Вы находитесь на странице: 1из 25

MICRO CREDIT

Wadnerson BOILEAU
L'activité de
microcrédit
n Coming together is a beginning
n Keeping together is progress
n Working together is success
n Henry Ford
L'activité de
microcrédit ?
n L'activité de microcrédit consiste
généralement en l'attribution de prêts
de faible montant à des entrepreneurs
ou des artisans qui ne peuvent
accéder aux prêts bancaires
classiques.
n Le microcrédit se développe surtout
dans les pays en développement, où il
permet de concrétiser des
microprojets favorisant ainsi l'activité
et la création de richesse mais se
Le principe du
microcrédit
n L’idée est simple : elle consiste à
proposer à quelqu’un n’ayant pas
accès au système bancaire et
financier traditionnel une somme
modeste, en rapport avec ses
besoins pour son activité et
remboursable par petites traites
sur une période relativement
courte.
Formes de
microcrédit
On distingue deux formes de

microcrédit :
n Le microcrédit professionnel destiné
à la création d’entreprise ou
d’activités par des personnes en
difficulté.
n Le microcrédit social ou personnel,
qui aide les ménages en difficulté à
faire face à leurs besoins de
consommation dans une optique
Le micro crédit personnel,
comment ça marche ?
A qui s’adresse-t-il ?
n À des personnes à faibles revenus,
chômeurs, allocataires de minima
sociaux, ou plus largement,
n À des personnes en difficulté d’accès au
crédit pour des projets permettant
l’accès à l’éducation, la mobilité, la
formation, l’équipement ménager,
n l’installation des jeunes, la cohésion
sociale, le déménagement, des petits
travaux, la santé…
Les acteurs
Les Acteurs
Quels sont les
acteurs ?
n Des acteurs associatifs ou sociaux
(associations, CCAS, Maisons de
l’emploi…) qui identifient les
bénéficiaires et les accompagnent
pendant toute la durée du prêt, une
charte d’accompagnement précisant
les règles de collaboration entre
l’établissement de crédit et le réseau
accompagnant pour chaque
expérience.
Quels sont les
acteurs ?
Les banques
n SOGEBANK->SOGESOL,
n BUH->KREDI POPILÈ,
n UNIBANK-> Micro Crédit National
et établissements financiers agréés qui

octroient les prêts après étude


personnalisée(
ACME,

La « Fondation Kole Zepòl » FONKOZE).


Quels sont les
acteurs ?
Les caisses populaires(Caisse Populaire

St Anne,KOTELAM), des institutions


religieuses comme:
n . Coordination de l'Eglise catholique
d'Haïti (COD-EMH)
n Catholic Relief Services(CRS) de l'église
catholique
n
MICROCREDIT EN
HAITI
n En Haïti, le microcrédit est un secteur
dynamique qui s’est grandement
développé au regard de l’importance
du secteur informel qu’elle dessert en
grande majorité.
n Il permet ainsi à des dizaines de milliers
de personnes d’avoir accès au crédit
que les institutions financières
traditionnelles leur refusent. Mal
nécessaire pour certains, manne pour
Histoire de la MICRO
CREDIT en HAITI
n Etroitement liée au mouvement
coopératif, la microfinance existe en
Haïti depuis la fin des années 40 avec
l’établissement de la première
coopérative d’épargne et de crédit en
Haïti*. Mais, c’est au début des années
80 que les premières institutions de
microfinance non-coopératives font
leur apparition dans le pays.
n
Objectif de notre
démarche
n Renforcer le système de crédit et
mettre en place un système
d’épargne
n
n Diversifier les activités
économiques
n
n Reconnaître les responsabilités
accrues des femmes
n
Déroulement-Les
cycles
n Deux cycles:
n Cycle I:4 phases
n 1ère phase : observation
n 2e phase : formation
n 3e phase: Remise de l’argent et du
carnet
n 5e phase : remboursements
n Cycle II: Renouvellement-Augmentation-Annulation
n · Les bénéficiaires de la 1ère vague viennent témoigner devant toutes
les autres pour les inciter à participer.
n · Les volontaires auront eu du temps pour scruter de nouvelles femmes
à aider et recommencer la formation etc…
Evaluation
n Taux de remboursement
n Montant de l’épargne
n Visites à domicile pour constater
l’amélioration ou non du niveau de
vie.
n Variété et quantité des produits vendus
Matériel
n
n 1 carnet pour chaque personne
n 1 fiche individuelle pour l’association
n 1 contrat, simple, de prêt
QUELQUES QUESTIONS
CONCERNANT LE MICROCREDIT

