Вы находитесь на странице: 1из 18

Dossier artistique du

Commandant RoSWeLL mars 2011

Commandant RoSWeLL - cdtroswell@gmail.com - www.cdtroswell.eu - 06.79.73.78.71


Introduction
Le Commandant RoSWeLL travaille pour l’essentiel sur la culture des rites de passage
estudiantins.

À l’heure où le gouvernement français interdit ces pratiques, où le nombre de baptisés dans


les écoles belges et d’ailleurs diminue d’année en année, il est possible qu’il soit l’un des
derniers dessinateurs à avoir le privilège de fixer pour la postérité les traditions universitaires.

Il est attiré par les rituels de toutes sortes, associées aux tribus qui les pratiquent. La tribu
estudiantine est remarquable car d’un pays à l’autre, ils restent semblables dans l’esprit
et parfois dans les actes, sans avoir pour autant de contacts les uns avec les autres. La
chatoyance des couleurs et des habits souvent à connotation médiévales. Les règles, les chants
et les jeux qui égayent les soirées des étudiants leur inculquent les premières précautions à
prendre lorsque l’on vit seul pour la première fois, même si certains principes semblent à
présent désuets ou inutiles.

L’ art du Commandant est comme eux, multiple : de la bande dessinée à la peinture, de la


prise de croquis évoquant les alba amicorum des étudiants du moyen-âge à la recherche
historique, de l’installation à ce qui lui passera par la tête à ce moment là.

Organigramme de l’évolution des choses ayant motivées le Commandant à s’intéresser aux


traditions estudiantines
«Tombeau, endroit où l’on place les morts, dans l’attente des étudiants en médecine»
Ambrose Bierce «Le dictionnaire du diable»

©2008 - Assemblage d’objets


Autoportrait Radiographique

©2008 - Peintures acryliques sur papier - 1150x735 mm


Clashum Baptismae

©2008 - Techniques mixtes


Illustration d’un panaché des traditions estudiantines actuelles présentant le plus ancien
chant étudiant reconnu. Oeuvre en évolution devant acquérir un cadre réalisé dans des
matériaux liés aux traditions estudiantines.

Gaudeamus Igitur

©2008 - Gouaches, encres, collages - 930x1280 mm


Auto-portrait à la peinture acrylique, déchiré et recousu aux points de suture, avec listels
fichés aux aiguilles de seringues.

Autop’

©2008 - Techniques mixtes - 735x1150 mm


Parti d’un défi de Julien Faye du collectif BLNK, réalisation d’une pièce en chips et biscuits
apéritifs.

Calotte Honoraire Indispensable aux poils Soporifiques

©2008 - Techniques mixtes


Plusieurs carnets de croquis recouverts de cuir rapportent la vie des fêtes étudiantes, des
personnes rencontrées, et sont contre-signés et annotés par les personnes y figurant. Cette
approche a le double mérite de rompre la glace rapidement lorsqu’il se retrouve dans une
tradition qui lui est inconnue, et de donner une place active dans l’oeuvre aux individus
dessinés.

Incunables du Commandant

©2002 à 2011 - Graphite et aquarelles in-situ.


Autoportrait mobile faisant un luigi.

Jouant sur l’attirance d’un dessin de type BD, mignon, sympa, et la répulsion de ce que
l’on devine être que cette masse de tissu gris au verso par le schéma du recto.

Comment laisser sa trace dans le folklore ?

©2008 - peintures acryliques, tissu et encre de Chine sur bois


Écriture & Illustration
L’approche à l’art du commandant RoSWeLL ne se résume pas à quelques touches de peinture ou quelques
juxtapositions d’objets.
Il passe énormément de temps à chercher, dans des recueils retraçant la vie des étudiants au fil des siècles, les
traces lui semblant pertinentes pour justifier leurs traditions actuelles. Son occupation le fait passer par des
phases d’écriture autant que de phases picturales, et le tout formant des livres illustrés.

Vous est proposé ci-dessous une interview factice du Commandant RoSWeLL, créée délibérément pour faire
comprendre ses préoccupations.

