Вы находитесь на странице: 1из 18

ELABORATION D’UN CADRE

DE POLITIQUE DE
REINSTALLATION (CPR) DU
PROLAC
MAGA GUY PARFAIT
Ingénieur de Génie Rural
PLAN
 OBJECTIFS DU CPR
 IMPACTS POTENTIELS DU PROJET SUR LES P,B, MS
 CONTEXTE LÉGAL ET INSTITUTIONNEL ACQUISITION DE TERRES
 PRINCIPES, PRÉPARATION, REVUE ET APPROBATION DU PAR
 CRITÈRES
D’ÉLIGIBILITÉ POUR DIVERSES CATÉGORIES DE
PERSONNES AFFECTÉES
 ÉVALUATION
DES BIENS ET DÉTERMINATION DES TAUX DE
COMPENSATION
 GESTION DES PLAINTES
 MODALITÉS INSTITUTIONNELLES DE MISE EN ŒUVRE DU CPR
OBJECTIFS DU CPR
 Malgré des bonnes intentions, la mise en œuvre d’un projet peut nécessiter
l’acquisition des terres ou l’imposition de restrictions à leur utilisation
susceptibles d’entraîner le déplacement physique ou économique de certaines
personnes dont il est obligatoire de réinstaller.

 L’expérience et la recherche montrent que le déplacement physique et


économique, s’il n’est pas atténué, peut présenter de sérieux risques pour
l’économie, la vie sociale et l’environnement.

 La Norme Environnementale et Sociale n° 5 relative à l’acquisition des terres,


les restrictions à l’utilisation de terres et la réinstallation involontaire prend
en compte ces préoccupations dans les projets financés par le GBM.
OBJECTIFS DU CPR (SUITE)
 L’objectif de la NES n°5 est d’éviter la réinstallation involontaire ou,
lorsqu’elle est inévitable, la minimiser en envisageant des solutions de
rechange lors de la conception du projet.

 Le CPR est un document qui met en application les dispositions nationales


et les politiques de la Banque mondiale dans le domaine de la
réinstallation. C’est également un document par le biais duquel le
Gouvernement s’engage formellement à respecter selon les exigences et
les procédures de la NES n°5, les droits de compensation de toute
personne ou entité potentiellement affectée par un don ou un projet
financé ou cofinancé par la Banque Mondiale.
IMPACTS POTENTIELS DU PROLAC SUR LES P,B, MS
 Seules la composante 2 : Restauration de la Mobilité et de la Connectivité Rurales, et
la composante 3 : Investissements Agricoles et Renforcement de la Chaîne de Valeur,
auront des activités susceptibles d’avoir des impacts négatifs sur les personnes et les
biens en terme de déplacement involontaire, acquisition des terres ou restriction
d’utilisation.

 Réhabilitation des routes PT, PB, PA, RA - Construction de nouveaux petits tronçons de
routes PT, PB, PA, RA - Construction/réhabilitation de marchés ruraux PT, PB, PA, RA-
Construction/réhabilitation des entrepôts communautaires PT, PB, PA, RA -
Construction/réhabilitation des périmètres d’irrigation PT, PB, PA, RA
CONTEXTE LÉGAL ET INSTITUTIONNEL ACQUISITION DE TERRES

 Institution- le Décret n°87/1872 du 18 décembre 1987 portant application de la Loi


n°85/009 du 04 juillet 1985 relative à l'expropriation pour cause d'utilité publique et aux
modalités d'indemnisation, institue une Commission de Constat et d’Évaluation (CCE)

 La CCE est chargée de: -choisir et de faire borner les terrains concernés, aux frais du
bénéficiaire ; - constater les droits et d’évaluer les biens mis en cause ;identifier leurs
titulaires et propriétaires ; -faire porter les panneaux indiquant le périmètre de
l’opération, aux frais du bénéficiaire

 Les membres du CCE sont – MINDCAF, MINDUH, MINADER, MINTP, MINAT, MINEE,
députés, magistrats municipaux, autorités traditionnelles
CONTEXTE LÉGAL ET INSTITUTIONNEL ACQUISITION DE TERRES (SUITE)

 La propriété foncière au Cameroun repose à la fois sur les dispositions du système


moderne et sur le droit traditionnel

 Droit traditionnel: (i) le droit du premier occupant, qui est le droit de celui qui le
premier a travaillé sur un espace ou à s’y est installé; (ii) le droit d’usage, qui est le
droit que chaque membre de la communauté a sur les terres et les forêts que ses
parents ou ses ancêtres ont laissé