n a. Le micro-crédit est-il un outil de


développement économique ?
n
n Est-il possible de créer des entreprises
et donc de résoudre en partie les
problèmes de l'emploi et de
développer la croissance économique
par le micro-crédit ?
Réponse :CONCERNANT LE
MICROCREDIT

n La réponse n'est pas simple. Deux


études, réalisées en Asie nous
donnent une première réponse
intéressante :
n - Les crédits inférieurs à 100 $US,
accordés principalement aux femmes,
ne créent que très rarement (moins de
3%) de petites entreprises ou des
emplois nouveaux.
n
n Ces crédits améliorent la situation
sociale des bénéficiaires qui peuvent
ainsi trouver
n les fonds nécessaires pour satisfaire des
besoins de première nécessité (santé,
n nourriture, logement, écolage, etc.). Il y
a donc amélioration, mais rares sont
les
n bénéficiaires qui dépassent le seuil de
n
n - Ces micro-crédits ont toutefois un rôle
essentiel qui est avant tout un "plus
social" et en cela, il doit être
développé.
n - Les crédits entre 100 et 1.000 $US
sont du même ordre. Ils améliorent
cependant nettement le pourcentage
(7 à 12 % selon les pays et les cas) de
création d'emplois et de petites
n
n - Ce sont des crédits de 5.000 $US et
plus qui déclenchent un processus de
croissance par l'investissement dans
de nouvelles unités de production,
l'amélioration de la productivité et
l'ouverture sur de nouveaux marchés.
n
n
Synthèse
n Ainsi, il apparaît nécessaire de bien
choisir les bénéficiaires-cibles du
crédit quand on lance un programme.
Si on désire atteindre les plus pauvres,
on le fera avec des crédits de 20 à 300
$US et un objectif social pas
forcément rentable financièrement.
n Si on veut créer des emplois et
augmenter de façon significative les
revenus, il faut alors avoir recours à
A quel taux d'intérêt faut-il
prêter ?
n a. Les uns, en particulier les donateurs ONG chrétiennes et leurs partenaires,
défendent le principe que les pauvres ne peuvent payer des intérêts au prix
du marché et qu'en conséquence, il faut prêter sans intérêt ou à des taux
d'intérêt très bas (1 à 3% quelle que soit l'inflation. Ce modèle a donc de
grandes limites et peu d'avenir.
n
n b. Les caisses d'épargne et de crédit, adoptent des taux d'intérêt en dessous de
ceux du marché. Ils le peuvent, car ils ne rétribuent pas ou peu l'épargne
récoltée.
n
n c. De plus en plus nombreuses sont les organisations qui gèrent autrement le
micro-crédit. Les taux de prêts du crédit incluent non seulement le coût de
l'intérêt bancaire (y compris l'inflation), mais aussi une participation à un
fonds de couverture de risque, le paiement proportionnel des appuis reçus en
formation et conseils et même des contributions à des caisses de solidarité
qui interviennent en cas de décès ou d'événements spéciaux.
n
n d. Ainsi, à l'exemple de nombreuses fondations et ONG du Sud, citées ci-avant,
les taux d'intérêt des prêts varient de 2 à 5% par mois pour de petits crédits à
court terme. Nombreuses sont les organisations qui prêtent donc entre 30 et
60%, voir plus.

Оценить