Commandant RoSWeLL
« Je veux bizuter le public, et artiser les étudiants»

DA – Commandant RoSWeLL, les traditions d’intégration sont, ce sort du cadre. Voulant éradiquer le bizutage, ils ont créé des outils
que vous nommez votre «  fond de commerce  ». Mais pourquoi pour le juguler, mais aussi peu efficaces qu’utiliser un taille-haie
avoir privilégié ce thème parmi tant d’autres  ? pour se raser le matin. Certes, on
CR – Parce que ce thème est n’a plus de barbe, mais plus de
d’une richesse insoupçonnée, et tête non plus !
que les étudiants sont de plus en
plus poussés au rendement, au DA – Mais vous conviendrez
détriment de leur patrimoine. quand même que les
Cette sacro-sainte rentabilité bizutages sont inhumains  ?
qui fut idéalisée par les conseils CR – C’est sûr que certains
en marketing, et qui lorsque l’on bizutages furent hors limites,
regarde en arrière, est cause et que dépassant le cadre
de chômage et de fermetures légal, ils étaient punissables.
de sociétés, est en train de Mais faut-il pour autant jeter
distiller son venin dans les le bébé avec l’eau du bain  ?
veines de l’enseignement. Les DA – Vous évoquez les traditions,
étudiants, n’ayant plus le temps mais les coutumes ont souvent
de souffler préfèrent, lors de fonction d’apprentissage,
leurs rares temps de repos, celles des étudiants suivent-
se saouler avec de mauvais elles le même principe  ?
alcools bon marchés plutôt Commandant RoSWeLL : entre art et paillardise.
CR – D’un point de vue
que de faire monter l’ivresse personnel, le bizuté apprend
au fil des jeux créés à cette fin par leurs ancêtres. (…) des choses sur lui-même, en appréciant mieux ce qui est du
Je suis peut-être l’un des derniers artistes à pouvoir les domaine de l’acceptable ou non. Les traditions auxquelles
immortaliser avant que ne s’achève à coups de décrets, il accède ensuite, lui permettront d’apprendre à s’affirmer
de numerus clausus, et de matières trop nombreuses dans une assemblée, ou encore à gérer une entreprise.
pour être toutes pertinentes, ces ébats de nos jeunesses. D’un point de vue communautaire, on apprend aussi énormément.
DA – Vous actionnez-donc le signal d’alarme  ? Tout ça est hérité en ligne droite des premières universités, et si les
CR – Absolument  ! Il est temps de faire taire formes ont évoluées, la mémoire collective et l’humour sont restés.
ces moutons qui hurlent avec les loups. Cela est d’autant plus marquant si l’on visite d’autres pays ayant
Le puritanisme consensuel mis en place par les dirigeants connu les premières universités. Les rites, quoi que différents,
français est d’une dangereuse hypocrisie. A l’heure où le sexe sont fort semblables sur le fond, et parfois même dans la forme.
est omniprésent, la violence omnipotente, et où l’intelligence – DA – A vous écouter, les étudiants font preuve
qui fut l’un des plus beaux fleurons de la France – est bafouée, d’une belle inventivité pour préserver leurs rites…
la caste politique traque l’une des plus belles façons d’enseigner, CR – Si la créativité mise en œuvre par les
celle qui permet d’apprendre en s’amusant, sous les prétextes étudiants pour renouveler leurs traditions était
les plus divers comme «  l’atteinte aux bonnes mœurs  », «  la rémunératoire, les baptêmes attireraient du monde  !
torture (physique et morale)  », ou même «  le bon goût  ». DA – Et votre art, où se place-t-il dans ces revendications  ?
L’atteinte aux traditions est sévère, quant à l’humour et CR – Mes œuvres se posent comme un écho à leur
l’esprit d’ouverture qui caractérisent notre pays au niveau désarroi, comme un chantre de leurs cultures, comme
international, ils sont jetés vivants dans la fosse commune. un camouflet aux calomniateurs pseudo-puritains.
Nous en sommes arrivés au point que la totemisation DA – Pourtant, vous auriez pu suivre des préoccupations
scoute soit abandonnée car trop apparentée aux bizutages  ! plus sérieuses comme «  préserver la planète  ».
DA – A vos yeux, il semble que l’Etat français soit responsable ? CR – De façon sous-jacente, ce sont d’autres thèmes défendus par
CR – C’est certain  ! Car sous prétexte à paraître d’une moralité les artistes et par les étudiants de tous les pays et de toutes les
irréprochable, les personnalités politiques traquent tout ce qui époques qui émergent de mon art : L’écologie, la science, la

