Вы находитесь на странице: 1из 19

 

 
L’extrémité  céphalique  du  corps  peut-­‐être  individualisée  en  trois  grandes  régions  :  
-­‐ le  crâne   occupe   la   partie   supérieure   et   postérieure   de   la   tête  ;   il   forme   une   boîte  
osseuse  qui  contient  l’encéphale  
-­‐ la   face   est   appendue   au   crâne   occupant   la   partie   antérieure   et   inférieure   de   la  
tête  ;  c’est  un  massif  osseux  creusé  de  cavités  
-­‐ le  cou  
 
La   face  est  séparée  du   crâne  par  une  ligne  qui  part  du  Nasion  (point  médian  situé  à  la  
jonction   des   bords   supérieurs   des   deux   os   nasaux)   et   suit   le   bord   supra-­‐orbitaire   de   l’os  
frontal,  l’arcade  zygomatique,  le  bord  inférieur  du  méat  acoustique  externe,  le  processus  
mastoïde  et  la  ligne  nuchale  supérieure  de  l’os  occipital.  
La  face  est  séparée  du  cou  par  une  ligne  passant  par  le  bord  supérieur  de  l’os  hyoïde,  le  
ventre   postérieur   du   muscle   digastrique,   la   bandelette   mandibulaire   puis   la   lame   pré-­‐
vertébrale  du  fascia  cervical.  
 
Normalement,   ce   complexe   céphalique   s’inscrit   dans   un   cadre,   les   différentes   régions  
ainsi   que   les   structures   osseuses   constitutives   s’organisant   en   différents   étages  
répondant  à  certaines  proportions.  Ce  cadre  est  un  rectangle  dont  la  largeur  vaut  les  2/3  
de  la  hauteur.  Il  est  divisé  en  deux  parties  symétriques  séparées,  par  conséquent,  par  un  
axe  médian.    
En   vue   frontale,   le   cadre,   correspondant   au   visage,   est   divisé   en   3   étages  
approximativement  égaux  :  
-­‐ le  tiers  supérieur  est  l’étage  frontal  crânien  
-­‐ le  tiers  moyen  est  le  massif  facial  proprement  ou  étage  nasal  
-­‐ le  tiers  inférieur  est  l’étage  buccal  ou  mandibulaire  
Mais,  anatomiquement,  la  face  n’occupe  que  les  deux  étages  inférieurs  qu’on  appelle  
étage  supérieur  et  étage  inférieur  de  la  face.  La  limite  entre  les  2  étages  suit  une  ligne  
horizontale  passant  par  le  processus  palatin  de  l’os  maxillaire  et  la  lame  horizontale  de  
l’os  palatin,  formant  tous  deux  le  palais  osseux  qui  assure  la  séparation  entre  les  fosses  
nasales  et  la  cavité  orale.    
   
 
 
1.  Le  squelette  céphalique  
 
Pour   aborder   l’anatomie   topographique   de   la   tête   et   du   cou,   il   est   nécessaire   d’en  
connaître  les  structures  osseuses.  
 
1.1. Le  crâne  
 
Cette  boîte  osseuse  est  constituée  par  8  os  formant  une  partie  inférieure  appelée  base  et  
une  partie  supérieure,  la  voûte.  
-­‐  4  os  sont  impairs  et  forment  la  base  du  crâne  ;  on  a,  d’avant  en  arrière,  les  os  frontal,  
ethmoïdal,   sphénoïdal   et   occipital.   Cette   base   osseuse   est   divisée   en   trois   étages,  
antérieur,   moyen   et   postérieur,   disposés   à   des   niveaux   différents   (marches   d’escalier),  
l’étage  antérieur  étant  au  niveau  supérieur  et  l’étage  postérieur  au  niveau  le  plus  bas.  
Elle   est   percée   d’orifices,   permettant   le   passage   des   nerfs   crâniens   qui   assurent  
l’innervation   des   structures   de   la   face   et   du   cou   et   dont   les   centres   segmentaires   sont  
localisés  dans  le  tronc  cérébral  (partie  postérieure  de  l’encéphale).  Le  plus  gros  orifice  
au   niveau   de   l’étage   postérieur,   le   foramen   magnum,   fait   communiquer   la   cavité  
crânienne  avec  le  canal  vertébral  et  livre  passage  au  bulbe  (moelle  allongée).  
-­‐   4   os   sont   pairs   et   symétriques,   les   deux   os   temporaux   et   les   deux   os   pariétaux,  
placés   sur   les   parties   latérales   et   se   rejoignant   sur   la   ligne   supérieure   formant   ainsi   la  
voûte  du  crâne  ou  calvaria.      
 
