падение, крах; провал ne pas se priver de… - охотно, часто  де-
publicité (f) – общественное мнение; лать что-л.; не отказывать себе в  удо-
реклама вольствии делать что-л.
segment (m) – сегмент (рынка) publiciser – зд.: разрекламировать
marché (m) cible – целевой рынок se soucier – беспокоиться, заботиться о..;
réseau (m) de vente – торговая сеть интересоваться кем-л., чем-

12
Devoirs

I. Relisez le texte et analysez-le d’un point de vue de la grammaire étudiée.

II. Répondez aux questions données ci-dessous:


1. Quel est le titre de ce texte?
2. De quoi s’agit-il dans ce texte?
3. Quels sont les types de l’orientation du marketing?
4. De quoi se soucie la direction d’une entreprise?
5. Quel problème doit resoudre la direction d’une entreprise?
6. Qu’est-ce que vous pouvez dire du comportement des entrepreneurs?
7. Qu’est-ce que vous pouvez dire de l’orientation «vente» du marketing?
8. Quel est le but du troisième type de marketing, orienté vers le marché?
9. Qu’est-ce que vous pouvez dire des étapes du troisième type de marketing?
10. Quel rôle joue la communication dans l’orientation «marché» du marketing?

III. Exprimez en français l’idée principale de chaque alinéa du texte avec deux ou
trois phrases courtes.

TEXTE B
La publicité.
Une des facettes du marketing

Dans la vie actuelle la publicité est partout. Nous y sommes tellement habitué
que nous ne pensons pas au rôle qu'elle joue dans notre vie. Le but essentiel de la
publicité est d'informer le consommateur, de le faire s'intéresser à la nouvelle
marchandise et, enfin, de l'obliger à faire l'achat. C'est pourquoi la publicité est un des
éléments importants du marketing. Mais d'autre côté, la publicité a encore quelques
fonctions: elle informe les consommateurs des nouvelles découvertes et  marchan-
dises, elle amuse les gens, dans plusieurs cas la publicité peut créer la mode.
La publicité est désormais une industrie, une industrie dont il est impossible de
se passer dans la mesure où elle tient le consommateur au courant des nouveautés
lancées sur le marché. L'industriel, le commerçant et même le client ne peuvent plus
s'en passer.
Industrie, la publicité fait vivre en France, directement, 27 000 personnes et,
indirectement, beaucoup plus dans la mesure où elle permet le développement de
certains industries. Son chiffre d’affaire ne cesse d’augmenter.
Le pays où la publicité triomphe sur toute la ligne, c’est l’Amérique qui con-
sacre chaque année quelque 72 500 millions à diffuser des slogans et des images par
tous les moyens possibles et imaginables.

13
Tout est envahi: les murs et les journaux (ceux du dimanche atteignent  faci-
lement 350 pages presque exclusivement publicitaires), la radio et la télé (où les
programmes sont entrecoupés, littéralement hachés d’annonces), les salles de  ciné-
ma et le subconscient des citoyens.

Qu’est-ce que la publicité


C’est un ensemble de procédés et de techniques dont le but est d’acquérir,
développer ou maintenir une clientèle au profit d’une entreprise ou d’un  groupe-
ment d’entreprises.

Quelles sont les différentes formes de publicité?


On distingue généralement la publicité de rendement et la publicité de
prestige. L’objet de la première est, comme son nom l’indique, de faire vendre le plus
rapidement possible le plus grand nombre possible d’un produit déterminé. La
seconde est une publicité à longue échéance, sans but commercial immédiat, qui tend
seulement à maintenir sous les yeux et dans l’esprit du public le nom d’une marque et
la qualité d’un produit déjà connu. Elle est donc très différente de la publicité de
lancement dont le but est de faire connaître – de lancer un nouveau produit. Une des
formes les plus efficacies que peut prendre la publicité s’appelle la publicité direcre:
c’est la distribution, généralement par la poste, à un public sélectionné, de lettres
circulaires et de prospectus. Enfin, les «relations publiques» peuvent être considérées
comme une activité annexe de la publicité, puisque leur but est de faire mieux
connaître une firme ou un produit par des moyens tels que communiqués à la presse,
conférences de presse, organisations de réceptions et visites et etc. Il existe aussi une
forme de publicité dite publicité naturelle, qui est la renommée acquise par la
marchandise elle-même.

Vocabulaire thématique

renommée (f) – реноме, слава, доброе имя atteindre – достигать; доходить


subconscient (m) - подсознательное envahir - охватывать
lettre (f) circulaire – циркулярное письмо se passer de… - обходиться без…
imaginable - вообразимый tenir au courant – держать в курсе чего-л.

Devoirs

I. Relisez le texte et analysez-le d’un point de vue de la grammaire étudiée.

II. Répondez aux questions données ci-dessous:


1. Quel est le titre de ce texte?
2. De quoi s’agit-il dans ce texte?
3. Quel rôle joue la publicité dans notre vie?
4. Quel but poursuit la publicité des marchandises?
5. Qu’est-ce que vous pouves dire des fonctions de la publicité?

14
6. Dépense-t-on beaucoup d’argent en catalogues, affiches, annonces, etc.?
7. Quels sont les moyens dont dispose la publicité pour atteindre son but?
8. Quelles sont les différentes formes de publicité?
9. Quels sont les côtés positifs et négatifs de la publicité?
10. Est-il possible de lancer une marchandise même de qualité parfaite sans avoir
recours à la publicité?
11. Est-ce qu’une publicité bien faite permet souvent des ventes importantes?
12. Vous laissez-vous impressionner par les affiches, films, réclames publicitaires?
13. Vos achats personnels sont-ils déterminés par la publicité?
14. Souhaiteriez-vous que son influence croisse ou diminue dans les années à venir?

