Вы находитесь на странице: 1из 78

Qu’est ce que l’électricité ?

Réseau Electrique
 Un réseau est constitué par l’ensemble des appareils
destinés à la production, au transport, à la distribution
et à l’utilisation de l’électricité depuis la centrale de
génération jusqu’aux maisons de campagnes les plus
éloignées.
Appel de puissance d’un réseau
 La puissance demandée par l’ensemble des clients
d’un réseau subit de grandes fluctuations selon l’heure
de la journée et selon les saisons.

Fluctuations typiques de l’appel de puissance durant une année


 Pour le même réseau, la variation horaire de l’appel de
puissance pour une journée d’hiver et pour une
journée d’été

Pointe en hiver se
produit au moment
Le creux de la où les lumières sont
demande arrive allumées dans toutes
aux petites les maisons et que
heures du matin. plusieurs usines sont
encore en marche.

Fluctuation de l’appel de
puissance durant une journée
Appel de puissance en fonction de son
temps d’utilisation annuelle

Ce qui oblige les compagnies à prévoir trois classes de centrales de


génération.
Centrales de génération
Centrales de • De grande puissance qui débitent leur pleine
capacité en tout temps. Les centrales nucléaires sont
base particulièrement aptes à remplir ce rôle.

• De puissance moyenne qui peuvent réagir


Centrales rapidement aux fluctuations de la demande. C’est le
cas des centrales hydrauliques dont le débit est
intermédiaires facilement contrôlable.

Centrales de • De puissance moyenne qui ne débitent leur pleine


capacité que pendant de courtes périodes.
pointe
 Les centrales de pointe doivent être misent en marche
dans un délai très court; elles utilisent donc des
moteurs diesel, des turbines à gaz, des moteurs à air
comprimé ou des turbines hydrauliques à réserve
pompée. Remarquons que la période d’amorçage est
de quatre à huit heures pour les centrales thermiques
et de quelques jours pour les centrales nucléaires. Il
n’est donc pas économique d’utiliser ces centrales pour
fournir la puissance de pointe.
Emplacement des centrales
Transport de l’énergie primaire
Types de centrales
 Il existe trois types de centrales pour produire de
l’électricité suivant l’énergie utilisée :

Nucléaire : L'électricité est produite à partir d'une source d'énergie


fissile : l'uranium, un minerai contenu dans le sous-sol de la
Terre.
Thermique : L'électricité est produite à partie de sources d'énergies
fossiles, des éléments contenus dans le sous-sol de la Terre :
le charbon, le fioul (issu du pétrole) et le gaz.

Renouvelables : L'électricité est produite à partie de sources d'énergies


renouvelables, que la nature renouvelle en
permanence : l'eau, le vent, le soleil, la chaleur du sous-
sol, la matière organique (bois, déchets, …).
Commande de la puissance et de la
fréquence-Cas d’une centrale isolée
 La puissance consommée par un réseau doit être fournie instantanément
par les alternateurs, car on ne peut pas emmagasiner l’énergie électrique.

La puissance PT développée par la turbine


dépend essentiellement de l’ouverture des
vannes; plus l’ouverture est grande, plus la
puissance développée est grande.

La puissance Pc débitée par l’alternateur


dépend exclusivement de l’appel de
puissance de la charge.
Groupe
Electrogène

Réseau stable PT = PC
 L’appel de puissance varie continuellement, de sorte
que Pc est tantôt plus grande, tantôt plus petite que Pt.
 Si Pc>Pt vitesse du groupe électrogène
diminue.
 Si Pc<Pt vitesse du groupe électrogène
augmente (risque d’emballement).

D’où l’utilisation d’un régulateur de vitesse


automatique.
 Toute variation de vitesse de rotation provoque la même
variation de la fréquence du réseau. La variation de
fréquence, tout comme la variation de vitesse, est donc un
excellent indicateur de la stabilité d’un réseau.

Le réseau est stable lorsque sa fréquence demeure constante.