L’os  frontal,  impair,  est  un  os  formé  de  3  parties  :  
-­‐ sa   partie   squameuse   (écaille)   est   la   plus   grande   et   constitue   la   majeure   partie   du  
front,   le   bord   supra-­‐orbitaire   et   l’arcade   sourcilière   et   donne   en   arrière   un  
processus  zygomatique  qui  ira  s’unir  au  processus  zygomatique  de  l’os  temporal.  
-­‐ sa   partie   orbitaire   forme   le   toit   de   l’orbite   et   dans   sa   portion   intracrânienne,   le  
plancher  de  l’étage  antérieur  de  la  base  du  crâne.  
-­‐ sa  partie  nasale  est  en  rapport  avec  les  os  nasaux  (le  point  de  rencontre  médian  
étant  le  Nasion)  et  le  processus  frontal  de  l’os  maxillaire  pour  former  la  racine  du  
nez.  
Il  est  pneumatisé,  contenant  les  sinus  paranasaux  frontaux.  
Il  s’unit  avec  les  os  pariétaux,  l’os  ethmoïde,  l’os  sphénoïde,  les  os  zygomatiques,  
maxillaires,  nasaux  et  lacrymaux.  
 
L’os   ethmoïdal,   impair   et   médian,   participe   à   la   formation   de   l’étage   antérieur   de   la  
base   du   crâne.   Il   constitue   la   majeure   partie   de   la   ligne   médiane   de   la   face,   entre   les  
cavités   orbitaires.   Il   participe   à   la   constitution   des   orbites   et   des   fosses   nasales.   Il   est  
constitué  de  3  parties  :  
-­‐ une  lame  osseuse  verticale  médiane,  crista  galli  au-­‐dessus  du  plan  horizontal  de  
la   lame   criblée   et   lame   perpendiculaire   en   bas,   formant   le   septum   nasal   et  
s’unissant  dans  sa  partie  inférieure  avec  le  vomer  
-­‐  une  lame  horizontale  perforée  de  minuscules  orifices,  la   lame   criblée,  laissant  
passer  les  fibres  nerveuses  du  nerf  olfactif  
-­‐ les   labyrinthes   ethmoïdaux,   2   masses   latérales   creusées   de   cellules  
ethmoïdales  ou  cavités  s’ouvrant  dans  la  cavité  nasale.  De  chaque  côté,  la  masse  
latérale,   de   forme   parallélépipédique,   sépare   la   cavité   nasale   de   l’orbite  
latéralement.  Au  sein  des  fosses  nasales,  chaque  labyrinthe  ethmoïdal  comprend  
2  cornets  nasaux  supérieur  et  moyen.  
Il  est  pneumatisé  contenant  des  sinus  paranasaux  importants  constitués  par  les  cellules  
ethmoïdales.  
Il   s’unit   avec   les   os   frontal,   sphénoïdal,   ainsi   que   des   os   de   la   face,   maxillaires,  
palatins,  nasaux,  lacrymaux,  cornets  nasaux  inférieurs  et  l’os  vomer.  
 
L’os  sphénoïde,  impair,  appartient  à  la  base  du  crâne  et  constitue  un  os  fondamental  de  
la  partie  moyenne  de  la  base  du  crâne  et  la  fosse  crânienne  moyenne.  Il  est  formé  d’un  
corps  et  de  6  processus  de  grande   taille,   2   grandes   ailes,   2   petites   ailes   et   2   processus  
ptérygoïdes.  
-­‐ son  corps,   central,   participe   dans   sa   portion   antérieure   à   la   formation   des   fosses  
nasales.   Sa   partie   supérieure   a   la   forme   d’une   selle   appelée   selle   turcique,  
bordée  de  4  processus  de  petites  tailles,  les  processus  clinoïdes  antérieurs  (2)  
et  postérieurs  (2).  La  partie  la  plus  profonde  de  la  selle  turcique  correspond  à  la  
fosse   hypophysaire   dans   laquelle   se   loge   la   glande   pituitaire.   Le   clivus  
correspond  à  sa  face  postérieure,  inclinée  vers  l’arrière.    
-­‐ la   grande   aile  (au  nombre  de  2)  s’étend  en  avant  et  latéralement  à  partir  de  la  
portion  postérieure  du  corps.  La  portion  endocrânienne  constitue  l’essentiel  de  la  
fosse   crânienne   moyenne  ;   la   portion   latérale   représente   la   fosse   infra-­‐
temporale  ;   la   portion   antérieure   participe   à   la   constitution   de   la   cavité   orbitaire.  
Elle  contient  les  foramen  épineux,  rond  et  ovale.  
-­‐ La   petite   aile  (au  nombre  de  2)  se  dirige  en  avant  et  latéralement  à  partir  de  la  
portion   supérieure   du   corps.   Elle   est   séparée   de   la   grande   aile   par   la   fissure  
orbitaire  supérieure.  
-­‐ Le   processus   ptérygoïde   (au   nombre   de   2)   naît   à   la   face   inférieure   du   corps.  
Chaque   processus   se   présente   comme   un   livre   ouvert   à   moitié   vers   l’arrière,  
présentant  une  lame  médiale  et  une  lame  latérale.    
Il  est  pneumatisé,  contenant  le  sinus  sphénoïdal  dans  son  corps.  
Il  a  la  particularité  de  s’unir  avec  tous  les  os  du  crâne,  les  os  frontal,  ethmoïdal,  occipital,  
pariétaux   et   temporaux  ;   il   s’unit   également   avec   les   os   maxillaires,   zygomatiques,  
palatins   et   avec   l’os   vomer   car   il   participe   à   la   constitution   des   parois   osseuses   des  
cavités  de  la  face  et  plus  particulièrement  de  l’orbite  et  des  fosses  nasales.  
 