III. Exprimez en français l’idée principale de chaque alinéa du texte avec deux ou
trois phrases courtes.

IV. Préparez un bref exposé (10-12 phrases) sur le sujet «La publicité en Russie»
(par écrit).

Thème: «Origine et rôle des banques. Structure financière des banques»

TEXTE A
Activités des banques

En réalité, quelles sont les activités des banques, quelles marchandises


vendent-elles? Qu’est-ce qui, jour après jour, guide les gestes de ceux qui comptent
les billets, échangent des dollars contre les roubles, accordent ou refusent des  cré-dits
au consommateur?
Les activités des banques comportent la participation directe ou fonction
d’intermédiaire dans toutes les opérations de nature financières. Elles sont  nomb-
reuses et variées.
Une grande gamme des services proposés à la clientèle des banques constitue
en effet la force qui attire le public.
Les dépôts de fonds facilitent à la clientèle ses opérations de règlement et sont,
d’autre part, le moyen de consentir des crédits.
La fonction principale de la banque on définit encore par la création de mon-
naie, la reception des dépôts et l’octroi des crédits. Ces fonctions sont les deux faces
d’une seule activité. En retenant l’exemple des banques de dépôts (dont l’activité est
la plus large) les principales activités d’une banque peuvent se résumer comme
suivants:
- L’octroi des crédits constitue sa source essentielle de profits et la forme unique de
ses risques d’exploitation. Les crédits bancaires sont accordés sous forme de  dé-
couverts ou avances en comptes, par escompte d’effets de créances commerciales

15
(effets commerciaux) ou de prêts (effets financiers), par contrats de prêts.
- les services rendus à la clientèle portent d’abord sur les opérations de règlement. Ils
comprennent la gestion des comptes de dépôts, le règlement et l’encaissement des
chèques, le recouvrement des effets de commerce et des factures, l’exécution des
ordres de virement.
Pour les règlements avec l’étranger on comprend les opérations de change à
vue ou à terme. Une extension récente de ces opérations de règlement s’explique par
l’utilisation des cartes de crédit.
Ces opérations soit sont exécutées gratuitement, soit donnent lieu à  percep-
tion de commissions (opérations de recouvrement, de change).
Au profit de la clientèle privée et moyennant commissions, la banque assure la
conservation des titres, l’exécution des opérations gestion courante des titres en
dépôt, l’exécution des ordres de bourse, la location de coffres-forts.
Etant en contrat avec la clientèle des porteurs de titre et des déposants, la
banque peut intervenir au profit des émetteurs de valeurs mobiliaires du secteur
public ou du secteur privé, nationaux ou étrangers.
Elle met à leur disposition ses services pour le payement des emprunts  obli-
gataires, le remboursement des titres amortis, la gestion des titres nominatifs.
Dans ce domaine les banques vont au-delà de la simple prestation de service
d’un intermédiaire et prennent des risques quand elles garantissent la réussite des
opérations d’émission.
Quand elles participent aux risques de l’entreprise leur donnant droit d’inter-
vention directe dans la gestion, elles sortent du rôle reconnu à une banque  comer-
ciale ou banque de dépôts: elles deviennent des «banques d’affaires».
En dehors des opérations faites avec la clientèle ou pour son compte mais en
fonction des mouvements de dépôts et des crédits, les banques ont à gérer leur  tré-
sorerie, comme toute entreprise. Mais contrairement aux entreprises non bancaires,
cette gestion les conduit à employer leurs disponibilités et à chercher des liquidités
sur le marché financier. Elle peut les mettre dans la dépendance de la banque  cent-
rale qui exerce le rôle de régulation monétaire.

Vocabulaire thématique

coffre-fort (m) - сейф prêt (m) – ссуда, кредит; авансовый  пла-


découvert (m) – дефицит, нехватка;  овер- теж
драфт; необеспеченный кредит; сумма titre (m) – ценная бумага
открытых банком кредитов avance (f) en compte courant – ссуда,  за-
déposant (m) - вкладчик числяемая на текущий счет
disponibilité (f) – запас, наличные средст- dépôt (m) de fonds – денежный вклад
ва, деньги encaissement (m) des chèques –  инкасси-
escompte (m) – учет, дисконт векселей; рование чеков; прием в кассу
скидка за платеж наличными; учетный escompte (m) d’effet de créance  comer-
процент ciale – учет долгового коммерческого
векселя

16
exécution (f) des ordres de virement –  ис- perception (f) de commissions – взимание
полнение поручений по переводу денег комиссионных
recouvrement (m) des effets et des  fac-
opération (f) de change à vue – валютная tures – взыскание платежей, погашение по
операция с предъявительским чеком векселю и по накладным
opération (f) de règlement – операция по amortir – погашать (долг)
расчетам

Devoirs

I. Relisez le texte et analysez-le d’un point de vue de la grammaire étudiée.

II. Répondez aux questions données ci-dessous:


1. Quel est le titre de ce texte?
2. De quoi s’agit-il dans ce texte?
3. A quoi consiste la fonction d’intermédiaire des banques dans les opérations  fi-
nancières?
4. Qu’est-ce qui facilite à la clientèle les opérations de règlement?
5. Comment résumez-vous la fonction principale de la banque?
6. Quels sont les services rendus à la clientèle?
7. Qu’est-ce qu’on comprend sous les opérations de change à vue?
8. Au profit de qui la banque assure l’exécution des ordres de bourse?
9. Quels risques prennent les banques quand elles garantissent la réussite des
opérations d’émission?
10. Quel est le rôle de la banque centrale au marché financier?