 Les régulateurs de vitesse des centrales thermiques et


nucléaires fonctionnent de la même manière sauf que
l’ouverture et la fermeture des soupapes à vapeur doivent être
accompagnées par une variation correspondante du taux de
combustion.
Commande de la puissance et de la
fréquence-Cas de plusieurs centrales reliées

On avantage à relier les réseaux


par des lignes d’interconnexion
pour répondre à trois exigences :

1) Stabilité

2) La continuité du service

3) L’économie
Stabilité
 Les réseaux interconnectés forment un ensemble qui
est plus puissant que les réseaux individuels. Il s’ensuit
que ce grand réseau peut mieux supporter les
perturbations qu’une centrale seule; donc il est plus
stable.
La continuité du service
 De la même manière, si une centrale tombe en panne,
ou si l’on doit la débrancher pour y faire de l’entretien,
sa clientèle peut être alimentée temporairement par les
deux autres centrales.
 L’énergie ainsi transportée sur les lignes
d’interconnexion est facturée, s’il y a lieu, à la centrale
qui en bénéficie.
Economie
 Lorsque les réseaux sont reliés, on peut répartir la
charge entre les trois centrales afin que le coût de
fonctionnement global soit minimal.
 Par exemple, durant la nuit, au lieu de faire fonctionner
toutes les centrales à 30% de leur capacité, on peut
arrêter une centrale complètement et permettre aux
autres de porter toute la charge. De cette façon, on
réduit à « zéro » le coût de fonctionnement d’une des
centrales et on augmente le rendement des deux autres,
car elles débitent alors une puissance voisine de leur
puissance nominale.
Centres de conduite
 Les lignes d’interconnexion sont gérées par les centres
de conduite qui ont pour but :

 Répartir la charge totale entre les diverses centrales et


compagnies.
 Prévoir la variation de la demande quotidienne et
saisonnière.
 Veiller continuellement à la bonne marche et à la
stabilité de l’ensemble du réseau.
Conditions lors d’une panne
 Une panne majeure sur un réseau crée un état d’urgence
et on doit réagir aussitôt afin que la perturbation
n’atteigne pas d’autres réseaux.

 Les pannes majeurs sont :


 Perte d’une grosse charge
 Perte d’une grosse génératrice
 Ouverture inattendue d’une ligne d’interconnexion
Si on perd une grosse charge, la vitesse des turbines ainsi que la
fréquence croient partout sur le réseau.
Si on Perd d’une grosse génératrice, la vitesse des turbines ainsi que
la fréquence diminuent partout sur le réseau(parfois à un rythme
de 5HZ).

 Délester le réseau d’une ou de plusieurs charges (utilisation de


relais).

Problème grave pour les clients débranchés : ascenseurs arrêtés


à mi-chemin, fours qui se refroidissent, papier en production qui
se déchire, feux de signalisation qui s’éteignent…

D’autres défauts sont dûs à des court-circuits causés par la foudre,


pluie, surtensions aléatoires crées par l’ouverture et la fermetures
des disjoncteurs.
Fréquence-Horloges
 Variation de charge  Fluctuations de fréquence  Régulateurs de vitesse

Gain ou perte de quelques cycles

Si la perte (ou le gain) atteint environ 180 cycles (3s


sur un réseau de 60 HZ), on joue sur les alternateurs

On est sûr que le réseau fournit exactement 5184000 cycles


pendant 24H, d’où la fiabilité des horloges du réseau.
CENTRALES HYDRAULIQUES
Les centrales hydro-électriques exploitent les chutes
d’eau. Elles convertissent l’énergie de l’eau en
mouvement en énergie électrique.

L’énergie
Turbine Energie
provenant de
hydraulique, mécanique
la chute d’une
ρ =80 à 94%
masse d’eau

Energie
Alternateur
électrique
ρ =97 à 98.5%
Puissance Disponible
 La puissance disponible est donnée par l’équation :

P= 9.8qh
P =puissance hydraulique, en kilowatts [kW]
Q=débit en mètres cubes par seconde [m3/s]
H=hauteur de la chute, en mètres [m]
9.8=coefficient tenant compte des unités
Exemple
 Les chutes ont une hauteur de 324m et un débit moyen
de 1370 m3/s. Le réservoir comprend une série de lacs
ayant une superficie de 6400Km2.Calculer :

 La puissance hydraulique disponible?


