Вы находитесь на странице: 1из 133

МИНИCTEPCTBO ОБРАЗОВАНИЯ И НАУКИ РОССИЙСКОЙ ФЕДЕРАЦИИ

Федеральное государственное автономное образовательное учреждение


высшего профессионального образования
«СЕВЕРО-КАВКАЗСКИЙ ФЕДЕРАЛЬНЫЙ УНИВЕРСИТЕТ»

УТВЕРЖДАЮ
Проректор по учебной работе

___________________________
«___»_________________2015 г.

ЛЕКСИКОЛОГИЯ ФРАНЦУЗСКОГО ЯЗЫКА


УЧЕБНОЕ ПОСОБИЕ (курс лекций)
Направление подготовки
45.03.02 «Лингвистика»
Профиль подготовки
«Теория и методика преподавания иностранных языков и культур»
Квалификация
Бакалавр
Изучается во 2 семестре

СОГЛАСОВАНО РАЗРАБОТАНО:
Директор Гуманитарного института Зав. кафедрой романо-германского
профессор Ерохин А.М. _________ языкознания и МК профессор
"__ " ________________2015 г. .ЛомтеваТ.Н. _________________
"_19_" __декабря___2014г.
Рассмотрено УМК Гуманитарного
института " _12_"__января__ 2015 г. Должность разработчика – доц.
протокол №_______ Головко Е.А., доц. Городецкая И.Е..
Председатель УМК доц. Вартанова Л.Р. _____________ ______________
_______________________________ "_19_ " __декабря___2014 г

Ставрополь, 2015
1
МИНИCTEPCTBO ОБРАЗОВАНИЯ И НАУКИ РОССИЙСКОЙ ФЕДЕРАЦИИ
Федеральное государственное автономное
образовательное учреждение высшего профессионального образования
«СЕВЕРО-КАВКАЗСКИЙ ФЕДЕРАЛЬНЫЙ УНИВЕРСИТЕТ»

Е.А. Головко, И.Е. Городецкая

ЛЕКСИКОЛОГИЯ ФРАНЦУЗСКОГО ЯЗЫКА


УЧЕБНОЕ ПОСОБИЕ (КУРС ЛЕКЦИЙ)

Направление подготовки: 45.03.02 «Лингвистика»


Профиль подготовки: «Теория и методика преподавания иностранных языков и культур»
Квалификация: Бакалавр

Ставрополь, 2015
2
МИНИCTEPCTBO ОБРАЗОВАНИЯ И НАУКИ РОССИЙСКОЙ ФЕДЕРАЦИИ
Федеральное государственное автономное
образовательное учреждение высшего профессионального образования
«СЕВЕРО-КАВКАЗСКИЙ ФЕДЕРАЛЬНЫЙ УНИВЕРСИТЕТ»

Е.А. Головко, И.Е. Городецкая

ЛЕКСИКОЛОГИЯ ФРАНЦУЗСКОГО ЯЗЫКА


УЧЕБНОЕ ПОСОБИЕ (КУРС ЛЕКЦИЙ)

Ставрополь, 2015

3
Печатается по решению
Учебно-методического совета
Северо-Кавказского федерального
университета
УДК 811.133.1
ББК 81.2ФР
Б43
Лексикология французского языка: учебное пособие/ авт.-сост.: Головко, Е.А.,
Городецкая, И.Е.- Ставрополь: Изд-во СКФУ, 2015. – 132с.
Учебное пособие по дисциплине «Лексикология (французский язык)»
предназначено для студентов, изучающих французский язык как первый иностранный;
может быть использовано при самостоятельном изучении языка.
В пособии расскрывается словарный состав современного французского языка, и
его базовые положения отражают уровень знаний отечественной и зарубежной
романистики в этой области. Учебное пособие включает краткое изложение
теоретического материала, вопросы и задания для семинарских занятий, упражнения для
самопроверки, глоссарий, схемы для упрощения восприятия материала, список
рекомендуемой дополнительной литературы. Весь материал распределяется по разделам
теоретических дисциплин в рамках соответствующих тем, по каждой из которых может
быть проведено практическое занятие.
УДК 811.133.1
ББК 81.2ФР

Рецензенты:
канд. филол.наук, доцент, зав.каф. иностранных языков и межкультурной коммуникации (ФГБОУ
ВПО «Ставропольский государственный аграрный университет») Е.Н. Калугина
канд. филол.наук, доцент кафедры иностранных языков для технических специальностей (ФГАОУ
ВПО «Северо-Кавказский федеральный университет») И.И. Лизенко

© ФГАОУ ВПО «Северо-Кавказский


федеральный университет», 2015

4
ОГЛАВЛЕНИЕ

ВВЕДЕНИЕ 8
THEME 1. INTRODUCTION À L’ÉTUDE THÉORIQUE DU LEXIQUE FRANÇAIS.
NOTIONS DE BASE. LE MOT
Objectifs d’étude 9
Objet d’étude de la lexicologie. La lexicologie synchronique et diachronique. Le
système lexical. 11
Le vocabulaire en tant que système. Le lien de la lexicologie avec les autres branches
de la linguistique. 12
Mot comme unité sémantico-structurelle fondamentale de la langue. Le mot et la
notion. 13
Les fonctions des mots. La signification en tant que structure. 13
Le sens étymologique des vocables. Les vocables motivés et immotivés. 15
Caractéristiques essentielles du mot français. 15
Questions 16
Exercices de classе 16
THEME 2. SOURCES D’ENRICHISSEMENT DU VOCABULAIRE FRANÇAIS.
ÉVOLUTION SÉMANTIQUE DES UNITÉS LEXICALES
Objectifs d’étude 17
Moyens d’enrichissement du vocabulaire français.
18
Polysémie et monosémie des mots.
20
Types de sens du mot.
21
Mécanismes de l’évolution sémantique des vocables (procès sémantiques
fondamentaux).
22
Mécanismes de l’évolution sémantique des vocables (accompagnés de modifications
affectives).
Causes de l'évolution sémantique des vocables. 24
Questions 25
Exercices de classе 26
THEME 3. FORMATION DE MOTS NOUVEAUX 26
Objectifs d’étude
Formation de mots comme moyen de l’enrichissement du vocabulaire français. La 26
définition et la place de la formation de mots dans le système de la langue.
Suffixation ou dérivation par suffixes des substantifs.
Suffixation ou dérivation par suffixes des adjectifs. 28
Suffixation ou dérivation par suffixes des verbes et des adverbes. 29
Préfixation (généralités). Dérivation par préfixes des verbes. 30
Préfixation ou dérivation par préfixes des substantifs. 31
Préfixation ou dérivation par préfixes des adjectifs. Dérivation parasynthétique et 31
régressive. 32
Conversion ou dérivation impropre.
Composition des mots. 32
Abréviation. Redoublement et déformation des mots. Onomatopée. 33
Questions 34
Exercices de classе 35
THEME 4. EMPRUNTS 36
Objectifs d’étude 37
Emprunt en tant que source externe de l’enrichissement du vocabulaire.
Types d’emprunts. 37
Emprunts aux langues classiques. 39
Emprunts aux langues orientales. 40
Emprunts aux langues romanes. 42
Emprunts aux langues germaniques. 42
Emprunts au russe et aux langues des minorités nationales. 43
5
Adaptation des vocables empruntés au vocabulaire du français. 43
Les internationalismes. 44
Doublets étymologiques et phonétiques. 44
Questions 45
Exercices de classе 46
THEME 5. PHRASÉOLOGIE FRANÇAISE 46
Objectifs d’étude 46
Définition de la phraséologie. Caractéristiques essentielles des locutions. Problèmes
de classification. 47
Le rôle de l’image.
Procédés de formation des locutions. 48
Signification phraséologique. 51
Rapports paradigmatiques. 52
Sur les origines des locutions. 52
Questions 53
Exercices de classе 53
THEME 6. STRATIFICATION FONCTIONNELLE DU VOCABULAIRE EN 54
FRANÇAIS MODERNE 54
Objectifs d’étude
Groupements lexicaux. Généralités.
Fonds usuel du lexique et ses couches lexicales : caractères du fonds lexical usuel ; 54
enrichissement graduel du fonds usuel ; conditions principales contribuant à l'élargissement 56
du fonds usuel du vocabulaire.
Variantes territoriales du français.
Questions 56
THEME 7. STRATIFICATIONS SOCIALE ET TEMPORELLE DU VOCABULAIRE 58
EN FRANÇAIS MODERNE 59
Objectifs d’étude
Différenciation sociale du lexique du français moderne (généralités). Les niveaux
(registres) de langue.
60
L’argot (langue verte).
Les argots de métier ou les jargons.
62
Les tabous et les euphémismes.
62
La terminologie scientifique et technique.
64
Différenciation du lexique français dans le temps : mots vieillis et néologismes.
64
De la politique linguistique.
64
Questions
Exercices de classе
THEME 8. STRUCTURATION SEMANTIQUE ET FORMELLE DU VOCABULAIRE 65
DU FRANCAIS MODERNE. SYNONYMES 68
69
Objectifs d’étude
69
Notes préliminaires.
Synonymie et synonymes.
Critères de la synonymie. Définition des synonymes.
Typologie des synonymes. 70
Synonymes partiels. 71
Synonymie des locutions phraséologiques. 72
Origines de la synonymie. 73
Questions 74
Exercices de classе 75
THEME 9. STRUCTURATION SEMANTIQUE ET FORMELLE DU VOCABULAIRE 75
DU FRANCAIS MODERNE (fin). ANTONYMES. PARONYMES. HOMONYMES 76
Objectifs d’étude 76
Antonymie et antonymes. 77
Types d’antonymes.
Antonymes partiels.
6
Homonymie et homonymes. 77
Paronymie et paronymes. 78
Holonyme et méronyme. 79
Les champs sémantiques. 79
Questions 80
Exercices de classе 80
THEME 10. LA LEXICOGRAPHIE FRANÇAISE 81
Objectifs d’étude 82
Raison d’être des dictionnaires. 84
Problèmes de la lexicographie théorique. 84
Types de dictionnaires.
Questions 85
QUESTION ET EXERCICES POUR CONTROLEZ VOUS-MEME 86
ПРИЛОЖЕНИЯ 87
GLOSSAIRE 88
SCHÉMAS 92
LITERATURE 94

108
113
129

ВВЕДЕНИЕ

Настоящее учебное пособие адресовано студентам 2 курса направления


45.03.02 «Лингвистика» (бакалавриат), изучающим французский язык как
первый иностранный. Пособие написано в соответствии с действующей
программой, с учетом существующих требований по контрольным точкам,
предъявляемых студентам.

7
Дисциплина «Лексикология» включена в базовую часть
профессионального цикла ОП бакалавриата. Изучению данного
теоретического курса предшествуют занятия по ряду практических курсов,
поэтому естественной опорой курса является та сумма знаний, которая была
накоплена студентами за предыдущие годы обучения. Изучение курса
необходимо для дальнейшей работы по теоретическим и практических
дисциплин.
Данное учебное пособие имеет целью формирование у студентов
базовых знаний в области лексикологии французского языка, не только
сообщить студентам определённый объём информации и привить им навык
анализа конкретного языкового материала, но и развить у них творческое
лингвистическое мышление и критический подход к изучаемому материалу,
сформировать умение пользоваться соответствующим понятийным
аппаратом, аналитически осмысливать и обобщать теоретические положения
и применять их на практике. Задача курса заключается в том, чтобы на
основе всестороннего и углубленного изучения конкретных языковых фактов
дать общую характеристику словарного состава французского языка,
выявить его специфические особенности, структурно-семантические модели
входящих в него слов и словосочетаний, продуктивные и непродуктивные
способы словообразования в современном французском языке, показать
системный характер лексики.
Воспитательной целью является формирование у студентов
уважительного отношения к стране изучаемого языка, его народу и культуре
посредством комплекса информации и иллюстративного материала,
свидетельствующих об обычаях, традициях и нравах французского народа. В
данном пособии показаны особенности и специфика лексического состава
французского языка, дано представление о проблемах, связанных с его
изучением, о его роли и значимости в современном мире.
Таким образом, учебное пособие ориентировано на развитие общей,
лингвистической, прагматической и межкультурной компетенций,
способствующих освоению теоретических знаний, формированию
профессиональных навыков студентов.

8
THEORIE

INTRODUCTION À L’ÉTUDE THÉORIQUE


DU LEXIQUE FRANÇAIS. NOTIONS DE BASE. LE MOT

Plan
1. Objet d’étude de la lexicologie. La lexicologie synchronique et diachronique. Le
système lexical.
2. Le vocabulaire en tant que système. Le lien de la lexicologie avec les autres
branches de la linguistique.
3. Mot comme unité sémantico-structurelle fondamentale de la langue. Le mot et la
notion.
4. Les fonctions des mots. La signification en tant que structure.
5. Le sens étymologique des vocables. Les vocables motivés et immotivés.
6. Caractéristiques essentielles du mot français.

Objectifs d’étude:
1. L’apprenant doit savoir:
- Objet de la lexicologie
- Liens de la lexicologie aux autres branches de la linguistique
- Unités lexicales principales
- Place du mot dans le système langagier
- Différence entre le sens lexical et grammatical
- Structure sémantique d’un mot
- Particularités des rapports paradigmatiques et syntagmatiques
- Principes des méthodes distributionnelle, transformationnelle, quantitative,
statistique

2. L’apprenant doit savoir faire:


- L’analyse morphologique d’un mot
- L’analyse des significations lexicales
- La mise à jour des rapports paradigmatiques et syntagmatiques
- La mise à jour des des objets et des sujets de recherches à réaliser

3. L’apprenant sera capable de répondre:


- Peut – on trouver une définition du mot qui est généralement admise?
- Comment se construit un mot?
9
- La lexicologie, qu’étudie-t-elle?
- Comment se définissent les rapports paradigmatiques et syntagmatiques?
- Que représente la langue comme un phénomène social?

Обладать следующими компетенциями:


общекультурные:
– руководствуется принципами культурного релятивизма и этическими
нормами, предполагающими уважение своеобразия иноязычной
культуры и ценностных ориентаций иноязычного социума;
– владеет культурой мышления, способностью к анализу, обобщению
информации, постановке целей и выбору путей их достижения, владеет
культурой устной и письменной речи;
профессиональные:
– владеет системой лингвистических знаний, включающей в себя знание
основных лексических и грамматических, словообразовательных
явлений и закономерностей функционирования изучаемого
иностранного языка, его функциональных разновидностей;
– обладает готовностью преодолевать влияние стереотипов и
осуществлять межкультурный диалог в общей и профессиональной
сферах общения;
– обладает необходимыми интеракциональными и контекстными
знаниями, позволяющими преодолевать влияние стереотипов и
адаптироваться к изменяющимся условиям при контакте с
представителями различных культур;
мультимедиа:
– умеет работать с основными информационно-поисковыми и
экспертными системами, системами представления знаний,
синтаксического и морфологического анализа, автоматического
синтеза и распознавания речи, обработки лексикографической
информации и автоматизированного перевода, автоматизированными
системами идентификации и верификации личности;
– обладает способностью работать с информацией в глобальных
компьютерных сетях;
– умеет работать с электронными словарями и другими электронными
ресурсами для решения лингвистических задач;
в области научно-методической деятельности:
– владеет средствами и методами профессиональной деятельности
учителя или преподавателя иностранного языка, а также сущностью и
закономерностями процессов преподавания и изучения иностранных
языков;
– умеет использовать достижения отечественного и зарубежного
методического наследия, современных методических направлений и
концепций обучения иностранным языкам для решения конкретных
методических задач практического характера;

10
в области научно-исследовательской деятельности:
– умеет использовать понятийный аппарат теоретической и прикладной
лингвистики, лингводидактики и теории межкультурной
коммуникации для решения профессиональных задач;
– умеет структурировать и интегрировать знания из различных областей
профессиональной деятельности и обладает способностью их
творческого использования и развития в ходе решения
профессиональных задач;

1.Objet d’étude de la lexicologie. La lexicologie synchronique et diachronique.


Le système lexical.
La lexicologie qui provient des mots grecs lexikos (se rapportant au mot) et
logos (discours, étude, doctrine) est une partie de la linguistique qui étudie le
lexique. La lexicologie a donc pour objet d’étude les mots d’une langue pris dans
leur ensemble, les rapports existant entre eux et leur fonctionnement dans le
système linguistique.
La lexicologie peut être historique et descriptive, elle peut être orientée vers
une ou plusieurs langues. La lexicologie historique envisage le développement du
vocabulaire d’une langue dès origines jusqu’à nos jours, autant dire qu’elle en fait
une étude diachronique.
La lexicologie descriptive s’intéresse au vocabulaire d’une langue dans le
cadre d’une période déterminée, elle en fait un tableau synchronique.
Il n’y a guère de barrière infranchissable entre la lexicologie descriptive et la
lexicologie historique, vu qu’une langue vivante envisagée à une époque
déterminée ne cesse de se développer.
La langue est considérée comme un système où tout se tient et qui comprend
les niveaux de structure (système ou sous-système) dont chacun est composé
d’unités plus petites constituant un niveau inférieur. C’est ainsi que les morphèmes
sont composés de phonèmes, à leur tour, ces premiers se combinant entrte eux
forment des unités du niveau lexical (les lexèmes ou les mots) et ceux – ci font
partie du niveau syntaxique (phrastique). P. ex., le morphème chant- se composant
des phonèmes [∫], [ã], [t] se combine avec le morphème –eur pour former le
lexème chanteur qui peut entrer dans les phrases comme : ce chanteur est
célèbre ; ce chanteur me plaît, etc.
Le système lexical a un caractère dynamique, ouvert, hétérogène et continu.
Il est ouvert parce qu’il est sujet aux changements (apparition et disparition des
mots et de leurs significations) ; il est dynamique parce que ces changements sont
rapides (plus rapides que ceux des autres niveaux de la langue) ; il est hétérogène
parce qu’il comprend des éléments stables, qui se maintiennent pendant des siècles
(fonds essentiel : terre, mère, vivre, etc.) et des éléments éphémères qui
disparaissent plus au moins rapidement ; les mots tels que fauchaison,
accrochement, détestation, etc. ne font plus partie d’un dictionnaire d’usage (Le

11
Petit Larousse). Enfin, le lexique a un caractère continu, parce que bien souvent ses
unités ne sont pas établies avec précision et les limites entre elles ne sont pas
nettes.

2.Le vocabulaire en tant que système. Le lien de la lexicologie avec les autres
branches de la linguistique.
Le vocabulaire n’est pas une agglomération d’éléments disparates, c’est un
ensemble d’unités lexicales formant système où tout se tient. C’est que les
vocables de toute langue, tout en présentant des unités indépendantes, ne sont pas
pour autant isolés les uns des autres.
Le système du lexique, comme tout autre système, suppose l’existence
d’oppositions. Ces oppositions s’appuient sur des rapports associatifs ou virtuels
existant au niveau de la langue-système. Elles appartiennent au plan
paradigmatique. Chaque unité lexicale entretient, en effet, divers rapports
associatifs avec les autres unités. L’ensemble des unités entretenant entre elles un
type de rapport paradigmatique constitue un paradigme. On range parmi les
paradigmes lexicaux les groupes lexico-sémantiques, les synonymes, les familles
dérivationnelles, les homonymes, etc. Le lexique qui fait partie du système de la
langue représente donc à son tour un système de systèmes. Il fait reconnaître
l’existence de rapports priviligiés entre certaines unités lexicales dans le discours.
Les rapports linéaires qui existent entre deux ou plusieurs unités sont appelés
rapports syntagmatiques. Le caractère systémique du vocabulaire repose sur les
rapports paradigmatiques et syntagmatiques qui s’établissent entre les unités
lexicales.
La lexicologie est liée aux autres branches de la linguistique. Si on ne
considère que le côté sémiotique de la linguistique, on peut dire que la lexicologie
fait partie de la sémantique, tout en gardant des rapports étroits avec la
pragmatique (connotation) et la syntaxe (les mots étant éléments de locutions et de
propositions).
Du côté signifiant la lexicologie se rattache à la phonologie qui étudie les
unités distinctives mais non signifiantes – les phonèmes. Un seul phonème suffit
pour distinguer le sens : vin – vent. Quant à la lexicologie, elle tient compte des
deux faces du signe (du signifié et du signifiant). C’est parce que ces deux faces
qu’elle est liée à la morphologie et à la morphématique. P.ex., le mot peut diviser
en deux morphèmes : chant- et –eur (analyse morphématique).
La lexicologie se sert des données de l’histoire de la langue ; c’est ainsi
qu’en parlant des emprunts il faut préciser la langue et la date de l’emprunt. La
lexicologie, de même que la morphologie et la syntaxe fournit « à la stylistique les
matériaux dont elle a besoin » (Picoche 1977 :9). La lexicologie se rattache à
toutes les branches de la linguistique est liée à la linguistique générale. Avant tout
il s’agit dans ce cas-là de la lexicologie générale, des lexicologies particulières, p.
ex., la lexicologie française. A côté de la lexicologie générale et des lexicologies
particuliaires il existe encore la lexicologie contrastive dont l’objectif est d’établir
les traits communs et les différences du lexique dans deux ou plusieurs langues

12
confrontées. Et enfin, il y a la lexicographie qui s’occupe de l’élaboration des
dictionnaires et qui fait partie de la la lexicologie appliquée.

3.Mot comme unité sémantico-structurelle fondamentale de la langue. Le mot


et la notion.
Le mot est la plus petite unité linguistique significative composée d’un ou de
plusieurs phonèmes. Le mot dénote un objet, une action ou un état, une qualité, une
relation, il est considérée par les usages d’une langue donnée comme formant une
unité autonome. Il est bien difficile de donner une définition exhaussive du mot qui
pourrait être appliquée à toutes les langues. Il existe environ soixante-dix
définitions du mot. En raison de son manque de rigueur la notion de mot est
souvent évitée dans diverses écoles linguistiques structuralistes. C’est ainsi que les
descriptivistes américains (L. Bloomfield, Z. Harris, Ch. Fries, H. Gleason, E.
Nida, K. Pike) ont proposé comme unité linguistique de base le morphème à la
place de mot. Ch. Bally disait qu’il faut « s’affranchir de la notion incertaine de
mot ». A. Martinet, chef de l’école fonctionnelle, propose la notion de monème au
lieu de mot. Dans sa terminologie le monème est l’unité minimale significative,
résultat de la première articulation. Parmi les monèmes A. Martinet distingue les
lexèmes, « ceux des monèmes qui trouvent leur place dans le lexique et non dans la
grammaire », et les morphèmes « pour désigner ceux qui, comme –ons,
apparaissent dans les grammaires ». Le morphème est pareillement au mot une
unité significative de la langue, mais, à l’opposé du mot, il ne peut nommer,
désigner en direct les objets et les phénomènes de la réalité. B. Pottier introduit le
terme de lexie comme unité lexicale fonctionnelle. Il distingue les lexies simples
(chaise, mangent), composées (tire-bouchon) et complexes – groupes de mots
figés. Cependant, F. de Saussure, un des fondaterus de la linguistique moderne,
considérait que « le mot, malgré la difficulté qu’on a à le définir, est une unité qui
s’impose à l’esprit, quelque chose de central dans le mécanisme de la langue ».
Comme dit le linguiste français contemporain M. Pergnier, « chassé par la porte, le
mot rentre par la fenêtre ».
Pour définir le mot il convient de s’en tenir aux principes suivants :
1) Il faut reconnaître l’absence des traits démarcatifs précis entre les faits
linguistiques ; par conséquent on se heurte à plusieurs cas intermédiaires ;
a) un mot peut fonctionner comme morphème (p.ex., beau, belle dans
beau-père, belle-soeur, etc.) ;
b) un groupe de mot devient unité lexicale : un pied-noir ; dans ce cas-là
on assiste au processus de (a) grammaticalisation ou de (b) lexicalisation.
2) Dans un énoncé concret le mot peut acquérir de nouveaux emplois.
3) Pour découper le mot de la chaîne parlée il faut compter non
seulement avec ses rapports syntagmatiques, mais aussi paradigmatiques.
Le mot est caractérisé par l’intégrité de toutes ses parties, par sa
démarcation dans la chaîne parlée et sa reproduction dans le discours.

4.Les fonctions des mots. La signification en tant que structure.

13
Le mot sert à dénommer un objet de l’univers matériel ou spirituel (référent).
« On appelle référent ce à quoi renvoie un signe linguistique dans la réalité
extralinguistique telle qu’elle est découpée par l’expérience d’un groupe humain »
(Dubois). Notons qu’un mot peut référer à un objet inexistant : les mots licorne et
centaure désignent des animaux fabuleux. Mais dans la plupart des cas les mots
dénomment des objets réels concrets (chaise, table, porte, etc.) ou abstraits
(bonheur, douceur, idée, etc.). Outre cette fonction référentielle ou dénotative, le
mot comme signe lexical, assure au même temps la liaison entre le signifié (notion)
et le signifiant. Le mot et la notion sont inséparables. F. de Saussure compare la
langue « à une feuille de papier : la pensée est le recto et le son le verso ; on ne
peut découper le recto sans découper en même temps le verso ; de même dans la
langue, on ne saurait isoler ni le son de la pensée, ni la pensée du son ». Le mot
généralise ; il joue un rôle créateur dans la formation même la notion. Cette
formation s’effectue par étapes : perception par nos sens d’un objet concret de la
rélité ; représentation de cet objet sans le percevoir directement, son image fournie
par le sens et la mémoire ; généralisation de ces représentations concrètes,
formation de la notion basée sur les propriétés substantielles de l’objet, abstraction
faite de ses propriétés accidentelles. La notion et le mot sont formés pendant le
processus de la connaissance. Le mot est une unité polyfonctionnelle. Il peut
remplir toutes les fonctions propres aux autres unités significatives : fonctions
nominative, significative, communicative, pragmatique. L’envergure du
fonctionnement du mot est si grande qu’il peut se transformer en morphème, d’un
côté (ex. : march- dans nous marchons) et constituer une proposition, de l’autre
(ex. : marchons ! silence !). Ce fait permet de conclure que les fonctions entre le
mot et les autres unités significatives restent ouvertes.
Chaque mot a une signification lexicale et grammaticale ; outre cela, les
mots construits possèdent une signification dérivationnelle. P.ex., le mot
reconnaissance. Sa signification grammaticale peut être définie comme
« substantif, féminin, non abstrait, inanimé ». Sa signification lexicale est : 1.
action de reconnaître, 2. sentiment (synonyme de gratitude). On peut préciser sa
signification dérivationnelle comme « action ou résultat de l’action ». De ces trois
espèces de significations ce sont les deux dernières qui intéressent le lexicologie.
Sous la signification lexicale du mot on entend son contenu, le reflet de l’objet ou
du phénomène du monde dans la conscience humaine, cette représentation devient
un fait linguistique grâce à un ensemble donné de sons. Dans la structure de la
signification lexicale du mot on distingue les trois aspects suivants : 1) le
significatif (lié au signifié, il reflète la notion) ; 2) le dénotatif représentant l’objet
nommé. On voit la différence entre ces deux aspects dans l’exemple : Hugo est
l’auteur des « Misérables » ; le référant y est le même, mais il est présenté de
façons différents, les signifiés sont différents ; 3) le connotatif dont la présence
dans la signification lexicale du mot est parfois contestée. Les trois aspects, trois
éléments de la signification lexicale ne sont pas représentés de façon égale dans
chaque mot. Dans les termes techniques, c’est l’élément significatif qui prévaut.
Parfois les mots connotés dans une langue ne trouvent pas d’équivalents dans une

14
autre langue : « mon (petit) loup, mon (petit) lapin ». Enfin, l’élément connotatif
est subjectif.
Comme le mot sert à dénommer les objets de la réalité, on peut parler de sa
fonction de dénominative (cognitive ou dénotative). Outre cela, le mot sert à
exprimer la notion, c’est pourquoi il a une fonction notionnelle ou rationnelle.
Beaucoup de mots à sens concrèt en plus de ces deux fonctions ont encore une
fonction émotive ou affective. Et enfin les mots ont une fonction métalinguistique
servant de moyen de description du lexique (la langue n’a pas d’autre).

5.Le sens étymologique des vocables. Les vocables motivés et immotivés.


Il est évident qu’il n’y a pas de lien organique entre le mot, son enveloppe
sonore, sa structure phonique et l’objet qu’il désigne. Pourtant le mot, son
enveloppe sonore, est historiquement déterminé dans chaque cas concret. Au
moment de son apparition le mot ou son équivalent tend à être une caractéristique
de la chose qu’il désigne. Le sens premier ou étymologique du mot table est
« planche » ; du mot rue ‹ lat. ruga – « ride », etc. Il est aisé de s’apercevoir
d’après ces exemples que le sens étymologique des mots peut ne plus être senti à
l’époque actuelle.
Nous assistons souvent à la confusion du sens étymologique d’un mot et de
sa motivation. Toutefois le sens étymologique appartient à l’histoire du mot, alors
que la motivation en reflète l’aspect à une époque donnée. Tous les mots d’une
langue ont un sens étymologique, explicite ou implicite, alors que beaucoup
d’entre eux ne sont point motivés. Tels sont chaise, table, etc. Par contre, nous
aurons des mots motivés dans journaliste, couturière, porte-clé dont le sens réel
émane du sens des éléments composants combinés d’après un modèle déterminé.
En principe tout le mot est motivé à l’origine. Avec le temps la forme interne des
vocables peut ne plus se faire sentir, ce qui conduit à leur démotivation. Cet
effacement du sens étymologique s’effectue lentement, au cours de longs siècles.
C’est pourquoi à chaque étapes de son dévéloppement la langue possède de ces cas
intermédiaires, témoignages du dévéloppement graduel de la langue. En effet, les
mots sont parfois motivés uniquement par un des éléments de leur structure
formelle. C’est ainsi que la signification actuelle des mots malheur et bonheur ne
peut être que partiellement expliquée par leur premier élément mal- et bon-, heur ‹
lat.pop. « augurium » - « présage, chance » ayant pratiquement disparu de l’usage.
On doit considérer ces mots comme étant partiellement motivés. Dans chaque
langue on trouve des vocables motivés et immotivés.

6. Caractéristiques essentielles du mot français.


Plan paradigmatique :
1. Le mot français a une tendance prononcée à la syllabe ouverte : mot, feu,
heureux, vraiment, pénétrer, etc.
2. Parmi les noms simples, non construits il y a beaucoup de monosyllabes :
eau, air, terre, croix, etc.

15
3. Par conséquent parmi ces derniers il y a beaucoup d’homonymes ; on dit
même que « le français est la langue à homonymes » : fois, foi, foie ; ver, verre,
vers (n.), vers (prép.), vert ; mère, mer, maire, etc.
Plan syntagmatique :
1. La polysémie des mots peut être neutralisée dans le texte ; p.ex., louer
une chambre ; la Chambre est en vacances ; les chambres d’une ruche d’abeille.
On l’utilise dans les jeux de mots : un aveugle trop regardant.
2. A son tour, l’homonymie aussi est levée dans le texte comme ; p.ex., dans
ces phrases : On entendrait voler une mouche et Qui vole un oeuf, vole un boeuf.
3. Malgré la fréquence des homonymes et des mots polysémiques le discours
français est loin d’être monotont ou peu expressif. Au contraire le français a
horreur des répétitions. C’est pour cela qu’on emploie beaucoup de synonymes et
d’équivalents dans le discours français.

Questions:
1. Quel est l’objet de la lexicologie?
2. Quelles sont les propositions des linguistes pour dépasser l’ambiguité du
mot?
3. Pourquoi ne peut-on pas donner une définition universelle du mot?
4. Présenter les causes de la pertinence de la notion du mot?
5. Comment sont fixées dans un mot les connaissances sur une chose, un
phènomène?
6. Reproduisez la définition classique du mot et du signe.
7. Quels éléments entrent dans la structure de la signification?
8. Par quoi le mot, peut-il être motivé?
9. A quoi sert l’étymologie?
10. Y a-t-il un lien organique entre le mot, la structure phonique et l’objet de
la réalité?

Exercices de classе:
ex. I, p. 13; ex. III, p. 14.1

SOURCES D’ENRICHISSEMENT DU VOCABULAIRE FRANÇAIS.


ÉVOLUTION SÉMANTIQUE DES UNITÉS LEXICALES

Plan
1. Moyens d’enrichissement du vocabulaire français :
a) sources d’enrichissement du vocabulaire ;

1
Здесь и далее все упражнения приведены из учебника Степанова О.М., Кролль М.И. Практикум по
лексикологии современного французского языка: учеб. пособие / О.М. Степанова, М.И.
Кролль. – М.: Высшая школа, 2006. – 167 с
16
b) rôle de l’évolution sémantique dans l’enrichissement du vocabulaire d’une
langue.
2. Polysémie et monosémie des mots.
3. Types de sens du mot.
4. Mécanismes de l’évolution sémantique des vocables (procès sémantiques
fondamentaux) :
a) restriction et extension du sens ;
b)  métonymie ;
c) métaphore .
5. Mécanismes de l’évolution sémantique des vocables (accompagnés de
modifications affectives) :
a) amélioration et péjoration du sens ;
b) affaiblissement et intensification du sens des mots.
6. Causes de l'évolution sémantique des vocables.

Objectifs d’étude:

L’apprenant doit acquérir des connaissances sur:


- Les fonctions des mots (réflexion, nomination)
- Le principe de nomination
- Le signe et le mot
- Les facteurs sémantiques inhérants d’un mot
- Le dualisme asymétrique
- La différence entre la signification et la notion
- La signification réferentielle
- La motivation (interne, morphologique, sémantique)
- Le système des significations d’un mot (principale, dérivée, directe, figurée)
- L’inclusion

L’apprenant doit savoir répondre aux questions :


- Y a-t-il une correspondance directe entre un mot et la notion?
- Que représentent les aspects référentiel et significatif?
- Quelle est la structure de la signification d’un mot?
- Le système des significations d’un mot, que contient-il?

L’apprenant sera capable de:


- Déterminer les fonctions d’un mot
- Démontrer la motivation d’un mot
- Dégager la signification principale, directe, figurée d’un mot
- Réaliser la description à troix niveaux d’un mot

Обладать следующими компетенциями:


общекультурные:

17
– руководствуется принципами культурного релятивизма и этическими
нормами, предполагающими уважение своеобразия иноязычной
культуры и ценностных ориентаций иноязычного социума;
– обладает навыками социокультурной и межкультурной коммуникации;
– стремится к постоянному саморазвитию, повышению своей
квалификации и мастерства;
профессиональные:
– владеет системой лингвистических знаний, включающей в себя знание
основных лексических и грамматических, словообразовательных
явлений и закономерностей функционирования изучаемого
иностранного языка, его функциональных разновидностей;
– владеет основными дискурсивными способами реализации
коммуникативных целей высказывания применительно к особенностям
текущего коммуникативного контекста;
– умеет свободно выражать свои мысли, адекватно используя
разнообразные языковые средства с целью выделения релевантной
информации;
мультимедиа:
– умеет работать с основными информационно-поисковыми и
экспертными системами, системами представления знаний,
синтаксического и морфологического анализа, автоматического
синтеза и распознавания речи, обработки лексикографической
информации и автоматизированного перевода, автоматизированными
системами идентификации и верификации личности;
в области научно-методической деятельности:
– владеет средствами и методами профессиональной деятельности
учителя или преподавателя иностранного языка, а также сущностью и
закономерностями процессов преподавания и изучения иностранных
языков;
– умеет использовать достижения отечественного и зарубежного
методического наследия, современных методических направлений и
концепций обучения иностранным языкам для решения конкретных
методических задач практического характера;
в области научно-исследовательской деятельности:
– умеет видеть междисциплинарные связи изучаемых дисциплин и
понимает их значение для будущей профессиональной деятельности;
– умеет выдвинуть гипотезы и последовательно развивать аргументацию
в их защиту;
– владеет стандартными методиками поиска, анализа и обработки
материала исследования.