III. Exprimez en français l’idée principale de chaque alinéa du texte avec deux ou
trois phrases courtes.

TEXTE B
Le système bancaire de la Russie

La réforme du système bancaire


La réforme du système bancaire a commencé en 1987 par une division des
banques d’Etat en banques spécialisées par branche (Banque de l’industrie et de la
construction, Banque pour l’habitat municipal, Banque agro-industrielle, Caisse
d’Epargne, Banque du commerce extérieur), constituant un système de banques
étatiques (d’Etat), fonctionnant sur une base commerciale. La Banque d’Etat de la
Russie conservait ses fonctions de contrôle et de règlement, tout en demeurant la
première Banque du pays; elle redistribuait les crédits et les subventions  (excep-
tionnelles). Parallèlement à ce système de banques d’Etat, a commencé peu à peu à se

17
constituer un système bancaire indépendant, composé de banques privées. Ces
dernières ont pu être créées sous forme de banques commerciales coopératives et
anonymes. Plusieurs banques coopératives et anonymes ont été formées dans le seul
but d’assurer un service financier aux entreprises, en se substituant au service d’Etat
(tenue des comptes et octroi des crédits). L’autonomie croissante des entreprises a
renforcé l’aspiration des dirigeants des entreprises d’Etat à avoir une independence
financière, à conserver un maximum de profits entre leurs mains et à utiliser avec
habileté ces resources pour leur propre intérêt. Les premières banques commerciales
et coopératives ont été des banques internes aux entreprises d’Etat.
Selon les dirigeants des banques spécialisées, le système bancaire aurait dû
avoir trois niveaux:
- une Banque Centrale, chargée de la réglementation, mais n’ayant pas le droit
d’effectuer des opérations financières;
- des banques spécialisées, effectuant des opérations bancaires et des opérations de
règlement, dans le cadre de leurs branches d’industrie et sur leurs segments de
marché;
- des banques commerciales, proposant des services aux petites et moyennes entre-
prises, principalement dans le secteur privé de l’économie.

La réorganisation des banques. Types de banques


Cependant, vers la fin des années 80, les banques commerciales et  coopéra-
tives avaient atteint une certaine indépendance et ne se contentaient plus du rôle
modeste sur le marché du crédit. Grâce au renforcement de la position des banques
commerciales et à l’augmentation des antagonismes dans les rapports entre banques
spécialisées, la Banques d’Etat a réussi à mettre en oeuvre sa propre conception du
système bancaire russe. Selon le schéma retenu, toutes les banques devenaient des
banques commerciales non spécialisées, la Banque d’Etat devenant le centre unique
des règlements du système bancaire.
L’organisation des banques par catégorie et leur transformation en banques
commerciales est complétée par la diversité des formes de propriété des banques.
Sous la pression de la Banque d’Etat, toutes les banques sont devenues anonymes.
Cela signifie que les anciennes banques spécialisées d’Etat ont dû être transformées
en sociétés par actions de type ouvert (S.A.) et vendre une partie de leurs actions à
des investisseurs privés. Les banques coopératives, dont les participants sont devenus
actionnaires, ont dû emprunter la même démarche. Aujourd’hui, conformément à la
législation bancaire, on n’admet en Russie que deux types de banques: les sociétés
par actions de type fermé (S.A.R.L.) et les sociétés par actions de type ouvert (S.A.).
En Russie, la plupart des banques sont des sociétés par actions du type ouvert; cela
signifie qu’elles peuvent vendre librement leurs actions aux investisseurs, y compris à
des personnes physiques. Les actions de telles banques sont cotées librement sur les
bourses russes de valeurs.

18
La réorganisation de la plupart des banques commerciales en sociétés par ac-
tions de type ouvert donne plus de possibilités légales pour acheter leurs actions sur
le marché des valeurs et en dehors de ce marché par n’importe quel investisseur. De
plus, la Loi sur les entreprises et l’activité entrepreneuriale permet à l’investisseur
étranger d’acheter les actions des banques commerciales anonymes.
L’unification des types de banques a entraîné des besoins dans leur activité
(réserves obligatoires, rapport des fonds propres et de ceux empruntés, capital  mi-
nimal). Actuellement, le capital minimum d’une banque commerciale doit être de 1
mln d’ECU ou de la somme équivalente en roubles. Pour beaucoup de banques, cette
somme n’est pas très importante: les 100 plus importantes banques de Russie ont un
tel capital ou ont la capacité d’atteindre ce niveau à brève échéance. Pour la plupart
des banques, l’augmentation du capital statutaire est lié à la capitalisation du revenu.
Cependant, pour beaucoup de petites et moyennes banques, cette augmentation du
capital est difficile. On ne peut pas exclure que dans le nouveau contexte, quelques
banques, petites et moyennes, augmentent leur capital par le biais d’investisseurs
étrangers, qui seront en état d’apporter les sommes nécessaires.

Le marché secondaire
Le développement de l’activité des banques en S.A. commerciales a conduit à
la formation graduelle d’un marché secondaire (assez stable) des titres des banques
commerciales. La concentration, dans les banques commerciales, d’opérations de
payement d’un grand nombre d’entreprises, y compris les entreprises d’Etat, ouvre
des grandes possibilités aux investisseurs, qui pourraient compter sur les hauts
revenus des placements en actions de banques et auraient accès au système des
payements bancaires. Les banques commerciales, nées des banques «intérieures» des
groupes d’entreprises, gardent jusqu’à ce jour, un certain système de privilèges pour
leurs actionnaires. Cela concerne en premier lieu la tenue des comptes bancaires,
l’affectation des payements, le retrait d’argent comptant, l’octroi et les conditions de
certains crédits.
L'inflation en Russie conduit à un enrichissement considérable des ressources
bancaires mobilisées. Les revenus des banques, provenant de l'octroi de crédit,
diminuent peu à peu à cause de la baisse de la marge bancaire, qui atteint 2-3 % (le
plus haut niveau). Le plus grand revenu des banques provient du service des
versements de leurs clients, lorsque les banques deviennent centres de payement. Ce
rôle des banques croît principalement en raison du développement concomitant du
secteur commercial et celui d'intermédiation dans l'activité d'entrepreneuriale. La
cherté des ressources mobilisées et la hausse du prix des services bancaires obligent
les banques à chercher d'autres actionnaires, intéressés à des services permanents et,
peut être, plus sûrs et moins coûteux. La tendance des entreprises à obtenir l'accès
aux revenus des opérations bancaires se fait sentir par la stabilité des cours des
actions des banques.
L'existence d'un marché secondaire des actions de banques commerciales
augmente la possibilité, pour des participants étrangers, de se porter acquéreurs des

19
actions à la bourse (ce qui attire moins l'attention des organes chargés de la  limita-
tion des participations étrangères au niveau de la création de banques commerciales).
Par ailleurs, on jette les bases pour résoudre le problème du retrait d'actionnaires,
c'est-à-dire pour augmenter la liquidité des investissements de l'actionnaire étranger
dans les banques russes.

