Вы находитесь на странице: 1из 34
Olgierd Lewandowski Différenciation et mécanismes d'intégration de la classe dirigeante. L'image sociale de

Différenciation et mécanismes d'intégration de la classe dirigeante. L'image sociale de l'élite d'après le Who's who in France

In: Revue française de sociologie. 1974, 15-1. pp. 43-73.

Citer ce document / Cite this document :

Lewandowski Olgierd. Différenciation et mécanismes d'intégration de la classe dirigeante. L'image sociale de l'élite d'après le Who's who in France. In: Revue française de sociologie. 1974, 15-1. pp. 43-73.

1974, 15-1. pp. 43-73. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1974_num_15_1_2235

резюме Olgierd Lewandowski : Интеграционный механизм. Гипотезы насчет правящих классов (исходя из предварительной анкеты о представлении элиты и секторам деятельности). Эта картина французской элиты 1968 года определяется из-за исследования 1500 выдающихся личностей выбраных наудачу из 20 000 упомянутых во французском Who's who. Короче говоря, это упражнение которое заключается в поставлении вопросов и гипотез. Сравнивая различные секторы деятельности в зависимости от социального происхождения, уровня образования, или рождения в Париже, замечается на первом уровне компенсация между этими преимуществами. Оказывается, что находится во главе такого то сектора благодаря своему социальному происхождению, во главе другого благодаря образовательному уровню, третього потому что парижанин (тем не менее народные представители находятся внизу всех иерархий). Эволюция различных секторов, переходя из ремесленической стадии, к индустриальному (где возростающая роль средств продукции за счет труда, влечет за собой все большее увеличение применения школьного капитала в контроле средств продукции) увеличивает одновременно взаимную зависимость различных секторов, концентрацию власти в каждом секторе и однородность руководителей. Этот процесс интеграции на верхах значительно связан с концентрацией в Париже.

Zusammenfassung Olgierd Lewandowski : Ein Integrationsmechanismus. Hypothese zur herrschenden Klasse (von einer Voruntersuchung des Elitebildes und der Tatigkeitssektoren ausgehend). Uebersicht der franzosischen Elite im Jahre 1968, aufgrund einer Studie von 1.500 personlichkeiten wahllos aus den 20.000 Namen des Who's who in France herausgegriffen, d.h. ein Versuch, der Fragen und Hypothesen gestattet. Bei einem Vergleich der verschiedenen Tätigkeitsgebiete, entsprechend der sozialen Herkunft, dem Bildungsniveau und Paris als Geburtsort stellt man, auf einer ersten Vergleichstufe, eine Kompensierung zwischen diesen Vorteilen fest : jenes Tätigkeitsgebiet lässt die soziale Herkfunt vorrangig erscheinen jenes andere das Bildungsniveau und ein drittes Paris als Geburtsort (hierbei liegen die Parlaments-Abgeordneten jedoch auf der unteren Stufe dieser Hierarchien) . Die Tatsache, dass diejenigen, die ihr Tätigkeitsgebiet gewechselt haben, meist eine höhere soziale Herkunft haben als die des Ausgangsgebietes, sowie ein höheres Bildungs niveau als das des erreichten Gebietes, liefert eine Teilerklàrung der hauptsach- lichen Tätigkeitsgebieteübergänge durch die immer häufigere Ausnutzung des Bildungskapitals zur Kontrolle des Wirtschaftskapitals. In der Tat, mit der Entwicklung der verschiedenen Gebiete vom Handwerks- zum Industriestadium (wo die immer grössere Rolle der Produktionsmittel im Vergleich zur Arbeit eine immer grössere Benutzung des Bildungskapitals zur Kontrolle der Produktionsmittel mit sich bringt) steigen zugleich die Zwischenabhängigkeit der verschiedenen Gebiete untereinander,die Machtkonzentrierung in jedem Gebiet und die immer starkere Gleichartigkeit der Führungskräfte der verschiedenen Gebiete. Dieser Integrationsprozess an der Spitze ist in Frankreich von der starken Konzentrierung in Paris abhängig.

Resumen Olgierd Lewandowski : Un mecanismo de integración. Hipótesis a propósito de la clase directora (establecida en una encuesta previa en la imagen de la clase selecta y los sectores de actividad) . Se hace una descripción de la clase selecta francesca de 1968, establecida en el estudio de 1500 personalidades, escogidas al acaso entre la 20 000 del Who's who in France; en resumen un ejercicio que suscita cuestiones e hipótesis. Cuando se compara los diferentes sectores de actividad segun su origen social, su nivel escolar, su nacimiento parisiense, se nota primero una compensación entre estas ventajas, siendo un sector el primero рог sor su origen social, otro por su nivel escolar, otro por su nacimiento en Paris (no obstante los parlamentarios están a lo bajo de todas esas jerarquias). De hecho se observa que los que mudaron de sector tienen los mas a menudo un origen social superior al del sector de arranque y un nivel escolar superior al del sector de llegada, y se trata de explicar las principales mudanzas de un sector por otro en parte por la utilización más y más frecuente del capital escolar en la dominación del capital económico. En efecto, la evolución

de los diferentes sectores desde un estado artesano hasta un estado industrial (en que el papel creciente de los medios de producción respecto del trabajo acarrera el empleo creciente del capital escolar en el registro de los medios de producción) aumenta juntamente la interdependencia de los diferentes sectores, la concentración del poder en cada uno, y la homogeneización de los directores de los diferentes sectores. Ese proceso de integración en lo alto va unido en Francia con una fuerte concentración en Paris.

Abstract Olgierd Lewandowski : Differentiation within and Integration into the Ruling Class: The Social Profile of the Elite on the Basis of Persons Chosen from Who's who in France. This article draws a picture of the 1968 French elite based on a study of 1500 persons chosen at random from among the 20,000 listed in Who's Who in France. By comparing different sectors according to the variables of a member's social origins, his scholastic level and his birthplace (for Parisians as a subgroup), we first notice that a compensation exists between these three. For example, one sector is ahead in terms of social origins, another in terms of scholastic background, yet a third in terms of nativity at Paris. However, members of Parliament were at the bottom of all hierarchies. What's more, those persons who change sectors usually have a social origin better than that in the sector they are leaving and an educational level higher than that in the sector they are entering. We can partly explain most intersector transfers as a matter of the more and more frequent use of «scholastic capital» in the control of economic activity. Because of the development of different sectors from crafts into industries, the growing role of the means of production in relationship to work has involved an increasing use of intellectual capital in the control of the means of production. Moreover, this development augments the interdependence of different sectors, the concentration of power in each sector and the homogenization of the leaders of the different sectors. In France, this process of integration at the top is linked to the strong concentration of activity in Paris.

sectors. In France, this process of integration at the top is linked to the strong concentration

Olgierd Lewandowski

R. franc Sociol, XV, 1974, 43-73

Différenciation

et mécanismes

d'intégration

de

la

classe dirigeante

L'image sociale de l'élite d'après

le Who's who in France

La diversité phénoménale semble s'imposer. Avocats, banquiers, indust

riels, fonctionnaires, médecins, universitaires, artistes ou militaires se perçoivent comme différents; leurs avantages, leurs rôles et leurs intérêts leur apparaissent, dans la pratique quotidienne, différents, complément airesou opposés. Il y a plus : les études d'opinion et les sociogrammes d'interconnaissance semblent le confirmer en discréditant les doctrines fondées sur le scheme simpliste du complot (il paraît que l'on voit rare

ment

un homme d'affaires, a fortiori le monde des affaires, téléphoner à

un homme politique ses ordres sur un « problème strictement politique ») .

Dès lors, ceux qui parlent de classe dirigeante ou d'élite du pouvoir paraissent souvent, aux yeux des « personnes généralement bien info

rmées »,

perception ignorante, lointaine, et pour tout dire populaire, celle qui

ne

faire que

répéter un slogan périmé ou, pire,

refléter une

s'exprime sous la modalité du « eux » et « nous » décrite par Hoggart (1) .

A l'opposé, le pluralisme se présente souvent sous les aspects d'un

empirisme, alors même qu'il ne fait qu'enregistrer l'expérience imméd iate des membres de la classe dirigeante, qui s'exprime volontiers sous

la modalité du « c'est plus compliqué que cela ». Le principe de la

complémentarité des fonctions de toute société suffit-il à penser cette diversité phénoménale ? Nous en doutons et nous pensons que dans ce domaine particulièrement difficile où le chercheur est le plus souvent réduit à saisir le résultat de certains processus, sans pouvoir en suivre le déroulement complet, et où la légitimité du discours dominant est redou bléepar le coût très élevé de l'information, le rôle de l'essai ou de la préenquête est essentiel. C'est à ce niveau, celui des hypothèses et des questions, que se situe cet article, en particulier lorsqu'il évite de trop citer une immense littérature dont seule la sociologie de la connaissance pourrait essayer de rendre compte. Dans une première partie, nous présenterons le matériel dont nous nous sommes servis; dans la deuxième partie, nous comparerons les différents secteurs de l'élite; dans la troi-

(1) Hoggart (Richard) : La Culture du pauvre. Paris Editions de Minuit, 1970. Rap

pelons
de

en particulier que les critiques très connues de Raymond Aron au concept

classe dirigeante ont joué un rôle historique important dans la nécessité de

prendre en considération les objections pluralistes.

43

Revue française de sociologie

sième partie, nous examinerons les passages entre secteurs. Le lecteur pressé pourra regarder les schémas 1 et 2 ainsi que les hypothèses fo

rmulées

voir les questions réellement posées dans des « données » ou des remarques

d'apparence positive.

en conclusion; à l'autre extrémité, le spécialiste pourra essayer de

I. — L'image de l'élite pour la classe dirigeante

II ne suffit pas, pour construire un concept scientifique, d'essayer

d'éliminer les jugements de valeur, comme prétend le faire Pare to dans

donc une classe de ceux qui

sa définition générale de l'élite : « Formons

ont les indices les plus élevés dans la branche où ils déploient leur acti vité, et donnons à cette classe le nom d'élite. Tout autre nom, et même une lettre de l'alphabet seraient également propres au but que nous

nous proposons. » Cette définition n'a, en effet,

préciser comment attribuer les indices et surtout comment définir et pondérer les branches d'activité (2). Faut-il adopter, pour chaque acti

vité, la hiérarchie interne fondée sur le jugement du groupe des pairs, ou bien l'une des hiérarchies externes, fondées sur les divers jugements des différents groupes sociaux ? Pour ne prendre qu'un exemple simp

lifié,

très restreint, le membre de l'Académie Française ou bien l'écrivain dont

les tirages sont les plus élevés ? De plus, quelle place accorder aux différentes sphères d'activité et pourquoi prendre par exemple cent mili

taires

plutôt que cent militaires, cent banquiers et cent industriels ? Faute d'une

réponse, fondée en théorie, à la question du principe de notation et à celle du principe de pondération des branches d'activité, l'élite demeure un objet socialement préconstruit, comme la délinquance ou la folie, dont la question « qui » renvoie essentiellement à la question « pour qui ? ». Bref, élite signifiant image sociale de l'élite, c'est une notion qui porte en elle-même ses propres guillemets. Etudier l'élite signifierait donc à la fois étudier le processus de constitution sociale de l'élite et le résultat de ce processus. Pour qui considère l'élite comme un objet socialement préconstruit (et non comme un objet scientifiquement construit), la perfection dans la technique de sélection des personnalités au niveau individuel importe moins que la connaissance de la classe (ou de la fraction de classe) pour

faut-il sélectionner l'écrivain d'avant-garde reconnu dans un cercle

de sens

que

si l'on peut

et cent dirigeants du monde économique (banquiers ou industriels)

(2) L'étude que nous présentons est le résultat d'un travail effectué en 1969, dans le cadre d'un ensemble de recherches menées au Centre de Sociologie Européenne, sous la direction de Pierre Bourdieu, concernant la place du système scolaire (et en particulier des Grandes Ecoles) dans la reproduction d'un système de classe (et l'évolution des rapports entre fractions de la classe dirigeante). Cet article n'aurait pas été écrit sans l'appui théorique et l'insistance amicale de Jean-Claude Chambo- redon. Je remercie particulièrement P. Bourdieu, ainsi que C. Bidar, J.-C. Combes- sie, M. Cubells, J.-P. Florens, F.-A. Isambert, M. de Saint-Martin, D. Merllié et J.-P. Thomas pour leurs remarques, critiques et suggestions qui m'ont été extrême mentutiles.

