Вы находитесь на странице: 1из 1

PLAN EMERGENCE

Trois ans après le lancement du plan Emergence, quel est le bilan d'étape et quelles sont les perspectives
des secteurs clés de cette stratégie ? Les premiers résultats commencent à peine à tomber.
Le Maroc compte énormément sur la stratégie Emergence pour dynamiser son économie. Avec les trois
nouveaux métiers, ouïes métiers mondiaux du Maroc, à savoir 1'offshoring, l'automobile et aéronautique,
le plan Emergence porte de grandes ambitions. Ainsi, à l'horizon'2015, il est prévu
que ces secteurs représentent entre 90 et 100 milliards de dirhams de PIB et qu'ils créent entre 400.000 et
500.000 nouveaux emplois.
Pour les trois métiers, l'offre Maroc se décline en trois volets : des zones dédiées, un cadre incitatif à
travers des facilités fiscales ou des aides à l'investissement, et un dispositif de formation. Pour l'offshoring,
les zones dédiées à cette activité représentent la clé de voûte de l'offre, grâce, à des services télécoms de
premier plan et une approche «Ready for Output», à travers des bureaux aménagés et une dizaine de
services de «support business» sur site. Déjà, deux zones ont été lancées. La première, Casa Nearshore, est
d'une superficie de 53 ha. Sa première tranche, de 57.000 m2, devrait être livrée avant juillet prochain.
Les occupants du premier bâtiment, d'une superficie de 8.366m2, ont reçu les clés de leurs locaux fin
décembre dernier. Ils devront commencer leurs activités à partir du mois de mai prochain. La société
gestionnaire de cette zone a annoncé que le taux de réservation des surfaces à louer a atteint pour les
années 2008 et 2009 respectivement 100% et 84%. Casa Nearshore SA prévoit pour la première tranche
un total de 3.600 emplois dont 1.600 nouveaux. Des entreprises comme BNP Paribas, Bull, Capgemini,
Dell, GFI, HPS, Logica CMG, M2M Group, Sqli, Tata... ont déjà élu domicile à Casa Nearshore. D'autres
grandes sociétés, comme Alcatel, Atos Origin, Axa, EDS, pourraient rejoindre les premières. La deuxième
zone lancée est Rabat Technopolis, sur une superficie d'environ 300 ha. Les travaux ont été lancés l'année
dernière pour une livraison des premiers plateaux de 32.000 m2 entre avril et juillet prochains. A l'horizon
2016, le gouvernement table sur 12.000 emplois dans cette zone d'offshoring. Trois autres zones sont en
phase d'étude. Il s'agit de Fès shore, Tanger Shore et Marrakech shore. Les actions futures vont porter sur
une politique de promotion ciblée. Le plan de formation, quant à lui, devra être réajusté pour coller aux
besoins effectifs des entreprises. Un second plan national de formation devra être lancé pour la période
2010-2012. Par ailleurs, une veille devra être assurée pour l'amélioration continue de l'offre marocaine.
Pour ce qui est du secteur automobile, le Maroc veut , transformer sa position géographique en avantage
logistique, et tirer profit de la disponibilité et de la compétitivité de sa main d'œuvre. Pour encourager le
développement de cette industrie, le gouvernement compté créer des «Med Zones», dont la principale est
Tanger Automotive City.
Tanger accueillera un centre de formation d'excellence, destiné essentiellement à accompagner le
constructeur et les équipementiers du projet Renault-Nissan. Ce projet représente, d'ailleurs, la
locomotive de ce secteur. Il aura une capacité de 400.000 véhicules par an, et permettra In création de
36.000 emplois dirais et indirects. En effet, le gouvernement espère que ce complexe industriel produira un
effet boule de neige dans le secteur. Mais, déjà, il est satisfait de la présence d'équipementiers de référence,
comme Valéo, Volkswagen, Yazaki, Delphi, Sumitomo...
L'aéronautique, a l'instar des deux secteurs précédents, se base pour son développement sur l'aéropole
Nouaceur. Pour le développer, un travail est mené afin, d'une part, de créer une société de gestion et de
promotion de l'aéroport Nouaceur, et, d'autre part, étendre cet aéroport sur un terrain d'environ 200 ha.
Aussi, un centre de formation aux métiers de l'aéronautique (IMA) est en cours de mise en place. Un
programme ciblé de promotion de l'investissement auprès des avionneurs et des équipementiers devra être
bientôt défini et réalisé.
Aux côtés de ces nouveaux métiers, le secteur du textile-habillement est intégré dans le plan Emergence.
L'objectif est de lui donner un nouvel élan pour améliorer sa compétitivité. Deux ans et demi après sa
signature, plusieurs actions ont été concrétisées. Ainsi, les mesures incitatives pour l'investissement, grâce
aux aides du Fonds Hassan II, ont profité à 80 projetsr parmi lesquels cinq grands projets sont
conventionnés par l'Etat. Ces 80 projets, qui vont créa prés de 20 000 emplois, ont bénéficié d'une
contribution du Fonds d'environ 400 MDH,, pour un montant global d'investissement d'environ 5
MMDH.
Les facilitations douanières commencent à attirer les entreprises, à travers le programme de
catégorisation. Une quarantaine d'entreprises bénéficient actuellement des avantages de la catégorisation.
L'accès aux intrants est lui aussi de plus en plus facilité, à travers la réforme tarifaire, le démantèlement
douanier et la mise en place de plateformes d'approvisionnement.
ABDERRAHIM CHENGUAOU