Вы находитесь на странице: 1из 13

THEME:

DECLARATION DE STOCKHOLM
SUR L’ENVIRONNEMENT
PARTICIPANTS:
ALLARAMADJI Nenodji Axelle
ALOBE Christian Lavry
BAMBA Mohamed Sanoussy
BETOLOUM Digamnodji
MOBIO Marie Fabiola
OUEDRAOGO Marita Bénédicte Professeur: M. YOBO Yves
UMUTABAZI Jean Claudien
YAMEOGO Marie Lionel
YOUGBARE Emma
ZIDA Abdoullatif
PLAN
• INTRODUCTION
I. OBJECTIFS ET PRINCIPES
1. OBJECTIFS
2. PRINCIPES
II. DEROULEMENT
III. CONSEQUENCES
• CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
INTRODUCTION
Depuis bon nombre d’années, l’homme par ces activités détruit
l ’environnement. Cet phénomène a pris de l’ampleur avec l'avènement
de l’industrie occasionnant d’énormes dégâts exposant ainsi le bien
êtres de l’humanité. C’est sur la base d’une proposition émise en juillet
1968 par le conseil économique et social que l‘assemblée générale de
l’ONU décide le 3 décembre 1968, lors de sa 23ème session, de réunir à
Stockholm en suède en 1972 une conférence des Nations Unies sur le
«milieu humain». Le but de cette réunion était d’une part d’essayer de
limiter, voir d’enrayer la dégradation du milieu humain et d’autre part
de fonder le développement économique et social sur une base saine
en prêtant une attention accrue aux problèmes du milieu humain.
I. Objectifs et principes

1. OBJECTIFS

• Le rapport sur les écrits « NOUS N’AVONS QU’UNE TERRE » de René


DUBOS a été la source initiatrice de la conférence par les différentes
organisations. Cette conférence visait plusieurs objectifs parmi lesquels
l’adoption d’une déclaration de principe sur l’environnement humains
dans le droit fil de l’idée de déclaration universelle sur la préservation et la
protection du milieu humain lancé par l’UNESCO. C’est-à-dire la protection
et la pérennité de l’espèce animal, végétal, des ressources naturelles et
non-renouvelable, en gros assuré le bien être de l’environnement tout en
venant en aide au pays sous développé.
2. Principes
1. .Les droits de l’homme doivent être affirmer, l’apartheid et le colonialisme condamner .
2. Les ressources naturel doivent être sauvegarder
3. La capacité de terre de produire des ressources renouvelables doivent être sauvegardé
4. La flore et la faune sauvages doivent être sauvegardé
5. Les ressources non renouvelable doivent être partagé et non pas épuiser
6. La pollution ne doit pas dépasser la capacité de l’environnement de se nettoyer lui-même
7. Il faut prévenir une pollution dommageable des océans
8. Le développement est nécessaire pour améliorer l’environnement
9. les pays en développement on donc besoin d’aide
10. Les pays en développement doivent recevoir, pour leur exportation un prix raisonnable leur
permettant de s’occuper de l’environnement
11. La politique de l’environnement ne doit pas compromettre le développement
12. Les pays en développement ont besoin d’argent pour appliquer les normes environnemental
13. Une planification cohérente du développement est nécessaire
14. Une planification rationnel devrait concilier environnement et développement
15. Les établissements humains doivent être conçu pour éliminer les problèmes d’environnement
16. Les gouvernements doivent adopter une politique approprier en matière de population
17. Les institution d’un pays doivent planifier le développement de ses ressources naturel
18. la science et la technique doivent être utilisées pour améliorer l’environnement;
19. Un enseignement de l’écologie est essentiel
20. La recherche écologique doit être encourager en particulier les pays en développement
21. Les états peuvent exploiter leur ressources comme ils le veulent mais ne doivent pas mettre en
danger d’autres états
22. Les états ainsi mise en danger doivent être indemniser
23. Chaque pays doivent établir c’est propre norme
24. Il doit exister une coopération sur les questions internationales
25. Les organisations international doivent aider à améliorer l’environnement
26. Il faut éliminer les armes de destruction massives.
II. Déroulement
La conférence des nations unis sur l’environnement s’est tenu à Stockholm du 05 au 16
Juin 1972 réunissant 113 nations dont les Etats-Unis, la Russie, la chine, la France, etc.
La solution adopté concernant la représentation Allemand ayant fait l’objet des
protestations, une partie des états socialistes a refusé de participé à la conférence
( Albanie, Bulgarie, Cuba; Hongrie, Pologne, la Tchécoslovaquie, union soviétique).
L’absence de l’URSS était ressenti comme un phénomène réellement « diminuant »pour
les organisateur et les acteurs d’une manifestation qui devrait être universelle. Certain
pays du bloc oriental avaient activement participées au travaux préparatoire. La
conférence ouverte par M. Kurt Waldheima a, conforment à l’usage, élus a sa première
séance plénière le chef de la délégation du pays haute M. Ingemund Begtsson comme
président. Elle a ensuite procéder à l’adoption du règlement intérieur et à l’élection des
membres du bureau. La conférence a également constitué lors de sa première séance les
trois grande commissions quelle a chargé d’examiné chacune d’eux des 6 questions de
fond inscrite à l’ordre du jours.
• La première commission a reçu le mandat de traiter les questions suivant:
- Aménagement et gestion des établissement humains en vu d’assurer la qualité de
l’environnement;
- l’aspect éducatif, socio et culturelle des problème de l’environnement et des
questions de l’information;
• La deuxième commission a reçu pour mission d’étudier les questions suivantes:
- Gestion des ressources naturelles du point de vue de l’environnement;
- Développement et environnement;
La troisième commission était charger d’examiner les thèmes suivant:
- Détermination des polluant d’importance international et lutte contre ces
polluant;
- L’incidence international sur le plan de l’organisation, des propositions d’action.
À l’issu des discutions, la conférence a adopté un très grand nombres
de textes présenté par les commissions et les groupes de travail de la
déclaration sur l’environnement. Adopté par acclamation 26
principes, 109 recommandations forment « plan d’action », une
longue résolution sur les dispositions institutionnelles et financière
(PLUE), trois autres résolutions consacres à la journée mondiale de
l’environnement, aux essais d’arme nucléaire. Et à la deuxième
conférence sur l’environnement dont elle recommande la
convocation.
CONSEQUENCES
A l’issue de la conférence, un organisme, le Programme
des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), voit le
jour. Stockholm marque le début d’un long processus
qui, vingt ans plus tard, connaîtra son apogée à Rio et
placera l’environnement au cœur du jeu diplomatique.
Depuis la création du PNUE, plus de 109 accords
internationaux concernant la gestion des ressources
naturelles ou la préservation des écosystèmes ont été
signés. Mais force est de constater qu’il reste, pour
nombre de ces conventions, un long chemin à
parcourir: celui qui mène de la prise de conscience à la
responsabilité.
CONCLUSION
Suite a cette conférence du « sommet de
terre » , il y eu une prise de conscience
pour la protection et la préservation de
l’environnement. Cet éveil de conscience
à engendré l’élaboration de conventions
internationales dont la surveillance est
laissé aux différentes organisations en
particulier le PNUE. Des conventions
nationales ont vue également leur début
suite au sommet de terre visant a
protéger l’environnement.
BIBLIOGRAPHIE
• RECHERCHES GOOGLE
• WIKIPEDIA
• SOMMET DE TERRE (PDF)
• La conférence des nations unies sur l’environnement (stockholm, 5-16
juin 1972) (PDF)
• Principes de la déclaration de Stockholm (PDF)