Вы находитесь на странице: 1из 51

Université Ibn Tofail

MASTER SPÉCIALISÉ : GÉNIE DES


Faculté des sciences
Kenitra MATÉRIAUX ET TECHNOLOGIES
DES CIMENTS ET CÉRAMIQUES

LA TECHNOLOGIE
DES CÉRAMIQUES

ENCADRE PAR:
Mr Guedira Taoufiq

PRESENTE PAR:

Meriem enouioui
Plan

La rhéologie des barbotines


La nature colloïdale de la matière argileuse

Le pH des argiles

La théorie de frittage en ceramurgie

Les propriétés mécaniques des céramiques


La rhéologie des barbotines
La rhéologie est l'étude de la déformation et de l'écoulement de la
matière sous l'effet d'une contrainte appliquée.
Les barbotines céramiques industrielles sont constituées des matières
premières tels que les argiles , les feldspaths ,les silices ,calcites ,etc, en
suspension dans l’eau.

Matériaux plastique:
Qui procurent aux pâtes leur plasticité et leur
cohésion en cru : ce sont les argiles kaolinite,
Ces matières premières illite,...).
peuvent être divisées en
deux grandes classes: Matériaux non-plastique:
Qui réduisent la plasticité des argiles et leur retrait au
séchage. Elles comprennent en particulier les matières
dégraissantes (sables , chamottes,..) et les matières
fondantes (feldspath , calcite , talc..).
I –la viscosité des barbotines :

1 - Effet des défloculants sur la viscosité et le pH du milieu :

La viscosité apparente diminue très rapidement


quand le ph passe des faibles valeurs à 7
environ ; elle diminue ensuite plus lentement
jusqu’à un minimum situé vers des PH 9 à 10,5
puis croit très rapidement .
Ces variations sont d’ailleurs sous la
dépendance de la nature des électrolytes qui
assurent le pH du milieu et de la température .
2 - Effet de la température et de la teneur en defloculant sur la viscosité des
barbotines :

La viscosité apparente passe par un


minimum pour des températures de 35
à 40 °C.
L’influence de la température est
d’autant plus importante que les
barbotine sont plus denses ou moins
defloculées , pour ces derniers la
viscosité apparente augmente
rapidement avec le minimum .

Tandis que les barbotines légers ou bien defloculées , la viscosité diminue


lentement vers 40 C , ne remonte ensuite que très peu .
II - La thixotropie :

un fluide ou matériau est dit thixotrope si sous contrainte (ou gradient de vitesse)


constante, sa viscosité apparente diminue au cours du temps.

1 - L’ évolution thixotropique  en fonction de la nature de l’argile :

la quantité de matière kaolinite dans


l’argile impacte l’évolution
thixotropique des barbotines.

le vidage des moules d’une barbotine


moins riche en kaolin pourra donc
devenir difficile ou même impossible si
le temps de coulé est long .
2 - Effet de CO3Na2 et SiO3Na2 sur la thixotropie et le pH :

Ces courbes justifient clairement l’usage empirique du mélange de


silicates , qui rend fluide très rapidement la barbotine , et de carbonate
dont l’action fluidifiante est beaucoup plus lente , mais assure une certaine
rigidité nécessaire pour maintenir les éléments dégraissants en suspension
homogène .
Si l’on fait varier le pH de la barbotine par addition d’un de ces
défloculants , on obtient des courbes en cloches renversées qui ont un aspect
comparable à celui de la variation de la viscosité apparente avec le pH .
3 - Effet de la densité des barbotines sur la rigidité :

Par l’ajout de la même quantité des


défloculant , on voie un brusque
changement de courbure pour une
densité critique .
il convient de tenir un juste milieu
entre une forte densité qui provoque
une forte rigidité et complique le
coulage et une faible densité qui
facilite le coulage mais présente des
inconvénients (trop d’eau à
absorber , fentes , taches de
coulage ..) .
III - La rhéologie des pâtes :

Plus une argile est plastique, plus elle nécessitera d’eau pour
former une pâte de consistance normale, c'est-à-dire ne collant pas
aux doigts , et pourra supporter de corps inerte (dégraissant comme
les argiles cuites ou chamottes ) .

1 - La mesure de la plasticité :

Il existe plusieurs méthodes de mesure de la plasticité comme la


méthode de PFEFFERKORN , et la méthode de BOWMAKER  ,
mais la plus utilisé c’est celle qui utilise un plasticimètre de
torsion .
2 - Courbe effort-déformation :

Pour une pate normale , une partie


droite qui correspond à une zone de
déformation « pseudo-élastique » pour
laquelle il y a proportionnalité entre
l’effort et la déformation.
Le point LE est appelé limite élastique.

un maximum EM qui correspond à la déformation maximum de


la période plastique pendant laquelle il n’y a plus proportionnalité
entre l’efforts et les déformations
un dernier point singulier R correspond à la rupture de
l’échantillon.
3 - Effet de la vitesse de rotation :

Dans les procédés de tournage et calibrage , la vitesse linéaire en un point


donné varie en fonction de sa distance à l’axe , Il importe donc que la pate ne
subisse pas un effort et une déformation qui atteignent la limite de rupture .