44

Olgierd Lewandowski

qui est construite cette sélection, c'est-à-dire de la classe (ou de la fraction de classe) à qui référer le principe de notation des individus dans chaque branche et le principe de pondération relative de ces branches. Nous allons essayer de montrer que, même avec des biais et des imperf ections de toutes sortes, la production et la distribution du Who's who in France permettent de le considérer comme une approximation de l'image sociale de l'élite pour la classe dirigeante, ou plus précisément pour les

hommes d'affaires et les hauts fonctionnaires, fraction dominante de la classe dirigeante, qui constituent à la fois la majorité des élus et la majorité des acheteurs. (Précisons l'extension des notions utilisées : tandis que le terme d'élite désigne un petit nombre d'individus, quelques milliers, l'expression de classe dirigeante peut correspondre à un ensemble beau coup plus vaste, par exemple les catégories socio-professionnelles supér ieures, industriels, gros commerçants, professions libérales et cadres supérieurs, cette extension maximum correspondant sans doute plutôt à la perception populaire qu'à l'avis des membres de la classe dirigeante eux-mêmes. A partir d'une distinction selon les sphères d'activité, on peut distinguer des secteurs de l'élite et des fractions de la classe diri

sans que ces deux distinctions soient nécessairement entièrement

superposables. Parler de fraction dominante de la classe dirigeante, pour désigner les hommes d'affaires et les hauts fonctionnaires, par opposition par exemple aux intellectuels, c'est, en utilisant un regroupement qui contredit l'expérience immédiate de l'opposition privé-public, affirmer qu'il n'y a pas de symétrie entre les différentes sphères d'activité; nous espérons que ce regroupement et cette dissymétrie paraîtront mieux justifiés à la fin de cet article.) Etudier le Who's who in France (sa constitution, les caractéristiques des personnalités), c'est donc à la fois étudier un élément de l'idéologie élitiste au sein de la classe dirigeante et produire, au moindre coût, l'équivalent d'une petite étude d'élite (l'enquête, les résultats) (3). C'est en somme, dans un domaine difficile, effectuer une sorte ď « exercice épistémologique » consistant à fabriquer un modèle réduit, sous la forme apparemment la plus neutre et la plus « objectiviste », pour permettre, à partir de là, d'élaborer des hypothèses sur les rapports entre fractions et idéologie de la classe dirigeante et de poser des questions sur le statut épistémologique et les fonctions sociales des traditionnelles « études d'élite » (4) . Ce travail permet d'élaborer d'autres hypothèses et d'autres questions que celles qui sont explicitement formulées ici; a fortiori, toute synthèse supposerait une sociologie des fractions de la classe dirigeante elles-mêmes, et situées dans l'ensemble de la société. C'est dire que cet exercice n'a de sens que par les questions, les critiques ou les travaux qu'il pourra susciter.

geante,

(3) L'étude principale a porté sur 1.345 notices tirées au hasard dans la 9e édition du Who's who in France (les personnalités ont répondu en 1968; l'édition porte comme date 1969-70) . Le codage et le traitement mécanographique ont été effectués au Centre de Sociologie Européenne. (4) Cf. Political Elites. A Selected Computerized Bibliography. Cambridge (Mass.) and London, MIT Press, 1968.

45

Revue française de sociologie

Remarque sur le Who's who in France

Avant d'étudier les caractéristiques des personnalités qu'il contient, il convient donc de se poser quelques questions sur le Who's who in France : Qui achète ce dictionnaire biographique ? Qui rédige la notice ? Comment sont sélectionnées les personnalités ? Qui répond et qui ne répond pas au questionnaire ? S'agit-il d'un ouvrage isolé ou bien fait-il partie d'un processus social plus vaste ? Quel poids relatif accorde-t-il aux différents secteurs d'activité ?

Pour répondre à ces questions, nous avons étudié un certain nombre de docu ments à la maison d'édition et demandé de nombreuses précisions à Monsieur Laffite et à ses collaborateurs, que nous tenons à remercier de leur aide précieuse. Nous avons participé, personnellement, à la mise à jour de la liste des personnal itésd'une grande ville de province. Nous avons enfin effectué divers comptages simples, notamment sur les dossiers de ceux qui n'ont pas répondu au question naireenvoyé par l'éditeur et sur les dossiers de ceux qui ont acheté un exemp laire par souscription. Le Who's who in France, œuvre d'un éditeur indépendant, date seulement d'une vingtaine d'années (1953-54), tandis que le Who's who anglais date de 1848 et le Who's who in America de 1898. (Dans la suite du texte, nous rempla cerons le titre exact : Who's who in France. Qui est Qui en France, par l'abré viation : Who's who). Depuis vingt ans, le nombre des notices est passée de 5.000 à 20.000 environ, celui des exemplaires vendus de 2.500 à 10.000 environ (le prix en 1973 étant de 250 francs). Les éditions se succèdent tous les deux ans et sont en général épuisées; très peu d'exemplaires sont commandés par des libraires et l'éditeur n'estime pas que la publicité ferait augmenter son chiffre de vente. C'est dire que cet ouvrage correspond à un marché très particulier qu'n faut commencer par caractériser brièvement. Quoique l'achat ne soit pas obligatoire, ni en droit ni en fait, les souscriptions effectuées par les personnal itésdont le nom figure dans cet ouvrage représentent près de la moitié des exemplaires vendus; on peut donc estimer que ces personnalités achètent per sonnellement ou font acheter par leurs bureaux plus de la moitié des exemp laires vendus. L'étude des dossiers de souscriptions montre que les hommes d'affaires représentent à eux seuls plus de la moitié des souscripteurs; au total, l'éditeur estime que les industriels achètent environ 40 % de tous les exemplaires, vendus par souscription ou autrement, les administrations 20 % et l'étranger 20 %. Bref, la majorité des acheteurs sont des élus de cette sélection, et les hommes d'affaires et les hauts fonctionnaires représentent à la fois la majorité des acheteurs et la majorité des élus. Les renseignements de la notice sont fournis essentiellement par les personn alités elles-même en réponse à un questionnaire envoyé par l'éditeur. Il est de tradition que l'inscription soit gratuite et que l'éditeur décide seul en la matière. Le nombre de personnes qui ont demandé à figurer dans ce diction nairesemble extrêmement restreint (de l'ordre de 1 % peut-être, estime l'édi teur); la caution de deux parrains ne suffit pas à obtenir une inscription si les renseignements ne constituent pas une notice digne de figurer dans l'ouvrage. En outre, le procédé, utilisé dans les premières éditions, consistant à demander aux personnalités inscrites d'indiquer trois autres noms, a été abandonné depuis, en particulier parce que les personnes indiquaient souvent dans leur propre branche d'activité des noms dont la notoriété n'était pas assez générale. Il ne s'agit donc pas d'un groupe s'étendant par cooptation (ou d'un échantillon par « boule de neige ») .

46

Olgierd Lewandowski

A la différence du Bottin Mondain, qui cherche à rassembler plutôt les familles

de la haute société mondaine, et correspond à la notion de groupe de statut, le Who's ivha prétend sélectionner, dans tous les domaines, ceux qui font effectiv ementquelque chose, les meilleurs ou du moins ceux qui sont reconnus comme tels, et correspond plutôt dans son projet à la notion parétienne d'élite (dans

toutes les branches, les indices les plus élevés),

Who's who reconnaît explicitement ne faire qu'enregistrer un jugement social préexistant (ce qui implique, entre autres conséquences, un décalage temporel systématique) . Notons que 28 % des personnalités du Who's who sont également dans le Bottin Mondain. Cependant, si le statut de prestige n'est pas ici le prin cipe positif du choix des personnalités, il joue en fait comme condition négative, notamment par une sorte de clause d'honorabilité selon laquelle la notice d'une personne condamnée en justice doit disparaître de l'ouvrage (on peut lire dans une édition de ce dictionnaire : « ex-général X, voir édition précédente », et voir réapparaître la notice en question après l'amnistie). La méthodologie des études d'élite distingue plusieurs critères de sélection des personnalités, principalement trois, position, réputation et décision. On peut en effet sélectionner les personnalités d'après leur position institutionnelle (maire, député, P.D.G. etc.); mais on peut aussi sélectionner les personnalités selon leur réputation de pouvoir, ainsi que l'a fait Floyd Hunter en utilisant la presse et les avis d'un certain nombre de « juges », ou bien, comme l'a fait Robert Dahl, en examinant un certain nombre de décisions importantes dans plusieurs domaines (par exemple la désignation des candidats aux élections, la rénovation urbaine ou l'instruction publique) pour sélectionner les leaders qui ont fait prendre ces décisions (5). Tandis que ces méthodes visent à sélectionner ceux qui ont le plus de pouvoir, la sélection du dictionnaire biographique cor respond à quelque chose de plus vague, plus proche de la définition générale de l'élite que donne Pareto. En outre, c'est avec beaucoup plus d'empirisme que s'effectue la sélection des personnalités du Who's who, principalement à partir de la lecture de la presse (Le Journal Officiel, Le Monde, Le Figaro etc.) et la consultation de très nombreuses nomenclatures (listes officielles des administrat ions,annuaires des associations professionnelles, annuaires d'anciens élèves de grandes écoles, etc.). Les nomenclatures et la presse permettent de sélectionner les personnalités en fonction de leur réputation ou de leur position institutionn elle.A un très haut niveau de réputation ou dans des positions institutionnelles déterminées (Sénat, Chambre des députés, Cour des comptes, Conseil d'Etat. Institut etc.) la personnalité est considérée comme « indispensable », c'est-à-dire que, si elle refuse de répondre, l'éditeur entreprend de rédiger lui-même la notice. L'éditeur estime avoir réussi à rédiger une notice dans plus de 95 % des cas considérés par lui comme indispensables (un lecteur averti peut essayer de reconnaître les notices rédigées par l'éditeur à leur brièveté relative, due notamment à l'absence de certains renseignements secondaires, clubs, sports, distractions, violon d'Ingres etc.) . Mais ces « indispensables » constituent moins d'un dixième des notices : dans la majorité des cas, la notice ne paraît que si la personne a bien voulu remplir le questionnaire. L'éditeur envoie rarement un questionnaire à une personne qui a déjà refusé de répondre lors des deux ou trois éditions précédentes. Lorsque l'on examine certains cas particuliers, on remarque que cette sélection correspond plus à celle qu'effectuerait le monde des affaires et de l'administration qu'à celle que proposeraient d'autres catégories et

si

ce n'est que l'éditeur

du

Cf. Hunter (Floyd) : Community Power Structure. A Study of Decision-

Makers. New York, Doubleday and Co., 1963 et Dahl (Robert) : Qui gouverne ? Paris, Armand Colin, 1971.