 Régime foncier moderne: plusieurs textes régissent le domaine et le foncier au


Cameroun. Ils identifient la propriété privée, le domaine public, et le domaine
national. Seule la propriété privée bénéficie des indemnisations en cas de
déguerpissement
CONTEXTE LÉGAL ET INSTITUTIONNEL ACQUISITION DE TERRES (SUITE)
 La Norme Environnementale et Sociale n°5 recommande d’atténuer les effets sociaux et
économiques néfastes de l’acquisition de terres ou des restrictions à l’utilisation qui en
est faite -aider les personnes déplacées à améliorer, ou au moins rétablir en termes réels,
leurs moyens de subsistance et leur niveau de vie d’avant leur déplacement

 Les similitudes portent sur: -le principe même de l’indemnisation/compensation en cas de


perte des biens; -La compensation avant toute mise en œuvre du projet; -Les formes de
compensation (numéraires, nature); -L’information et la consultation des populations; -
L’inéligibilité pour les occupants après la date butoir

 Les divergences concernent: -L’assistance aux groupes vulnérables -Le calcul des coûts
d’indemnisation - Les formes de prise en charge - La participation des populations -Le
mode de gestion des litiges -Le suivi des réinstallés et la réhabilitation économique des
personnes affectées.
PRINCIPES, PRÉPARATION, REVUE ET APPROBATION DU PAR
 principes du PROLAC :

(1)Tout déplacement involontaire doit être évité; (2)Si un déplacement involontaire est
inévitable, il doit minimiser autant que possible l’impact et le nombre de personnes
affectées ; (3) Le projet devrait mettre les personnes réinstallées dans les conditions
meilleures que celles dans lesquelles elles vivaient avant la réinstallation, ou tout au
moins dans des conditions équivalentes; (4) les populations devrait être informées et ce à
temps sur le projet, les consulter à toutes les étapes et les impliquer dans la planification
; (5) Le projet devrait compenser les personnes affectées et les réinstaller préalablement
au démarrage technique effectif et à la mise en œuvre du Projet ; (6) Définir une date
butoir pour les personnes éligibles aux compensations; (7)Définir un mécanisme de gestion
des plaintes et conflits
PRINCIPES, PRÉPARATION, REVUE ET APPROBATION DU PAR (SUITE)

 L’importance des exigences et le niveau de détail du plan de réinstallation varient


selon l’ampleur et la complexité de la réinstallation.

 (1) demande motivée de dispense de PAR pour les constructions de petites


infrastructures à impacts mineurs ne causant pas le déplacement de personnes ni de
pertes de biens (2) PAR couplé à l’EIES pour une construction/réhabilitation
d’infrastructure ne causant pas le déplacement des personnes mais nécessitant une
compensation des biens (3) PAR détaillé pour une construction/réhabilitation
d’infrastructure entraînant le déplacement physique des personnes ou pour la création
de route (DUP)
PRINCIPES, PRÉPARATION, REVUE ET APPROBATION DU PAR (SUITE)
 Les PAR seront élaborés suivant les phases clés suivantes:

(1) Rédaction et validation des Termes de Références (TDR);

(2) Sélection du consultant ou cabinet d’étude chargé de la réalisation du PAR ;

(3) Information et consultation des communautés riveraines et des autres acteurs;

(4) Enquêtes d’identification des PAPs et recensement des biens et actifs affectées;

(5) Elaboration des rapports;

(6) Amendement et validation du PAR par les populations, acteurs institutionnels

(7) approbation du PAR la Banque Mondiale

(8) Publication/divulgation au Cameroun et par la Banque Mondiale


CRITÈRES D’ÉLIGIBILITÉ POUR DIVERSES CATÉGORIES DE PERSONNES AFFECTÉES

 la NES N°5 décrit comme éligibles les personnes qui : (1) ont des droits légaux formels sur
les terres ou biens visés ; (2) n’ont pas de droits légaux formels sur les terres ou les biens
visés, mais ont des revendications sur ces terres ou ces biens qui sont ou pourraient être
reconnus en vertu du droit national; (3) n’ont aucun droit légal ni de revendications
légitimes sur les terres ou les biens qu’elles occupent ou qu’elles utilisent = toutes les
personnes affectées pour autant qu’elles occupaient les lieux avant la date limite
d’éligibilité

 Selon la NES N°5 de la Banque, la date de démarrage du recensement destiné à


inventorier les PAP et leurs biens est la date butoir d’éligibilité.
Au-delà de cette date, les personnes et les ménages qui s’installeraient, ne seront plus
éligibles aux mesures de réinstallation.
ÉVALUATION DES BIENS ET DÉTERMINATION DES TAUX DE COMPENSATION
 Les indemnisations pour expropriation sont à la charge de la personne morale bénéficiaire
de la mesure, donc en l’occurrence ici, à la charge du PROLAC/communauté bénéficiaire