 Le temps, en jours, pendant lequel cette puissance sera
disponible avant que le niveau du réservoir baisse d’un
mètre?
Solution
 La puissance hydraulique est :
P = 9.8qh
= 9.8x1370x324
= 4 350 000 kW
= 4350 MW

 Une baisse de niveau de 1m correspond à un écoulement de 6400x106m3 d’eau.


Comme le débit est de 1370 m3/s, le temps requis pour écouler ce volume d’eau
vaut :

t=(6400x106)/1370
=4.67x106 s
=1298h
= 54 jours.
Types de centrales hydrauliques
 Suivant la hauteur de la chute, on distingue :

 Les centrales de haute chute


 Les centrales de moyenne chute
 Les centrales de basse chute
centrales de • Hauteurs de chutes supérieures à 300m.
• La capacité du réservoir est relativement faible.
haute chute • Utilisent des turbines Pelton.

• Hauteurs comprises entre 30 et 300m.


centrales de • Alimentées par l’eau retenue derrière un barrage
construit dans le lit d’une rivière.
moyenne chute • Réservoir de grande capacité.
• Utilisent des turbines Francis.

centrales de • Hauteurs de chutes inférieures à 30m.


• Etablies sur les fleuves ou les rivières à fort débit.
basse chute • Utilisent des turbines Kaplan ou Francis.
Performances des turbines hydrauliques

1000
Q Kaplan
10 MW 15 MW 30 MW
5 MW
(m3/sec) Francis
2 MW
100 Pelton
1 MW

500 kW

10

0.1
1 10 100 h (m ) 1000
Parties principales d’une centrale
hydraulique
 Une centrale hydro-électrique comporte essentiellement :
 Le barrage de retenue et le déversoir
 La conduite d’amenée
 La conduite d’échappement
 L’usine proprement dite
Comment fonctionne une centrale
hydraulique ?
CENTRALES THERMIQUE
Les centrales thermique produisent de l’électricité à partir de la chaleur
qui se dégage de la combustion du charbon, mazout ou du gaz naturel.
La plupart ont une capacité entre 200MW et 2000MW afin de réaliser
les économie d’une grosse grande installation.

turbine
alternateur

vapeur électricité

condenseur
air + chaudière
combustible à vapeur
eau

Schéma d ’un groupe thermique classique


Combustion
 Lors d’une réaction chimique, les molécules de deux substances se
combinent pour former une nouvelle substances
 Certaines réactions chimiques, notamment celles appliquant les
atomes d’oxygène, produisent non seulement une nouvelle substance,
mais dégage ,en même temps , de l ’énergie sous forme de chaleur.

O2
CO2 + énergie (chaleur)

C
Les éléments de combustibles
Energie dégagée par divers types de charbon et de pétrole :

Énergie=55%x33.8+2%x120+1%x9.3+42%x0
=21MJ/Kg
Produits de la combustion
Le gaz carbonique CO2 et l’eau n’ont pas d’effet néfaste sur l’environnement,
mais le dioxyde de soufre SO2 crée des substances irritent les voies respiratoires.
Les particules poussiéreuses sont une autre source de pollution qu’on essaie
d’enrayer. La combustion du gaz naturel produit seulement de l’eau et du CO2,
c’est pourquoi on utilise ce gaz lorsqu’il faux à tout prix éviter la pollution.
Organisation d’une centrale thermique

turbine
alternateur tour de
refroidissement

condenseur
chaudière
filtre
fonctionnement d’une centrale thermique
CENTRALES NUCLEAIRES
Les centrales nucléaires produisent l’électricité à
partir de la chaleur libérée par une réaction nucléaire.
L'énergie nucléaire est une source qui dépend d'un
combustible fissile, l'uranium, dont le minerai
radioactif est contenu dans le sous-sol de la Terre.
Libération de la
Réaction chaleur Energie
nucléaire électrique
Réaction en chaîne
Fission
(dégagement
Bombardement
chaleur)
Neutron Noyau