(5)

47

Revue française de sociologie

notamment les intellectuels, ce qui s'explique à la fois par le public touché et par les sources d'information de l'éditeur; ainsi par exemple, tel philo sophe très célèbre dans l'intelligentsia parisienne de la fin des années soixante, mais dont la position institutionnelle n'est que modeste, n'est considéré comme indispensable que pour l'édition 1973-1974. Après la sélection effectuée par l'éditeur, intervient le taux de réponses au questionnaire. En 1969-70, on peut considérer, pour simplifier, qu'il y a environ 20.000 notices et qu'entre deux éditions 1.000 disparaissent, dont la moitié par décès, et 2.000 apparaissent. Ces 2.000 nouveaux représentent environ un quart des questionnaires envoyés. Ce taux est supérieur pour les fonctionnaires et les universitaires, inférieur pour les hommes d'affaires, juristes et médecins, d'après les comptages que nous avons effectués sur les dossiers (pour les artistes et les militaires nous avons l'évaluation de l'éditeur : les artistes répondent mal et les militaires bien). Le taux de réponses est également plus faible en province qu'à Paris, en particulier pour les hommes d'affaires. En tenant compte des envois successifs de plusieurs éditions, nous pouvons estimer qu'en définitive la moitié des personnes contactées ont leur notice dans le Who's who. La mise à jour de la liste des personnalités d'une grande ville de province (à laquelle nous avons pu participer personnellement) montre qu'il existe, à l'intérieur du monde des affaires et de la haute administration, un monde de l'information qui en dépend et qui ne se réduit pas aux journaux proprement dits. Certaines personnes, par suite de leur métier, sont amenées à constituer des listes de personnalités importantes, qu'il s'agisse d'archivistes, de documenta listes, de bibliothécaires, dans une mairie, une chambre de commerce, une école de commerce, ou bien de chargés de relations publiques dans tel ou tel organisme professionnel ou public. Outre celle que fournirait la lecture de la presse proprement dite, de nombreuses nomenclatures sont ainsi disponibles, écrites ou non, imprimées ou non, qu'il s'agisse de nomenclatures spécialisées (listes professionnelles, listes d'anciens élèves des grandes écoles, listes de diverses associations, académies, Rotary etc.) ou de nomenclatures plus générales (liste d'invitation de la préfecture ou liste d'invitation de la Chambre de commerce). La sélection des personnalités qu'effectue le Who's who suppose ce jugement social préexistant, ou mieux, le Who's who à la fois en aval et en amont, util isateur et utilisé, fait intégralement partie de ce monde de l'information pour les affaires et la haute administration, principaux fournisseurs et principaux consom mateurs; loin d'être isolé, il n'est qu'un élément dans ce processus d'ensemble de définition sociale de l'élite pour la fraction dominante de la classe dirigeante, dont font peut-être également partie la plupart des études d'élite. L'éditeur ne procède pas à des classements systématiques par branches d'acti vitéet ne dispose pas d'une taxinomie explicite et invariable de ces branches. Le poids relatif des différents secteurs dans l'ouvrage résulte donc très empir iquement d'une adaptation progressive au monde des principaux acheteurs, hommes d'affaires et hauts fonctionnaires, rendue possible en particulier par l'usage des nomenclatures et de la presse effectivement utilisées dans ce même monde. En vingt ans, parallèlement à la progression des ventes et à l'améliora tionde la qualité des notices (par l'interrogation systématique sur les rense ignements manquants, par exemple profession du père ou études) , cette adaptation s'est manifestée par la croissance de la place accordée aux hommes d'affaires (34% en 1953, 39% en 1957, 44% en 1969) tandis que diminuait la part des artistes (39 % en 1953, 20 % en 1957, 17 % en 1969) . Cette évolution en faveur du monde des affaires correspond à une dissymétrie fondamentale des significations et des fonctions de l'ouvrage pour les différents secteurs : « II peut arriver, nous disait l'éditeur, à un banquier de chercher un artiste, non le contraire; un artiste

48

Olgierd Lewandowski

est plus cloisonné dans son milieu ». En somme, l'ouvrage informe les banquiers à la fois sur les artistes et sur les banquiers, non le contraire. La vente des exemplaires, la rédaction des notices, la sélection des personn

alités, la pondération des différentes branches, manifestent ainsi que ce diction nairebiographique, sans doute avec un biais particulier, fait partie d'un pro

plus vaste de définition sociale de l'élite pour la classe dirigeante, ou plus précisément pour le monde des affaires et de la haute administration, fraction dominante de la classe dirigeante.

cessus

L'image élitiste part d'une distinction en branches d'activité comme

d'une distinction naturelle, indépendante de l'histoire et des classes sociales; il est significatif à cet égard que Suzanne Keller essaie de fonder sa distinction entre élites stratégiques sur les grandes fonctions de Parsons (6). Une analyse de l'articulation concrète des diverses ins tances dans une formation sociale déterminée pourrait seule fonder en théorie une distinction en secteurs d'activité; en attendant, toute dis tinction de ce type est plus ou moins empirique, c'est-à-dire en rapport

avec le matériel dont on dispose; la distinction en secteurs que

utilisons dans cet article est celle qui convenait le mieux aux données dont nous disposions. Alors que la plupart des études d'élite mettent sur le même plan les hommes politiques et les autres secteurs de l'élite pour poser le problème du monisme ou du pluralisme, nous avons jugé nécess aire, dans un premier temps, de distinguer les personnalités d'après leur

activité économique : il nous a semblé en effet que, le champ politique étant une résultante (du rapport entre classes et fractions de classe), il convenait de commencer par faire des hypothèses sur les rapports entre fractions de la classe dirigeante avant de mettre à part les hommes politiques pour les situer par rapport à l'ensemble des personnalités. Les différents secteurs d'activités économiques ne sont pas également représentés, bien entendu, dans le Who's who : l'agriculture, l'industrie (avec Bâtiment, Travaux Publics et Transports) et le commerce, qui

nous

constituent 80 % de la population active, ne représente que 40 %

personnalités. Cette remarque élémentaire a plus d'implications qu'il ne semble. Ainsi, contrairement à l'idéologie élitiste qui se donne des branches d'activités indépendamment de toute hiérarchie sociale, la simple comparaison du taux de représentation du monde artistique, par exemple, et de celui du monde industriel fait ressortir le caractère socio- logiquement abstrait de toute distinction en secteurs d'activités économi quesqui serait séparée de l'indication du niveau social où elle a été définie : un industriel, ce n'est pas l'ouvrier le plus habile, mais le propriétaire ou le gestionnaire des moyens de production, tandis qu'inver sementun artiste (ou un sportif) n'est recensé comme tel que s'il a déjà suffisamment réussi pour essayer de vivre de son art (en bref, cela signifie souvent que les industriels ou ceux qu'ils fréquentent achètent sa product ion)(cf. Tableau I). Aussi faut-il renoncer à l'image qui présente la distinction en secteurs et la stratification comme deux variables indépen-

des

(6) Keller

(Suzanne) : Beyond the Ruling Class. Strategic Elites in Modern

Society. New York, Random House, 1963, pp. 91-98.

49

Revue française de sociologie

Tableau I. — Inscription au Who's who.

DES RÉPARTITION INSCRITS (1) (pourcentages) d'inscription Fréquence (2) (pour mille actifs) Art (3) 17 12
DES RÉPARTITION INSCRITS (1)
(pourcentages)
d'inscription Fréquence (2)
(pour mille actifs)
Art
(3)
17
12
Justice (4)
f>
8
Administration (5)
Enseignement (6)
Santé (7)
Finances (8)
13
3
10
2
6
2
5
2
Industrie (9)
34
0,7
Commerce (10)
5
0,3
Total association) (incluant (11) armée, agriculture et
100
1
Cent inscrits
Un pour mille actifs

(1) Répartition des inscrits : Edition 1969-70, les personnalités ayant été séle

ctionnées

%. (2) Fréquence d'inscription : II s'agit d'ordres de grandeur, obtenus en prenant économiques la Statistiques pour fréquence base les et en d'inscription Etudes tableaux 99 postes. Economiques du Si est recensement l'on d'un se pour donne (I.N.S.E.E.), mille; de vingt 1968, elle mille d'après fournis concerne notices la par nomenclature et un l'Institut vingt pour millions cent National des des activités d'actifs, cadres des

supérieurs et membres des professions libérales et deux pour cent des industriels et gros commerçants.

des

sport, code 96, ne

en 1968; rappelons que notre échantillon est de 1.345 sur 19.600 environ, soit

7

(3) Art (code I.N.S.E.E.

86, 87,

88, 94,

96,

97) : Ce secteur comprend surtout

et du

artistes et des écrivains

représentent qu'un dixième de ce secteur). Les écrivains représentent environ un tiers de ce secteur, et les autres artistes plus de la moitié. Les fréquences d'inscription vairent les èrementle fréquences : art problème et d'inscription lettres de 17 la pour signification pour mille, des culte distinctions des 4 distinctions pour plus mille, fines, en sport secteur car 3 elle pour d'activité posent mille. : particuli Signalons « homme de lettres» (code 974) un sur dix; « sportif professionnel» (code 966) trois sur dix. itésde (4) Justice ce secteur. (code I.N.S.E.E. 93) : Les avocats constituent la majorité des personnal

sauf 986 et 989) : La fréquence d'ins

cription

6 pour mille au lieu de 2 pour mille pour l'autre partie de l'administration.

l'enseignement (6) Enseignement privé et (code l'enseignement I.N.S.E.E. 95) artistique; : Notons nous que cette y avons catégorie ajouté comprend les chercheurs. aussi

(les personnalités du culte, code 94,

(5) Administration (code I.N.S.E.E. 85, 92, 98

est très supérieure pour l'administration économique et financière (code 85) :

(code I.N.S.E.E. 91) : Les médecins professeurs de faculté ont été inclus

constituent la majorité des

(7) Santé

dans ce secteur.

(8)

Finances (code I.N.S.E.E. 83 et 84) : Les banquiers

personnalités de ce secteur. ports ont (9) une ont Industrie fréquence une fréquence (code supérieure I.N.S.E.E d'inscription à 1 06 pour à plus 68 mille. inclus) faible; : d'autres Bâtiment, sous-secteurs Travaux Publics (comme et chimie) Trans

(10) Commerce (code I.N.S.E.E. 69 à 82; 89, 90).

qui (11)sontTotalsouvent: Nouslaissésavonsde côtéestimélorsutiledes decomparaisons,distinguer enmaisoutrefontles toujourssecteurs partiesuivants,du total indiqué :

Notons armée que les (code anciens I.N.S.E.E. militaires 99; pourcentage sont presque 1 %; trois fréquence fois plus d'inscription nombreux; : 1 pour mille).

agriculture (code 01 à 05; pourcentage 1 %; fréquence d'inscription : 0,1 pour mille) ;

(code 986 et 989 ; pourcentage 3 % ; fréquence d'inscription 7 pour

politiques, autre mille). dernier Nous en avons secteur majorité mis d'activité dans parlementaires, ce économique. secteur (outre lorsqu'il Une les autre était permanents variable impossible d'association) permet de leur de regrouper attribuer les hommes un les hommes politiques. Les rares syndicalistes de notre échantillon sont dans ce secteur.

— associations

50

Olgierd Lewandowski

dantes, l'une horizontale, l'autre verticale. Non seulement les pyramides des différents secteurs sont de tailles différentes, mais leurs bases ne sont pas au même niveau, non plus que leurs sommets, et leurs rapports sont dissymétriques (cf. figure n° 1).

Image A Image В
Image A
Image В

Fig. 1. — Distinction en secteurs d'activité

Remarque : On pourrait considérer la première et la deuxième parties de cet article comme une rectification de l'image A à l'aide de l'image B; la troisième partie serait alors une rectification de l'image B.

La définition parétienne de l'élite en général part, nous l'avons vu, d'une distinction en branches d'activité, conçues indépendamment de la hiérarchie sociale, et son explication est fondée sur des différences psycho

physiologiques

partie gouvernementale de l'élite. Pareto écrit ainsi : « La courbe de la

distribution de la richesse, dans nos sociétés, varie fort peu d'une époque

à une autre

physiologiques et psychologiques des hommes. D'autre part, on peut, en

partie, la rattacher aux théories de l'économie pure, c'est-à-dire aux choix des hommes (ces choix sont précisément en rapport avec les caractères physiologiques et psychologiques) et aux obstacles que rencontre la production » (7) . Le simple examen de la représentation des différentes branches d'activité dans le dictionnaire biographique permet déjà de comprendre, et la suite établira davantage, que la division en branches d'activité ne saurait se comprendre indépendamment de la hiérarchie sociale; nous pourrions en outre suggérer dès à présent que cette défini tionavant tout « horizontale » de la division du travail (essentiellement

entre branches, secteurs ou

« fonctions ») correspond à la perception

spontanée des membres de la classe dirigeante. L'explication parétienne, fondée sur les différences psychophysiologiques individuelles, tout en ayant

peu d'intérêt sur le plan scientifique, ce que confirme notamment la

individuelles, qu'il s'agisse de l'élite en général ou de la

Elle dépend probablement de la distribution des caractères

(7) Pareto (Vilfredo) : Les Systèmes socialistes, Genève, Droz, 1965, pp. 6-7.

51

Revue française de sociologie

sociologie de l'éducation (8) conserve une survie sociale qui mérite d'être expliquée : outre sa fonction évidente de légitimation et sa conformité avec les schemes substantialistes les plus enracinés, elle semble corre

spondre

de la force de travail avec concurrence parfaite et pouvoir ainsi exprimer assez fidèlement la perception des hommes d'affaires. Par sa définition et son explication de l'élite (sa notion d'élite en général servant surtout à légitimer l'élite gouvernementale), Pareto pourrait ainsi sans doute fournir l'idéal-type de l'idéologie élitiste au sein de la classe dirigeante, ce que la conformité entre sa définition générale et celle du Who's who semblerait confirmer.