1 : vitesse 0,25 tour/minute


2 : vitesse 2 tours/minute
4 - Effet de la teneur en eau :

pour une teneur en eau suffisamment faible , le mélange perd sa


plasticité et devient uniquement pseudo-élastique .
5 - La plasticité maximale :

on obtient des courbes assimilables à deux


tronçons de pentes différentes , dont le
point de cassure se situe pour une même
teneur en eau (25, 2 % ) , et qui est
indépendante de la vitesse de sollicitation .
Cette teneur en eau correspond à la plasticité
maximum du système. Elle marque une
différence de comportement rhéologique.

1 – limite élastique
2 – effort maximal
3 – rupture
La nature colloïdale de la
matière argileuse
I - Origine de la charge électrique des particules argileuses :

1 - la théorie électrochimique:
a - Charges des surfaces latérales (bords) :

Toute interruption du réseau cristallin sur les faces de l’argile fera apparaître des
valences non satisfaites (liaisons rompues) en bordure des feuillets.

Sur les bordures de feuillet,


il existe trois types de sites
(Si-O , Al-OH ,Al-O)
correspondants aux liaisons
rompues.
En milieu basique, l'hydrate SOH, où S représente le site
cationique (Al 3+ , Si 4+ ,..) réagit avec les ions OH - . et les particules
se chargent négativement selon la réaction suivante :

En milieu acide, ce sont les ions hydroxonium H3O+


qui réagissent et les particules se chargent positivement.
selon la réaction suivante :
b - Charges des surfaces basales (faces) :

L’apparition des charges négatives sur les surfaces de base est due
aux substitutions de Si 4+
par Al 3+
, de Al 3+
par Mg 2+
et / ou Fe 2+

intervenant dans les couches tétraédriques et octaédriques des


minéraux.
2 - Des théories basées sur l’adsorption :

 Les ions d’un cristal qui se trouvent en surface occupent une position
particulière.
 Leur charge ne peut être neutralisée que par les autres ions de signe
contraire situés dans une demi-sphère à l’intérieur du cristal
Il en résulte un certain déséquilibre et la possibilité de Valences
résiduelles capables de fixer par adsorption des ions ou des molécules
polaires du liquide inter micellaire.
3 - Par des théories basées sur la structure cristalline :

les minéraux dont la structure réticulaire superficielle ne contenant pas d’atomes


à liaison plus faible doivent leur charge à un phénomène d’adsorption
d’ions, tandis que les minéraux qui présentent des atomes superficiels à liaison
lâche sont susceptibles de se dissocier.

4 - La présence d’aluminium libre en surface :

la présence d’aluminium libre en surface qui se comporte


comme un acide de LEWIS , susceptible d’absorber une
molécule d’eau dont le proton deviendrait interchangeable.
II - Nature colloïdale de la matière argileuse :

Une argile parfaitement purifiée , définie sous le vocable d’argile H-argile-OH,


constituée de micelles tapissées d’ions OH- autour desquelles gravitent les ions
H+ chargés positivement.

Il existe une couche d’eau liée rigidement


à la surface des micelles , au-delà qu’on
retrouve l’eau libre de toute attraction avec
son coefficient de viscosité normal.
III - Stabilité des suspensions argileuses :
1 - Interactions entre particules :

a - Force répulsive osmotique :

Lors de la rencontre de deux particules de même


charge, leurs couches diffuses se recouvrent. Il s’en
suit une force répulsive .
b - Force attractive de Van der Waals :

Lorsque deux atomes se trouvent à une distance inférieure au


nanomètre (dix fois la taille d’un atome en gros), le dipôle
instantané de l’un interagit avec celui de l’autre.
2 - Action des acides :

La micelle se trouve moins chargée et l’atmosphère ionique


l’équilibre riche en ions positifs , sera de diamètre plus faible .
Sous l’influence du mouvement brownien deux ou plusieurs
particules pourrons se rapprocher à faible distance sans que les
forces d’attraction moléculaires soient contre balancées par l’effet
répulsif , il y aura floculation.
3 - Action des bases :

Bases monovalentes M(OH):

L’augmentation des charges négatives des particules a pour


conséquence la formation d’une atmosphère ionique plus riche
en ions positifs. Or les ions H+ ayant considérablement diminué
dans le liquide , ce sont les ions M+ qui vont venir occuper leur
place, on aura donc une défloculation par l’effet répulsif .
4 - Action des sels neutres :

Si l’on ajoute une solution de NaCl , les ions Na+ ont tendance à devenir plus
nombreux dans l’atmosphère ionique , tandis que les Cl- , restent donc dans
le liquide inter particulaire où sont rejetés les ions H+ qui ont été remplacés
par les Na+ dans l’atmosphère ionique , d’où il résulte une acidification de la
suspension et une légère floculation .