Éjection 2 ou 3
neutrons (projectiles)

Réaction en chaîne
Fission nucléaire
Composition atomique de
quelques élément
Energie libérée par la fission
atomique
 Lors d’une réaction de fission nucléaire, la quantité
d’énergie libérée est donnée par :

E = mc2

Où E = énergie libérée, en joules [j]


m = diminution de masse, en Kilogrammes [Kg]
c = vitesse de la lumière [3x108m/s]
Diminution de 1g 9.1013 J
3000 tonnes de charbon
L'extraction
 L'uranium est un métal assez
répandu dans le sous-sol de la
Terre.
Il est contenu dans des minerais,
qui sont extraits de gisements à ciel
ouvert ou en galeries souterraines.
Ces gisements se trouvent
essentiellement en Australie, aux
États-Unis, au Canada, en Afrique
du Sud et en Russie.
En France, il en existe en Vendée et
dans le Limousin, mais ils sont en
voie d'épuisement.
Le traitement
 Le minerai est réduit en petits
morceaux, finement broyé et soumis
à des opérations chimiques pour en
extraire l'uranium. Cela permet
d'obtenir un uranium très
concentré, sous forme d'une poudre
jaune appelée yellow cake.
1 000 t de minerai donnent de 1,5 à 10
t de yellow cake, contenant 75 %
d'uranium.
Le yellow cake est ensuite raffiné
pour le débarrasser de ses impuretés
et obtenir un uranium
complètement pur.
L'enrichissement
 À ce stade, 1 kg d'uranium naturel est composé de 993 g
d'uranium 238 et de 7 g d'uranium 235.
Seul l'uranium 235 est fissile mais il n'est pas en proportion
suffisante pour être utilisable dans les réacteurs des centrales.
L'uranium doit donc être enrichi en uranium 235, de façon à
ce qu'il en comporte entre 30 et 50 g.
La fabrication du combustible
 Une fois enrichi, l'uranium est transformé en
poudre noire.
Comprimée et cuite au four, elle donne des petits
cylindres d'environ 7 g et de 1 cm de long, appelés
pastilles.
Chaque pastille peut libérer autant d'énergie qu'1 t
de charbon.

Les pastilles sont enfilées dans des tubes en


métal de 4 m de long dont les extrémités sont
bouchées, pour constituer ce l'on appelle des
crayons.
Ces crayons sont regroupés par lots dans des
assemblages combustibles. Ces assemblages
sont placés dans le cœur du réacteur pour le
faire fonctionner.
La consommation
 Les pastilles vont
séjourner entre 4 et 5 ans
dans le réacteur et subir des
réactions de fission
nucléaire.
Au fil du temps, elles vont
s'épuiser en uranium 235 et
devront être remplacées.
Cette opération s'effectue
dans l'eau car elle permet
de piéger les rayonnements
radioactifs. Le combustible
usé reste ensuite pendant 3
ans en piscine de
refroidissement, le temps
de perdre peu à peu une
partie de sa radioactivité.
Le retraitement
 Dans la plupart des pays, le combustible usé est mis dans des
conteneurs d'acier et transporté vers une usine de
retraitement.
Celle de La Hague (AREVA), en France, dans le département de
la Manche, est la plus grande installation de retraitement du
monde.
Le retraitement consiste à séparer les différents éléments du
combustible par des traitements mécaniques et chimiques de
façon à les réutiliser et également à séparer les déchets.
Ainsi, l’uranium est à nouveau enrichi pour produire du
combustible nucléaire.
96 % du combustible usé est réutilisé.
La partie du combustible usé qui ne peut pas être réutilisée,
appelée déchets ultimes, est coulée dans du verre en fusion et
entreposée pendant 30 à 40 ans à l'usine de La Hague.
Organisation d’une centrale nucléaire