à l'application plus ou moins consciente du paradigme du marché

II. — Différences entre secteurs et moyens de production

A l'inverse de la définition sociale de la délinquance, comme un tout

homogène, la définition sociale de l'élite, cet autre objet socialement pré

construit,

phénomène de l'exclusion et des groupes de référence, l'expérience même des membres d'une société les porte à la fois à homogénéiser les exclus et à surestimer l'hétérogénéité des élus (9). A cette expérience immédiate, s'opposerait la simple statistique des grandes caractéristiques objectives, qui décrirait l'élite française de 1968 comme un tout homogène, s'opposant nettement à l'ensemble de la population : il s'agit presque uniquement d'hommes, de plus de quarante ans, bacheliers et sans origine prolétarienne (2 % de femmes, 3 % de fils d'ouvriers etc.) . Plus de sept sur dix habitent Paris, ont plus de cinquante ans, sont d'origine sociale supérieure, ont fait des études supérieures. Une perception hypertrophiée des différences internes pourrait cacher cette homogénéité fondamentale et les querelles à court terme masquer la complémentarité des fonctions. Mais le vrai problème est-il celui de l'unité ou de la diversité ? Sommes- nous réduits à cette alternative : ou bien comparer l'élite avec la popul

porte en elle-même le problème de sa diversité : par le double

ation globale à partir des grandes caractéristiques objectives, pour fonder, sur le truisme de cette différence, l'affirmation sommaire d'une homog

énéité

chaque secteur (type d'activité, indices de réussite ou d'intégration, etc.)

de l'élite, ou bien, dans des monographies

sur la spécificité de

(8) Bourdieu (Pierre) et Passeron (Jean-Claude) : La Reproduction, Paris, Editions de Minuit, 1970 (Le sens commun) . « Population » et l'enseignement. Paris, Presses Universitaires de France, 1970. Pour une analyse de l'idéologie du don : Bourdieu

(Pierre) et Darbel (Alain) : L'Amour de l'art. Paris, Editions de Minuit, 1966 (Le sens commun). Une étude de l'idéologie élitiste, de ses causes, de ses manifestations et de ses fonctions, supposerait de nombreuses recherches empiriques; nous nous per

mettons

association qui réunit des personnes de toutes professions ayant un quotient intel

lectuel

(9) « II convient d'abord de mettre en question le pré-supposé de l'homogénéité de la population de délinquants livrés à l'analyse du sociologue, de même qu'il faut le faire pour une population de déviants. » Chamboredon (Jean-Claude) : « La déli nquance juvénile, essai de construction d'objet» Revue -française de Sociologie 12 (3) 1971, p. 375.

de signaler l'intérêt que pourrait avoir une monographie sur la M.E.N.S.A.,

supérieur à 132.

52

Olgierd Lewandowski

se résigner à l'irréductible diversité, dont seul pourrait essayer de rendre compte l'appel aux grandes fonctions de tout système social ? L'image élitiste qui se donne une division du travail entre secteurs d'activité préalable à la réussite à l'intérieur de chaque secteur masque immédiatement la question d'une hiérarchie entre ces secteurs d'activité. Bien au contraire, il faut remarquer qu'une distinction, comme par exemple celle des activités économiques de l'I.N.S.E.K, quoique valable, en raison de son abstraction même, à différents niveaux de stratification sociale, doit faire l'objet de regroupements différents selon la classe sociale étudiée pour devenir sociologiquement pertinente. Ce n'est donc pas de la division « horizontale », mais de la division « verticale » qu'il faut partir. On peut même tenter une définition différentielle des secteurs de l'élite et une hiérarchisation de ces secteurs à partir des caractéristiques objectives des personnalités qui les composent, en mettant précisément

Tableau II. — Comparaison des secteurs : origine sociale, niveau scolaire, âge, habitat Justice ration
Tableau II. — Comparaison des secteurs :
origine sociale, niveau scolaire, âge, habitat
Justice
ration
nement
"Bz
Affaires (industrie,
finances, commerce)
Art
Total
ей
Fils d'industriels.
Fils de cadres
sup
Fils moyennes de classes
23%
41
%
(43 % 37 %
37 %)
12
%
18%
14
%
22
%
28
%
69
%
41
% (40 % 43 % 35 %)
67
%
60
%
55
%
37
%
48%
8%
18
% (17 % 20 % 28 %)
20
%
22
%
32%
41
%
24
%
N
51
493
(384
51
54)
138
72
117
189
N
= 1106
NR = 239
Etudes très sup
6
%
30
% (34 % 10 % 13 %)
25
%
36
%
76
%
10
%
29
%
Etudes super.
.
.
.
88
%
48
% (45 % 74 % 48 %)
72
%
64
%
20
%
57
%
53%
Pas d'études
6%
22
% (21 % 16 % 39 %)
2 %
0
3 %
33
%
17
%
N
51
493
(384
51
54)
138
72
117
189
N
= 1106
NR = 239
Habite Paris
.
.
.
55
%
71
% (69 % 85 % 72 %)
79
%
56
6 %
%
74
Enseig
%
76
%
71
%
Habite Province
45
%
29
%
(31 % 15 % 28 %)
21
%
44%
26
%
24
%
29
%
N
54
515
(398
53
61)
150
79
121
198
N
= 1178
NR = 127
66
ans
et plus
.
.
27%
28
%
(27 % 36 % 26 %)
11
%
31
%
37
%
25
%
26
%
50-65
60
%
45
44 % %
(46 (34 % % 45 5 % % 44 5 %) %)
53
Administ
%
51
%
39
%
44%
47
%
40
ans et moins.
13
%
27
% (27 % 19 % 30 %)
36
%
18
%
24%
32%
27
%
N
63
588
452
62
70)
176
83
131
231
N
NR = = 1345 0
5
%
13%
10
%
17
%

53

Revue française de sociologie

entre parenthèses ce qui fait leur spécificité. Chaque secteur serait ainsi défini comme un vecteur à plusieurs dimensions (origine sociale, niveau scolaire, centralisation parisienne etc.) où la valeur qu'il reçoit sur chaque dimension (haute, moyenne ou basse) dépend de sa place dans une hiérar chieinterne à l'élite, non de son rapport à la population globale (cf. sché ma n° 1 et Tableau II).

Schéma 1. — Comparaison des secteurs

Justice - Affaires- Administration -Santé - Enseignement - Art ORIGINE SOCIALE V NIVEAUSCOLAIRE HABITAT PARISIEN
Justice - Affaires- Administration -Santé - Enseignement
-
Art
ORIGINE
SOCIALE
V
NIVEAUSCOLAIRE
HABITAT
PARISIEN
И
AGE
Relativement
Haut
Moyen
Bas
* Voir les chiffres correspondants dans le tableau II.

Remarque sur les tableaux II et III

Pour simplifier au maximum la présentation des données dans cet article, nous n'utilisons qu'une partie des variables disponibles et nous ne donnons de chacune de ces variables qu'une version simplifiée (en particulier nous disposons des catégories socio-professionnelles détaillées sur la profession du père par exemple, ou de plusieurs variables pour les études, faculté, grande école, niveau,

54

Olgierd Lewandowski

études à l'étranger etc.) . Les variables utilisées ici sont des variables recomposées à partir de deux ou trois variables simplifiées; par exemple, origine sociale et études sont regroupées dans une variable « stratification ■», naissance, habitat, lieu d'études sont regroupés dans une variable «mobilité géographique»; ceci permet des tableaux à plusieurs variables, mais augmente les taux apparents

Tableau III. — Style de vie. Autres activités

Justice ration Santé nement Affaires (industrie, finances, commerce) Ант Total Inscription Bottin mondain au
Justice
ration
Santé
nement
Affaires (industrie,
finances, commerce)
Ант
Total
Inscription Bottin mondain au
Particule blesse de no
37
%
32
% (31 % 53 % 21 %)
24%
29%
21
%
21
%
28
%
5 %
8 %
(7 %
(1 1 %)
)
8%
2 %
— (4 %) —
7%
Collège catholique privé
4 enfants ou plus.
57
%
37
% (36 % 57 % 26 %)
17
%
19
%
16%
27%
30
%
24%
30
% (31 % 36 % 29 %)
24
%
29
%
25
%
12
%
25
%
à Paris
26 %
37
%
(36 % 49 %
36 %)
29
%
30%
22%
35
%
32%
Habite Paris
8e, 16e
arr.
(ou 7e,
83 %
27% Enseig
Neuilly)
27 %
41
%
(38 % 60 %
40 %)
39
%
30
30
%
34%
Appartenance des clubs к
Pratique prestigieux de sports
38%
51
% (48 % 60 % 54 %)
26
%
30
%
23%
25
%
36
%
14
%
25 %
(24 %
(29 %) )
И %
8%
6%
7
%
16%
Livres isés non-spécial
11
%
3
%
(3 %
(4 %)
)
3%
8%
8%
26%
8%
588
(452
62
70)
Administ
Parlementaires (ou anciens p.) .
Membres ou an
19
%
5
%
(5 %
(5 %)
)
6%
13%
3
%
2 %
7%
binets iels ciens
m. ministér de ca
13%
4
%
(4 %
(5 %)
)
25
%
2%
5
%
3 %
7 %
N =
63
176
131
231
1345

de non-réponses (NR) ; nous avons contrôlé que ces taux apparents de NR ne modifient pas les résultats obtenus à partir des variables initiales.

— Total : Le total inclut, ici et dans l'ensemble du texte, les secteurs suivants, même lorsqu'ils ne sont pas mentionnés dans la comparaison : agriculture (n =

16) , armée total.

(n = 19) , associations

(n — 38) .

Ensemble

ils représentent 5 %

du

 

55

Revue française de sociologie

— Pourcentages : Les pourcentages indiqués étant arrondis, leur somme peut

différer légèrement de la somme indiquée, qui est la somme des pourcentages précis (en particulier dans le cas de cent); bien entendu ceci est valable dans tout le texte.

On a donc sur la dernière ligne du tableau le

— Age : II

n'y a pas de NR.

nombre exact de personnalités de chaque secteur et le pourcentage qu'H repré sente sur l'ensemble de l'échantillon.

— Affaires : Regroupe industrie, finances et commerce (et 4 personnes qui

font partie des finances ou du commerce). Un premier examen permettrait déjà de remarquer l'infériorité du commerce par rapport à l'industrie ou aux finances, tant sur le niveau scolaire que sur l'origine sociale.

— Habitat : La variable utilisée ici, pour homogénéiser la notation avec

d'autres passages du texte, est une variable composée «mobilité géographique» qui cumule lieu de naissance, lieu d'études et lieu d'habitat, ainsi que leurs NR; en outre, dans cette variable, l'étranger (pour la naissance et l'habitat) est inclus dans les NR, pour permettre d'obtenir l'opposition Paris/province.

— Origine sociale : « Fils d'industriels » correspond à la mention « industriels »

ou « gros commerçants » comme profession du père; cependant nous supposons que la réalité est aussi variée que la C.S.P. de PI.N.S.E.E. « patrons de l'indus trieet du commerce ». « Fils de cadres supérieurs » est une abréviation pour « fils de cadres supérieurs ou de membres des professions libérales ». « Fils de classes moyennes » est une abréviation pour « fils de membres des classes moyennes ou populaires » (il n'y a que 3 % de fils d'ouvriers) . Les agriculteurs, dans cette variable simplifiée, ont été regroupés avec les NR, étant donné la signification ambiguë de cette origine sociale à ce niveau social.

