Вы находитесь на странице: 1из 15

Chapitre III

Chapitre III
Présentation des protocoles
de routage dynamiques
I Présentation et avantages
• Les protocoles de routage dynamiques permettent aux routeurs de
partager de manière dynamique des informations sur les réseaux distants
et d’ajouter automatiquement ces informations à leur table de routage.
• Ces protocoles déterminent le meilleur chemin et ces informations sont
régulièrement mises à jour.
• Par rapport au routage statique, le routage dynamique implique moins de
surcharge administrative mais consomme une partie des ressources
réseau (temps processeur et bande passante).

Fonctions des protocoles de routage dynamiques

• Découverte des réseaux distants.


• Mise à jour des table de routage.
• Choix du meilleur chemin.
• Trouver un nouveau chemin si l’actuel n’est plus disponible.

2
Composants d’un protocole de routage
• Structure de données (table ou base de données dans la RAM).
• Algorithme de routage.
• Messages de protocole de routage.

Fonctionnement d’un protocole de routage


 Le routeur envoi et reçoit des messages de routage.
 Le routeur partage les messages et les informations avec d’autres routeurs qui utilisent le
même protocole de routage
 Les routeurs échangent des informations pour découvrir les réseaux.
 Lorsqu’un routeur détecte une modification topologique, il l’annonce aux autres routeurs.
Avantages du routage statique
 Traitement processeur minimal.
 Plus facile à comprendre.
 Facile à configurer.
Inconvénients du routage statique
 La configuration et la maintenance prennent du temps.
 Risque d’erreur.
 Intervention requise en cas de changement de la topologie.
 Evolue mal en cas d’expansion du réseau, maintenance fastidieuse.
 Exige une connaissance complète du réseau. 3
Avantages du routage dynamique
• Moins de charge administrative en cas de changement topologique.
• Réaction automatique aux changements.
• Configuration moins sujette aux erreurs.
• Plus d’évolutivité
Inconvénients du routage dynamique
• Utilisation des ressources (processeur, bande passante).
• Connaissances approfondies pour la configuration et le dépannage.

Pour connaitre le protocole de routage utilisé, on utilise la commande


R1 # show ip protocols

4
II Classification des protocoles de routage dynamique
Protocoles externes
BGP
(EGP)
Sans
classe
Protocoles de Protocoles de
routage dynamiques routage
dynamiques
Avec
classe
Protocoles internes
(IGP)

Protocoles à Protocoles à état de


vecteur de distance lien

RIP V1 IGRP OSPF IS-IS

RIP V2 EIGRP EGP : Exterior Gateway Protocol


IGP : Interior Gateway Protocol
RIP ng 5
Protocoles IGP et EGP
Système autonome (SA) ou domaine de routage :
C’est un ensemble de routeurs dont l’administration est commune
Exemple : Le réseau interne d’une entreprise.

Les protocoles IGP : Sont utilisés pour le routage interne d’un système autonome.
Les protocoles EGP : Sont utilisés pour le routage entre systèmes autonomes.

Les protocoles de routage utilisent une mesure (métrique) pour déterminer le


meilleur chemin.
Exemples : Le RIP utilise le nombre de sauts (routeurs) comme mesure
L’OSPF utilise la bande passante comme mesure

BGP est le seul protocole EGP actuellement viable utilisé par Internet. Il est
généralement utilisé par les FAI pour communiquer entre eux.

6
Protocoles de routage à vecteur de distance
 Les routes sont exprimées en tant que vecteur de distance et de direction
Distance = mesure
Direction = routeur tronçon suivant ou interface de sortie
 Utilisent généralement l’algorithme Bellman-Ford (ou Ford-Fuckerson) sauf l’EIGRP qui est un
cas spécial.
 Les routeurs envoient régulièrement leur table de routage entière à leurs voisins connectés
(sauf l’EIGRP qui est un cas spécial).
 Le routeur ne connait pas la topologie exacte du réseau. Il ne dispose que des informations
qu’il a reçu de ces voisins.
 Les routeurs sont utilisés comme des poteaux indicateurs le long du chemin jusqu’à la
destination finale.
 Les seules informations dont dispose le routeur est la distance (mesure) et le chemin
(interface de sortie).
 Les protocoles à vecteur de distance sont particulièrement adaptés aux situations suivantes :
- Réseau simple et linéaire.
- Administrateurs insuffisamment expérimentés pour configurer des protocole d’état des liens
- Réseaux spécifiques (comme les réseaux Hub-and-Spoke).
- Des délais de convergence longs ne posent pas de problèmes.

7
Protocoles de routage d’état des liaisons
 Le routeur possède une vue (topologie) complète du réseau en récupérant des informations
provenant de tous les autres routeurs qui utilisent une carte identique du réseau.
 Les routeurs n’envoient des mises à jour de routage qu’en cas de modification de la topologie.
 Ces protocoles sont particulièrement adaptés aux situations suivantes :
- Réseaux hiérarchiques (grands réseaux)
- Administrateurs expérimentés dans ce type de routage.
- Réseaux pour lesquels une convergence rapide est primordiale.