L’os   occipital,  impair,  forme  la  partie  postérieure  de  la  voûte.  Il  s’articule  avec  l’atlas  ;  
l’os  est  formé  de  3  parties  :  
-­‐ sa   partie   squameuse   (écaille)   est   la   plus   grande   partie   de   l’os   occipital  ;   elle  
constitue   la   partie   postéro-­‐supérieure   du   foramen   magnum  ;   sa   face   externe  
présente  la  tubérosité  occipitale  externe  ainsi  que  les  lignes  nuchales  supérieure  
et  inférieure.  
-­‐ sa  partie  latérale  constitue  la  partie  latérale  du  foramen  magnum  et  présente  les  
condyles   occipitaux   qui   s’articulent   avec   l’atlas  ;   elle   contient   le   canal  
hypoglosse  et  forme  une  partie  du  foramen  jugulaire.  
-­‐ sa   partie   basilaire   s’unit   avec   la   portion   pétreuse   de   l’os   temporal   et   l’os  
sphénoïde  :   elle   est   située   en   avant   du   foramen   magnum  ;   sa   partie  
endocrânienne  est  appelée  clivus.  
L’os  occipital  s’unit  avec  les  os  pariétaux,  temporaux,  l’os  sphénoïde  et  s’articule  
avec  l’atlas  (C1).  
 
L’os   pariétal,   pair   (2   os   pariétaux)   forme   l’essentiel   de   la   voûte   du   crâne   ou   calvaria  
(côtés   et   toit).   Il   a   une   forme   approximativement   carrée   et   donne   insertion   au   muscle  
temporal  sur  sa  face  exocrânienne.  
Chaque   os   s’unit   avec   son   homonyme   controlatéral   ainsi   qu’avec   les   os   frontal,  
sphénoïde,  occipital  et  l’os  temporal  homolatéral.  
 
L’os  temporal,  pair  (2  os  temporaux)  participe  à  la  formation  de  la  base  et  forment  les  
parois   latérales   du   crâne.   Il   abrite   les   structures   de   l’audition   et   du   système  
vestibulaire.  Il  est  formé  de  3  parties  :  
-­‐ sa   partie   squameuse   (écaille   verticale)   est   la   plus   importante   en   surface  ;   on  
distingue   une   portion   temporale,   zone   d’insertion   du   muscle   temporal,   un  
processus   zygomatique   qui   se   dirige   vers   l’avant   et   latéralement   pour   s’unir   avec  
le   processus   temporal   de   l’os   zygomatique   pour   former   l’arcade   zygomatique,  
une   fosse   mandibulaire   située   en   dessous   et   en   dedans   du   processus  
zygomatique  qui  participe  à  l’articulation  temporo-­‐mandibulaire.    
-­‐ sa   partie   pétreuse   est   la   partie   massive   (corps)   de   l’os   temporal  ;   elle   contient  
l’organe   sensoriel   de   l’audition   et   de   l’équilibre   et   participe   à   l’étage   moyen   de   la  
base   du   crâne  ;   son   axe   se   dirige   vers   l’avant   et   le   dedans,   sa   partie   médiale  
s’unissant   avec   l’os   sphénoïde   ménageant   un   orifice,   le   foramen   déchiré  ;   le  
processus   mastoïde   se   place   à   la   partie   postérieure   de   la   pyramide   pétreuse   et  
contient  de  volumineuses  cellules  aériennes  mastoïdiennes.    
-­‐ sa  partie  tympanique  forme  les  portions  antérieure,  inférieure  et  postérieure  du  
méat  acoustique  externe  dans  sa  portion  osseuse  ;  il  participe  à  la  formation  de  la  
fosse  mandibulaire  mais  sa  portion  n’est  pas  articulaire.  
Il   possède   un   processus   styloïde   qui   s’insert   dans   l’angle   postéro-­‐externe   de   la   partie  
pétreuse.  
Chaque   os   s’unit   avec   les   os   occipital,   sphénoïde,   les   os   pariétal   homolatéral   et  
zygomatique  homolatéral.  Il  s’articule  avec  la  mandibule.  
 
 
1.2. La  face  
 
La   face   est   constituée   de   13   os   fixes   soudés   entre   eux   et   au   crâne   et   d’1   os   mobile,  
la  mandibule.   Les   os   fixes   sont   pairs   et   symétriques   pour   6   d’entre   eux,   les   maxillaires,  
palatins,   zygomatiques,   nasaux,   lacrymaux,   et   cornets   nasaux   inférieurs  ;   le   vomer,  
participant  à  la  cloison  osseuse  des  fosses  nasales  est  le  seul  os  impair.    
 
