Вы находитесь на странице: 1из 5

LA MÉTHODE DU COÛT D'IMPUTATION RATIONNELLE DES

CHARGES FIXES

La comptabilité de gestion constitue pour les dirigeants, un outil d'aide à la décision


notamment en matière de fixation d'un prix de vente. L'objectif de cette méthode,
complémentaire de celles des coûts complets et variables, est de mettre en évidence
l'influence du niveau d'activité sur les coûts, de rechercher les causes de variation
anormale de ces coûts et de faciliter la prise de décisions.

1. APOLOGIE DE LA MÉTHODE

1 - Rappels
- Un coût est un ensemble de charges
- Les charges sont : variables ou fixes
- Coût complet = charges variables + charges fixes
- Charges variables unitaires = charges variables pour 1 unité
d'activité
- Charges fixes unitaires = charges fixes pour 1 unité d'activité.

- Exemple

Une entreprise produit 4.000 articles en janvier et 10.000 articles en juillet.


Charges fixes mensuelles = 40.000 €.
Charges variables unitaire = 3 € par article.

Quel est le coût complet d'un article en janvier, en juillet ?


Janvier Juillet
Charges variables 3 3
Charges fixes 40.000 / 4.000 = 10 40.000 / 10.000 = 4
Coût de revient complet 13 7

Intuitivement, l'écart des coûts unitaires entre les deux mois est dû à une répartition
des charges fixes sur un plus grand nombre d'articles en juillet. Chacun des articles
fabriqués en juillet supporte alors une part moins importante de charges fixes. En
conséquence, les coûts unitaires diminuent lorsque le niveau d'activité augmente.

Cependant, dans ces conditions, comment fixer un prix de vente ?


Un article sera-t-il vendu près du double en janvier par rapport à juillet ?
Comment établir un devis ou faire des prévisions de coûts ?
Un article produit en janvier a-t-il une valeur supérieure à celui produit en juillet ?
Conclusion

Les coûts complets donnent une information discutable, pouvant


conduire à des décisions erronées dans les entreprises dont
l'activité mensuelle est irrégulière. Il est donc nécessaire de mettre
en œuvre une nouvelle méthode dont le but est de rendre les coûts
comparables d'une période à l'autre, grâce à l'élimination des
variations d'activité sur les coûts unitaires. Cette méthode doit être
conduite par un raisonnement en terme de variabilité;

2. - LE PRINCIPE DE L'IMPUTATION RATIONNELLE

La méthode repose sur la définition d'un niveau normal d'activité, mesuré bien
souvent par la production.
En comparant son niveau réel d'activité par rapport à son niveau normal, l'entreprise
définit son taux d'activité ou coefficient d'imputation rationnelle.

Taux d'activité ou Coefficient d'Imputation rationnelle = activité réelle


activité normale

Exemple
L'activité normale de cette entreprise est constituée par une production de 8.000
articles.

Coefficient d'Imputation Rationnelle de janvier = 4.000 / 8.000 = 0,5.

Soit un taux d'activité de 50%.

Interprétation
Au cours du mois de janvier, l'entreprise a travaillé à 50% de son activité normale.
Elle accuse donc une sous-activité.

Coefficient d'Imputation Rationnelle de juillet = 10.000 / 8.000 = 1,25. Soit un taux


d'activité de 125%.
Interprétation

Au cours du mois de juillet, l'entreprise a travaillé à 125% de son activité normale.


Elle a donc été en sur-activité. Cette situation est possible si l'entreprise ne
fonctionne pas à sa capacité maximale en activité normale.

L'imputation rationnelle consiste à ne retenir qu'une partie des charges fixes


dans les coûts, en fonction du niveau d'activité.

Charges fixes retenues =


charges fixes réelles x coefficient d'Imputation Rationnelle
Application

Janvier Juillet
Charges variables 3 3
Charges fixes 40.000 x 0,5 = 20.000 40.000 * 1,25 = 50.000
Coût d'imputation 20.000/4.000 = 5 50.000/10.000 = 5
rationnelle

8 8

Observation
Les charges fixes sont modulées en fonction du taux d'activité. Les coûts
unitaires d'imputation rationnelle sont égaux. L'effet de la variation d'activité sur
le coût unitaire est neutralisé.
Interprétation
Si l'activité était normale, chaque produit supporterait 5 € de charges fixes.
L'entreprise doit ainsi considérer que la valeur normale de son article est de 8 €.
Elle pourra fixer son prix de vente en connaissance de cause et éviter de graves
erreurs.