— Niveau d'études : Quand elle est utilisée, la mention « études très supé

rieures » signifie : agrégation; doctorat

hôpitaux de Paris, ainsi que les grandes écoles suivantes : Ecole Polytechnique, Ecole Nationale d'Administration, Ecole Normale Supérieure, Ecole Centrale des Arts et Manufactures, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris, Ecole Nationale Supérieure des Ponts et Chaussées, ainsi que les Ecoles Nationales Supérieures d'Aéronautique, d'Electricité et de Télécommunications. La propor tiond'élèves de grandes écoles est légèrement plus élevé dans la catégorie «études très supérieures» que dans la catégorie «études supérieures»; cette distinction de niveau vaut cependant par elle-même ainsi que nous avons pu contrôler en confrontant les résultats obtenus à partir de la variable « école et faculté ». La distinction entre « études très supérieures » et « études supérieures » repose, non sur la hiérarchie des études selon l'origine sociale des étudiants, telle qu'on peut essayer de l'établir, par exemple, à partir de la profession du père, mais sur la hiérarchie des études selon la réussite scolaire antérieure, telle qu'on peut essayer de l'établir, par exemple, à partir du taux de mentions au baccalauréat; l'étude menée par le Centre de Sociologie Européenne sur les grandes écoles montre que les deux hiérarchies se recouvrent partiellement, dans le cas par exemple d'écoles comme l'Ecole Polytechnique, mais aussi que certaines écoles, comme l'Ecole des Hautes Etudes Commerciales, sont au sommet de la hiérarchie de l'origine sociale et en bas de la réussite scolaire, à l'inverse d'autres écoles comme l'Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud, au sommet de la hiérarchie scolaire et en bas de la hiérarchie sociale.

— Style de vie (cf. tableau III) : Pour simplifier l'analyse, nous laisserons de côté l'examen détaillé des indices de niveau de vie ou d'appartenance à un

de lettres ou de sciences; internat des

56

Olgierd Lewandowski

groupe de statut; on verrait aisément que ce tableau peut s'interpréter, à un premier niveau, à partir de la hiérarchie des secteurs selon l'origine sociale (en remarquant cependant que les banquiers surpassent même les avocats). En notant l'intérêt qu'il y aurait à en faire une étude de type presque ethnogra phique,en réponse à des questions fondées sur une analyse de la place dans la production, on peut donc, dans un premier temps, considérer simplement que certains indices de style de vie confirment globalement la hiérarchie établie à partir de l'origine sociale. Au lieu de partir des grandes caractéristiques objec tives des principaux secteurs d'activité, Domhofï suit la démarche inverse :

il commence par définir, en fait, un groupe de statut, par l'interconnaissance et l'intermariage (appelé upper class, avec, comme critère principal, l'inscription

et

montre, ensuite, quels domaines sont contrôlés (aussi bien l'exécutif que les grandes corporations, ou les services de renseignements que les fondations les plus respectables) ou simplement influencés (par exemple le législatif ou les

au Social Register, complété par quelques autres, écoles, clubs, familles)

pouvoirs locaux) par cette upper class (d'après le pourcentage, parmi les dir

igeants

n'est pas sous-estimer l'intérêt de certains indices que de choisir de partir de

la place dans la production pour comprendre le rôle du capital culturel, puis le rôle du capital social, et non le contraire. — Autres activités (cf. tableau III) : Pour compléter la comparaison des secteurs, nous ajoutons simplement sur le même tableau certaines autres acti vités, passées ou présentes. Les personnalités désignées comme « hommes poli tiques », au niveau national, sont presque tous parlementaires ou anciens parle mentaires, ce qui nous a conduit à simplifier la notation en indiquant « parle mentaires з>, pour ne pas trop assumer la définition sociale dominante de la politique.

de ces différents domaines, de membres de cette upper class) (10). Ce

En présentant, en une seule fois, un ensemble de différences que l'on a coutume d'épeler une à une, le schéma des caractéristiques objectives des différents secteurs de l'élite peut servir à poser des questions systémati

quesaux recherches monographiques de milieux; en outre, en montrant l'image d'une totalisation de ces différences, il provoque particulièrement peut-être la question même de la signification de toute comparaison de ce type. Plutôt que de détailler la lecture de ce tableau, matrice d'une série d'oppositions qui constituent autant de questions, essayons de nous inter roger sur la signification de ce genre de comparaison. On remarque que tel secteur a une origine sociale élevée, tel autre a un niveau scolaire

supérieur, un troisième est très parisien etc

la peinture que fait Dahl de l'évolution de New Haven; la cité serait passée d'un système d'inégalités cumulatives à un système d'inégalités dispersées : « Dans le système politique de l'oligarchie patricienne les ressources avaient été marquées par leur caractère d'inégalités cumulat ives: quand un homme était très avantagé par rapport à son prochain

en une ressource particulière, l'argent par exemple, il l'était d'habitude

Ce jeu d'oppositions évoque

en

presque toutes les autres : le statut social,

la légitimité le pouvoir

légitime, l'autorité sur les institutions religieuses et scolaires, l'instruction,

(10) Cf. Domhoff (Gr. William) : Who Rules America? Englewood Cliffs, New Jersey, Prentice Hall, 1967.

57

Revue française de sociologie

la fonction publique. Dans le système politique d'aujourd'hui, les inégal ités politiques demeurent mais tendent à devenir non cumulatives. Le système politique de New Haven est donc un système d'inégalités disper sées» (11) . De plus, si l'on admet que la précocité dans l'inscription au Who's who est l'indice d'avantages, on remarquera que ceux-ci semblent également dispersés, puisque la proportion de « jeunes » (c'est-à-dire les personnes de moins de cinquante ans, qui représentent 27 % de l'ensem ble)est particulièrement importante parmi les fils d'industriels (32 %) ,

parmi ceux qui ont fait des études très supérieures (34 %) , parmi ceux qui sont nés à Paris (32 %), parmi les hauts fonctionnaires enfin (36 %), sans que ces caractéristiques soient particulièrement liées entre elles. Sommes- nous donc dans un système d'inégalités dispersées ou plutôt, quelle est la signification de l'affirmation selon laquelle nous serions dans un système d'inégalités dispersées ? La définition différentielle des fractions de la classe dirigeante, telle qu'elle peut apparaître en accentuant les différences internes entre les différents secteurs de l'élite, correspond sans doute à une approximation de la perception que pourraient en avoir les membres de la classe dir

igeante

eux-mêmes. En effet, des avantages qui sont cumulatifs au niveau

de la population globale (ainsi que le montre, pour ne prendre qu'un exemple simplifié à l'extrême, une analyse de la distribution du capital ■économique et du capital culturel entre travailleurs manuels et non manuels) peuvent paraître dispersés lorsqu'on limite l'analyse à un

niveau social déterminé (notamment lorsqu'on oppose une fraction déten tricedu capital économique et une fraction détentrice du capital culturel au sein de la classe dirigeante) ainsi que peut le faire la perception, nécessairement sélective, des membres des classes moyennes ou de la

classe dirigeante, puisque cette perception porte sans doute

ment sur les catégories ou les groupes d'un niveau social égal ou supé

de par le jeu des groupes d'appartenance et des groupes de réfé

rence, plutôt que sur l'ensemble de la population globale. Bien plus, l'attribution de rôles complémentaires, voire opposés, dans la division du travail et des tâches de domination au sein de la classe dominante — perçue et présentée volontiers comme division du travail tout court, correspondant aux grandes fonctions de toute société humaine — et les luttes de pouvoir entre fractions de la classe dominante tendent à faire percevoir ces avantages non seulement comme dispersés (c'est-à-dire comme non cumulatifs), mais même comme opposés. Bref, la perception des membres des classes moyennes et de la classe dirigeante tend à accentuer les différences et les oppositions entre les différents secteurs, entre leurs rôles, entre leurs avantages et le discours dominant sur la structure du pouvoir dans la société porte surtout sur cette différenciation interne au point de négliger comme évidente la différence fondamentale d'avec l'ensemble de la population et comme naturel le fait même de la domination de classe. Ainsi, pour ne prendre qu'un exemple particulièrement significatif,

rieur,

préférentielle -

(11) Dahl (Robert), op. cit., p. 95.

58

Olgierd Lewandowski

l'opposition fondamentale entre un pôle économique et un pôle culturel,

accentuée dans les stéréotypes littéraires hérités du xixe

l'intellectuel et l'homme d'affaires ( « homme d'esprit » contre « épicier »,

siècle, opposant

« artiste » contre

« bourgeois ») , tendrait à faire imaginer que tout

le

rôle économique est d'un côté, tout le rôle culturel de l'autre, tout le capital économique est d'un côté, tout le capital culturel de l'autre. En parti culier, on s'attendrait à ce que les intellectuels tendent à détenir le monop olede la production culturelle. Or, si l'on examine la production culturelle telle qu'elle peut apparaître aux hommes d'affaires (et fonctionnaires) acheteurs du Who's who, on remarque que les intellectuels sont loin d'en détenir le monopole : les personnalités ayant indiqué, parmi leurs publications, des livres non spécialisés, ou les personnalités ayant eu une activité en rapport avec le journalisme ou l'édition, comprennent, dans l'un et l'autre cas, moins d'un dixième d'universitaires (avec res pectivement 9 % et 7 %) et au maximum deux tiers d'intellectuels au sens large, si l'on inclut les artistes (avec respectivement 54 % et 55%). Les intellectuels, et a fortiori les universitaires, sont donc loin de détenir le monopole de la manipulation symbolique aux yeux des hommes d'affaires et des hauts fonctionnaires, indice, parmi d'autres, du dualisme culturel entre champ de production restreinte et champ de grande production qui divise le marché des biens symboliques, lorsque la production des intellectuels s'adresse de plus en plus essentiellement à d'autres intel lectuels, laissant à une industrie culturelle le marché du « grand public », dont le public bourgeois n'est qu'une partie (12). Les intellectuels sont également très loin de détenir le monopole des avantages culturels, ou même une supériorité considérable, surtout si l'on considère globalement universitaires et artistes : leur niveau scolaire est alors à peine supérieur à celui des hommes d'affaires (la proportion de personnes ayant fait des études est la même, 78 %, seule diffère la proportion de personnes ayant fait des études très supérieures : 30 % pour les hommes d'affaires et 35 % pour les intellectuels. Cf. Tableau II). Un premier examen remet ainsi en question la répartition traditionnelle des rôles et des avantages, entre un pôle économique et un pôle culturel. Mais il y a plus. Contrairement à ce que l'on pourrait croire à partir des stéréotypes classiques, un homme d'affaires important a de fortes chances, lorsqu'il lit un journal ou un livre non spécialisé, d'être d'un

niveau scolaire égal

livre ou l'article en question : on compte, en effet, chez les hommes d'affaires, 78 % de personnes ayant fait des études, contre 77 % chez les personnalités ayant indiqué parmi leurs publications un ou plusieurs livres non spécialisés, et 72 % chez les personnalités ayant eu une activité en rapport avec le journalisme ou l'édition, et surtout 30 % d'études très supérieures pour les hommes d'affaires contre 17 % et 12 % pour les deux autres catégories. Le fait, paradoxal par rapport à la répartition traditionnelle des rôles et des avantages, que les hommes d'affaires ten-

a écrit le

ou supérieur à celui de la personne

qui

(12) Bourdieu (Pierre) : « Le marché des biens symboliques ». L'Année sociolo gique, 22, 1971, pp. 49-126.

59

Revue française de sociologie

dent à avoir un niveau scolaire égal ou supérieur à celui des personnalités qu'ils peuvent être amenés à lire, est de nature à éclairer d'un jour nouveau l'évolution des rapports entre le monde des affaires et la produc tiondes biens symboliques. Ce paradoxe est accentué par un certain nombre de facteurs, sous-sélection probable des personnalités du monde de l'information, due à une notoriété en quelque sorte professionnelle, différence entre producteurs pour intellectuels et producteurs pour « grand public », les hommes d'affaires faisant partie du « grand public », survi vance relative enfin, comme code de transmission culturelle légitime, de la culture générale de type littéraire, dont les principaux schemes de pensée sont transmis dès le baccalauréat. Plus profondément sans doute, la croissance générale du taux de scolarisation tend à priver les intellec tuels,sinon d'un monopole, du moins d'un avantage relatif considérable; cette scolarisation, partout accrue, tend à homogénéiser les dirigeants des différents secteurs d'activité et modifie l'image commune des dir igeants des grandes sociétés industrielles eux-mêmes, où l'image de l'entr epreneur se double de celle du polytechnicien. De manière apparemment symétrique, le coût croissant des moyens de production dans tous les domaines, y compris au pôle culturel, tend également à homogénéiser les dirigeants des différents secteurs d'activité. Max Weber signalait déjà

cette évolution en analysant le cas particulier de la production scientifique ou médicale : « Les grands instituts de science et de médecine sont devenus des entreprises du « capitalisme d'Etat ». Il n'est plus possible de

les gérer sans le secours de moyens considérables

érieurement

prise universitaire capitaliste et l'habituel professeur titulaire du vieux style. Cela se traduit même dans le comportement intime » (13) . Deux mouvements convergents, le rôle croissant du capital économique dans

Il y a un abîme, ext

et intérieurement, entre le chef de cette sorte de grande entre

du

capital culturel dans tous les domaines, y compris au pôle économique, tendraient ainsi à homogénéiser les dirigeants des différents secteurs d'activité. Mais quels sont leurs rapports ? Leur symétrie apparente est- elle aussi réelle ?

nous trouvons l'importance

croissante des moyens de production par rapport au travail, et ceci aussi bien dans la production des biens matériels que dans la production des biens symboliques. Dans les deux cas, le passage de l'artisanat à l'indus triecorrespond pour le producteur direct à la coupure d'avec les moyens de production et à une perte de qualification, mais ce passage s'effectue

tous les domaines, y compris au pôle culturel,

et le rôle croissant

A l'origine de ces deux mouvements,

56-57. On

connaît le portrait que traçait Mills du général américain de 1900 opposé à celui du général de 1950 : « Le général n'a pas conquis le respect de ses hommes en travaillant dans un bureau de logistique du Pentagone; il Га conquis en étant meilleur tireur qu'eux, en restant plus longtemps à cheval, en prenant plus rapidement une déci sion en cas d'urgence ». Cf. Mills (С. Wright) : L'Elite du pouvoir. Paris, Maspero, p. 183. Au plus haut niveau, le général français de 1974 a sans doute une perception beaucoup plus aiguë que ses prédécesseurs ou ses subordonnés de l'incidence de telle ou telle orientation militaire sur l'économie française et en particulier sur le commerce extérieur.