18
1. Moyens d’enrichissement du vocabulaire français : sources
d’enrichissement du vocabulaire ; rôle de l’évolution sémantique dans
l’enrichissement du vocabulaire d’une langue.
La langue se rapporte aux phénomènes sociaux. Elle surgit et se dévéloppe
avec l’apparition et le dévéloppement de la société. La langue ne se conçoit pas en
dehors de la société. A son tour la socété humaine ne peut exister sans langue. La
langue se modifie, se perfectionne en fonction du dévéloppement de la société à
laquelle elle appartient. C’est avant tout dans l’histoire de la société qu’il faut
chercher les causes du renouvellement linguistique. La transformation sociale, les
changements qui s’opèrent dans les moeurs, le dévéloppement progressif des
sciences amènent infailliblement des modifications dans la langue. Et c’est le
peuple tout entier qui participe à la marche continue de la langue vers son
perfectionnement.
La science qui traite de la structure sémantique des unités lexicales de même
que l’évolution de cette structure est appelée sémantique. La signification des mots
et de leurs équivalents est, pour ainsi dire, un des aspects le plus « sensibles » de la
langue. Le contenu sémantique des vocables réagit immédiatement et directement
aux moindres changements survenus dans la société, et non seulement dans la
société – facteur extralinguistique, mais dans la langue même. Cette extrême
« sensibilité » du contenu sémantique des mots rend très difficile la classification
des nombreuses modifications de sens. L’évolutions sémantique des mots est une
source interne féconde de l’enrichissemant du vocabulaire. Il serait encombrant
pour la langue d’avoir un vocable nouveau pour chaque notion nouvellement
surgie. La langue réussit à accomplir ses fonctions à moindres frais ; elle utilise
largement les mots qu’elle possède en leur soufflant une vie nouvelle. Ainsi
chaque mot peut développer sa structure sémantique ou son système significatif.
Un mot peut modifier son sens à la suite du changement que subit la notion rendue
par ce mot. P.ex., au XIX siècle la lampe était « un récipient renfermant un liquide
susceptible de donner de la lumière en brûlant ». Aujourd’hui ce ne sont plus les
lampes à pétrole, mais las lampes électriques, à néon ou à vapeur de mercure qui
nous éclairent.
Très souvent l’évolution sémantique d’un mot est le résultat de la
dénomination d’un objet (ou d’un phénomène) nouveau au moyen d’un vocable
désignant un autre objet auquel cet objet nouveau s’associe par quelque rapport.
C’est ainsi le mot cellule dont le premier sens est « une petite chambre dans un
monastère » est arrivé à désigner «  les alvéoles de cire dans lesquelles les abeilles
déposent leur miel », et, plus récemment, ce mot rend aussi les notions
scientifiques : cellule végétale, cellule sanguine, cellule photo-électrique. Le
procès sémantique peut aboutir à un changement total ou à une modification
partielle du contenu sémantique d’un mot. Le contenu sémantique change
complètement ce mot acquiert un sens nouveau qui élimine son sens primitif. Nous
sommes alors en présence du changement sémantique total d’un mot. P.ex.,
ramage était au Moyen Age un adjectif signifiant « qui a beaucoup de branches, de
rameaux », puis « qui vit dans les branches » ; ce mot a qualifié en particulier le

19
chant des oiseaux dans les arbres (on disait chant ramage) : enfin ramage est
devenu un substantif qui désigne le chant des oiseaux, même s’ils ne sont pas dans
les arbres.
Le procès sémantique a parfois pour conséquence un changement partiel du
contenu du mot. Ici des cas différents se présentent. Le plus souvent on assiste à
l’enrichissement du système de significations d’un mot lorsque ce dernier acquiert
un sens nouveau qui s’ajoute aux anciens. Nous sommes alors en présence du
développement sémantique de ce mot. L’évolution sémantique peut enfin aboutir à
l’apparition d’homonymes dits sémantiques et qui sont des mots remontant à la
même origine et, par conséquent, caractérisés par la même forme, mais dont le
contenu sémantique est totalement séparé. P.ex., table – « un meuble posé sur un
ou plusieurs pieds » est un homonyme de table – « liste d’un ensemble
d’information » (table de multiplication, table des matières).
L’évolution sémantique des mots est une des principales voies de
l’enrichissement du vocabulaire. D’où le grand rôle de la sémantique, l’importance
des études visant à révéler les lois présidant à l’évolution du sens des mots.

2.Polysémie et monosémie des mots.


Contrairement à un mot monosémique qui n’a qu’un seul sens un mot
polisémique possède plusieurs sens au niveau de la langue-système à une époque
déterminée. Généralement les linguistes reconnaissent que la grande majorité
des mots ont tendance à prendre de nouvelles acceptions. M. Bréal affirmait que la
polysémie est un des indices propres aux mots. La même idée était émise par le
linguiste russe M.M. Pokrovski. Selon O.Jespersen, la langue, sans la polysémie
propre au mot, serait devenue un « enfer linguistique », aucune mémoire n’aurait
suffi pour retenir cette quantité de vocables à sens unique.
A la suite de son évolution historique le mot dévéloppe son système de sens,
il s’enrichie d’acceptions nouvelles. La polysémie est précisement la faculté du
mot d’avoir simultanément plusieurs sens à une époque donnée. Le mot peut donc
généraliser dans des directions différentes. Les liens sémantiques que les
significations d’un même mot entretiennent sont d’ordre dérivationnel
(épidigmatiques). Quoique les mots soient généralement polysémiques, les gens
n’éprouvent aucune difficulté à se comprendre. Cette faculté de la compréhension
est due à la monosémie des mots dans la parole. Donc, le mot est polysémique et
monosémique à la fois. Il est généralement polysémique comme unité de la langue-
système et nécessairement monosémique comme unité de la parole. La polysémie
et la monosémie du mot forment une unité dialectique. La polysémie des mots
étant un des traits caractéristiques du français, le contexte y prend une importance
particulière comme actualisateur sémantique. Il y a parfois tendance à exagérer le
rôle du contexte auquel on attribue à tort la faculté de conférer à lui seul du sens à
un mot. Aussi grande soit-elle, l’importance du contexte n’est point absolue. On
peut dire avec S.Ulmann que « le mot est avant tout une unité sémantique ». Pris
artificiellement à l’état isolé le mot apparaît dans son système sémantique
complexe où domine généralement un des sens perçu comme étant le sens central.

20
Le contexte permet de réaliser seulement les besoins de communication l’un ou
l’autre sens d’un mot polysémique. La monosémie du mot peut être créée par le
milieu (local, historique et social). En effet, le sens du mot dépend de la région, de
la province où ce mot employé. Le mot peut acquérir un sens particulier selon le
milieu social et professionnel où il a cours.
Une place à part revient aux termes. Les termes sont des mots ou leurs
équivalents d’un emploi relativement restreint et exprimant des concepts
scientifiques ou spéciaux. Les termes dans le cadre d’une terminologie devraient
être monosémiques. C’est une des conditions du bon fonctionnement des termes
dans la langue. Un terme à plusieurs sens est un moyen imparfait de
communication. Le terme doit non seulement avoir un seul sens, mais dans chaque
terminologie spéciale un concept ne doit être rendu dans l’idéal que par un seul
terme. Les termes synonymes n’ont aucune raison d’être, ils sont plutôt un
inconvénient, et il y a tendance, parmi les initiés, à les différencier. Une autre
condition importante du juste fonctionnement des termes est l’absence de toute
nuance affective. En effet, les termes manifestent la tendance de présenter les
phénomènes de la réalité du point de vue rationnel. Les termes ne servent pas à
exprimer les émotions.
En conclusion, on peut dire que la majeure partie des mots français est
polysémique. Leurs significations lexicales essentielles sont les suivantes :
1. Dans la diachronie on distingue : le sens propre, libre, les sens dérivés,
y compris le sens figuré, qui remontent au sens propre.
2. Dans la synchronie on distingue : le sens principal, le plus usité à une
époque donnée (il peut coïncider avec le sens propre du dérivé), les sens
secondaires qui dépendent plus du contexte, les sens phraséologiquement liés
(clichés, groupements traditionnels, consacrés par l’usage), les sens
syntaxiquement déterminés (conditionnés par la rection des verbes, la place des
adjectifs dans la préposition et d’autres).

3.Types de sens du mot.


Les sens des mots se laissent classer d’après quelques types essentiels.
Tout mot polysémique possède un sens propre et des sens derivés. Le sens
propre d’un mot dans la langue moderne n’est point son sens primitif. Le sens
propre est une catégorie historique. Il peut se déplacer au cours de l’évolution du
mot. Tel est précisement le cas du mot bouche qui désignait originairement, dans le
latin, « joue » ; c’était alors le sens propre du mot. La disparition du sens originaire
de « bouche » a été suivi du déplacement de son sens propre. Donc, le sens propre
d’un mot est celui qui ne se laisse historiquement ramener à aucun de ses sens
actuels, alors que les sens dérivés remontent directement ou indirectement au sens
propre. Le sens propre et le sens dérivés d’un mot ne peuvent être dégagés qu’à la
suite d’une analyse diachronique.
Dans la syncronie on distingue le sens principal et les sens secondaires d’un
mot polysémique. Le sens principal, étant le plus usité à une époque donnée ;
constitue la base essentielle du dévéloppement sémantique ultérieur du mot. Il peut

21
coïncider tantôt avec son sens propre, tantôt avec le dérivé. Le sens principal du
mot, tout comme son sens propre, est une catégorie historique. Jusqu’au XVI siècle
le sens propre du substantif travail – « tourment, chagrin, peine » était également
son sens principal. Plus tard il s’est déplacé et a coïncidé avec le sens dérivé –
« besogne, ouvrage ». Puisque le plus employé, le sens principal dépend moins du
contexte que les sens secondaires.
On distingue encore les sens phraséologiquement liés qui s’opposent aux
sens dits libres. Ch. Bally remarque qu’on dit desirer ardemment et aimer
éperdument et non aimer ardemment et desirer éperdument. On peut choisir entre
la peur le prit, la peur la saisit, la peur s’empara de lui, tandis que la peur le
happa ou l’empoigna serait ridicule. Сertains dictionnaires d’usage présentent une
liste de solécismes. Donc, des mots ont souvent un emploi restreint, déterminé par
l’usage, la tradition linguistique. On dira de ces mots qu’ils possèdent un sens
phraséologiquement lié. Cette tradition d’emploi des mots revêt un caractère
national : elle n’est pas la même dans les langues différentes.
Il arrive que les sens dépendent de la construction syntaxique où le mot est
employé. Ces sens pourraient être qualifiés de syntaxiquement déterminés. Il suffit
parfois d’une préposition pour changer le sens d’un mot. P.ex., applaudir signifie
«battre des mains », applaudir à a le sens de « approuver, louer », s’applaudir de
correspond à « se réjouir, se féliciter ».
Parfois la présence ou l’absence d’un article est le signe d’un sens
particulier : tenir tête a un autre sens que tenir la tête, donner raison que donner
une (la) raison, etc. Le mot peut prendre une acception spéciale selon la place qu’il
occupe par rapport au mot qu’il détermine. Ainsi grand a des sens différents dans
un grand homme et un homme grand, etc. Il serait utile de distinguer entre les sens
directs et les sens (ou « emploi ») figurés des mots. Pris dans leur sens direct les
mots servent avant tout à dénommer. Tels sont bras et tête dans « prendre dans ses
bras » et « les bras d’un fauteuil », dans « une jolie tête » et « la tête d’un clou ».
Les sens figurés tendent à caractériser les phénomènes de la réalité, ils sont
employés à des fins expressives ; ce sont des images qui semblent se superposer
sur les nominations directes.

4.Mécanismes de l’évolution sémantique des vocables (procès sémantiques


fondamentaux) : restriction et extension du sens ; métonymie ; métaphore.
La signification étant un phénomène socio-linguistique et logico-
phycologique, le procès sémantique doit être examiner sous ces deux aspects.
Envisagée sous l’aspect socio-linguistique, l’évolution sémantique est la promotion
d’une acception individuelle au niveau de la langue. Toute modulation sémantique
se manifeste par l’extension des possibilités combinatoires des mots dans la parole
individuelle. Pour s’incorporer à la structure sémantique du mot l’innovation
sémantique doit devenir un fait de langue, autrement dit, s’imposer à la
communauté linguistique. Du point de vue logico-phycologique l’évolution
sémantique présente quelques types différents. Ce sont la restriction et l’extension
du sens, la métonymie, la métaphore, le glissement de sens qui sont les procès

22
sémantiques fondamentaux éventuellement accompagnés de modifications
affectives amenant à l’amélioration ou la péjoration, à l’affaiblissement ou
l’intensification du sens des mots.
Nous assistons à la restriction ou à l’extension du sens d’un mot lorsqu’il y a
respectivement spécialisation ou généralisation de la notion exprimée.
La restriction du sens est une conséquence de la réduction de la fonction
nominative du mot qui de l’expression d’une notion de genre passe à l’expression
d’une notion d’espèce. P.ex., avaler (de à et val) dont le premier sens était très
étendu – « descendre, faire descendre, abaisser » ne signifie aujourd’hui que « faire
descendre dans le gosier » ; le sens étymologique apparaît encore dans l’expression
en aval de (Rouen est en aval de Paris). Poison ou « substance qui détruit les
fonctions vitales » avait autrefois le sens général de « breuvage ».
L’extention du sens présente un mouvement contraire dû à ce que le mot
reçoit une plus grande liberté quant à sa fonction nominative : on assiste à la
transformation d’une notion d’espèce en une notion de genre. P.ex., panier était
« une corbeille pour le pain » et aujourd’hui « une corbeille » pour toute sorte de
provision. Fruit signifiait « résultat d’un travail » (en latin), puis « produit de la
floraison », et de nouveau – « résultat d’un travail ».
Le déplacement de sens se fait aussi dans le cadre de la même notion de
genre, seulement dans ce cas il y a transfert d’une notion d’espèce à une autre
notion d’espèce. Ainsi chaîne dont la notion générique de « succession d’anneaux
de métal entrelacés » est concrétisée dans les sens de « lien » (tenir un chien à la
chaîne), d’ « attache ornementale » (chaîne d’or, chaîne d’argent), de « suite
d’éléments métalliques servant à transmettre un mouvement utilisés en
mécanique » (chaîne de bicyclette).
La métonymie (du grec « metonumia » - changement de nom) est un procédé
par lequel un terme est substitué par un autre terme qui est relié par une rélation de
contiguïté de la cause pour l’effet (descendre pour tuer), du contenant pour le
contenu (boire un verre), de l’abstrait pour le concret (une beauté – une belle
femme), de l’objet pour la matière dont il est fait (un jean pour un pantalon fait en
jean), du lieu pour l’objet fait ce lieu (un bordeaux pour du vin de Bordeaux), etc.
La métonymie désigne qqch. qui se trouve dans un rapport voisin avec ce que le
mot signifie habituellement, c’es-à-dire : le tout pour la partie (ameuter la ville =
tous les habitants de la ville) ; le contenant pour le contenu (boire un verre = le vin
qu’il y a dans le verre) ; la cause pour l’effet (aimer la gravure = aimer les dessins
faits avec la technique de la gravure) ; le symbole pour la réalité (la colombe = la
paix), etc. La synecdoque est une métonymie qui désigne un lien d’inclusion, c’est-
à-dire la partie pour le tout : « Enfin avec le flux nous fait voir trente voiles »
(Pierre Corneille) (les voiles = les navires).
La métaphore (du grec « metaphora » - transport) est un procédé par lequel
on substitue la signification d’un mot ou d’un groupe de mots par une autre
signification qui lui est assimilée en vertu d’une analogie ou comparaison
implicite : Il brûle d’amour ; Cette femme est une perle. Il existe des métaphores
mortes et poétiques. La métaphore est donc une figure fondée sur la ressemblance,

23
la similitude. Elle est basée sur des analogies existant entre le réel et l’imaginaire,
(du sens propre au sens figuré). Cette ressemblance peut porter sur la forme (les
dents de la bouche – les dents d’une scie), la situation (les pieds d’une personne
debout – les pieds de la table), la fonction (une personne marche – la machine
marche), la propriété (un renard – une personne rusée). On substitue souvent un
terme abstrait par un terme concret : un coeur de pierre veut dire un caractère
insensible. Dans l’optique cognitive la métaphore d’appuie sur l’interaction de
deux structures de connaissance. Selon Lakoff et Johnson, la metaphore réunit le
rationnel et l’imaginaire. C’est un mécanisme qui fonctionne afin de créer de
nouvelles significations.
Les changements de sens dus à la métaphore et à la métonymie sont souvent
à l’origine de la polysémie. Enfin c’est la signification lexicale qui l’emporte sur
les autres significations des mots.

5.Mécanismes de l’évolution sémantique des vocables (accompagnés de


modifications affectives) : amélioration et péjoration du sens ; affaiblissement
et intensification du sens des mots.
Les cas d’« avilissement » de sens sont fréquents. Un mot dont le sens
primitif est neutre peut prendre une nuance défavorable. Les causes de dégradation
du sens sont différentes. On peut noter entre autres, l’attitude dédaigneuse qui
manifestent les représentants des classes dirigeantes à l’égard de certains métiers,
de certaines occupations. Paysan et campagnard sont parfois employés avec
ironie. Un épicier, « propriétaire d’une épicerie », parvient à désigner « un homme
à idées étroites, à goûts vulgaires qui ne cherche qu’à gagner de l’argent ».
Les noms de nations et de peuples acquièrent aussi parfois un sens péjoratif
non sans l’influence des idées chauvinistes et nationalistes. Ainsi Bohémien
devient le synonyme de « fripon, filou » ; gaulois a parfois le sens le « scabreux,
grivois ». On dit filer à l’anglaise, chercher une querelle d’allemand, parler
français comme un Basque espagnol, (variante de l’expression : « parler français
comme une vache espagnole »).
Des mots empruntés aux langues étrangères sont souvent dégradés : hâbler
(empr. De l’esp. hablar – « parler ») a le sens de « parler beaucoup en se
vantant » ; palabre (empr. De l’esp. palabra – « parole ») – « discours long et
ennuyeux ».
Parfois la dégradation du sens est due à ce que l’objet ou le phénomène
désigné par le mot évoque des associations négatives. Ansi, oie devient le
synonyme de « personne sans intelligence » ; sale – signifie « qui blesse la
pudeur » dans sales paroles et a le sens de « contraire à l’honneur » dans une sales
affaires.
La dégradation du sens des mots est souvent causée par leur emploi
euphémique. Un euphémisme est un mot ou un expression employé à dessein afin
d’éviter l’évocation d’une réalité désagréable ou choquante. L’emploi euphémique
d’un mot aboutit à la modification de la structure sémantique de ce dernier.

24
Les mots peuvent subir une évolution sémantique opposée ; ils peuvent
améliorer leur sens, s’ennoblir. Toutefois ces cas paraissent être moins fréquents.
La nuance péjorative que certains mots possédaient à l’origine s’est estompée ou
s’est effacée complétement. Tel est le cas de bagnole qui s’emploie de plus en plus
souvent au sens neutre d’« automobile ». Ce sont parfois des mots dont le sens
primitif est neutre et qui au cours de leur développement prennent une nuance
favorable. P.ex., le mot chien au sens figuré a été marqué d’une nuance
défavorable (« Chien de philosophe enragé », Molière). On dit encore aujourd’hui
avoir une humeur de chien, il fait un temps de chien. Mais au XIX siècle le mot
chien commence à prendre une valeur positive ; et on dit familièrement avoir du
chien pour « avoir du charme ».
L’affaiblissement du sens est une conséquence de l’emploi abusif,
hyperbolique des mots : il présente un moyen affectif de la langue. Les hyperboles
usuelles et stylistiques représentent un emploi à outrance d’un mot ou d’une
expression (p.ex., formules de politesse : être ravi, être enchanté de faire la
connaissance de qn), on exagère sans trop le remarquer lorsqu’on dit c’est
assommant, crispant, tuant, rasant pour « c’est ennuyeux ! » ou bien il y a des
siècles, il y a toute une éternité qu’on ne vous a pas vu pour « il y a très longtemps
qu’on ne vous a pas vu ». Les hyperboles usuelles, à force d’être souvent répétées,
perdent leur intensité émotionnelle et connaissent un affaiblissement de sens.
Souvent elles sont affaire de mode et s’usent vite.
Par contre, lorsque nous voulons faire entendre le plus en disant le moins
nous employons une litote (du gr. : litotes – « petitesse ») qui signifie
« diminution ». Au lieu de il est intelligent on dit il n’est pas bête ; pour ne pas
blesser une femme d’un âge avancé on dira qu’elle n’est plus jeune. Les litotes, qui
présentent un procédé affectif opposé à l’hyperbole, amènent à l’intensification du
sens des mots.

6.Causes de l’évolution sémantique des vocables.


L’evolution sémantique des vocables s’effectue sous l’action du facteur
divers. Ces facteurs sont d’ordre extra-linguistique et linguistique.
Parmi les facteurs extra-linguistiques il faut nommer avant tout les
changements survenus au sein de la société : transformations sociales, progrès
culturel, scientifique et technique ; ici viendront se ranger les emplois des mots
dans une sphère nouvelle de l’activité humaine, emplois dus à la différenciation de
la société en couches sociales, groupes professionnels, etc.
Les facteurs linguistiques sont tout ainsi importants que les facteurs extra-
linguistiques, quoique moins étudiés. Ce sont, p.ex., des ouvrages consacrés à
l’influence réciproque des mots sémantiquement apparentés, etc. Parmi les
facteurs linguistiques il faudrait distinguer ceux qui agissent au niveau de la
langue-système et сeux qui appartiennent au niveau de la parole.
Au niveau de la langue :
1. L’interaction des mots sémantiquement apparentés (penser et songer).
2. L’interdépendance des faisant partie de la même famille étymologique.

25
3. L’influence des mots à sonorité simulaire (pour un Parisien le Bois de
Boulogne devient le Bois.
Telles sont à grands traits les causes essentielles de l’évolution sémantiques
des vocables.

Questions:
1. Quels sont les types de motivation ?
2. Decrivez la proportion les mots motivé et immotivé dans la lexique
française?
3. Quelles sont les causes extra et intralinguistiques de l’évolution du sens
des mots?
4. Comment s’effectuent les transformations du sens propre des mots vers
le figuré?
5. Quels sont les facteurs qui conditionnent la signification des mots?
6. Quelle est la différence entre les tropes métonymiques et métaphoriques?
7. Quel est le rôle du glissement de sens, de l’affaiblissement de sens dans
le système des voies d’enrichissement du vocabulaire?
8. Comment est définie la motivation et quels sont ses moyens essenteils?
9. Précisez la différence entre le sens étymologique et le sens essentiel
(principal).
10. Expliquez la différence entre la polysémie et la largeur du sens.

Exercices de classе:
ex. III, p. 5; ex. V, VI, p. 6; ex. IX, p. 7; ex. XI, p. 8; ex. XIV, p. 9; ex. XVI,
p. 11.

FORMATION DE MOTS NOUVEAUX

Plan
1. Formation de mots comme moyen de l’enrichissement du vocabulaire
français. La définition et la place de la formation de mots dans le système de la
langue.
2. Suffixation ou dérivation par suffixes des substantifs.
3. Suffixation ou dérivation par suffixes des adjectifs.
4. Suffixation ou dérivation par suffixes des verbes et des adverbes.
5. Préfixation (généralités). Dérivation par préfixes des verbes.
6. Préfixation ou dérivation par préfixes des substantifs.
7. Préfixation ou dérivation par préfixes des adjectifs. Dérivation parasynthétique
et régressive.
8. Conversion ou dérivation impropre.
9. Composition des mots.
10. Abréviation. Redoublement et déformation des mots. Onomatopée.

26
Objectifs d’étude:

L’apprenant doit acquérir des connaissances sur:


- Le vocabulaire et ses origines
- Les éléments latins, grecs, celtes, germaniques
- Les types de formation des mots (dérivation, conversion, composition,
abréviation)
- Les particularités phonétiques, morphologiques, sémantiques de formation
- Les affixes formatifs
- La productivité des types de formation de mots
- Les modèles de formation des mots composés
- La classification des phraséologismes, leurs traits distinctifs
- Les types structuraux et sémantiques des unités phraséologiques
- Les rapports systématiques entre les mots
- La formation des unités phraséologiques

L’apprenant doit savoir répondre aux questions:


- Sur les causes des doublets étymologiques
- Sur les types formatifs en français
- La productivité des suffixes et préfixes français
- Les théories de classification des unités phraséologiques

L’apprenant sera capable de:


- Relever des éléments latins, grecs, celtes, gaulois, germaniques
- Déterminer les modèles formatifs
- Identifier les affixes formatifs
- Retrouver facilement les traits spécifiques des phraséologismes
- Repérer les indicateurs de productivité des affixes
- Définir les notions liées à la formation des mots

Обладать следующими компетенциями:


общекультурные:
– обладает навыками социокультурной и межкультурной коммуникации;
– владеет культурой мышления, способностью к анализу, обобщению
информации, постановке целей и выбору путей их достижения, владеет
культурой устной и письменной речи;
профессиональные:
– владеет основными дискурсивными способами реализации
коммуникативных целей высказывания применительно к особенностям
текущего коммуникативного контекста;
– владеет основными особенностями официального, нейтрального и
неофициального регистров общения;

27
– обладает готовностью преодолевать влияние стереотипов и
осуществлять межкультурный диалог в общей и профессиональной
сферах общения;
– обладает необходимыми интеракциональными и контекстными
знаниями, позволяющими преодолевать влияние стереотипов и
адаптироваться к изменяющимся условиям при контакте с
представителями различных культур;
мультимедиа:
– обладает способностью работать с информацией в глобальных
компьютерных сетях;
– умеет работать с электронными словарями и другими электронными
ресурсами для решения лингвистических задач;
в области научно-методической деятельности:
– владеет средствами и методами профессиональной деятельности
учителя или преподавателя иностранного языка, а также сущностью и
закономерностями процессов преподавания и изучения иностранных
языков;
– умеет использовать достижения отечественного и зарубежного
методического наследия, современных методических направлений и
концепций обучения иностранным языкам для решения конкретных
методических задач практического характера;
в области научно-исследовательской деятельности:
– умеет использовать понятийный аппарат теоретической и прикладной
лингвистики, лингводидактики и теории межкультурной
коммуникации для решения профессиональных задач;
– умеет структурировать и интегрировать знания из различных областей
профессиональной деятельности и обладает способностью их
творческого использования и развития в ходе решения
профессиональных задач;
– владеет стандартными методиками поиска, анализа и обработки
материала исследования.

1.Formation de mots comme moyen de l’enrichissement du vocabulaire


français. La définition et la place de la formation de mots dans le système de
la langue.
« On appelle formation de mots l’ensemble de processus morpho-
syntaxiques permettant la création d’unités nouvelles à partir de morphèmes
lexicaux » (Dubois 1973 : 221). C’est-à-dire il s’agit de la production de mots
nouveaux, de la reproduction des mots construits, mots de la langue qu’on trouve
dans les dictionnaires. La formation de mots occupe dans le système de la langue
une place intermédiaire entre la grammaire et le lexique (Виноградов 1975 : 155-
156). La formation de mots sert à enrichir le lexique. Elle se rattache donc au

28
lexique par son contenu et par sa sémantique. D’autre part, par son côté formel la
formation de mots se rapproche de la morphologie.
La formation de mots représente un système, un ensemble d’éléments qui
sont reliés entre eux. Ce système peut être étudué en synchronie et en diachronie.
Dans le premier cas on ne tient compte que des modèles actifs. A son tour,
l’approche synchronique comprend deux aspects : l’aspect dynamique et l’aspect
statique, c’est-à-dire qu’on peut considérer la formation de mots comme processus
(création de mots nouveaux) ou comme résultat de ce processus (reproduction de
mots dérivés, composés, etc. d’après les modèles existants). C’est donc dans la
synchronie que nous allons étudier tous les procédés de formation de mots.
De nos jours la « créativité » est devenue particulièrement intense. Cela
s’explique, d’une part, par la révolution scientifique et technique, d’autre part, par
l’accès des larges masses à l’enseignement, aux mass média. Les linguistes
français signalent qu’aujourd’hui chacun se сroit autorisé à « néologiser » ce qui
amène dans des cas d’abus à une juste réaction négative de leur part.
Les procédés productifs de la formation de mots sont : 1) dérivation propre
(affixale), 2) composition, 3) abréviation, 4) télescopage, 5) dérivation impropre
(conversion, apposition, ellipse, onomatopée).

2.Suffixation ou dérivation par suffixes des substantifs.


De tous les procédés de formation de mots c’est la suffixation qui joue le
rôle le plus important par le nombre de ses dérivés et par son activité. La plupart
des suffixes donnent naissance à des mots appartenant à une classe grammaticale
autre que la racine ou le radical auxquels ils sont indissolublement liés. Ils
n’existent pas comme lexèmes indépendants.
Chaque classe grammaticale possède son propre système de suffixes, ce qui
ne veut dire que certains d’entre eux ne peuvent pas faire partie de deux classes. Il
existe des variantes de suffixes (populaires et savantes s’il sont d’origine latine :
-aison, -ation), des synonymes et des homonymes.
Les suffixes des substantifs sont fort nombreux. D’après leur fonction
sémantique ils se laissent repartir en plusieurs groupes plus ou moins
considérables. Surtout nombreux sont les suffixes formant des substantifs à sens
abstrait, tels que l’action, la qualité, etc. Parmi les suffixes servant à former des
substantifs abstraits il y a tels qui désignent l’action, les plus productifs sont –
ation, -(e)ment, -âge (alphabétisation, applaudissement, bavardage, chômage).
Outre ces suffixes qui sont le plus productifs il y en a d’autres dont la productivité
s’est considérablement affaiblie.Tels sont les suffixes : -erie (agacerie,
boulangerie), -ée (tombée, montée), -ance (-ence) (obéissance, référence), -ade
(glissade, promenade), -is (cliquetis, clapotis), -aison (-ison) (fleuraison), -ure,
-ture, -ature, -iture (forfaiture, piqûre, déchirure), -ie (sortie, acrobatie), -isme
(alpinisme, journalisme), -at (attentat).
Un autre groupe est formé par les suffixes dont les dérivés expriment la
qualité : -ité, -(e)té (objectivité, relativité, sélectivité, agilité, clarté, fiérté), -ce
(puissance, insouciance), -isme (patriotisme, héroïsme). Parmi les suffixes moins

29
productifs de ce même groupe mentionnons : -erie (lâcherie, canaillerie), -esse
(faiblesse, sagesse), -eur (splendeur, froideur), -itude (-ude, -tude) (solititude,
quiétude, certitude), -ise (sottise), -ation, -tion, -ion (approximation, précision), -ie
(modestie, folie, jalousie), -ure (droiture).
Parmi les suffixes abstraits une place à part revient au suffixe très productif
–isme (socialisme, marxisme, impressionnisme). Encore les suffixes abstraits : -at,
-ie, -ce, -ure qui signifient une fonction, une dignité ou un régime gouvernemental
(rectorat, tyrannie, agence, présidence, préfecture, magistrature) ; une branche de
la science –ique, -logie (informatique, linguistique, pédagogie, philosophie) ; qui
servent à former des substantifs désignant une maladie, une malaise, un défaut
physique –ie (paralysie, asphyxie), -isme (alcoolisme, somnambulisme), -ite
(bronchite, appendicite).
Les suffixes des substantifs à sens concret constituent un autre groupe
considérable. Parmi ces suffixes signalons tout d’abord ceux dont les dérivés
désignent l’homme d’après quelque caractéristique. Un de ces productifs plus
productifs de notre époque est –iste dont un grand nombre de dérivés formés de
noms communs et de noms propres de personnes désignent l’homme, d’après son
appartenance à quelque doctrine ou école : humaniste, écologiste et dont d’autres
dérivés tirés aussi de substantifs désignent l’homme d’après son activité, sa
profession : anatomiste, romaniste ; la productivité des suffixes –eur (-euse) et –
ateur, -teur, -(atrice, -trice) n’a pas été altérée au cours des siècles : leurs dérivés
formés généralement de verbes désignent le plus souvent une personne d’après son
occupation ou l’action qu’elle accomplit : travailleur, skieur, animateur ; parmi les
suffixes bien productifs de ce groupe viendra se ranger le suffixe –ier, -tier, (-ière,
-tière) : vacancier, liftière, romancier(-ière), il est à noter que les variantes de ce
suffixe –er, (-ère) ont perdu leur ancienne productivité : vacher, vachère ; -logue
est encore un suffixe productif du même groupe ; il forme des substantifs désignant
l’homme d’après son occupation : cosmétologue, océanologue, alergologue.
Signalons les suffixes moins productifs de ce groupe : -aire : bibliothécaire,
publicitaire ; -ien (-ienne) – politicien, Parisien (-ienne) ; -eén (-éenne) : Européen
(-éenne) ; -ais (-aise) : Français (-aise) ; -ois (-oise) : Suèdois (-oise).
Un autre groupe comprend les suffixes qui forment des substantifs désignant
des objets ou des produits divers : -er, -ier : oranger, saladier ; -ière : soupière,
saucière ; -ette : sonnette, allumettes ; -et : jouet ; -erie : tapisserie ; -ade :
limonade.
Parmi les suffixes particulièrement productifs de ce groupe nommons –ateur
(-teur, -eur) et –euse qui forment des substantifs désignant des machines, des
appareils de toute sorte : excavateur, baladeuse, lessiveuse ; –thèque qui est très
productif aujourd’hui : discothèque, cinémathèque, mediathèque.
Un groupe particulier comprend des suffixes collectifs désignant une réunion
des objets ou des personnes ou bien une quantité de qch : -ade : colonnade ; -age :
feuillage ; -aie : cerisaie ; -at : prolétariat ; -ée, -etée : bouchée, pelletée ; -erie :
verrerie ; -is : lattis : -aine : dizaine, douzaine ; -ain : douzain. Les suffixes
diminutifs : -et, -elet : jardinet, enfantelet ; -elle : ruelle, tourelle ; -on, -eron,

30
-illon : ourson, moucheron, négrillon ; les suffixes péjoratifs : -aille : mangeaille,
valetaille ; -asse : paperasse ; -on : Margoton.

3.Suffixation ou dérivation par suffixes des adjectifs.


La suffixation est aussi un des moyens les plus importants de la formation
des adjectifs. Les suffixes les plus répandus et le plus productifs des adjectifs
sont –ique (l’appartenance à quelque branche scientifique, à une école ou genre
historique, à une doctrine, l’appartenance à une couche sociale : philosophique,
géographique, aristocratique ; un sens relationnel et la qualité : -al (-ale, -aux,
-ales), -el (-elle, -els,-elles) : national, industriel, fondamental, colossal ; -aire :
révolutionnaire, universitaire ; l’appartenance à une idéologie, une doctrine, à un
parti politique : -iste : monarchiste, socialiste ; l’appartenance à un pays, à une
localité : -ien (-ienne), -éen (-éenne), ier (-ière), -in (-ine) : académicien, européen,
financier, féminin ; -ais (-aise), -ois (-oise) : français, chinois ; -ain (-aine) :
américain ; la qualité : -able : confortable, raisonnable ; -é (e) : azuré, argenté ; -u
(e) : barbu ; -esque : pittoresque ; -eux (-euse) : merveilleux ; -if (-ive) : pensif.
Les autres suffixes : -ard (-arde) un sens péjoratif : criard, pleurard ; -able
(-ible) l’aptitude à subir l’action rendue par la base formative verbale :
pardonnable, discutable, corrigible ; -âtre la manifestation à un degré inférieur,
tirés d’adjectifs de couleurs : blanchâtre, verdâtre ; -al l’attitude envers qn, qch :
amical, cordial ; -al(e), -ain(e) des rapports différents : matinal, central, prochain.

4.Suffixation ou dérivation par suffixes des verbes et des adverbes.


La dérivation des adverbes s’effectue à l’aide de l’unique suffixe –ment.
Dans le français moderne les adverbes avec ce suffixe sont en corrélation avec des
adjectifs dont ils sont formés : lentement‹← lente, prudemment‹← prudent. Les
formations avec ce suffixe peuvent exprimer : la manière ; le degré d’intensité de
la manifestation d’un phénomène : complètement, suffisamment ; un rapport de
temps : prochainement ; l’attitude du sujet parlant envers la réalité : probablement,
certainement.
La suffixation est moins typique des verbes que des substantifs et des
adjectifs. Le suffixe –is, qui est parmi les plus productifs, signifie le fait d’être ou
de mettre dans l’état exprimé par la base formative : agoniser ← agonie, égaliser
← égal. Le fait « mettre dans un état » est rendu aussi par les formations avec les
suffixes –c-, -ifi- : durcir ← dur, glorifier ←glorieux ; -c- la manifestation ou la
communication de la qualité rendue par la base adjectivale : noircir ; -oy- le même
sens avec une nuance diminutive : ondoyer, rougeoyer ; -ass-, -aill-, -ot- une
valeur appréciative : vivoter, siffloter ; - ot-, -ill-, -onn- un sens diminutif :
toussoter, trembloter, sautiller, chantonner.

5.Préfixation (généralités). Dérivation par préfixes des verbes.


Conformément à leur méthode historique F.Diez et A.Darmesteter font
entrer la préfixation dans la composition vu que les préfixes français remonent
pour la plupart à des mots latins. A côté des traits communs les préfixes et les

31
suffixes possèdent des particularités différentielles. La soudure et
l’interdépendance sémantique entre le suffixe et la base formative atteignent un
très haut degré qui font que le sens du dérivé se trouve généralement transformé en
comparaison du sens du mot générateur. En effet, un journaliste n’est pas une
variété de journal, etc. Quant au préfixe, il conserve le plus souvent une certaine
autonomie sémantique par rapport à la base formative dont il ne fera que modifier
le sens : transporter, c’est toujours porter, mais d’un lieu dans un autre. Il est à
noter que les formations préfixales sont moins fréquentes et moins productives par
comparaison aux formations suffixales. Parmi les formations préfixales la première
place revient aux verbes.
Parmi les préfixes verbaux les plus productifs il faut nommer dé- (dés-)
exprimant un sens opposé à celui qui est rendu par le verbe primitif et la privation
de ce qui exprimé par la base formative : déboucher ← boucher, dégoûter ← goût
et r(e)-, ré- ajoute un sens itératif : revoir, rouvrir.
Les autres préfixes verbaux : en- (em-) des sens divers : enrhumer ← rhume,
embellir ← belle, ensoleiller, encadrer ← cadre, enlever ← lever ; a- : appauvrir
←pauvre, accourir ← courir ; é- un sens privatif : effeuiller ← feuille,
édenter←dent ; mé- (més-) un sens contraire à celui qui est rendu par le verbe
primitif : méconnaître et ajoute une nuance péjorative : mésuser, mépriser,
médire ; contre- l’opposition : contredire, contre-attaquer ; trans-, ex-, in- (im-),
sou- expriment des rapports spatiaux : transporter, exporter, importer, soutenir ;
entr(e)- l’accomplissement d’une action : entrouvrir, entrebâiller et l’idée de
réciprocité : s’entrechoquer ; par- le sens de « jusqu’au bout » : parachever,
parfaire ; co- l’idée de simultanéité et de concomitance : coexister, cohabiter,
coopérer ; pré- l’antériorité : prédire, prévoir.