Protocoles de routage par classe


 N’envoient pas d’informations sur les masques de sous-réseau dans les mise à jour de routage.
 Utilisés dans les réseaux dans la mesure ou ils n’incluent pas le masque dans les mise à jour
(i.e. ne prennent pas en charge le VLSM)
 Ne prennent pas en charge les réseaux discontinues.
 Ces protocoles incluent RIP V1 et IGRP.

Protocoles de routage sans classe


 Incluent le masque de sous-réseau dans les mise à jour de routage.
 Prennent en charge les réseaux discontinues.
 Ces protocoles incluent RIP V2, EIGRP, OSPF, IS-IS et BGP
8
9
172.16.1.0 /24

172.16.2.0 /24 172.16.6.0 /24

172.16.3.0 /24 172.16.5.0 /24


172.16.4.0 /24
Par classe (même masque, réseau continu)

192.16.1.64 /27

192.168.1.0/30 192.168.1.4 /30

172.16.1.32 /27 172.16.1.96 /27


192.168.1.8 /30
Sans classe (masques différents, réseau discontinu) 10
Convergence
 La convergence d’un réseau est atteinte lorsque toutes les tables de
routage de tous les
routeurs du réseau ont atteint un état de cohérence.
 Tous les routeurs disposent d’informations complètes et précises.
 Temps de convergence = temps nécessaire aux routeurs pour
partager des informations,
calculer les meilleurs chemins et mettre à jour leur table de
routage.
 Un réseau n’est pas complètement opérationnel tant qu’il n’a pas
convergé.
 La convergence dépend de la vitesse de propagation des
informations de routage et du
calcul des chemins optimaux.
 Une convergence rapide améliore un protocole de routage.
 Généralement RIP et IGRP mettent du temps à converger, alors que
EIGRP et OSPF sont plus 11
rapides.
III Mesures
 La mesure est utilisée pour déterminer qu’elle chemin est préférable en présence de
plusieurs chemins vers le même réseau distant.
Une mesure est utilisée par les protocoles de routage pour affecter des coûts d’accès aux
réseaux distants
Chaque protocole de routage utilise sa propre mesure . Par exemple :
- RIP utilise le nombre de sauts (routeurs)
- EIGRP utilise une combinaison de bande passante et de délais.
- OSPF utilise la bande passante
02 protocoles peuvent choisir des chemins différents vers une même destination
Les mesures suivantes sont utilisées :
- Nombre de sauts
- Bande passante
- Charge (utilisation de la liaison en terme de trafic)
- Délais (nécessaire à la propagation d’un paquet)
- Fiabilité (calculée par le nombre d’échec et d’erreurs)
- Coût (valeur déterminée par l’IOS ou l’administrateur pour indiquer une route préférée)

Equilibrage de charge
Si 02 routes ou plus vers la même destination ont des mesures identiques, alors le routeur
équilibre la charge entre ces chemins à coûts égales. 12
IV Distance administrative
 Un routeur peut découvrir une route vers un même réseau à partir de plusieurs sources
(route statique et route dynamique), le routeur doit alors choisir la route à installer dans la
table de routage.
Domaine de
routage RIP
R1 R2
LAN_2

Domaine de
routage EIGRP

 Comme chaque protocole utilise sa propre mesure, il n’est pas possible de comparer les
mesures pour déterminer le meilleur chemin.
 Dans ce cas, pour déterminer ma route à installer, le routeur utilise la distance administrative.
 La distance administrative définit la préférence d’une source de routage.
 Les sources de routage sont classées par ordre de priorité du plus préférable au moins
préférable.
 La distance administrative est une valeur comprise entre 0 et 255. Plus la valeur est faible plus
la source est privilégiée.
 Distance administrative = 0 la route est directement connectée.
Distance administrative = 255 la source n’est pas fiable, elle ne sera pas installée dans la table
13
• La distance administrative peut être modifiée.
• La distance administrative peut être vérifiée par la commande :
R1 # show ip protocols
• Les distances administratives par défaut sont :
Source Distance administrative

Directement connectée 0 (ne peut être modifiée)


Route statique 1
Récapitulatif EIGRP 5
BGP externe 20
EIGRP interne 90
IGRP 100
OSPF 110
IS-IS 115
RIP 120
EIGRP externe 170
BGP interne 200
14
 Si un administrateur configure une route statique vers un réseau distant et que ce dernier est
découvert via un protocole dynamique mais avec un chemin différent, alors cette route statique
aura une distance administrative égale à celle du protocole dynamique.
 En cas d’échec de la liaison par le protocole dynamique, son entrée est supprimée de la table
de routage et la route statique deviendra la seule source , elle est appelée une route flottante
 La mesure et la distance administrative sont affichées dans la table de routage entre crochets.
La 1ere valeur = distance administrative
La 2eme valeur = mesure

15