(13)

Weber (Max) :

Le

Savant et

le politique.

Paris, Pion,

1959, pp.

60

Olgierd Lewandowski

historiquement plus tard dans la production des biens symboliques, avec des décalages selon les domaines. C'est donc au moment même où la complexité des moyens de production demande un nouveau type de

compétence, scientifique et technique, mais aussi et surtout administrative, au sens large du terme, pour contrôler la production des biens matériels, que la production des biens symboliques commence à demander une qualification spécifique moindre au producteur direct, une coupure ten

dant

qui tend à décroître relativement et la compétence générique du gestion nairequi tend à prendre de plus en plus d'importance relative (le produc teurdirect et le gestionnaire sont normalement des individus distincts, mais il s'agit encore parfois, dans certains domaines, comme la recherche scientifique par exemple, du même individu dans des rôles distincts ou à des époques successives de sa vie active). Aussi n'est-il pas étonnant que le niveau scolaire des gestionnaires de la production des biens matériels tende à rattraper ou même à dépasser le niveau scolaire des producteurs directs de la production des biens symboliques. Dans le premier cas, celui de la production des biens matériels, le capital scolaire correspond à une compétence scientifico-technique et administrative, nécessaire au contrôle de moyens de production de plus en plus importants, tandis que dans le second cas, le capital scolaire correspond encore souvent à une qualification directement utilisable dans le travail même de production des biens symboliques, alors que ce travail devient de moins en moins important par rapport aux moyens de production utilisés (14). L'examen de la part relative du travail et des moyens de production, dans chaque secteur d'activité, serait donc un préalable nécessaire, non seulement pour comprendre l'homogénéisation des différents secteurs et leur dépen dance croissante par rapport au capital économique, mais aussi pour analyser la répartition et les fonctions du capital scolaire. Plus générale

à s'instaurer entre la qualification spécifique du producteur direct

ment,il faudrait étudier, pour chaque secteur et pour chaque sous-secteur, d'une part la taille croissante des unités de base, d'autre part l'importance croissante des moyens de production par rapport au travail, c'est-à-dire à la fois le degré de concentration et la composition technique du capital. Il faudrait ainsi analyser, dans les différents secteurs d'activité, les nouveaux clivages entraînés par le rôle croissant du capital scolaire dans le contrôle des moyens de production. Exemple significatif, le secteur de l'industrie se distingue par une hétérogénéité scolaire beaucoup plus importante que tous les autres secteurs, comprenant à la fois une forte proportion de personnes ayant fait des études supérieures au plus haut

niveau

importante de personnes n'ayant pas fait d'études supérieures du tout

(14) Parler de qualification ou de compétence à propos du capital scolaire, c'est mettre provisoirement entre parenthèses, aussi bien l'effet de légitimation joué par les diplômes que l'intégration logique et morale acquise en cours d'études (les relations entre anciens élèves n'en sont que l'aspect le plus connu); certaines études, dans tous les domaines, tendent, à la limite, à se réduire à cette fonction de repro duction d'un capital social, ce que suggère, par exemple, la différence entre le class ement des études selon l'origine sociale des étudiants et le classement des études selon la réussite scolaire antérieure (cf. remarque sur les tableaux II et III).

(34 %,

la

moyenne des secteurs étant 29 %)

et une proportion

61

Revue française de sociologie

(21%, la moyenne étant 17%). Les débats célèbres sur les pouvoirs respectifs des managers et des propriétaires pourraient bien devoir une

part de leur audience aux rapports objectifs que cette double distorsion au départ peut créer entre des carrières finalement convergentes (puisqu'en fait, au sommet du monde des affaires, la majorité des personnalités étu

parmi ceux qui ne sont

que cadres ou administrateurs, on note en effet respectivement 24 %

et

dix premières écoles françaises (Polytechnique, etc.), ce qui représente pour les cadres une distorsion en faveur du capital scolaire, à un niveau social où un fils de médecin peut présenter sa réussite comme celle d'un non-héritier (15). Ainsi, dans les affaires, le clivage entre détenteurs et non-détenteurs du capital économique se double d'un clivage souvent inverse entre détenteurs et non- détenteurs du capital scolaire. La fréquence croissante de cette distorsion en faveur du capital scolaire et l'opposition vécue qui en résulte entre des carrières individuelles, différentes au départ mais convergentes au sommet, tendent à masquer l'unité du processus qui met tout au service du capital économique, y compris le capital scolaire.

diées

sont à la fois cadres et administrateurs) :

de fils d'industriels, contre 41 %

et

64 %

11 %

d'anciens élèves

des

Remarque sur les parlementaires

Si l'on compare entre elles et avec l'ensemble des personnalités

certaines catégories particulières de personnalités (non exclusives), une centaine de parlementaires (ou anciens parlementaires), une centaine de membres (ou anciens membres) de cabinets ministériels et environ deux

cinq

cents premières sociétés industrielles françaises, on remarque que les

parlementaires sont en bas de toutes les hiérarchies établies à partir des grandes caractéristiques objectives, origine sociale, niveau scolaire, origine géographique, tandis que les dirigeants des grandes sociétés sont en haut de toutes les hiérarchies (ainsi que les membres des cabinets minist ériels, si ce n'est la fréquence simplement moyenne de leurs origines parisiennes). Les parlementaires, les membres de cabinets ministériels et les dirigeants des grandes sociétés comptent en effet, respectivement

et dans

96 % et 86 % de personnes

ayant fait des études supérieures (ou très supérieures, la moyenne étant

cents personnalités appartenant (ou ayant appartenu)

à l'une

des

l'ordre, 64 %,

89 %

et

87 %

de

fils

74%,

de

classes supérieures (la

moyenne de l'échantillon étant 76%),

83 %) avec notamment 14 %, 37 % et 47 % de personnes

études très supérieures (la moyenne étant 29%), et enfin 14%, 33% et

(15) «J'ai écrit ce livre en pensant aux jeunes. J'ai voulu montrer qu'il n'est pas nécessaire d'hériter pour réussir et qu'il suffit de persévérer. » Dassault (Marcel) :

Le Talisman. Edition J'ai lu, 1970, p. 118. Lenski appelle non-cristallisation de statut (ou distorsion, si l'on préfère) le fait qu'une personne occupe des places différentes dans Lenski différentes (Gerhard. hiérarchies, E.) : « Status par Crystallization: exemple économique, A Non- Vertical culturelle, Dimension ethnique of Social etc. Status». American Sociological Review, 19 (1), 1954, pp. 405-413. L'opposition entre managers et propriétaires était considérée par Mills comme un faux problème.

Mills (C. Wright) : L'élite du pouvoir

ayant fait des

Paris, Maspero, 1969, chapitre 7.

62

Olgierd Lewandowski

39% de personnalités nées à Paris (la moyenne étant 32%). Ainsi, les dirigeants des grandes sociétés industrielles et les membres des cabinets

ministériels ont une origine sociale presque aussi élevée que les juristes, un niveau scolaire très supérieur à la moyenne et, pour les dirigeants des grandes sociétés, une origine parisienne plus fréquente que tous les autres, excepté les banquiers; à l'extrême opposé, les parlementaires ont, chaque fois, des caractéristiques comparables à celle des secteurs les plus défavorisés de chaque classement, avec une origine sociale presque aussi modeste que les artistes, un niveau scolaire plus bas que tous, excepté artistes et commerçants, une origine provinciale enfin plus fréquente encore que les universitaires. Les parlementaires constituent ainsi une des rares catégories (avec les artistes et les commerçants peut- être) où l'on puisse trouver des personnalités cumulant tous les désavant ages,naissance provinciale, origine populaire, absence d'études supér

ieures

les personnalités des différents secteurs d'activité (et a fortiori avec les

dirigeants des grandes sociétés ou les membres des cabinets ministériels)

On ne saurait comprendre les rapports des parlementaires avec

en faisant abstraction leurs" du fait qu'ils sont généralement beaucoup moins

interlocuteurs éventuels des divers avantages économiq

ues,sociaux et culturels que peuvent procurer une origine sociale élevée, une naissance parisienne et un niveau scolaire supérieur. Cette infériorité des parlementaires par rapport à l'ensemble des personnalités paraît tout d'abord correspondre au fait que l'élection constitue un compromis dans la lutte pour le pouvoir, où les classes, fractions de classe et régions dominées sont relativement représentées; mais on ne saurait comprendre complètement la signification de cette représentation croissante (au demeurant très modeste) en omettant de considérer que le pouvoir du parlement ne cesse de décroître simultanément, suivant sans doute en cela le mouvement général qui tend à faire diminuer l'importance relative de la qualification spécifique au domaine considéré au profit de la compét ence générique du gestionnaire : ainsi, en demeurant très parlementariste, la définition sociale dominante de la politique tend à circonscrire la lutte pour le pouvoir à des enjeux explicites mais secondaires, ce que Mills appelait les « niveaux moyens du pouvoir », — laissant hors de question ce qui fait vraiment le problème (16).

pourvus que

(16) La notice de certaines personnalités et de certaines catégories de personnali tés,comme les parlementaires, est considérée comme « indispensable », c'est-à-dire qu'elle paraît au Who's who, même si la personne n'a pas répondu au questionnaire, tandis que ce n'est pas automatiquement le cas par exemple des membres de cabinets ministériels en tant que tels. Une étude plus détaillée pourrait montrer non seule ment que l'infériorité des caractéristiques des parlementaires ne se réduit pas à un simple effet de sous-sélection, mais encore que cette sélection, différente selon les catégories, ne fait qu'enregistrer un jugement social préexistant, c'est-à-dire l'effet de l'idéologie dominante, dont la définition de la politique, tel un prestidigitateur, attire l'attention sur des enjeux ou des contradictions secondaires. L'origine sociale et le niveau scolaire des parlementaires de notre échantillon sont comparables, à 2 ou 3 % près, aux résultats fournis par un ouvrage récent sur le député français, qui comporte d'utiles comparaisons selon le parti politique; notons que notre échantillon ne comporte que quatre membres du Parti Communiste Français. Cf. Cayrol (Ro land), Parodi (Jean-Luc), Ysmal (Colette) : Le Député français. Paris, Armand Colin, 1973, pp. 53-56. L'étude de Jeanne Siwek-Pouydesseau montre que le niveau

63

Revue française de sociologie

III. — Circulation et capital scolaire

Plus du quart des personnalités ont commencé dans un autre secteur que celui où elles sont actuellement. Le phénomène semble en augment

ation: 26 % pour les plus

50 et 65 ans. Bien plus, il ne s'agit que d'une indication minimale sur la circulation qui existe au sommet : nombreux sont ceux qui sont passés

par plus de deux secteurs d'activité; nombreux également sont ceux qui, en plus de leur activité « principale » exercent d'autres activités; en

outre, ces deux phénomènes sont plutôt cumulatifs qu'exclusifs : les passages atteignent 33 % pour ceux qui ont écrit des livres non spécialisés,

ont été parlementaires, 50 % pour ceux qui sont

passés par un cabinet ministériel. La simple comparaison du premier et du dernier secteur permet donc un raisonnement a fortiori sur l'intensité de la circulation qui existe au sommet; elle permet en outre d'essayer