6.Préfixation ou dérivation par préfixes des substantifs.


Les formations préfixales sont beaucoup plus rares parmi les substantifs que
les formations suffixales. Les préfixes des substantifs les plus répandus sont сeux
qui communiquent aux dérivés un sens opposé à celui du mot primitif : dé- (dés-),
dis-, in- (im-, ir-, il-), mes- : désordre ← ordre, disproportion ← proportion,
incroyance ← croyance, impuissance ← puissance, irrévérence ← révérence,
illégalité ← légalité, mésintelligence ← intelligence. Les préfixes les plus
productifs de ce groupe sont : anti- qui signifie « dirigé contre » et non- qui
confère aux dérivés un sens négatif : antifascisme, antivirus, non-participation. Le
préfixe re-, ré- participe tout autant à la formation des substantifs que les verbes :
réexamen, rediscussion, ré-désordre. Parmi les préfixes productifs viennent aussi
se ranger co- qui rend l’idée de simultanéité et de concomitance : coexistence ;
auto- qui signifie « lui-même, par lui-même » : autoconsommation ; rétro-
correspondant à « en arrière » : rétrovision ; mono- qui signifie « un seul » :
monobloc, monorail ; bi- : biréacteur ; tri- : triporteur ; quadri- : quadriréacteur ;
poly- : polyculture. Les préfixes d’intensité super-, sur-, hyper-, ultra-, méga(lo)- :
superproduction, surcocktail, hypermarché ; des termes politiques, scientifiques et

32
techniques : surexploitation, hypertension, ultrapression, méga-entreprise. Encore
mini- et micro- : mini-grippe, micro-copie, micro-ordinateur.

7.Préfixation ou dérivation par préfixes des adjectifs. Dérivation


parasynthétique et régressive.
Les formations préfixales parmi les adjectifs ne sont guère non plus très
nombreuses. Tout comme pour les substantifs les préfixes des adjectifs les plus
répandus et productifs sont сeux qui communiquent aux dérivés un sens opposé à
celui du mot primitif : in- (et ses variantes), anti-, non-, a- : inexpressif,
antidémocratique, non-directif, amoral ; les préfixes d’intensité : archi-, sur-,
extra-, hyper-, super- : surexcité, extra-fin, archiplein, hypernerveux, superléger.
La productivité des autres préfixes paraît être plus restreinte : pro- :
proaméricain ; auto- : autoguidé. La majorité des adjectifs préfixés est formés
d’adjectifs ; toutefois des cas se présentent où les préfixes forment des adjectifs à
partir de substantifs : antibrouillard← brouillard, antibruit ← bruit.
Par la dérivation parasynthétique on comprend la formation de mots
nouveaux par l’adjonction simultanée à la base formative d’un suffixe et d’un
préfixe : souterrain. Il n’y a pas d’affixes spéciaux propres à ce procédé. Donc, la
formation parasynthétique est moins autonome que la suffixation et la préfixation.
Pour distinguer un mot parasynthétique d’un mot préfixé ou suffixé il faut tenir
compte des rapports dérivationnels (sémantiques et formels) entre le mot de base et
le dérivé. Ansi, les mots tels que interdisciplinaire (qui concerne plusieurs
disciplines) et transeuropéen (qui traverse l’Europe) seraient plutôt des formations
parasynthétiques tirées de substantifs (discipline et Europe).
On distingue la formation parasynthétique propre et impropre.
Types de formation parasynthétique propre : 1) inter- +B+ suffixe (-aire,
-al, -el) → A (adjectif) : interdépartemental, interprofessionnel, interplanétaire ;
2) préfixe (sous-, trans-) +B+ suffixe (-aire, -al, -ique, -ien, -ain) → A :
sousorbitaire, transcontinental, transcanadien, transatlantique, souterrain.
Types de formation parasynthétique impropre : 1) a-, en- (em-) +B+ -r (-er)
→ V : agrandir, attrister, endurcir, engraisser ; 2) dé- +B+ -er (-r, -iser) → V ; é-
+B+ -er → V : décourager, dératiser, écorner ; 3) en- +B+ -er → V : enfumer,
emprisonner ; a- +B+ -r → V : atterrir ; anti- +B+ ø → A : antichoc. C’est un
type très actif : antibrouillard, antibruit.
La dérivation régressive ou « sans suffixe », ou « avec le suffixe zéro »,
consiste en la formation de mots par le retranchement de certains suffixes. Ainsi on
a formé démocrate, aristocrate, autonome de démocratie, aristocratie, autonomie
en rejetant le suffixe –ie. Il est à noter qu’on range souvent dans la dérivation
régressive les substantifs tirés de verbes et coïncidant avec les radicaux de ces
derniers : cri ‹← crier, vol ‹← voler, appel ‹← appeler.
Notons que la dérivation régressive est peu productive en français moderne.

8.Conversion ou dérivation impropre.

33
Conversion (transposition, dérivation impropre), c’est un procédé syntaxico-
morphologique de formation de mots par lequel un change de partie du discours
sans changer sa forme phonétique : une personne enseignant à l’université → un
enseignant, un texte résumé → un résumé, un homme malade → un malade.
On distingue la conversion totale ou morphologo-syntaxique et la conversion
partielle (syntaxique, fonctionnelle). Dans le premier cas le mot converti a les
mêmes catégories morphologiques que les autres mots de sa nouvelle partie du
discours : p.ex., les mots substantivés ont le genre et le nombre (séparer les blancs
des jaunes avant de verser la farine). En cas de conversion partielle le mot est
employé dans une fonction syntaxique qui ne lui est pas propre : les si, les oui, les
non.
La conversion des substantifs a pour le résultat l’adjectivation : S → A : un
ennemi – une armée ennemie.
La conversion des adjectifs : 1) substantivation des adjectifs : A→ art.+S :
(sommet) rond → un rond ; l’ellipse du substantif dans les sintagmes S + A (art.
+S+A) → art.+S : un journal quotidien → un quotidien, un appareil portable →
un portable ; 2) adverbialisation des adjectifs : parler bas, travailler ferme.
La conversion des adverbes : 1) substantivation : Adv. → S : faire du bien,
du mal à qn ; 2) adjectivation : Adv. → A : des gens bien.
La conversion des participes : 1) adjectivation : Part.pr. → A verbal : (une
rue) passante, (une musique) dansante ; Part.Passé → A : (l’air) comprimé, (un
élève) étourdi ; 2) substantivation : Part.pr. → S : un étudiant ; Part.Passé → S : un
extrait, un syndiqué.

9.Composition des mots.


Ce procédé de formation, quoique moins productif que la darivation affixale,
occupe une place importante dans le système formatif du français d’aujourd’hui.
Un mot composé est un groupement syntaxique lexicalisé. Les composants des
vocables de ce type peuvent : 1) ne pas avoir de rapport syntaxique explicites entre
les éléments d’un mot composé : tire-bouchon – instrument pour retirer le bouchon
de la bouteille ; 2) avoir intégrité sémantique du mot composé même si les
éléments ne les motivent que partiellement, ainsi le mot gendarme n’implique pas
seulement l’idée d’une personne armée, mais d’un militaire appartenant au corps
de la gendarmerie ; 3) absence d’autonomie fonctionnelle des éléments, comme
c’est le cas de porte- dans porte-monnaie ; 4) les éléments d’un mot
composé s’ecrivent par un trait d’union (plus rarement – ensemble) : passe-
partout, portemanteau.
Types de mots composés : 1) substantifs : B + S → S : nom d’instrument :
tire-bouchon, brise-glace ; nom d’agent et nom de chose ou de lieu : casse-cou,
porte-malheur ; nom de champignons ou de plantes : tue-mouche, perce-neige ; A
+ S → S : belle-mère, basse-cour ; S + A→ S : sang-froid, chat-huant, ce type est
peu actif et productif ; préposition (adv.) + S→ S : sans-emploi, après-midi ; 2)
adjectifs : A + A → A : doux-amer, bleu-claire ; A (part.) + part → A : nouveau-
né, ivre-mort ; Adv. + A (part) → A : bienheureux, maladroit ; B + o + A→ A :

34
anglo-américain, égypto-palestino-israélin ; 3) adverbes : On voit très peu
d’adverbes parmi les mots composés. P.ex., après-demain, avant-hier sont formés
selon le type Préposition + Adv. 
Quant aux verbes composés du type malmener, bouleverser, dans le français
moderne ils ne se forment plus.
D’après le type de rapports syntaxiques entre leurs éléments les mots
composés se divisent en copulatifs (français-polonais), déterminatifs (rouge-
gorge) et les mots formés par complémentation : cache-pot. On distingue des
composés idiomatiques (chauve-souris) et non-idiomatiques (tire-bouchon, sans-
travail).

10.Abréviation. Redoublement et déformation des mots. Onomatopée.


A l’heure actuelle l’abréviation est devenue un procédé productif de la
formation des mots. Ces procédés de formation des mots se sont développés
surtout au XXe siècle et dans plusieurs langues. L’expansion de l’abréviation tient
à plusieurs raisons parmi lesquelles on peut citer avant tout deux essentielles : 1)
facteur social : l’accélération du rythme de la vie de nos jours conditionne la
tendance de donner le maximum d’information en minimum de temps : on dit,
p.ex., cinéma (et même ciné dans le français familier) au lieu de
cinématographique ; 2) facteur linguistique : l’abréviation est un des moyens
servant à limiter la redondance en éliminant des syllabes entières. C’est une
tendance analytique.
On distingue les procédés d’abréviation suivants : la troncation (procédé
morphologique) et deux procédés syntaxico-morphologiques : la siglaison et le
téléscopage.
La troncation. On rejette un élément d’un mot composé ou dérivé : a) si on
supprime la partie finale, c’est une apocope : télévision – télé, exposition – expo ;
b) la suppression d’une ou de plusieurs syllabes initiales d’un mot s’appelle
l’aphérèse : autobus – bus, alboche – boche. La troncation (et surtout l’aphérèse)
est caractéristique du langage parlé et familier, voir argotique : perm(e), ado, dico,
pitaine, etc. Les apocopes sont plus nombreuses que les aphérèses ce qui peut
s’expliquer par le fait que ce sont les syllabes initiales qui portent la plupart de
l’information. La plupart des mots tronqués sont des substantifs, las adjectifs se
rencontrent plus rarement : sympa, impec (c), incon.
La siglaison. On appelle sigle les lettres initiales servant d’abréviation. Il
s’agit donc de l’abréviation des groupes de mots. Parmi les sigles on distingue les
alphabétismes (où les lettres se prononcent alphabétiquement : P.T.T. [petete] et
les acronymes qui on une pronociation syllabique : S.M.I.C., E.N.A., O.V.N.I. De
nos jours plusieurs sigles sont empruntés à l’anglais : UNESCO, laser, jeep, radar.
La preuve c’est que le sigle, à l’opposé des autres types d’abréviation, peut devenir
mot base de dérivation suffixale : O.N.U. → onusien, O.T.A.N. → otanien,
otaniser. L’accroissement incessant du nombre des sigles a pour résultat
l’apparition des homonymes. Ansi, p.ex., le sigle A.M. correspond à 76 groupes de
mots. Le texte seul peut guider le lecteur à comprendre le sens de ces sigles.

35
Le téléscopage. On appelle mots téléscopés (mots-valises, mots-gigognes,
mots porte-manteaux) les mots formés à l’aide de l’abrègement des syllabes d’un
ou plusieurs mots dont ils sont composés : mobylette ← mobile +bicyclette,
eurafricain ← européen + africain, Benelux ← Belgique + Nederland +
Luxembourg. C’est un procédé très actif qui s’est développé surtout de nos jours.
Les types de mots téléscopés sont nombreux et variés. Les éléments de ces mots
peuvent être liés par des rapports de coordination (Eurasie ← Europe + Asie,
franglais ← français +anglais) ou de subordination (alcootest ← alcool + test,
Noraf ← Nord + Africain). On peut diviser ces derniers en deux groupes selon
l’ordre de leurs éléments : 1) déterminé – déterminant : Bat d’Af (Bataillon
d’Afrique), plastisol (plastique + solide) ; déterminant – déterminé : voygence
(voyage + agence), mobot (mobile + robot). Parfois les morphèmes, les phonèmes
ou les syllabes sont superposés : clinique + hélicopter = clinicoptère, restaurant +
route = restauroute.
La structure des mots téléscopés est variée. Ansi, p.ex., on voit les types tels
que : élément initial du premier mot + le second mot : piéton + route = piétoroute ;
élément initial du premier mot et du second mot : Vélodrom d’Hiver → Vel d’Hiv ;
élément initial du premier mot + élément final du second mot : stagnation +
inflation  → stagflation. On peut préciser la signification lexicale de ces mots à
partir de leurs éléments.
Redoublement et déformation des mots. Tout comme l’abréviation le
redoublement et la déformation mènent à l’apparition de variantes de mots déjà
existants et non point à la création de nouvelles unités lexicales. Les unités formés
par redoublement reçoivent généralement des nuances mélioratives et familieres :
fifils pour « fils », pépère ou pépé pour « grand-père », tata, tati(e) – « tante ». Le
redoublement est typique des prénoms : Mimile, Juju, Titine – pour Emile, Julie,
Augustine.
La déformation s’effectue par des procédés divers dont la pseudo-suffixation
argotique, le verlan, l’argonji : boutanche – « bouteille », fastouche – « facile »,
clodo – « clochard », valdingue – « valise », cuistance – « cuisine ». Les variantes
et les mots formés par la déformation pullulent dans le langage populaire et l’argot
qui utilisent largement les vocables de la langue commune.
L’onomatopée c’est la formation des mots par un procédé phonétique. Les
onomatopées sont fondées sur l’imitation de différents sons, cris, bruits. Pourtant
cette imitation est souvent assez conventionnelle et approximative. Seuls des noms
et des interjections peuvent être appelés « onomatopées ». Ces lexèmes
(onomatopées) servent de base à la dérivation morphologique des mots
phonétiquement motivés. L’onomatopée est d’une productivité restreinte, ce qui
s’explique en particulier par le caractère relativement réduit des sons perceptibles
par l’oreille humaine. Les créations récentes : glop – « bruit ressemblant à un coeur
qui bat », yé-yé – formé par imitation du refrain d’une chanson américaine.

Questions:
1. Quelles est l’origine de la plupart des suffixes français?

36
2. D’après le principe morphologique, en quels groupes peut-on répartir les
suffixes?
3. Quels sont les suffixes formant les substantifs, les adjectifs, les verbes,
les adverbes?
4. Quelles est l’origne de la pluart des préfixes français?
5. Dans quelle classe grammaticale les formations préfixales sont les plus
répandues?
6. Citez les préfixes les plus productifs de nos jours.
7. Quels sont les procédés essentiels de la formation des mots?
8. Conversion, comment se fait-elle?
9. Dans quelle classe grammaticale de mots la conversion est le plus
répandue?
10. La composition des mots est dite formation syntaxique. Pourquoi?
11. Quelles sont les particularités des composés français?
12. Dans quelle classe grammaticale voit-on le plus de composés en
français?
13. Quels sont les types essentiels d’abréviations?
14. Quel est la sphère d’emploi des abrégés?
15. Quels sont les types d’abréviation désignés par «apocope» et aphérèse»?
16. Quels sont les principes de classification et les particularités des
locutions phraséologiques?
17. Comment expliquez-vous l’extension et la restriction des liens
phraséologiques de différentes parties du discours?

Exercices de class:
ex. IV, V, VI, p. 16-17.
ex. I, IV, p. 18.
ex. I, p. 19.
ex. I, III, p. 20 ; ex. VI , p. 21.
ex. I, p. 22.
ex. I, II, p. 28 ; ex. XI , p. 30.

EMPRUNTS

Plan
1. Emprunt en tant que source externe de l’enrichissement du vocabulaire.
2. Types d’emprunts.
3. Emprunts aux langues classiques.
4. Emprunts aux langues orientales.
5. Emprunts aux langues romanes.
6. Emprunts aux langues germaniques.
7. Emprunts au russe et aux langues des minorités nationales.

37
8. Adaptation des vocables empruntés au vocabulaire du français.
9. Les internationalismes.
10.Doublets étymologiques et phonétiques.

Objectifs d’étude:

L’apprenant doit acquérir des connaissances sur:


- La définition de l’emprunt
- Les causes de l’emprunt
- Les types d’emprunts
- Les étapes de l’adaptation par le système de la langue
- Les sources des emprunts
- Le degré d’assimilation des emprunts
- Les transformations sémantiques au cours de l’adaptation
- Les types de calques
- Traits d’assimilation de l’emprunt par le système de la langue française

L’apprenant doit savoir répondre aux questions sur:


- Les conditions nécessaires pour l’emprunt
- Les types de mots qui forment le corpus du lexique international
- Les apports des langues germaniques au le français
- Le facteur du temps dans l’assimilation de l’emprunt

L’apprenant sera capable de (d’):


- Identifier les différents éléments étrangers dans la langue française
- Retrouver facilement des mots étrangers et définir leur exploitation
- Repérer des mots anglais
- Identifier des changements phonétiques et morphologiques des emprunts
- Repérer des significations nouvelles des mots étrangers
- Prouver que les mots étrangers jouent le rôle positif dans l’enrichissement de
la langue

Обладать следующими компетенциями:


общекультурные:
– руководствуется принципами культурного релятивизма и этическими
нормами, предполагающими уважение своеобразия иноязычной
культуры и ценностных ориентаций иноязычного социума;
– владеет культурой мышления, способностью к анализу, обобщению
информации, постановке целей и выбору путей их достижения, владеет
культурой устной и письменной речи;
профессиональные:
– владеет системой лингвистических знаний, включающей в себя знание
основных лексических и грамматических, словообразовательных

38
явлений и закономерностей функционирования изучаемого
иностранного языка, его функциональных разновидностей;
– обладает готовностью преодолевать влияние стереотипов и
осуществлять межкультурный диалог в общей и профессиональной
сферах общения;
– обладает необходимыми интеракциональными и контекстными
знаниями, позволяющими преодолевать влияние стереотипов и
адаптироваться к изменяющимся условиям при контакте с
представителями различных культур;
мультимедиа:
– умеет работать с основными информационно-поисковыми и
экспертными системами, системами представления знаний,
синтаксического и морфологического анализа, автоматического
синтеза и распознавания речи, обработки лексикографической
информации и автоматизированного перевода, автоматизированными
системами идентификации и верификации личности;
– обладает способностью работать с информацией в глобальных
компьютерных сетях;
– умеет работать с электронными словарями и другими электронными
ресурсами для решения лингвистических задач;
в области научно-методической деятельности:
– владеет средствами и методами профессиональной деятельности
учителя или преподавателя иностранного языка, а также сущностью и
закономерностями процессов преподавания и изучения иностранных
языков;
– умеет использовать достижения отечественного и зарубежного
методического наследия, современных методических направлений и
концепций обучения иностранным языкам для решения конкретных
методических задач практического характера;
в области научно-исследовательской деятельности:
– умеет использовать понятийный аппарат теоретической и прикладной
лингвистики, лингводидактики и теории межкультурной
коммуникации для решения профессиональных задач;
– умеет структурировать и интегрировать знания из различных областей
профессиональной деятельности и обладает способностью их
творческого использования и развития в ходе решения
профессиональных задач;

1.Emprunt en tant que source externe de l’enrichissement du vocabulaire.


L’emprunt est un phénomène sociolinguistique, résultat des contacts en
synchronie de langues et processus de ces contacts en diachronie. L’emprunt est un
phénomène complexe qui peut être considéré sous différents aspects. Avant tout

39
l’emprunt lexical est une source de l’enrichissement du lexique. Tandis que la
formation de mots sert de source interne de l’évolution lexicale, l’emprunt en est
une source externe. D’autre part, les emprunts représentent une des parties du
lexique qui se distingue par son origine des mots du fond héréditaire et des mots de
formation française. Aussi le lexique français n’est-il pas homogène. Comme
chaque processus l’emprunt doit être délimité dans le temps et l’espace. Par
conséquent, on ne peut pas parler des emprunts faits avant les débuts du français,
c’est-à-dire, à l’époque du gallo-roman. C’est pourquoi les celtiques (tels que
chemin, chêne, bouleau, bec, Paris, Verdun, etc.) de même que les mots
germaniques (jardin, banc, fauteuil, guerre, honte, robe, gai, riche, blanc, blond,
bleu, etc.) ne se présentent pas comme emprunts. On ne peut donc parler des
emprunts qu’à partir du IXe siècle. Telle est la délimitation des emprunts dans le
temps. Quant à leur démarcation dans l’espace, il convient de préciser qu’il’s’agit
bien des emprunts aux autres langues et pas aux dialectes du français ni à l’argot
ou aux jargons professionnels.
L’emprunt né des contacts de langues différentes et de leurs sujets parlants.
Comme les formes, la durée et l’intensité de ces contacts divergent, on obtient des
résultats divers. Ansi parmi les conditions extralinguistiques favorables à
l’emprunt on peut nommer les contacts commerciaux et culturels. Par contre, les
contacts dus aux conflits militaires n’exercent pas l’influence considérable et
prolongée sur l’enrichissement du lexique. C’est ainsi que, p.ex., les mots
allemands d’usage courant sous l’occupation (tels que Ausweis, Kommandatur,
etc.) sont sortis du lexique. Donc l’influence d’une langue prêteuse diffère au cours
de l’histoire. Elle dépend du prestige culturel à telle ou telle époque du peuple qui
parle cette langue.
Cependant il existe encore un problème consernant les emprunts. Une fois
un mot étranger ayant pénétré dans le vocabulaire, il doit s’y adapter. Et là, ce sont
des facteurs linguistiques internes qui entrent en jeu, parce que le problème de
l’assimilation des emprunts est avant tout un problème linguistique. Selon L.
Deroy, on emprunte surtout des substantifs, les verbes et les adjectifs sont moins
courants, tandis que les adverbes, les interjections, les prépositions et les
conjonctions apparaissent empruntés un petit nombre de fois et enfin, « les
pronoms personnels et démonstratifs, ainsi que les articles sont très rarement
empruntés ». Outre les mots, on emprunte aussi des morphèmes, notamment, des
affixes dérivationnels, p.ex., -ade, -esque, -issime, -ing. Et cet emprunt aussi
intéresse le lexicologue. Enfin, on reprend souvent aux mots étrangers leurs
significations ce qui fait toujours partie du domaine de la lexicologie.

2.Types d’emprunts.
Les emprunts se distinguent d’après les critères suivants : 1) la langue
préteuse, source d’emprunts ; 2) la voie par laquelle se fait l’emprunt (oral ou
écrite) ; 3) les rapports référentiels et significatifs du mot emprunté dans la langue
emprenteuse (les rapports entre le mot emprunté et de l’autre coté son référent et

40
son signifié) ; 4) le degré de leur assimilitation ; 5) la structure et la sémantique
des mots empruntés.
On distingue la voie orale et écrite. Quant aux langues vivantes, on utilise les
deux voies pour y puiser, tandis que l’emprunt aux langues mortes (le latin, le grec
ancien) se fait par voie écrite.
Rapports référentiels et significatifs du mot emprunté. D’après ce critère on
peut différencier les types d’emprunts suivants : 1) un mot étranger vient en
français en même temps que la chose dénommée et le concept : football, club,
jean(s), motel, fax, balcon, fresque, concert, mazurka, polka, café, coton, etc. ; 2)
on n’emprunte que le mot (non signifiant et son signifié) et par conséquent, le
concept est présent dans l’esprit des Français tandis que la chose elle-même reste
étrangère à la vie quotidienne de la plupart des sujets parlants. Il s’agit dans ce cas-
là des mots dits exotiques et folkloriques qui servent à dénoter des choses
caractérisant la vie d’un autre peuple dont la langue est utilisée comme source
d’emprunt ; tels sont les noms géographiques comme toundra, steppe, fjord, etc.,
les noms d’animaux et de plantes comme okapi, once, etc. Les mots dits
« folkloriques » désignent des objets de la vie quotidienne et culturelle qui n’ont
pas d’équivalents dans la réalité française et c’est pourquoi ces mots sont
intraduisibles en français, p.ex., samouraï, kimono, geisha, samovar. Comme les
mots « folkloriques » servent à rendre la couleur locale, les écrivains les
introduisent aisément dans leurs oeuvres se permettant même parfois d’employer
des vocables étrangers dits « xenismes » qu’on ne retrouve dans aucun
dictionnaire ; 3) on reprend à un autre idiome un mot exprimant un concept qui
existe déjà en français et qui est rendu par une périphrase, comme dans « folklore –
ensemble des arts, usage et traditions populaires » ; 4) le français possède un mot
correspondant au terme emprunté. Alors le mot emprunté acquiert d’autres
significations que le mot autochtone, il peut devenir son hyponyme et prendre des
connotations : ainsi leader se rapporte au chef du groupe politique, d’un parti, et
bien qu’il ait d’autres sèmes, ils sont moins nombreux que les sèmes du mot chef.
Il en est de même pour star (emprunté) et étoile, spleen et ennui. Parfois les mots
empruntés acquièrent des connotations péjoratives ou stylistiques, p.ex., les
emprunts à l’allemand rosse – mauvais cheval, tandis que les vocables toubib
(médecin) venu de l’arabe, l’anglicisme business (les affaires) sont d’emploi
familier et le mot moukère (femme) emprunté à l’espagnol est argotique.
Types structuro-sémantiques d’emprunts.
1) On emprunte la forme du mot sans substitution de morphèmes et au
minimum une des significations du mot, c’est-à-dire le signifiant et au moins une
partie du signifié, comme c’est le cas des mots : film, club, jean(s), venus de
l’anglais, opéra, piano, villa, repris à l’italien, sucre, tarif, hasard (mots d’origine
arabe), izba, mazout (mots russes).
2) L’emprunt se fait à condition d’une  substitution partielle de
morphèmes, de leur adaptation au système du français et de la reprise d’au moins
une des significations du mot, c’est-à-dire que le signifiant et le signifié y sont

41
touchés partiellement. C’est ainsi que, p.ex., les mots anglais to stop et speaker
[spik∂] deviennent stopper et [spikœr].
3) On adopte aussi des mots étrangers au moyen du calque. C’est une
sorte de traduction par morphèmes qui produit donc un mot nouveau. C’est-à-dire
on procède à la substitution totale des morphèmes et on emprunte la forme interne
du mot ou de locution, donc leur structure et leur contenu sémantique, autrement
dit, le signifié et la sctructure du signifiant. Ce sont les mots composés qu’on
calque le plus souvent. Dans les calques l’ordre des morphèmes ou des mots
habituels au français est violé, comme dans ces cas-là : haut-parleur (de l’anglais
loud-speaker), libre-échange (de l’anglais free-trade), quartier-maître (de
l’allemand Quartiermeister).
4) Il existe enfin des types d’emprunts purement sémantiques avec une
substitution totale des morphèmes, le signifié seul est emprunté. Ces emprunts se
présentent comme une espèce « d’étrangers déguisés » et on a du mal à les
reconnaître à moins qu’on ne connaisse bien les deux langues : dans les emprunts
par traduction on prend à la langue prêteuse la signification des mots et des
locutions sans que leur forme y soit touchée, comme dans ces mots composés :
sky-scraper (ang.) →gratte-ciel, blue-stocking (ang.) → bas-bleu, cyberwar (ang.)
→ guerre d’information, Kindergarten (all.) → jardin d’enfants ; sous la
contamination sémantique (terme de J. Dubois) on entend l’acquisition par les
mots et les locutions des significations nouvelles sous l’influence d’un mot ou
locution étrangers, p.ex., le mot séminaire, de l’allemand Seminar, ayant reçu la
signification « groupe d’étudiants travaillant sous la direction d’un enseignant ».
Il faut dire que les frontières entre les types d’emprunts examinés ne sont pas
toujours bien déterminées. On étudie souvent les calques et les emprunts par
traduction à part des autres emprunts.

3.Emprunts aux langues classiques.


On peut dire que le latin a servi de tout temps au français de source
inépuisable d’enrichissement. Les emprunts au latin et au grec ancien se font à
partir des débuts du français jusqu’à nos jours, mais surtout au XIV e siècle et au
XVIe siècle : faculté, fanatique, académie, emblème, disque, etc. On peut dire que
l’influence latine sur le français a été si forte que sa structure même s’en est
ressentie.
Cependant le terme « mots savants » est devenu purement conventionnel
dans le français moderne. Effectivement beaucoup d’emprunts aux langues mortes
ne restent guère cantonnés, comme au moment de leur apparition, dans l’une ou
l’autre terminologie spéciale ; ils finissent par s’ancrer dans la langue commune.
Nombre de mots étymologiquement « savants » dont régiment, nature, imbécile,
facile, fatiguer, habituer, imaginer sont perçus comme étant d’origine française.
Tout Français se sert non seulement des anciens emprunts tels que penser et
réfléchir, mais aussi des créations réussies plus récentes comme avion, aviation,
téléphone, photographie formés à partir d’éléments latins et grecs.

42
4.Emprunts aux langues orientales.
Les langues orientales ont enrichi le français d’un certain nombre de
vocables ayant trait tant aux moeurs des peuples d’origine qu’aux acquisitions de
la culture mondiale.
De l’hébreu le français tient surtout des terme bibliques : amen – « ainsi
soit-il », satan < satan – « adversaire », ensuite nom de l’esprit du mal dans la
Bible. Ces mots ont été transmis en français par le latin ecclésiastique.
Le français a aussi adopté quelques mots persans dont la plupart lui sont
venus par l’intermédiaire d’autres langues dont l’espagnol, l’italien, l’arabe :
bazar, caravane, échec.
L’emprunt à l’arabe connaît deux périodes essentielles : 1) à partir du IXe
siècle le français puise l’arabe, parce que pendant tout le Moyen Age la civilisation
arabe a été une des grandes sources de la culture européenne : azimut, algèbre,
tarif, etc. ; 2) aux temps modernes beaucoup de mots arabes sont venus du monde
arabe actuel, surtout de l’Algérie, ce sont des emprunts directs : toubib. Il est à
noter que la plupart des mots arabes ont pénétré en français par l’intermédiaire
d’autres langues : le latin médiéval – alchimie ; l’italien – douane, chiffre, zéro,
etc. ; l’espagnol – alcôve, alcade, algarade. C’est par l’arabe que sont venus en
français des mots turcs : divan, kiosque, chacal. Le nombre des emprunts arabes en
français est 270 mots.

5.Emprunts aux langues romanes.


Les emprunts à l’italien commencent à se faire sentir dès le XIV e siècle et
progressent rapidement jusqu’à la fin du XVI e siècle (353 mots) à mesure que les
Français s’initient à la culture italienne de la Renaissance : ambassade, porcelaine,
balcon, médaille, etc. On compte 850 mots emprunté à l’italien.
Les emprunts à l’espagnol se rapportent surtout au XVIe siècle (88 mots) et
au XVIIe siècle (87 mots) : cigare, camarade, bizarre. C’est par l’espagnol que des
langues amérindiennes de l’Amérique du Sud sont venus dans la langue française :
maïs, tomate, chocolat. A partir du XVIIIe siècle les emprunts à l’espagnol
deviennent de plus en plus rares. Il existe 300 mots emprunté à l’espagnol.
Le portugais a donné les mots tels que caravelle, caste, marmelade, etc. et le
provençal le mot cap.

6.Emprunts aux langues germaniques.


Les mots d’origine anglaise ne sont pas nombreux en français jusqu’au
XVII siècle et XVIIIe siècle : paquebot, club. De même que l’espagnol, l’anglais
e

sert d’intermédiaire aux mots venus des langues des anciennes colonies
britanniques. C’est ainsi que le français doit des mots tels que kaki, jungle, pyjama,
shampoing, etc., à l’hindi, tandis que : kangourou, boomerang viennent de
l’australien et tabou du polynésien. Au XIXe siècle la quantité de nouveaux
anglicismes double par rapport au siècle précédent et au XXe siècle on assiste à une
véritable invasion de mots anglais en français. Parmi les anglicismes il y a des
vocables pris aurefois au français qui sont revenus, avec quelque changement de

43
sens, là où étaient nés, comme c’est le cas des mots tennis (du français tenez),
budget (de bougette – petit sac en ancien français), humour (de humeur), etc. Il y a
700 mots emprunté à l’anglais.
L’apport de l’allemand, du néerlandais et des autres langues germaniques
est moins considérable que celui de l’anglais. Les emprunts à l’allemand n’ont
jamais été nombreux (170 mots). Le maximum qui se chiffre à 27 mots a été ateint
au XIXe siècle : valse, képi. Outre l’allemand, le français a toujours puisé au
vocabulaire néerlandais : les substantifs comme bloc, brique, bière, écran,
l’adjectif drôle. Le français possède quelques mots d’origine scandinave,
notamment, norvégienne : ski, slalom.

7.Emprunts au russe et aux langues des minorités nationales.


Les langues slaves n’ont pas joué un grand rôle dans l’enrichissement du
lexique français. Le premier mot d’origine russe qui est venu en français au XVIe
siècle par l’intermédiaire de l’italien est le mot zibeline. C’est à partir XVIIIe
siècle avec l’élargissement des contacts et des rapports culturels et commerciaux
entre la France et la Russie que le nombre de mots russes augmente : boyard,
steppe, cosaque, isba, samovar, vodka, kvas (kwas), balalaïka. Beaucoup de mots
russes apparaissent en français à l’époque soviétique, il s’agit des soviétismes tels
que : soviet, kolkhoz(e), sovkhoz(e). Et le mot spoutnik désignant le premier
satellite artificiel de la Terre lancé en 1957 par l’Union Soviétique est entré dans
plusieurs langues y compris le en français. Les emprunts aux autres langues slaves
sont assez rare. Toutefois, on peut citer quelques exemples d’emprunts au
polonais : chapska, mazurka, polka et au tchèque : robot, mot créé par K. Čapek
pour désigner des travailleurs artificiels.
L’apport fait au vocabulaire du français par les langues des minorités
nationales habitant le territoire de la France est moins considérable. Les emprunts
au breton qui sont le plus nombreux : goéland, bijou, joyau, biniou, dolmen,
menhir.

8.Adaptation des vocables empruntés au vocabulaire du français.


Cette intégration se fait aux niveau phonologique, morphologique,
sémantique et enfin par la formation de dérivés. L’assimilation phonétique
implique le déplacement de l’accent sur la dernière syllabe (villa) ou bien la
suppression de la voyelle finale non accentuée (cannone – canon).
L’intégration morphologique comprend deux aspects : l’assimilitation
morphématique et l’assimilitation grammaticale. L’assimilitation morphématique
signifit que les morphèmes étrangers sont francisés. Cela concerne surtout les
affixes finaux, c’est-à-dire les suffixes. Deux cas peuvent se présenter : 1) le
français finit par accepter un suffixe étranger en assimilant à son propre système.
Tels sont les cas des suffixes italiens « -esque » qu’on rencontre dans les
italianismes : chevaleresque, grotesque, aussi bien que dans des mots de formation
française : livresque, chaplinesque, « -issime » : illustrissime, généralissime, du
suffixe roman « -ade » qui vient du provençal « -ada » et de l’italien « -ata » :

44
colonnade, mais aussi promenade, baignade. Le suffixe flexionnel anglais « -ing »
venu avec les mots tels que meeting, jumping. Quant au mot anglais man emprunté
avec des anglicismes : barman, cameraman, il commence à fonctionner comme
suffixe dans recordman et rugbyman formés en français ; 2) il en est autrement du
suffixe anglais « -er » désignant des noms d’agent. Ce morphème est francisé
s’assimilant à « -eur » et sert à représenter des noms d’agent ou d’instrument
(objet) : speaker, scooter. Dans l’autres cas le morphème« -er » s’assimile à « -
aire » : docker, reporter.
L’assimilitation grammaticale signifie que le substantif emprunté acquiert
ou confirme son genre en français, prend la forme française du pluriel des noms.
Dans la plupart des cas le genre des substantifs se maintient en français, comme
cela arrive aux mots venus des langues romans et slaves citadella (f) – citadelle (f),
colonello (m) – colonel (m), интеллигенция (f) – intelligentsia (f), мазут (f) –
mazout (f). Quant aux noms empruntés à l’anglais qui n’ont pas de genre dans la
langue prêteuse ces noms l’acquièrent en français. Le problème est alors de savoir
déterminer leur genre. La plupart des anglicismes s’approprient le masculin : un
club, un week-end, tous les mots en –ing, enfin, les mots qui se terminent par
consonne : le football, un ticket, un film, le rock, un meeting. Par contre, le féminin
peut apparaître par analogie avec son hyperonyme français. C’est ainsi que jeep
acquiert le genre le féminin sous l’influence du mot automobile, c’est l’anglicisme
interview est considéré finalement comme un nom du féminin grâce au
rapprochement avec son doublet étymologique entrevue. Il est bien naturel que le
féminin s’impose là où le nom emprunté désigne une personne de sexe féminin :
une girl, une star. La plupart des substantifs empruntés s’intégrant au français
prennent le « s » au pluriel un rails – des rails, une villa – des villas.
L’assimilition sémantique se fait de façon différentes : dans la plupart des
cas langue emprunteuse n’adopte pas toutes les significations du mot emprunté,
mais une ou quelques-unes seulement. On assiste donc à la restriction de la
signification du mot emprunté dans la langue emprunteuse. Le mot emprunté peut
acquérir des significations nouvelles dans la langue emprunteuse. P.ex., le mot
vedette repris à l’italien vedetta – « lieu élévé où on place une sentinelle ». Or ce
mot a acquiert d’autres significations en français qui n’ont avec la signification
primaire qu’un seul sème commun « lieu, position élevée bien en vue, de premier
plan » pris au sens figuré (en parlant des personnes et des choses).
Enfin, le mot est considéré comme totalement intégré s’il a formé des
dérivés : standart → standardiser → standardisation, ces dérivés se rapprochent
des formations savantes ; stop, boxe, boycott sont formés : stop → stopper →
stoppeur, -euse, boxe → boxer → boxeur, boycott → boycotter → boycottage, ces
dérivés se rapprochent des formations populaire.

