Вы находитесь на странице: 1из 57

Infographie

Transformations Géométriques

Nassima Ben Younes


Lamloumi Naima
Plan
2

1. Fondements mathématiques

2. Représentations de transformations

3. Compositions de transformations
1. Fondements mathématiques
3

• Scalaires et leurs propriétés


• Vecteurs et leurs propriétés
 Produit vectoriel
 Addition de vecteurs
 Normalisation
• Matrices
 Multiplication Matrice - vecteur
 Multiplication Matrice - Matrice
1. Fondements mathématiques
4

Scalaire
• Un scalaire est une grandeur totalement définie par un nombre et une unité.
• Il a une valeur numérique mais pas d'orientation.
• Exemples :
 Masse
 Distance
 Température
 Volume
 Densité
 Etc.
• Les scalaires obéissent aux lois de l'algèbre ordinaire.
1. Fondements mathématiques
5

Scalaires
Opérations élémentaires
• Addition et multiplication
• Propriétés
o Commutativité
o Associativité
o Distributivité
• Identité
o Addition : 0
o Multiplication : 1
1. Fondements mathématiques
6

Vecteurs
Un vecteur est une entité mathématique définie par n valeurs numériques
extraites du même ensemble E.

Ces valeurs numériques décrivent le module et l'orientation du vecteur.

n est appelé la dimension du vecteur.

On dit que le vecteur est défini dans E n avec En est un espace de dimension n.

Exemple : dans Z2 . (x, y)Z2, dans R3 , (x, y, z)R3


1. Fondements mathématiques
7

Vecteurs
Dans un repère les vecteurs sont décrits dans une base (unités de l’ensemble).
 Généralement unitaire.
 Le vecteur est représenté par l’addition des vecteurs unitaires à chaque
axe de coordonnées, en multipliant chacun par la projection (composante)
respective du vecteur.
1. Fondements mathématiques
8

Vecteurs
Les vecteurs obéissent aux lois de l'algèbre vectorielle
Opérations élémentaires

 Produit scalaire

 Produit vectoriel

 Addition de vecteurs

 Produit vecteur-scalaire

 Normalisation
1. Fondements mathématiques
9
Vecteurs : Produit scalaire
Le produit scalaire de deux vecteurs est le produit du module du premier par la
composante du second dans la direction du premier.

Soient deux vecteurs            = et     =         de R2,

le produit scalaire     . = x1x2 + y1y2.

Soient deux vecteurs    =         et     =         de R3,

le produit scalaire   .     = x1x2 + y1y2 + z1z2.

Si q est l’angle entre et    ,   .     =    .  cos(q).


1. Fondements mathématiques
10
Vecteurs : Produit scalaire
Propriétés :
• Commutativité u . v = v. u
• Distributivité par l’addition (u + v) . w = u . w + v . W
• Distributivité par un scalaire u . ( k * v) = k * (u . v)

• Le produit scalaire de deux vecteurs est égal à 0 si ces deux vecteurs sont
orthogonaux.

• Si on inverse l’un des deux vecteurs, le résultat de leur produit scalaire est inversé.

• Si les deux vecteurs sont normés, leur produit scalaire est égal au cosinus de
l'angle qu'ils forment.
Exercice
11

Démontrer que dans un parallélogramme, la somme


des carrés des diagonales est égale à la somme des
carrés de ses 4 cotés.
Réponse
12
1. Fondements mathématiques
13

Vecteurs : Produit scalaire

Champs d’applications

 Projection d’un vecteur sur un autre.

 Élimination des faces cachées.

 Calcul d’angle entre deux vecteurs.

 Calcul de la quantité de lumière perçue par une face.

 Ombrage, …
1. Fondements mathématiques
14
Vecteurs : Produit vectoriel

Soient deux vecteurs    =         et     =        de R 3,

le produit vectoriel   ^     est le vecteur                       .

Le produit vectoriel est un vecteur


perpendiculaire à A et à B dont le
sens est donné par la règle de la
main droite.
1. Fondements mathématiques
15
Vecteurs : Produit vectoriel
Si θ est l’angle entre les vecteurs    et    ,

             =          abs(sin(θ)).