L’os   maxillaire,   pair   (2   os   maxillaires)   forme   l’essentiel   du   squelette   de   la   face   (étage  
supérieur)  ;  Il  est  constitué  d’un  corps  et  de  4  processus  :  
-­‐ le   corps  est  le  principal  élément  de  l’os  maxillaire  ;  il  a  la  forme  d’une  pyramide  
et  participe  à  la  constitution  de  la  cavité  orbitaire,  des  fosses  nasales,  de  la  fosse  
infra-­‐temporale  et  de  la  face  ;  le  canal  et  les  foramen  infra-­‐orbitaires  établissent  
une  communication  entre  la  cavité  orbitaire  et  la  face  
-­‐ le   processus   zygomatique   s’étend   latéralement   pour   s’unir   avec   le   processus  
maxillaire  de  l’os  zygomatique  
-­‐ le  processus  frontal  se  dirige  vers  le  haut  pour  s’unir  avec  l’os  nasal,  l’os  frontal,  
l’os  ethmoïde  et  l’os  lacrymal  
-­‐ le   processus   palatin   forme   avec   son   homonyme   controlatéral   l’essentiel   du  
palais  osseux  (les  lames  horizontales  de  l’os  palatin  forment  la  partie  postérieure  
du  palais  osseux)  
-­‐ le  processus  alvéolaire  se  situe  à  la  partie  inférieure  de  l’os  et  sert  d’insertion  à  
toutes  les  dents  maxillaires  (5  dents  déciduales  et  8  dents  permanentes)  
C’est  un  os  pneumatisé  creusé  d’une  cavité  sinusienne  importante.  
Il   a   la   particularité   de   s’unir   avec   tous   les   autres   os   fixes   de   la   face   du   côté  
homolatéral   et   s’unit   avec   l  ‘os   maxillaire   controlatéral.   Il   s’unit   également   avec  
les  os  crâniens  frontal,  ethmoïdal  et  sphénoïde.  
 
L’os   zygomatique   pair   (2   os   zygomatiques)   est   l’os   de   la   pommette.   Il   possède   3  
processus  :  les  processus  frontal  et  maxillaire  participent  à  la  constitution  de  l’orbite,  
le  processus  temporal  participe  à  la  formation  de  l’arcade  zygomatique.  
De   chaque   côté,   il   s’unit   avec   l’os   frontal   et   les   os   temporal   et   maxillaire  
homolatéraux  (du  même  côté).  
 
L’os   lacrymal   pair  (2  os  lacrymaux)   est  rectangulaire,  mince  et  fragile.  Il  constitue  un  
élément  de  la  paroi  médiane  de  l’orbite  et  sa  partie  inférieure  est  un  élément  de  la  paroi  
latérale   des   fosses   nasales.   La   région   en   rapport   avec   le   processus   frontal   de   l’os  
maxillaire  représente  la  fosse  lacrymale  contenant  le  sac  lacrymal.    
De  chaque  côté,  il  s’unit  avec  les  os  frontal  et  ethmoïde  ainsi  que  les  os  maxillaire  
et  cornet  nasal  inférieur  homolatéraux.    
 
L’os  nasal  pair  (2  os  nasaux)  forme  avec  son  homonyme  la  racine  et  l’arête  du  nez.  Sa  
portion  inférieure  donne  insertion  aux  cartilages  nasaux  et  au  cartilage  septal.  
De   chaque   côté,   il   s’unit   avec   l’os   frontal   et   la   lame   perpendiculaire   de   l’os  
ethmoïde,  l’os  maxillaire  homolatéral  et  l’os  nasal  controlatéral.    
 
Le   cornet   nasal   inférieur   pair   (2   cornets   nasaux   inférieurs)   est   une   lame   osseuse  
recourbée  appartenant  à  la  paroi  latérale  des  fosses  nasales  
De  chaque  côté,  il  s’unit  avec  les  os  maxillaire,  palatin  et  lacrymal  homolatéraux  
ainsi  qu’à  l’os  ethmoïde.  
 
L’os  palatin  pair  (2  os  palatins)  a  la  forme  d’un  L  avec  :    
-­‐ une  lame  perpendiculaire  ayant  la  forme  d’un  rectangle  vertical  participant  à  la  
constitution  de  la  fosse  ptérygo-­‐palatine  et   à  la  paroi  latérale  des  fosses  nasales  ;  
un   petit   processus   orbitaire   contribue   à   former   l’orbite  ;   elle   présente   sur   son  
bord   supérieur   un   orifice   répondant   à   l’os   sphénoïde   et   formant   le   foramen  
sphéno-­‐palatin  
-­‐ une   lame   horizontale  qui  constitue  la  partie  postérieure  du  palais  osseux  et  la  
limite  inférieure  des  fosses  nasales    
-­‐ un   petit   processus   pyramidal   se   dirige   vers   le   bas   et   l’arrière   à   partir   de   la  
jonction  des  2  parties  perpendiculaire  et  horizontal.  
De   chaque   côté,   il   s’unit   à   l’os   sphénoïde   et   l’os   ethmoïde,   aux   os   maxillaire   et  
cornet  nasal  inférieur  homolatéraux,  à  l’os  palatin  controlatéral  et  à  l’os  vomer.  
 
Le   vomer,   impair,   a   la   forme   d’un   soc   de   charrue.   Il   constitue   la   partie   postéro-­‐
inférieure  du  septum  nasal.  
Os   situé   dans   le   plan   médian,   il   s’unit   au   os   sphénoïde   et   ethmoïde   dans   leurs  
portions  médianes  ainsi  que  sur  la  ligne  médiane  de  la  face  supérieure  du  palais  
osseux,   point   de   rencontre   des   2   os   maxillaires   et   palatins.   Son   bord   postérieur  
est  libre,  ne  s’unissant  avec  aucun  autre  os.  
 