9.Les internationalismes.
On peut considérer les mots dits internationalismes comme une des
conséquence de l’emprunt. Grâce aux emprunts dans plusieurs langues
européennes s’est formé un fond lexical commun qu’on appelle international et qui

45
conprend des termes techniques des sciences, des arts, etc. C’est surtout au latin et
au grec ancien qu’on puise ces vocables. A titre d’exemple on pourrait citer les
mots et les morphèmes comme linguistique, philologie, lexicologie, technique,
mathématiques, physique, etc., les suffixes –isme, -iste, -ite, les morphèmes télé-,
auto-, phono-, thèque, etc.
Chaque langue fait apport au fond international : l’italien, p.ex., a fourni des
termes d’art (acquarelle, opera, ballet, etc.) ; on a pris à l’anglais des termes de
sport, de cinéma, de commerce (sport, football, film, exporter, chèque, etc.) ;
l’arabe a donné des termes des sciences (algèbre, chimie, algorithme) ; d’après les
mots russes, enfin, on a calqué planifier et autocritique.

10.Doublets étymologiques et phonétiques.


Dans la langue il existe des doublets étymologiques et phonétiques. Les
doublets étymologiques sont des mots dont les sens est proche de celui de l’étymon
(une forme attestée ou reconstituée dont on fait dériver un mot). Ils apparaissent
dans la langue à des époques différentes et par des voies différentes. Les doublets
étymologiques venus du latin peuvent être d’origine populaire et classique. On
distingue en français d’après leur origine trois groupes essentiels de mots : mots
d’origine populaire, mots savants et mots d’origine étrangère. C’est aux emprunts
au latin que le français doit la plus grande partie de ces doublets : bain – bagne (de
l’it.), chanteuse – cantatrice (de l’it.), chevalier – cavalier (de l’it.), oeuvre –
opéra (de l’it.), chef – cap (du provençal), dame – duègne (de l’esp.), enfant –
infant (de l’esp.), noir – nègre (de l’esp. ou portugais), entrevue – interview (de
l’angl.), exprès – express (de l’angl.), humeur – humour (de l’angl.). On peut
compléter cette liste par quelques paires de mots provenant d’un même étymon
arabe et venus en français par des voies différentes : magasin – magazine, moire –
mohaire.
Les doublets phonétiques sont des variantes des emprunts surtout anglais.
Dans un cas on s’oriente sur la prononciation de la langue d’origine, dans l’autre
on se rélègue sur l’écriture en francisant la pronociation.

Questions:
1. De quels éléments est constitué le fonds usuel du lexique français?
2. Quelles sont les causes de l'apparition des emprunts dans le français?
3. Quelles sont les époques les plus riches d'emprunts en français?
4. Quels types d'emprunts savez-vous?
5. Quelles sont les causes essentielles de l'apparition des doublets dans le
français?
6. Prouvez que les emprunts ont un aspect positif en français.
7. Quels facteurs causent l’apparition des emprunts?
8. Quelles sont les particularités de calque morphologique?
9. Qu’est-ce qui vise à l’assimilation des mots étrangers?
10.Est-ce que la parenté des langues facilite l’assimilation des emprunts?
11.Est-il normal si les mots étrangers conservent leur forme étrangère?

46
12.Quelle est la tendance propre aux emprunts?

Exercices de class:
ex. I, p. 35; ex. III, p. 36; ex. VII, p. 37; ex. VIII, p. 38; ex. XIV, p. 41.
PHRASÉOLOGIE FRANÇAISE

Plan
1. Définition de la phraséologie. Caractéristiques essentielles des locutions.
Problèmes de classification.
2. Le rôle de l’image.
3. Procédés de formation des locutions.
4. Signification phraséologique.
5. Rapports paradigmatiques.
6. Sur les origines des locutions.

Objectifs d’étude:

L’apprenant doit acquérir des connaissances sur:


- La définition de la phraséologie
- Problèmes de classification
- La classification des phraséologismes, leurs traits distinctifs
- Les types structuraux et sémantiques des unités phraséologiques
- Les rapports systématiques entre les mots
- La formation des unités phraséologiques

L’apprenant doit savoir répondre aux questions sur:


- Les conditions nécessaires pour la phraséologie
- Les théories de classification des unités phraséologiques

L’apprenant sera capable de (d’):


- Identifier les différents éléments étrangers dans la langue française
- Retrouver facilement les traits spécifiques des phraséologismes

Обладать следующими компетенциями:


общекультурные:
– руководствуется принципами культурного релятивизма и этическими
нормами, предполагающими уважение своеобразия иноязычной
культуры и ценностных ориентаций иноязычного социума;
– обладает навыками социокультурной и межкультурной коммуникации;
– стремится к постоянному саморазвитию, повышению своей
квалификации и мастерства;
профессиональные:
– владеет системой лингвистических знаний, включающей в себя знание
основных лексических и грамматических, словообразовательных

47
явлений и закономерностей функционирования изучаемого
иностранного языка, его функциональных разновидностей;
– владеет основными дискурсивными способами реализации
коммуникативных целей высказывания применительно к особенностям
текущего коммуникативного контекста;
– умеет свободно выражать свои мысли, адекватно используя
разнообразные языковые средства с целью выделения релевантной
информации;
мультимедиа:
– умеет работать с основными информационно-поисковыми и
экспертными системами, системами представления знаний,
синтаксического и морфологического анализа, автоматического
синтеза и распознавания речи, обработки лексикографической
информации и автоматизированного перевода, автоматизированными
системами идентификации и верификации личности;
в области научно-методической деятельности:
– владеет средствами и методами профессиональной деятельности
учителя или преподавателя иностранного языка, а также сущностью и
закономерностями процессов преподавания и изучения иностранных
языков;
– умеет использовать достижения отечественного и зарубежного
методического наследия, современных методических направлений и
концепций обучения иностранным языкам для решения конкретных
методических задач практического характера;
в области научно-исследовательской деятельности:
– умеет видеть междисциплинарные связи изучаемых дисциплин и
понимает их значение для будущей профессиональной деятельности;
– умеет выдвинуть гипотезы и последовательно развивать аргументацию
в их защиту;
– владеет стандартными методиками поиска, анализа и обработки
материала исследования.

1.Définition de la phraséologie. Caractéristiques essentielles des locutions.


Problèmes de classification.
Le terme phraséologie est tiré des mots grecs phràsis, phràseôs (expression,
langage) et logos (discours, doctrine).
On appelle locutions phraséologiques ou locutions tout court, les groupes de
mots plus ou moins figés qui fonctionnent dans le discours comme unités
nominales, les mots, ou les propositions et qui sont caractérisés par une
transformation sémantique totale ou partielle de leurs éléments (d’après Назарян) :
cordon-bleu (cuisinier, cuisinière très habile), dormir à poings fermés (dormir
profondément).

48
Ch. Bally qui fut le premier à étudier la phraséologie française a proposé de
distinguer, selon le degré de leur cohésion, deux types essentiels de groupes de
mots : 1) les groupes de mots libres, instables qui se forment dans le discours et
qui sont étudiés dans la grammaire, p.ex., : un bon élève, un exercice difficile, le
livre de mon ami, travailler beaucoup, lire un livre, etc. ; 2) les groupes de mots
usuels ; « les mots, à force d’être employés ensemble pour l’expression d’une
même idée, perdent toute autonomie, ne peuvent plus se séparer et n’ont de sens
que par leur réunion » (Bally). Ce sont des groupes de mots figés, inanalysables,
qu’on accepte tels quels, comme avoir maille à partir avec qqn. (avoir un
différend avec qqn.), vivre comme chien et chat (s’accorder mal ensemble), sans
coup férir (sans difficulté, sans rencontre de résistance). Pourtant Bally souligne
qu’entre ces deux types d’agencement de mots, « entre ces deux extrêmes il y a
place pour une foule de cas intermédiaires qui ne se laissent ni préciser ni classe ».
Donc ce sont les groupes de mots consacrés par l’usage et nommés locutions
(phraséologiques) qui font l’objet d’étude de la phraséologie.
Parmi les locutions un groupe à part est constitué par les proverbes, parce
qu’ils ne remplacent pas un mot, mais un énoncé, comme c’est le cas des
propositions suivantes : Paris vaut bien une messe ! Tous les chemins mènent à
Rome. Une hirondelle ne fait pas le printemps. Le jeu n’en vaut pas la chandelle,
etc.
Caractéristiques essentielles des locutions qui les distinguent des mots aussi
bien que des groupes de mots libres : 1) la lexicalisation des locutions leur premet
de fonctionner dans le discours à côté des mots comme leurs équivalents : prendre
la clé des champs – s’enfuir. La locution comprend deux éléments au minimum y
compris au moins un mot significatif : à merveille ; 2) leur reproduction dans le
discours telles quelles en tant qu’unités lexicale, p.ex., cette explication (cet
argument, son raisonnement) est tiré (e) par les cheveux ; 3) leur stabilité se
manifeste par le caractère constant de leurs éléments (unité de forme) : on retrouve
toujours les mêmes mots à leurs places ayant gardé telle ou telle forme
grammaticale figée. Ainsi, p.ex., on se heurte à des tours archaïques quand on
n’emploie pas d’article dans donner (laisser, avoir) carte blanche, être
(s’entendre, vivre) comme chien et chat ou bien c’est un ancien emploi du gérondif
dans tambour battant, chemin faisant ; l’appétit vient en mangeant ; 4) les
locutions se caractérisent aussi par une unité de sens. Comme dit Ch. Bally, « la
cohésion des éléments d’une locution composée prouve que le sujet parlant ne
pense pas aux mots isolés... Un Français ne pense pas au sens des mots maille et
partir dans l’expression avoir maille à partir avec qqn... c’est une erreur de croire
que, dans la pratique de la langue maternelle, on comprend tout ce qu’on dit ou
écrit ». Le sens de la locution peut être rendu par un seul mot et alors c’est un
synonyme (plier bagage – s’en aller, partir) ou par une périphrase synonymique,
mais exprimante seul notion : pied noir – Français d’Algérie ; 5) les locutions
forment des expressions idiomatiques ou idiotismes qu’on ne peut pas traduire
littéralement : avoir du chien n’a rien à voir avec le mot chien pris au sens propre,
mais cela « se dit d’une femme qui fascine les hommes par un charme un peu

49
cananille ». Donc le changement de sens, c’est-à-dire une transformation
sémantique totale ou partielle de ses éléménts est caractéristique de chaque
locution ; 6) comme les mots, les locutions peuvent être motivées de façon plus ou
moins explicite ou implicite : perdre la tête (s’affoler, perdre son sang-froid), pour
de bon (réelement). Il convient de savoir à quelle acception du mot clé se rattache
telle ou telle locution : dans coup de pied, coup de poing il s’agit du sens propre
des mots pied et poing tandis que dans coup de main (aide momentanée solicitée
ou offerte à qqn dans un travail). Dans le cas où le mot ne s’emploie plus ou ne
s’emploie pas dans le sens dont est tirée la locution celle-ci est immotivé :
chercher noise, être, ne pas être dans son assiette ; 7) les locutions sont marquées,
c’est-à-dire elles possèdent des particularités émotionnelles, expressives,
appréciatives et stylistiques. Les locutions peuvent donc se rapporter au style
livresque, parlé ou familier, voir argotique : peu ou prou (plus au moins) – style
littéraire, c’est du peu (c’est pour bientôt) – style familier. En plus de ces indices
les locutions ont des valeurs métaphoriques ; ainsi baisser pavillon (céder) est
une métaphore. Outre cela, les locutions peuvent avoir des marques de l’espace ou
du temps. C’est ainsi qu’on y trouve des dialectismes ou régionalismes : fier
comme un pou – très fier, orgueilleux, et des archaïsmes ou des néologismes :
avoir la frite – être en forme, se sentir capable de réussir.
Il faut ajouter qu’à l’opposé des mots les locutions se composent toujours
d’un groupe de mots ayant gardé leurs rapports syntaxiques qu’ils soient vivants ou
fossiles.
Classement de Ch. Bally. Ch. Bally distingue deux types essentiels de
locutions : 1) séries « où la cohésion des termes n’est que relative » : courir un
danger, etc. Les unités où cette cohésion est absolue, comme dans bon sens, sang
froid. « Les séries phraséologiques sont des groupes de mots où deux idées
juxtaposées sont bien près de se confondre en une seule ; les mots qui expriment
formant les locutions presque entièrement fixées par l’usage : remporter une
victoire, pousser un cri ; 2) « enfin les unités phraséologiques sont des groupes qui
ne renferment qu’une seule idée indécomposable : faire table rase, la bonne
volonté. C’est là que rentrent l’immense majorité des locutions composés et
particulièrement presque tous les idiotismes, ce qu’on appelle en grammaire
française des gallicismes : mener à bien (terminer avec succès), de parti pris
(opinion préconçue), se tirer d’affaire (faire cesser d’être dans une situation
pénible, difficile ou dangeureuse), etc. Plus tard Bally ajoute « qu’un groupe forme
une unité lorsque les mots qui le composent perdent toute signification et que
l’ensemble seul en a une ; il faut en outre que cette signification soit nouvelle et
n’équivaille pas simplement à la somme des significations des éléments ... si ...
l’unité est d’un usage très fréquent, ... le groupe équivaut à un mot unique. C’est le
cas p.ex. de locutions adverbiales comme tout à l’heure, tout de suite, sans doute,
sans cesse, etc. ».
Bally fait la différence entre les indices extérieurs qu’on tire de la forme des
locutions et intérieurs qui tiennent à la correspondance entre la forme et la pensée.
Les véritables critères auquels on reconnaît une unité phraséologique ce sont donc

50
les indices intérieurs tels que l’équivalence avec un simple mot (prendre la fuite –
fuir), l’oubli du sens des éléments (comme c’est le cas de maille et partir dans
avoir maille à partir avec qqn. ou de jeter dans jeter les yeux sur un objet), la
présence d’un archaïsme de forme et de sens dans une locution (en guise de, il n’y
a pas péril en la demeure).
Toutefois aucun de ces critères ne suffit pour identifier une unité. Et Bally
lui-même doit le constater en observant que l’indice de l’équilibre d’une locution
avec un simple mot n’est pas infaillible, « puisqu’on peut identifier de cette façon
les séries comme les unités ». D’ailleurs, on ne saurait toujours remplacer une
locution par un mot : bouteille à l’encre – situation embrouillée, fermer boutique –
quitter le commerce, la profession, etc.
Enfin, Ch. Bally a jeté les bases d’une étude scientifique des locutions.
Classification de V.V. Vinogradov. Il distingue trois types de locutions : 1)
les locutions soudées (фразеологические сращения) ayant perdu toute motivation
et dont le sens ne coïncide pas avec celui de ses éléments (pour des prunes – pour
rien ; avoir la puce à l’oreille – avoir l’attention éveillée, se méfier, se douter de
qqch. ; bête noire de qqn. – personne ou chose que qqn. déteste ; au fur et à
mesure – dans la même mesure ou proportion, en même temps) ; 2) les ensembles
(фразеологические единства), les unités phraséologiques ayant gardé leur forme
interne, leur sens peut être compris à partir de leurs éléments : rire, sourire, dire,
exprimer, manger du bout des lèvres – avec réticence ; avoir la langue bien
pendue – parler avec facilité ; travailler d’arrache-pied – fournissant un effort
intense ; paroles, promesse, histoire, conte en l’air – sans fondement ; 3) les
combinaisons phraséologiques (фразеологические сочетания) qui se rapprochent
des groupes de mots libres par l’autonomie sémantique de leur éléments :
commettre une faute, une erreur, un crime ; remporter une victoire ; venir en aide,
etc.
La classification de V.V. Vinogradov est complétée par un quatrième type :
les expressions phraséologiques (фразеологические выражения), avant tout
proverbiales, il s’agit donc des phrases complètes, mais en tant que formes figées :
il y a anguille sous roche – il y a qqch. de caché ; son compte est bon – il sera puni.
La classification de V.V. Vinogradov suscita des critiques justifiées (Н.Н.
Амосова, А.Г. Назарян) vu que les critères sur lesquelles elle est basée sont
hétérogènes.
Enfin la phraséologie chaque langue a ses particularités, ses types
spécifiques.

2.Le rôle de l’image.


Le plus souvent les locutions sont imagées. Ch. Bally distingue les imges
concrètes et donc vivantes (Le vent enfle sa grande voix = Le vent souffle plus
fort) et les images mortes, « saisies par une opération intellectuelle » : Le malade
baisse de jour en nuit – les forces du malade diminuent ; ... vous courez un grand
danger, il n’y a plus ni image ni sentiment d’image ». Bien sûr, Bally y parle des
emplois métaphoriques des mots. Toutefois il en est de même pour les locutions.

51
En effet qui penserait à la rate en disant de qqn. il court comme un dératé ? Donc,
là nous avons affaire à une image morte. Il y a des locutions qui n’ont pas
d’images et qui sont dépourvues de nuances affectives : mal du pays, tenir tête,
avoir tort. En revanche, dans coup de foudre, cousu de fil blanc, en mettre sa main
au feu, l’image se fait toujours sentir bien que leur motivation et, par conséquent,
leur sens ne soient pas tellement précis.

3.Procédés de formation des locutions.


La formation des locutions est accompagnée d’une transformation
sémantique de leurs éléments. Ces transformations peuvent se manifester de façon
suivante : 1) transfert métaphorique : à bride abattue – à toute vitesse, donner un
coup d’épaule à qqn. – l’aider, venir à son aide, promettre monts et merveilles –
des avantages considérables ; 2) transfert métonymique : Maison-Blanche –
présidence américaine, barbe-bleu – personnage cruel pour son épouse, et, en
général, pour les faibles qui sont en son pouvoir, bas-bleu – femme pédante, pied-
noir – Français d’Algérie ; 3) lexicalisation : à huis clos – toutes portes fermées,
secrètement, tout à fait – complètement, prendre feu – s’enflammer ; 4)
affaiblissement des hyperboles : aller (avancer, marcher) comme un escargot –
très lentement, geler à pierre fendre – faire un froid extrême, très vif ; crever de
rire – rire très fort ; donner (mettre) sa tête à couper – parler (affirmer) avec
assurance ; 5) ellipse : se la couler douce – (la vie), vivre sans soucis et sans
efforts ; en conter (dire, raconter) de belles (des choses) – apprendre (savoir) des
choses défavorables, honteuses sur qqn. ; s’y prendre (à qqch.) – agir d’une
certaine manière pour obtenir le résultat ; s’en prendre à qqn., qqch. (de qqch.) –
s’attaquer à, incriminer ; en vouloir à qqn. (du mal) – avoir de la rancune à l’égard
de qqn. ; 5) addition sémantique, dans ce cas-là on ajoute une signification
supplémentaire à la signification d’un groupe de mots libres : avoir (ne pas avoir)
les mains dans les poches – être (ne pas être) actif, efficace ; se frotter les mains –
se réjouir, se féliciter ; plier (courber la tête) – se soumettre ; croiser les bras –
rester sans rien faire ; 5) étymologie populaire, donc faussée : tomber dans les
pommes (au lieu de pâmes) – s’évanouir ; clouer le bec à qqn. (au lieu de clore) –
lui répondre de sorte qu’il n’ait plus rien à dire ; fier comme un pou (confusion
entre pou, nom de l’insecte, et pou, pouil, poul, forme dialectale de coq) – très
frier ; il y a belles lurette (de heurette, hurette – forme dialectale) – il y a bien
longtemps.

4.Signification phraséologique.
Dans la signification phraséologique on distingue les aspects significatif,
dénotatif et connotatif (Кунин). Сette distinction résulte du fait que les locutions
sont des unités nominales au même titre que les mots. Tous les aspects de la
signification sont donc tributaire de la transformation métaphorique de la
signification dénotative. C’est que le transfert porte sur l’objet nommé : être aux
abois (être à l’agonie ou dans une situation désespérée) « est primitivement un
terme de chasse à courre ; on dit que le cerf est aux bois lorsqu’il ne peut plus et

52
s’arrête, réduit à endurer, sans pouvoir fuir d’avantage, les abois des chiens qui
l’entourent ». Le transfert métonymique et métaphorique de la signification
dénotative du mot sac dans les expressions telles que gros sac (d’abord l’argent de
sac d’argent, ensuite individu riche), sac à viande (chemise), sac à vin (ivrogne)
s’accompagnent de changement des aspects significatif et connotatif du mot sac et
de toutes ces locutions : c’est une des dénominations de personnes ou des choses
qui peuvent avoir quelques défauts dont on se moque un peu, enfin, ces locutions
ont des connotations familières.

5.Rapports paradigmatiques.
Parfois on parle des paradigmes phraséologiques (В.Г. Гак, В.Н. Телия). On
considère que les locutions comportant un même mot clé constitue un paradigme :
pierre angulaire, pierre philosophale, pierre d’achoppement, pierre de touche ;
plus mort que vif, de vive voix, avoir les nerfs, la sensibilité à vif, prendre
(surprendre) qqn. sur le vif. Toutefois on peut trouver des paradigmes parmi les
séries (les combinaisons et les ensembles) et non parmi les unités (les locutions
soudées), c’est-à-dire, les idiomatismes.
Tout d’abord il faut distinguer les synonymes des variantes. Pour ce faire on
recourt au critères suivantes : les tropes (les métaphores) et les images de même
que les origines des locutions synonymiques sont différentes, p.ex., faire une farce
à qqn. et jouer un tour à qqn., bête comme ses pieds et bête à manger du foin,
vieux comme le monde et âgé comme le Pont-Neuf. Quant aux variantes, l’image et
la dénotation y sont les mêmes : mettre qqn. à la porte et jeter (ficher) qqn. à la
porte (chasser, faire sortir par la menace, la contrainte) ; accepter qqch. pour
argent comptant et prendre qqch. pour de bon argent (accepter sans esprit critique,
être crédule) ; contes (histoires) à dormir debout – absurdes, fabuleux ; c’est du
chinois (de l’hébreu, de l’algèbre) – c’est une chose difficile, incompréhensible.
Parmi les locutions, comme parmi les mots, on rencontre des synonymes
stylistiques ayant des sémes connotatifs. Le français familier et surtout l’argot en
présentent des exemples nombreux ; c’est ainsi que, au lieu de dire mourir on
emploie : rendre l’âme, y rester (neutre), sortir entre quatre planches, s’en aller
les pieds devant, aller chez les taupes, casser la pipe, avaler son bulletin de
naissance, éteindre sa lampe, faire le grand voyage, faire sa malle (valise), perdre
le goût du pain, rendre les clés, etc.
On voit trois types de locutions antonymiques :1) сeux qui réalisent des
oppositions de gradation (graduels), comme, riche comme Crésus – pauvre comme
Job ; 2) oppositions de complémentarité (complémentaires) : avoir des yeux dans
le dos – avoir des yeux pour ne pas voir ; 3) opposition de réciprocité
(réciproques) : ficher (foutre) le camp – ramener sa fraise, se faire la main –
perdre la main.

6.Sur les origines des locutions.


Selon leur origine on peut distinguer trois groupes essentiels de locutions :
1) les locutions dont les mots clés sont p.ex. des somatismes (main, bras, pied,

53
jambe, tête, coeur, etc.) ou d’autres mots désignant des concepts universels et c’est
pourquoi on trouve leurs équivalents dans différentes langues : à bras ouverte,
avoir la (sa) tête sur les épaules, remuer ciel et terre ; 2) les locutions reflétant des
concepts propres à la civilisation européenne (mythologie grecque, histoire
romaine, sujets bibliques, etc.) dont on recontre les équivalents dans plusieurs
langues européennes : boîte de Pandore, épée de Damoclès, talon d’Achille,
franchir le Rubicon ; colosse aux pieds d’argile, bouc émissaire ; 3) les locutions
les plus nombreuses qui désignent des réalités historiques et culturelles françaises
et représentent la vision du monde à la françaises. Beaucoup de ces locutions sont
intraduisibles et leurs équivalents (si on en trouve) dans d’autres langues ne
sauraient rendre toutes les nuances de leur couleur locale : au temps du roi
Dagobert, au temps où Berthe filait (à une époque très éloignée) ; au diable
Vauvert (extrêmement loin) ; boire comme un Templier (boire avec excès) ; se
porter comme le Pont-Neuf (se porter très bien) ; travailler pour le roi de Prusse
(travailler pour rien).

Questions:
1. On coinsidère souvent la phraséoligie comme une science à part. Quelle
est votre point de vue?
2. Quels types essentiels de locutions connaissez- vous?
3. Pourquoi la plupart des combinaisons phraséoligiques ne figurent pas
dans des dictionnaires des locutions et ne sont donc pas considérées
comme locutions phraséoligiques par les linduistes grançais?
4. Peut-on appliquer la classification de V.V. Vinogradov au français?
5. Comment peut-on se manifester les transformations sémantiques des
éléments des locutions?

Exercices de class:
ex. I, p. 41; ex. II, p. 42; ex. V, VI, p. 43; ex. VIII, p. 44; ex. XII, p. 45 ; ex.
XIII, p. 46 ; ex. XV, XVI, p. 47.

STRATIFICATION FONCTIONNELLE DU
VOCABULAIRE EN FRANÇAIS MODERNE

Plan
1. Groupements lexicaux. Généralités.
2. Fonds usuel du lexique et ses couches lexicales :
a) caractères du fonds lexical usuel ;
b) enrichissement graduel du fonds usuel ;
c) conditions principales contribuant à l'élargissement du fonds usuel du
vocabulaire.
3. Variantes territoriales du français.

54
Objectifs d’étude:

L’apprenant doit savoir:


- Les étapes du développement du français
- Les variantes du français en France
- Les role des dialectismes et leur types
- Les types de dialectes d’origine

L’apprenant doit savoir faire:


- Relever les particularités de la langue d’oc et de la langue d’oïl
- Expliquer le sens de l’ordonance de Francois Ier
- Identifier les patois
- Définir les particularités régionales du français
- Retrouver des niveaux de langue
- Identifier la langue familière, l’argo, la langue populaire

L’apprenant sera capable de


- Identifier les premières oeuvres littéraires et leurs temps d’apparition
- Caractériser l’époque de formation du français
- Définir «le dialecte», «le jargon», «le terme», «le professionalisme»
- Différencier les dialectes
- Relever les particularités des niveaux de langue

Обладать следующими компетенциями:


общекультурные:
– обладает навыками социокультурной и межкультурной коммуникации;
– владеет культурой мышления, способностью к анализу, обобщению
информации, постановке целей и выбору путей их достижения, владеет
культурой устной и письменной речи;
профессиональные:
– владеет основными дискурсивными способами реализации
коммуникативных целей высказывания применительно к особенностям
текущего коммуникативного контекста;
– владеет основными особенностями официального, нейтрального и
неофициального регистров общения;
– обладает готовностью преодолевать влияние стереотипов и
осуществлять межкультурный диалог в общей и профессиональной
сферах общения;
– обладает необходимыми интеракциональными и контекстными
знаниями, позволяющими преодолевать влияние стереотипов и
адаптироваться к изменяющимся условиям при контакте с
представителями различных культур;
мультимедиа:

55
– обладает способностью работать с информацией в глобальных
компьютерных сетях;
– умеет работать с электронными словарями и другими электронными
ресурсами для решения лингвистических задач;
в области научно-методической деятельности:
– владеет средствами и методами профессиональной деятельности
учителя или преподавателя иностранного языка, а также сущностью и
закономерностями процессов преподавания и изучения иностранных
языков;
– умеет использовать достижения отечественного и зарубежного
методического наследия, современных методических направлений и
концепций обучения иностранным языкам для решения конкретных
методических задач практического характера;
в области научно-исследовательской деятельности:
– умеет использовать понятийный аппарат теоретической и прикладной
лингвистики, лингводидактики и теории межкультурной
коммуникации для решения профессиональных задач;
– умеет структурировать и интегрировать знания из различных областей
профессиональной деятельности и обладает способностью их
творческого использования и развития в ходе решения
профессиональных задач;
– владеет стандартными методиками поиска, анализа и обработки
материала исследования.

1.Groupements lexicaux. Généralités.


Les vocables d’une langue jouent un rôle différent pour la société. Les uns,
qui constituent le fonds usuel, utiles à la vie de tous les jours, sont d’un usage
courant parmi tous les membres collectif parlant cette langue, d’autres ont une
extension plus restreinte ne servant principalement que quelque groupe particulier
de gens : la population d’une région déterminée, une couche sociale quelconque.
Certains mots, tels les mots internationaux, ont cours parmi les représentants de
collectifs linguistiques différents.
En outre, les vocables se distinguent quant à la durée de leur existence dans
la langue : les uns conservent leur vitalité au cours de long siècle sans rien perdre
de leur valeur jusqu’à nos jours, quelques-uns tombent dans l’oubli, d’autres
représentent des créations nouvelles.
Il est à signaler qu’à l’heure actuelle l’accélération des changements d’ordre
social a pour conséquences des modifications autrement rapides. Il arrive même
que ces modifications aboutissent à une décalage entre le langage des parents et
des enfants.

56
2.Fonds usuel du lexique et ses couches lexicales : caractères du fonds lexical
usuel ; enrichissement graduel du fonds usuel ; conditions principales
contribuant à l’élargissement du fonds usuel du vocabulaire.
Caractères du fonds lexical usuel.  Le fonds usuels comprend des vocables
d’un empoi commun pour toute la société. Tels sont les mots et expressions terre,
soleil, homme, grand, beau, avoir faim et une quantité d’autres qui sont parmi le
plus usités dans la langue. A côté des mots autonomes le fonds usuels comprend
les mots-outils ou non-autonomes qui ont reçu un emploi commun et durable. Ce
sont les articles, les pronomes, les verbes auxiliaires, les prépositions, etc. Les
mots et locutions du fonds usuels qui constituent la base lexicale du français
standard (les unités lexicales et les formes grammaticales conformes à la norme
littéraire actuelle), sont nécessairement employés par les représentants de couches
sociales différentes dans la plupart des région où le français sert de moyen de
communication.
En dehors du fonds usuels du vocabulaire demeurent les mots dialectaux
d’une extension restreinte, employés de préférence dans une région déterminée.
Ainsi mouche à miel répandu au Nord de la France n’entre pas dans le fonds
usuels, tandis que abeille exprimant la même notion et employé sur presque tout le
territoire du pays en fait sans conteste partie.
Les mots d’argot et de jargons, les termes spéciaux et professionnels, etc.,
doivent être aussi exclus du fonds usuels.
Le vocabulaire est la partie la plus fluide de la langue, la partie la plus
sensible aux changements survenus dans la société humaine, dans son régime
social, dans les domaines scientifiques et techniques, dans les moeurs, etc.
Enrichissement graduel du fonds usuel.  Le fonds usuels de la langue
française n’est pas resté immuable. Il s’est enrichi graduellement au cours des
siècles quoiqu’il ait perdu une certaine quantité de vocables qui, par la suite, ont
disparu ou se sont cantonnés dans une sphère restreinte. Les créations ultérieures
qui ont acquis un emploi commun et en faisant preuve de vitalité font partie
intégrante du fonds usuels. Ce sont des mots ou des locutions formés par des
moyens propres à la langue : patriote < patrie, feuillage < feuille, marche <
marcher, vinaigre < vin aigre, cache-nez, porte-monnaie. Ce peuvent être des
homonymes sémantiques : feuille (d’arbre) – feuille (de papier), grève – « plage
sabloneuse ou caillouteuse » - grève – « cessation du travail par les ouvriers
coalisés ».
Le fonds usuels s’enrichie d’un certain nombre de dialectismes dont le halo
local s’est effacé : crevette, galet (de provenance normanno-picarde), ballade,
cigale, escargot (du provençal). Il s’est aussi enrichi d’emprunts aux langue
étrangères.
Ainsi le fonds usuels du vocabulaire n’est que relativement stable ; il s’est
sensiblement enrichi au cours des siècles.
Conditions principales contribuant à l’élargissement du fonds usuel du
vocabulaire. Сeux des mots et de leurs équivalents acquièrent aisément un usage
courant qui désignent des objets ou des phénomènes dont le rôle dans la pratique

57
auotidienne est capital. Telles sont, p.ex., parmi les dénominations des parties du
corps humain : main, tête, bras, doigt, jambe, pied, cou, dos, etc. Au contraire, les
mots tels que occiput – « затылок», épigastre - «место, называемое под
ложечкой», lombes - «поясница», médius - «средний палец руки», auriculaire -
«мизинец», hypocondre - «подреберная область живота» demeurent en dehors
du fonds usuels car les parties du corps qu’ils désignent sont d’une importance
secondaire dans l’activité journalière de l’homme.
La pénétration des mots dans le fonds usuels du français est favorisée par
leur large emploi dans la littérature et la presse.

3.Variantes territoriales du français.


Dialectes et patois. Il n’y a pas de différence de principe entre ces deux
termes ; parfois on ne les distingue pas, tous les deux désignant un écart de norme,
un système n’ayant pas acquis le status culturel et social de la langue nationale
(Dubois). P. Guiraud présente les principales divisions dialectales du domaine
français :
- Le Centre : autour du francien l’orléanais, le bourbonnais, le
champenois ;
- Le Nord : le picard, le haut normand, le wallon ;
- L’Est : le lorrain, le bourguignon, le franc-comtois ;
- L’Ouest : le bas normand, le gallo, l’angevin, le maine ;
- Le Sud-Ouest : le poitevin, le saintongeais, l’angoumois.
Ces dialectes (les parlers d’oïl) occupent des zones assez difficiles à
délimiter dans la mesure où ils tendent à disparaître (Désirat, Hordé). La langue
nationale apparaît à l’époque de la formation de la nation française, avec le
dévéloppement et la consolidation du capitalisme. Ce processus historique a
provoqué le dépérissement continu des dialectes.
Un dialecte peut différer de la langue commune par quelques particularités
de prononciation, de grammaire, de formation de mots et de lexique. En français
ces particularités se manifestent surtout dans la prononciation : p.ex., la
palatalisation des consonnes vélaires [k et g] et la diphtongaison des voyelles :
chèvre, cheval apparaissent, dans les dialectes du Nord, comme kievre (quèvre),
keval ; en wallon et en lorrain on prononce hierbe au lieu de herbe (Guiraud). Le
français général doit plusieurs mots aux dialectes : avalanche (du savoyard),
boulanger (du picard), falaise, houille (tous les deux d’origine germanique). Bien
souvent les dialectismes servent à désigner des termes techniques ou spécialisés :
grisou qui vient du wallon, coron (du picard). D’autre part, il y a des cas où, grâce
aux dialectismes, on différence les synonymes : nippes, par rapport à vêtement
(mot neutre), veut dire : 1) vêtements usagés (connotation appréciative) ; 2)
vêtements avec une nuance familière et péjorative (connotation stylistique et
appréciative).
En matière de grammaire la différence peut porter sur le genre des
substantifs. P.ex., Le gros Horloge, une des curiosités de la ville de Rouen. 

58
Outre les dialectes du français, il existe encore d’autres dialectes romans :
сeux de la langue d’oc, du catalan et de l’italien (du toscan) : les parlers corses. On
trouve aussi des parlers non romans en France : l’alsacien, le flamand, le breton et
enfin le basque qui est en plus non indo-européen.
Les français régionaux se différencient à la fois du français standard et des
dialectes. Ces derniers temps on insiste sur la « distinction fondamentale entre
l’étude des variétés régionales du français et les variétés dialectales ». « Les
régionalismes est un fait linguistique particulier à une région relevant soit de la
forme, soit du sens : drôle au sens de « petit garçon » est un régionalisme du Midi
de la France » (Dubois). En plus des français régionaux de la métropole (p.ex.,
dans le Midi de la France, domaine occitan), on distingue le français régional du
Canada et сeux d’Europe : le français régional de Belgique et celui de Suisse.
Outre cela, le français est parlé au Monaco et au Luxembourg (à côté du
luxembourgeois et de l’allemand). Il convient d’y ajouter encore les français
régionaux africains (Afrique du Nord et Afrique du Noire). Néanmoins il faut se
garder de traiter ces français régionaux, ou variétés du français, de la même façon.
On distingue donc trois situations linguistique différentes : 1) variétés nationales
du français en Belgique, en Suisse et au Canada où le français est la langue
maternelle de certains groupes ethniques (p.ex., les wallon en Belgique) exerçant
en même temps la fonction d’une langue officielle du pays en question ; 2) variétés
du français en Afrique Noire (située du sud du Sahara au Cap de Bonne Espérance)
où le français n’étant pas la langue maternelle de la population autochtone, est une
langue officielle ou administrative et joue donc un rôle priviligié comme moyen de
communication ; 3) variétés du français dans les pays du Maghreb, au Liban, en
Egypte, en Indochine (Laos, Cambodge, Vietnam) où le français a gardé les
positions d’une langue d’enseignement priviligiée.
Outre cela il existe encore des minorités francophones au sein du domaine
d’une autre langue : comme c’est le cas de l’anglais aux Etats-Unis (la
Louisianne), ou de l’espagnole en Argentine et en Uruguay. Enfin, tout cela
constitue ce qu’on appelle la francophonie, c’est-à-dire « communauté de langue
de pays francophones ». Le français est l’unique langue officielle dans treize pays
du monde.