L'accès des banques étrangères au marché national.


Aujourd'hui, la Banque Centrale (sous la pression des banques nationales
commerciales) limite la participation des banques commerciales étrangères au  pro-
cessus d'une nouvelle répartition des ressources financières en Russie. Cependant,
ceci est plutôt le résultat d'un certain protectionnisme de lutte concurrentielle, de
facteurs économiques, mais non politiques et idéologiques. Le déplacement des
problèmes d'activité des banques étrangères de la sphère politique et idéologique vers
le domaine économique donne libre cours au développement du rationalisme
économique, qui détruira en permanence les mesures protectionnistes dans le  do-
maine bancaire. Dans ce contexte de besoin croissant, de la part des banques russes,
d'un système perfectionné de règlements bancaires, y compris les services des
opérations d'exportation et d'importation, et avec l'ouverture au marché international
des marchandises et des services, les banques russes tâcheront de collaborer plus
étroitement avec les banques étrangères, jusqu'à la participation croisée de capitaux.
II y a aujourd'hui des exemples, où les banques commerciales russes cherchent à
vendre leurs actions aux banques étrangères. La banque la plus heureuse dans ce
domaine est l'Incombank, qui a ouvert plusieurs établissements à l'étranger et qui a
cédé un paquet de ses actions aux banques étrangères. Plusieurs autres banques se
tournent vers la coopération avec des banques étrangères, en créant des banques
mixtes; parmi elles: la Banque internationale de Moscou, dont les actionnaires sont la
Caisse d'Epargne et la Banque de l'Industrie et de la Construction; la Banque de
l'Economie Extérieure; plusieurs banques étrangères, y compris le Crédit Lyonnais;
Kansalis Osake Panki ainsi que la Banque russe de projet, dont les actionnaires sont
la Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement, la banque
«Renaissance», Mosbusinessbank et d'autres banques commerciales parmi les plus
grandes.
Vocabulaire thématique

consignation (f) – депозитно-сохранная ~ populaire regionale – Региональный на-


касса родный банк
Tresorerie (f) – Казначейство;   ликвид- ~ d’affaires – Деловой банк
ность банка ~ de depot(s) – Депозитный банк
Banque (f) etatique – Государственный ~ d’escompte – Учетный банк
банк ~ des reglements internationaux (BRI) –
~ centrale de reserve – Центральный ре- Банк международных расчетов
зервный банк Caisse (f) d’Epargne – Сберегательный
~ fonciere – Земельный банк банк
~ habilitee – Правомочный банк octroi (m) de prêt – предоставление  ссу-
~ mutuelle – Банк взаимного кредита ды, кредита

20
Devoirs

I. Relisez le texte et analysez-le d’un point de vue de la grammaire étudiée.

II. Répondez aux questions données ci-dessous:


1. Quel est le titre de ce texte?
2. De quoi s’agit-il dans ce texte?
3. Par qui a été commencé la réforme du système bancaire russe?
4. Quand on a créé le système bancaire indépendant?
5. De quelle banques a été composé ce système?
6. Dans quel but ont été formées les banques coopératives et anonymes?
7. Quelle est la structure du système bancaire en Russie?
8. Grâce à quoi la Banque d'Etat a réussi à mettre en œuvre sa propre conception du
système bancaire russe?
9. Quelles possibilités a donné la réorganisation des banques commerciales en  so-
ciétés par actions de type ouvert?
10. Qu'est-ce qui a conduit à la formation d'un marché secondaire?
11. A quoi conduit l'inflation en Russie?
12. De quoi provient le revenu des banques?
13. Quelle est la politique de la Banque Centrale par rapport aux autres banques?

III. Exprimez en français l’idée principale de chaque alinéa du texte avec deux ou
trois phrases courtes.

IV. Préparez un bref exposé (10-12 phrases, par écrit) sur l’un des sujets:
- «La réforme du système bancaire”
- «Types de banques»
- «L'accès des banques étrangères au marché national»

TEXTE C
Différentes catégories des banques étrangères

Banque centrale de la France


Créée par un décret des consuls du 18 janvier 1800 sous la forme de banque privée, la
Banque de France a vu son rôle public progressivement affirmé dans ses institutions.

Banquier des banques. La Banque de France leur offre des instruments de


règlement des créances que les unes ont sur les autres en faisant fonctionner des
chambres de compensation auprès de chacun de ses sièges et en exécutant les  vire-
ments entre comptes que chaque banque entretient sur ses livres.

21
Banquier du Trésor. La Banque de France l’est d’abord par le moyen de ses
avances; le montant des avances directes (aujourd’hui distinguées en prêts d’Etat de
montant effectif constant et avances de montant variable) est limité par la loi. Ce
moyen peut être complété par les concours indirects qui prennent la forme de
l’escompte des obligations cautionnées constituant le portefeuille propre du Trésor, le
réescompte d’effets à moyen terme provenant du portefeuille de la Caisse des dépôts
et consignations et l’achat de bons du Trésor provenant du portefeuille des banques
qui recrée chez celles-ci des possibilités de souscription.

Autorité monétaire. La Banque assure la défense de la valeur de la monnaie sur


le plan externe comme sur le plan interne.
Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) ou
Banque mondiale

Institution financière internationale.


Les projets que finance la banque sont essentiellement les grands travaux
d’infrastructure industrielle destinés à doter les pays bénéficiaires des équipements de
base préalables nécessaires au développement; quel que soit le maître d’oeuvre, une
garantie est exigée des pouvoirs publics du pays receveur. La prise en compte des
besoins des pays les plus défavorisés, exigeant des actions beaucoup plus diversifiés
et des efforts particuliers dans des domaines où l’investissement ne saurait être
rentable (enseignement, agriculture...), et incapable d’assurer, compte tenu d’un
endettement déjà important, le service d’une dette extérieure supplémentaire, a
conduit à la création, en 1960, de l’Agence internationale de développement, filiale
intégrale de la BIRD.

