Вы находитесь на странице: 1из 3

Pharmacologie MEDICAMENTS & GROSSESSE

Les médicaments administrés chez la femme enceinte sont dangereux essentiellement chez le fœtus.
Certaines substances peuvent entraîner la mort de l’embryon ou fœtus (embryo-foeto toxicité) ou
bien provoquer des malformations (action tératogène).

I- Le risque tératogène :
Il varie selon les terrains et selon le moment de l’administration de médicament au cours de
la grossesse.
1- Selon le terrain :
a- Maternel :
Le risque tératogène est spontanément plus élevé si la mère a moins de 16 ans ou
plus de 35 ans ou si elle est atteinte d’une maladie par elle-même tératogène
(diabète sucré, obésité, hypertension …).

b- Fœtal :
Une carence enzymatique génétique peut majorer la toxicité du médicament en
réduisant encore les possibilités déjà faible de détoxication fœtale.

2- Selon l’âge du placenta :


Dont la perméabilité augmente progressivement avec l’augmentation de la surface
d’échange et surtout après le 3ème mois avec la diminution de son épaisseur.

3- Selon la chronologie dans l’atteinte fœtale :


a- Avant fécondation :
La lésion des gamètes (par des radiations ou bien par Actinomycète, alcoylante) peut
entraîner une stérilité. Cependant, il peut y avoir une action mutagène qui est
susceptible de provoquer un avortement spontané (cas signalé chez une femme dont
le marie recevait du méthotréval).

b- Au stade de segmentation :
L’embryon est très sensible et peut être détruit facilement.

c- L’embryogénèse :
Qui a lieu du 15ème au 60ème J, elle représente la période la plus critique d’autant que
la grossesse est souvent encore méconnue. A partir du 3ème mois, l’atteinte fœtale
réalise des malformations fonctionnelles notamment neurologiques.

II- Les médicaments tératogènes :


1- Médicament administrés pour une maladie à long terme :
a- Les antimitotiques :
Sont tous doués d’action tératogène et souvent mutagène expérimentale.
Exp : alcoylants, Vinblastine, actinomycine …

1
Pharmacologie MEDICAMENTS & GROSSESSE

b- Les antidiabétiques :
Le diabète sucré est tératogène, une diabétique enceinte est le plus souvent
insulino-dépendante, sa surveillance doit être attentive avec un contrôle sanguin
fréquent. Les antidiabétiques activés par voie orale sont contre indiqués.

c- Correcteur d’un trouble endocrinien :


L’action tératogène expérimentale des glucido-corticoïdes n’est pas retrouvée
dans l’espèce humaine, le seul risque étant représenté par les accidents de
sevrage après l’accouchement (insuffisance surrénale aigüe).
Les antithyroïdiens comme l’Iode et surtout les antithyroïdiens de synthèse
peuvent induire une hypothyroïdie fœtale.
En revanche, leur action est bénéfique en cas de maladie de Basedow transmise
au fœtus car il traverse le placenta.

d- Affection psychiatriques :
Les psychotropes sont probablement tératogènes.

2- Médicament prescrits pour une affection inter récurrentes :


a- Prévention ou traitement d’une maladie infectieuse :
Les vaccins vivants sont à éviter (les antivariolique, antipoliomyélitique buccales
et les antirubéoliques) car ils entraînent une virémie transitoire parfois nocive
pour le fœtus.
La vaccination contre la fièvre typhoïde, la coqueluche et la dysenterie est contre
indiquée (un risque d’avortement). La vaccination antidiphtérique et
antivariolique ne sera faite en cas d’épidémie. Les antibiotiques tétracycliniques
provoquent une hypoplasie de l’émaille et une pigmentation jaunâtre des dents
ainsi qu’un retard transitoire de la croissance osseuse.

b- Les hypnosédatifs :
Bien qu’aucun accident n’ait été signalé, on s’abstiendra par prudence de
glythétimide.

c- La vitamine A :
A forte dose, elle entraîne des malformations cranio-faciales et urogénitales.

3- Médicaments toxiques pour le fœtus :

Certains médicaments ont des effets toxiques voisins de ceux observés à forte dose
chez l’enfant ou l’adulte du faite de leurs accumulations fœtales.

a- Les sulfamides et les aminosides :


On s’abstiendra d’utiliser des sulfamides retards à proximité du terme car ils
majorent le risque d’ictère nucléaire. Les lésions coqueléaires fœtales
provoquées par la streptomycine peuvent aboutir à la surdimutité de l’enfant.

2
Pharmacologie MEDICAMENTS & GROSSESSE

b- Médicaments cardiovasculaires :
Les digitaliques peuvent s’accumuler chez le fœtus s’ils sont prescrits à forte
dose chez la mère. Les diurétiques peuvent entraîner une acidose métabolique
plus marquée chez le fœtus que chez la mère. Parmi les anticoagulants seuls
l’héparine est utilisable pendant la grossesse car les antivitaminiques K
traversent le placenta en provoquant une hypocoagulabilité fœtale réductible.

4- Médicaments contre indiqués pendant l’allaitement :

De nombreux médicaments passent dans le lait d’autant plus qu’ils sont plus
liposolubles. Certains peuvent exercés des effets dangereux chez l’enfant qui
possèdent une moindre capacité d’inactivation et d’élimination ou une sensibilité
plus grande à leur égard.
Pour ces raisons seront formellement contre indiqués chez la femme adulte :
 Les cortisoniques : risque d’aplasie surrénalienne ;
 L’Iode : les antithyroïdiens de synthèse, les sels de Li risquent des troubles THY ;
 Les antimitotiques, le chloramphénicol.
D’autres seront administrés avec prudence :
 Les antiépileptiques, les tranquillisants, la réserpine, les sulfamides, la quinine.
Il faut rappeler enfin que tous les produits allergisants qui passent dans le lait
risquent de sensibiliser le nourrisson.