Questions:
1. En quoi le dialecte diffère-t-il de la langue commune?
2. Citez les dialects fu français.
3. Nommez les français régionaux.
4. Caractérisez le francisme.
5. Quel est le role du français en Belgique, en Suisse, au Canada?
6. Parlez de la situation linguistique en Afrique noire.
7. Précisez le rôôle du français au Maghreb (en Algérie) et en Indochine.

59
STRATIFICATIONS SOCIALE ET TEMPORELLE DU
VOCABULAIRE EN FRANÇAIS MODERNE

Plan
1. Différenciation sociale du lexique du français moderne (généralités). Les
niveaux (registres) de langue.
2. L’argot (langue verte).
3. Les argots de métier ou les jargons.
4. Les tabous et les euphémismes.
5. La terminologie scientifique et technique.
6. Différenciation du lexique français dans le temps : mots vieillis et néologismes.
7. De la politique linguistique.

Objectifs d’étude:

L’apprenant doit savoir:


- Le caractère du développement de la langue et du vocabulaire
- Le noyau et la périphérie du système lexical
- La définition du néologisme et de l’archaïsme
- Les critères des néologismes
- Les modèles de formationd e snéologismes
- Le politique réglant l’activigé langagière
- Les facteurs de l’adaptation des néologismes
- Les types des archaïsmes
- Les causes de la desparition des mots
- Les causes de l’apparition de nouveaux mots

L’apprenant doit savoir répondre aux questions sur:


- Les causes du changement du vocabulaire
- Le rôle des mots nouveaux et vieillis
- Les critères permettant de définir le type des mots nouveaux
- Les modèles formatifs des mots nouveaux

L’apprenant sera capable de:


- Identifier le lexique usuel de la langue
- Trouver le noyau et la périphérie
- Distinguer les historismes et les archaïsmes
- Identifier les types d’historismes
- Mettre en relief le rôle des archaïsmes dans le texte
- Relever les modèles de formation des néologismes

Обладать следующими компетенциями:


общекультурные:

60
– руководствуется принципами культурного релятивизма и этическими
нормами, предполагающими уважение своеобразия иноязычной
культуры и ценностных ориентаций иноязычного социума;
– владеет культурой мышления, способностью к анализу, обобщению
информации, постановке целей и выбору путей их достижения, владеет
культурой устной и письменной речи;
профессиональные:
– владеет системой лингвистических знаний, включающей в себя знание
основных лексических и грамматических, словообразовательных
явлений и закономерностей функционирования изучаемого
иностранного языка, его функциональных разновидностей;
– обладает готовностью преодолевать влияние стереотипов и
осуществлять межкультурный диалог в общей и профессиональной
сферах общения;
– обладает необходимыми интеракциональными и контекстными
знаниями, позволяющими преодолевать влияние стереотипов и
адаптироваться к изменяющимся условиям при контакте с
представителями различных культур;
мультимедиа:
– умеет работать с основными информационно-поисковыми и
экспертными системами, системами представления знаний,
синтаксического и морфологического анализа, автоматического
синтеза и распознавания речи, обработки лексикографической
информации и автоматизированного перевода, автоматизированными
системами идентификации и верификации личности;
– обладает способностью работать с информацией в глобальных
компьютерных сетях;
– умеет работать с электронными словарями и другими электронными
ресурсами для решения лингвистических задач;
в области научно-методической деятельности:
– владеет средствами и методами профессиональной деятельности
учителя или преподавателя иностранного языка, а также сущностью и
закономерностями процессов преподавания и изучения иностранных
языков;
– умеет использовать достижения отечественного и зарубежного
методического наследия, современных методических направлений и
концепций обучения иностранным языкам для решения конкретных
методических задач практического характера;
в области научно-исследовательской деятельности:
– умеет использовать понятийный аппарат теоретической и прикладной
лингвистики, лингводидактики и теории межкультурной
коммуникации для решения профессиональных задач;
– умеет структурировать и интегрировать знания из различных областей
профессиональной деятельности и обладает способностью их

61
творческого использования и развития в ходе решения
профессиональных задач;

1.Différenciation sociale du lexique du français moderne (généralités). Les


niveaux (registres) de langue.
La communauté de la langue est un trait inhérent à la nation. La langue n’est
guère la création de quelque groupe social, mais le résultat des efforts de toute la
société en entier. Même une société divisée en classes ou groupes antagonistes ne
peut exister sans la communauté de la langue. Afin de communiquer entre eux, les
membres d’une société formant nation doivent avoir à leur disposition une langue
générale. Donc, la communauté de la langue est un des indices essentiels de la
nation.
La nation est une catégorie historique. Tout comme la langue nationale le
dialecte local est au service de toutes les couches d’un peuple habitant un territoire
déterminé. Le dialecte local possède des traits particuliers quant au système
grammatical, au vocabulaire et à la pronociation qui le distinguent de la langue
nationale.
Le rôle des dialectes locaux est surtout considérable du fait que l’un d’enre
eux peut élargir la sphère de son emploi et donner naissance à la langue commune
de toute une nation, il peut se développer en une langue nationale.
Les niveaux (registres) de langue. Ce terme « est lié à la différenciation
sociale en classes ou en groupes de divers types » (Dubois). On retrouve au moins
trois niveaux ou registres de langue : le registre médian ou « neutralisé », enseigné
à l’école, le registre soutenu (parler cultivé) et le registre familier (langue courante,
français parlé non surveillé) qui tend à glisser vers le parler populaire. En effet, les
frontières entre les registres sont floues. En nous guidant par ces idées nous allons
aborder les problèmes de l’argot et de la terminologie.

2.L’argot (langue verte).


C’est « un dialecte social réduit au lexique, de caractère parasite, employé
dans une couche déterminée de la société qui se veut en opposition avec les autres ;
il a pour but de n’être compris que des initiés ou de marquer l’appartenance à un
certain groupe » (Dubois). Les débuts de l’argot se rapportent au XIII e siècle.
C’était une langue secrète des malfaiteurs. Сереndant à partir de la seconde moitié
du XIXe siècle « on ne réserve plus l’appelation d’argot au seul parler des
malfaiteurs » (Désirat, Hordé). Les argotismes pénètrent dans le français populaire
et familier. L’argot n’est pas un système étanché, bien au contraire, il est ouvert à
tous les vents. L’argot a emprunté des vocables aux langues étrangères : gonze (it.),
caïd (arabe), because (ang.).
L’argot emploie des procédés formels de déformation de lexique. Il affecte
bien souvent le signifiant en recourant aux différents procédés de formation de
mots : 1) à la suffixation parasitaire (parigot pour parisien, valoche pour valise,

62
amerlot, amerloque, amerloche, amerluche pour américain, plaftard pour
plafond) ; 2) à la troncation que ce soit l’apocope (catastrophe → cata, ratatouille
→ rata, incorrigible → inco, information → info) ou l’aphérèse (américain →
ricain, mastroquet → troquet, toubib → bib, municipal → cipal); 3) au
télescopage (mathématique élémentaire → matélém, Nord-Africain → Noraf,
Nordaf), à la réduplication (chochotte ou chouchou, coucou, zing-zing, zinzin), à la
composition ou lexicalisation (casse-bonbon, casse-cul, casse-gueule, boit-sans-
soif). Parfois on assiste au croisement des procédés : arabe → arbicot → bic. Il y a
des cas où l’argot essaie de garder son caractère secret en masquant le mot par
l’introduction de syllabes parasites av ou va (javanais : bonjour → bavonjavour),
par des déplacement de consonnes (jargon → largonji, boucher → louchébem) ou
encore par déplacement des syllabes – le verlan tiré lui-même à partir de (à)
l’envers. Mis en mode par les jeunes il « a laissé des traces dans la vie
quotidienne » (Walter) : femme → meuf, métro → tromé, pourri →ripou.
Alors l’argot agit aussi le signifié faisant recours au glissement de sens, à la
métaphore et à la métonymie. Cela conserne avant tout la dénomination des parties
du corps (bien souvent sans euphémisme) et des personnes ou des situations
familières aux gens du milieu. P.ex., en argot on dit bobine, caboche, carafon pour
tête, calots (callots), carreaux, sabords pour yeux, crocs, quenottes pour dents,
menteuse, navette pour langue, trou pour prison, château pur cachot, chagrin pour
travail, etc. Souvent l’argot est imagé : on dit châtaigne pour coup, calotte, tarte
pour gifle, coquelicot pour oeil poché. La polysémie et la synonymie jouent un
grand rôle dans la langue verte. Cela est conditionné par l’importance de la
fonction crypto-ludique de l’argot. « Cela implique un constant renouvellement des
termes argotiques qui sont rapidement usés, usagés : battant signifie neuf, coeur,
estomac, courage, homme combatif, langue alerte, cependant que la nourriture, le
repas peuvent correspondre à bectance, bouffe, bouftance, boustifaille, briffe, déj.,
dîne, fébou, frichti, fricot, graille, gueuleton, jaffe, soupe, tambouille, tortore ».
Toutefois, il faut noter que souvent il s’agit plutôt des équivalents que des
synonymes véritables.
La langue verte est très riche en locutions : boîte à chagrin signifie locaux
de la Police Judiciaire au Quai des Orfèvres, aller au chagrin – porter plainte. Par
ailleurs, les locutions argotiques peuvent être polysémiques : passer à la casserole
peut signifier, selon le contexte, être tué, tuer qqn, violer qqn, subir un
interrogatoire, interroger qqn.
On peut dire que l’argot n’est pas une langue mais un dialecte social et
fonctionnel qui utilise les mêmes procédés de formation de mots et qui diffère du
français standard par son lexique et l’emploi de ce lexique ; en plus l’argot utilise
quelques suffixes de connotation.
Pourtant il existe l’argot commun connu et utilisé par les sujets parlants dans
la vie quotidienne pour exprimer la familiarité, la passion, la tendresse, la
désinvolture. Les élèves peuvent parler entre eux de leur prof, dans la cour de
récréation, mais dire « Bonjour, Monsieur le prof » serait incongru.

63
Avec le temps les argotismes peuvent passer au français populaire et
familier. Tel est le cas des verbes chaparder et choper (voler, dérober en français
standard).

3.Les argots de métier ou les jargons.


Dès l’origine les argots de métier et l’argot des déclassés ont eu des traits
communs conditionnés non seulement par leurs fonctions cognitive et
dénominative, mais aussi par leur caractère secret. Au Moyen Âge les malfaiteurs
n’étaient pas seuls à prendre soin de garder leurs secrets ; les artisans y veillaient
de même. En plus, les jargons se rapprochent de l’argot par leur registre de langue.
Les jargons appartiennent au français populaire, tandis que l’argot est situé encore
plus bas. De nos jours l’argot de métier se distingue du français commun par ses
termes techniques spécifiques pour chaque métier, la plupart des sujets parlants
ignorant ces termes. Cependant le français standard doit plusieurs vocables aux
jargons de métier : barda, para sont venus de l’argot militaire, alors que prof, fac,
math, amphi viennent de l’argot scolaire. Les argots de métier se modifient en
fonction des changements sociaux et économiques. En effet, aujourd’hui avec le
déclin de l’artisanat c’est la terminologie scientifique et technique qui reprend la
place de l’argot de métier dans l’enrichissement du lexique.

4.Les tabous et les euphémismes.


Le tabou (du polynésien) est l’interdit de nature sociale et morale portant sur
l’utilisation de certains mots qui existent mais qu’on ne peut pas employer (tabous
sexuels, tabous religieux, tabous politiques). Pour y remédier on emploie les
euphémismes.
On appelle euphémisme (du grec éu – bien et phẽmi - je parle) un mot ou une
expression neutre qui sert à atténuer ou adoucir les mots et expressions tabous
jugés trop crus, trop choquants. L’euphémisme est la marque de l’obéissance à la
censure sociale et aux tabous sur la violence, la scatologie, et le sexe (Peyroutet
1994). P.ex., au lieu de dire « Il (Elle) est mort (e) » on dit « Il n’est plus, elle est
décédée ». Dans la presse on peut rencontrer « une compression du personnel » ce
qui signifie « une mise au chômage ». Passez à la caisse veut dire Vous êtes
licencié. L’euphémisme est fréquent dans le langage diplomatique.
Les euphémismes peuvent donc se rapporter non seulement aux mots et
expressions mais aussi bien à tout un énoncé. De nos jours, la norme devenant plus
démocratique, plus indulgente plusieurs tabous sont levés. De cette façon, le mot
con jugé vulgaire au sens propre et très familier au sens fuguré tout de même fait
partie du dictionnaire. D’aure part, certains euphémismes, à force d’être employés
très souvent deviennent, à leur tour, mots vulgaires qui sont remplacés par d’autres
termes : cabinets, w.-c., toilettes. Plusieurs argotismes sont employés dans le
français familier d’aujourd’hui. Il en est de même des mots tels que merde ou
foutre qui n’évoquent plus l’image de leur sens primitif dans l’esprit de ceux qui
les emploient (Guiraud 1975).

64
5.La terminologie scientifique et technique.
Toute science et toute technique ont besoin d’un ensemble de termes par
lesquels elles désignent les notions qui leur sont utiles : cet ensemble de termes
constitue sa terminologie (d’après Dubois 1973). Ce mot désigne « la démarche
qui permet de grouper et de structurer un ensemble de termes propres à une
technique ou à une discipline ». La terminologie a pour tâche « de repérer,
d’analyser et, au besoin, de créer le vocabulaire pour une technique donnée, dans
une situation concrète de fonctionnement de façon à répondre aux besoins de
l’usager ». De nos jours, avec le progrès de la révolution scientifique et technique,
l’importance des études terminologiques va croissant. Avant tout la terminologie
remplit la fonction cognitive et dénominative. En plus, elle représente aujourd’hui
une des sources de l’enrichissement du lexique.
La terminologie linguistique fait partie de la métalangue de la linguistique.
Les particularités et les difficultés des recherches en cette matière réside en ce que
la langue – objet d’étude et la métalangue coïncident dans le plan de l’expression.
La terminologie linguistique se compose : 1) de termes proprement dits, c’est-à-
dire mots qui ne s’emploient pas dans la langue générale (objet d’étude) ou bien
ceux qui acquièrent dans la terminologie une signification particulière : argot,
article, aspect, connotation, dérivation, homonyme,morphème, mot, phonème,
temps, voix, etc. ; 2) de groupe de mots qui constituent des termes complexes :
champ sémantique, formation de mots, langues indo-européennes, langue mère,
type dérivationnel, etc.
Le terme est un mot qui désigne une notion spéciale. La terminologie est un
ensemble de termes particuliers à une science, à un art, à un domaine. C’est un
système de signes stables. La terminologie s’enrichit par les mêmes procédés que
le fonds lexical usuel : affixation, composition, emprunts et autres. Seule leur
productivité peut être différente de celle du français commun. Comme procédé à
part il signale la spécalisation des mots usuels. La formation des locutions
nominales et verbales est typique de la terminologie. Elles peuvent être composées
de : terme + terme (frein à levier, démarreur à pédale) ; terme (mot principal) +
mot usuel (le déterminant : carburateur à cloche, neutron vierge) ; mot usuel (le
principal) + terme (le déterminant : sabot de frein, jambe de ressort) ; mots usuels
(le principal et le déterminant : tête de pont, coussinet à aiguilles).
Le sens de la locution peut être motivé, découler du sens des composants
(pied de la dent – ножка зуба шестерни, tête de dent – головка зуба) ou être
idiomatique, immotivé (tête de cheval – коленчатый вал).
Les terminologies et les argots de profession utilisent les noms des animaux
(zoomorphisme) et les appellations de defférentes parties du corps humains
(antropomorphisme) en tant que termes techniques et jargonismes : souris –
(informatique) dispositif qui permet à désigner une zone sur un écran de
visualisation ; puce – (électronique), petite surface de matériau semi-conducteur ;
patte – (marine) pièce triangulaire de chacun des bras d’un ancre.

65
6.Différenciation du lexique français dans le temps : mots vieillis et
néologismes.
Le lexique a un caractère ouvert, dynamique et hétérogène ; il est donc
ouvert aux changements assez rapides qui ne touchent pas pourtant tout le système
à la fois.
Parmi les mots vieillis on distingue les mots historiques et les archaïsmes.
Les mots historiques sortent de l’usage avec les choses qu’ils désignent,
« périssent pour des causes historiques » (Darmesteter 1877). Il s’agit, p.ex., de la
terminologie du Moyen Age représentant des objets et des institutions de l’époque.
On peut citer les termes désignant des vêtements, des armes, des instruments et
d’autres objets tels que : bliaut, camisole, cuirasse, gonfanon ou bien des
institutions et des rapports sociaux : fief, gabelle, seigneurie, serf, de même que
des arts et métiers de l’époque : ménestrel, trouvère. Certains mots historiques ont
acquis d’autres acceptions dans le français moderne, p.ex., croisade a l’acception
moderne « campagne, lute menée pour un objectif précis ». Parfois c’est le
domaine de l’emploi du mot qui change fonction des changements techniques.
Ansi, archer est toujours resté « tireur à l’arc », mais du terme militaire (mot
historique) il est devenu français contemporain un terme sportif.
Le terme d’archaïsme vient du grec arkhaios – ancien. « L’archaïsme est
une forme lexicale ou une construction syntaxique appartenant, dans une
synchronie donnée, à un système disparu ou en voie de disparition » (Dubois
1973). On trouve à chaque époque des mots vieillis qui ne sont employés que par
les locuteurs plus âgés et qui sont donc considérés par les locuteurs plus jeunes
comme des archaïsmes. Ainsi, aéroplane est un mot vieilli par rapport à avion ;
ouïr est accompagné de mention vx (vieux) ou ltt. (littéraire). Il y a des mots qui ne
sont archaïsmes que dans l’une de leurs acceptions. Tels sont les cas de val au lieu
de vallée et de flamme (passion amoureuse) qui est d’un emploi littéraire. Parfois
on ne trouve les archaïsmes que dans les locutions : à sa guise, en guise, chercher
noise, à huis clos, peu ou prou, laisser choir, être (rester) bouche bée, rester
(demeurer, se tenir) coi (coite).
L’histoire du français nous fournit des exemples démontrant que parfois il ne
reste, dans la langue d’aujourd’hui, que les dérivés ou composés de mots tombés
en désuétude : chapeau, sommet, bonheur, malheur, etc. Dans d’autres cas les
dérivés sont plus employés que leurs mots de base devenus archaïsmes : choir →
chute → chuter → chuteur.
On appele néologisme (du grec neos – nouveau et logos – parole, discours)
tout mot, toute expression de formation ou d’emprunt récent, toute acception
nouvelle d’un mot existant déjà dans la langue (d’après Dubois 1973). Il s’agit
donc de différentes sources d’enrichissement lexical. Les mots nouveaux sont créés
pour des raisons pragmatiques, c’est-à-dire afin d’être utilisés par les sujets
parlants. Mais il faut souligner que dans l’acte de production d’un mot nouveau
c’est l’aspect cognitif qui joue le rôle principal.
L.Guilbert distingue deux types de créativité lexicale : la néologie
dénominative conditionnée par la nécessité référentielle et la néologie stylistique

66
causée par la tendance expressive et esthétique. La néologie dénominative (qu’on
peut appeler aussi dénotative ou cognitive) sert à donner un nom à un objet, à une
notion nouveaux. Il s’agit avant tout des innovations techniques et scientifiques.
En effet, l’informatique à elle seule nous fournit ces dernières années des termes
nombreux qui, grâce aux progrès technique, sont entrés dans notre vie
quotidienne : ordinateur, courriel, arobase, souris, etc. Et plusieurs personnes ne
peuvent plus se passer de leurs portables. A force d’analyser les termes cités on
voit que la néologie lexicale puise à toute source : différents procédés de formation
de mots, emprunt, tropes (métaphore, métonymie, etc.). En effet, si l’origine de
arobase est incertaine, par contre, ordinateur vient du latin ordinator (qui met en
ordre), courriel est un mot télescopé (courrier électronique), dans portable nous
avons affaire à une conversion elliptique [appareil (radio-téléphne, micro-
ordinateur, poste de télévision) portable] et souris est une métaphore.
La raison d’être de l’apparition des néologismes stylistiques est la
manifestation des fonctions émotives et poétiques du langage. Leur rôle est moins
de désigner de nouvelles choses que de les présenter d’une nouvelle manière :
attendrissante, comique, inattendue, originale. Cette création néologique est, par
excellence, les propre des écrivains. P.ex., « Ce juillembre était triste comme la
vie » (juillembre = juill [et] + [nov]embre) ; c’est un mot télescopé.
Il existe encore un principe de distinction de néologismes. D’après leur
possibilité d’entrer dans la langue les mots nouveaux peuvent être divisés en mots
potentiels et mots occasionnels (Земская 1973).
Les mots dérivés potentiels sont créés d’après les modèles actifs sans qu’ils
soient déjà normalisés. Par leur sémantique ces mots sont plutôt « grammaticaux »
ou « dérivationnels » que « lexicaux ». C’est le cas des formations préfixales en in-
tirées d’adjectifs verbaux en –able : indécorable (F. de Saussure). On peut y
ajouter les formations déverbales en –able, les substantifs dérivés en –iste, -isme
tirés de noms de personnes, les noms d’agent en –eur désignanat des agents
occasionnels (du type promeneur), les substantifs en –ité tirés d’adjectifs et
indiquant la qualité, le caractère de qqch., de qqn., les adverbes en –ment, les
dérivés en –iser, -isation, les mots construits à l’aide de suffixes de connotation –
ard, -aille, -anche et d’autres, les préfixaux en re-, sur-, super-, anti-, pro-, archi-,
les mots composés formés d’après le type B v + Subst., différents types de mots
convertis et de mots télescopés. P.ex., bombardable, altermondialiste,
ghettoïsation, démographiquement, reaimer, chiraquien, anti-américain, pro-
iraquien, anti-guerre, etc. Parmi les mots dits « potentiels » on voit beaucoup de
composés savants, comme, p.ex. : bioastronomie, cybernaute (ou internaute).
Parfois un élément savant s’associe à un élément populaire : cyberespace
(environnement créé grâce aux techniques de la réalité virtuelle par la
transformation du monde réel en monde abstrait sur un écran d’ordinateur), écodur
(celui qui milite pour la protection de l’environnement).
Les dérivés occasionnels sont formés d’après les types inactifs (gloirure) ou
avec la violation des normes de production de types actifs (économisement,
conjugaisien). En outre, ces mots sont caractérisés par le fait que : 1) ils

67
appartiennent à la parole ; 2) ils ne se reproduisent pas ; 3) ils ne sont pas soumis à
la norme ; 4) ils ne sont employés le plus souvent qu’une fois dans un texte donné,
dans une situation donnée (dans le discours), ils sont donc éphémères ; 5) ils
expressifs ; 6) ce sont des formations individuelles.
Les écrivains ne sont pas seuls à créer des mots occasionnels. Il existe
encore des « productions du locuteur « naïf » (terme de Corbin). Ces dérivés
formés d’après les modèles actifs peuvent s’employer au lieu de mots fixés par la
norme : bêterie (bêtise), protégeur (protecteur), imprimage (impression). Citons
quelques exemples de locutions de formation récente : circulez, y’a rien à voir !
(ordre donné par la police aux badauds d’avoir à partir ; la phrase s’applique en
politique à ce qu’on veut garder secret en haut lieu : ça ne vous regarde pas), vous
avez dit bizarre ? (s’emploie pour relever un mot qu’on juge étrange ou
intéressant). Enfin, une phrase tirée de Conan Doyle et traduite donc en anglais :
élémentaire, mon cher Watson ! ce qui signifie : « c’est bien vrai, c’est évident,
cela va sans dire ». [Il est curieux de noter qu’une locution correspondante existe
aussi en russe : «элементарно, Ватсон !»]. Les médias pullulent de clichés
nouvellement construits : force de dissuasion, guerre des étoiles. Il ne fait pas de
doute que plusieurs locutions nouvelles naissent dans le français populaire et dans
l’argot.

7.De la politique linguistique.


On peut situer les débuts de la politique linguistique au XVI e siècle. En ce
temps-là l’afflux de mot nouveaux était salué par les poètes de la Pléiade. Par
contre, au XVIIe siècle, à l’époque de l’apogée de l’absolutisme français, de la
normalisation de l’idiome national et de l’épanouissement du classicisme les
néologismes aussi bien que les archaïsmes sont bannis de la langue. La situation se
modifie vers la fin du XVIIIe et au XIXe siècle : pendant la Révolution plusieurs
mots nouvellement acquis trouvent bon accueil auprès de l’opinion publique. Et
avec le romanisme plusieurs tabous sont levés si bien qu’on assiste à
l’émancipation des mots auparavant exclus du lexique littéraire. A présent la
liberté des médias a provoqué une grande indulgence en matière du lexique
littéraire. En réalité, en ce qui concerne les nouveaux venus du français standard, si
on est devenu plus tolérant envers les mots argotiques, ce n’est pas le cas des
néologismes empruntés à l’anglo-américain. Du moment que la langue et même le
prestige nationaux y sont touchés, les autorités français ont réagi en élaborant toute
une série de lois, décrets, arrêtés ministriels visant à sauvegarder l’idiome national.
Il faut souligner qu’en France il existe des organismes habilités à effectuer la
politique linguistique en vue de la normalisation et de l’unification du français : le
Haut Conseil de la francophonie dirigé par le Président de la République et
regroupant les représentants de 50 pays francophones, le Conseil Supérieur de la
langue française présidé par le premier ministre, la Délégation générale à la
langue française qui doit coordonner la travail des commissions terminologiques.
En plus des organismes officiels, il faut indiquer encore une association qui
s’occupe de la néologie, c’est le Conseil International de la Langue française qui

68
réunit des savants spécalistes de français de différents pays du monde et qui fait
paraître, à partir de 1971, La Banque des Mots – revue semestrielle de terminologie
française. La Banque des Mots, conçue comme une manière de complétement
permanent du dictionnaire du français contemporain, publiera des études critiques
sur la terminologie et rendra ainsi d’appréciables services aux usagers.
Il faut reconnaître que le français reste malgré tout une langue de valeur
mondiale, « une des langues les plus répandues et les plus parlées, une des langues
de conférence de l’ONU et de l’Union Européenne » (Fuchs, Meleuc 2003) et
d’autres organisations internationales et européennes. Le français, qui compte
environ 130 millions de locuteurs dans le monde, est langue officielle ou
l’enseignement dans une trentaine d’états. Toutefois, les tentatives de mise en
oeuvre d’une politique linguistique par rapport à la francophonie visant « à
maintenir et établir le français comme un lien unifiant tous les francophones sont
difficiles parce qu’elles entravent, bien qu’involontairement, l’identité ethno-
culturelle et la recherche, dans la politique des langues, de concepts originaux
revalorisant les cultures et les parlers autochtones ».

Questions:
1. Quelle est la différence entr le néologisme et la néologie?
2. Comment est défini le néologisme par l’auteur?
3. En quels groupes l’auteur, subdivise -t-il les néologismes?
4. Comment est compris le néologisme sémantique?
5. Quelles sont les difficultés de repérages des néologismes ?
6. Comment comprenez-vous la créativité lexicale gouvernée par les règles?
7. Qu’est-ce qu’on entend sous «définir un terme en compréhension ou en
intension»?
8. La nélogie sémantique quels changements produit-elle?
9. Quels types de néologismes connaissez-vous?
10.Quelles sont les causes de la création des mots nouveaux et du veillissement
des mots?
11.Quelles sont les époques où apparaissent beaucoup de néologismes dans le
français et quelles en sont les causes?
12.Quels types d’archaïsmes savez-vous?

Exercices de class:
ex. I, II p. 72; ex. IV, p. 73.
ex. I, p. 79; ex. III, p. 80 ; ex. VII, p. 81; ex. X, XI, XIII, p. 82-83; ex. XVI,
XVII, XIX, p. 84-85.
ex. III, p. 87; ex. VI, p. 88 ; ex. I, p. 91; ex. III, p. 92.

STRUCTURATION SEMANTIQUE ET FORMELLE DU VOCABULAIRE


DU FRANCAIS MODERNE. SYNONYMES

69
Plan
1. Notes préliminaires.
2. Synonymie et synonymes.
3. Critères de la synonymie. Définition des synonymes.
4. Typologie des synonymes.
5. Synonymes partiels.
6. Synonymie des locutions phraséologiques.
7. Origines de la synonymie.

Objectifs d’étude:

L’apprenant doit savoir:


- La définition des synonymes
- Les constituants du système caractérisés par la synonymie
- Les types de synonymes
- Les critères des séries synonymiques
- La loi d’attraction synonymique
- Les particularités des synonymes

L’apprenant doit savoir répondre aux questions:


- La base de la synonymie des vocables
- Les types de rapports sémantiques entre les mots

L’apprenant sera capable de:


- Différencer les synonymes absolus et partiels
- Identifier les paires synonymiques des textes littéraires et du discours de
tous les jours
- Retrouver des synonymes idéographiques et expressifs
- Composer des séries synonymiques d’un mot polysémique

Обладать следующими компетенциями:


общекультурные:
– руководствуется принципами культурного релятивизма и этическими
нормами, предполагающими уважение своеобразия иноязычной
культуры и ценностных ориентаций иноязычного социума;
– обладает навыками социокультурной и межкультурной коммуникации;
– стремится к постоянному саморазвитию, повышению своей
квалификации и мастерства;
профессиональные:
– владеет системой лингвистических знаний, включающей в себя знание
основных лексических и грамматических, словообразовательных
явлений и закономерностей функционирования изучаемого
иностранного языка, его функциональных разновидностей;

70
– владеет основными дискурсивными способами реализации
коммуникативных целей высказывания применительно к особенностям
текущего коммуникативного контекста;
– умеет свободно выражать свои мысли, адекватно используя
разнообразные языковые средства с целью выделения релевантной
информации;
мультимедиа:
– умеет работать с основными информационно-поисковыми и
экспертными системами, системами представления знаний,
синтаксического и морфологического анализа, автоматического
синтеза и распознавания речи, обработки лексикографической
информации и автоматизированного перевода, автоматизированными
системами идентификации и верификации личности;
в области научно-методической деятельности:
– владеет средствами и методами профессиональной деятельности
учителя или преподавателя иностранного языка, а также сущностью и
закономерностями процессов преподавания и изучения иностранных
языков;
– умеет использовать достижения отечественного и зарубежного
методического наследия, современных методических направлений и
концепций обучения иностранным языкам для решения конкретных
методических задач практического характера;
в области научно-исследовательской деятельности:
– умеет видеть междисциплинарные связи изучаемых дисциплин и
понимает их значение для будущей профессиональной деятельности;
– умеет выдвинуть гипотезы и последовательно развивать аргументацию
в их защиту;
– владеет стандартными методиками поиска, анализа и обработки
материала исследования.

1.Notes préliminaires.
Les opinions des linguistes contemporains sur la synonymie sont différentes.
Pour certains linguistes les vocables sont synonymes à condition d’avoir une
valeur sémantique identique. M. Bréal affirme que la synonymie est un phénomène
précaire et provisoire, de courte durée qui se détruit infailliblement du fait que les
mots-synonymes sont sujets à l’évolution sémantique et acquièrent, par
conséquent, des acceptions distinctes.
En effet, les séries synonymiques subissent des regroupements au cours des
siècles et toutefois la synonymie comme telle demeure un phénomène constant de
la langue. La synonymie est un phénomène dialectique qui suppose tout à la fois
des traits communs et des traits distinctifs. Les vocables forment des séries
synonymiques à partir de leur communauté, mais leur présence dans la langue est

71
due principalement à leur fonction différencielle. La synonymie se révèle dans la
synchronie, elle est un indice du caractère systémique de langue.
Au cours de son développement historique la langue devient un instrument
de communication de plus en plus parfait. La richesse de la synonymie, en
particulier, témoigne de la richesse de la langue en entier.

2.Synonymie et synonymes.
Les synonymes sont des mots de même fonction grammaticale qui ont un
sens analogique ou très voisin et des formes différentes (d’après Dubois 1973). Les
synonymes se distinguent par leurs nuances dénontatives, fonctionnelles et leurs
connotations (évaluatives et stylistiques). La synonymie est fonction de l’asymétrie
du signe linguistique. La lexicologie étudie par excellence la synonymie lexicale.
On observe des approches différentes de la synonymie. Ainsi, au centre du
problème se trouve : 1) le degré d’identité de sens des synonymes ; 2) leur
équivalence fonctionnelle dans le texte ; 3) leurs caractéristiques appréciatives et
stylistiques. D’après le premier critère on distingue la synonymie absolue et
relative. Toutefois, il y avait des linguistes qui doutaient de l’existence de la
synonymie absolue (M. Lafaye), voire de toute synonymie (M. Bréal).
Il est vrai que les synonymes absolus ne sont pas nombreux, mais on peut en
citer quelques-uns : nul – aucun, hyperonyme – superordonné, (consonne) fricative
– constructive – spirante. On voit que les synonymes absolus sont propres à la
terminologie scientifique. D’autre part, on trouve des synonymes absolus dans
l’argot : p.ex., pour désigner l’argent on dit : pognon – grisbi – oseille – osier –
pèse (pèze) – picaillons. R. Martin considère que la synonymie absolue est un état
précaire (Martin 1976). Les synonymes absolus diffèrent des variantes de mots qui
tout en gardant leur identité sémantique maintiennent leur ressemblance de forme.
Les paires de mots comme an – année, mont – montagne présentent aussi des
variantes fonctionnelles (combinatoires) de mots. Comparez : Il a vingt ans ; le
jour de l’An ; le Nouvel An, mais : Bonne Année ! cette année, année scolaire,
combien d’années ?
Le plus souvent on a affaire à la synonymie relative. Les synonymes relatifs
diffèrent par un ou plusieurs sèmes. P.ex., si dans courageux tous les sèmes
marquent des qualités positives d’une personne, dans brave, outre les acceptions
« qui ne craint pas le danger », « bon et honnête », on trouve : « gentil, mais un peu
simple ». Dans téméraire cette qualité devenue excessive se transforme en défaut :
« qui manifeste une hardiesse excessive et imprudente ». On assiste donc, avec
audacieux et hardi, à toute une série de synonymes qui diffèrent par leurs sèmes
dénotatifs et constituent un champ lexical.
Selon leur fonction dans le texte et la présence ou l’absence de
caractéristiques évaluatives et stylistiques on peut distinguer trois types de
synonymes : synonymes dénotatifs ou idéographiques (répondre – répliquer,
maison – bâtiment – immeuble), synonymes connotatifs (styllistiques et
fonctionnels) et enfin synonymes de type hétérogène sémantico-stylistiques.

72
En matière de synonymie stylistique il faut tenir compte du fait que dans le
français standard il existe, selon les styles, deux groupes de mots : littéraires et
usuels, quotidiens, p.ex., mourir – trépasser, cheval – coursier, tomber – choir,
malheureux – infortuné. Il est vrai que ces derniers temps les mots familiers,
populaires et argotiques pénètrent de plus en plus souvent dans le parler de tous les
jours. Or, leur emploi est fonctionnel, tout dépend de la situation de la
communication : à qui parler, de quoi parler et dans quelle situation. Comme dit C.
Kerbrat-Orecchioni, « On ne parle pas de corde ... » (dans la maison d’un pendu).
Comparez : se promener – se balader, dormir – roupiller, venir – s’amener,
manger – bouffer.
Quelques exemples de synonymes sémantico-stylistiques : habitation –
gourbi (habitation rudimentaire traditionnelle, en Afrique du Nord ; habitation
misérable, mal entretenue), manger – bâfrer (manger qqch. avidement et avec
excès).
Un mot polysémique (ayant plusieurs variantes lexico-sémantiques) peut
faire partie de différentes séries synonymiques et champs sémantiques, p.ex.,
grand – haut, grand – large, grand – intensif, grand – supérieur, etc.
Il convient de savoir distinguer les synonymes de leurs équivalents
fonctionnels. En effet, un même objet peut être désigné, dans le discours, par un
hyponyme aussi bien que son hyperonyme. Un hyperonyme est un terme dont le
sens (pas l’objet désigné) inclut celui d’un ou plusieurs autres, p.ex., membre est
un hyperonyme de bras, siège de chaise, châpeau de casquette ou couronne, fleur
de tulipe. Ansi on peut employer le mot animal en parlant d’un chat, d’un chien,
d’un loup, etc. Les métaphores et les métonymies ne peuvent pas non plus être
considérées comme synonymes.

3.Critères de la synonymie. Définition des synonymes.