générateur électricité
turbine
de vapeur
réacteur

alternateur

circuit tertiaire

condenseur

circuit secondaire

circuit primaire
fonctionnement d’une centrale
Types de réacteurs
 Une centrale nucléaire produit toujours de l'électricité à
partir d'un combustible nucléaire.
Mais il existe 5 grandes catégories de réacteurs, en
fonction de :
 la nature du combustible utilisé ;
 la substance qui transporte la chaleur appelé caloporteur
 la substance qui ralentit les neutrons appelé modérateur.
 À eau pressurisée (ou REP) :

L'eau sous pression (donc à l'état liquide) à la fois le caloporteur


et le modérateur. Le combustible utilisé est de l'uranium enrichi.
Ce type de réacteur est le plus répandu dans le monde,
représentant environ 55 % des réacteurs installés.
En France, tous les réacteurs destinés à la production d'électricité
sont des REP excepté le réacteur de recherche Phénix (exploité
par le CEA et EDF).
 À eau bouillante (ou REB) :

L'eau est aussi le caloporteur, mais elle n'est plus pressurisée. À


pression atmosphérique ambiante, elle devient bouillante.
Le combustible utilisé est de l'uranium enrichi.
Ce type de réacteur représente 22 % des réacteurs installés dans
le monde.
 À eau lourde :
L'eau lourde est à la fois le caloporteur (mis sous pression) et le
modérateur. C'est une eau constituée de molécules d'eau dont
l'atome d'hydrogène est un atome de deutérium, isotope lourd de
l'hydrogène.
Le combustible utilisé est de l'uranium naturel.
 À neutrons rapides (ou RNR) :
Ils n'utilisent pas de modérateur et cherchent à exploiter de
façon plus complète les propriétés du combustible.
Le fluide caloporteur est un métal liquide (tel le sodium)
ou un gaz (par exemple l'hélium).
Le combustible utilisé est de l'uranium enrichi ou du
plutonium.
Ils peuvent générer de la matière fissile, d'où leur nom de
surgénérateurs.
Le réacteur Phénix en France fonctionne avec cette
technologie.
 À caloporteur gaz (RCG) :
L'hélium est le caloporteur. Porté à haute température, il
peut alimenter directement la turbine sans échangeur
intermédiaire.
Il peut permettre la réalisation de centrales de petits tailles
(de 100 à 300 MW) et peut également fonctionner avec des
neutrons rapides.
Introduction

Face à une demande croissante des énergies et à l’épuisement


plus au moins à long terme des énergies fossile et grâce à la
crise pétrolière plusieurs solution ou substitution ont été
envisagés:

 Certains pays ont mené une politique orienté vers le


nucléaire (la France)