 Elles portent sur les terrains nus, les cultures, les constructions, toutes autres mises en
valeur, quelle qu’en soit la nature, dûment constatées par une commission dite
Commission des Constat et d’Evaluation

 la compensation des individus et des ménages sera effectuée en numéraires, en nature,


et/ou par une assistance. Le type de compensation sera retenu avec l’accord des PAP

 Le décret N° 2005/418 PM du 25 février 2003 fixe les tarifs des indemnités à allouer pour
la destruction des cultures et d’arbres. L’arrêté N°00832/Y.15.1/MINUH/D00 du 20
novembre 1987 fixant les bases de calcul de la valeur vénale des constructions frappées
d’expropriation
GESTION DES PLAINTES
 Les sujets ci-après motivent des plaintes :

(1) Erreurs dans l'identification des PAP; (2) Omission du recensement d’un bien ou d’une
personne ;(3) Discussion avec un utilisateur du foncier au lieu du propriétaire légitime et
/ou légal ;(4) Désaccord sur des limites de parcelles, soit entre la personne affectée et la
structure chargée de l’expropriation, soit entre deux voisins; (5) conflit entre des PAP sur la
propriété d'un bien;(6) Désaccord sur l'évaluation d'une parcelle ou d'un autre bien Etc.

 L’enregistrement des plaintes dans le cadre du PAR peut se faire: (1) Au niveau local au
Comité de Développement issu de la planification, (2) Au niveau communal à la mairie,
(3) L’Unité de gestion du projet

 Quand une plainte est présentée Dans un premier temps, une solution à l’amiable est
recherchée en associant les acteurs clés. En cas d’échec une procédure administrative et
judiciaire peut être enclenchée
MODALITÉS INSTITUTIONNELLES DE MISE EN ŒUVRE DU CPR
 Les principaux acteurs de la mise en œuvre du CPR sont: Unité de gestion du projet -Elle
est responsable de la mise en œuvre du projet en général et celle de la politique de
réinstallation en particulier - Commission de Constat et d’évaluation -Elle jouera dans le
cadre de cette politique de réinstallation le rôle qui lui est assigné par la
réglementation -Comité de développement communautaire/local - Il est le principal
responsable des ouvrages construits par le PROLAC dans la localité - Les populations - la
Banque Mondiale
Element Dispositions de la Réglementation nationale Normes de la Banque Mondiale projet
d’appréciation
Principe Indemnisation en cas de déplacement o Eviter la réinstation involontaire si BM
général involontaire : terrains nus, cultures, possible;
constructions, toutes mises en valeur o Indemnisation en cas de
constatées déplacement involontaire
(Loi n° 85/009 du 04/07/1985) o Réhabilitation économique
o Déguerpissement pour les occupants o Assistance pour réinstaller/re- BM
illégaux du domaine privé de l’État établir
o Personnes ayant perdu un bien o Personnes ayant perdu un bien BM
(terres, bâtiment) (terres, bâtiment)
o RAS o Personne limitée dans l’accès aux BM
Eligibilité biens et aux ressources (maison
en location, ressource naturelle)
o Exploitants des terrains coutumiers o Propriétaires des terrain ID
coutumiers
o Propriétaires légaux des terrains o Propriétaires légaux ID
Inéligibilité o Personnes installées après date butoir o Personnes installées après date ID
butoir
Element Dispositions de la Réglementation Normes de la Banque Mondiale projet
d’appréciation nationale
Taux de o A la valeur nette actuelle du o Au coût de remplacement du bien BM
compensation bien ( tient compte de l’état de affecté
dépréciation) (Décret n°
832/4151/MINUH/D000 du
20/11/1987
o Terres o Le taux est plafonné à celui o Valeur au prix dominant du marché BM
dégagé du coût historique de o Compensation en nature (terre
l’immeuble (Loi 85/ 009 du 4 contre terre)
juillet 1985 ) o Tous les coûts liés au transfert et à
l’enregistrement de nouvelle terre
o Cultures o selon les types de cultures o Espèces d’arbres /culture BM
Barèmes officiels ( taux figés) o âge (productivité),
(Décret n° 2003/418/PM du o prix des produits en haute saison (au
25/02/2003) meilleur coût)
o temps nécessaire pour ré-étabir la
productivité
Assistance o RAS o Assistance multiforme aux déplacés BM
JE
VOUS REMERCIE POUR
VOTRE AIMABLE ATTENTION