La dénomination du même objet ou phénomène de la réalité n’est point non
plus un critère sûr de la synonymie. En effet, des vocables très différents par leur
sens peuvent désigner dans la parole le même objet, cependant ils ne deviennent
pas pour autant des synonymes. Dans un certain contexte on peut nommer un chat
(un chien, une personne) – « un monstre ». (« Ce monstre, il m’a volé mon
poulet ! » s’écriera une ménagère furieuse contre un chat). Toutefois monstre ne
sera pas un synonyme de chat.
On insiste très souvent sur l’interchangeabilité des mots comme critère de la
synonymie. Dans l’usage courant nous substituons constamment joli à beau,
craindre à redouter et aussi à avoir peur. Toutefois l’interchangeabilité quoique
souvent très utile dans la selection des synonymes ne peut être considérée comme
un critère absolu. Le « signalement » intervient parfois en marquant de son
empreinte leur fonctionnement. C’est pourquoi les mots exprimant la même notion,
mais ressortissant à des styles différents de la langue fonctionneront différemment.
Un professeur ne s’adressera point à ses élèves avec les paroles : « Je décampe
because j’ai la dent ». On ne dira pas non plus dans une conversation : « J’ai mal
à l’abdomen ». Le halo argotique ou scientifique qui s’ajoute à la notion exprimée

73
par ces mots en restreint l’aire d’emploi. L’emploi traditionnel des mots est aussi
un obstacle à l’interchangeabilité des synonymes. Donc, l’interchangeabilité ne
pourra pas être appliquée à tous les synonymes. D’autre part, ainsi que nous
l’avons démontré, l’interchangeabilité occasionnelle du type chat et monstre ne
nous autorise point à y voir des synonymes.
C’est uniquement à partir de la faculté des vocables d’exprimer des notions
identiques ou proches qu’il est possible de dégager des synonymes.
Parfois on définit les synonymes comme des vocables différents ayant le
même sens (ou pareille signification). Ce genre de définition présente un
inconvénient du fait que le contenu sémantique des termes « sens » et
« signification » varie d’un ouvrage à l’autre. Deux vocables peuvent être marqués
de distinctions affectives ou fonctionnelles très nettes, mais être traités de
synonymes à condition d’avoir en commun la valeur cognitive.

4.Typologie des synonymes.


Les synonymes diffèrent tant par leur sens (variations notionnelles et
affectives) que par leur signalement (variations stylistico-fonctionnelles et
variations d’emploi).
Les variations notionnelles : la série synonymique de craindre, redouter,
appréhender, avoir peur.
Les variations affectives. Il existe plusieurs synonymes pour rendre la notion
de enfant. Le mot enfant est neutre, le mot bambin désigne un petit enfant avec
une nuance de sympathie ou d’intérêt ; le mot gosse traduit la sympathie du
locuteur, mais il comporte en même temps une nuance de supériorité et de dédain ;
quand on veut parler à un petit garçon sur un ton amical et un peu protecteur, on
peut l’appeler petit bonhomme ; le mot galopin est employé généralement dans un
sens péjoratif, quant à garnement, il est nettement dépréciatif.
Les variations stylistico-fonctionnelles. Il a déjà été question des différentes
couches lexicales dont se compose le vocabulaire d’une langue. Le choix des mots
dépend dans chaque cas concret des circonstances, du caractère de l’énoncé. Les
mots appartiennent à l’un ou l’autre style de la langue écrite ou parlée : ils peuvent
être neutres, nobles, familiers ou vulgaires ; ils ont tantôt un emploi commun,
tantôt un emploi terminologique. Cette répartition stylistique donne naissance aux
synonymes stylistico-fonctionnels. A côté de la tournure usuelle au revoir il existe
une variante vulgaire à la revoyure ; le mot tête possède des synonymes argotiques
tels que boule, caboche, cafetière, etc. Ainsi les synonymes peuvent appartenir à
des styles fonctionnels différentes, tout en exprimant la même notion, ces
synonymes ont des caractéristiques socio-linguistiques distinctes. Il y a des
synonymes appartenant à différents genres littéraires : firmament est plus poétique
que ciel, génisse plus poétique que vache, etc.
Les variantes d’emploi. Il y a des synonymes qui se distinguent avant tout
par leur environnement linguistique. P.ex., les mots triomphe et victoire tout en
étant des synonymes, peuvent se distinguer par leur emploi ; ainsi dans
l’expression remporter une victoire on ne peut pas remplacer le mot victoire par

74
triomphe. Par contre on peut avoir un air de triomphe, mais on ne peut pas avoir
un air de victoire ; cependant on dit indifféremment air victorieux et air
triomphant. L’étude des emplois des mots-synonymes avec d’autres mots est parmi
les plus importantes et les plus difficiles.

5.Synonymes partiels.
Il est aisé de s’apercevoir que les mots polysémiques sont membres de
plusieurs sénés synonymiques à la fois. Ainsi le mot aigre a plusieurs sens dont
chacun possède des synonymes pour : 1) « qui a une acidité désagréable » les
synonymes sont : acide, acerbe, piquant ; 2) pour « fort et désagréable » (en
parlant d’un son, d’une voix) les synonymes sont : aigu, criard, perçant, strident ;
3) en parlant de l’air, du vent les synonymes de aigre sont : froid, glacial, glacé,
cuisant, vif ; 4) en parlant du ton, de l’humeur où aigre est le contraire de aimable
les synonymes sont : acre, amer, cassant, mordant. Le mot aigre, grâce à sa
polysémie, n’entre que partiellement dans les quatre séries indiquées, il est un
synonyme partiel de chacune d’entre elles. Mais les autres membres des séries ne
le sont aussi que dans des conditions particulières : ainsi, cuisant n’est la
synonyme de froid que par rapport au temps, à la température de l’air ; dans les
groupes de mots tels que douleur cuisante, remords cuisants, l’adjectif cuisant
n’est aucunement un synonyme de froid ou glacial ; de même l’adjectif cuisant
n’est plus un synonyme de froid ou de glacial dans leur sens figuré : accueil froid,
politesse glaciale, etc. les mots froid et cuisant deviennent des synonymes dans un
emploi particulier, mais ils ne sont pas dans d’autres cas. C’est ainsi qu’on appelle
« synonymie partielle ».

6.Synonymie des locutions phraséologiques.


Les locutions phraséologiques sont souvent des synonymes de mots isolés.
Ansi à côté de se replier et s’enfuire nous avons battre en retraite et plier bagage.
Les locutions phraséologiques servent généralement à rendre la parole plus
colorée : tailler une bavette, savonner la tête à qqn., la semaine des quatre jeudis
ou quand les poules auront des dents sont plus évocateurs que bavarder, gronder
ou jamais.
D’autre part, les locutions phraséologiques peuvent aussi former des séries
synonymiques. Pour rendre l’idée qu’on est démuni d’argent on dit n’avoir pas un
rond ou être à sec, être sur le sable. On appelle un gaspilleur panier percé ou
bourreau d’argent.
La synonymie des groupement phraséologiques est caractérisée par quelques
traits particuliers. En effet, la synonymie idéographique n’est pas caractéristique de
la phraséologie qui est utulisée avant tout à des fins affectives et expressives. Les
synonymes phraséologiques à valeur affectives sont, en revanche, très nombreux.
Si s’enfuir et s’emporter sont dépourvus d’affectivité, prendre les jambes à son
cou et monter comme une soupe au lait sont teintés d’ironie ; collé monté et mal
blanchi sont offensants en face de prude et un Noir.

75
Les synonymes phraséologiques offrent très souvent des variations
stylistico-fonctionnelles : être sans le sou, être dans les vignes (du Seigneur),
essuyer un échec appartiennent un style neutre, alors que respectivement être dans
la dèche est familier, être bourré comme un coing est populaire et ramasser un
bide (en parlant d’un spectacle) s’emploie dans l’argot.
Quant à la synonymie partielle elle n’est pas typique des groupements
phraséologiques car ces derniers sont rarement polysémiques.

7.Origines de la synonymie.
L’apparition de nouveaux synonymes répond au besoin de nuancer notre
pensée. Les dénominations de ces nuances sémantiques sont puisées dans des
sources diverses. Parfois c’est l’emprunt à une langue étrangère. Ainsi à côté du
mot goûter a apparu son synonyme d’origine anglaise lunch. Le mot d’origine
anglaise barman est venu se ranger à côté des mots français serveur et garçon.
Il arrive parfois que les doublets étymologiques conservent une affinité de
sens qui permet de les considérer comme synonymes, p.ex., les adjectifs
synonymes frêle et fragile présentent le même phénomène : tous les deux
remontent à un seul adjectif latin fragilis, tous les deux indiquent l’aptitude à être
brisé, cassé, mais frêle implique l’idée de « facilité d’être courbé, ployé » qui se
rapproche de la notion exprimée par l’adjectif faible : la porcelaine est fragile, la
tige d’une fleur est frêle.
Il n’est pas rare de rencontrer des synonymes formés d’une seule racine,
dont l’un contient un affixe et l’autre en est dépourvu ; tels les sunstantifs mont et
montagne qui sont des synonymes idéographiques. Le mot mont s’emploie plutôt
quand on souligne le caractère individuel de l’objet : le mont Olympe, le mont
Parnasse, tandis que le mot montagne a un caractère plus général : descendre une
montagne, habiter au pied d’une montagne.
Mais le plus souvent c’est au développement de la polysémie que la langue
doit l’apparition des synonymes.
Les synonymes sont aussi créés par les euphémismes qui tendent à se
substituer à des vocables trop crus sans toutefois y réussir nécessairement. C’est
pourquoi les euphémismes surgissent en tant que synonymes de vocables existants
(quitter les siens et mourir ; porter des cornes, voyager en Cornouaille et être
cocu).
Ainsi la synonymie se développe et se modifie tout comme les autres aspects
de la langue.

Questions:
1. Est-ce que la synonymie est caractéristique pour le français?
2. Quels types de synonymes savez-vous et quelle est la différence entre
eux?
3. Définissez ce que c’est qu’une dominante de la série des synonymes.
4. Quel est le rôle du contexte dans le changement de la valeur des
synonymes?

76
5. Pourquoi le sens des mots ne se recouvre jamais exactement l’un l’autre?
6. Qu’est-ce que l’emploi des synonymes permet de faire?

Exercices de class:
ex. I, p. 48; ex. IV, p. 50; ex. VII, p. 52; ex. XIII, p. 55; ex. XIV, p. 55.

STRUCTURATION SEMANTIQUE ET FORMELLE DU VOCABULAIRE


DU FRANCAIS MODERNE (fin). ANTONYMES. PARONYMES.
HOMONYMES

Plan
1. Antonymie et antonymes.
2. Types d’antonymes.
3. Antonymes partiels.
4. Homonymie et homonymes.
5. Paronymie et paronymes.
6. Holonyme et méronyme.
7. Les champs sémantiques.

Objectifs d’étude:

L’apprenant doit savoir:


- La définition des antonymes, des homonymes
- Les causes de l’apparition des homonymes, leurs types
- Les traits essentiels du champ sémantique

L’apprenant doit savoir répondre aux questions:


- La base logique des antonymes
- Les groupes lexicaux

L’apprenant sera capable de:


- Relever des critères fistributionnels, paradigmatiques et formatifs des
homonymes
- Faire des microparadigmes des antonymes
- Identifier les champs sémantiques des mots

Обладать следующими компетенциями:


общекультурные:
– обладает навыками социокультурной и межкультурной коммуникации;
– владеет культурой мышления, способностью к анализу, обобщению
информации, постановке целей и выбору путей их достижения, владеет
культурой устной и письменной речи;

77
профессиональные:
– владеет основными дискурсивными способами реализации
коммуникативных целей высказывания применительно к особенностям
текущего коммуникативного контекста;
– владеет основными особенностями официального, нейтрального и
неофициального регистров общения;
– обладает готовностью преодолевать влияние стереотипов и
осуществлять межкультурный диалог в общей и профессиональной
сферах общения;
– обладает необходимыми интеракциональными и контекстными
знаниями, позволяющими преодолевать влияние стереотипов и
адаптироваться к изменяющимся условиям при контакте с
представителями различных культур;
мультимедиа:
– обладает способностью работать с информацией в глобальных
компьютерных сетях;
– умеет работать с электронными словарями и другими электронными
ресурсами для решения лингвистических задач;
в области научно-методической деятельности:
– владеет средствами и методами профессиональной деятельности
учителя или преподавателя иностранного языка, а также сущностью и
закономерностями процессов преподавания и изучения иностранных
языков;
– умеет использовать достижения отечественного и зарубежного
методического наследия, современных методических направлений и
концепций обучения иностранным языкам для решения конкретных
методических задач практического характера;
в области научно-исследовательской деятельности:
– умеет использовать понятийный аппарат теоретической и прикладной
лингвистики, лингводидактики и теории межкультурной
коммуникации для решения профессиональных задач;
– умеет структурировать и интегрировать знания из различных областей
профессиональной деятельности и обладает способностью их
творческого использования и развития в ходе решения
профессиональных задач;
– владеет стандартными методиками поиска, анализа и обработки
материала исследования.

1.Antonymie et antonymes.
Les antonymes sont des unités (mots d’une même partie du discours ou
groupes de mots) à sens contraire : bonheur – malheur, facile – difficile, naître –
mourir, beaucoup – peu. Les antonymes servent donc à exprimer des concepts

78
contraires par leurs caractéristiques qualificatives, quantitatives, temporelles, etc.
toutefois, pour qu’on puisse parler des antonymes il faut qu’il y ait un concept
commun servant de base à tous ces mots ; p.ex. : froid – chaud (température),
léger – lourd (poids), entrer – sortir (mouvement horizontal). Les vocables
désignant des objets à sens concret et n’ayant pas de connotations, sont dépourvus
d’antonymes. Si un mot à sens concret possède des connotations, il peut avoir des
antonymes contextuels. Cette figure de style s’appelle antithèse : « Paix aux
chaumière, guerre aux palais ». L’antonymie est un phénomène psychologique ;
les oppositions antonymiques ne reflètent pas nécessairement les oppositions
réelles entre les choses, mais les oppositions qui constituent des images que nous
formons du monde réel. P.ex., le blanc et le noir sont perçus par notre esprit
comme des contraires, tandis que le rouge et le violet ne le sont pas, quoique du
point de vue scientifique ils représentent bien les points opposés du spectre
(l’infra-rouge et l’ultra-violet). Grâce à cette particularité des oppositions
psycholinguistiques apparaît le phénomène de l’antonymie occasionnelle.

2.Types d’antonymes.
Les oppositions entre deux choses homogènes peuvent être de différente
nature ; de là – les différents types d’antonymes.
1) Les antonymes contraires désignent l’opposition graduelle
qualificative ou quantitative : riche – pauvre, jeune – vieux, respect – dédain. Les
antonymes de ce type possèdent différents degrès d’intensité :
richissime ← riche -------I--------pauvre → misérable
jeunet ← jeune ------------I------d’âge moyen → vieux
estime ← respect ---------I-------mépris → dédain
2) Antonymes complémentaires : vrai – faux, marié – célibataire,
possible – impossible. Ces antonymes expriment les concepts qui ne coexistent
pas : qqch qui est faux ne peut pas être vrai en même temps.
3) Vocables exprimant des actions, des caractéristiques, des qualités
opposées : monter- descendre, entrer – sortir, allumer – éteindre, national –
antinational, mondialiste – antimondialiste.
4) Un groupe à part, assez limité, est constitué de mots désignant des
action réciproques : acheter – vendre, donner – prendre, prêter – emprunter.
D’après leur forme, on distingue les antonymes à base commune (réel –
irréel) et à base différentes : clair – obscur.
Aussi bien que les synonymes il existe des antonymes absolus (croyant –
incroyant) et relatifs où tous les sèmes ne trouvent pas leurs contraires. P.ex. : bien
adv. 1. De manière satisfaisante, excellente : travailler bien. 2. Beaucoup, très :
merci bien. 3. Assurément, réellement : je le crois bien. 4. Au moins,
approximativement : il y a bien un mois que je ne l’ai pas vu ; mal adv. 1. D’une
manière contraire à la morale : agir, se conduire mal. 2. D’une manière non
satisfaisante : parler, écrire mal.

3.Antonymes partiels.

79
Tout comme les synonymes, les antonymes peuvent être partiels. Les mots
polysémiques peuvent avoir des antonymes dans chacune de leurs acceptions.
Ainsi le mot bouillant signifie : 1) « ce qui bout » ; 2) « actif, ardent,
emporté ». La première acception a pour antonyme froid, glacé, la deuxième –
calme, pondéré. Le mot bouillant est un antonyme partiel des adjectifs froid et
calme.

4.Homonymie et homonymes.
Un homonyme est un mot qu’on prononce ou/et qu’on écrit comme un autre,
mais qui en diffère par le sens ; comparez : bas du visage et bas de laine, pain
(espèce d’aliment) et pin (espèce d’arbre). L’apparition des homonymes paraît
fortuite. Cependant, les possibilités de ce phénomène sont conditionnées par les
lois de la langue : changements phonétiques (louer), rupture de la polysémie
(voler), emprunt (sport et spore), abréviation de mots (maths et matte), etc. Mais
leur réalisation est le jeu du hasard (d’après Виноградов 1994).
Types d’homonymes : 1) homonymes absolus qui présentent à la fois la
même forme phonique et graphique aussi bien que la même partie du discours,
p.ex. : baie n.f. partie du littoral (baie du Mont-Saint-Michel) ; baie n.f. – espèce de
fruit (raisin, groseille, cassis) ; baie – ouverture fermée ou non d’une façade : baie
vitrée. Cousin n.m. – parent ; cousin n.m. – insecte ; 2) homonymes relatifs. Parmi
les homonymes relatifs on peut distinguer deux sous-types principaux : les
homophones (bal n.n. – balle n.f., vice n.m. – vis n.m., faim n.f. – fin n.f.) et les
formes homonymiques de mots ou « homoformes » - mots de sens différents dont
quelques formes coïncident graphiquement et phonétiqement. Les homophormes
se rapportent souvent aux différentes parties du discours. P.ex. : bond n.m. – bon
adj., mont n.m. – mon adj. possessif, vin n.m. – vain adj. – vingt adj. numéral et
n.m. – (il) vint. Les homonymes de ce type sont nombreux. Par contre, si dans les
langues à accent mobile, comme le russe, on peut voir de vrais homographes
(comparez : мỳка-мукá), ce type d’homonymes n’est pas caractéristique du
français. On peut trouver des exemples isolés, comme celui-ci : les fils [fil] de soie
– les fils [fis] à papa. Or, il s’agit là d’une homonymie contextuelle.
Enfin, il arrive que les frontières entre l’homonymie et la polysémie ne
soient pas bien délimitées. On a donc affaire aux cas intermédiaires ; p.ex.,
grenade (fruit et projectile léger explosif, incendiaire, fumigène ou lacrymogène).

5.Paronymie et paronymes.
Les paronymes sont définis par les linguistes français comme mots de sens
différent, mais de forme relativement voisine (Dubois 1973) : conjecture
(supposition) et conjoncture (occasion). Selon cette définition, la paronymie se
rapproche de l’homonymie. Ch. Bally les appelle « pseudohomonymes » (Bally
1944). Cependant il est nécessaire d’y apporter quelques modifications et
précisions. La différence de sens peut être totale ou partielle. Par conséquent, les
linguistes russes considèrent la paronymie comme une catégorie intermédiaire
entre l’homonymie et la synonymie. Dons les paronymes ce sont les mots d’une

80
même partie du discours contenant des phonèmes et des morphèmes semblables et
qui ont un sens relativement voisin (d’après Виноградов 1994).
Types de paronymes. Il existe deux types essentiels de paronymes : 1)
paronymes ayant une coïcidence partielle du plan de l’expression et du plan du
contenu. Cela est conditionné par des facteurs objectifs du dévéloppement de la
langue. Plusieurs paronymes possèdent une parenté étymologique ou
dérivationnelle : chevalier (au Moyen Age combattant à cheval, puis noble) et
cavalier (personne à cheval - de l’it.), humeur (disposition affective et
émotionnelle dominante) et humour (forme d’esprit qui cherche à mettre en valeur
le caractère ridicule de certains aspects de la réalité – emprunté à l’angl.). Les
vocables cités présentent des doublets étymologiques des emprunts aux langues
vivantes. Quant aux doublets étymologiques résultant des emprunts au latin (mots
savants et populaires), dans le français moderne on ne peut pas les traiter comme
paronymes parce qu’ils ont perdu, au cours de l’histoire, leur ressemblance
phonétique aussi bien que leurs liens sémantiques : écouter et ausculter, hôtel et
hopital ; 2) le caractère psycholinguistique de la paronymie (Лейчик, Секежицки
1999) se fait surtout sentir dans un autre type de paronymes où la coïncidence
partielle ne porte que sur le plan de l’expression : adapter (ajuster, arranger) –
adopter (faire sien), allocation (action d’allouer qqch. à qqn. : allocations
familiales) – allocution (bref discours officiel), collision (complicité) – collusion
(opposition, conflit).
Les sujets parlants peuvent percevoir et produire des mots qui se ressemblent
en les confondant parfois par faute d’instruction (étymologie populaire) ou les
rapprochant de façon delibérée. Le dernier cas se rattache plutôt à la paronomasie
qui est utilisée dans les oeuvres littéraires comme un procédé styllistique : Qui se
ressemble s’assemble. Tout ceci porte à croire que la paronymie appartient en
même temps à la langue (on peut trouver des rapports paronymiques dans le
système français) et à la parole (par l’attraction paronymique), au social et à
l’individuel.

6.Holonyme et méronyme.
Dans l’optique cognitive on parle d’holonyme pour le tout et de méronyme
pour la partie. Il existe cinq types de relations entre eux : 1) objet/élément :
pied/jambe ; 2) ensemble/membre : arbre/forêt ; 3) masse/portion : flocon/neige ;
4) objet/constituent : farine/gâteau ; 5) activité/phase : péroraison/discours
(Gaudin, Guespin 2000).
Holonyme lié à une autre relation sémantique de tout à partie. P.ex. :
ordinateur est un holonyme de clavier, puisqu’il est incluant. Du grec holon – tout
et onoma – nom.
Méronyme, terme lié à un autre terme par une relation de partie à tout. P.ex. :
clavier est un méronyme d’ordinateur puisqu’il est inclus. Du grec meros – partie.
Par comparaison les mots hypéronyme et hyponyme font référence à des
signifiés qui appartiennent au même ensemble d’objets alors qu’holonyme et
méronyme font référence à des signifiés qui appartiennent au même objet.

81
7.Les champs sémantiques.
L’idée de Saussure sur le réseau assosiatif reliant les mots étant dans l’air,
elle fut dévéloppée par les linguistes allemands J. Trier et G. Ipsen. En effet, si le
lexique représente un système de signes, il est naturel qu’il existe des rapports
paradigmatiques et syntagmatiques entre eux.
Le champ lexical peut être défini comme un réseau de mots réunis par leurs
sens (parfois par leur forme aussi). Le champ lexical reflète la ressemblance
notionnelle, référentielle et fonctionnelle des mots dont il se compose.
J. Trier fut le premier à essayer de délimiter un champ linguistique en
étudiant les mots qui se rapportent au secteur notionnel de l’entendement en
allemand. Il montre donc que ces mots constituent un ensemble structuré à
l’intérieur duquel chacun dépend des autres.
Selon Trier et un autre linguiste allemand L. Weisgerber, « nos concepts
recouvrent tout le champ du réel sans laisser de vide ... comme les pièces d’un
puzzle » (Guiraud 1964). Voilà pourquoi chaque changement dans les limites d’un
concept entraîne une modification des concepts voisins et des mots qui les
expriment. L. Weisgerber insiste sur l’interdépendance de nos concepts et de nos
mots. Ainsi, p.ex., il montre que les noms de couleurs forment un système
arbitraire et qu’on pourrait diviser autrement le spectre solaire, comme, p.ex., le
faisaient les abciens qui avaient une échelle différente de la nôtre et reflétant une
façon différente de découper la réalité. Les mots forment un champ linguistique
recouvrant un champ conceptuel et expriment une vision du monde qu’ils
permettent de reconstituer.
La notion d’un champ linguistique fut une vraie révolution dans la
sémantique. Toutefois elle suscite des critiques et des réajustements. On sait bien
que J. Trier a étudié des notions intellectuelles, tandis que le vocabulaire du monde
physique et matériel est toujours confus dans ses limites. En fait les premières
tentatives de délimitation de champ portent sur des champs notionnels, comme,
p.ex., chez Trier le champ des mots désignant la connaissances.
On peut citer comme exemple de l’étude des champs notionnels dans « le
domaine français » les travaux de G. Matoré. Selon cet auteur, la lexicologie est
« une discipline sociologue utilisant le matériel linguistique que sont les mots » et
c’est en « sociologue » de l’école sociologique française qu’il étudie le vocabulaire
économique, technique et politique. Ainsi la lexicologie est considérée « comme la
servante de la sociologie » (picoche 1977). L’analyse sémantique de Matoré est
basée sur la recherche de mots témoins (néologismes correspondant à des choses
ou à des vues nouvelles de l’époque étudiée, telles que coke à la fin du XVIIIe
siècle) et de mots clés (porteurs de notions centrales pour une génération, comme,
p.ex., prud’homme, honnête homme et philosophe au siècle des Lumière).
Outre les champs notionnels il existe de vrais champs linguistiques, comme,
p.ex., celui de Ch. Bally qui définit ses champs associatifs à partir des critères
formels et linguistiques. C’est ainsi que la champ du boeuf fait penser à : 1) vache,
taureau, veau, cornes, beugler, ruminer, etc. ; 2) labour, charrue, joug, etc. ; 3) idée

82
de force, d’endurance, de travail patient, mais aussi de lenteur, de lourdeur, de
passivité. Le language figuré (comparaisons, métaphores, proverbes, tours
stéréotypes) intervient comme réactif ; comparez : un vent à décorner les boeufs,
ruminer une idée, mettre la charrue avant les boeufs, fort comme un boeuf, c’est
un boeuf pour le travail, etc.
P. Guiraud a raison de dire que « le relèvement des champs associatifs est
subjectifs puisque l’apparition dans la conscience de tel ou tel individu des
associations physiques dépend de son âge, de sa profession, de son milieu social et
d’aures facteurs ».
Aussi P. Guiraud avance-t-il l’idée d’un champ morpho-sémantique. « C’est
un complexe de relations de formes et de sens formé par un ensemble de mots ».
P.ex., le mot chat est à l’origine d’un grand nombre d’images et de métaphores
comme, p.ex., j’ai d’autres chats à fouetter, acheter chat en poche, pas un chat, il
n’y a pas de quoi fouetter un chat et d’autres. On trouve le mot chat dans des
dénominations métaphoriques de quelques plantes, animaux, personnes, choses,
qualités (vivacités, hypocrisie, etc.). Cet animal possède une série de noms : chat,
minet, matou, etc. Chaque notion assimilée au chat est susceptible de prendre tel ou
tel des noms de l’animal, l’enfant (l’apprenti) est désigné par mioche, moutard
(noms de chat). Chacun des noms du chat prend un certain nombre de sens.
L’ensemble de ces mots forme un réseau de synonymes, d’homonymes, etc.
Les mots d’un champ sémantique sont liés entre eux par des rapports
paradigmatiques et syntagmatiques. On distingue à l’intérieur d’un champ
sémantique des rapports paradigmatiques parmi lesquels il y a des rapports
synonymiques (p.ex. : vrai, exact, réel, véritable, bon, approprié), antonymiques
(faux), dérivationnels et supplétifs (vrai-vraiment, vrai/vérité, vérité-, véritable-
véritablement). Entre les mots à sens concret qui le plus souvent n’ont pas
d’antonymes, il existe, par contre, des rapports génériques. Ainsi, le mot meuble
est le générique (on dit encore superordonné ou hyperonyme) d’une classe dont les
membres sont table, chaise, armoire, etc. ; siège est le générique de chaise,
fauteuil, banc, etc. qui sont hyponymes.
Les champs lexicaux (comme tous les champs linguistiques), à l’opposé des
champs notionnels, diffèrent d’une langue à l’autre parce que le découpage de la
réalité par des moyens linguistiques ne se fait pas de la même façon. Ansi, au mot
bleu du champ lexical du spectre en français correspondent deux mots russes :
синий et голубой ; par contre, рука et нога sont considérés en russes en entier,
tandis qu’en français il y a deux termes pour chacun de ces mots : main et bras
pour рука, pied et jambe pour нога. Il faut prendre en concidération toutes ces
différences en procédant à la traduction, à l’enseignement des langues et en
redigeant les dictionnaires.
Les rapports syntagmatiques d’un champ lexical se manifestent dans le texte.
Bien souvent on y voit coexister des rapports paradigmatiques (dérivationnels,
synonymiques, antonymiques) et syntagmatiques, comme, p.ex., dans le passage
ci-dessous (les mots d’un même champ lexical sont soulignés).
1. – Tu as trouvé des draps sales quelque part ?

83
- J’y ai pensé, non.
- On faisait la lessive à la maison ?
- Je n’ai vu aucun appareil ni aucun récipient pour cela.
- Ils confiaient donc le linge à une blancisserie.
- C’est à peu près certain. Or, à moins que le blanchisseur soit passé hier ou
avant-hier ...
- Je vais essayer de savoir de quelle blanchisserie il s’agit (Simenon).
Dans ce fragment on peut trouver des mots de champ lexical faire la lessive.
J. S. Stepanov distingue deux types de champs : dénotatifs (dénominations
des couleurs, des plantes, des animaux, de la mesure, dub temps, etc.) et champs
significatifs ou notionnels (dénominations des sentiments, des processus de
perception, etc.).
Enfin, c’est toujours un concept qui est à la base d’un champ lexical.
A titre de conclusion on peut dire :
1. Le champ lexical représente un ensemble d’éléments (de mots) reliés
entre eux par des relations structurelles.
2. Les mots qui constituent un champ ont une base sémantique commune.
3. Le champ peut réunir des éléments homogènes et hétérogènes.
4. Dans un champ lexical on distingue le centre et la périphérie.
5. Les éléments du centre étant obligatoires sont les plus fréquents du champ
en question.
6. Les frontières entre le centre et la périphérie sont floues.
7. Les éléménts d’un champ peuvent occuper le centre de ce champ tout en
appartennant en même temps à la périphérie d’un autre chap lexical.

Questions:
1. Quels types d’antonymes savez-vous?
2. En quels groupes pouvez-vous répartir les antonymes suivant la notion
qi’ils traduisent?
3. Comment comprenez-vous l’antonymie partielle et complète? Donnez-en
des exemple.
4. Quels sont les essentiels types d’homonymes?
5. Qu’est-ce qu’on sousentend sous l’homonymie partielle et complète?
6. Quels moyens dispose la langue pour exprimer l’idée de contraire?
7. Comment peut-on distinguer les homonymes?
8. Quelle est la différence entre le paronyme et le barbarisme?

Exercices de class:
ex. I, p. 55; ex. IV, p. 56; ex. VII, p. 57; ex. IX, p. 58; ex. XII, XIII p. 59; ex.
XIV, p. 60.
ex. II, III, p. 61; ex. VIII, X p. 63;
ex. IV, p. 65; ex. V, p. 66; ex. VII, p. 67.

84
LA LEXICOGRAPHIE FRANÇAISE

Plan
1. Raison d’être des dictionnaires.
2. Problèmes de la lexicographie théorique.
3. Types de dictionnaires.

L’apprenant doit savoir:


- La structure des dictionnaires bilingues et monolingues
- Les traditions d’usage des dictionnaires en France et en Russie
- Les définitions lexicographiques
- Les types des dictionnaires

L’apprenant doit savoir faire:


- Identifier la nomenclature des entrées
- Reconnaître les types de dictionnaires
- Utiliser les dictionnaires
- Composer des fiches lexicographiques
- Trouver facilement des mots et expressions nécessaires
- Trouver des renvois de toutes sortes

L’apprenant sera capable de répondre aux questions sur:


- Le caractère double de la lexicographie
- Les types des dictionnaires
- Les auteurs des dictionnaires
- L’histoire de création des dictionnaires

Обладать следующими компетенциями:


общекультурные:
– руководствуется принципами культурного релятивизма и этическими
нормами, предполагающими уважение своеобразия иноязычной
культуры и ценностных ориентаций иноязычного социума;
– владеет культурой мышления, способностью к анализу, обобщению
информации, постановке целей и выбору путей их достижения, владеет
культурой устной и письменной речи;
профессиональные:
– владеет системой лингвистических знаний, включающей в себя знание
основных лексических и грамматических, словообразовательных
явлений и закономерностей функционирования изучаемого
иностранного языка, его функциональных разновидностей;
– обладает готовностью преодолевать влияние стереотипов и
осуществлять межкультурный диалог в общей и профессиональной
сферах общения;

85
– обладает необходимыми интеракциональными и контекстными
знаниями, позволяющими преодолевать влияние стереотипов и
адаптироваться к изменяющимся условиям при контакте с
представителями различных культур;
мультимедиа:
– умеет работать с основными информационно-поисковыми и
экспертными системами, системами представления знаний,
синтаксического и морфологического анализа, автоматического
синтеза и распознавания речи, обработки лексикографической
информации и автоматизированного перевода, автоматизированными
системами идентификации и верификации личности;
– обладает способностью работать с информацией в глобальных
компьютерных сетях;
– умеет работать с электронными словарями и другими электронными
ресурсами для решения лингвистических задач;
в области научно-методической деятельности:
– владеет средствами и методами профессиональной деятельности
учителя или преподавателя иностранного языка, а также сущностью и
закономерностями процессов преподавания и изучения иностранных
языков;
– умеет использовать достижения отечественного и зарубежного
методического наследия, современных методических направлений и
концепций обучения иностранным языкам для решения конкретных
методических задач практического характера;
в области научно-исследовательской деятельности:
– умеет использовать понятийный аппарат теоретической и прикладной
лингвистики, лингводидактики и теории межкультурной
коммуникации для решения профессиональных задач;
– умеет структурировать и интегрировать знания из различных областей
профессиональной деятельности и обладает способностью их
творческого использования и развития в ходе решения
профессиональных задач;

1.Raison d’être des dictionnaires.


La lexicographie doit son nom à deux vocables grecs lexicos (se rapportant
au mot) et grápho (j’écris). Cette branche de la linguistique peut être définie
comme « la technique de confection des dictionnaires et l’analyse linguistique de
cette technique » (Dubois 1973). On peut considérer la lexicographie comme une
partie de la lexicologie ou comme une science à part. Toutefois, vu que non
seulement l’objet d’étude lexicologique et lexicographique est le même (c’est le
mot), mais que les principes de l’élaboration des dictionnaires de langue sont basés

86
sur des données lexicologiques, pour nous, la lexicographie est une des
applications pratiques de la lexicologie.
Les dictionnaires facilitent la communication permettant aux interlocuteurs
(lecteurs) 1) « de traduire ... les messages des communautés linguistiques
étrangères avec lesquelles ils sont en contact ... c’est l’objet des dictionnaires
bilingues ou plurilingues ; 2) ou bien, à l’intérieur d’une même communauté
linguistique, de transcoder dans une norme commune les parlers techniques ou
sociaux de groupes socialement ou culturellement différents, ... – c’est l’objet des
dictionnaieres techniques et scientifiques, des dictionnaires d’argot, etc. ; 3) ou
bien, de maîtriser les moyens d’expression par l’analyse sémantique, syntaxique,
morphologique ou phonétique de la langue ... C’est l’objet des dictionnaires de
langue (ou dictionnaires unilingue) ; 4) ou bien d’accroître la quantité du savoir
des lecteurs grâce aux informations fournies par l’intermédiaire des mots : c’est
l’objet des dictionnaires encyclopédiques » (J. Dubois, Cl. Dubois 1971).

2.Problèmes de la lexicographie théorique.


La lexicographie théorique s’occupe des problèmes tels que : 1)
l’élaboration de la typologie des dictionnaires et de nouveaux types de
dictionnaires ; 2) l’élaboration de la macrostructure du dictionnaire (choix du
lexique, disposition des articles, critères de distinction des homonymes, insertion
dans le corpus et dans les annexes des notions grammaticales, encyclopédiques,
etc. ; 3) l’élaboration de la microstructure du dictionnaire, c’est-à-dire de l’article
(entrée, prononciation, catégorisation grammaticale, types de définitions,
classification des acceptions, système de signes désignant les niveaux de langue :
littéraire, familier, populaire, etc., types d’exemples des occurences du mot
d’entrée dans des phrases ou des syntagmes, présentation des locutions, etc.).
Pour rédiger un dictionnaire de langue il faut tenir compte des faits suivants.
« Le vocabulaire de l’usager moyen se situe aux alentours de 20.000 mots », tandis
que « le lexique d’une langue de civilisation comme le français ou l’anglais
dépasse 200.000 mots sans les noms propres, et l’on pourrait probablement
atteindre aisément le chiffre de 500.000 mots (p.ex., avec les nomenclatures
terminologiques) ». Il y a donc un abîme entre cette compétence abstraite et la
compétence personnelle de l’usager moyen. Par conséquent, 1) « le lexique n’a de
réalité que pour une communauté linguistique – tous les usagers – et non pas pour
tout usager » ; 2) « l’élaboration du dictionnaire échappe donc à la compétence
personnelle du lexicographe ».
Le dictionnaire est donc « un objet culturel qui présente le lexique d’une (ou
plusieurs) langue sous la forme alphabétique, en fournissant sur chaque terme un
certain nombre d’informations (pronociation, étymologie, catégorie grammaticale,
définition, construction, exemples d’emploi, synonymes, idiomatismes) ; ces
informations visent à permettre au lecteur de traduire d’une langue dans une autre
ou de combler les lacunes qui ne lui permettaient pas de comprendre un texte dans
sa propre langue » (Dubois 1973).