 D’autres pays ont massivement utilisé les énergies


renouvelable (Danemark)
Fonctionnement de l’éolienne
Fonctionnement de l’éolienne
Arbre principal
La couronne
Multiplicateur
Moteur du système d'orientation
d'orientation Rotor
Le
Système
Arbre L'arbre
Anémomètrerotor
Génératrice
Frein
Unité
Girouette de dela principal
mécanique
refroidissement
de couronne commande
génératrice
La Le
Le grande
rotor
moteur tourne d'orientation
àtourner
d'orientationenviron 22 tours
oriente est
la montée sur la
par
nacelle Multiplicateur Frein mécanique
La Le
On
Lorsque
Le Le
L'anémomètre rotor
rotor
génératrice
utilise
système
Le petit
vent faitla est
arbre lefait
fixé
mesure
frein
produit
génératrice
de à
commande
transmet
tourner l'arbre
la
mécanique
de l'arbre
vitesse
travaille,
est du
quand
un
la puissance
la girouette. ellevent.
ordinateur
devient
du
La girouette qui
tour.
minute.
de sorte que le rotor soit toujours face
principal.
principal
l'électricité
l'éolienne
Il informe
contrôle
très chaude.
multiplicateur
informe les
le par
doit
en L'arbre
des
tournant.
être
continuellement
différents
Si à
système elle
la estest
boulons.
réparée reliéleou
composants
surchauffée,
génératrice.
de commande au
systèmede
L'arbre
de elleause
la
Génératrice Refroidissement
La
Mais
vent. roueladentée
génératrice,du moteur elle, d'orientation entraîne
doit Moteur
de Lemultiplicateur.
cassera.
Le grand
commande
maintenue.
courant
l'éolienne. rotor
de
est la est constitué
vitesse
conduit à du ventde Système de
latourne
direction
grande
tourner
Le
très
moteur
du vite,
àon
vent.environ
couronne
quelque
est dentée
1.500
muni d'une
1.500
et
tours roue
tours
oriente
par la nacelle
dentée
d’orientation commande
trois
travers
parC'est
IlAinsi
Ensuite Lela
oriente
minute. rotor
pales
pourquoi
tour qui
assure
par
le système entraîne
captent
par il des
faut
que
exemple l'arbre
le
câbles
le
la vent.
rotor
la
de commande avec
refroidir.
nacellene se Dans
met
dans
demande la au
avec
qui le
Le
minute. rotor
vent
s'engraine par
faitsur rapport
tourner
la grande à la direction
le celle-ci),
couronne du Anémomètre Girouette
pas beaucoup
certaines
électriques
direction
moteur brusquement
du de
éoliennes
très
vent
d'orientation force.
épais.
età(comme
tourner.
démarre
d'orienter le rotor lalorsque
le rotor face
vent.Le
dentée rotor lorsqu'il
multiplicateur
du système y a assez
accélère
d'orientation. donc les Couronne Arbre rapide
L'arbre
génératrice
l'anémomètre
au vent. estdoit donc
luirefroidie
avise queparêtre très
le vent solide.
de l'eau.
est
Le d'énergie
22système
tours
suffisamment à 1.500 dans
defort. le vent.
tours.
commande avise le moteur
d'orientation lorsqu'il faut orienter la
nacelle.
Chaine de conversion de l’énergie:
La Puissance de l’éolienne

Loi de Betz :

Avec: Cp< 16/25


Etapes de montage d’un projet éolien

Le terrain est-il suffisamment venté ?

Le terrain peut-il recevoir plusieurs éoliennes ?

Le terrain comporte-il des obstacles à la propagation du


vent ?
Le site est-il facilement accessible ?

Le site est-il proche du réseau électrique ?

Le site est-il suffisamment éloigné de l’habitation ?


Energie éolienne au Maroc

Guelmim
TanTan
 Le réseau de ligne est organisé à la manière d’un réseau
routier avec ses grands axes, ses axes secondaires et ses
échangeurs :
 le réseau de transport et d’interconnexion joue le rôle du réseau des
autoroutes .
 le réseau de répartition joue celui du réseau des routes nationales .
 le réseau de distribution joue celui du réseau des routes
départementales.

Pour passer d'un réseau à un autre, les postes de transformation jouent


le rôle d'échangeurs
L'organisation des réseaux
Réalisation d’un ligne aérienne
Composition d’une ligne:

Conducteur

Isolateur

Support
Propriétés électrique d’une ligne
Circuit équivalent d’une ligne:
Les lignes possèdent des propriétés communes, toute ligne possède une
résistance, une réactance inductive et une réactance capacitive. Ces
impédance sont réparties uniformément sur toute la longueur de la ligne

On peut simplifier le circuit en additionnant les résistances individuelles


pour former une résistance totale R, de même on obtient une réactance
inductive totale XL et une réactance capacitive totale Xc , on partage Xc
on deux éléments de valeurs de 2.Xc aux deux extrémités de la ligne
Simplification du circuit équivalent

On peut simplifier le circuit d’avantage en éliminant un ou deux des éléments


du circuit. La validation de cette simplification dépend de l’importance relative
des puissances Pj, QL et Qc par rapport à la puissance active fournie à la charge.
Puissance transmise par une ligne résistive
Puissance transmise par une ligne inductive