Le dessous des artistes 69


n’est-il pas ce qui caractérise le mieux l’étudiant  ?
Outre les cours qu’il doit suivre, le jeune adulte se trouve enfin
hors du cocon familial, et si ses parents le soutiennent toujours
de loin, c’est à lui d’acquérir les derniers ajustements à sa vie
d’adulte. Vivre en société, tout en tenant les cordons de la
bourse. Cet apprentissage, c’est prouvé, est plus rapide lorsque
l’on fréquente les associations étudiantes, et nombreuses
d’entre-elles pratiquent une petite intégration. Certaines se
bornent à un discours, d’autres à offrir un pot de bienvenue,
et d’autres encore prennent la voie du bizutage – de loin la
meilleure pour apprendre à se connaître par rapport aux autres.
DA – Expliquez-nous en quoi entonner des
chants paillards aide à la vie communautaire  ?
CR – A une époque révolue, les chants paillards étaient la
seule manière pour les jeunes gens de se renseigner sur la
sexualité. De nos jours, les premiers rapports sexuels tournent
entre treize et dix-huit ans. La majorité des étudiants n’a plus
besoin d’apprendre comment ça se passe, mais il entend
aussi dans les chansons, par des mises en garde explicites,
quels sont les risques des rapports et comment s’en protéger.
DA – Maintenant que nous comprenons mieux vos motivations,
pouvez-vous nous expliquer votre façon de procéder  ?
CR –Je suis un artiste qui fonctionne à partir d’idées.
Lorsqu’elles arrivent, je les notes dans un cahier, ou la réalise
immédiatement. Quand je réalise une idée entreposée
dans mes notes, souvent celle-ci s’ajuste avec d’autres
notes et l’ensemble fusionne en une œuvre plus riche.
Pour qu’une idée me plaise, il faut avant tout qu’elle m’amuse,
ensuite, qu’elle parle du sujet qui m’occupe, et au final,
que le chalenge de la réaliser me motive. Certaines de mes
réalisations restent à l’état de projet également parce que le
manque de moyens financiers en bloque la matérialisation.
Dans tous les cas, il m’est très difficile d’évoquer mon art, car il ne
tient compte d’aucun courant et de tous à la fois, et si je devais le
classer, je pense qu’il serait une survivance des arts incohérents.
Je pense d’ailleurs fort sérieusement que les étudiants, qui en
religion, la libre-pensée, la crainte de l’avenir, l’auto-dérision, etc. 1888, créèrent la faluche en France, devaient être amateurs de ce
DA – Mais ce sont principalement les rites qui animent vos travaux ? mouvement artistique et de ses bals éteint depuis à peine quelques
CR – Je m’intéresse aux rituels, qu’ils soient magiques, fraternels, années.
ou encore sociologiques. Du premier « Dis bonjour à madame » que DA – Pourtant, les choses estudiantines ne sont pas les seules
nous ont imposés nos parents aux « enterrements de vie de garçon », que vous travaillez… Parlez-nous de «  Suzanne de Lille  ».
en passant par le coup à boire offert aux collègues de bureaux pour CR – Effectivement, Suzanne est la dernière née de mes productions
diverses occasions, ce sont les rituels et les codes de conduite qui de bandes dessinées. Elle reste quand même accrochée à certains
régissent notre culture. Au fil de nos rencontres, des pays que l’on de mes thèmes évoqués précédemment mais plus en rapport avec
côtoie, des tribus que nous fréquentons, ces règles se font plus la tribu des artistes et des amateurs d’art. En y repensant, je ne
complexes et enrichissent nos vies. La tribu estudiantine ne déroge parle que de ce que je connais, mais c’est peut-être pour ça que
pas à ces critères, et c’est ce point de vue qui m’intéresse, bien j’en parle bien.
au-delà de l’aspect manichéen du « pour ou contre le bizutage ».
Bien souvent, ces procédures rituelles furent instaurées,
vous l’avez mentionné tout à l’heure, dans un but Propos recueillis par Emile Honze
d’apprentissage de la vie communautaire. L’apprentissage

70 Le dessous des artistes


Par ordre d’apparition :

Le comte Edmond Carton de Wiart - créateur présumé de la calotte


François Rabelais - Dont les écrits mentionnent la vie des étudiants de son époque.
Vulcain - Dieu mythologique grec se polissant le «chinois» comme le mentionne la
chanson «Le plaisir des dieux»
Dessin de couverture du prochain livre du commandant RoSWeLL traitant de
l’histoire des traditions estudiantines.
Illustrations du même ouvrage
Bande dessinée
Comme il est mentionné plus haut, et que cela participe au travail artistique du Commandant, voici une
petite sélection de bandes dessinées.
Un peu de «La vie d’étudiant» - et de «Suzanne de Lille» qui, si elle sort du contexte estudiantin nous plonge
en plein coeur de ses reflexions sur l’art et son microcosme.

Gouaches, marqueur et encre de Chine


Identité
Delanghe Quentin dit «Commandant RoSWeLL»

20 avenue du Professeur Horatio Smith


0250657710
0679737871
cdtroswell@gmail.com
www.cdtroswell.fr

Biographie
Né le 1er mars 1968 à 59240 Malo-les-Bains, et travaille à 14000 Caen.