87
3.Types de dictionnaires.
On distingue deux types essentiels de dictionnaires : dictionnaires
unilingues (monolingues) et dictionnaires bilingues ou plurilingues. Le français a
une longue et riche tradition lexicographique dans ces deux domaines.
Dictionnaires unilingues (monolingues). Les premiers dictionnaires
monolingues du français datent du XVII e siècle ; ceux de J. Nicot (1609), de
Richelet (1680), de Furetière (1690) et de l’Académie française (1694). C’etaient
des dictionnaires de langue.
Dictionnaires de langue. Ce groupe de dictionnaires est le plus nombreux et
le plus répandu et, en outre, il intéresse surtout les linguistes. Les dictionnaires de
langue visent le recherche d’un usage.
Parmi les dictionnaires de langue on peut signaler les dictionnaires
normatifs. Le dictionnaire qui se rapproche le plus de ce type est le Dictionnaire
de l’Académie française, un des dictionnaires les plus anciens en France. On ne
peut y trouver ni archaïsmes, ni néologismes, ni argotismes, ni mots rares ou
précieux. Quand mêmes ces mots peuvent être enreigistrés par un dictionnaire
normatifs dans la mesure où on les rencontre chez les écrivains modernes. Donc
c’est le français parlé et littéraire de nos jours que doit refléter un dictionnaire
normatif. La neuvième (et la dernière) édition du Dictionnaire de l’Académie
française date de 1989.
Il existe d’autres dictionnaires normatifs tels que « Dupré P. Encyclopédie
du bon français dans l’usage contemporain » en trois tomes. Les mots y sont
présentés dans leur interprétation par d’autres dictionnaires et par d’autres
linguistes, après quoi l’auteur précise les difficultés, les subtilités, les complexités
et les singularités des mots étudiés. Le « Dictionnaire du bon français » de J.
Girodet (1981) peut aussi servir d’exemple d’un dictionnaire normatif. Et enfin il y
a encore un dictionnaire qui se rapproche de ce type : Reum A. Petit dictionnaire
de style (1953).
Cependant, la plupart des dictionnaires de langue ne sont pas normatifs.
Comme la redaction des dictionnaires s’appuie en grande partie sur la
pratique lexicographique précédente, il convient de faire quelques remarques sur
les dictionnaires les plus importants du XIX e siècle. Parmi ces derniers on peut
citer : 1) Hatzfeldt, Darmsteter, Thomas Dictionnaire général de la langue
française du commencement du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours en deux volumes
(1889). Il contient : la prononciation des mots, leur étymologie, leur sens propre,
leur sens dérivés et figurés, des exemples tirés des meilleurs écrivains ; 2)
Dictionnaire Littré. Son vocabulaire est très riche. L’auteur se pose pour but de
faire entrer dans son dictionnaire tous les mots employés dans le français littéraire.
Le XXe siècle a connu deux réeditions du Littré : intégrale (1958) et abrégé (1964).
Toutefois si on qualifie le Littré comme un chef-d’oeuvre, c’est en même temps un
musée du français du XIXe siècle.
Les dictionnaires de langue du XXe siècle sont encore plus nombreux qu’au
siècle précédent. D’après la date de sa première édition (1948) on peut commencer
par le Dictionnaire Quillet de la langue française en trois volumes rédigé sous la

88
direction de R. Mortier. Le but de l’ouvrage est « l’art d’écrire et de bien rédiger ».
Le dictionnaire est précédé d’une grammaire française. Le dictionnaire contient :
1) un vocabulaire alphabétique comprenant tous les mots de la langue française (y
compris les termes scientifiques couramment usités) ; 2) des tableaux.
Parmi les dictionnaires Larousse qui appartiennent aux dictionnaires
encyclopéqiques ou linguo-encyclopédiques il faut distinguer le Grand Larousse
de la langue française en sept volumes (GLLF) dont le premier volume a paru en
1971 et le septième en 1978 (réédité en 1986). Il recense tous les termes de la
langue française moderne et contemporaine (du XIX e et du XXe siècle). Ce
dictionnaire s’adresse à tous les francophones curieux de la langue qu’ils parlent et
à tous les étrangers désireux de trouver une information précise et détaillée sur le
contenu et l’emploi des termes de la langue qu’ils apprennent à parler.
Parmi les meilleurs grands dictionnaires de langue du XX e siècle il faut
situer P. Robert Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française.
Sa première édition en six volumes datant de 1958, il fut complété en 1976 par un
supplément et réédité en neuf volumes en 1985 sous le titre de Grand Robert. Le
Grand Robert est un dictionnaire du français moderne qui en matière d’archaïsmes,
d’argotismes et d’emprunts ne comprend que ceux qui s’emploient jusqu’à nos
jours. Par sa nomenclature qui est très riche on compare le Grand Robert au Littré.
De tous les grans dictionnaires de langue c’est la Trésor de la langue
française qui est le plus volumineux et dont la nomenclature est la plus riche
(100 000 mots, 110 000 mots avec le complément). C’est un dictionnaire étendu de
la langue moderne. Le dictionnaire est adressé aux cadres supérieurs ou moyens de
la société, aux écrivains, aux enseignants. Le nombre de textes littéraires constitue
416 ouvrages pour le XIXe siècle, et 586 ouvrages pour le XXe siècle, l’ensemble
ayant été calculé de manier à ne pas dépasser 70 millions d’occurrences, pour les
textes techniques environ 20 millions d’occurrences. Tous les textes ont été soumis
à une perforation intégrale et au traitement de l’ordinateur.
Après le succès du Grand Robert ses auteurs ont préparé une version
abrégée, « plus pratique et maniable » du dictionnaire – le Petit Robert.
L’innovation du Robert résude, « dans l’enrichissement du cadre alphabétique par
le jeu des associations d’idées ». La réduction a porté surtout sur les exemples. Ce
dictionnaire est destiné à un très vaste public (maîtres et élèves en France et au-
delà de ses frontières). Ce dictionnaire est d’un type particulier : à la fois descriptif,
historique et analogique. Comme le Petit Robert atteint 50 000 mots, on y trouve
tous les termes courants du français contemporain et beaucoup de mots techniques
et spéciaux. En outre le dictionnaire contient les mots vieillis choisis pour
permettre la compréhension des oeuvres classiques et les termes régionaux qui se
sont diffusés dans tout le pays. On y voit aussi des néologismes, des anglicismes
récents. On y trouve les indications grammaticales, la transcription de chaque mot,
son étymologie et les datation. De plus, on voit dans le Petit Robert une « marque
d’usage » précisant la valeur de l’emploi du mot.
Le Dictionnaire du français contemporain se distingue des autres
dictionnaires de langue. Il vise à présenter un état actuel du lexique usuel. Le

89
dictionnaire contient 25 000 termes. Les mots sont présentés dans l’ordre
alphabétique, mais en même temps leurs dérivés sont regroupés autour des mots de
base. Ce dictionnaire est destiné à ceux qui veulent perfectionner l’usage qu’ils ont
du français (surtout aux étudiants étrangers).
Par sa conception lexicographique c’est le Lexis Larousse de la langue
française qui se rapproche du Dictionnaires du français contemporain. Le Lexis
s’attache à décrire la lexique du français dans sa plus grande exention. Il est destiné
au large public de l’enseignement (enseignants, étudiants, élèves), à ceux qui
veulent comprendre le fonctionnement de la langue et en acquérir la maîtrise. La
méthode adoptée consiste à regrouper les mots en vastes articles selon les critères
sémantiques et morphologiques, ce qui doit permettre au lecteur de comprendre les
processus de formation du lexique français.
Le Dictionnaire du français au collège 1987, 2000 issu du Dictionnaire du
français contemporain et rédigé par les mêmes auteurs est orienté vers les
préoccupations pédagogiques. Sa nomenclature est de 37 000 mots, il privilégie la
langue actuelle, il exclut les mots archaïques ou trop spécialisés, il favorise l’usage
parlé.
Outre les dictionnaires mentionnés, on peut citer parmi les dictionnaires de
langue le Dictionnaire du français vivant, et le Logos. Le Dictionnaire du français
vivant qui contient 45 000 mots et expressions, poursuit surtout des buts
didactiques et stylistiques et se rapproche du type de dictionnaire normatif. La
nomenclature du Logos est plus vaste : elle comprend 60 000 mots. Le Logos ne
prétend pas être normatif contenant des vocables populaires et des néologismes.
Dictionnaires linguo-encyclopédiques. Leur but n’est pas seulement
linguistique. On peut y trouver des renseignements indispensables à la culture
générale.
Si les dictionnaires de l’édition Larousse tels que le Grand Dictionnaire
Universel du XIXe siècle en 17 volumes (Grand Larousse), le Larousse du XXe
siècle en 6 volumes et le Grand Larousse encyclopédique en 10 volumes peuvent
être concidérés plutôt comme dictionnaires encyclopédiques, le Petit Larousse
illustré est un dictionnaire linguo-encyclopédique. A partir de 1906 le Petit
Larousse paraît chaque année. Pour être à jour il est révisé, refondu, enrichi tous
les cinq ans.
Le Larousse dictionnaire encyclopédique illustré (DEI) est aussi un
dictionnaire de type linguo-encyclopédique. Par la présentation des mots et par le
volume encyclopédique il ressemble au Petit Larousse, mais il n’a que 38 000 mots
entrées à l’opposé du Petit Larousse qui en a 58 000.
Il existe enfin encore un dictionnaire linguo-encyclopédique, c’est le
Dictionnaire Hachette illustré (DH). Dans ce dictionnaire les mots de la langue et
les noms propres apparaissent ensemble dans l’ordre alphabétique.
Dictionnaires des néologismes. On peut les diviser en dictionnaires
proprement dits et toutes sortes de recueils de néologismes : 1) dictionnaires : P.
Gilbert. Le Dictionnaire des mots nouveaux, P. Hachette, 1971 et Dictionnaires
des mots contemporains, P. : Le Robert, 1980, 1991 (deuxième édition).

90
Dictionnaire des mots nouveaux contient environ 5500 mots n’est pas normatif,
mais discriptif. C’est un dictionnaire usuel ce qui revient à dire qu’il s’efforce de
refléter un usage courant qui n’est pas toujours le « bon usage ». Le Dictionnaires
des mots contemporains est issu d’un projet de réédition du Dictionnaire des mots
nouveaux, dont le contenu a été profondément remanié et augmenté de plus de
50%. Ce dictionnaire est pour objet de présenter et de décrire en détail un
échantillonnage d’unités lexicales (mots et locutions) caractérisant tel ou tel
appareil d’exemple attesté, recueillis surtout dans la presse écrite et dans un choix
d’ouvrages publiés après 1960 ; 2) recueils de néologismes : à partir des années
soixante-dix on voit paraître des livres sur la néologie française dotés de recueils
de néologismes : Giraud J., Pamart P., Riverain J., Les mots dans le vent, P. :
Larousse, 1971 ; Goosse A., La néologie française aujourd’hui, P. : Conseil
intérnational de la Langue française, 1975, etc.
La Banque des mots revue de terminologie et de néologie française.
Une place à part revient au dictionnaire Le Robert méthodique qui est un
dictionnaire d’éléments formant les mots (affixes et radicaux) ; c’est donc un
dictionnaire de morphèmes.
Dictionnaires « aide-mémoire ». En principe, tout dictionnaire peut être
nommé « aide-mémoire » étant une source d’information. Mais dans cette rubrique
il s’agit notamment des dictionnaires fournissant des renseignements linguistiques
de toutes sortes dans tel ou tel domaine. On peut nommer avant tout les
dictionnaires des difficultés. J. Hanse, Dictionnaire des difficultés grammaticales
et lexicographiques et ses rééditions complétées, mises en jour et enrichies :
Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, P. : Louvain – la Neuve
(1983 et 1987), etc.
Les dictionnaires de pronociation peuvent être rapportés au même type :
Warnant L., Dictionnaire de la pronociation française, P. : Gembloux, 1962 en
deux volumes et Martinet A., Walter H., Dictionnaire de la pronociation française
dans son usage réel, P. : France-Expansion, 1973.
Dictionnaires analogiques de P. Boissière et plus récent de Ch. Maquet. Le
Thésaurus rédigé sous la direction de D. Péchon a paru en 1992.
Dictionnaires des synonymes : l’un des meilleurs est celui de R. Bailly.
Dictionnaires des homonymes : Camion J., Dictionnaire des homonymes de
la langue française. – P. : Gachot, 1986.
Dictionnaires de fréquence : G. Gougenheim, Le Dictionnaire fondamental,
etc.
Dictionnaires phraséologiques : E. Pradez, Dictionnaire des gallicismes les
plus usités, 1914 ; tout récent Charles Bernet et Pierre Rézeau, On va le dire
comme ça. Dictionnaire des expressions quotidiennes. P. : Balland, 2008, etc.
Dictionnaires étymologiques : Bloch O., Wartburg W., Dictionnaire
étymologique de la langue française en deux tomes ; Dauzat A., Dictionnaire
étymologique de la langue française. P. : Larousse, 1938, etc.

91
Dictionnaires historiques : Godefroy Fr., Dictionnaire de l’ancienne langue
française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle en deux tomes 1880, 1902,
etc.
Dictionnaires d’argot : Lacassagne J. et Devaux P., L’argot du milieu. – P. :
A. Michel, 1948 et plus récent J. de la Rue, Dictionnaire de l’argot. P. :
Flammarion, 1998, etc.
Dictionnaires des anglissismes et américanismes : Rey-Debove J., Gagnon
G., Le dictionnaire des anglicismes. P., 1980, etc.
Dictionnaires des abréviations : Brid A. R., Aide – mémoire des sigles et
abréviations. P. : La pensée universelle, 1975, etc.
Dictionnaires bilingues. Les dictionnaires français-russes et russes-français
sont nombreux et variés. Parmi les dictionnaires français-russes il faut citer avant
tout celui de K. A. Ganchina paru en 1939 qui a subi plusieurs rééditions. Par la
suite ce dictionnaire a servi de base au Nouveau dictionnaire français-russe édité
en 1994 sous la direction de V. G. Gak.
Il faut mentionner un dictionnaire de type particulier qui est à la fois bilingue
et phraséologique. C’est le Dictionnaire phraséologique français-russe paru en
1963 et réalisé par une équipe de lexicographes sous la direction de J. Retsker.
Dans le Nouveau grand dictionnaire phraséologique français-russe édité en 2005
sous la direction de V. G. Gak la quantité d’enrées a augmenté de 70-100% et le
nombre d’exemples a doublé.
Une place à part revient aussi au Dictionnaire du français familier et
populaire qui contient près de 9000 mots (E. F. Grineva et T. N. Gromova).
En 2008 paraît un grand dictionnaire de sigles français-russe (В. И. Когут.
Большой словарь сокращений в современном французском языке) qui
comprend tous les domaines : économie, vie sociale et culturelle, relations
internationales, médecine, éducation nationale, services spéciaux, nouvelles
technologies, en particulier, l’informatique.
Un Grand dictionnaire russe-français I. V. Chtcherba et M. I. Matoussévitch
qui a subi douze éditions. En 2008 paraît une nouvelle édition de ce dictionnaire
remaniée, corrigée et augmentée. Le Grand dictionnaire russe-français contient
200 000 mots et expressions.
En 1995 a paru un dictionnaire russe-français de type particulier, langue de
presse, politique, économie, droit rédigé par une équipe de professeur (Ж. М.
Арутюнова, Г.А. Новикова, С. Г. Сахадзе) sous la direction de J. Aroutiounova.
Il contient 20 000 mots et expressions employés dans ces différents domaines.
Parmi les dictionnaires russe-français une place à part revient à celui de
Molotkov A. I., Jost, Dictionnaire russe-français des locutions, Moscou : Astrel,
2001. Destiné à l’étude des locutions idiomatiques russes ce dictionnaire s’adresse
aux Français dont le but est d’apprendre les locutions idiomatiques russes pour les
utiliser dans leur discours.

Questions:
1. À quoi servent les dictionnaires?

92
2. Précisez les problèmes qui se posent devant la lexicographie théorique.
3. Quels types de dictionnaires connaissez-vous? Citez des examples.
4. En quoi voyez-vous la difference entre un dictionnaire français-russe et russe-
français à l’usage des Russes?
5. Quel est le type de dictionnaire où l’on peut trouver des renseignements sur les
phraséologismes ?
6. Lisez la préface du dictionnaire russe-français de Matousevitch et faites un
commentaire
7. Prouvez que le dictionnaire russe-français de Scherba L a une valeur
scientifique et pratique.
8. Caractérisez la structure d’un article du dictionnaire de Ganchina.
9. Parlez des principes basés dans le dictionnaire Petit Robert.
10.Quels sont les buts des dictionnaires encyclopédiques ?
11.Donnez la description de l’article « air » dans le Petit Robert.

93
QUESTION ET EXERCICES POUR CONTROLEZ VOUS-MEME

1. Почему средства массовой информации называют лабораторией по


выработке новых слов, считают, что их роль равна деятельности
терминологической комиссии?

2. Как называются слова mari-époux? Заменяют ли они друг друга?


Если нет, то в чем различие между ними?

3. Французы называют словарь «Малый Ларусс» справочником,


необходимым каждому образованному человеку в его повседневной жизни
(…lié explicitement à la culture générale, qui sert de référence quotidienne). Есть
ли основания согласиться с ними?

4. Каковы различия между «Малым Ляруссом» и «Малым Робером»


или они могут заменить друг друга?

5. Во время своей двадцатипятилетней переводческой деятельности П.


Мериме постоянно сопоставлял французский и русский языки. Писатель
отметил следующие особенности русского языка: «Un peuple qui chante en
quelque sorte en parlant. Riche, sonore, accentuée, abondante en onomatopée
habile à exprimer les nuances les plus delicates et les plus subtiles, douée comme
le grec d’un pouvoir de composition presque sans bornes, la langue russe semble
faite pour la poésie.» Какие особенности французского произношения и
французской лексики дали возможность П.Мериме сделать такой вывод?

6. На основании каких данных психологи стали утверждать, что в


речи слово начинает значить больше и меньше, чем в его значении (Л.С.
Выготский)?

7. Слова-омонимы различаются а) в звучании, б) в написании. К


какому виду относятся следующие пары:
cent сто – cent цент, bis бис, еще раз – bis коричневато-серый, content
довольный – (ils) content (они) рассказывают, quel какой – quelle какая, flanc
бок – flan шутка, cou шея – coup удар?

8. Что помогает различать в звучании подчеркнутые слова?


a) une part, sa part, cette part, des parts, quelque part, il part;
b) un col – une colle; un tour – une tour; un sol – une sole;
c) Il travaille dur. – Un travail qui dure. – Il a un travail dur.
d) C’est leur ville. – Il leur parle.
e) Il a allumé une cigarette de la main qui tremblait. – Il a allumé une
cigarette de la main droite / qui tremblait.

94
9. Одной из характерных особенностей французского языка является
тенденция к наиболее частому употреблению кратких слов. Средняя длина
французского слова в обиходной речи не превышает четырех букв, а у
наиболее часто употребляемых слов – трех букв. Это является одной из
причин существования слов, имеющих одинаковое звучание. Назовите все
возможные значения следующих написаний: plu, je suis, ils tapissent, tonne,
savons.

10. По поводу массового распространения англицизмов и


американизмов в современном французском языке существуют две точки
зрения: одни исследователи считают это явление опасным засорением языка
(Boutons le franglais. Hors des ondes! Et de l’administration comme de l’école),
другие – отражением духа времени и проходящим (Les anglo-américanismes
actuels sont representatives de notre époque, comme les italianismes l’ont été au
XVI siècle et les latinismes au Moyen Age). Какое мнение Вам кажется более
обоснованным и почему?

11. Прочтите следующие слова и определите, из какого языка пришли


они во французский язык: blue-jeans, business, shampooing.

12. Как оценить позицию тех французских лингвистов, которые


считают ненужными заимствования из английского (американского) языка
таких слов, как manager, marketing, engineering и др., в то же время
употребляют в своей речи Hi-Fi, football, sport, rocker и пр.?

13. От каких французских слов произошли следующие заимствования в


немецком, итальянском и английском языках?
a) Platz, Tanz, Lanz, Truppe, Kanone, Onkel;
b) giardino, gioia, follia, motto, profito;
c) change, chapel, chief.

14. Исследователи отмечают определенную закономерность в значении


тех слов, которые французский язык заимствовал у соседей: кельтизмы (их
около 300) отражают, в первую очередь, представления, связанные с
сельским хозяйством; германизмы (их около 1 тыс.) относятся большей
частью к области военного дела. О какой стороне жизни народов
свидетельствуют указанные заимствования?

15. Какими русскими глаголами передается значение удаления,


исчезновения, выраженного глаголом partir в следующих фразах? Genève est
partie. / L’avion est partie. / Le bouton est parti. / Le hale est parti. / L’amour est
parti.

16. С какой целью используются синонимы в следующих фразах?

95
a) De grosses larmes chaudes coulaient sur ses joues. Il avait, lui aussi, des
pleurs au bord des cils. b) Il appartenait à la foule de ces militants modesties et
obscures (…) dont l’attachement et la fidélité au communisme imposent le respect.
Ses voisins l’estimaient; ses camarades le vénéraient. c) La lutte pour la paix a
revêtu un caractère particulièrement urgent… lors du combat mené pour faire
échec au fascisme.

17. Объясните причину ошибки в русской речи: “Вот, - сказал он,


улыбаясь так, что все его белые зубы сверкали, - эти птички очень любезны,
когда их жарят на вертеле».

18. Шел дождь и два студента, один – в кино, другой – в калошах.


Почему эта шутка вызывает смех? Можно ли применить к ней выражение
Марка Твена: «Остроумие – это неожиданное соединение мыслей, которые
до того, казалось, не находились ни в каких отношениях»?

19. Известный афоризм В. Гюго: Soit la Révolution s’appelle la Terreur.


Louis XV s’appelle l’Horreur содержит противопоставление двух синонимов:
terreur террор, horreur ужас. На чем построена игра слов?

20. В таблице, приводимой ниже, даны слова, называемые «ложными


друзьями» (faux amis) переводчика (колонка №3). Сравните каждое из них с
соответствующим русским словом (колонка№1) и его настоящим
французским эквивалентом (колонка№2). Объясните, почему эти слова
опасны для переводчика.
Русское слово Французский «ложный друг»
эквивалент
Демонстрация Manifestation f defilé m Démonstration f показ
Канцелярия Bureau m Chancellerie f
министерство юстиции
во Франции
Культурный (о Homme m cultivé Culturel культурный (в
человеке) соц. смысле: обмен,
делегация)
Лист Feuille f Liste f список
Монета Pièce f Monnaie f мелочь
Эффективный Efficace Effectif m личный
состав (воен.)
Бокал Coupe (f) Bocal (m) стеклянная
банка
Дискуссия Débats (m pl) Discussion (f) спор

21. Известный французский лингвист Ж. Вандриес утверждал, что в


любой ситуации слово всегда присутствует в сознании со всеми своими
96
значениями – скрытыми и возможными, готовыми по первому поводу
всплыть на поверхность. Анализ текстов убеждает, что базой для возможного
проявления разных значений слова является его многозначность.
Постарайтесь развить это положение, используя языковой материал из
шутливого диалога, который приводится ниже:
- Combien d’années me donnez-vous? Demande une vieille coquette.
- Oh! Madame, vous en avez assez sans que je vous en donne.

22. Найдите французские эквиваленты следующих выражений: черный


ход, черный двор, черные мысли, черный кабинет (секретный отдел
полиции), накалить до бела, синяя птица, зеленая молодежь, зеленые легкие
города, серая книга, серый человек.

23. Сравните французские фразеологизмы с их русскими


эквивалентами: sourire blanc – беззвучный смех, nuit noire – глухая ночь.
Какие лингвистические привычки французского и русского народов они
отражают?

24. Мы знаем, что в значении слова есть составляющие двух видов –


постоянные и переменные. Постоянные – это стабильные компоненты
значения, которые, как правило, фиксируются словарями, а переменные –
компоненты, которые появляются и проявляются при употреблении слова в
той или иной ситуации, в том или ином контексте. По поводу
взаимодействия этих составляющих существуют две крайние точки зрения:
1) для лингвиста важно то, что стабильно присутствует в языковом
сознании говорящего; а то, что случайно, преходяще, не достойно внимания
наблюдателя,
2) словари не дают удовлетворительного описания значения слова:
свое значение слово получает только в процессе употребления, таким
образом, вне ситуации и контекста оно понято быть не может.
а) Сформулируйте свою позицию по вопросу о соотношении
постоянных и переменных компонентов в значении слова.
б) Объясните, как происходит понимание в известной сцене из романа
Л.Толстого «Анна Каренина», когда герои объясняются при помощи
начальных букв слова. «Вот – сказал он (Левин) и написал начальные буквы:
к, в, м, о: э, н, м, б, з, л, э, ч, н, и, т? (…) Буквы эти значили: Когда вы мне
ответили: этого не может быть, значило ли это, что никогда или тогда?»
- Я поняла, сказала она (Кити), покраснев.- Какое это слово? – сказал
он указывая на н, которым означалось слово никогда. Это слово значит
никогда, - сказала она (…)
- Она все поняла и, не спрашивая его Так ли? Взяла мел, тотчас же
ответила.

25. Cравните точность перевода:


Notre-Dame de Paris – Наша Дама из Парижа;
97
Nature morte – мертвая природа;
Femme de chambre – комнатная женщина;
Mercredi l’a mangé – Его заела среда.

26. Определите состав следующих слов: antibrouillard, lire, relire,


fascisme, antifasciste, porteur, chômage, sacharification, un roman fleuve,
clarifier, anormal, réalité, combattre, supercerveau, immorale, nord-vietnamien,
alunissage, beautnikisation.

27. Образуйте слова с суффиксом –isme и объясните его значение:


colonial, impression, syndical, ideal, national, commun, platon, Don Quichotte, de
Gaulle.

28. О каком сдвиге в значении суффикса –ite свидетельствуют


появившиеся недавно новые существительные: espionnite шпиономания,
westernite чрезмерное увлечение ковбойскими фильмами, téléphonite
злоупотребление телефонными разговорами, conférancite излишняя трата
времени на конференции? Сравните с «прежним» значением: appendicite,
bronchite.

29. Сравните слова и определите, каким способом образованы


подчеркнутые: а) bureaucratie – bureaucrate, chasser – chasse; b) vide - le vide,
pour – le pour; c) science, pilote – science-pilote, laver, parer, briser – un lave-
pare-brise; d) baccalauréat – bac; e) je m’en fiche – je m’en fichisme; f) Radio-
diffusion et television française – RTF; g) киноглаз – ciné-oeil; h) sleeping-car –
wagon-lit.

30. В списке глаголов, который приводится ниже, найдите те, которые


представляют продукт словотворчества писателя и не являются
общеупотребительными: arguer, arithmétiser, barytonner, barrer, bonder, se
bonjourer, converser, conversationner, convertir, déjargonner, déguerpir.

31. Против злоупотребления «учеными» префиксами неоднократно


выступали как лингвисты, так и писатели. Прочтите и переведите отрывок из
книги П. Даниноса «Vacances à tout prix»: L’ère du super. Le symbole de ce
temps étrange, qui semble rajeunir sans cesse les hommes tout en les faisant
vieillir, c’est le super. A peine une chose est-elle née qu’on apprend qu’elle est
détrônée par une superchose. Super-production, super-sabre, super-Constellation,
super-de-luxe télévision… Nous allons vers l’époque où l’on fabriquera des avions
en matière plastique pour les mettre chaque mois dans un nouveau moule, vers
l’avion sans ailes, le cigare Volant, l’homme aérodynamisé, le super-homme, le
super-man radioguidé.
32. Чем объясняется широта употребления слова agriculture в
следующем контексте: Les investissements dans l’agriculture ont atteint 37

98
milliards de roubles soit 27 % de tous les investissements fait dans l’économie
nationale. Il s’en faut de beaucoup que les methodes modernes de l’agriculture
aient été adoptées par l’ensemble des exploitations. Cependant, l’augmentation du
rendement des céréales en depend pour beaucoup.

33. Найдите полную форму следующих сокращений: labo, sympa,


collabo, M, s.v.p., expo, stylo, mélo, SN, PSF, PTT, FNS, CI.

34. Сравните две фразы. Детерминатив sa в обоих случаях определяет


слово vue, но эти употребления неравны друг другу. Какие связи
устанавливает детерминатив sa в этих предложениях? Pierre est vieux, sa vue
est affaiblie и Pierre entra, à sa vue la conversation tomba.

35. Русское слово свой шире по объему значений и по диапазону


употребления. Чем это объясняется? Я пишу эти строки в своей дачной
рабочей комнатке…- J’écris ces lignes dans ma petite chambre de travail, à la
campagne…Ты со своей соседкой… - Ta voisine et toi… Мы станем как один
человек, чтобы отстоять свое существование. – Nous nous dresserons comme
un seul homme pour souvegarder notre existence.

36. Как перевести существительное goût во фразе Э. Триоле и чем


объясняется разница в переводе: Ses gens avaient du goût, mais ils croyaient
avoir le goût?

37. Определите, в каких случаях выражение притяжательности


совпадает с русским:
Je me suis blessé à la jambe.
Mon ami, reprenez votre argent.
Fermez votre porte!
On lui a coupé les cheveux.
La rose est la reine des fleurs, j’en admire l’éclat, le parfum en est suave.

38. Почему возвратное местоимение se переводится неодинаково?


а) Ils se sont écrit des lettres.
б) Il s’aperçut de mon embarras.
в) Ce livre se lit facilement.

39. Почему языковеды говорят, что грамматическое значение


французского слова следует искать за его пределами, в то время как в
русском языке оно реализуется в самом слове (ср.: de ton père и твоего
отца)?

40. О чем свидетельствуют следующие противопоставления?


a) Tout l’oeuvre de Balzac – une oeuvre pleine d’élégance;

99
b) Un aide est celui qui prête une aide;
c) Un trompette est un soldat qui joue de la trompette.

41. В нижеследующих фразах замените выделенные слова и выражения


денотативно эквивалентными словосочетаниями, содержащими антоним
выделенного сегмента; постарайтесь определить, есть ли стилистические или
иные содержательные различия между вариантами
1) Jean a menti.
2) Ce cours est facultatif.
3) Pierre a mauvaise mine.
4) Paul n'est pas intelligent.
5) Cet exercice n'est pas difficile.
6) Dans cette ville il y a peu de distractions.
7) Ce soir je ne suis pas libre.
8) On n'ignore pas les critiques adressées au gouvernement.
9) On ne le voit pas souvent.
10) Il fait froid.
11) Vous ne me facilitez pas la tâche.
12) La sentence du Tribunal est sévère.
13) Le danger n'est pas imaginaire.
14) Le coup ne manqua pas le but.
15) Le parlement n’a pas résisté à la pression des militaires.
16) André est toujours présent aux réunions de la cellule.
17) Notre organisation n’a jamais violé les lois de la République.
18) Un éditeur ne doit pas négliger les réactions des lecteurs.
19) Dans сette affaire les témoignages sont divergents.
20) Ivette n'est plus une enfant.
21) L'hypothèse - d'une guerre nucléaire ne peut pas être admise.
22) Le gouvernement n'entend pas fermer la porte aux pourparlers sur le
désarmement.
23) On distinguait à peine les clochers du bourg.

42. Перестройте следующие фразы, используя лексические конверсивы


выделенных слoв и выражений; определите содержательные различия между
вариантами:
1) Jean Dupont a vendu la voiture à Pierre Legros, garagiste à Chatou.
2) Le général a donné au colonel Petit-jean l'ordre de se replier.
3) L'usine est la propriété de M. Durand.
4) Huit colonnes doriques soutiennent le portique.
5) «L'Etranger» est l'œuvre d'Albert Camus.
6) Marie est plus âgée que Denise.
7) Le cyclon de samedi dernier a causé d'importants dégâts aux
installations côtières.
8) Nous n'avons pas assez de vivres, d'essence, ni de munitions.

100
9) Alors l'ogre entra dans une grande colère.
10) En 1977 José Cabanis a obtenu le Grand Prix de Littérature de
l'Académie Française.
11)A cet âge les filles dépassent les garçons en développement physique et
intellectuel.
12) L'accident a fait cinq blessée.
13) Cette réforme profitera aux patrons de l'industrie.
14) La sécheresse qui servit au nord du pays depuis trois ans, a provoqué la
famine.
15) La police porte la responsabilité de l’incident, affirment les journaux.
16) Le développement normal de la plante est impossible sans un apport
régulier de substances azotées.
17) On distinguait à peine les feux des bateaux venant en sens inverse.
18) Cet effort achèvera le moteur.
19) Eric nous casse les pieds avec ses remontrances.
20) La faim mit au tombeau Malfilâtre ignoré. (Gilbert).
21) Mon trouble, ... m'a si fort possédée... (Molière).
22) Il a perdu tout espoir de réussir.
23) Jacques l'a rendue malheureuse.
24) Le retard du deuxième bataillon permit aux Prussiens de reprendre le
village.
25) La рluie torrentielle nous empêchait de sortir.

43. Как расшифровать следующие слова, как объяснить их форму и


употребление?
la compo, le prof, la récré;
l’amphi, le bac, l’agreg, le labo, la fac, la philo, les mathélèmes.

44. Что хотел выразить Г.Флобер необычной орфографией слова


énorme:
Ce portrait de moi en gentleman revenu des erreurs de la jeunesse et qui a
écrit un roman par désillusion, pour chasser l’ennui: Hénaurme, quinze mille fois
Hénaurme, avec trente milliards d’H.

45. Как объяснить тот факт, что некоторые слова, имеющие словарные
эквиваленты, переводятся не словом, а перифразой. Например, particupation
участие трудящихся в прибылях предприятия, социальное партнерство,
désistement снятие своей кандидатуры на выборах?

46. Во французском языке можно сказать: amputer le bras – amputer le


budget, asphyxier un homme par le gaz - asphyxier le journal, paralyser un
homme – paralyser l’administration. Какую особенность французской лексики
иллюстрирует такое употребление слов?

101
47. Переведите слова с префиксами греческого происхождения:
Parapsychologie, microcomposant, hypermarché, hypoallergique,
antiinflationniste, macro-économique, para-officiel, archiréactionnaire,
archicomble.

48.Восстановите начальную форму слов и выражений приведенных


ниже за счет паронимических трансформаций:
a) valoir son pesant d’or
b) tomber dans les pommes
c) courtepointe
d) choucroute
e) sénatorium (pop.)
f) rebiffade (pop.)
g) Un rapide coup d’oeil à l’annuaire de la main gauche.
h) 5100 demandes de mise à la retraite on été agrégées.

49. Восстановите начальную форму слов и выражений приведенных


ниже за счет омонимических трансформаций:
a) tomber dans le lacs
b) ne rêver que plaie et bosse
c) bouffer des briques
d) faire chou blanc
e) noir comme geai
f) sens dessus dessous
g) s’en mettre plein la lampe
h) chamoine

50. Восстановите начальную форму слов и выражений приведенных


ниже за счет полисемических трансформаций:
a) les jours ouvrables
b) fauteur de troubles
c) plantureux

51. Переведите на русский язык (Слова отмеченные звездочкой это


арго, описывающие денежные знаки).
Le Fric
 
Un jour, il inventa l’argent
Ce démon très intelligent
Qui sut comprendre le premier
La valeur d’un bout de papier.
Ce démon était un banquier,
Et depuis, dans le monde entier,
L’argent circule et fait des bulles.
102
Gardez votre monnaie, la quête est terminée
Car d’un commun accord, c’est demain l’âge d’or.
 
Le fric (pom pom pom) magique ... l’artiche* ...
fortiche ... la banque ...
la planque ... la paye ... l’oseille*...
Pognon* (pom pom pom) million ... le blé* ... gonflé ...
les louis*... inouis...
les briques ... pratiques...
Affure* (pom pom pom) carbure*... le pèze* ...
la braise ... le jonc ...
les ronds* ... ferraille ... mitraille ...
Bénèf (pom pom pom) bézef ... pourliche ... bakchich ... les rentes ...
ma tante ... des sous* ... des clous ...
Liquide ... solide ... osier* ... rotin* ... papiers ... talbins ...
galette* ... pépettes* ...
Fortune ... deux thunes ... ressources ... la Bourse ... le nerf ...
de guerre ...
Finances ... balance ...
Le fric (pom pom pom) magique ... l’artiche ... fortiche ... la banque ...
la planque ... la paye ...

52. Объясние использование метафор в следующих выражениях:


Sa vie est un étrange et douloureux divorce... (Aragon)
Une sorte de rage sourde s’empara de lui. (Vilar)
Il n’empêche que je nourissais une rancune presque haineuse contre ma mère
qui mettait en doute mon bonheur.
La mer sommeillait après cette tempête inattendue.
Ainsi vont les enfants nourris au lait de télévision.

53. На чем основаны метафорические взаимосвязи в следующих


фразах:
Boire une bonne bouteille ;
Il est premier violon à l’opéra;
Il est tombé en panne d’essence;
Entamer un camembert;
Enfiler une petite laine;
Un dos noir bouquinait à l’étalage du revendeur ambulant.
Le Rambo de service ne nous laissa pas entrer.
L’hôte de la Maison Blanche (pour le président des Etats-Unis);
La Planète Rouge (pour Mars)
(Dans une notice nécrologique) Décédé après une longue et pénible maladie
(pour le cancer);
Porter du coton;

103
Avoir trois bouches à nourrir.

 55. Полисемические прилагательные принимают особое значение в


определенном контексте, изменяя эмоциональное значение. В каких фразах
прилагательные употреблены в противоположном контексте от их
первоначального значения?
1. Attention, chien méchant!
2. En vente dans toutes les bonnes pharmacies.
3. J'ai acheté un petit bout de terrain.
4. Une petite deux-chevaux.
5. J'ai pris un bon bain en rentrant chez moi.
6. J'ai attrapé un gros rhume.
7. Nous avons fait une petite belote.
8. Il va son petit bonhomme de chemin.
9. Je préfère m'adresser à un petit artisan.
10.Il m'a fait une grosse bise.
11 .Mon frère a pris une bonne raclée.
12 Jl adore les petits plats.
13 J'ai besoin d'une bonne sieste après ce copieux repas.
14 Je vous recommande ce petit bistrot, on y boit d'excellent muscade.
 