Il est évident que ces calculs n'ont pas le pouvoir de changer les coûts. L'intérêt
réside dans l'analyse que cette méthode permet de mener.

3. - LA PRATIQUE DE L'IMPUTATION RATIONNELLE

Très souvent, seules les charges indirectes comprennent des charges fixes. Les
calculs d'imputation rationnelle s'effectuent donc dans le tableau de répartition.

Les colonnes du tableau de répartition sont dédoublées car les charges fixes
doivent être isolées des charges variables pour subir un traitement particulier.

Exemple
Le taux d'activité de l'entreprise pour le mois de septembre est de 80 % pour tous
les centres d'activité.
Soit une production de 8.000 x 80% = 6.400 articles.
Le prix d'achat des matières premières s'élève à 7.680 €.
Les charges variables totales s'élèvent à : 3 € * 6.400 articles = 19.200 €.
Les charges fixes mensuelles sont de 40.000 €.
Les charges indirectes ont été réparties dans les centres d'analyse selon leur
caractère fixe et/ou variable et leur participation à la formation des coûts.
Approvisionnement Production Distribution
fixes variables fixes variables fixes Variables
Total des charges 6.000 1 150 25.550 6 910 8.450 3 460
Coeff d'IR 0,8 0,8 0,8
Charges fixes à imputer 4 800 20 440 6 760

Charges fixes imputées - 4 800 4 800 - 20 440 20 440 - 6 760 6 760

Total charges imputées 5 950 27 350 10 220

Sous-activité 1 200 5 110 1 690


Nature U.O
Nombre U.O Coût
U.O

Explications sur l'élaboration du tableau de répartition des charges indirectes


-Le coefficient d'imputation rationnelle est reporté dans la colonne des "charges fixes"
de chacun des centres car il s'agit de la méthode d'imputation rationnelle des
charges fixes.
- Les charges fixes à imputer sont obtenues en multipliant les charges fixes par le
coefficient d'imputation rationnelle.
- La ligne "charges fixes imputées" consiste à virer le montant des "charges fixes à
imputer" dans la colonne des "charges variables" de façon à obtenir le total des
charges imputées.
- Les "charges imputées" est le total des charges variables et des charges fixes
imputées.
- Le montant de la sous-activité s'obtient par différence entre les "charges fixes" et les
"charges fixes à imputer".
-Le bas du tableau de répartition se construit ensuite selon le même principe que
celui étudié antérieurement.

Le calcul du coût de revient selon la méthode de l'imputation rationnelle


donne les résultats suivants :

Prix d'achat des matières premières 7.680


+ frais d'approvisionnement 5.950
= Coût d'imputation rationnelle d'achat 13.630

+ frais de production 27.350


= Coût d'imputation rationnelle de production 40.980

Coût d'imputation rationnelle de production 40.980


+ frais de distribution 10.220
= Coût d'imputation rationnelle de revient 51.200

Coût d'imputation rationnelle unitaire 8

CONCLUSION

Si le coût d'imputation rationnelle unitaire avait été différent de 8 €, nous aurions


conclu que des charges variables ont subi une variation, dont il conviendrait de
rechercher la cause.
Le coût total de la sous-activité de 8.000 € est assimilé à un coût de chômage car
l'entreprise supporte le coût des infrastructures prévues pour un certain niveau
d'activité (ici 8.000 articles) et qui ne sont pas utilisées parce que la production est
insuffisante.

L'application de cette méthode permet d'informer les responsables de l'entreprise


et d'orienter les décisions :
-en cas de sous-activité chronique, il faudra remettre en cause l'infrastructure et
les chances de survie de l'entreprise.
-en cas de sur-activité persistante, il conviendra d'envisager un développement de
l'infrastructure.