Si on inverse l’un des deux vecteurs, le vecteur résultat du produit vectoriel est
inversé.
 ^ =
 ^ est orthogonal à    et à
  

Remarque : Le produit vectoriel est nul si les deux vecteurs sont parallèles et
maximal s’ils sont perpendiculaires.
1. Fondements mathématiques
16
Vecteurs
Propriétés

• Anti-commutativité (u×v) = − (v×u)

• Distributivité sur l'addition (u + v)×w=u×w+ v×w

• Distributivité par un scalaire (u + v).k =u.k + v.k

• Non-associativité (u×v)×w≠u×(v ×w)

Application : Calcul de la normale à un plan


Exercice
17

 Démontrer que l’aire d’un parallélogramme de coté A


et B est égale au produit vectoriel du vecteur A et du
vecteur B
Solution
18
1. Fondements mathématiques
19
Vecteurs : Addition de deux vecteurs

L’addition de deux vecteurs obéit à la règle du parallélogramme.

Algébriquement cela se met en œuvre en additionnant les composantes


individuellement
1. Fondements mathématiques
20
Norme d’un vecteur

 La norme d’un vecteur est sa taille.


 Cette taille est calculée par le théorème de Pythagore,
puisque les composantes d’un vecteur forment
toujours des triangles rectangles deux à deux.
 Pour la dimension n on applique le même principe,
en faisant que les deux côtés du triangle rectangle
soient les projections du vecteur dans un sous-espace
de dimension (n–1) et dans l’axe de la dimension
manquante.
 La norme d'un vecteur AB est la distance de A à B
1. Fondements mathématiques
21

Normalisation d’un vecteur

 La normalisation fait qu’un vecteur devienne unitaire, c’est-à-dire, avec la


norme 1.

 Pour normaliser un vecteur il suffit de diviser toutes ses composantes par


sa norme.
1. Fondements mathématiques
22
Matrice
On appelle matrice M un tableau à deux indices de n*m valeurs numériques
extraites du même ensemble E.

Exemple :
                                               

Usuellement n et m sont le nombre de lignes et le nombre de colonnes de


la matrice.

Remarque : Si n = m la matrice est dite carrée.


1. Fondements mathématiques
23
Matrice : Produit Matrice - Vecteur


Soient un vecteur V de dimension n avec (v i , 1 ≤ i ≤ n)
et une matrice carrée M de dimension n x n avec
(m ij , 1 ≤ i ≤ n, 1 ≤ j ≤ n)
  
Le vecteur produit de M par V  est W = M ∗ V
n
wij = ∑
k= 1
mik ∗ vk , 1 ≤ i ≤ n
1. Fondements mathématiques
24

 On calcule le produit de chaque ligne de la matrice


par le vecteur colonne.
 Exemple : l

* =
1. Fondements mathématiques
25

Matrice : Produit Matrice – Matrice


 Soient deux matrices M1 et M2 de dimensions
respectives : n x m et m x p.

 La matrice M produit de M1 par M2 est de


dimension n x p, et elle est calculée par la formule
suivante:
m
mij = ∑
k= 1
m1ik ∗ m2 kj , (1 ≤ i ≤ n, 1 ≤ j ≤ p)
1. Fondements mathématiques
26

 Exemple :

* =

 Remarque : Si M1 et M2 sont deux matrices carrées


de dimension n x n, le produit de M1 par M2 est une
matrice carrée de dimension n x n
2. Transformations
27

 Un espace vectoriel : espace où vivent les


vecteurs (déplacements ou directions).
 Ses principales propriétés

 l’existence d’un vecteur nul,


 la stabilité de l’espace pour toute combinaison
linéaire de vecteurs.
2. Transformations
28

 Un espace affine : espace dans lequel vivent


les points à partir desquels on définit les objets
géométriques usuels (droites, ...).

 Il est construit :
 d’un point de référence (l’origine),
 d’un espace vectoriel (déplacements autorisés à
partir de ce point
2. Transformations
29

 Déplacement d'un objet dans une scène.