Banque européenne d’investissement (BEI)


Institution de la Communauté économique européenne chargée défavoriser, par
l’octroi de prêts d’investissement, le développement, l’intégration et la coopération.
Ses prêts sont consentis à un taux uniforme (qui assure l’équilibre de la  ges-
tion, c’est-à-dire la rémunération de ses ressources d’emprunt), mais pour des  du-
rées adaptées au caractère de l’opération. Ils complètent les moyens de financement
publics ou privés obtenus par l’emprunteur, lui-même personne publique ou privée.
Ils sont destinés à la mise en valeur de régions moins développées, à des projets
d’intérêt commun, à la modernisation et à la conversion d’entreprises ou à la création
d’activités nouvelles.

Banque d’affaire
Les banques d’affaires sont des éléments du capitalisme français. Leur  acti-
vité principale consiste à prendre des participations dans des entreprises; elles s’en-
gagent à long terme en finançant, grâce à des fonds propres et à des emprunts à long
terme, des projets industriels et commerciaux. Participant à de multiples conseils
d’administration, détenant le nerf de l’activité économique – l’argent, elles jouent un

22
rôle de chef d’orchestre dans les opérations de concentration – fusion, projets de
grande envergure qu’elles tissent…

Banque de dépôts (ou de crédit)


C’est une banque qui avance de l’argent contre certaines garanties: soit des
hypothèques (crédit foncier); soit des récoltes ou du matériel agricole (banques  ag-
ricoles); soit des gages (crédit municipale).
Les banques de dépôts (ou de crédit) font appel à l’épargne des multiples petits
déposants; leurs ressources essentielles sont les dépôts à vue, et leurs activités
caractéristiques sont les emplois à court terme. Traditionnellement, elles participent
peu à la propriété ou à la gestion des entreprises auxquelles elles prêtent.
Aujourd’hui, ces deux types de banques recherchent les occasions de profit
parfois sur le même terrain, profitant de l’assouplissement de la législation. Les
banques de dépôts participent parfois aux affaires qu’elles financent, la haute banque
sort du cercle aristocratique de ses relations avec les Etats et les grands industriels
pour travailler avec des groupes plus modestes mais rentables, les banques d’affaires
ouvrent des comptoirs et acceptent des dépôts sans les limiter aux entreprises dans
lesquelles elles prennent des participations.
Les banques se distinguent aussi par leur statut. Certaines sont nationalisées;
leur capital est détenu pour l’essentiel par l’Etat et la gestion en est contrôlée par lui.
La politique quotidienne de ces banques se distingue peu de celle des banques
privées, mais l’Etat peut intervenir pour leur demander de soutenir tel ou tel secteur
ou entreprise.
C’est une banque qui garde l’argent des particuliers et des commerçants et le
tient à leur disposition. Les dépositaires reçoivent un carnet de chèques. Pour retirer
de l’argent de leur compte, ils tirent un chèque sur eux-mêmes. Ils peuvent aussi faire
virer une somme de leur compte à un autre compte bancaire ou postal. La banque
émet aussi des chèques de voyage.

Banque d’escompte.
C’est la banque qui escompte, c’est-à-dire qui achète un effet avant  l’éché-
ance moyennant une certaine retenue, appelée escompte, qui représente l’intérêt de
l’argent durant la période qui sépare la date de négociation de celle de l’échéance.
Vocabulaire thématique

assouplissement (m) - гибкость endettement (m) - задолженность


consignation (f) – зд.: депозитно-сохранная épargne (f) - сбережения
касса gage (m) – заклад, залог; гарантия
communauté (f) – сообщество,   содру- réescompte (m) - переучет
жество virement (m) - перевод, перечисление
créance (f) – долг; долговое  обязательст- carnet (f) de chèques – чековая книжка
во; задолженность chèques (m, pl) de voyage–дорожные чеки

23
dépôts (m) à vue – вклад до  востребо- prise (f) en compte – принятие в расчет
вания taux (m) uniforme – единая процентная
mise (f) en valeur - освоение ставка
obligation (f) cautionnée – обязательство,
гарантированное банком

Devoirs

I. Relisez le texte et analysez-le d’un point de vue de la grammaire étudiée.

II. Répondez aux questions données ci-dessous:


1. Quel est le titre de ce texte?
2. De quoi s’agit-il dans ce texte?
3. Quelle est la destination principale de la Banque de France?
4. Quelle place occupe la banque des règlements internationaux dans le système
bancaire?
5. Qu’est-ce qui a conduit à la création de la banque internationale pour la  reconst-
ruction et le développement?
6. Quelle est la fonction principale de la banque européenne d’investissement?
7. Quel est le champ d’activité de la banque?
8. En quoi consiste l’activité principale de la banque d’affaire et de la banque de
dépôts?
9. A quelles affaires participent ces banques?
10. Quelle banque émet des chèques de voyage?
11. Qu’est-ce que vous pouvez dire de l’activité de la banques d’escompte?

III. Préparez un bref exposé (10-12 phrases, par écrit) sur l’un des sujets:
- «La Banque de France»
- «BIRD et BEI»
- «La banque d’affaire et la banque de crédit»

Thème: «Monnaie. Les diverses formes actuelles de monnaie»

TEXTE A
La banque crée de la monnaie

La création monétaire est assurée par la Banque centrale et le Trésor public.


Les banques ne sont plus des simples intermédiaires qui prêtent des crédits aux
clients à l’aide des dépôts reçus.
Elles créent de la monnaie quand elles accordent des crédits.
La banque peut créer de la monnaie par-delà ses stocks d’or.