36 % pour ceux

65 ans, contre 29 % pour ceux qui ont entre

de

qui

de situer les différents secteurs par rapport à cette circulation et d'él

des hypothèses sur les mécanismes fondamentaux qu'elle suppose

en attendant des études concrètes sur la signification des différents cumuls et des différents passages (17).

aborer

Tableau IV. — Importation et exportation

Importation. : 27 % commencé Pourcentage dans de un personnalités autre secteur. qui ont Exportation
Importation. : 27 %
commencé Pourcentage dans de un personnalités autre secteur. qui ont
Exportation : 27 %
de Pourcentage, personnalités sur qui le ont secteur changé de de secteur. départ,
Commerce et finances
Enseignement Industrie
41 %
33 33 % %
Administration Justice Art
Santé Armée
21 19 10 1 % % % %
0 %
Justice Armée Commerce et finances
Administration
Art Enseignement
Industrie Santé
74 37 30 30 % % % %
30 %
20 17 12 % % %

La proportion de personnes qui changent varie selon les secteurs et l'on pourrait opposer des secteurs ouverts, comme finances et commerce, et des secteurs fermés comme celui de la santé. Certains secteurs, comme

scolaire des membres de cabinets ministériels tend à augmenter (sans mention d'études: 19% en 1958, 15% en 1960, moins de 1 % en 1968). Cf. Siwek-Pouydesseau (Jeanne) : Le Personnel de direction des ministères. Paris, Armand Colin, 1969, p. 41. (17) Pour la place du système scolaire dans le passage d'un mode personnel de domination à un «mode structural de domination» ,cf. Bourdieu (Pierre), Bol- tanski (Luc), de Saint-Martin (Monique): «Les stratégies de reconversion. Les classes sociales et le système d'enseignement ». Informations sur les Sciences sociales. 12 (5), pp. 61-113. Dans le présent article ,nous laissons de côté l'examen des rela tions entre différents sous-secteurs, àl'mtérieur de l'industrie par exemple; notons cependant que les personnalités de notre échantillon qui appartiennent à plusieurs sous-secteurs industriels (si l'on distingue sommairement énergie, métallurgie, indust ries mécaniques et électriques, chimie, industries alimentaires, textiles, bâtiment, transoprts) constituent 16 % des personnalités de l'industrie. D'un niveau scolaire comparable aux autres industriels (81 % ont fait des études supérieures, contre 79 % pour la moyenne des industriels) , elles s'en distinguent par une origine sociale supérieure et une naissance plus souvent parisienne (avec 91 % de fils de classes supérieures contre 83 % et surtout 50 % de naissances parisiennes contre 36 %) .

64

Olgierd Lewandowski

l'industrie, sont plutôt importateurs; d'autres, comme la justice (ou l'armée) sont exportateurs. L'extrême diversité des passages entre secteurs d'activité pose autant de questions qu'il existe de courants particuliers. Tout en réservant la possibilité d'études particulières, essayons de construire un schéma d'en semble de ces passages. Si le discours habituel souligne principalement le passage du public vers le privé, un examen des principaux courants met en lumière l'existence d'un passage en sens inverse et fait appar aître en outre une deuxième dimension peut-être plus essentielle :

l'opposition entre un pôle économique et un pôle culturel. En soulignant

les courants importants dans les deux sens, on voit en effet se constituer deux groupes, l'un au pôle économique, l'autre au pôle culturel : entre

ces deux

groupes, un courant à sens unique,

du pôle

culturel vers le

pôle économique — du groupe dont l'origine sociale est relativement modeste, vers le groupe dont l'origine sociale est élevée (cf. Schéma 2 et Tableau V).

sociale est élevée (cf. Schéma 2 et Tableau V). Schéma 2. — Passages entre secteurs *

Schéma 2. — Passages entre secteurs *

qui correspond * ont Une indiqué flèche à la taille clairement correspond relative leur au des passage premier secteurs de métier). actuels 10 personnes. La (sur flèche l'ensemble La partant hauteur des du 1.182 secteur des personnes rectangles Justice en pôle aboutit gros culturel à à l'ensemble l'opposition et un pôle du entre économique secteur public Affaires. et (cf privé, Tableau Dans et l'axe ce V). graphique, horizontal l'axe à l'opposition vertical correspond entre un

Parallèlement, semble-t-il, à cette mobilité entre secteurs, on note

une mobilité géographique. Sept personnalités sur dix habitent Paris,

mais trois seulement y sont nées;

vince

Les migrations vers Paris croissent avec le niveau scolaire, et ceci quelle que soit l'origine sociale; elles sont plus fréquentes chez les fils de cadres supérieurs ou de membres des professions libérales, et ceci quel que

sur les quatre

qui sont nées en pro

et habitent Paris, trois ont fait des études supérieures à Paris.

65

Revue française de sociologie

Tableau V. — Passages entre secteurs Secteur actuel PS 4 % u as Оi юЪО
Tableau V. — Passages entre secteurs
Secteur actuel
PS 4 % u
as
Оi юЪО
ys8й 2<hg
Art
SB
SECTEUR Premier
Commerce ces et finan
71
33
0
0
1
112
59
%
9
%
Industrie
15
236
0
10
0
2
13
285
13
%
67 %
6%
Justice
7
5
54
5
0
3
0
77
90 %
Administration
12
29
3
135
0
3
5
192
10
%
8
%
81 %
Santé
0
6
0
1
78
3
0
89
99 %
Enseignement
1
10
0
80
11
7
115
67 %
5
%
Art
10
0
1
1
(?)
22
169
2
212
3
%
18%
79%
Armée
30
10 %
19
74
5
Associations
0
0
8
Agriculture
1
14
18
Total sans
les
NR,
120
354
60
167
79
119
214
19
34
16
1182
NR.
16
98
4
12
17
0
0
163
Pour simplifier la lecture, seuls quelques pourcentages verticaux ont été indiqués.

soit le niveau scolaire;

cadres supérieurs ou de membres des professions libérales qui ont le

niveau

secteurs par rapport à ces trois caractéristiques fondamentales (fils de cadres, niveau scolaire élevé, migration vers Paris) on remarque que le secteur des affaires et le secteur artistique ne dépassent la moyenne sur aucune de ces trois caractéristiques (ils n'apparaissent donc pas dans le schéma 3), tandis qu'à l'extrême opposé, ces trois caractéristiques di stinguent singulièrement le secteur de l'administration. On ne saurait mieux caractériser différentiellement ceux qui ont changé de secteur qu'en disant qu'il s'agit plutôt de fils de cadres supérieurs, ayant un niveau scolaire élevé, nés en province et habitant Paris. Ceci ne signifie pas que la majorité de ceux qui changent de secteur présentent l'ensemble de ces caractéristiques, mais que ceux qui ont l'une de ces caractéristiques ont plus de chances de changer de secteur que ceux qui ne l'ont pas.

nous savons en outre

Si

l'on

essaie

que

ce

sont les

fils

de

scolaire le plus élevé.

de situer les différents

66

Olgierd Lewandowski

Tableau VI. — Mobilité géographique par :

Niveau scolaire, origine sociale, secteur *

A« А «2 Total Etudes très supérieures Etudes supérieures Pas d'études i 30 % 4
A« А
«2
Total
Etudes très supérieures
Etudes supérieures
Pas d'études
i
30 %
4
%
49
%
17
%
33
%
79
%
!
30 %
3
%
40
%
27
%
33
%
70
%
;
38 %
2
%
25
%
35
%
40
%
63
%
Fils
d'industriels
de cadres supérieurs
de classes moyennes
!
33 %
3
%
34
%
30
%
36
%
67
%
276
Fils
i
31 %
2
%
45
%
22%
33
%
76
%
487
Fils
.
.
.
.
i
29 %
3%
39
%
28
%
32
%
68
%
243
Total
,
31 %
3
%
40
%
26
%
34
%
71
%
1.006
Justice
j
24 %
2
%
31
%
43
%
26
%
55
%
54
Affaires
;
36 %
2
%
36
%
27
%
37
%
71
%
512
Industrie
|
34 %
2
%
35
%
29
%
36
%
69
%
398
Finances
;
49 %
0
36
%
15
%
49
%
85
%
53
Commerce
!
34 %
2
%
38
%
26
%
36
%
72
%
61
Administration
24 %
5
%
55
%
15
%
29
%
79
%
150
Santé
|
28 %
3
%
28
%
42
%
30
%
56
%
79
Enseignement
17 %
5
%
57
%
21
%
22
%
74
%
121
Art
34%
2
%
42
%
23
%
35
%
76
%
198
Total
!
30 %
3 %
41
%
26 %
32 %
71 %
1.178

* Les pourcentages sont horizontaux. Voir plus haut les renseignements concernant les variables utilisées.

Tableau VII. — Niveau scolaire et origine sociale *

Fils de Fils ndustriels d'i supérieurs cadres Fils CLASSES de MOYENNES Total Etudes très supérieures
Fils de
Fils ndustriels d'i
supérieurs cadres
Fils CLASSES de
MOYENNES
Total
Etudes très supérieures
21%
79
24 %
18034
%
55 %
326
:
22 67 %
29
%
29
%
Etudes supérieures
165
28%
306
52
%
116
20 %
587
53
%
58
%
43%
53%
Pas d'études
77
40%
41
21
%
193
2875
%
39 %
25
%
8 %
17
%
Total
309
28 %
!
527
48 %
270
24 %
N = 1.106
à droite * Les du pourcentages nombre. verticaux sont sous le nombre, les pourcentages horizontaux sont

67

Revue française de sociologie

Tableau VIII. — Mobilité géographique par le niveau scolaire et l'origine sociale Proportion de personnes nées en province et habitant Paris

Fils de Fils de Total Fils ndustriels d'i supérieurs cadres moyennes classes Etudes très supérieures
Fils de
Fils de
Total
Fils ndustriels d'i
supérieurs cadres
moyennes classes
Etudes très supérieures
Etudes supérieures
Pas d'études
43%
52%
48%
49%
37
%
41 %
40 %
40
%
19
%
37%
23%
25
%
Total
34%
45 %
38%
40
%
N = 979

Tableau IX. — Passages vers l'industrie *

Premier secteur : Premier secteurs et dernier : commerce finances et Premier secteurs et dernier
Premier secteur :
Premier secteurs et dernier :
commerce finances et
Premier secteurs et dernier :
commerce finances et
ADMINI ARMÉE STRATION OU
ADMINISTRATION DERNIER ARMÉE OU :
industrie
INDUSTRIE
Fils d'industriels
Fils de cadres supérieurs.
Fils de classes moyennes.
24
%
30
%
42
%
54
%
61
%
38
%
22%
9%
20%
Etudes très supérieures
Etudes supérieures
Pas d'études
13%
37
%
41
%
72
%
50%
38
%
15
%
13%
20
%
Total
N
= 178 NR = 47
N = 76
NR = 16
N =
205
NR =
31
Naissance-habité Paris
Naissance Habite Province Paris.
Naissance Habite Paris Province.
Naissance-habité Province.
28%
32%
34%
4%
1 %
1%
49
%
48
%
35
%
20
%
18
%
30
%
Total
N
= 189 NR = 36
N = 77
NR = 15
N = 214
NR = 22
Toujours dans :
Venus de :
— commerce
Toujours dans :
— finances armée ou
.
.
.
.
DÉTAIL
— industrie
.
236
19 71
30 33
— ion administrat 135
—- commerce
— finances armée ou
— administrat
ion 29
Total
225
Total
92
Total
236
* Les pourcentages sont verticaux. Les tableaux plus détaillés donnent des résultats
comparables, mais sur de petits nombres.