 Déplacement d'un observateur par rapport à une scène.

 Réplication d'un motif ou d'un objet.

 Déformation d'un objet.

 Projection.

 etc.
2. Transformations
30

Un objet est décrit par un ensemble de sommets.

Appliquer une transformation à un objet revient à


l’appliquer à tous ses sommets.
2. Transformations
31

 Translation
On note t(a, b) la translation qui applique un déplacement de :
a unités horizontalement
b unités verticalement

Donc pour chaque point P (x, y) , l’image devient P’ (x + a, y + b) pour


une translation t(a, b) .

t (a, b) : P (x, y) P’ (x + a, y + b)
Exemple #1 : t(2. 5)

2 unités horizontalement (vers la droite)


32 (vers le haut)
5 unités verticalement

O’ (2, 5)
A’ (-3, 3)
+5
+5 1 +2

+2 O1 (0, 0)

A (-5, -2)

O’ est l’image de O. O (0, 0) O’ (0 + 2, 0 + 5) O’ (2, 5)


A’ est l’image de A. A (-5, -2) A’ (-5 + 2, -2 + 5) A’ (-3, 3)
Exemple #2 : Où se retrouve le triangle ABC suite à la translation t(-3, 2) ?

33

A’ (-5, 6)
+2 A (-2, 4)
-3

B’ (-5, 0) 1 C’ (0, 0)
+2 +2 1
-3
B (-2, -2) - 3 C (3, -2)

t (-3, 2) : A (-2, 4) A’ (-2 – 3, 4 + 2) A’ (-5, 6)


B (-2, -2) B’ (-2 – 3, -2 + 2) B’ (-5, 0)
C (3, -2) C’ (3 – 3, -2 + 2) C’ (0, 0)
Exemple #3 : Trouver l’image du quadrilatère ABCD si on lui applique une
translation t(7, -5) .

34

A (3, 5) + 7

+7 -5
B (4, 2)
1 A’ (10, 0)
1+ 7 -5
D (-2, -2)
B’ (11, -3)
+7
-5
C (3, -4)
-5
D’ (5, -7)

C’ (10, -9)

A (3, 5) A’ (3 + 7, 5 – 5) A’ (10, 0)
t (7, -5) :
B (4, 2) B’ (4 + 7, 2 – 5) B’ (11, -3)
C (3, -4) C’ (3 + 7, 4 – 5) C’ (10, -9)
D (-2, -2) D’ (-2 + 7, -2 – 5) D’ (5, -7)
Exemple #4 : Le triangle A’B’C’ a subi une translation t(-3, -2). Quelles
étaient les coordonnées du triangle ABC ?

35

A (-2, 4)

A’ (-5, 2) +2
+3 1

1
B (-2, -2) C (3, -2)
+3 +2 +3 +2

B’ (-5, -4) C’ (0, -4)

t-1(3, 2) : A’ (-5, 2) A (-5 + 3, 2 + 2) A (-2, 4)


B’ (-5, -4) B (-5 + 3, -4 + 2) B (-2, -2)
C’ (0, -4) C (0 + 3, -4 + 2) C (3, -2)
2. Transformations
36

P ′ ( x + ∆ x, y + ∆ y )
T  x′   ∆ x   x
P ( x, y ) ∆y  y′  =  ∆ y  +  y
     
∆x
P′ = T + P
2. Transformations
37

 Réflexion (ou symétrie)


On note sx la réflexion par rapport à l’axe des abscisses (ou « x »).

Pour chaque point P (x, y) , l’image par sx devient P’ (x, - y).


sx : P (x, y) P’ (x, - y)
Exemple : sx

38

A (2, 3)

A’ (2, -3)

sx : A (2, 3) A’ (2, -3)


On note sy la réflexion par rapport à l’axe des ordonnées (ou « y »).