1-Courbe de neutralisation d’une


suspension aqueuse
2-Courbe de neutralisation d’une
suspension contenant NaCl

 cette courbe permet la déterminations du point de neutralité


Le pH des argiles
I - Influence du PH du milieu sur les argiles purifiées :

Une argile électrodialyse n’ayant que des ions adsorbés H + et OH-


peut être écrite symboliquement sous la forme H-argile-OH, le PH
pris sur une suspension d’une telle argile est dit <<PH final>>,

En milieu acide : (1) H-argile-OH (H-argile) ++OH-

En milieu basique : (2) H-argile-OH H+ + (argile-OH)-


II - Neutralisation des argiles électrodialyse ( action des bases ) :

On peut ainsi considéré que la neutralisation


de l’acide argilique conduit à la formation
d’une argilate donnant lieu à l’equilibre
(Na−argile−OH) (argile−OH)-+ Na+
Par addition plus massive de NaOH la
dissociation de l’argile−Na rétrograde devant
l’excès de Na+ apporté par la soude

1 - Courbe de variation de PH
2 - Courbe de variation de la viscosité
apparente 
III - Action des acides :

L’acide argilique présentant un caractère amphotère se comporter à la fois comme


un acide et une base, les argiles échange probablement aussi l’anion suivant
l’équation :

H-argile-OH + HCl H-argile-Cl + H2O

Donc , HCl possède un caractère


floculant car la viscosité augmente par
l’ajout .
IV - Action des Sels neutres :

Dans le cas d'un pH élevé (ajout de HCl en quantité insuffisante) , La partie de


l’acide argilique non encore neutralisée par la soude donnant lieu à la réaction :
H- argile-OH + NaCl Na-argile-OH + HCl

Tandis que, dans le cas d’une suspension acide ( ajout de quantité insuffisante
de NaOH ) , aurait lieu la réaction amenant une augmentation du pH.

H- argile -OH + NaCl H-argile-CL +NaOH


V - le pH des argiles naturelles :

le pH des argiles naturelles est très variable .


Ball Clay 1565 I.C.F …………………………..4,1
Argile de Villenux c……………………………4,7
˶ ˶ des Charenfes…………………………….5,6
Kaolin d’Arvor …………………………………5,8
˶ ˶ anglais ……………………………………5,8
Argile des Eyzies ……………………………..6,0
Kaolin de Fleury ……………………………….7,9
Marne bleue de Corneilles…………………….7,9
Kaolin de Barbières …………………………...8,5
VI - Courbes de neutralisation des argiles naturelles :

le pH des argiles naturelles varie avec les quantités d'eau du délayage, avec le
temps de macération et avec l'agitation .
La courbe de neutralisation d’une argile brute est naturellement différente celle
de la même argile électrodialysée, puisque cette dernière est une argile-H, tandis
que l’argile naturelle non traitée est un argilite plus ou moins neutre et impur.

1 - Argile brute :
2 - Même argile
électrodialysée
La théorie de frittage en
céramurgie
I - Description générale du phénomène :

on constate un ensemble de transformations que l'on peut habituellement


schématiser par trois stades :

Ce stade a lieu lorsque les


Formation de pont particules commencent à s’unir
par la formation de ponts

les particules commencent à perdre


leur identité
Densification et croissance des grains une porosité continue ouverte
un retrait marqué de l'échantillon 80
à 90% de la densité théorique

Les pores ont tendance à prendre des


formes sphériques
Formation de porosité fermée
La vitesse de densification subit un
ralentissement
II - Force motrice du processus :

1 - Energie superficielle

l’énergie de surface totale E s’écrit :

La diminution d’énergie induite par la diminution des surfaces


solide/vapeur étant plus importante que l’augmentation de l’énergie
solide/solide, l’énergie de surface totale, E
2 - Effet des surfaces courbes :

La tension de vapeur avec le solide varie en fonction de la courbure


moyenne de la surface  :

Avec :

une surface courbe présente une concentration différente de vacances par


rapport à une surface plane , avec aussi :

Où σ s représente l’énergie superficielle, Vm le volume moléculaire, R la

constante des gaz, r le rayon de courbure.