La   mandibule  est  un  os  impair.  Les  muscles  masticateurs  s’insèrent  sur  la  mandibule.  
Elle   est   constituée   de   deux   parties,   un   corps   et   une   branche   verticale   dite   branche  
montante  et  des  processus  
-­‐ le  corps  horizontal,   en   forme   de   fer   à   cheval,   possède   dans   sa   partie   supérieure  
un   processus   alvéolaire   qui   supporte   les   dents   mandibulaires   (5   dents  
déciduales  et  8  dents  permanentes  de  chaque  côté)  
-­‐ la   branche   verticale   dire   branche   montante  rejoint  le  corps  de  la  mandibule  
de  chaque  côté  au  niveau  d’un  angle  qu’on  appelle  l’angle  goniaque  ou  gognion;  
sa  face  médiale  est  percée  par  le  foramen  mandibulaire  dans  lequel  passe  le  nerf  
mandibulaire,   branche   du   nerf   trijumeau  ;   La   portion   supérieure   de   la   branche  
montante  est  divisée  en  processus  coronoïde  en  avant  et  processus  condylaire  en  
arrière,  séparés  par  l’incisure  mandibulaire  
-­‐ le  processus  coronoïde  (au  nombre  de  2,  un  de  chaque  côté)  sert  d’insertion  au  
muscle  temporal  
-­‐ le  processus  condylaire  (au  nombre  de  2,  un  de  chaque  côté)  s’articule  avec  l’os  
temporal   formant   l’articulation   temporo-­‐mandibulaire.   Il   présente   un   col  
surmonté  d’un  condyle.  
Elle  s’articule  à  l’os  temporal  par  l’intermédiaire  de  deux  articulations  siamoises.  
 
 
1.3     le  cou  
 
L’os  hyoïde  est  un  os  médian,  incurvé  en  forme  de  fer  à  cheval,  placé  transversalement  
au-­‐dessus  du  larynx,  à  la  hauteur  de  C4,  au  niveau  de  l’angle  formé  par  la  face  antérieure  
du  cou  avec  le  plancher  buccal.  Cet  os  est  isolé  du  reste  du  squelette  auquel  il  est  relié  
par  des  ligaments  et  des  muscles.  Il  est  formé  d’une  partie  moyenne,  le   corps,  à  partir  
duquel  partent  deux   prolongements,   la   grande   corne   et   la   petite   corne  (de  chaque  
côté).      
 
Les   vertèbres   cervicales   sont   au   nombre   de   7,   superposées   et   articulées   entre   elles.  
Les  deux  premières  vertèbres  présentent  des  spécificités  anatomiques  :  la  première  ou  
atlas   (C1)  s’articule  avec  l’os  occipital  ;  la  seconde  ou  axis   (C2)  présente  un  processus  
odontoïde  s’articulant  avec  l’arc  antérieur  de  l’atlas.  
 
 
2.  Les  cavités  de  la  face  
 
La  tête  osseuse  possède  de  nombreuses  cavités  et  fosses  constituant  des  loges  pour  des  
organes  ou  des  voies  de  passage.  
Le  massif  facial  est  creusé  de  7  cavités  principales  :  
 
La  cavité  orale   est   la   seule   cavité   impaire   et   médiane   et   seulement   en   rapport   avec   des  
os   de   la   face.   Elle   est   limitée   en   avant   et   sur   les   côtés   par   la   mandibule   et   les   arcades  
alvéolo-­‐dentaires,  en  haut  par  le  palais  osseux.  
 
Les   cavités   nasales   sont   paires   et   symétriques   situées   de   part   et   d’autre   de   la   ligne  
médiane,   au-­‐dessus   de   la   cavité   orale   osseuse,   au-­‐dessous   de   la   base   du   crâne   et   en  
dedans   des   cavités   orbitaires.   Elles   constituent   le   début   des   voies   respiratoires   et  
contiennent   l’organe   sensoriel   olfactif.   Elles   sont   séparées   par   le   septum   nasal   osseux  
constitué   en   avant   et   en   haut   par   la   lame  perpendiculaire  de  l’ethmoïde  en  en  arrière  et  
en   bas   par   le   vomer.   Le   septum   nasal   est   complété   en   avant   par   le   cartilage   septal   du  
nez.   Elles   s’ouvrent   en   avant   par   l’ouverture   piriforme   et   en   arrière   s’abouchent   au  
nasopharynx   par   les   choanes.   (Description   des   parois   osseuses   dans   le   cours   sur  
l’olfaction)  
 
Les   cavités   orbitaires   ou   orbites,   paires   et   symétriques,   sont   placées   en   dehors   des  
cavités   nasales,   au-­‐dessus   des   maxillaires   et   au-­‐dessous   de   la   base   du   crâne.   Elles   ont   la  
forme   d’une   pyramide   quadrangulaire   dont   la   base   est   antérieure   et   le   sommet  
postérieur.   Elles   contiennent   les   yeux   ou   bulbes   optiques,   organes   sensoriels   de   la  
vision.  (Description  des  parois  osseuses  dans  le  cours  sur  la  vision)  
 