39
Pour chaque point P (x, y) , l’image par sy devient P’ (- x, y).
sy : P (x, y) P’ (- x, y)

Exemple : sy

sy : A (2, 3) A’ (-2, 3)

A’ (-2, 3) A (2, 3)

1
Exemple : Trouver l’image du quadrilatère ABCD si on lui applique une
réflexion sy .

40
B’ B

A A’
C’ C

D’ 1 D

sy : A (-2, 6) A’ (2, 6)
B (2, 9) B’ (-2, 9)
C (6, 4) C’ (-6, 4)
D (5, 1) D’ (-5, 1)
2. Transformations
41

P ( x, y ) P ′ ( x′ , y ′ )
 x′   − 1 0   x 
 y′  =  0 1  y 
    

P ( x, y )
 x′   1 0   x 
 y′  =  0 − 1  y 
P ′ ( x′ , y ′ )
    
P ( x, y )
 x′   0 1   x 
P ′ ( x′ , y ′ )  y ′  =  1 0  y 
    
2. Transformations
42

 Homothétie
On note h(O, k) l’homothétie centrée à l’origine O et de rapport k.

Pour chaque point P (x, y) , l’image par h(O, k) devient P’


(kx, ky).
h(O, k) : P (x, y) P’ (kx, ky)
Exemple #1 : Trouver l’image du triangle ABC si on lui applique une
homothétie h(O, 2) .

43
B’

A’
C’
1 A C

h(O, 2) : A (2, 1) A’ (2 x 2, 2 x 1) A’ (4, 2)


B (2, 5) B’ (2 x 2, 2 x 5) B’ (4, 10)
C (4, 1) C’ (2 x 4, 2 x 1) C’ (8, 2)
Exemple #2 : Trouver l’image du triangle ABC si on lui applique une
homothétie h(O, ½) .

B44

B’

1
A A’
C’

h(O, ½) : A (-8, -2) A’ (½ x -8, ½ x -2) A’ (-4, -1)


B (-2, 10) B’ (½ x -2, ½ x 10) B’ (-1, 5)
C (6, -6) C’ (½ x 6, ½ x -6) C’ (3, -3)
2. Transformations
45

 Compositions de transformations
On utilise le symbole ο , qui se lit « rond », pour lier une série de
transformations consécutives.
On lit les transformations de DROITE à GAUCHE.

Ex. : sx ο h(O, 2) ο t(2, -5)

À l’objet initial, on applique :  t(2, -5)


 h(O, 2)
 sx
Exemple : Trouver l’image du triangle ABC suite à la composition de
transformations suivante : h(O, ⅓) ο sy ο t(4, -7)

46
t (4, -7) :
B
A (-10, 16) A’ (-10 + 4, 16 – 7) A’ (-6, 9)
B (-7, 22) B’ (-7 + 4, 22 – 7) B’ (-3, 15) C
B’ B’’
C (-4, 19) C’ (-4 + 4, 19 – 7) C’ (0, 12) A
C’ C’’
sy : A’ A’’
B’’’
C’’’
A’ (-6, 9) A’’ (6, 9) 2 A’’’
B’ (-3, 15) B’’ (3, 15) 2
C’ (0, 12) C’’ (0, 12)

h(O, ⅓) :

A’’ (6, 9) A’’’(⅓ x 6, ⅓ x 9) A’’’ (2, 3)


B’’ (3, 15) B’’’ (⅓ x 3, ⅓ x 15) B’’’ (1, 5)
C’’ (0, 12) C’’’ (⅓ x 0, ⅓ x 12) C’’’ (0, 4)
2. Transformations
47

 Dilatation ou contraction
Dilatation : Figure étirée horizontalement ou verticalement.
Contraction : Figure rétrécie horizontalement ou verticalement.

Pour chaque point P (x, y) , l’image par une


contraction ou une dilatation devient P’ (ax, by).
P (x, y) P’ (ax, by) où a ≠ 0 et b ≠ 0.
Si a = b, alors on a une homothétie.
Exemple #1 : Trouver l’image du quadrilatère ABCD si on lui applique la
règle de transformation suivante : (x, y) (x, 2y)

48

B’

C’est une dilatation


B verticale !
A’
A 1

1 C
C’

D’

A (-4, 1) A’ (-4, 2 x 1) A’ (-4, 2)


B (0, 4) B’ (0, 2 x 4) B’ (0, 8)
C (4, -1) C’ (4, 2 x -1) C’ (4, -2)
D (3, -4) D’ (3, 2 x -4) D’ (3, -8)
Exemple #2 : Trouver l’image du triangle ABC si on lui applique la règle
de transformation suivante : (x, y) (½ x , y)

49
B B’

C’est une contraction


horizontale !