1988 Se passionne pour les pratiques estudiantines


1990 Etudie la bande dessinée avec MM. Foerster et Goffaux aux Métiers d’Art du Hainaut
1997 Première Publication «Edgard, le roi des animaux»
1998 Premiers croquis des traditions estudiantines
2002 Parution du Syllabus de Guindaille
2008 «Happening guindailliste» à Louvain-la-Neuve

Commandant RoSWeLL explore les traditions étudiantes.

Il ponctue son travail par des recherches flirtant avec la sociologie et l’ethnologie, mais en
s’impliquant dans le sujet plutôt qu’en restant à distance.

Son art fouille dans leur quotidien, mettant en valeur les survivances du passé, posant en
évidence les résurgences pour les confronter au folklore, définissant leur présent, offrant une
alternative possible à leur futur.

Ainsi, dans cette quête à travers l’espace et le temps, entre similitudes, non-dits,
incompréhension et mise à l’index, l’artiste s’efface au profit des médiums et relate le passage de
l’enfance à la vie d’adulte dans tout ce qu’elle peut avoir de rude et de festive.
Les expos
Mes «Fleurs du Mâle» du 17 avril au 21 mai 2010 à « La case à bières »
52 route de Paris 14120 Mondeville Exposition personnelle

«Vivat Académia» du 16 au 18 mars 2009 à « La clef des Songes »


20 rue des Bruyères 1348 Louvain-La-Neuve en collaboration avec «la Mouscronnoise»
Exposition personnelle
Catalogue de l’exposition
Article du Nord-Eclair 11-03-2009
Émission Roxor Notélé 01-04-2009

«Les fleurs du Mâle» du 09 au 13 mars 2009 « Grand Hall »


Université Libre de Bruxelles 1070 Bruxelles Exposition collective avec concours
L’œuvre «Chant de l’Agro» a reçu le «prix de l’illustration correspondant le mieux à la
chanson»
L’œuvre «Chant de l’Agro» a reçu le «prix du public»

«Suzanne de Lille & guindailleries» du 10 au 24 janvier 2009 « Le Garage Café »


4 rue de Prémy 59400 Cambrai Exposition personnelle

«La faluche et les traditions étudiantes» du 12 au 30 septembre 2008 « M.J.C


Lillebonne-St Epvre »
14, rue du Cheval Blanc 54000 Nancy Exposition collective

«Exposition de fin d’année de l’Académie des Beaux-Arts de Mouscron» du 21 au


27 juin 2008
« Centre Marius Staquet » Place Général de Gaulle 7700 Mouscron Exposition collective

«Happening guindailliste» le 09 avril 2008 « Foyer de l’AGL »


67 Rue des Wallons 1348 Louvain-la-Neuve en collaboration avec «la Mouscronnoise»
Exposition personnelle

«Exposition de fin d’année de l’Académie des Beaux-Arts de Mouscron» du 16 au


22 juin 2007
« Centre Marius Staquet » Place Général de Gaulle 7700 Mouscron Exposition collective

«Exposition de fin d’année de l’Académie des Beaux-Arts de Mouscron» du 16 au


30 juin 2006
« Centre Marius Staquet » Place Général de Gaulle 7700 Mouscron Exposition collective

«Voyage dans le temps» du 18 au 30 avril 2003 « Grand Hall »


Université Libre de Bruxelles 1070 Bruxelles Exposition collective avec concours
L’œuvre «De mon temps» a reçu le «Troisième prix» du concours de bandes dessinées
La presse
Un article du journal Nord-éclair et une émission de télévision locale (en lien sur le site)
évoquent l’exposition
Bibliographie
Edgard, le Roi des animaux
BD de Marc Lambillotte & Commandant RoSWeLL
© 1997 – Ateliers du Parc Crousse éditions

Le potager d’Edgard
BD de Marc Lambillotte & Commandant RoSWeLL
© 2002 – GéoBD club éditions

Syllabus de Guindaille
Livre illustré traitant des pratiques estudiantines
©2002 – Editions Jourdan le Clercq

Last trek
BD parodique de Star Trek - Commandant RoSWeLL
© 2002 – Publication internet

Suzanne de Lille
BD sur les artistes
© 2007 – Publication internet & apparition dans Zoo Magazine

« Vivat Academia »
Catalogue de l’exposition
©2009 La Mouscronnoise éditions

La vie d’étudiant
BD sur la vie estudiantine bruxelloise
©2009 La Mouscronnoise éditions

Gaudeamus Igitur
Magazine sur les traditions estudiantines - 1 numéro
©2009 Auto édition

Les Fleurs du Mâle


Recueil de chansons paillardes à usage estudiantin illustré par Commandant RoSWeLL
©2009 UAE éditions

Похожие интересы