Les  fosses  infra-­‐temporales  sont   paires   et   symétriques  ;   de   chaque   côté   la   fosse   infra-­‐
temporale   est   située   en   arrière   de   l’os   maxillaire   (de   la   tubérosité   maxillaire),   au-­‐
dessous   de   la   grande   aile   et   en   dehors   du   processus   ptérygoïde   de   l’os   sphénoïde.   Le  
processus   ptérygoïde   est   séparé   de   la   tubérosité   maxillaire   par   une   fente   verticale   en  
forme  de  goutte  appelée  fissure   ptérygo-­‐maxillaire.  Cette  fente  est  fermée  en  bas  par  
le   processus   pyramidal   de   l’os   palatin   qui   occupe   l’intervalle   compris   entre   les  
extrémités  inférieures  des  ailes  ptérygoïdiennes  en  arrière,  et  la  partie  correspondante  
de   la   tubérosité   maxillaire   en   avant.   La   fissure   ptérygo-­‐maxillaire   donne   accès   dans   une  
cavité   diverticulaire   de   la   fosse   infra-­‐temporale,   appelée   fosse   ptérygo-­‐palatine.   La  
fosse   infra-­‐temporale   contient   les   muscles   temporal   et   ptérygoïdiens   latéral   et   médial,  
l’artère   maxillaire   et   ses   branches,   et   des   nerfs   dont   le   plus   important   est   le   nerf  
mandibulaire  (V3).  
 
Autour   de   la   cavité   nasale   s’organisent   des   cavités   osseuses   aérées   situées   dans   les   os  
maxillaire,  sphénoïde,  frontal  et  ethmoïde  dits  os  pneumatisés.  Ils  constituent  les  sinus  
paranasaux  ;   recouverts   d’une   membrane   de   type   respiratoire,   ils   se   drainent   dans   la  
cavité  nasale,  dans  des  espaces  associés  à  la  paroi  nasale  externe.    
 
 
3. Les  muscles  de  la  tête  
 
Ils  sont  essentiellement  de  4  types.  On  distingue  :  
 
-­‐ les  muscles  qui  servent  à  mobiliser  la  mandibule  :  
o 4   muscles   de   fermeture   qui   servent   de   haubans   externe   et   interne  
stabilisateurs   situés   autour   de   l’articulation   temporo-­‐mandibulaire  
appelés  classiquement  muscles  masticateurs  
o 2   muscles   d’ouverture   situés   au   niveau   du   plancher   de   la   bouche  
(considérés  comme  des  muscles  supra-­‐hyoïdiens  faisant  partie  du  cou)  
 
-­‐ les   muscles   cutanés   ou   faciaux  qui  sont  à  l’origine  de  l’expression  du  visage  ;  ils  
présentent  des  caractéristiques  communes  :  1)  ils  ont  tous  une  insertion  mobile  
cutanée  ;   2)   ils   sont   tous   innervés   par   le   nerf   facial  ;   3)   ils   sont   tous   organisés  
autour   des   orifices   de   la   face   et     et   jouent   alors   un   rôle   de   sphincter.   Ils   se  
répartissent  en  4  groupes  :  
o les  muscles  auriculaires    
o les  muscles  des  paupières  et  des  sourcils    
o  les  muscles  du  nez    
o les   muscles   des   lèvres   qui   se   répartissent   sur   le   pourtour   de   la   cavité  
orale,  divisés  en  muscles  dilatateurs  et  muscles  constricteurs    
 
-­‐ les  muscles  du  bulbe  oculaire  (4  droits  et  2  obliques)  
 
-­‐ les  muscles  de  la  cavité  orale  :  17  muscles  au  niveau  de  la  langue  (8  pairs  et  1  
impair),  les  muscles  du  palais  mou  ou  voile  du  palais  (5  muscles),  de  l’isthme  du  
gosier  et  du  pharynx.  
4.  Les  régions  de  la  tête  et  du  cou  
 
  4.1.  Les  régions  du  crâne  
 
Le  crâne  peut-­‐être  divisé  en  2  parties  :  
-­‐ la  cavité  crânienne  contenant  l’encéphale  
-­‐ les  régions  pariétales  qui  sont  :  
o la   région   occipito-­‐frontale   occupant   la   partie   supérieure   du   crâne,  
limitée  en  avant  par  le  nasion  et  les  bords  supra-­‐orbitaires  de  l’os  frontal,  
latéralement   par   les   lignes   temporales   supérieures   et   en   arrière   par   les  
lignes  nuchales  supérieures  et  la  protubérance  occipitale  externe.  
o la  région  temporale  est  la  partie  latérale  du  crâne  limitée  en  haut  par  la  
ligne  temporale  supérieure,  en  bas  par  l’arcade  zygomatique,  en  avant  par  
le   processus   zygomatique   de   l’os   frontal   et   le   processus   frontal   de   l’os  
zygomatique  
o la   région   mastoïdienne   est   la   partie   inférieure   et   latérale   du   crâne  
correspondant  au  processus  mastoïdien  de  l’os  temporal  
o la   région   auriculaire  en  avant  de  la  région  mastoïdienne  correspond  au  
pore  acoustique  externe.  
 