24
L’or ne sert plus alors qu’à assurer la convertibilité du billet de banque, en
jouant le rôle de réserve. L’expérience permet de fixer que pour une quantité de
billets en circulation, il faudra, par exemple, cinq fois moins d’or dans les caves de la
banque que de billets en circulation. Le cours forcé peut même obliger les citoyens à
accepter les billets.
A partir de ce stade se pose le problème de l’émission et de son contrôle.
La banque d’émission esr alors la gardienne du Trésor souvent constitué d’or.
Son bilan s’écrit avec une grande simplicité:

Actif Passif
X tonnes d’or = Y roubles Billets émis = Y roubles

Le bilan est strictement équilibré, si une tonne vaut 1 000 000 de roubles, on
aura, par exemple, à l’actif 10 000 tonnes d’or, au passif 10 000 millions de roubles
en billets, qui se trouvent en circulation.

Vocabulaire thématique

bilan (m) – бухгалтерский баланс; итог, результат; отчет


stock (m) – запас; резерв; наличность
billet (m) de banque – банковский билет, банкнота

Devoirs

I. Relisez le texte et analysez-le d’un point de vue de la grammaire étudiée.

II. Répondez aux questions données ci-dessous:


1. Quel est le titre de ce texte?
2. De quoi s’agit-il dans ce texte?
3. Par qui est assurée la création monétaire?
4. Quand les banques créent de la monnaie?
5. Quel rôle joue l’or?
6. De quoi se compose le bilan de la banque d’émission?

III. Exprimez en français l’idée principale de chaque alinéa du texte avec deux ou
trois phrases courtes.

TEXTE B

Bref lexique des techniques monétaires

Devise

25
Les monnaies étrangères sont des «devises»: en fait, tout papier négociable
libellé en monnaie d’un pays étranger est une devise de ce pays. Chaque banque
nationale détient une réserve d’or et de devises étrangères pour faire face aux paye-
ments dus à des créanciers étrangers lorsqu’ils dépassent les encaissements que le
pays reçoit de l’étranger.

Le taux de change
Entre deux pays, le taux de change de leurs monnaies est le rapport dans  le-
quel une unité de la monnaie de l’un s’échange contre la monnaie du second. A
chaque moment le taux de change peut tendre à varier: la monnaie la plus demandée
s’échange contre une quantité croissante de la monnaie la moins demandée; le taux de
change de la première par rapport à la seconde monte, à moins que de nouvelles
quantités de la première ne soient mises en vente pour rééquilibrer offre et demande.
Le taux de change résulte donc d’une confrontation entre demande et offre: il se
manifeste sur le marché. Il va de soi que ce marché peut être plus ou moins «libre».

Convertibilité
Une monnaie est convertible contre les autres lorsqu’on peut librement
l’échanger contre les autres. Le contrôle des changes permet de réserver la  conver-
tibilité de la monnaie nationale aux seules transactions autorisées, donc de la  refu-
ser, en principe, aux spéculateurs. Par exemple: le contrôle des changes permet
d’allouer des monnaies étrangères à une firme qui en a besoin pour importer des
marchandises et il permet de refuser que des spéculateurs fassent transférer en marks
des capitaux qu’ils ont en francs.
La convertibilité-or est autre chose que la convertibilité des monnaies entre
elles: la convertibilité-or impliquait que le détenteur d’une monnaie pouvait
l’échanger contre une quantité légale et fixe d’or, correspondant à la valeur-or de
ladite monnaie. Aujourd’hui, aucune monnaie n’est plus convertible en or.
Flotter
Une monnaie «flotte» par rapport à une autre lorsque la Banques nationale
n’intervient plus pour maintenir les taux de change conformis aux rapports légaux
entre ces deux monnaies.

Marge de fluctuation
Pour maintenir le taux de change de leur monnaie par rapport à une autre, les
Banques nationales vendent de leur monnaie quand elle monte (et elles doivent donc
acheter des devises étrangères) et inversement, elles rachètent de leur monnaie quand
elle baisse (et elles doivent donc vendre des devises étrangères, au détriment de leurs
réserves de devises). Ces interventions n’ont lieu que lorsque le taux de change
s’écarte d’un certain pourcentage au-dessus ou au-dessous de la parité légale. Selon
que les limites d’intervention de la Banque nationale sont plus ou moins écartées, la
monnaie flotte donc à l’intérieur d’une «marge de fluctuation» plus ou moins large.

26
Parité
C’est l’équivalence légale selon laquelle deux monnaies s’échangent  théori-
quement. Les taux de change oscillent (donc flottent) au-dessus et au-dessous de la
parité. La parité-or est désormais fort théorique: c’est la quantité d’or contre  la-
quelle une monnaie s’échangera officiellement.

Vocabulaire thématique

créancier (m) - кредитор taux (m) de change – валютный курс


devise (f) - валюта négociable libellé – способный к   обра-
détriment (m) – ущерб, вред щению
encaissements (m, pl) – денежные поступ- ladite – вышеупомянутый,  вышеуказан-
ления ный
transaction (f) – коммерческая операция détenir - содержать
marge (f) de fluctuation – диапазон faire face – зд.: противостоять
колебаний flotter – колебаться; быть неустойчивым

Devoirs

I. Relisez le texte et analysez-le d’un point de vue de la grammaire étudiée.

II. Répondez aux questions données ci-dessous:


1. Quel est le titre de ce texte?
2. De quoi s’agit-il dans ce texte?
3. Qu’est-ce qu’une devise?
4. Pour quoi chaque banque nationale detient une réserve d’or et de devises
étrangères?
5. Qu’est-ce que vous pouvez dire du taux de change?
6. Où se manifeste le taux de change?
7. Qu’est-ce que vous pouvez dire de la convertibilité?
8. Le contrôle des changes qu’est-ce qu’il permet?
9. Qu’est-ce que vous pouvez dire de la convertibilité-or?
10. Quand une monnaie «flotte» par rapport à une autre?
11. Qu’est-ce que vous pouvez dire de la marge de fluctuation?
12. Qu’est-ce que vous pouvez dire de la parité?