1
A A’

C’ C

A (-8, -2) A’ (½ x -8, -2) A’ (-4, -2)


B (-2, 10) B’ (½ x -2, 10) B’ (-1, 10)
C (6, -6) C’ (½ x 6, -6) C’ (3, -6)
2. Transformations
50

P′ ( x∆ x, y∆ y )
 x′   ∆ x 0   x 
P ( x, y )  y′  =  0 ∆ y   y 
    
P′ = SP
2. Transformations
51

 Rotations (autour de l’origine O)

Rotation de 90o
Pour chaque point P (x, y) , l’image par r(O, 90o) devient P’ (- y, x).
r(O, 90o) : P (x, y) P’ (- y, x)

Rotation de 180o
Pour chaque point P (x, y) , l’image par r(O, 180o) devient P’ (- x, - y).
r(O, 180o) : P (x, y) P’ (- x, - y)

Rotation de 270o
Pour chaque point P (x, y) , l’image par r(O, 270o) devient P’ (y, - x).
r(O, 270o) : P (x, y) P’ (y, - x)
Rotation de 90o
Pour chaque point P (x, y) , l’image par r(O, 90o) devient P’ (- y, x).
r(O, 90o) : P (x, y) 52 P’ (- y, x)

Exemple : r(O, 90o)


B
r(O, 90o) :
C’

A (3, 2) A’ (-2, 3)
B (3, 10) B’ (-10, 3)
C (7, 2) C’ (-2, 7) B’
A’ 90o A C
1

1
Rotation de 180o
Pour chaque point P (x, y) , l’image par r(O, 180o) devient P’ (- x, - y).
r(O, 180o) : P (x, y) 53 P’ (- x, - y)

Exemple : r(O, 180o)


B
r(O, 180o) :
C’

A (3, 2) A’ (-3, -2)


B (3, 10) B’ (-3, -10)
C (7, 2) C’ (-7, -2) B’
A’180 A
o
C
1

1
C’ A’

B’
Rotation de 270o
Pour chaque point P (x, y) , l’image par r(O, 270o) devient P’ (y, - x).
r(O, 270o) : P (x, y) 54 P’ (y, - x)

Exemple : r(O, 270o)


B
r(O, 270o) :
C’

A (3, 2) A’ (2, -3)


B (3, 10) B’ (10, -3)
C (7, 2) C’ (2, -7) B’
A’ A C
270 1
o

1
C’ A’ A’ B’

C’
B’
 x = r cos φ
P:
55y = r sin φ
 x′ = r cos(φ + θ )
 = r cos φ cos θ − r sin φ sin θ
P ′ ( x′ , y ′ )

 = x cos θ − y sin θ
P′ : 
r  y′ = r sin(φ + θ )
θ r P ( x, y )  = r cos φ sin θ + r sin φ cos θ
φ 
 = x sin θ + y cos θ
 x′   cos θ − sin θ   x 
  =    y
θ sens anti-horaire y ′
   sin θ cos θ  
P′ = RP
2. Transformations
56

 Isométries et similitudes
ISOMÉTRIES
Conserve les distances. La figure reste inchangée (angles
et segments).
Translations, réflexions, rotations.

SIMILITUDES
La figure change de dimension. Seulement les angles et
les droites parallèles restent inchangés.
Homothéties
2. Transformations
57

 Type de transformations
Rigide : ISOMÉTRIES

Aucune propriétés de la figure n’est modifiées.

Translations, réflexions, rotations.

Affine : ISOMÉTRIES + SIMILITUDES

Conservation des droites parallèles.

Translations, réflexions, rotations, homothéties