 
4.2.  Les  régions  de  la  face  
 
Chaque  étage  de  la  face  comprend  des  régions  superficielles  et  des  régions  profondes.  
 
Les  régions  superficielles  de  la  face  sont  :  
-­‐ pour  l’étage  supérieur  :  la   région   orbitaire  et  la   région   nasale  puis  la   région  
infra-­‐orbitaire  et  la  région  zygomatique  latéralement  
-­‐ pour   l’étage   inférieur  :   la  région  orale   et   la  région  mentonnière   (séparée   de   la  
précédente   par   le   sillon  mento-­‐labiale)   puis  latéralement  la   région   buccale   ou  
génienne   (forme   la   joue,   séparée   de   la   région   orale   par   le   sillon   nasio-­‐labio-­‐
génien)  et  la  région  parotido-­‐massétérine  en  avant  de  l’auricule  
 
La  cavité  orale  est  circonscrite  en  haut  en  bas  par  2  régions,  respectivement  :  
-­‐ la   région   palatine   forme   à   la   fois   la   paroi   supérieure   de   la   cavité   orale   et   la  
cloison   membraneuse   qui   sépare   cette   cavité   des   cavités   nasales.   Elle   est  
constituée  en  avant  par  le  palais  dur  et  en  arrière  par  le  voile  du  palais.  
-­‐ Le   plancher   buccal   est   une   région   qui   comprend   toutes   les   parties   molles   qui  
ferment   en   bas   la   cavité   orale.   Il   est   formé  :   1)   d’une  région  linguale   médiane   et  
2)   latéralement   de   chaque   côté,   de   régions   sublinguales   avec   les   2   glandes  
salivaires  sublinguale  et  submandibulaire  et  3)  d’une   région   supra-­‐hyoïdienne  
au-­‐dessous  des  régions  linguale  et  sublinguales  dont  elle  est  séparée  en  avant  par  
les  muscles  mylo-­‐hyoïdiens  
 
Les  régions  profondes  de  la  face  sont  centrées  sur  l’axe  aéro-­‐digestif  facial.    
L’étage  supérieur  est  centré  sur  la   cavité   nasale,  l’orbite  et  les   sinus   paranasaux  en  
avant  et  le  rhinopharynx  en  arrière.    
L’étage   inférieur   est   centré   sur   la   cavité   orale   en   avant   et   l’oropharynx   en   arrière.  
Oropharynx   (partir   orale   du   pharynx)   et   rhinopharynx   (partie   nasale   du   pharynx)  
forment   la   portion   céphalique   du   pharynx   qui   s’ouvre   en   avant   par   les   choanes   au  
niveau   des   cavités   nasales   et   par   l’isthme   du   gosier   au   niveau   de   la   cavité   orale.   Les  
choanes  sont  séparées  de  l’isthme  du  gosier  par  le  palais  mou.  
 
Les   faces   latérales   et   postérieure   de   la   partie   céphalique   du   pharynx   sont   entourées  
d’espaces  profonds  divisés  en  espaces  secondaires  :  
-­‐ des   espaces   postérieurs   comprenant   la  région  rétropharyngée  (médiane,   entre  
la   paroi   postérieure   du   pharynx   en   avant   et   la   lame   prévertébrale   du   fascia  
cervical   en   arrière)   et   la   région   rétrostylienne   (latérale,   entre   les   muscles  
prévertébraux   et   scalènes   recouverts   du   fascia   cervical   en   arrière   et   le  
diaphragme  stylien  en  avant)  
-­‐ des   espaces   intermédiaires   comprenant   la   région   parapharyngée   (en   dedans)  
et   la   région   parotidienne   (en   dehors),   ces   deux   régions   étant   latérales   par  
rapport  à  l’axe  pharyngé  
-­‐ un  espace  antérieur  :  la  fosse  intra-­‐temporale  
Ces   espaces   sont   séparés   de   la   muqueuse   du   pharynx   par   une   aponévrose   solide,   le  
fascia   pharyngo-­‐basilaire   qui   forme   la   tunique   fibreuse   du   pharynx   doublée   en   dehors  
par  les  muscles  du  pharynx.  
 
 
4.3.  Les  régions  du  cou  
 
Le  cou  est  une  zone  de  passage  entre  la  tête  et  le  thorax.    
Le   cou   peut   être   divisé   en   2   parties  :   la   nuque   ou   région   cervicale   postérieure   et   la  
région  cervicale  antérieure  :    
 
-­‐   La   nuque   ou   région   cervicale   postérieure   est   la   région   dorsale   du   cou,   limitée   en  
avant  par  l’épaisse  lame  prévertébrale  du  fascia  cervical,  en  haut  par  l’os  occipital  et  en  
bas  par  une  ligne  transversale  passant  par  les  articulations  acromio-­‐claviculaires.  C’est  
une  région  essentiellement  musculaire.    
 