68

Olgierd Lewandowski

Dans le cas précis de l'industrie, si l'on compare les industriels venus de certains autres secteurs, d'une part aux personnalités qui sont toujours restées dans le secteur de départ, et d'autre part aux personnalités qui ont tout de suite commencé dans l'industrie, on retrouve ces mêmes carac

téristiques,

tration singulière (cf. Schéma 3 et Tableaux VI à IX). L'image de la réussite d'un fils d'instituteur qui est passé par l'enseignement, l'admi

nistration

ceux qui ont changé de secteur, ce n'est pas l'origine modeste, c'est le niveau scolaire élevé. Il s'agit moins d'une étape de la mobilité ascen

dante de personnes venues des classes moyennes ou populaires que d'une circulation interne à la classe dirigeante. Cette circulation, axée surtout sur la domination parisienne et sur la domination du pôle éco

nomique,

du capital scolaire dans le contrôle des moyens de production.

dont les hauts fonctionnaires ne constituent qu'une illus

et la banque ne doit donc pas nous tromper : ce qui caractérise

est rendue possible en particulier par les nouvelles fonctions

FILS DE CADRES SUP. Fils de cadres sup: ЗОвЛ Fils de classes moy:27% Fils d'industriels:
FILS DE CADRES SUP.
Fils de cadres sup: ЗОвЛ
Fils de classes moy:27%
Fils d'industriels: 21 %
MIGRATION VERS PARIS
Ne en prov.,hab.Paris 32%
Ne à Paris.hab.Paris 27%
Ně en prov.,hab. prov.21%
Etudes très
super.
.31 e/o
Etudes supérieures: 25%
Pas d'étud.es :
26 %

Schéma 3. — Circulation et capital scolaire

Schéma des relations entre variables, avec indication, dans chaque cas, du pourcentage de personnes ayant changé de secteur (27 % en moyenne)

69

Revue française de sociologie

Remarque sur le schéma 3

— Variables : Voir plus haut les renseignements concernant les variables

utilisées.

— Pourcentages : Les pourcentages représentent la proportion de personnes

ayant changé de secteur d'activité (on lira par exemple : 30 % des fils de cadres supérieurs ou de membres des professions libérales ont changé de secteur) . Cette proportion est de 27 % en moyenne. Pour les secteurs, le pourcentage est calculé sur le secteur de départ (on lira : parmi les personnalités, 12 % de celles qui ont commencé dans le secteur de la santé ont changé de secteur) . (Pour les secteurs, cf. leur exportation dans le tableau IV ou dans le tableau V).

— Les lignes : Les lignes tracées entre deux variables correspondent à des

relations entre ces variables (par exemple, la migration vers Paris croît avec le niveau scolaire). Pour les secteurs, cela signifie que le secteur est supérieur à la moyenne des secteurs pour la variable considérée (on remarquera que seule l'administration est supérieure à la moyenne pour l'ensemble des trois items :

niveau scolaire élevé, fils de cadres supérieurs, migration vers Paris). Cela résume les tableaux VI à IX (pour les secteurs, cf. tableau II).

— Migration vers Paris : On peut distinguer plus précisément, parmi ceux qui

sont nés en province et habitent Paris : ceux qui ont fait des études supérieures à

Paris, dont 34 % ont changé de secteur; ceux qui ont fait des études supérieures seulement en province, dont 29 % ont changé de secteur; ceux qui n'ont pas fait d'études supérieures, dont 29 % ont changé de secteur.

On sait l'importance particulière que Mills attribuait aux personnes qui avaient circulé entre les différentes sphères de l'élite qu'il définissait, c'est-à-dire la sphère économique, la sphère militaire et la sphère poli

l'élite du pouvoir se compose d'abord de ceux qui

échangent leur rôle de commandement dans une des institutions domi

nantes

banquier et homme de loi, et qui dirige une importante commission fédérale; le dirigeant d'entreprise dont la compagnie a été l'un des deux ou trois producteurs de matériel de guerre, et qui est à présent secrétaire de la Défense; le général qui s'affuble de vêtements civils pour siéger dans le directoire politique et qui devient ensuite administrateur d'une

que la perception du

contre un rôle équivalent dans une autre : l'amiral qui est aussi

tique

:

« Le

noyau de

des premières entreprises. » (18) . Si l'on admet

pouvoir comme pouvoir signifie la mise en question de la légitimité du pouvoir, on comprendra qu'à la sous-évaluation systématique du pouvoir de ceux qui doivent leurs positions dans un secteur donné à leurs liens avec d'autres secteurs, lorsque ces liens sont ignorés ou oubliés, puisse succéder, lorsque ces liens sont perçus ou analysés, une surévaluation systématique de ce pouvoir, étant donné la concurrence des principes de légitimité des différents secteurs d'activité. Il s'agirait cependant moins ici de remplacer l'affirmation que ces personnalités ont du pouvoir parce qu'elles appartiennent à plusieurs secteurs par l'affirmation qu'elles

70

(18)

Mills (C. Wright), op. cit., p. 295.

Olgierd Lewandowski

appartiennent à plusieurs secteurs parce qu'elles ont du pouvoir, que de se demander quelle est la signification particulière de la circulation entre secteurs qui a lieu au sommet de la hiérarchie sociale en tant que telle. Les passages entre secteurs n'ont sans doute ni la même fréquence ni la même signification selon le niveau de la hiérarchie où l'on se place :

schématiquement, on pourrait supposer que les passages entre secteurs sont relativement plus fréquents en haut et en bas, mais passent par un minimum aux niveaux moyens (19). Tout à fait en bas, le fait même de l'absence de qualification, celle de la force de travail la plus simple, permettrait le passage entre les secteurs que l'on peut distinguer à ce

niveau; aux niveaux moyens, la qualification correspondrait à un type d'activité et à un seul, et la rareté des passages tendrait à faire percevoir les différences entre secteurs comme des différences naturelles faisant presque corps avec la personne; au sommet enfin, la qualification mult iple, ou plutôt la compétence générique de gestionnaire, de plus en plus répandue, permettrait les passages entre secteurs. A cette hypothèse

il faudrait

inférieurs il n'y a pas de cumuls, au sommet, au contraire, les passages

particulier

d'une circulation, où s'atténue la distinction entre passage d'une activité à une autre et cumul d'activités. Pour ne prendre qu'un exemple significatif, les rapports entre les personnels de direction de l'Enseigne mentsupérieur, du Centre National de la Recherche Scientifique, de la Direction Générale de la Recherche Scientifique et Technique, de la Direction des Recherches et des Moyens d'Essais, du Commissariat à l'Energie Atomique, des industries aéronautiques et des industries d'arme mentsont difficilement imaginables dans les classes moyennes et même pour un capitaine d'infanterie, un professeur de lycée ou un petit ingé nieur, dont les pratiques quotidiennes, les probabilités d'avenir et les

eux-mêmes

ajouter une différence essentielle : tandis qu'aux niveaux

ne

se

comprennent

que

comme

un

cas

catégories de perception, séparent militaires, intellectuels et industriels comme autant d'espèces naturelles. Cet exemple, qui voudrait suggérer des études concrètes et non en tenir lieu, permet déjà de supposer les conséquences du lien qui existe entre l'importance croissante des moyens de production dans tous les secteurs d'activité et le rôle croissant du capital scolaire pour le contrôle des moyens de production : la lointaine complémentarité des activités des différents secteurs, que l'on imagine au

comme un tout, se doublerait de plus en

plus d'une interdépendance croissante entre les différents secteurs dans l'exercice même de leurs activités spécifiques. Si l'on ajoute à cela que les rapports entre secteurs d'activité ont tendance à se régler au sommet, on comprendra que, paradoxalement, c'est au sommet même de la hiérar chiesociale, où la division horizontale du travail entre branches d'acti-

niveau de

la société prise

(19) S'agissant de changements d'établissement, Claude Thélot présente certaines

données fournies par l'enquête sur la formation et la qualification professionnelle

mais, chez les cadres, le

diplôme favorise la mobilité ». Thélot (Claude) : « Mobilité professionnelle plus forte

entre 1965 et 1970 qu'entre 1959 et 1964». Economie et Statistique, 51, décembre 1973, pp. 3-32.

en écrivant: «Les non-diplômés sont les plus mobiles

71

Revue française de sociologie

vité tend à perdre sa fonction de différenciation sociale (au profit de l'homogénéisation des dirigeants sur le modèle du gestionnaire), que l'image de la structure sociale fondée sur la division horizontale du travail tend à prendre de plus en plus d'importance. C'est, en effet, au sommet que se manifestent le mieux les problèmes que pose l'interd épendance des différents secteurs d'activité, tandis que l'homogénéisation des dirigeants permet les passages entre secteurs et les cumuls d'activité. (Ceci montre tout le danger qu'il y aurait à considérer l'étude d'une ville de province comme l'étude d'un microcosme de la société, ou, inversement, l'intérêt qu'il y aurait à étudier la bourgeoisie d'une ville de province comme le faux sommet d'un faux microcosme.) L'image de la structure sociale fondée sur la division en secteurs d'activité apparaît ainsi comme essentielle aux dirigeants qui doivent régler les rapports entre secteurs et qui peuvent être amenés à changer de secteur. C'est donc, paradoxale ment,au niveau même où s'atténue son effet de différenciation, que la division horizontale du travail peut conditionner le plus l'image dominante de la structure sociale, laissant à la limite aux différences psychophysio logiquesindividuelles la fonction d'expliquer la division verticale du travail.

Au lieu de partir de l'affirmation intemporelle de la complémentarité des fonctions de toute société, une étude du système des rapports entre fractions de la classe dirigeante supposerait le détour par une analyse de l'articulation concrète des diverses instances dans une formation sociale déterminée. Il reste cependant possible de faire des hypothèses sur les

rapports entre fractions de la classe dirigeante à partir du rapport qu'en tretient chaque fraction avec le fait de la domination de classe, à l'int érieur même de son activité spécifique, en mettant provisoirement entre parenthèses la contribution que son activité spécifique apporte au fait global de la domination de classe. П faudrait, pour étudier cette domi

nation

de travail, c'est-à-dire étudier ce que nous appellerions par analogie le passage de l'artisanat à l'industrie, qui suit des rythmes différents et dont les étapes ne sont pas nécessairement les mêmes selon les secteurs d'activité (le machinisme a sans doute une autre place dans l'armée, la médecine ou la production scientifique, par exemple, que dans l'administ ration,la justice ou l'enseignement). La croissance de la taille des unités de base et l'importance croissante du rôle des moyens de pro duction par rapport à celui du travail entraîneraient à la fois une concent ration du pouvoir auxmains d'un petit nombre de dirigeants dans chaque secteur et une homogénéisation des dirigeants des différents secteurs par le primat progressif de la compétence générique du gestionnaire sur la qualification spécifique au secteur considéré (ce qui impliquerait notam mentune redéfinition et une redistribution du capital scolaire en fonction de son rôle dans le contrôle des moyens de production). Ce passage, plus ou moins avancé selon les secteurs, d'un stade artisanal à un stade indust riel, tendrait à rendre les différents secteurs d'activité plus dépendants

interne, analyser, dans chaque cas, l'usage qui est fait de la force

72

Olgierd Lewandowski

les uns des autres et, surtout, plus dépendants du pôle économico-admini stratif,détenteur d'un capital économique de plus en plus nécessaire. L'interdépendance des différents secteurs et l'homogénéisation de leurs dirigeants rendraient les cumuls d'activité et les passages entre secteurs de plus en plus fréquents au sommet, tandis que les liens entre concent

ration et centralisation tendraient à faire de Paris le lieu privilégié des opérations de change entre les différentes formes de capital, économique, culturel, social, ajoutant sans doute ainsi l'efficacité propre de la mor phologie sociale aux autres facteurs d'intégration. Si ces mécanismes jouaient sans contrepartie, ce processus d'intégration au sommet et l'i

mportance

siondu capital scolaire ou l'opposition entre Paris et la province) ten

draient

du travail « horizontale », entre telle branche d'activité et telle autre, au profit d'une division du travail « verticale », entre le sommet et les niveaux moyens de la hiérarchie; dès lors, tandis que s'accentue l'interdépendance des différents secteurs d'activité, on assisterait peut-être au passage pro gressif, au niveau des dirigeants eux-mêmes, d'une solidarité par com

croissante des nouveaux clivages perçus (notamment la posses

à faire diminuer le rôle de différenciation sociale d'une division

plémentarité

il compter, parmi les signes d'apparition d'une idéologie commune, la

solidarité par similitudes; en ce cas, peut-être faudrait-

à une

définition de soi comme élite parétienne.

Olgierd Lewandowski U.E.R. scientifique de Luminy. Centre de sociologie européenne (E.P.H.E.).

73