III - Mécanisme de frittage :
1 - Frittage en phase solide :
- Modèle des sphères tangentes :
Evaporation-condensation :

A proximité de la surface des sphère


(très éloignée du "pont" ) il y a un
Matière Lacunes
excès de tension de vapeur  , mais ,
Près de la surface de raccord, ou
"pont", il y a un défaut de tension de
vapeur  .
Diffusion superficielle.

A proximité de la surface du pont, il y a un excès de


lacunes. Au contraire, à proximité de la surface des
sphères, loin du pont il existe un défaut de lacunes.
2 - Frittage à l’état solide dans des systèmes à plusieurs composants :
a - Cas des additifs insolubles

Inconvénients : réduire les zones de diffusion et à" rendre passifs"


les contactes entre des matériaux différents.
Par contre cet ajout
Avantage : inhibition du grossissement discontinu ou exagéré des
grains.

b - Cas des additifs solubles :

il devrait se produire une variation de la concentration des défauts,


3 - Frittage en présence d’une phase liquide :
Mécanisme de densification d’une phase vitreuse

La tension de vapeur P2 dans le pont est inférieure , tandis que la tension de

vapeur P1 près de la surface des sphères (courbes) est supérieur.


Cette différence de pression provoque une condensation de liquide dans le pont
et un rapprochement des sphères par fluage visqueux sous l’action de la tension
superficielle
la phase liquide n’a qu’une fonction de liant :

Si le liquide garde l’état vitreux après le refroidissement, la


consolidation est assurée par l’adhérence des deux phases : le
liquide a joué le rôle de liant en fonctionnant comme une colle.

La phase liquide réagit avec la phase solide.

Au cas ou les deux phases, solide et liquide réagissent entre elles,


les phénomènes déjà examines se compliquent de néo-
cristallisations ou de grossissement des grains par dissolution et
reprécipitation avec ou sans apparition de nouvelles phases solides.
IV - Frittage de système réels contrôle par des mesures de retrait :

Le moyen le plus avantageux pour obtenir des informations


sur le phénomène de frittage est de mesurer le retrait que les
échantillons subissent à une température donnée en fonction
du temps. on peut, suivre deux techniques : la technique
photographique et la technique diatomique.
V - Facteurs influençant le frittage :

 effet de la structure, type de liaison et variation structurale 

 effet de l’activation des poudres :

 Défauts réticulaires, dislocations, tension internes  ( la duré de broyage )

 Influence des radiations  ( neutrons ) :

 Influence de la stœchiométrie :

 influence de constituants étrangers  ( atmosphère , couche superficielle


d’oxyde )

 influence du pressage ( densité ) :


Les propriétés mécaniques
des céramiques
Propriétés mécaniques
Une propriété mécanique est une caractéristique propre à un
matériau . Elle peut déterminer la manière dont ce dernier agira
ou réagira sous l’effet d’une ou plusieurs contraintes mécaniques.
Les propriétés mécaniques des matériaux peuvent être:

Propriétés élastiques dans la région


ou la suppression des tensions
entraînent autres attiquement une
disparition des déformations.

Propriétés plastiques dans la région


ou après suppression des tensions
persiste une certaine déformation.

Enfin fracture dans la région où les


tensions appliquées deviennent trop
grandes pour être supporté.
une augmentation de la fraction volumique de pores implique une
diminution des propriétés mécaniques.
Les contraintes mécaniques :
 Traction : Flexion :

 Compression :

 Torsion :

 Cisaillement :
Propriétés élastiques :

L'élasticité est la tendance d'un matériau solide à retrouver sa forme


d'origine après avoir été déformé. La déformation élastique est une
déformation réversible.
Un matériau solide se déforme lorsque des forces lui sont appliquées. Un
matériau élastique retrouve sa forme et sa taille initiales quand ces forces
ne s'exercent plus.
Propriétés plastiques :

La ténacité :

Caractérise la résistance à la propagation d'un défaut


"macroscopique"   (fissure,porosité,etc.)présent dans un matériau
Cette propriété est bien sûr en lien avec la nature fragile ou au
contraire ductile du matériau.

La résilience :

La résilience est un essai, qui en


mesurant la résistance au choc d'une
éprouvette normalisée, permet de
quantifier la fragilité d'un matériau.
Propriétés plastiques :

La dureté :

La dureté caractérise la résistance qu'offre un matériau à la pénétration


d'un corps.
Plus un matériau est dur et plus l'empreinte laissée parce corps est
petite.
conclusion

La barbotine céramique est une suspension


colloïdale qui restes table grâce aux forces de
répulsions établies entre les particules argileuses en
suspension;

Le phénomène de frittage des céramiques permet


donc de transformer une poudre minérale en pièce
céramique dense;

Les propriétés mécaniques des matériaux céramique sont


directement liée aux matières premières (leur composition
chimique , leur pureté , leur composition minéralogique,...)
et le processus de leur frittage.

Оценить