III. Exprimez en français l’idée principale de chaque alinéa du texte avec deux ou
trois phrases courtes.
IV. Donnez (par écrit) et retenez la définition des termes économiques: une devise;
un taux de change; une convertibilité; une parité.

TEXTE C
Les techniques de payement

27
Il s’agit des procédures pour collecter les instruments de payement.

● L’encaissement simple
Le vendeur envoit à son client une facture. Si un délai de payement a été  ac-
cordé, il y joint une traite. Le client paie par chèque, ou, le plus souvent, en donnant
ordre à sa banque d’effectuer un virement.

Inconvénients:
- l’initiative du règlement appartient entièrement au client. On peut rendre plus sûre
la procédure en demandant à l’acheteur une lettre de garantie bancaire;
- risque de lenteur lorsque le payement se fait par chèque ou virement courrier. On
peut rendre l’encaissement plus rapide par l’ouverture d’un compte dans le pays de
l’acheteur (compte centralisé).

● La remise documentaire
Le vendeur rassemble les documents nécessaires (facture, titre de transport..) et
les remet à sa banque. Celle-ci les transmet à la banque de l’acheteur. Cette dernière
les donnera à l’acheteur en échange du payement ou de l’acceptation d’une traite.

Avantages:
- la remise documentaire est plus sûre que l’encaissement simple;
- elle est peu coûteuse;
- elle est plus souple que le crédit documentaire.

Inconvénients:
- risque de retard dans la transmission des documents;
- risque que l’acheteur accepte la traite mais ne puisse pas l’honorer à l’échéance
prévue;
- si l’acheteur renonce à l’achat, les marchandises continuent à être transportées, et,
dès leur arrivée, le vendeur doit leur trouver un nouvel acheteur.

Lettre de change
La lettre de change ou la traite est un effet de commerce. Elle est un ordre du
souscripteur à une autre personne de payer à un tiers un montant déterminé à une
époque dite.
Les personnes dénommées dans une lettre de change sont:
- le tireur ou souscripteur qui fait la lettre et en reçoit sa valeur;
- le preneur ou bénéficiaire qui fournit cette valeur et devient ainsi propriétaire du titre;
- le tiré ou payeur, et ensuite accepteur, qui doit payer la lettre de change à  l’éché-ance.
Chèque
En ouvrant à leurs clients un compte courant (compte de chèque) les banques
délivrent aux propriétaires de ces comptes un carnet de chèques qui contient 10, 20
ou 50 feuillets, appelés chèques.

28
Le chèque est un mandat de payement à vue qui sert au propriétaire du compte
courant (le tireur) à effectuer le retrait à son profit ou au profit d’un tiers de fonds
disponibles portés au crédit de son compte chez un banquier ou un établissement de
crédit (le tiré). L’usage des chèques est réglementé par la loi.
D’après la Convention de Genève, le chèque, pour être régulier et valable, doit:
- être signé par le tireur;
- indiquer le lieu d’où il est émis et porter la date du jour où il est tiré, inscrit en
toutes lettres et de la main de celui qui a écrit le chèque;
- contenir l’ordre non conditionné de payer une somme déterminée;
- indiquer le tiré;
- indiquer le lieu de payement;
- contenir le mot «chèque» dans le texte même du document.

Voici quelques recommandations qui s’adressent au tireur de chèques:


1. II convient pour tirer un chèque de n’employer que le carnet de chèques délivré par
le banquier.
2. Le chèque s’écrit à l’encre noire, en caractères bien lisibles.
3. Le montant du chèque est indiqué en toutes lettres, les mots qui composent le
chiffre du montant sont reliés entre eux et suivis de la dénomination de la monnaie.
4. S’il est nécessaire de rectifier la teneur d’un chèque, les altérations y portées
doivent être certifiées par la signature du tireur (des tireurs). Il serait d’ailleurs pré-
férable de détruire le chèque en question et d’en tirer un autre.
5. Signer chaque chèque d’une signature uniforme, en conformité avec le spécimen
de votre signature, que vous avez remis à la banque.
6. Avant de détacher le chèque que vous avez tiré, indiquez sur la souche le nom du
bénéficiaire, la somme et la date du tirage.
7. En cas ou un chèque est perdu, vous devez en aviser votre banquier  immédiate-
ment en lui donnant tous les détails et en lui demandant de suspendre le payement.
Le chèque est soumis à un droit fixe.
Le chèque barré, c’est-à-dire traversé en entier par deux traits parallèles, n’est
payé que par l’intermise d’un banquier par voie de virement du compte courant du
tireur au compte courant du porteur.
L’usage de barrer les chèques est surtout répandu en Angleterre et dans le
commerce extérieur.
Virement
Opération consistant à transporter une somme d’un compte à un autre, sans que
ce changement affecte le total du budget ou du bilan, ou bien sans que jouent certains
comptes de disponibilités, en particulier le compte de caisse. Cette opération peut
servir de moyen de règlement.

● Le virement de crédits: c’est l’opération consistant à modifier le budget sans en


changer le total, en transférant un crédit de montant déterminé d’une affectation à une
autre.

29
● Le virement de comptes: en comptabilité, c’est une opération comportant transport
d’un crédit au crédit d’un autre compte, ou d’un débit au débit d’un autre compte, en

portant l’écriture de sens inverse au compte dans lequel l’opération était


précédemment enregistrée.

● Le virement bancaire, moyen de règlement: c’est l’opération par laquelle, sur ordre
d’un client, le banquier débite le compte du client pour créditer un autre compte. II
constitue un moyen de règlement comme le chèque et la lettre de change.