La   région   cervicale   antérieure   ou   région   infra-­‐hyoïdienne   est   subdivisée   en   3  
compartiments,   1   médian   viscéral   et   2   latéraux   vasculaires.   Ces   trois   compartiments  
sont   eux-­‐mêmes   entourés   par   des   muscles   qui   sont   enveloppés   par   les   trois   lames   du  
fascia  cervical.  
-­‐ L’axe   médian   viscéral   antérieur   est   constitué   par   1)   un   axe   respiratoire  
antérieur,   le   larynx   en   haut   et   la   trachée   cervicale   en   bas,   2)   un   axe   digestif  
postérieur  constitué  par  l’hypopharynx  en  haut  et  l’œsophage  cervical  en  bas  et  
3)  une  loge  antérieure  moulée  sur  l’axe  viscéral  contenant  la  glande  thyroïde  et  
les  glandes  parathyroïdes.  
-­‐ L’axe   latéral,   vasculaire   est   divisé   en   deux   régions,   la   région   sterno-­‐cléido-­‐
mastoïdienne   (contenant   l’artère   carotide   commune   et   ses   deux   branches   de  
division,   la   veine   jugulaire   interne,   les   nerfs   vague   (X),   hypoglosse   (XII)  
accessoire  (XI)  et  le  tronc  sympathique  cervical)  et  la  région  supra-­‐claviculaire  
(contenant  les  vaisseaux  à  destination  du  membre  supérieur),  la  limite  entre  ces  
deux  régions  étant  le  bord  postérieur  du  muscle  sterno-­‐cléido-­‐mastoïdien.      
 
     
5.  Vascularisation  et  innervation  de  la  tête  et  du  cou  
 
Vascularisation  artérielle  :    
-­‐ les   artères   carotides   communes   droite   et   gauche   sont   les   artères   principales  
du  cou,  de  la  face  et  de  la  partie  antérieure  de  l’encéphale.  La  carotide  commune  
gauche   naît   de   la   concavité   de   l’arc   aortique   tandis   que   la   carotide   commune  
droite   naît   à   la   base   du   cou   comme   branche   terminale   du   tronc   brachio-­‐
céphalique.  Chaque  carotide  commune  se  termine  en  artères  carotides  externe  et  
interne   au   niveau   de   l’horizontale   passant   par   le   bord   supérieur   du   cartilage  
thyroïde.  
-­‐ l’artère   carotide   externe,   de   chaque   côté,   se   termine   en   arrière   du   col  
mandibulaire,  dans  la  parotide,  en  2  terminales  :  l’artère   maxillaire   et   l’artère  
temporale  superficielle    
-­‐ l’artère   carotide   externe   donne   de   chaque   côté,   7   branches   collatérales,   l’artère  
faciale  étant  responsable  de  la  vascularisation  de  la  face.  
 
Vascularisation  veineuse  :  
-­‐ le   drainage   de   la   tête   et   du   cou   est   assuré   par   les   veines   jugulaires   internes  
(récupérant   le   drainage   des   veines   jugulaires   externes,   antérieures   et  
postérieures),   vertébrales   et   thyroïdiennes   inférieures   qui   aboutissent,   de  
chaque   côté,   dans   la   veine   subclavière   qui   s’unit   à   la   veine   axillaire   pour  
constituer  le  tronc  veineux  brachiocéphalique.  
-­‐ la   veine   jugulaire   interne   est   la   plus   volumineuse   du   cou.   Elle   draine   le   sang  
veineux   de   l’encéphale,   du   crâne,   de   la   face   (veine   faciale)   et   de   la   majeure   partie  
du   cou  ;   la   veine   jugulaire   externe   naît   de   l’union   des   2   veines   temporale  
superficielle  et  maxillaire.  
Le  drainage  lymphatique  est  parallèle  au  retour  veineux    
 
Innervation  de  la  tête  et  du  cou  :  
-­‐ l’innervation  est  assurée  par  les  12   paires   de   nerfs   crâniens  (I  à  XII),  certains  
étant   purement   sensoriels   comme   le   nerf   olfactif   (I)   ou   le   nerf   optique   (II),  
d’autres  mixtes  comme  le  nerf  trijumeau  (V).  
-­‐ le   plexus   cervical   et   les   nerfs   cervicaux   dorsaux   participent   à   l’innervation  
des  régions  du  cou.  
-­‐ le   tronc   sympathique   cervical  assure  l’innervation  végétative  sympathique  de  
la   tête   et   du   cou  ;   l’innervation   végétative   parasympathique   est   assurée   par  
certains  nerfs  crâniens,  le  principal  étant  le  nerf  vague  (X).  
 
 
 
 
Pages  12  et  13  :  Os  de  la  tête  
 
Planches  tiré  de  Kapit  et  Elson  (L’anatomie  à  colorier)  
 
A=  os  occipital   D=  os  temporal  
B=  os  parietal   E=  os  ethmoïde  
C=  os  frontal   F=  os  sphénoïde  
 
G=  os  nasal   K=  os  palatin  
H=  os  vomer   L=  os  maxillaire  
I=  os  lacrymal   M=  mandibule  
J=  os  zygomatique   N=  cornet  nasal  inférieur  
 
 
Pages  15  et  16  et  19  :  figures  tirées  de  Grégoire  et  Oberlin  (Précis  d’anatomie)  
-­‐ Orbite,  vue  antérieure,  éclatement  osseux  
-­‐ Cavité  nasale,  paroi  externe  
-­‐ Fosse  infra-­‐temporale,  vue  d’ensemble  
-­‐ Pharynx,  coupe  sagitale    
-­‐