56. Уточните значение глаголов в приведенных ниже фразах:
1. Je suis descendu à la cave.
2. Ne descendez pas avant l’arrêt du train !
3. Les ouvriers en grève sont descendus dans la rue.
4. Nous sommes descendus à l’hôtel.
5. Notre équipe vient de descendre en 2e division.
6. Il prétend descendre de Saint Louis.
7. J’espère que vous ne descendrez pas si bas.
8. Le baromètre descend.
9. Le puits de mine descend à 2000 mètres.
10.Nous descendons la Seine jusqu’à l’estuaire.
11.Il a descendu son adversaire au 10e round.
 
58. Распределите данные глаголы по трем категориям:
a) те, которые не имеют префиксов (type défendre);
b) те, у которых префикс противопоставляется с dé- на en- (type
débarquer/embarquer);
c) те, у котрых префикс противопоставляется с простой формы на re-
(type déboutonner/boutonner).
 
débâcher   déballer    débiter   déboîter   desceller
décréter  déménager    décanter   décapsuler    décharger
décaisser   déchiqueter    déchaîner    décider  décloisonner

104
déchiffrer   déchristianiser    décoincer    déclarer     débrayer
 
59. В приведенных ниже выражениях, замените наречие, которое
предшествует прилагательному, подходящим по смыслу усиленным
префиксом:
1. Un théâtre tout à fait comble.
2. Une voyante absolument lucide.
3. De l’huile très fluide.
4. Une jupe extrêmement courte.
5. Un cri particulièrement aigu.
6. Un décor extrêmement moderne.                  
7. Un gouvernement extrêmement conservateur.
8. Une végétation très abondante.
9. Des appareils exceptionnellement légers.
10. Des sentiers complètement battus.
11. Un poudrier extrêmement plat.
12. Une personne particulièrement nerveuse.
 
60. Образуйте прилагательные из имен нареицательных при помощи
суффиксов:
1. un travail de titan                                           7. des yeux de chat
2. une valeur de proverbe                                   8. un aspect de cadavre
3. un esprit de province                                      9. une allure de campagne
4. le cours du fleuve                                          10. un chalet de montagne
5. des douleurs à l’estomac                               11. une ville au bord de la mer
6. l’hygiène du corps
 
61. Образуйте прилагательные из имен собственных:
Toulouse – Châteaubriand –  Copenhague –
Nantes – Voltaire – Helsinki –
l’Auvergne – Stockholm – Amsterdam –
Andorre – De Gaulle – Vienne –
la Méditerranée – Londres – Paris –
la Norvège – Bruxelles – Lisbonne –
Budapest – Berlin – Athènes –
Cévennes – Rome – Luxembourg –

62. Какова разница между перечисленными ниже словами: 


1. visionneuse / visionnaire                  6. saboteur / sabotier
2. travailliste / travailleur                     7. batteur / battoir / batteuse
3. casseur / cassis                                 8. essayeur / essayiste
4. compteur / comptable                      9. fumeur / fumiste
5. traîneur / traînard                            10. journalier / journaliste
 

105
 
63. Переведите на французский язык слова и выражения приведенные ниже и
дайте их буквенное сокращение или акроним.
1. До Рождества Христова.
2. Государственное агентство по трудоустройству.
3. Комикс.
4. Таможенный союз Бельгии, Голландии и Люксембурга.
5. Свидетельство о профессиональном образовании.
6. Национальный парижский банк.
7. Почтовое обслуживание предприятий.
8. Свидетельство о высшем образовании.
9. Региональный центр университетской и школьной деятельности.
10. Краткая биография, послужной список.
11. Пункт автоматической выдачи денег.
12. Диплом об углубленном университетском образовании.
13. Диплом о высшем образовании.
14. Диплом о специальном высшем образовании.
15. Диплом о техническом высшем образовании.
16. Диплом об университетском образовании.
17. Дом с умеренной квартирной платой.
18. Президент – генеральный директор компании.
19. Судебная полиция.
20. Автономное управление парижского городского транспорта.
21. Сеть скоростного метрополитена в Париже.
22. Пособие, выплачиваемое на семью, когда ее доход ниже установленного
минимального семейного дохода.
23. Французское радиовещание и телевидение.
24. Служба скорой медицинской помощи.
25. Национальное общество железных дорог Франции.
26. Скоростной поезд.
27. Очень важное лицо.
28. Зона приоритетного воспитания.
    
64. В приведенных фразах найдите телескопированные слова и объясните их
образование.
« Salammbô [...] joue la carte du grand opéra romantique à thème historique.
Salammbôvary ? (La Libre Belgique, 26, 3/4/1998).
À partir d’un roman noir [...], Tarantino [...] use sans jamais abuser de ses
références cinéphiliques (ici la blaxploitation) [...] (Studio Magazine, avril 1998).
Ça fait dix ans que ce festival de l’horrovision sévit (Le Soir, 20/4/1998).
Si on peut reprocher au film son rythme nonchalou qui rime un peu avec mou [...]
(Première, mai 1998)
 
 

106
65. Данные слова уже вошли в словарный состав французского языка и
указаны в соварях. Уточните, речь идет о новом значении слова/выражения
или о новом обороте речи. Попробуйте привести русский эквивалент.

Agora   f Icône   f  fig fam


Avoir la tête dans le sac  loc fam Inoxydable   adj fam
Bandeau inform m (syn.bannière f)  Bleu, e  Jus   m fig fam
m,f  fam Kaki   m
Boulevard   m fig fam Lynchage médiatique  loc
Bulle  f  fig Malin  adv fam
Butiner  vi inform Monstres   m pl fam
Cathodique  adj  fig  fam Ne vouloir voir qu’une seule tête 
Chaud devant  loc fam loc fam
Cheval de Troie   loc inform Noisette  f fam
Cloner  vt  fam Planter  vt fam
Conditionnable  adj Plaque  f fam
Corbeille  f  inform Plier   vt fig fam
Coursier  m  fam Prise de tête   loc fam
En rajouter (en remettre) une couche  loc  Propre   adj fam
fam Rapatrier   vt fig fam
Encombrants   m pl Redorer   vt fig fam
Être à la peine  loc fam Répondant  m
Être mal  loc fam Se frictionner  fam
Fièvre acheteuse  loc fam Tangentielle  f transp
Filet   m  fig  fam Tir groupé  loc fig fam
Frappeur  m sport Tourner  vi fam
Gommes   f  pl  fam Traiter  vt très fam
Gourou   m fam Tribu  f fig
Gris, ise   adj Triper  vi fam
Gueule  de bois   loc fig Valise   f  fam
Héliotropisme   m fig fam Ver  m inform
 

ПРИЛОЖЕНИЯ

GLOSSAIRE

107
Analyse sémique – peut être comprise comme l’action de décomposer un
tout (mots) en ses éléments constituants (sèmes).
Connotation (f) – une partie seulement de la signification d’un terme.
Dénomination (f) – un acte qui consiste en l’institution entre un objet et un
signe X d’une association référentielle durable.
Etymologie (f) – science de la filiation des mots, reconstitution de
l’ascendance du mot en remontant de l’état actuel à l’état le plus anciennement
accessible.
Langue (f) – est conçue comme un système abstrait de signes dont on peut
étudier, de façon séparée ou concomitante suivant les théories, l’évolution, les
aspects phonétiques et phonologiques, la morphologie, le lexique, la syntaxe, la
sémantique.
Lexicologie (f) – partie de la linguistique, science des unités de
significations (monèmes) et de leurs combinaisons en unités fonctionnelles (mots,
lexies).
Lexicologie descriptive – science qui étudie des lois de fonctionnement du
système lexico-sémantique de la langue d’une période déterminée.
Lexicologie historique – science qui étudie la formation et l’enrichessement
du vocabulaire du point de vue historique.
Lexicologie comparative – désigne une branche de la linguistique appliquée
qui s’occupe de la comparaison systématique de deux ou plusieures langues à tous
les niveaux d’analyse (phonologique, morpholosyntaxique, lexical, sémantique)
pour mettre en évidence leurs ressamblences.
Lexicologie structurale – partie de la linguistique qui étudie le vocabulaire
en tant que système et des méthodes pour décrire les éléments de ce système. Elles
s’appuient sur les méthodes distributionnelle et transformationnelle pour délimiter
les significations des mots polysémiques.
Méthode de description linguistique – l’ensemble des procédés de mise en
oeuvre d’un principe méthodologique unique dans la description des unités
linguistiques.
Mot (m) – unité signifiante, constituée dans sa forme orale d’un ou plusieurs
phonèmes, et dont la transcription écrite est constituée d’une séquence de signes
comprise entre deux blancs graphiques. La notion du mot, en raison de son
caractère vague et peu opérationnel, est remise en question.
Motivation (forme interne) - explication qui tient compte des facteurs qui
sont à la base de la nomination (enveloppe sonore d’un mot).
Objet d’étude de la lexicologie – matière pour l’activité lexicologique (mot,
vocabulaire).
Onomasiologie (f) – science des significations partant de l’idée pour en
éudier l’expression.
Parole (f) – le concept saussurien qui s’oppose à la langue, comme
l’utilisation du système linguistique s’oppose à ce système.
Rapports paradigmatiques – dans la langue comme un système de signes
chaque signe entre dans un réseau de relations réciproques. Sur laxe

108
paradigmatique se dessinent les rapports, toujours virtuels, entre les unités
linguistiques pouvant figurer dans un même environnement de la chaine sonore.
Ces unités font partie d’un paradigme car elles ont les mêmes propriétés
sémantiques ou grammaticales, mais dans un contexte donné, elles s’excluent
mutuellement.
Rapports syntagmatiques – sur l’axe syntagmatique, par opposition à l’axe
paradigmatique, se dessinent les relations entre unités linguistiques effectivement
produites dans la chaine sonore. Celles-ci se combinent entre elles et leur
successivité témoigne du caractère linéaire du langage. Les rapports
syntagmatiques rendent compte de la structure d’une langue donnée car ils révèlent
les propriétés combinatoire des unités linguistiques.
Référence (f) – une propriété du signe linguistique ou d’une expression de
renvoyer à une réalité. Le référent est la réalité qui est pointée par la référence.
Sémantique (f) – l’étude scientifique du sens des mots, des phrases et des
conventions de l’usage discursif (pragmatique).
Sémiologie (f) – science générale des signes dans la vie sociale qui fournit
un cadre dans lequel la globalité des faits humains peuvent être ressaisis du point
de vue de leur signification, c’est-à-dire comme faisant partie de langages (rites,
coutumes, institutions).
Signification lexicale – rapport réciproque qui unit le signifiant et le
signifié.
Structure (f) – l’organisation interne des éléments des systèmes.
Système (m) – désigne un ensemble dont les éléments interdépendants
forment un tout.
Abréviation (f) – procédé graphique consistant à écrire un mot en n’utilisant
qu’une partie de ses lettres, retranchement de lettres dans un mot, réduction du
mot à sa lettre initiale. La marque de l’abréviation est le point abréviatif.
Affaiblissement du sens – l’emploi fréquent du mot expressif entraîne
l’affaiblissement de la signification du mot.
Affixes – des éléments significatifs qu’onne peut pas trouver employé
seuls. Ils servent dans la dérivation et s’ajoutent soit avant le radica
(préfixes), soit après le radical (suffixes).
Aphérèse – chute d’une syllabe initiale ou d’un groupe de syllabe au début
d’un mot.
Apocope – chute d’une syllabe ou d’un groupe de syllabes à la fin d’un
mot.
Calque (m) – transposition d’un élément d’une langue dans une autre, par
traduction.
Composition (f) – procédé de création de nouveaux mots qui consiste à
associer des mots existant déjà dans la langue. Ce sont les mots composés.
Concaténation (f)– changement de signification d’un mot causé par le
transfer de nomination d’un objet sur un autre ayant à la base un trait nouveau.
Conversion (f)– passage d’un mot d’une catégorie lexico- grammaticale à
une autre.

109
Dégradation du sens - un mot à sens positif perd sa signification et reçoit
un sens défavorable.
Dérivation (f)– procédé de formation de mots nouveaux par modifiction
(addition, suppression ou remolacemnt) d’un morphème (suffixe)par rapport à une
base (radical).
Dérivation impropre – se fait sans modification de forme, par changement
de catégorie.
Doublet étymologique – mot de même étymologie, mais de forme
différente et d’emploi différemment spécialisé.
Emprunt (m) – élément (mot, tour) incorporé dans une langue.
Euphémisme (m)– est une expression enjolivée, par laquelle on déguise des
idées désagréables, odieuses ou tristes, sous des noms qui ne sont point les noms
propres de ces idées.
Formation sémantique des mots – changement des significations des mots.
Inséparabilité (f) – critère d'inséparabilité, c'est-à-dire l'impossibilité
d'intercaler un morphème quelconque, fonctionne bien évidemment pour les unités
morphologiquement et graphiquement simples telles que couteau, pendule,
animal, ainsi que pour les unités morphologiquement composées, mais
graphiquement simples, telles que anticonstitutionnellement ; mais son rôle
principal est de tester le caractère lexical d'unités graphiquement complexes telles
que pomme de terre ou assistante sociale. Impossible de dire *pomme jaune de
terre ou *assistante très sociale.
Irradiation (f) – désignation de différents objets ayant un trait commun.
Renforcement du sens – glissement du sens de l’espèce au genre quand le
référent perd un trait concrtisant et le mot passe de l’usage limité à l’emploi élargi.
Litote (f) – est une expression affaiblie quand on dit moins qu’on ne pense.
Métaphore (f) – transfert de dénomination (substitution) par analogie,
souvent lié à une «comparaison abrégée».
Métonymie (f) – désignation d’un objet par le nom d’un autre objet qui fait
comme lui un tout absolument à part mais qui lui doit ou à qui il doit lui-même
plus ou moins, ou pour son existence, ou pour sa manière d’être.
Modèle (m) – concept fondant l’analyse, représentation simplifiée d’un
système.
Onomatoppé (m) – création de mot suggérant ou censé de suggérer par
imitation phonétique la chose dénommée ; le mot imitatif lui-même.
Périphrase (f) – elle remplace le mot par sa définition.
Préfixes – affixes qui se placent devant un radical nominal, verbal ou
adjectival. Ils n’entrainent pas de changement de classe grammaticale. Ils servent
dans la dérivation.
Restriction du sens – spécialisation de signification.
Suffixes – affixes qui se placent à la fin du radical du nom, de l’adjectif ou
du verbe. Ils antraîne souvent un changement de classe grammaticale et des
modifications orthographique du radical.
Système formatif – ensemble de procédés de formation de nouveaux mots.

110
Téléscopie (f) – procédé de création de nouveaux mots qui consiste à
abréger des parties des mots pour former un mot en les faisant emboîter les uns
dans les autres.
Dialecte territorial – une variété régionale d’une langue donnée.
Dialecte social – une variété sociale d’une langue donnée.
Patois – la variante dialectale d’une communauté rurale précise, un
« langage corrompu et grossier tel que celuy du menu peuple, des paysans et des
enfants qui ne sçavent pas encore bien prononcer ».
Jargon – langage par lequel un groupe social, les étudiants, les militaires se
différencient des autres usagers.
Argo – souvent c’est le langage des malfaiteurs, mais aussi celui des
groupes sociaux, des hommes de certains métiers.
Niveau de langue – correspond à la connaissance que le locuteur a du
français commun, à son instruction plus ou moins poussée. On distingue le niveau
intellectuel, le niveau moyen et le niveau populaire.
Terme – mot appartenant à un vocabulaire spécial qui n’est d’un usage
courant dans la langue commune.
Langage familier – est celui de la vie courante. Il est surtout fréquent dans
la langue parlée, dans la conversation même des gens les plus distingués. La
correspondance familiale ou amicale appartient aussi au langage familier.
Langage populaire – Le terme populaire se rapporte aux façons de parler
propres aux gens qui ont fait des études peu poussées.
Synonyme – des mots qui, appartenant à la même classe grammaticale, ont
à peu près la même signification.
Homonymes – deux mots de même prononciation, mais différent par le
sens.
Homographes – homonymes qui ont la même forme écrite.
Homophone – homonymes qui ont seulement la même prononciation.
Paronymes – des mots proches l’un de l’autre par la forme.
Antonymes (m) – des mots qui, appartenant à la même classe
grammaticale, s’oppseont l’un à l’autre par le sens.
Champ lexical – notion de vocabulaire qui désigne tous les mots existant
dans la langue qui se rapportent à une même idée.
Champ sémantique – notion de vocabulaire qui désigne les différents sens
que prend un même mot selon les contextes dans lequels on peut le trouver
Archaïsme (m) – expression, mot ancien qu’on emploie alors qu’il n’est
plus en usage.
Historisme (m)– mot ancien reflétant les conditions historiques.
Néologisme (m)– unité nouvellement formée ou un sens nouveau aux mots
déjà en usage non intégré au lexique.
Fond primitif – constitué par le latin, auquel il faut joindre quelques
survivances de langues antérieures et des mots pris aux Germains à la suite des
invasions.

111
Alphabet (m) – système de signes graphiques (lettres) qui servent
àtranscrire des sons d’une langue.
Article (m) – écrit formant par lui-même un tout distinct, mais faisantpartie
d’une publication.
Astérisque (m) – signe en forme d’étoile qui indique un renvoi.
Bibliographie (f) – répertoire des écrits relatifs à un sujet donné.
Citation (f) – passage cité d’un auteur pour illustrer ce qu’on dit.
Définition (f) – une phrase courte destinée à rcouvrir exactement et à
suggérer ce qu’on appelle le sens (l’ensemble des valeurs d’empli d’une suite de
sons, de lettres).
Dictionnaire (m) – recueil de mots rangés dans un oredre convenu.
Encyclopédie (f) –ouvrage où l’on traite de toutes les connaissances dans un
ordre alphabétique.
En gras – mis en relief par l’épaisseur.
Entrée (f) - les mots imprimés en gras.
Exception (f) – ce qui est en dehors du général.
Nomenclature – ensemble de formes (mots, morphèmes, expressions)
répertoriés dans un dictionnaire.
Renvoi (m) – marque invitant le lecteur à se rapporter à tel mot ou tel
passage.
Référence (f) – faits pour être consultés.
Sens figuré - un signifié qui symbosie une chose et qui comporte le transfert
sémantique d’une image concrète à des relations abstraites.
Sens propre – sens littéral.
Terme (m) – mot ou expression d’un empli spécialisé.
Traitement (m) – procédé permettant de modifier des mots, expressions.
Typographie (f) – manière dont un texte est imprimé (carctère, mise en
page).

SCHÉMAS

Lexique et vocabulaire

112
uniquement les formes connues ensemble des formes
activement par l'énonciateur. connues de façon active ou
Les vocabulaires sont aussi appelés passive par un locuteur
des jargons. Ils sont utilisés dans donné.
un champ donné par un groupe
social particulier. Le lexème
devient alors un marqueur
sociolinguistique.

L'opposition dans les lexiques

vocabulaire actif / vocabulaire fondamental /


vocabulaire passif vocabulaire spécialisé

Le vocabulaire passif
correspond aux termes dont
le locuteur connaît la
définition mais qu'il
n'utilise pratiquement pas,
comme par exemple
lexème pour un non
linguiste.
 
Le vocabulaire actif
correspond aux unités Lexicologie : branche de la
Linguistique
  connues et employées par
linguistique théorique qui étudie les
le locuteur. lexèmes et le lexique.

la description de la chose : 113


Lexicographie : lexicologie appliquée
tradition encyclopédique
à la confection des dictionnaires.
(Larousse)
Aujourd'hui, on parle aussi de
la description des mots :
tradition étymologique et
morphologique (Robert)

Analyse sémique

En sémantique l'unité lexicale est considérée comme un sémème, c'est-à-dire un


ensembles de traits sémantiques appelés sèmes :
Sémème = sème1 + sème2 + sèmen

114
Masque : objet qui cache le visage lors de fêtes costumées
- objet non animé (classème)
- qui cache les yeux (sème spécifique)
- et qui cache le visage (sémantème)
- lors de fêtes costumées (virtuème)

Les classèmes sont les sèmes distinctifs et obligatoires qui consistent en une
particule de sens fondamentale :
 

Un sémème appartient toujours à un champ lexical. C'est-à-dire qu'il est apparenté


sémantiquement à d'autres unités lexicales. Par exemple, le lexème père fera partie
du même champ lexical que mère, fils, cousin...

SÈME pour pour une avec avec bras 


s'asseoir  personne  dossier 
S4
115
S2
S1 S3
S  chaise + + + -
fauteuil + + + +
É
tabouret + + - -
M

È
canapé + - + ø
M

Synonymie

Il s'agit de co-hyponymes qui peuvent se commuter dans un même contexte sur


l'axe syntagmatique et qui ont un nombre important de sèmes en commun. C'est le
cas pour élève et étudiant :
 

SÈME humain   en dans une dans un


apprentissage  institution établissement
scolaire d'études
supérieures
S  élève + + + -

È étudiant + + - +

Hyperonymie / hyponymie

116
 L'hyperonyme est un terme dont le sens inclut les sens d'autres termes : ses
hyponymes.
 Les co-hyponymes sont dans un rapport d'inclusion par rapport à un tout :
l'hyperonyme.
     ex. mouche est un hyponyme de insecte (son signifié renvoie à un type
de...)

Les hyperonymes sont aussi appelés archisémèmes ou archilexèmes.


 
 

Pantonymie

Le phénomène consistant à désigner une notion en remontant jusqu'à un


hyperonyme maximal est appelé pantonymie. En cela, des unités lexicales comme
"truc", "machin", "chose", "bidule", qui permettent de renvoyer à des personnes, à
des objets, ou à des notions plus abstraites sont considérées comme des
pantonymes.

Passe moi le truc là


Chose est venu me voir hier.
Ne me parlez pas de ce machin a dit De Gaulle à propos de la Société des
Nations.

Antonymie

117
Les antonymes sont des co-hyponymes qui ont des sens opposés car ils contiennent
les mêmes sèmes avec des valeurs positives et négatives inversées.

 antonymes stricts bipolaires

mort / vivant  

 antonymes sériels
 
o scalaires (graduels)  

chaud / tiède / froid  

o Relevant d'un processus.


 
 non cycliques  

bébé / enfant / adolescent / adulte    

 cycliques réversibles  

lundi / mardi / mercredi / jeudi / vendredi / samedi /


dimanche  

 cycliques non réversibles  

cru / au bleu / à point / bien cuit // refroidi

bien portant / malade// guéri

 
 
 
 
 

118
Polysémie

La polysémie correspond à la propriété qu'ont certaines unités lexicales d'avoir


plusieurs sens :

Katz et Fodor, propose une analyse sémique du sémème "canard" sous forme
d'arborescence dans la tradition générative transformationnelle :
 

De polysémique en langue, le lexème devient monosémique en parole :


 

119
Il est très rare qu'une unité lexicale soit complètement monosémique en langue,
sauf pour certains lexèmes faisant partie d'un vocabulaire très spécialisé :

hadron = particule chimique susceptible d'interaction forte.


Dans les autres cas, même si l'ambiguïté reste possible au moment de l'énonciation:
Qu'est-ce que c'est que tous ces canards ? (dit devant un lac en écoutant de la
musique)
La plupart du temps, le lexème polysémique passe en discours est se monosémise :
Oh j'ai vu un canard ! (monosémie)
Oh j'ai entendu un canard ! (animal ou fausse note d'un instrument à cuivre
ou à vent)

J'étudie les canards de Lorenz le biologiste. (animal)


J'étudie les canards de Louis Armstrong le saxophoniste. (plutôt les fausses
notes que les animaux dans son jardin).

J'ai aperçu un canard (l'animal et pas le journal à cause de l'instantanéité du


procès apercevoir).

Le réseau qui s'établit entre certaines unités lexicales au moment de la


contextualisation sera appelé isotopie. Par exemple :

- entre canard et biologiste, il existe une isotopie animale,


- alors qu'entre canard et saxophoniste, l'isotopie est musicale.

C'est donc le phénomène isotopique qui fait que le lexème se monosémise en


discours.
 

120
Homonymie

Du point de vue diachronique, il arrive qu'un polysème se transforme en deux


homonymes.
C'est le cas d'un terme comme grève qui aujourd'hui renvoie à deux sens bien
différents :

1. bord de l'eau
2. action sociale

Les homonymes ont pour propriété d'être à la fois homophones et homographes :

 
 

Les homophones ne sont pas homonymes s'ils ne sont pas homographes et vice
versa :

Un vers de la terre
Sur un ver de terre
Dans un verre de terre
Voilà trois ---- bien terre à terre.

121
Paronymie

Les paronymes sont des lexèmes dotés d'une similitude formelle mais qui sont
sémantiquement distincts.

consommer / consumer

induire / enduire

Cette ressemblance des formes a des conséquences sémantiques. La distinction de


sens n'est plus aussi accusée et il y a une tendance latente à une sorte de fusion
allant vers un polysème.

Ainsi,

un jour ouvrable

n'est pas un jour où les magasins sont ouverts, comme le pensent la plupart des
gens, mais un jour où on travaille ; ouvrable a la même origine que ouvrage, le
verbe ouvrer (travailler, en ancien français).

122
Liens logiques
 

relations logico-sémantiques sortes de rapports


entre les sémèmes logiques

relation analogique (ressemblance /


identification)

relation topologique (spatiale)

relation chronologique (causatif /


consecutive)

relation implicative (extensif / restrictif)

1. MÉTABOLE (implication non nécessaire) – Cette relation s'établit de


façon aléatoire : pourquoi un canard désignerait-il une fausse note plutôt
qu'un corbeau.
2. RELATION ANALOGIQUE – MÉTAPHORE : relation de
ressemblance (analogique).
Ce zèbre-là,
Cet oiseau-là,
Des gorilles (gardes du corps)
3. RELATION IMPLICATIVE – MÉTALEPSE : produit qui découle de
ce qui l'a impliqué ou engendré. (Relation implicative, un peu
chronologique)
Chose désignée par ce qui l'implique (on désigne l'effet par le nom de sa
cause)
Un Picasso,
Un blaireau (le poil de l'animal engendre la brosse)  
4. RELATION TOPOLOGIQUE – SYNECDOQUE : Type de métonymie
consistant à utiliser la partie pour le tout (ou le tout pour la partie).
5. SYNECDOQUE extensive (holonymie) : Type de métonymie par
laquelle le nom de la partie plus vaste est donné à la partie la plus
restreinte : contenant pour le contenu. (relation topologique, spatiale)
Toute la salle a ri de moi.
J'ai bu le verre.
6. MÉRONYMIE (relation topologique): Il s'agit d'un type de synecdoque
restrictive par laquelle le tout est désigné par la partie ou l'entité est
désignée par la partie.
Vous le masque, approchez !
Les pieds noirs
Les peaux rouges
Ils n'ont plus de toit. 123
Holonymie / Méronymie

 Un holonyme A d'un mot B est un terme dont le signifié désigne un


ensemble comprenant le signifié de B.
       ex. maison est l'holonyme de toit
 Un méronyme B d'un mot A est un terme dont le signifié désigne une sous-
partie du signifié de B.
       ex. toit est un méronyme de maison (son signifié renvoie à une sous-
partie de...)

 
L'ANTONOMASE relève à la fois de la métaphore (analogie) et de la synecdoque
(le prototype d'un ensemble). C'est un procédé qui consiste à employer un nom
propre comme un nom commun pour désigner un individu particulier comme
appartenant à un groupe caractériel typique.
Un don Juan = un séducteur
Un Mozart = un génie artistique
Un Einstein= un génie scientifique
Un Tartuffe = un hypocrite
Une Pénélope = une épouse patiente et fidèle
IMPLICATIONS NÉCESSAIRES
EXTENSION DE SENS  
Au Québec, un moineau représente n'importe quel oiseau. (extension
de sens). L'unité se met à désigner son hypéronyme.
En France, le terme lessive qui renvoie généralement à la poudre
servant d'instrument, s'est étendu au procès (faire sa lessive) puis au
produit résultant du procès (remonter sa lessive).
RESTRICTION DE SENS  
Descente dans la hiérarchie. On emploie l'hypéronyme pour désigner
un de ses hyponymes.
Les hommes du patron.
La fille du père.
Au Québec, l'animal ne désigne que les mammifères.

124
La notion de prototype

Le prototype correspond à l'élément qui représente le mieux la classe, celui qui


vient le plus rapidement à l'esprit à cause de ses propriétés physico-culturelles.

Par exemple, il y a de fortes chances pour qu'un citadin considère que la notion
oiseau renvoie à un animal plutôt petit, qui a des plumes, qui vole, qui pond des
oeufs et qui vit dans des arbres. Dans ce cas le moineau sera plus représentatif de la
classe que la poule qui ne vit pas dans les arbres et qui ne vole pas. On construira
alors un domaine notionnel, avec une frontière et un centre type vers lequel les
éléments non typiques tendent ou dont ils s'éloignent. C'est ce qu'on appelle un
repérage en intension ou en extension.
 

En ce qui concerne l'analyse du lexique, on est donc passé d'une analyse sémique
discrète en langue à un repérage notionnel en continu effectué par l'énonciateur.
 

125
Emprunts et variation lexicale

Emprunts à l'allemand Domaine militaire :


guerre, blason, épée, trêve, sabre
 
 Domaine agricole et animalier :
bûche, gerbe, hêtre, chouette, crapaud.
 
 Titres provenant d'un certain système
social :
marquis, maréchal, baron, chambellan
 
 Autres :
choucroute, erzatz, fauteuil
Emprunts à l'italien  Surtout dans les domaines de l'art, de
l'architecture et de la cuisine
Piano
Balcon
Croissant, gratin
Emprunts au portugais baroque
calembour
pintade
Emprunts à l'espagnol bizarre
tornade
Emprunts au turc divan
turban
Emprunts à l'arabe bazar
café
 

126
Les emprunts peuvent avoir
été naturalisés
balcone est devenu balcon
riding coat est devenu redingote
peanut est devenu pinotte au Québec. phonétiquement

to jog est devenu jogger morphologiquement


dancing (lieu où on dance)
parking (lieu de stationnement)
footing (course à pied)
smoking (costume de soirée)

skyscraper - gratte-ciel Les emprunts structuraux


walkman - baladeur
  girlfriend - amie de fille (FQ)
  pour une amie ou une morphosyntaxiques
camarade (FF)

prendre une marche (FQ) pour


faire une promenade (FF)
tomber en amour (FQ) pour
tomber amoureux (FF)

en France, il est courant qu'on Les emprunts sémantiques


emploie réaliser dans le sens
de se rendre compte :
je viens de réaliser ce qui s'est
passé Calques

roue (FQ)pour le volant d'une


voiture (FF).
valise (FQ) pour le coffre à
bagage (FF).
lumières (FQ) pour les feux de
signalisation ou les phares d'une
voiture (FF)
127
La variation de style
 
FQ (registre familier) FF (registre familier) registre neutre
quétaine ou kétaine ringard De mauvais goût
gratteux radin avare
chum copain camarade
achaler enquiquiner embêter
placoter papoter bavarder
 
Notons également que certains termes comme "patate" ou "bouffe", considérés
comme familiers en France, sont passés dans l'usage courant au Québec.
 

128
LITERATURE

Основная литература:
1. Лопатникова Н.Н., Мовшович Н.А. Лексикология современного
французского языка. – М.: Высшая шк., 2009 – 247 с.
2. Степанова О.М., Кролль М.И. Практикум по лексикологии
современного французского языка: учеб. пособие / О.М. Степанова,
М.И. Кролль. – М.: Высшая школа, 2006. – 167 с.
3. Цыбова И.А. Французская лексикология. – М.: Книжный дом:
ЛИБРОКОМ, 2011. – 224 с.
Дополнительная литература:
4. Вейнтрауб Ф.Ф., Кролль М.И. Практикум по лексикологии
современного французского языка. – М., 1987.
5. Гак В.Г. Беседы о французском слове. – М., 2004.
6. Гак В.Г. Сопоставительная лексикология (На материале французского
и русского языков). - М.: Книжный дом: ЛИБРОКОМ/URSS, 2010.
7. Геникова А.Б. Место и роль диалектизмов в словарном составе
литературного французского языка //АКД. – М., 1986.
8. Жданов О.К. Проблемы полисемии и семантической омонимии при
переносах типа «имя собственное – имя нарицательное» // Сб. научных
трудов. – М., 2003.
9. Катагощина Н.А. Как образуются слова во французском языке. – М.,
1980, 2005.
10.Левит З.Н. Лексикология французского языка. – М., 1979.
11.Малкина Н.М. Структурные, семантические и ономасиологические
характеристики аппозитивных комплексов французского языка. –
Воронеж, 1990.
12.Назарян А.Г. История развития французской фразеологии. – М., 1981.
13.Соколова Г.Г. Фразообразование во французском языке. – М., 1987.
Методическая литература:
14.Bauche H. Le langage populaire. – P., 1946.
15.Bodinier Cl. La presse et la lange française//Vie et langage. – 1966. – №
169.
16.Bruneau Ch. La langue du journal. Textes des cinq conférences prononcées
à l’Ecole Estienne. – P., 1959.
17.Caminade P. Image et métaphore. – P., 1970.
18.Fontanier P. Les figures du discours. – P., 1977.

129
19.Gaudin F., Guespin L. Initiation à la lexicologie française. De la néologie
aux dictionnaires. Champs linguistiques. Duculot, 2000. Р. 279–292.
20.Georgin R. Le langage de l’administration et des affaires; - P., 1954.
21.Guiraud P. L’argo. – P., 1956.
22.Guiraud P. Les locutions françaises. – P., 1967.
23.Guiraud P. Le français populaire. – P., 1968.
24.Henry A. Métonymie et métaphore. – P., 1971.
25.Hyguet E. Mots disparus ou vieillis. Depuis XVIIe s. – Genève, 1967.
26.Le Guern M. Sémantique de la métaphore et de la métonymie. – P., 1973.
27.Lehmann A., Martin-Berthet F. Introduction à la lexicologie. Sémantique et
morphologie. Liège : NATHAN, 2002. Р. 114–115.
28.Mitterand H. Les mots français. – P., 1988.
29.Normand C. Métaphore et concept. – P., 1976.
30.Ricœur D. La métaphore vive. – P., 1975.
31.Sauvageot A. Les procédés expressifs du français contemporain. – P., 1957.
32.Sauvageot A. Français écrit, français parlé. – P., 1962.
33.Suhamy H. Les figure de style. – P., 1981.
34.Todorovi T. Les genres du discours. – P., 1978.
35.Walter H. Le français dans tous les sens. – P., 1988.
Интернет-ресурсы:
36.http://www.coppoweb.com/rhetorique/
37.http://www.lettres.net/lexique/
38.http://www.synapse-fr.com/manuels/ATM
39.http://cafe.etfra.umontreal.ca/cle/circonst.htm
40.http://www.educhnet.education.fr/lettrs/res/term.htm
41.http://www.abondance.com
42.Une introduction aux concepts de base et aux méthodes de la linguistique
générale dans une perspective structurale et fonctionnelle //
http://www.sfu.ca/fren270/index.html
43.Merci professeur! Quelques emissions au hazard ... //
http://www.TV5MONDE
Материально-техническое обеспечение дисциплины
44.Ахманова О.С. Словарь лингвистических терминов. – М.: Книжный
дом: ЛИБРОКОМ/URSS, 2010.
45.ЛЭС - Лингвистический энциклопедический словарь. – М., 1990.
46.Dictionnaire de ľAcadémie française. – Paris,1994.
47.Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française. Le Petit
Robert. – P., 1994.
48.Dictionnaire étymologique de la langue française. – Paris,1994.
49.Dictionnaire encyclopédique. – Larousse, 2001.
130
50.Dictionnaire du français vivant. – Bordas, 1972.
51.Dictionnaire Hachette encyclopedique illustré. – Paris, 2004.
52.Dictionnaire Larousse: définitions, expressions, synonymes, antonymes,
difficultés, citations. – Paris, 2007.
53.Petit Robert: dictionnaire de la langue française. – Paris, 1967.
54.Adolph V. Thomas. Dictionnaire des difficultés de la langue française. – P.,
1971.
55.Pierre Perret. Le parler des métiers. – P., 2002.
56.Rat M. Dictionnaire des locutions françaises. – P., 1957.

131
Елена Алексеевна Головко
Ирина Евгеньевна Городецкая

ЛЕКСИКОЛОГИЯ ФРАНЦУЗСКОГО ЯЗЫКА

Учебное пособие (практикум)

Публикация в авторской редакции


________________________________________________________________________
Подписано в печать
Формат 60×84 1/16. Усл. п. л. - Уч.-изд. л. –
Бумага офсетная. Печать офсетная. Заказ Тираж 30 экз.
ФГАОУ ВПО «Северо-Кавказский федеральный университет»
355029, г.Ставрополь, пр.Кулакова, 2
_________________________________________________________________________
Издательство ФГАОУ ВПО «Северо-Кавказский федеральный университет»
Отпечатано в типографии СКФУ
132
133