Vocabulaire thématique

accepteur (m) - акцептант tireur (m) - векселедатель


affectation (f) – распределение; использо- tiré (m) - плательщик
вание, назначение; целевое выделение traite (f) – тратта, переводной вексель
средств, ассигнование virement (m) – перевод, перечисление
altération (f) - изменение chèque (m) barré – перечеркнутый
avantage (m) – выгода; преимущество (кроссированный) чек
bénéficiaire (m) – бенефициар,  выгодо- chèque (m) régulier et valable –правильно
приобретатель; получатель (в соответствии с законом) выписанный и
comptabilité (f) – учет (бухгалтерский), действительный чек
бухгалтерское дело; бухгалтерия;  счето- compte (m) courant – текущий счет
водство crédit (m) documentaire –   документар-
encaissement (m) – инкассо, инкассирова- ный аккредитив
ние; денежный сбор; получение денег; effet (m) de commerce – коммерческая
инкассация ценная бумага (финансовый вексель  тор-
facture (f) – счет, фактура; накладная гово-промышленной компании в форме
feuillet (m) – листок (в книге, тетради…) краткосрочного простого долгового  обя-
inconvénient (m) – недостаток;   отрица- зательства)
тельная сторона lettre (f) de change – переводной вексель
lenteur (f) – медлительность;   медлен- mandat (m) de payement – платежное по-
ность ручение
montant (m) – итог, сумма; цена remise (f) documentaire – документарное
preneur (m) – покупатель; получатель, инкассо
ремитент; арендатор sûr – несомненный, неоспоримый;  безо-
retrait (m) – снятие (средств); изъятие пасный; верный, надежный
souche (f) – корешок (квитанции) rectifier - исправлять
souscripteur (m) – плательщик (по чеку, détacher - отрывать
векселю) suspendre le payement – приостановить
teneur (f) – текстуальное содержание платеж
teneur (m) – держатель; à vue – (со сроком) по предъявлении

Devoirs

I. Relisez le texte et analysez-le d’un point de vue de la grammaire étudiée.

30
II. Répondez aux questions données ci-dessous:
1. Quel est le titre de ce texte?
2. De quoi s’agit-il dans ce texte?
3. Quels sont les principaux instruments de payement?
4. Qu’est-ce qu’un encaissement simple?
5. Quels sont les inconvénients de l’encaissement simple?
6. Qu’est-ce que vous pouvez dire de la remise documentaire?
7. Quels sont les avantages et les inconvénients de la remise documentaire?
8. Qu’est-ce qu’une lettre de change?
9. Quelles sont les personnes dénommées dans une lettre de change?
10. Qu’est-ce qu’un chèque?
11. Par quoi est réglementé l’usage de chèques?
12. Qu’est-ce que vous pouvez dire de la Convention de Genève?
13. Quelles sont les recommandations qui s’adressent au tireur de chèques?
14. Qu’est-ce qu’un chèque barré?
15. Qu’est-ce qu’un virement?

III. Préparez un bref exposé (10-12 phrases) sur l’un des sujets:
- «L’encaissement simple»
- «La remise documentaire»
- «La lettre de change»
- «Le chèque»
- «Le virement»

IV. Donnez (par écrit) et retenez la définition des termes économiques: la lettre de
change; le chèque; le chèque barré; le virement.
Pour faire l’exposé du texte
vous pouvez utiliser les phrases données ci-dessous:

1. Pour présenter l’idée générale :


Le texte que je viens de lire porte le titre … .
Le texte que je viens de lire a pour titre … .
Le titre de ce texte est … .
Dans ce texte il s’agit de (du, de la, des) … .

2. Pour structurer l’information :


D’abord (premièrement, en premier lieu) l’auteur nous montre (donne) … .
Pour commencer l’auteur affirme que … .
Puis (ensuite, deuxièmement, en deuxième lieu) … .
L’auteur attire l’attention sur …
Il constate … .
L’auteur souligne … .

31
Il précise … .
L’auteur analyse … .
Il compare … .
Enfin (finalement, en dernier lieu) … .
Pour finir l’auteur expose … .
En conclusion il cherche à … .

3. Pour exprimer votre opinion :


Moi, je pense (crois, estime) que … .
A mon avis … .
En ce qui me concerne … .
Je n’ai pas d’opinion sur la question.

4. Pour exprimer votre accord et votre désaccord:


Je suis absolument d’accord avec … .
Je partage l’opinion de … .
C’est exactement ce que je pense à ce sujet.
Je ne suis pas absolument d’accord avec … .
Je ne partage pas l’avis de … à ce sujet.

5. Pour faire des objections :


Je ne suis pas tout à fait d’accord avec … sur ce point.
A ce sujet, je voudrais faire remarquer que … .
Ce n’est pas tout à fait mon avis.

ОГЛАВЛЕНИЕ

Введение ……………………………………………………………………….....3
Thème: «Entreprise. Personnel d’entreprise»
TEXTE A Entreprise – producteur de biens et services……..……………..3
TEXTE B Une multitude de formes d’entreprise…………………………..5
Thème: «Marché. Offre et demande »
TEXTE A Les types de marché…….………………………………………8
Thème: «Marketing. Commerce»
TEXTE A L’orientation principale du marketing...………………………..11
TEXTE B La publicité. Une des facettes du marketing…………………....13
Thème: «Origine et rôle des banques. Structure financière des banques»
TEXTE A Activités des banques……………...…………………………...15
TEXTE B Le système bancaire de la Russie...…………………………….17
TEXTE C Différentes catégories des banques étrangères………………....21
Thème: «Monnaie. Les diverses formes actuelles de monnaie»
TEXTE A La banques crée de la monnaie………………………………...25

32
TEXTE B Bref lexique des techniques monétaires………………………..26
TEXTE C Les techniques de payement…………………………………....28

Методическая разработка
по обучению ознакомительному чтению
для студентов 2-го курса
экономических специальностей ВГАСУ
(французский язык)
Часть 3

Составитель: ст. преп. Ольга Владимировна Великородных

Редактор Бетина Е.В.

Подписано в печать 28.11.2006. Формат 60х84 1/16. Уч.-изд. л. 2.


Усл.-печ. л. 2,1. Бумага писчая. Тираж 50. Заказ № 642.
___________________________________________________________
Отпечатано: отдел оперативной полиграфии
Воронежского государственного архитектурно-строительного университета
394006 Воронеж ул. 20-летия Октября, 84

33